Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

La formation intellectuelle de Jacques Maurice

Joseph Pérez

Texte intégral

1Trois maîtres ont directement contribué à la formation intellectuelle de Jacques Maurice et l’ont encouragé à entreprendre des recherches sur le mouvement ouvrier dans l’Espagne contemporaine : Pierre Vilar (1906-2003), Manuel Tuñón de Lara (1915-1997) et Noël Salomon (1917-1977). Je serais tenté d’y ajouter Manuel Núñez de Arenas (1886-1951) ; ni Maurice ni moi ne l’avons connu puisqu’il est mort avant que nous entrions à Saint-Cloud où Rumeau l’avait fait nommer lecteur ; Núñez a beaucoup marqué Vilar et Tuñón ; il a donc indirectement influé sur notre parcours intellectuel ; sur le mien, à coup sûr ; sur celui de Maurice, lecteur de Tuñón, probablement, sans qu’il s’en rende compte. On peut caractériser ces quatre maîtres par trois traits : ce sont des intellectuels engagés, des marxistes, des savants qui refusaient de s’enfermer dans une spécialisation étroite.

  • 1 On se demandera : l’engagement est-il compatible avec l’objectivité à laquelle est tenu tout histor (...)

2Je passerai rapidement sur le premier point. Je rappelle seulement que tous ont pris position pour des causes qui leur paraissaient dignes d’être soutenues, comme la liberté, la justice sociale, et que cette attitude courageuse les a exposés à des risques : l’exil et la prison pour Núñez, l’exil pour Tuñón, une tentative d’enlèvement en Argentine et une bombe à son domicile pour Salomon, l’interdiction de résider à Barcelone pour Vilar1.

  • 2 Friedrich Engels, « Lettre à Joseph Bloch », 21 septembre 1890, in Friedrich Engels, Textes, Paris, (...)
  • 3 Pierre Vilar, Une histoire en construction. Approche marxiste et problématiques conjoncturelles, Pa (...)

3Ces maîtres se déclaraient marxistes, ce qui aujourd’hui peut poser problème dans la mesure où certains de ceux qui se réclament de Marx ont tendance à ramener sa doctrine au rang d’une vulgate qu’on applique mécaniquement. Ils réduisent ainsi le marxisme à une sorte de scolastique, par exemple, en prenant au pied de la lettre l’idée que l’infrastructure économique est la base réelle de la société, celle sur laquelle se fondent la politique, l’art et la religion. Nos quatre maîtres n’ont jamais adopté une attitude aussi simpliste. Pour eux, le matérialisme historique est bien l’élément déterminant de l’histoire, celui qui, en fin de compte, commande la production et la reproduction de la vie réelle, mais ils n’en déduisaient pas que le facteur économique est le seul déterminant ; la situation économique est bien la base, mais condition n’est pas cause ; pour qu’un phénomène se produise, il faut que soient réunies certaines conditions, nécessaires, certes, mais pas suffisantes ; les divers éléments de la superstructure exercent aussi leur influence, et dans beaucoup de cas une influence prépondérante ; « sinon, l’application de la théorie à une période quelconque de l’histoire serait plus aisée que la solution d’une équation simple du premier degré »2. Marx « savait que dans la relation entre travail et valeur tient tout le secret de l’histoire sociale. Mais il ne simplifiait pas. Il ne faisait pas de la productivité la condition suffisante de la transformation historique. Il se contentait d’en faire (ce qui est très différent) la condition nécessaire »3.

  • 4 Pierre Vilar, Or et monnaie dans lhistoire. 1450-1920, Paris, Flammarion, 1974, p. 22.

4« Jamais l’économique ne s’expliquera intégralement par l’économique, – écrit Vilar dans le même livre (p.378) – ni le politique par le politique, ni le spirituel. Le problème, dans chaque cas concret, est dans leur interaction », ce qui le conduit à la théorie des causes-effets : le haut Moyen Âge, par exemple, était un monde sans division du travail, un monde où le travail n’était pas rémunéré en monnaie (il s’effectuait par corvées). « Ce monde dérivait-il de l’absence de circulation monétaire ? ou plus simplement n’avait-il pas besoin de cette circulation ? Sans doute les deux phénomènes se conditionnaient. Un monde peu actif n’attire pas la monnaie. La pénurie monétaire décourage l’échange. Les deux faits se renforcent. »4.

5C’est ainsi que Núñez, Vilar, Salomon et Tuñón ont compris le marxisme : comme une méthode qui permet de mieux aborder les problèmes que posait l’évolution de l’Espagne. C’est ce que Pierre Vilar expose dans son livre Or et monnaie dans lhistoire ou encore dans Une histoire en construction : le matérialisme historique consiste à découvrir, sous ce que disent les gens et sous ce qu’ils pensent d’eux-mêmes, ce qu’ils sont en analysant ce qu’ils font.

  • 5 Recherches sur le thème paysan dans la « comedia » au temps de Lope de Vega, Bordeaux, Institut d’É (...)

6Dans son livre sur la comedia, Noël Salomon s’est lui aussi gardé d’adopter une notion stérilisante de la littérature comme reflet de la société. Il s’est efforcé, au contraire, de découvrir les formes de sensibilité, la psychologie collective et l’idéologie qui nourrissent les œuvres et les unissent à leur temps. En mettant à nu les rapports complexes qui se nouent entre les auteurs, le public et la société contemporaine, il cherche à éclairer à la fois les œuvres, leur genèse, leur signification et le milieu où elles ont été conçues et publiées. Il s’agit donc d’évaluer le thème paysan dans la comedia « en tant que superstructure reliée par des liens complexes et contradictoires à l’infrastructure de la société monarcho-seigneuriale, dite du Siècle d’Or »5. En même temps, Salomon évite de tomber sous le coup des deux reproches que l’on a coutume d’adresser à la critique littéraire marxiste : reprendre, sous d’autres noms, les idées directrices de Taine (la littérature reflet) et sous-estimer l’individualité du talent et du génie ; la littérature n’est pas un simple reflet de la réalité contemporaine ; elle fait bien partie des superstructures, mais elle conserve son caractère spécifique et son autonomie ; la comedia est à la fois reflet du réel, négation du réel et idéalisation du réel. Cette méthode permet d’éclairer les œuvres, le public auquel elles s’adressent et la société qui les a vues naître, tout en mettant en évidence la personnalité des auteurs.

7Tuñón a été moins explicite, mais il a prouvé le mouvement en marchant. Dans son œuvre, on relève la volonté de présenter un tableau cohérent qui permette, non pas d’expliquer, mais de comprendre l’évolution de l’Espagne depuis 1808, dans une perspective qui rend compte de la totalité des phénomènes concernés. Tuñón bannit aussi tout sectarisme. Je pense, en particulier, aux liens entretenus avec des mouvements d’inspiration chrétienne, nettement engagés dans la lutte antifranquiste : la revue Esprit à laquelle il a collaboré par des articles sur la situation de l’Espagne, la revue Frères du monde, fondée par des franciscains soucieux de confronter réflexion chrétienne et analyse marxiste, la publication Cuadernos para el diálogo, inaugurée en 1963 par l’ancien ministre de Franco Joaquín Ruiz-Giménez qui se proposait d’œuvrer en faveur de la démocratie, de la liberté, des droits de l’homme et de préparer les esprits à une réconciliation souhaitable et à la transition qui devait se produire à la mort de Franco. Les colloques que Tuñón a organisés à l’Université de Pau témoignent aussi de cette volonté de fuir tout sectarisme : des Espagnols de l’intérieur y retrouvaient des Espagnols de l’exil ; les uns et les autres rencontraient des collègues d’autres pays, et pas seulement des Français ; des intellectuels de tous horizons (marxistes, chrétiens, agnostiques) y confrontaient leurs points de vue sur l’évolution de l’Espagne contemporaine.

8Núñez de Arenas, Vilar, Salomon et Tuñón enfin n’entendaient pas s’enfermer dans une spécialisation étroite. Bien entendu, ils avaient un centre d’intérêt principal : le mouvement ouvrier pour le premier, la Catalogne pour le deuxième, la littérature du Siècle d’Or pour le troisième, l’histoire sociale pour le quatrième, mais cela ne les empêchait pas de s’intéresser aussi à d’autres sujets. Núñez de Arenas a fait des recherches sur les libéraux et les afrancesados, sur Goya, sur le romantisme ; Vilar, géographe de formation, puis historien de l’économie et de la Catalogne, a montré comment l’œuvre de Cervantès pouvait enrichir notre connaissance de l’Espagne moderne ; Salomon a complété ses recherches sur la comedia par une étude sur la situation économique et sociale des paysans de Nouvelle Castille ; il estimait qu’un hispaniste devait aussi être un américaniste et vice-versa ; d’où ses travaux sur l’Amérique latine ; Tuñón, enfin, avait commencé une thèse de science politique sur l’État, à laquelle il a vite renoncé, pour s’intéresser à l’histoire sociale, mais aussi la littérature contemporaine avec ses livres sur Antonio Machado et la culture de 1880 à nos jours.

  • 6 Voir à ce sujet son entrevue dans El País, Madrid, 27 mai 1991.
  • 7 Cette histoire des mentalités est d’autant plus prisée que sa définition en est plus vague. Cf. Jos (...)
  • 8 On fait passer pour des recherches en profondeur des essais suggérés par de simples anecdotes. Exem (...)

9Tous ont ainsi abordé des sujets en apparence éloignés de leur spécialité, mais qui leur ont permis de suivre le renouvellement des méthodes et des thématiques. Cette curiosité intellectuelle s’accompagnait d’esprit critique. Vilar, Salomon et Tuñón n’ont jamais pris au sérieux ce que Francisco Rico appelait les sujets à la mode (enfoques de moda)6 : le thème carnavalesque, l’histoire des mentalités7, la micro-histoire8. Ces thèmes renoncent aux perspectives d’ensemble au profit de vues fragmentaires ; or l’histoire ne devrait pas être découpés en morceaux : car l’activité de l’homme est une. Il ne faut pas confondre nouveauté et innovation, écrivait Vilar ; ce qui est le plus récent – ce qui est à la mode – n’est pas forcément le plus vrai.

10Est-ce sous l’influence de ces maîtres que Jacques Maurice, de son propre aveu, s’est senti plus historien que littéraire ? Je crois plutôt qu’on est en présence d’un phénomène de génération : aux yeux de nombreux chercheurs, l’histoire, plus que la littérature, paraît mieux à même de rendre compte de la condition humaine. J’ai suivi un parcours analogue et j’ai peut-être facilité les choses à Maurice. Lui et moi avons choisi de faire des thèses d’histoire. Je dis bien : des thèses d’histoire, car il ne faut pas jouer sur les mots : ce qu’on appelle civilisation dans nos disciplines n’est pas autre chose qu’une histoire qui n’ose pas dire son nom. Ce qui a changé depuis une cinquantaine d’années, c’est le statut de la littérature et la nature des sources.

  • 9 Cf. Antoine Compagnon, « La traversée de la critique », Revue des deux mondes, Paris, septembre 200 (...)

11Les littéraires ont de plus en plus de peine à se reconnaître comme tels ; quand on leur demande de se définir, ils se présentent souvent comme historiens ou philosophes, comme s’ils avaient des doutes sur la légitimité et le statut de leur activité9. Il conviendrait de s’interroger sur les causes de cette désaffection : pourquoi les études littéraires comme telles attirent-elles moins qu’autrefois ?

12À cette situation s’ajoute la nature des sources. Jusqu’à une date récente, ces sources – y compris beaucoup de celles qu’utilisaient les historiens – étaient littéraires ; c’étaient des chroniques, des mémoires, des lettres, des journaux personnels, des articles de presse ; elles sont maintenant de plus en plus documentaires ; ce sont des archives publiques ou privées, des registres paroissiaux, des chartes, des inscriptions, etc.

13Dans ces conditions, l’hispaniste qui, comme Maurice ou moi-même, décide de déposer un sujet de thèse qui ne suppose pas le recours à des sources considérées comme littéraires s’expose à des déboires : il passe pour un hispaniste aux yeux des historiens et pour un historien auprès des hispanistes ; les uns et les autres ont tendance à le considérer comme un amateur. De fait, quand j’ai demandé à être inscrit sur la liste d’aptitude à l’enseignement supérieur, le Comité consultatif des universités a fait des réserves sur ma candidature : il estimait qu’elle ne relevait pas de la section des langues romanes. Salomon m’a soutenu et il a trouvé la parade : pour être pris au sérieux, l’hispaniste engagé dans une thèse d’histoire devait en accepter toutes les conséquences et admettre que ses recherches fussent évaluées par un jury où les historiens seraient en majorité ; en somme : pas de thèse au rabais, pas de jury de complaisance. C’est cette jurisprudence qui s’est appliquée, quelques années plus tard, à la thèse de Jacques Maurice.

Haut de page

Notes

1 On se demandera : l’engagement est-il compatible avec l’objectivité à laquelle est tenu tout historien ? L’objectivité de l’histoire suppose-t-elle l’impartialité de l’historien ? L’historien ne peut pas se contenter de collecter des faits, des dates, des documents et d’en vérifier l’exactitude ; il s’agit de ne rien dissimuler, de ne rien inventer. Après quoi, on s’efforcera moins d’expliquer le passé que de le comprendre. L’historien n’est pas un simple spectateur au-dessus de la mêlée ; il a le droit de prendre position et d’estimer que telle ou telle attitude est condamnable.

2 Friedrich Engels, « Lettre à Joseph Bloch », 21 septembre 1890, in Friedrich Engels, Textes, Paris, Éditions Sociales, 1961, p. 202-205.

3 Pierre Vilar, Une histoire en construction. Approche marxiste et problématiques conjoncturelles, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1982, p. 358.

4 Pierre Vilar, Or et monnaie dans lhistoire. 1450-1920, Paris, Flammarion, 1974, p. 22.

5 Recherches sur le thème paysan dans la « comedia » au temps de Lope de Vega, Bordeaux, Institut d’Études Ibériques et Ibéro-Américaines de I’Université, 1965, p. xix.

6 Voir à ce sujet son entrevue dans El País, Madrid, 27 mai 1991.

7 Cette histoire des mentalités est d’autant plus prisée que sa définition en est plus vague. Cf. Josep Fontana, La historia después del fin de la historia, Barcelona, Crítica, 1992, p. 105-111.

8 On fait passer pour des recherches en profondeur des essais suggérés par de simples anecdotes. Exemples de cette atomisation : histoires de la sexualité, du mariage, de la famille, de l’enfance, de l’allaitement, des maladies, de la folie, de la mort, des femmes, de la pauvreté, des marginaux, des prisons, du péché, de l’alimentation, de l’habillement, etc.

9 Cf. Antoine Compagnon, « La traversée de la critique », Revue des deux mondes, Paris, septembre 2002, p.71 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Pérez, « La formation intellectuelle de Jacques Maurice », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 04 mars 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/5386 ; DOI : 10.4000/ccec.5386

Haut de page

Auteur

Joseph Pérez

Université de Bordeaux-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org