Navigation – Plan du site

En ouverture à un hommage

Gérard Brey

Notes de la rédaction

Ce numéro d’hommage à Jacques Maurice a été préparé en collaboration avec Manuelle Peloille, Serge Buj, Christine Lavail et en concertation avec Jacqueline Covo-Maurice, Sylvain Maurice et Claire Maurice.

Texte intégral

1Le vendredi 24 janvier 2014 se sont retrouvés à l’Université de Paris-x Nanterre plusieurs générations d’hispanistes français et d’historiens espagnols pour rendre hommage, autour de sa famille, à Jacques Maurice, collègue et ami qui nous a laissé en héritage, entre autres, la revue que vous êtes en train de consulter. Moments d’émotion et de fierté pour tous ceux et celles qui l’avaient côtoyé, que ce soit dans la vie familiale, professionnelle, militante, amicale. Ce numéro des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine prolonge cet hommage.

2Pour ma part, j’avais eu la très grande chance de suivre son enseignement lors de ses débuts dans la carrière universitaire à Dijon, puis de construire avec lui d’abord un article puis un livre commun, où nous nous efforcions d’éclaircir les antécédents, les faits et les conséquences des deux tragédies de Casas Viejas, objet d’un mémoire de Maîtrise préparé sous sa direction et soutenu en juin 1969 : le suicide énigmatique du président du syndicat à la veille d’une grève agricole au début de l’été 1915 et le massacre, au retentissement national, de janvier 1933. Alors que j’enseignais la langue espagnole dans un établissement secondaire dijonnais tout en menant une thèse sur le mouvement ouvrier en Galice, mes recherches n’auraient sans doute jamais pris les mêmes orientations si je n’avais participé, de 1976 à 1990, aux discussions que nous avions, au sein du séminaire que Jacques Maurice anima à Paris viii, sur la poésie publiée dans la presse anarchiste, la figure de Fermín Salvochea, les formes et les instances de la sociabilité des diverses classes sociales, les feuilletons de la presse ouvrière, ou encore sur les directions prises par l’histoire sociale et socioculturelle. Brigitte Magnien, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta rendent compte dans ce numéro de cette aventure collective – si rare dans l’hispanisme français – que fut et qu’est encore l’Équipe de Recherches sur les Sociétés et Cultures de l’Espagne Contemporaine. L’une des choses où excellait Jacques, et que j’ai tenté de mettre en œuvre en tant que directeur d’une équipe d’accueil et de recherches inter-langues à l’Université de Franche-Comté de 2000 à 2006, c’est l’art qu’il avait de stimuler et de fédérer autant que possible les énergies et les compétences, en sachant mettre les centres d’intérêt de chacun au service de la réflexion collective et vice-versa.

3La journée de janvier 2014 ne fut pas seulement un hommage amical et familial, où furent rappelées les étapes de sa carrière et où se succédèrent les témoignages. Elle donna également lieu à des échanges de nature scientifique comme Jacques avait su les susciter. Le lecteur trouvera ci-après la plupart de ces contributions, et d’autres envoyées par ceux qui ne purent alors être présents. On lira d’abord une série de contributions d’ordre biographique, qui évoquent sa formation, son activité au sein des deux universités et des deux équipes de recherches où il exerça le plus longtemps (Paris viii puis Paris x), sa participation à la Société des Hispanistes Français de l’enseignement supérieur. Suivent plusieurs témoignages de reconnaissance intellectuelle et humaine. Ce premier volet se clôt sur une lettre inédite adressée par Jacques Maurice en janvier 1976 à son premier directeur de thèse, Noël Salomon, et par la liste de ses publications.

4Le second s’ouvre sur la réédition de son compte rendu critique du livre de l’historien marxiste anglais Eric J. Hobsbawm sur « les primitifs de la révolte ». Les noms des auteurs des vingt-cinq contributions à caractère scientifique qui viennent ensuite reflètent le large et constant rayonnement de Jacques Maurice en France et à l’étranger. Lui rendent ainsi hommage quelques-uns de ceux – espagnols et français – rencontrés lors des colloques organisés dans les années soixante-dix par Manuel Tuñón de Lara à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour ; ceux et celles qui furent ses disciples, ses collègues vincennois et nanterrois ou les collaborateurs de ses séminaires ; ceux enfin avec lesquels il eut une relation souvent très suivie, en Espagne même ou ailleurs, dans le cadre de ses recherches sur l’histoire de l’Andalousie contemporaine. Il y manque la contribution qu’à son grand regret Antonio-Miguel Bernal, avec qui Jacques entretenait de longue date une amitié empreinte d’admiration réciproque, n’a pu rédiger pour des raisons de vue déficiente. Gérard Malgat, qui entreprit sous sa direction un travail novateur sur Max Aub aux multiples prolongations, est un autre absent de cet hommage. Ces interventions abordent des questions d’historiographie et d’histoire politique, sociale, culturelle, cinématographique et littéraire de la période sur laquelle portèrent l’enseignement, la recherche et les séminaires de Jacques Maurice : celle qui va de l’intermède démocratique de 1868-1874 aux années de la Transition postfranquiste.

5La rédaction des Cahiers et la famille de Jacques souhaitent manifester leur reconnaissance à l’Equipe d’Accueil Études Romanes (ea 369) de l’Université de Paris Ouest Nanterre, dont l’appui a été indispensable pour l’organisation de la rencontre du 24 janvier 2014, et en particulier à son directeur Christophe Couderc ; à l’ufr de Langues de cette même université, à la Société des Hispanistes Français, à laquelle Jacques avait tant apporté comme cela est rappelé dans ce numéro, et au Laboratoire des Sciences Historiques (ea 2273) de l’Université de Franche Comté ; et remercier enfin tous celles et ceux qui, résidant parfois loin – voire très loin – de la capitale, en particulier les ambassadeurs venus de cette Andalousie à laquelle Jacques était tant attaché, avaient souhaité témoigner, par leur présence, leurs interventions et leurs contributions, leur estime pour la personne et l’œuvre de notre cher Jacques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Brey, « En ouverture à un hommage », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2015, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/5363

Haut de page

Auteur

Gérard Brey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org