Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Enfances en guerre. Témoignages d’enfants sur la guerre

Karine Lapeyre
Référence(s) :

Rose Duroux et Catherine Milkovitch-Rioux (ed.), Enfances en guerre. Témoignages d’enfants sur la guerre, Genève, L’Équinoxe/Editions Georg, 2013.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble des interventions prononcées lors du colloque éponyme organisé par l’unesco à l’occasion du centenaire de la naissance de Françoise et Alfred Brauner et qui eut lieu à Paris en 2011. Il complète le catalogue de l’exposition, J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner. Ce colloque s’inscrivait dans le programme EVE (Enfance, Violence, Exil), projet ANR qui, de 2009 à 2013, s’employa à récolter et analyser des témoignages d’enfants sur la guerre.

2Dans leur introduction, Rose Duroux, Célia Keren et Catherine Milkovitch-Rioux, piliers du projet, rappellent l’approche transdisciplinaire du colloque qui réunit aussi bien des chercheurs que des théoriciens, des praticiens et des soignants. Les Brauner et leur collection de dessins d’enfants ayant vécu la guerre (certains exposés dans les locaux de l’UNESCO) sont le point de départ des réflexions. A la fin du xxe siècle, ce témoignage est devenu objet d’étude pour les historiens qui s’intéressent à l’expérience enfantine, aux enfants acteurs et non plus victimes mais aussi au discours produit par ces enfants devenus adultes et la recréation rétrospective de leur expérience de la guerre.

3L’ouvrage s’organise en six parties. Dans la première, consacrée au couple Brauner, leur fils expose quelques aspects de leur biographie alors que Philippe Vals, instituteur, psychologue clinicien, fondateur d’Enfants Réfugiés du Monde nous rappelle l’évolution des Brauner et les différentes guerres qu’ils ont connues tout en expliquant leurs liens avec ERM. Enfin, Viviane Alary présente un corpus de six petits albums de bandes dessinées publiés par Alfred Brauner à la Libération, insistant sur les talents de conteur et la bonne connaissance de la psychologie enfantine de l’auteur. Ces trois textes, s’appuyant sur l’expérience du couple auprès des enfants vivant des situations de guerre, expliquent leur démarche ainsi que l’origine des documents et leur objectif (étudier, soigner, conserver, témoigner) qui en font leur richesse pour les chercheurs contemporains.

4La deuxième partie présente le dessin d’enfant comme objet d’étude. Parmi les dessins récoltés par les époux Brauner, Emilie Lochy a choisi d’étudier ceux des enfants de La Guette, enfants juifs allemands et autrichiens réfugiés dans ce château à partir de mars 1939. Elle intègre à son analyse celle d’Alfred Brauner lui-même. Donald Davis, archiviste de l’American Friends Service Commitee (plus connu comme Quakers) présente le fonds dont il a la charge et qui, tout comme le fonds Brauner, dispose d’une collection de lettres et de dessins réalisés par des enfants en période de guerre, de la Première Guerre mondiale à l’Afghanistan. Pour terminer, Manon Pignot mène une réflexion méthodologique sur l’étude scientifique de ces dessins qui permettent d’écrire une histoire « à hauteur d’enfants » et complètent les sources « traditionnelles » : correspondance, journaux intimes, mémoires. Sa démarche est illustrée par deux exemples : le bombardement et l’arme blanche.

5La partie suivante est consacrée à la Guerre d’Espagne. Rose Duroux et Célia Keren reviennent sur le point de départ de l’expérience des Brauner puis expliquent l’évolution de leur perception de l’enfant-héros à l’enfant-victime. Pour cela, elles ont choisi quatre dates correspondant à des publications du couple : 1938, les dessins de la guerre d’Espagne ; 1946, la Deuxième Guerre mondiale ; 1976, un catalogue imprimé par les handicapés mentaux de Saint-Mandé et 1991, une synthèse de leur œuvre destiné au grand public : J’ai dessiné la guerre. Dans l’article suivant, Veronica Sierra Blas évoque les enfants que n’ont pas connus les Brauner, « los niños de Rusia ». La vision de la guerre est ici analysée à partir des lettres que ces enfants évacués en URSS écrivaient à leur famille restée en Espagne. Elle y découvre la construction d’une identité collective forte qui caractérise ce groupe soumis à la propagande des deux camps. Alicia Pozo Gutiérrez, quant à elle, a pris pour objet les enfants évacués en Angleterre du point de vue de l’histoire orale. Ce sont ici les souvenirs d’adultes qui ont vécu la guerre étant enfants et qui portent un regard sur leur expérience qui sont recueillis. Ils ne se présentent pas comme des victimes mais comme des acteurs de leurs propres destins et insistent sur leur gratitude envers les Britanniques. L’article est accompagné de quatre témoignages.

6La quatrième partie aborde des conflits plus récents. Amina Rachid évoque la Palestine à travers plusieurs récits de témoins du conflit dont l’autobiographie de Mourid Al-Barghouthi, Je suis né ici, je suis né là-bas. On peut y lire la violence du conflit mais également la résistance enfantine dans les camps, au travers de l’art, en particulier le théâtre. Pour le cas tchétchène, Aude Merlin insiste sur le problème des sources disparates qui peinent à rendre compte de réalités diverses et parfois irreprésentables. Si les dessins s’approchent de la réalité (on y retrouve toujours les mêmes thèmes : les destructions, la paix perdue…), l’imaginaire permet d’envisager la résilience. Janine Altousian, essayiste, aborde son expérience personnelle, celle de son aïeule, orpheline et survivante du génocide arménien de 1915, complétée par d’autres témoignages livrés sans analyse. Marie-Odile Godard, elle, utilise et analyse du point de vue de la psychopathologie des expériences et des témoignages d’enfants recueillis par des psychologues internationaux après le génocide du Rwanda, insistant sur la reconstruction après le traumatisme. Le dernier article, de Nicole Dagnino, enseignante et fondatrice d’ERM, raconte son vécu auprès des enfants du Guatemala au cours de différentes missions. Elle s’appuie pour cela sur des dessins et des témoignages d’enfants.

7L’ouvrage s’achève par une intervention de Boris Cyrulnik lors de la table ronde. Ce psychiatre explique le concept de « résilience » et dans un entretien met en relation son travail avec l’ensemble du colloque. Puis, Esther Mujawajo, volontaire rescapée du génocide, nous parle des enfants du Rwanda. Dans le dernier entretien, Stéphane Audouin-Rouzeau, « pionnier de la prise en compte du témoignage enfantin » revient sur l’ensemble du colloque et sur l’intérêt de l’interdisciplinarité.

8La conclusion de Manon Pignot met en évidence la forte représentation féminine chez les participants, comme si l’expérience enfantine de guerre était davantage une affaire de femmes. Elle relève également le caractère interdisciplinaire des réflexions engagées, qui a permis des discussions transversales sur « l’enfant victime, témoin, acteur » et une volonté de la part des intervenants d’historiciser les sources enfantines, en particulier les dessins, axe central d’un colloque organisé autour des époux Brauner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Lapeyre, « Enfances en guerre. Témoignages d’enfants sur la guerre », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 27 décembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/5212

Haut de page

Auteur

Karine Lapeyre

EA 4705 ERIAC Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org