Navigation – Plan du site

Éditorial

Manuelle Peloille
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Le présent numéro est en prise avec l'actualité des concours. Cependant, outre l'utilité que les candidats ne manqueront pas de trouver au dossier « Visions cinématographiques de Madrid, 1950-2000 », il exprime la vitalité de la recherche française sur l'image, perceptible dans les centres d'intérêt déclarés par les doctorants, le profilage des postes à l'université, et bien entendu les publications de ces vingt dernières années.

2C'est que la ville est bien présente dans le cinéma espagnol, et ce bien avant la postguerra : El misterio de la Puerta del Sol, de Francisco Elías Riquelme (1929), fait circuler ses héros dans les trépidations motorisées du Kilomètre zéro. Comme le signalent Nancy Berthier et Pascale Thibaudeau dans leur introduction au dossier, des pans entiers du cinéma espagnol mettant en scène ou ayant pour décor la ville de Madrid ont été ignorés, par les Espagnols eux-mêmes et, ajouterons-nous, des cinéphiles étrangers. Tandis que la jeune intelligentsia parisienne des années cinquante et soixante accourait en troupeaux rebelles aux projections des chefs d'œuvre du néo-réalisme italien, et ne laissait aucun film hongrois, polonais ou tchèque hors du champ de sa curiosité débordante, le cinéma espagnol de la même époque, plombé sans doute par l'infamie du franquisme, était recouvert d'un voile éblouissant : seul Mort d'un cycliste, de Juan Antonio Bardem (1955) sortait alors de l'ombre. L'un des mérites de ce dossier est de nous inviter à découvrir ou redécouvrir des chefs d'œuvre contemporains de Surcos, de José Antonio Nieves Conde (1951) : Cielo negro, de Manuel Mur Oti (1951) pour ne citer que celui-ci, au travelling final étourdissant. La ville est présente, de la Babylone de Surcos, à la cité compartimentée de Barrio ; à toutes les époques, l'horizon des personnages est barré, la fin souvent tragique. Le dossier présenté, donc, ne se veut pas uniquement réponse aux impératifs du concours mais pourvoyeur de suggestions et de pistes pour des investigations plus profondes à la suite des chercheurs reconnus dans ce domaine.

3Pour la première fois depuis le début, la section « Mémoires, thèses et habilitations » est déserte. Le calendrier des soutenances oblige à un tir groupé à la fin de l'automne, mais là n'est pas la seule cause de ce fait. Nous réitérons notre invitation aux jeunes docteurs, une fois passées le cap de la soutenance, à faire connaître leurs travaux sous forme d'un résumé qui peut aller de 2 à 8 pages, à l'adresse ccec@revues.org. L'appel vaut aussi pour leurs directeurs de recherche et membres des comités de suivi de thèse.

4Ce numéro 13 laissera bientôt la place, fin janvier 2015, au numéro spécial Hommage au professeur Jacques Maurice, fondateur et premier directeur des Cahiers…, un an après la journée célébrée à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

5Nous souhaitons à nos lecteurs et contributeurs une année 2015 fructueuse et la plus sereine possible. Merci, enfin, aux collègues qui ont accepté d'évaluer les propositions d'articles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Éditorial », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/5354

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Professeur, Université d'Angers, EA 4335 3L.AM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org