Navigation – Plan du site
L'étudiant, l'enseignant, le chercheur

Lettre à Noël Salomon du 14 janvier 1976

Jacques Maurice

Texte intégral

  • 1 Allusion au onzième congrès national de la Société des Hispanistes Français, organisé à l’Universit (...)
  • 2 Peu auparavant, en voyage dans une Argentine plongée dans le cycle subversion/répression qui précéd (...)

1Paris, le 14 janvier 1976
Monsieur et cher Professeur,
Depuis notre rencontre à Madrid et ma rapide escale à Bordeaux en octobre 1974, je ne vous ai guère donné signe de vie hormis ma présence (assidue) au congrès de Lyon (qui n’était pas de toute façon le lieu où je pouvais faire le point de mes travaux)1. J’ai appris entretemps, notamment de Louis Urrutia, la tentative d’enlèvement dont vous aviez été victime en Argentine et bien tardivement – à ma grande honte – je me félicite que le sang-froid dont vous avez fait preuve en la circonstance vous ait permis de sortir indemne de cette affaire2.

2Voilà un certain temps déjà que je ressens le besoin de vous écrire. Si je ne l’ai pas fait plus tôt c’est que j’ai traversé ces derniers mois une période délicate de mon existence puisque ma femme et moi-même avons décidé de nous séparer « à l’amiable » avec le souci partagé – nous avons au moins cela en commun – d’éviter que cette rupture ait quelque chose d’irrémédiable pour les enfants (un garçon de dix ans, une fillette de cinq ans et demi). Ainsi ces derniers vivent-ils avec leur mère mais je continue de les voir fréquemment ce qui, bien entendu, réduit le temps que je peux consacrer à mes activités professionnelles.

3Je ne le regrette pas, bien au contraire, mais cela vous explique mon silence. D’ailleurs, le seul fait de parler à autrui de cette situation constitue un certain progrès tant il est vrai qu’il n’y a pas de cloison étanche entre vie privée et vie « publique ». Et c’est parce que vous aviez bien voulu m’honorer de votre confiance lors de nos conversations de l’autre automne que j’évoque ici ces problèmes personnels.

  • 3 La reforma agraria en España en el siglo xx (1900-1936), Madrid, Siglo xxi, 1975, 159 p. (rééd. 197 (...)
  • 4 Jacques Maurice et Carlos Serrano, Sur l’idéologie de Joaquín Costa, Paris, Centre d'études et de r (...)

4Malgré les difficultés de tous ordres créés par cette situation, je n’ai pas été inactif, comme vous avez pu le constater vous-même par le petit livre que j’ai publié en Espagne sur la réforme agraire et sur lequel vous avez porté une appréciation élogieuse dont je vous remercie3. Je prépare actuellement, en collaboration avec Carlos Serrano, un ouvrage sur Joaquin Costa, qui développera et synthétisera les analyses contenues dans le polycopié que nous avions fait il y a deux ans pour le cerm (et qui demeure à ce jour la seule « production » de la section des hispanistes)4.

  • 5 laes : Liste d’Aptitude à l’Enseignement Supérieur. Pour y être inscrit – explique Augustin Redondo (...)

5Enfin – last but not least – j’avais entrepris avant la rentrée – m’inspirant de vos conseils – la rédaction des « pages » nécessaires à la demande d’inscription sur la laes5, pages au long desquelles je compte examiner au niveau régional et dans leur évolution – des débuts de la Restauration à la veille de la seconde République – la démographie, le système économique et social (productions, régime de la propriété), les forces politiques, le mouvement social, les organisations anarchistes.

6Il s’agirait, en somme, d’établir le canevas, avec ses pleins et ses déliés, de ce que pourrait être la thèse. Malheureusement, j’ai dû interrompre cette rédaction pour revenir à Costa (il nous faut terminer le manuscrit pour avril-mai) et ne sais quand je pourrai la reprendre. Sont actuellement prêtes une quinzaine de pages sur la démographie, assorties de nombreux tableaux statistiques et graphiques : si vous acceptiez de les lire et que vous me donniez votre avis, peut-être me remettrais-je plus facilement à l’ouvrage.

  • 6 Les cinq gros volumes de cet ouvrage et un album reproduisant des dessins d'André Masson, des gravu (...)
  • 7 Le titre des contributions de J. Maurice aux colloques organisés à l’Université de Pau par Manuel T (...)

7Ajoutez à cela que je suis sollicité de divers côtés. Nous avons, enfin, réussi à faire vivre un collectif « Espagne » auprès de la commission de politique extérieure du Comité Central, ce qui met chacun de ses membres à contribution : ainsi ai-je fait il y a un mois à l’Institut Maurice Thorez une conférence sur « L’Espagne, hier, aujourd’hui, demain ». Georges Soria, qui y assistait, vient de me demander si je pourrais lui préparer des « dossiers » pour la rédaction des trois derniers volumes de son ouvrage Guerre et révolution en Espagne (car il a peine à suivre le rythme que lui impose l’éditeur)6. Cela suppose de nombreuses lectures, et j’ai donc réservé ma réponse, mais ce travail – qui s’étendrait jusqu’à juin 77 – m’intéresse à un double titre : comme source d’enrichissement personnel et comme acte militant : jusqu’à présent, les communistes n’ont pas présenté d’analyse scientifique de cet événement majeur dans l’histoire du monde contemporain, abandonnant le terrain aux historiens bourgeois, trotskystes ou anarchistes (il suffit, pour s’en persuader, de voir quels ouvrages lisent nos étudiants). À supposer que je me lance là-dedans, je sais bien que je prendrai ce travail à cœur et que, du point de vue universitaire, il ne sera pas pris en compte puisqu’aussi bien je n’ai pas le label d’historien. En outre, il retardera l’achèvement de ma thèse – qui progresse à tout petits pas – et bien que je ne sois pas « carriériste » – j’aurais choisi un autre sujet ! Je n’apprécie guère de ne « gagner » un échelon que tous les quatre ans et demi, ni de n’avoir aucune initiative en ce qui concerne la direction de recherches au niveau de la maîtrise et du 3ème cycle (tout ce qu’on nous concède est de diriger effectivement des maîtrises sous un nom d’emprunt). Bref, je ne sais trop à quel saint me vouer. Sans parler de l’ami Tuñón qui, comme chaque année, me relance pour le colloque de Pau, mais sans préciser – comme d’habitude – ce qu’il attend de moi7.

8Au fond, toutes ces hésitations procèdent d’une certaine ambivalence : je me sens plus historien que littéraire, même si je ne regrette pas d’être devenu hispaniste parce que telle était « l’option » que j’avais fini par choisir pour entrer à Saint-Cloud. Je dois toutefois vous avouer que je me sens assez étranger à ce milieu d’hispanistes tel qu’il nous apparaît dans les congrès. Quant à mon intérêt pour le mouvement ouvrier il s’explique par le besoin de plus en plus conscient au fur et à mesure que le temps passe de prolonger à ma façon l’œuvre de mes ancêtres : un grand-père, syndicaliste actif ; un oncle tué à la manifestation du 1er mai 1919 (figure un peu mythique sur la tombe duquel la famille allait se recueillir tous les ans).

9Nous voilà loin de la thèse. Pardonnez-moi ces digressions de caractère biographique.

10Dites-moi, s’il vous plaît, s’il est opportun que je pose à nouveau – et sans enthousiasme – ma candidature au Comité de la Société des Hispanistes.

11Que 1976 vous apporte tout ce que vous souhaitez pour les vôtres et pour vous-même
Mon bon souvenir à Madame Salomon.
Très Cordialement,
Signature manuelle

Haut de page

Notes

1 Allusion au onzième congrès national de la Société des Hispanistes Français, organisé à l’Université de Lyon les 12-14 avril 1975. Noël Salomon fut en 1963 l’un des principaux fondateurs de la S.H.F, qu’il présidera de 1970 à 1976. Sur sa trajectoire, voir Maxime Chevalier, « Noël Salomon (1917-1977) », Bulletin Hispanique, Bordeaux, 1977, Volume 79, n°1-2, p. 11-15. (Toutes les notes sont des CCEC).

2 Peu auparavant, en voyage dans une Argentine plongée dans le cycle subversion/répression qui précéda le coup d’État militaire de mars 1976, Noël Salomon, du fait de ses positions politiques de gauche, avait fait l’objet d’une tentative d’enlèvement, à laquelle, quoique sexagénaire et asthmatique, il avait échappé, avait-on dit, en sautant par une fenêtre.

3 La reforma agraria en España en el siglo xx (1900-1936), Madrid, Siglo xxi, 1975, 159 p. (rééd. 1978). Nous ignorons où N. Salomon aurait publié un éventuel compte rendu comportant « une appréciation élogieuse » sur ce livre.

4 Jacques Maurice et Carlos Serrano, Sur l’idéologie de Joaquín Costa, Paris, Centre d'études et de recherches marxistes, 1974 et J. Costa : Crisis de la Restauración y populismo (1875-1911), Madrid, Siglo xxi, 1977.

5 laes : Liste d’Aptitude à l’Enseignement Supérieur. Pour y être inscrit – explique Augustin Redondo dans un courrier aux Cahiers…–, à part l'Agrégation et l'Assistanat, pratiquement obligatoires, il fallait être engagé dans une thèse d'État, l'avoir suffisamment avancée pour présenter au cnu de l'époque (appelé "Comité Consultatif des Universités") un plan général détaillé, accompagné de la rédaction de quelques chapitres (entre 200 et 300 pages), le tout couronné par un rapport circonstancié du directeur de la thèse qui donnait un avis très favorable pour l'inscription. Le candidat inscrit pouvait prétendre à occuper une chaire vacante, avec le titre de « Chargé d'Enseignement » (renouvelé chaque année par l'université), en attendant d'être titularisé après la soutenance de sa thèse d'Etat, accompagnée de la mention « Très Honorable » (à l'unanimité) et l'inscription sur la « Liste d'Aptitude aux fonctions de Professeur » par le  « Comité Consultatif des Universités », au vu du rapport de soutenance. Ce système a disparu avec la thèse nouveau régime.

6 Les cinq gros volumes de cet ouvrage et un album reproduisant des dessins d'André Masson, des gravures de Picasso et des affiches républicaines furent publiés sous la seule signature de Georges Soria entre 1975 et 1977 (Paris, Livre Club Diderot-Robert Laffont).

7 Le titre des contributions de J. Maurice aux colloques organisés à l’Université de Pau par Manuel Tuñón de Lara figure dans la liste de ses publications publiée dans ce même numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Maurice, « Lettre à Noël Salomon du 14 janvier 1976 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/5385 ; DOI : 10.4000/ccec.5385

Haut de page

Auteur

Jacques Maurice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org