Navigation – Plan du site
Études
Miscellanées

Citoyenneté féminine sous la Seconde République : entre le réformisme social et la démocratisation

Ciudadanía femenina bajo la Segunda República : entre el reformismo social y la democratización
Ana Aguado

Résumés

La Seconde République espagnole a apporté, en matière de relations entre les sexes, des changements modernisateurs non exempts de continuités ; des réformes juridiques en butte à des résistances culturelles. Ce processus de démocratisation, – avec ses contradictions et ses limites - fut possible dans un nouveau contexte politique et législatif. Au-delà de la promulgation du droit de vote des femmes, le gouvernement républicain adopta, entre mai 1931 et l'été 1933, non moins de dix-sept dispositions légales relatives à l'égalité entre les hommes et les femmes, à leurs droits civiques et politiques, à leur intégration dans la vie publique. Comme le droit de vote, tous ces droits sont inscrits dans la Constitution de 1931. Le nouveau régime républicain créa de la sorte les conditions nécessaires - mais non suffisantes –, pour que les femmes puissent redéfinir en termes de genre les discours égalitaires existant dans certaines cultures politiques, telles que le républicanisme ou le socialisme. Cette redéfinition permit d'entreprendre un processus de construction de nouvelles identités de genre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Ce travail relève du Projet I+D+I HAR2011-27559 « Democracia y culturas políticas de izquierda en l (...)

1Sous la Seconde République espagnole, la modernisation de la vie des femmes fut une combinaison de changements et de continuités, de conquêtes légales et de résistances culturelles. Une telle évolution fut stimulée par un ensemble de dispositions légales tendant à établir une égalité. Mais, dans le même temps, celles-ci se heurtèrent à une série de résistances et de permanences au sein du système de genre traditionnel, dont les répercussions sur les femmes varièrent selon leur milieu social. L'arrivée de la Seconde République, avec tout ce que cela impliquait de volonté réformiste, et de mesures légales à même de fournir des réponses aux diverses problématiques sociales, suscita l’espoir que le nouveau gouvernement républicain-socialiste reprît à son compte les demandes des femmes depuis longtemps formulées. Ces attentes, une fois synthétisées dans un nouveau cadre juridique, devaient mener à un statut égalitaire entre les femmes et les hommes, tant sur le plan politique que dans la vie familiale, professionnelle et culturelle.

  • 2 Ana Aguado, « Entre lo público y lo privado : sufragio y divorcio en la Segunda República », Repúbl (...)

2L'instauration de la République allait rendre possible, pour la première fois dans l'histoire de l’Espagne, le développement d'éléments politiques caractéristiques de la modernité d'un État, tels que la démocratisation, la laïcité, la législation. Plus spécifiquement, pour les femmes, il s'agissait de la reconnaissance de leurs droits politiques et sociaux, la citoyenneté et la majorité légale. Pour la première fois de l'histoire, la République introduisit une sensibilité égalitaire. L'amélioration de la condition féminine était une question prioritaire dont le traitement devenait inéluctable pour le nouveau régime investi d'une volonté réformiste et modernisatrice. Et il en fut ainsi, tant sur le terrain des pratiques sociales, que sur celui des stratégies et des conflits idéologiques, au sein des différents partis politiques acteurs de la période républicaine2.

3Il convient donc d'analyser en ce sens dans quelle mesure le travail législatif réformiste, mis en œuvre depuis 1931 par le gouvernement provisoire et par l'exécutif républicain-socialiste, fut générateur – parallèlement à d'autres facteurs – de progrès significatifs en matière d'égalité entre les femmes et les hommes. L'analyse de tout ce corpus législatif – décrets, lois, et la Constitution de 1931 – comme un projet égalitaire – au moins en partie –, doit être formulée par rapport au contexte, aux antécédents, et aux conditions historiques dans lesquelles il fut promulgué. Et d'autre part, il doit être envisagé par rapport à ses répercussions sur les travailleuses et les différents secteurs de la population féminine.

4De mai 1931 à l'été 1933, le gouvernement adopta dix-sept textes relatifs à l'égalité entre les femmes et les hommes, aux droits civils et politiques des premières et à leur incorporation dans la vie publique, autant d'éléments qui furent repris dans différents articles de la Constitution de 1931. La mesure la plus connue fut, évidemment, le suffrage féminin, et son adoption par l'Assemblée constituante de 1931. Mais, parallèlement, après les premières mesures immédiates, le gouvernement républicain-socialiste en adopta d'autres, qui devaient imprimer des changements significatifs à la subordination traditionnelle et à l’inégalité subie par les femmes. Parmi celles-ci, l'introduction de l'école mixte, du mariage civil et du divorce, le développement progressif d'une législation égalitaire du travail, ou l'assurance maternelle adoptée par le Ministre du Travail Largo Caballero. Ces mesures rencontrèrent bien évidemment des freins dans leur mise en place, mais elles furent une condition nécessaire du processus égalitaire et, par conséquent, démocratique, de la société espagnole.

  • 3 Concha Fagoaga, La voz y el voto de las mujeres. El sufragismo en España, 1877-1931, Barcelone, Ica (...)

5La spécificité de la période républicaine implique donc une continuité et des changements dans les rapports sociaux de genre, tant dans la sphère privée que publique. Et dans cette perspective, cela requiert une analyse afin de savoir dans quelle mesure les pratiques sociales et les identités féminines et masculines commencèrent à se transformer grâce aux perspectives politiques, législatives et culturelles ouvertes durant la brève période républicaine. Mais aussi, dans quelle mesure et dans quelles limites, ces mêmes changements législatifs devaient concerner la vie quotidienne de femmes de différents milieux sociaux3.

  • 4 Serge Berstein, « Nature et fonction des cultures politiques » in Serge Berstein, (dir.), Les cultu (...)
  • 5 Alberto Melucci, « Asumir un compromiso : identidad y movilización en los movimientos sociales », i (...)

6Néanmoins, l’on ne peut comprendre tout cet ensemble de mesures égalitaires dans le contexte de la République qu'en analysant les antécédents, la généalogie et, concrètement, l'héritage des cultures politiques républicaines et socialistes depuis le début du xxe siècle, puis la réappropriation discursive de celles-ci par les femmes. Cette appropriation permit ainsi, durant la Seconde République, le développement d'une identité spécifique de genre, liée aux cultures politiques républicaines et socialistes – le concept de culture politique renvoie ici à un ensemble de représentations, de règles, de valeurs, de pratiques, de mémoires et manières d'être dans le monde et de se socialiser, qui constituent l'identité des grandes idéologies ou familles politiques4. La réappropriation par les femmes des signifiés discursifs existant dans les cultures politiques égalitaires de la Seconde République – républicanisme, socialisme – leur permit non seulement de formuler des revendications en matière d'égalité, de liberté ou de droits politiques, mais aussi de construire et de redéfinir, à partir de leur propre identité et de leurs expériences personnelles, un ordre symbolique autoréférentiel5.

7Le résultat fut un conditionnement réciproque entre le contexte politique et l'intériorisation des signifiés discursifs universalistes qui générèrent des demandes d'égalité et de citoyenneté, et, par la même occasion, de nouvelles identités féminines. En ce sens, la réflexion sur les demandes égalitaires et féministes, au sein des cultures politiques de gauche depuis le début du xxe siècle, est particulièrement intéressante. Par ailleurs, il est tout aussi enrichissant d’étudier comment ces revendications purent se concrétiser politiquement, et de se développer juridiquement, durant la Seconde République.

Vers l'émancipation féminine en amont de la Seconde République

8Le changement introduit par le contexte républicain en ce qui concerne l'égalité et les droits des femmes ne fut pas un fait ponctuel ou sans antécédents, et il ne peut s'expliquer d’un point de vue historique qu'en partant de la structuration progressive des identités de genre, tant chez les femmes des classes populaires que chez celles des minorités éclairées et cultivées. Il convient donc de postuler l’existence, depuis la fin du xixe siècle et les premières décennies du xxe, d'une généalogie du féminisme, issue des générations de femmes porteuses de pratiques, d’expériences, de discours politiques spécifiques, ou pourvues d'une conscience politique.

9Le développement d'une conscience féminine/féministe, en particulier au sein des cultures politiques de gauche, généra en Espagne, durant les années vingt et trente, différentes stratégies plurivoques face au manque de droits pour les femmes. Leur présence croissante dans les cultures politiques de gauche permirent, à travers des mécanismes formels ou informels, que des principes égalitaires en matière de genre se développent en leur sein. Et, plus spécifiquement, la préoccupation – partagée par le républicanisme – pour l'accès des femmes à une meilleure éducation, passe par la nécessité de les soustraire à la tutelle religieuse et cléricale. À celle-ci s’ajoutait la consolidation progressive de la revendication du droit de vote, initialement inexistante. Il convient de rappeler en effet que cette demande faisait déjà partie des résolutions de la Deuxième Internationale Socialiste depuis la fin du xixe siècle, et évidemment, du programme de l'Internationale Socialiste des Femmes.

  • 6 Ana Aguado, « Feminismo socialista y/o socialismo feminista: María Cambrils » in Arenal. Revista de (...)

10Depuis le début du xxe siècle a existé en Espagne un discours égalitaire et féministe au sein de la culture politique socialiste, mais il n'était ni majoritaire, ni hégémonique. En effet, il se trouva constamment confronté à l'idéologie sexiste dominante dans la culture ouvrière. Cependant, la présence progressive de femmes permit, par exemple, la création de Groupements Féminins Socialistes dès les premières années du xxe siècle, dans plusieurs villes comme Madrid, Barcelone ou Bilbao. C’est dans ce contexte que s’inscrit la socialiste valencienne María Cambrils et son ouvrage Feminismo Socialista. Ce texte, publié à Valence en 1925, est particulièrement représentatif de l'existence d'un idéal émancipateur et égalitaire, conscient tant de l'exploitation économique que de la subordination féminine6.

11María Cambrils symbolisa, au sein des rangs du Partido Socialista Obrero Español, l’articulation entre socialisme et féminisme, au moment où la problématique du féminisme prenait une certaine importance dans les débats. Son analyse se centrait sur la subordination sociale et professionnelle des femmes en tant qu’élément supplémentaire de l’inégalité sociale ; dans cette perspective socialiste, son « alternative » se concrétisait également par la transformation socialiste et féministe de la société :

  • 7 María Cambrils, Feminismo Socialista, Valence, [s.e], 1925, p. 33.

Le socialisme, toujours logique, toujours libéral, émancipateur de tous les opprimés, libre de tout préjugé religieux, amoureux de la véritable morale fondée sur la science, doit être notre norme de conduite ; il reconnait le vote des femmes sans distinction et porte le féminisme à son plus haut degré7.

12María Cambrils explicita donc une forme de compréhension du féminisme d’un point de vue socialiste, face à ce qu’elle appelait le « féminisme catéchiste ». Et dans le même temps, sa position ne se réduisait pas à quelques objectifs à long terme, mais se concrétisait plutôt stratégiquement dans l’action, dans la lutte pour le droit de vote, les droits éducatifs et professionnels des femmes, et les réformes de la législation qui rendraient possible la citoyenneté égalitaire. Ainsi proposait-elle en tant que socialiste des mesures spécifiques à court terme, pour avancer dans la marche vers l’égalité, donc la démocratie. Une fois proclamée la Seconde République, elle fut un énergique défenseur du suffrage féminin avec ses principes démocratiques, socialistes et féministes, qualifiant de misogynes ceux qui s’opposaient à l’égalité des droits entre les femmes et les hommes :

  • 8 María Cambrils, « El voto femenino », El Popular (Órgano de la Agrupación Socialista Gandiense, Gan (...)

C’est déjà un cliché éculé de dire que le Parlement espagnol a commis une maladresse monumentale en ayant incorporé dans notre Constitution le postulat féministe de l’égalité électorale entre les deux sexes. Ceux qui qualifient de maladroite une mesure de droit civil aussi égalitaire sont les misogynes de toujours, ceux-là qui admettent comme très juste le vieil adage : « La place d'une femme est à la maison devant ses fourneaux »8.

  • 9 Marta Del Moral, Acción Colectiva Femenina en Madrid (1909-1931), Saint-Jacques de Compostelle, Uni (...)

13Néanmoins, ce type d’analyse aussi explicitement féministe avait été traditionnellement minoritaire dans les cultures ouvrières, malgré le développement d'une conscience et d'une sensibilité égalitaires, qui commencèrent à se refléter dans les formes d’organisation tout comme dans les programmes socialistes9. Mais dès les premières décennies du xxe siècle, des demandes politiques et sociales apparaissaient ainsi, comme par exemple, dans le programme adopté en 1918, lors du xie Congrès national du psoe, où des propositions spécifiquement relatives aux femmes, comme le suffrage féminin, l’égalité des droits civils, la réforme du contrat de mariage, ou bien encore la création de crèches municipales pour les enfants des travailleuses, furent proposées, parallèlement aux revendications professionnelles prioritaires comme l’égalité salariale.

  • 10 Rosa Capel, Socialismo e igualdad de género. Un camino común. Madrid, Fundación Pablo Iglesias, 200 (...)
  • 11 Ana Aguado et Mª Dolores Ramos, La modernización de España (1917-1939). Cultura y vida cotidiana. M (...)

14Plus tard et dans la même perspective, le troisième Congrès des Jeunesses Socialistes revendiquait déjà en 1929, entre autres choses, les mêmes droits politiques pour les femmes et les hommes, l’égalité salariale, la loi sur le divorce, la recherche de paternité, l’égalité de droits entre enfants légitimes et « naturels », et la sanction pénale pour les délits de séduction et d’abandon10. Il s'agissait de revendications spécifiques destinées à éliminer les situations d’inégalité et de subordination des femmes, et qui étaient déjà reprises à leur compte dans les programmes socialistes, au moins dans certains de leurs discours et pratiques, même si elles n'étaient pas hégémoniques11.

15Avec de tels antécédents, et bien d'autres, au moment de la proclamation de la République, toutes ces demandes étaient contenues dans le programme politique socialiste que le psoe présenta aux élections du 14 avril 1931, de telle sorte qu'après les débuts de la République, ces problématiques rencontrèrent des possibilités immédiates de développement politique dans le cadre des changements juridiques et politiques générés par le nouveau contexte. Tout d’abord, à partir d’un vaste ensemble d’articles contenus dans la Constitution républicaine adoptée à la fin de la même année ; ensuite, à partir de leur développement législatif. En définitive, toute une génération de femmes, liées aux cultures républicaines et socialistes, agirent dans l’espace public en redéfinissant les langages égalitaires depuis une perspective de genre. Leurs expériences politiques sont ainsi liées à la formation d’une culture féministe, qui, durant la Seconde République, développe et consolide les demandes de citoyenneté, et le désir de liberté, d'égalité, et de fraternité, autant pour elles que pour le reste de la société.

Citoyennes et égales sous la République : la Constitution républicaine et les réformes

  • 12 Joan Scott, « El eco de la fantasía : la historia y la construcción de la identidad », in Ayer n°62 (...)

16C’est non seulement à partir des éléments précurseurs cités précédemment que l’on peut interpréter le point d’inflexion représenté par la Seconde République quant à la construction de la citoyenneté féminine et à la présence des femmes dans l’espace public, mais aussi et surtout quant à la construction des identités de genre au sein des cultures politiques républicaines et socialistes. Ce sont les éléments présents dans le monde « politique » qui peuvent expliquer la transformation et le tournant que représenta le nouveau contexte républicain pour les femmes, malgré toutes les limites et contradictions de la législation adoptée12. Pour les femmes, la Seconde République signifia, fondamentalement, l’obtention de la citoyenneté politique et sociale, du suffrage, et de droits et libertés individuelles ; mais aussi, dans un sens plus large, le développement d’une œuvre législative importante qui allait rendre possible en tant que condition indispensable, bien qu’insuffisante, des changements réels dans la vie privée et publique, autant pour les femmes que pour les hommes. En effet, la vie quotidienne de ces derniers se vit touchée, à des degrés divers, par l’introduction de changements concrets.

  • 13 Danièle Bussy Genevois, « Historia de una mayoría ciudadana. Ciudadanía femenina y Segunda Repúblic (...)

17Dès les premiers instants de la proclamation de la République, l’atmosphère de fête qui l’accompagna se caractérisa entre autres par la présence de femmes dans l’espace public, présence qui d’une certaine manière était un symbole de la liberté républicaine. On voit par exemple, dès les premiers jours, les petites mains, arborant le bonnet phrygien, défiler joyeusement en se prenant par le bras, ou bien arriver au centre de Madrid les femmes provenant des faubourgs et des quartiers ouvriers pour contempler la manière dont le drapeau républicain flottait sur le Palais royal. L’image de la « modernité républicaine » se traduit ainsi symboliquement, dans le cas des femmes, par la sortie du foyer, de l’enceinte privée, pour se balader dans les rues ; ou dans l’image de la République devenue femme, « la niña bonita (la jolie fille) », qui fut reflétée dès l’été 1931 dans la peinture de Pradillo. De même, lors des premières semaines de vie du nouveau régime, hommage était rendu à deux femmes symboliques chacune de son époque : Mariana Pineda, la « sainte laïque », dont la statue, située dans le centre de Grenade, reçut la visite spontanée du peuple le quinze avril ; mais aussi Concepción Arenal, première spécialiste en droit pénal et visiteuse de prisons, dont la figure fut évoquée au Parlement, et à laquelle sera comparée Victoria Kent13.

18Mais au-delà de ces référents symboliques, la République rendit possible une nouvelle visibilité féminine dans l’espace public, jusqu’alors inconnue, accompagnée d’un important processus de politisation et d’exercice de la citoyenneté. Visibilité à laquelle contribuait l’accès à la vie publique, dans ces années-là, de la première génération d’étudiantes, formée depuis la légalisation de la présence féminine à l’Université en 1910. Génération caractérisée par sa modernité, son féminisme, et sa formation culturelle et intellectuelle, bien qu'il s'agît, certes, d'un groupe minoritaire. Cette élite féminine, réduite d’un point de vue quantitatif mais qualitativement très active, était présente dans les media de l’époque et la vie culturelle du pays. Elle était liée culturellement et idéologiquement au républicanisme, à la Institución Libre de Enseñanza et au socialisme, c’est-à-dire aux référents idéologiques qui imprégnèrent le projet politique et culturel du 14 avril.

19Il s'agit de toutes les femmes menant un important activisme civique, laïciste, suffragiste et féministe ; appartenant à l’Associación Nacional de Mujeres Españolas (ANME) – dirigée par María Espinosa de los Monteros et Benita Asas Manterolas ; à l’Unión de Mujeres Españolas (UME), au Consejo Supremo Feminista, au Lyceum Club fondé en 1926 – parmi lesquelles, María de Maeztu, Zenobia Camprubí, Carmen de Burgos, María Goyri, Carmen Baroja, etc. ; à l’Asociación Universitaria Femenina, à l’Unión Republicana Femenina – fondée par Clara Campoamor en octobre 1931 afin de soutenir l’obtention du suffrage féminin ; au Patronato de Protección de la Mujer créé en septembre 1931, à l’Asociación Femenina Educación Cívica fondée par María Lejárraga en 1932, etc.

  • 14  Aurora Morcillo, « Feminismo y lucha política durante la ii República y la Guerra Civil », in Pila (...)

20Beaucoup d’entre elles étaient à la fois membres d’organisations politiques républicaines ou socialistes, des Agrupaciones Femeninas Socialistas, d’athénées républicains, de cercles, d’institutions, de réunions littéraires informelles, ou de la Residencia de Señoritas – la version féminine de la Residencia de Estudiantes – liée à l’Institución Libre de Enseñanza. Les femmes avaient réclamé, à travers toutes ces instances civiques et politiques, surtout à partir de la Première Guerre mondiale, des changements législatifs qui modifieraient la situation de subordination dans laquelle elles se trouvaient, les transformeraient en citoyennes, et rendraient possible l’égalité des droits politiques, civils, au travail, entre femmes et hommes14.

  • 15  Mª Gloria Núñez Pérez, « Mujer y partidos republicanos en España (1931-1936) », in Cuadernos Repub (...)

21En ce qui concerne spécifiquement le développement de la présence féminine dans les organisations politiques, à l’intérieur de la culture politique républicaine, il existait depuis le début du siècle une présence féminine, organisée de façon inégale. Ce fut ainsi le cas du républicanisme valencien – le blasquisme – avec les Asociaciones Femeninas Republicanas, ou en Catalogne avec les Damas Rojas du Parti Radical de Lerroux. Ce même contexte politique promut la création de « sections féminines » dans les partis républicains et l’incorporation des femmes dans ceux-ci, bien que cette intégration signifiât parfois, dans un premier temps, la subordination aux directives politiques masculines, et leur mise à l’écart par rapport aux décisions stratégiques importantes15. De même, durant la Seconde République, de remarquables intellectuelles féministes militèrent dans les partis républicains et socialistes : Clara Campoamor au Parti Radical ; Victoria Kent, Catalina Salmerón, Carmen de Burgos ou Benita Asas Manterola au Parti Républicain Radical Socialiste ; Belén Sárraga dans le Parti Républicain Fédéral, Margarita Nelken, María Lejárraga, Carmen de Burgos ou Matilde de la Torre au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (psoe).

  • 16 Mary Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la guerra civil, Madrid, Taurus, 1999.

22Mais le poids qualitatif de ces minorités éclairées, rendit alors possible, en outre, l'intégration de milliers de femmes à deux organisations politiques spécifiquement féminines, bien au-delà des petites associations des années 1920, que furent en leur temps la Asociación Nacional de Mujeres Españolas (ANME) ou la Unión de Mujeres Españolas (UME). Concrètement, ces femmes rejoignirent l’Agrupación de Mujeres Antifascistas (AMA) – créée initialement comme Mujeres contra la Guerra y el Fascismo – qui commença son action en 1933 ; ou Mujeres Libres, fondée en 1936 par Lucía Sánchez Saornil, Amparo Poch y Gascón, et Mercedes Comaposada16. Ces organisations importantes, qui furent une authentique école politique, allaient mobiliser pour la première fois des milliers de femmes durant toutes les années trente, puis plus particulièrement durant la guerre, qui accentua la présence féminine dans le paysage politique.

23Néanmoins, malgré cet accroissement évident de la visibilité politique des femmes, il faut prendre en compte le fait que cette présence continua à être largement minoritaire, a fortiori dans les responsabilités publiques. Car le maintien d’une mentalité traditionnelle et du « bon sens » hégémonique, faisait que les femmes étaient toujours considérées comme étant faiblement préparées pour la vie publique. En effet, vers 1931, la société espagnole était encore profondément plongée dans un système de genre traditionnel et patriarcal, qui se traduit par des pratiques sociales hiérarchisées. Les relations privées entre les femmes et les hommes, ou la hiérarchisation de la masculinité et de la féminité, de la morale et des règles – différentes pour les uns et les autres –, changèrent très lentement, freinés par des modèles patriarcaux et des images culturelles fortement intériorisés. Ces modèles se retrouvaient tant dans les relations familiales que dans la normalisation de la présence féminine en politique et dans les espaces publics de sociabilité.

  • 17 Danièle Bussy Genevois, « Citoyennes de la Seconde République » in Marie-Aline Barrachina, Danièle (...)

24Tout en gardant ces limites à l’esprit, la Constitution de 1931, et l’obtention du suffrage universel, signifiaient, toutefois, le début d’une étape qualitativement différente des précédentes, du point de vue de la citoyenneté féminine et des réformes législatives dans l’espace politique. Une étape différente puisque, pour la première fois, comme nous l’avons vu précédemment, on peut réellement parler de suffrage universel et de démocratisation de l’État espagnol, entre autres choses parce que pour la première fois, la moitié de la population, les femmes, devinrent des citoyennes17. Nous pourrions donc dire, dans un sens strict, que la matérialisation sous forme de lois des revendications égalitaires des cultures politiques joua un rôle modernisateur, qui deviendrait réalité dans la configuration de l’État républicain. La République allait être, parmi ses nombreuses autres caractéristiques, la République des citoyennes. C’est ainsi que l’analysera María Lejárraga – María Martínez Sierra, si on prend le nom de famille de son époux –, députée socialiste au Parlement élu en 1933, dans le livre La mujer española ante la República, publié en 1931, et dans lequel elle exigeait l’implication et le soutien des femmes au nouveau régime :

  • 18 María Martínez Sierra, La mujer española ante la República. Madrid, Ed. De la Esfinge, 1931.

Femmes ambitieuses, le gouvernement de la Bonne Volonté Espagnole peut vous donner des postes et des responsabilités. Femmes généreuses, le gouvernement de la République peut vous donner des devoirs. Femmes justes, la République peut vous donner des droits. Elle peut, elle sait, elle veut et cela lui convient18.

25Afin de vérifier cette affirmation, il est nécessaire de faire référence dans un premier temps aux décrets d’urgence, et ensuite, à l’ensemble de mesures, de réformes de lois et de décrets, à caractère égalitaire, adoptés par le gouvernement républicain-socialiste. De mai 1931 à l’été 1933, puis lorsque la crise provoquée par les événements de Casas Viejas déboucha sur l’abandon du gouvernement de coalition par les socialistes, fut promulgué un vaste ensemble de lois et de décrets (17), relatifs à l’égalité entre les femmes et les hommes, aux droits politiques et civiques des femmes et à leur incorporation dans la vie publique, qui venaient s'ajouter à l’article déjà présent dans la Constitution.

  • 19 Rosa Capel, (ed.), Historia de una conquista : Clara Campoamor y el sufragio femenino, Madrid, Ayun (...)

26Parmi les décrets d’urgence se trouvait celui du 8 mai 1931, qui modifiait la loi électorale précédente, rendant les femmes éligibles. Cela faisait alors tout juste un siècle que les femmes s’étaient vu interdire l’accès aux tribunes du public au Parlement et que certaines assistaient donc aux débats déguisées en hommes. Ce décret permit l’élection des trois premières femmes députées : Clara Campoamor pour le Parti Radical, Victoria Kent pour le Parti Radical Socialiste et Margarita Nelken pour le Parti Socialiste. Elles étaient également les trois seules avocates inscrites au Barreau de Madrid. La représentation féminine resta minoritaire au Parlement tout au long des trois législatures : parmi les neufs députées qui siégèrent à la Chambre, cinq le furent au titre du PSOE : Margarita Nelken, María Lejárraga, Julia Álvarez, Matilde de la Torre et Veneranda García Blanco19.

  • 20 Gloria Núñez, « Las consecuencias de la Segunda República : el triunfo parcial de la lógica de la i (...)

27Parmi les mesures d’urgence se trouve également le décret sur les Assurances Maternité, octroyé par Largo Caballero le 26 mai 1931. Il établissait le congé maternel payé pour les travailleuses et la garantie de réintégration ultérieure dans l’entreprise, et proposait de mettre un terme aux accouchements sur le lieu de travail, et aux licenciements sans indemnités en cas de mariage de la travailleuse. Parmi les premières mesures du gouvernement provisoire l’on trouvait aussi la réglementation pour abolir la prostitution, de sorte qu’à travers le décret du 1er juin 1931 l’on remplaçait le Real Patronato para la Trata de Blancas par un organisme plus opérationnel, créé au travers d’une Comisión Provisional Central. Parmi ses membres se trouvaient des femmes importantes telles que María Lejárraga, Matilde Huici ou Clara Clampoamor, et qui aboutit à la mise en place d’un Patronato de Protección a la Mujer entre septembre 1931 et juin 193520.

  • 21 Danièle Bussy Genevois, « Historia de una mayoría ciudadana. …. », op. cit., p. 113-134.

28Après ces premiers décrets d’urgence, la rédaction de la Constitution concentra toutes les perspectives de réformes globales liées à l’égalité et à la citoyenneté féminine. L’égalité juridique et politique entre les femmes et les hommes – avec quelques exceptions ou nuances – allait être reprise pour la première fois dans la Constitution républicaine de 1931. Bien que certaines questions demeurent lettre morte, ou reçoivent un traitement conservant certains aspects discriminatoires – « tel que la loi le stipule » –, la Constitution représenta globalement une nette avancée vers l’égalité. Ainsi, l’article 2 établissait de manière générale l’égalité de « tous les Espagnols devant la loi », et l’article 25 établissait que ni le sexe, ni la classe sociale, ni la richesse, ni les idées politiques, ni les croyances religieuses ne pouvaient être un fondement de privilège juridique. De même, les droits politiques se concrétisèrent dans différents articles : dans l’article 20, elle établissait que « tous les citoyens participeront à part égale au droit électoral, conformément aux lois ». L’article 53, rendait éligibles au titre de député les personnes de plus de 23 ans sans distinction de sexe ou d’état civil, – à l'exception de la Présidence de la République ; et surtout l’article 36 établissait les mêmes droits électoraux pour les citoyens et les citoyennes de plus de 23 ans. La Constitution instituait ainsi le suffrage féminin et introduisait par conséquent, le suffrage universel pour la première fois en Espagne21.

29L’article 43, lui, faisait allusion au mariage, au modèle familial et au divorce, en se basant sur une conception contractuelle du mariage, et pour la première fois, l’on reconnaissait et régulait les divorces par consentement mutuel :

La famille est sous la protection de l’État, qui doit fonder le mariage sur l’égalité de droits des deux sexes, et qui pourra être dissous par consentement mutuel ou à la demande de l’un des conjoints.

30La reconnaissance du mariage civil et du divorce se produira ultérieurement avec la loi de 1932. De même, le texte constitutionnel régulait l’égalité entre les enfants légitimes et « illégitimes », ainsi que la responsabilité conjointe des époux sur les biens et les enfants.

  • 22 Idem, p. 159-163 ; Ana Aguado, « Entre lo público y lo privado», op. cit., p. 105-107 ; Mercedes Y(...)

31Dans les domaines économique et professionnel, les droits des femmes et des hommes furent définis dans l’article 40, qui garantissait l’accès aux responsabilités publiques en fonction du mérite et de la capacité, sans discrimination sur critères de sexe ; et l'article 46, qui, reconnaissant le travail comme fonction sociale, renvoyait à une loi englobant le travail féminin et la protection de la maternité. Dans la même perspective de normalisation de la présence des femmes dans la sphère publique, le décret du 29 avril 1931 permettait aux femmes d’aspirer aux fonctions de notaire et de conservatrice des hypothèques, et d’autres lois permirent l’existence de personnel féminin dans d’autres corps de l’administration de l’État. Néanmoins, des résistances se produisirent pendant la rédaction de ces articles, tant chez les patrons que parmi les ouvriers eux-mêmes22.

  • 23 Rosa Capel, El sufragio femenino en la Segunda República Española, Madrid, Horas y Horas, 1992, (1ª (...)

32Dans cet ensemble d’articles renvoyant à un « réformisme social égalitaire » déjà présent dans la Constitution républicaine, le suffrage féminin est l’aspect le plus remarquable de toutes ces dispositions qui adapteraient ce que l’on pourrait appeler « la politique de genre » du nouveau régime. Et c’est ce qui révèle les contradictions, stratégies et postures des différents partis, ainsi que chez les trois seules femmes députées. Le fameux débat parlementaire sur le suffrage – durant lequel on assista à la brillante défense de Clara Campoamor contre les opinions des députés de son propre parti – eut lieu le 30 septembre et le 1er octobre 1931, et refléta deux stratégies politiques différentes, en marge des clivages idéologiques et culturels sous-jacents. D’une part, les arguments, non seulement féministes, mais aussi démocratiques, de Clara Campoamor, fondés sur l’affirmation selon laquelle ne pas reconnaître le suffrage féminin allait à l’encontre des principes égalitaires d’une république démocratique. D’autre part, les arguments « d’opportunisme politique » utilisés par tous les partis républicains – Parti Radical-Socialiste, Acción Republicana et le Parti Radical de Clara Campoamor lui-même – qui considéraient qu'il n’était pas stratégiquement opportun « d’accorder » le droit de vote aux femmes, parce que celles-ci n’étaient pas encore prêtes, et que leur vote pouvait être dangereux pour la République, comme l’affirmait Victoria Kent elle-même23.

  • 24 Rosa Capel, « El sagrado derecho de votar », in Historia de las mujeres en España y América Latina, (...)

33Mais le suffrage féminin fut finalement adopté, non seulement grâce aux arguments démocratiques de Clara Campoamor, mais aussi conformément à la position officielle des députés du psoe en sa faveur. Après un long débat parlementaire, le suffrage féminin fut donc approuvé le 1er octobre 1931, avec 161 voix pour, 121 contre et 188 abstentions, fondamentalement, avec les voix socialistes, qui se prononcèrent majoritairement pour (83 voix), malgré le désaccord de certains d'entre eux, comme Indalecio Prieto. Pour leur part, les groupes républicains, dont le groupe radical avec lequel Clara Campoamor avait rompu, votèrent contre, pour des raisons stratégiques. Mais ce sera la discipline socialiste qui permettra, par trois fois, un vote favorable du Parlement24. Le texte fut entériné par le scrutin final du 1er décembre 1931, cette fois-ci avec seulement quatre voix d’écart.

34La vision paternaliste de nombreux dirigeants républicains qui craignaient une orientation négative du vote féminin par rapport à leurs intérêts contraste avec la signification pour certaines femmes de pouvoir exercer le droit de vote pour la première fois lors des élections municipales d'avril 1933 et surtout des législatives de l'automne suivant. Pour toute une génération de femmes qui avaient lutté auparavant en faveur de l’égalité, ce fut un symbole. Ainsi pouvait-on lire ces propos, dans la revue Mundo Femenino, organe de l’Asociación Nacional de Mujeres Españolas de décembre 1933 :

  • 25 « Impresiones de una lectora », Mundo Femenino, n°95, décembre 1933, cité par Danièle Bussy Genevoi (...)

Suffragiste ! Je vous remercie pour vos idéaux… Vos luttes et votre sang, vos utopies généreuses et vos rêves ont été condensés à travers les siècles par cet acte simple, avec lequel la Constitution espagnole m’a honorée aujourd’hui en m’élevant aujourd’hui au vénérable rang d’électrice25.

Réformisme social et citoyenneté féminine

35La Seconde République légiféra aussi de manière égalitaire sur des questions relatives à la sphère privée, au mariage et à la vie familiale. Il convenait de « réformer la famille » afin d’étendre l’égalité sur des aspects aussi importants que l’institution du mariage et son cadre légal. Les réformes entreprises en faveur d’une société moderne et laïque, fondée sur la séparation entre l’Église et l’État, comprenaient ainsi non seulement l’école publique, mixte et non confessionnelle, voire la liberté de culte, mais aussi une législation spécifique sur le mariage et le divorce. Cette dernière allait être abordée à l’article 43 de la Constitution de 1931, mais surtout, dans les lois sur le divorce du 2 mars 1932 et sur le mariage civil du 28 juin 1932.

  • 26  Carmen De Burgos, La mujer moderna y sus derechos, Valence, Sempere, 1927.
  • 27 Helena Establier Pérez, Mujer y feminismo en la obra de Carmen de Burgos «Colombine», Almería, Dipu (...)
  • 28 Marcia Castillo, Carmen de Burgos, «Colombine» (1867-1932), Madrid, Ed. del Orto, 2003.

36Le débat idéologique et politique qui eut lieu durant la République à propos de l’adoption de la loi sur le divorce fut l’une des questions sur lesquelles les femmes républicaines et socialistes s’investirent pleinement, défendant le divorce en tant que nécessité démocratique, et conséquence logique de la conception du mariage comme contrat dissoluble. Dans cette perspective, il convient de faire référence à Carmen de Burgos, « Colombine », auteur, dès 1904, de la première enquête sur le divorce en Espagne, publiée dans un livre homonyme. Pendant les années précédant l’instauration de la République, Carmen de Burgos (républicaine, socialiste) développa, aussi bien dans La mujer moderna y sus derechos (1927)26, que dans ses conférences ultérieures, une critique lucide sur les inégalités qu’établissait le Code Civil entre les femmes et les hommes. Une critique qu’elle transposait au caractère conventionnel, trompeur et contre nature du mariage27 réfutant les clichés misogynes habituels, grâce à sa solide connaissance des cercles éclairés et des courants intellectuels de son époque28.

37La loi sur le divorce adoptée en mars 1932 par le gouvernement républicain-socialiste fut l’une des plus en avance sur son temps, l’une des plus « modernes » d’Europe. Entre autre choses, parce qu’elle abordait le divorce par consentement mutuel, une possibilité que l’on ne retrouvera que bien des années plus tard dans des lois similaires en Europe. Au fur et à mesure de sa rédaction et de son adoption, le divorce fut un des sujets les plus présents dans l’opposition cléricale à l’ensemble des mesures laïques proposées par le gouvernement républicain-socialiste. L’Église, avec le soutien des partis de droite, s’y opposa frontalement, de même qu’à la loi sur le mariage civil, puisque les deux impliquaient une réforme fondamentale : celle qui consiste à arracher le monopole que l’Église détenait jusqu’alors sur le mariage, son encadrement et sa légitimation. Dans ce débat idéologique et juridique, la loi fut défendue par la gauche, qui l'envisageait comme une solution effective pour de nombreuses situations injustes et discriminatoires vécues par les femmes, ou devant l’impossibilité de maintien de la vie conjugale.

38Ainsi, pour les députées Margarita Nelken et Clara Campoamor, le divorce symbolise le développement des principes de liberté et d'égalité. Dans cette perspective, Margarita Nelken rappelait, dans son livre ¿Por qué hicimos la revolución?, publié en 1936, la forte campagne démagogique de la droite, par laquelle celle-ci comptait faire croire aux femmes disposant d’un bagage culturel léger que le divorce permettrait à leurs époux de les abandonner. La presse conservatrice tonna contre la prétention « inouïe » de l’État à être compétent sur le mariage, au détriment de l’Église.

39À cet égard, la campagne de discrédit envers la loi qu’organisa à Valence la Derecha Regional Valenciana – parti catholique et régionaliste de Luís Lucia – fut très virulente. Et plus particulièrement celle de son organisation féminine, Acción Cívica de la Mujer (A.C.M.), créée en novembre 1931, coïncidant avec l’adoption du texte constitutionnel. Les Agrupaciones Femeninas Republicanas, conjointement aux femmes socialistes, firent face à cette campagne avec un vaste discours politique anticlérical, tel que l’on peut le voir dans de nombreux articles publiés dans le journal républicain El Pueblo, comme celui-ci :

  • 29 « La mujer », in El Pueblo, 15-v-1932.

Les attaques des pittoresques troupes, aguerries au service du festin quotidien et obligées des ministres du Très-Haut, à l’encontre de la femme républicaine sont sottes. Des langues de vipère soulagent la fureur de leurs poitrines ratatinées de femmes, insultant avec une fureur fanatique. Ces catholiques, lorsqu’elles commencent leurs blâmes, sont transfigurées en une image admirable du fanatisme29.

40Mais malgré l’énorme catastrophisme de la droite catholique, la réalité fut tout autre, puisque durant les deux premières années d’implantation de la loi, du 2 mars 1932 au 31 décembre 1933, seuls 4 043 divorces furent accordés sur les 7 059 demandes. À peine un divorce pour dix mille habitants, chiffres très en deçà de ceux existant alors dans d’autres pays occidentaux : cinq fois moins qu’en France et dix fois moins qu’aux États-Unis.

41Les lois sur le divorce et le mariage civil ne furent pas les seuls aspects qui influèrent sur une progressive élimination des asymétries entre les femmes et les hommes dans la sphère privée. Aussi, les réformes du Code Civil et du Code Pénal supprimèrent une partie des discriminations existantes dans ce domaine. La nécessité de redéfinir et de réformer la citoyenneté féminine amena donc les parlementaires à éliminer une part significative des inégalités contenues dans le Code Civil de 1889 et dans le Code Pénal. Parmi celles-ci, des aspects tels que la liberté de choisir sa nationalité lorsque celle de l’époux était différente, ou l’égalisation de la majorité légale entre les femmes et les hommes, qui fut finalement fixée à 23 ans. Néanmoins, les avancées obtenues par les femmes mariées en ce qui concerne l’égalité civile furent limitées, puisque le Code Civil continua de considérer « l’autorité » de l’époux en tant que « représentant légal » de l’épouse.

  • 30 Gloria Núñez, « Las consecuencias de la Segunda República : el triunfo parcial de la lógica… », op. (...)

42Parmi les politiciens et les dirigeants républicains – mais aussi parmi quelques femmes républicaines telles que Victoria Kent elle-même – l’on considérait qu’il fallait y aller petit à petit puisque les femmes n’étaient pas encore prêtes ; qu’il fallait les instruire, parce qu’elles demeuraient encore sous l’emprise de l’obscurantisme catholique, ce qui pouvait signifier qu’elles se positionnent contre la République laïque et progressiste. Mais ces raisons d’opportunisme politique allaient de pair avec d’autres, plus profondes, relatives à la conception de la féminité ou au modèle de famille, et qui impliquaient, par exemple, que la nouvelle loi du 21 novembre sur les contrats de travail continuât de stipuler l’autorisation de l’époux afin de réaliser un contrat pour une femme mariée30.

  • 31 Idem, p. 194.

43Parallèlement à ces changements importants obtenus dans la législation relative au mariage et au Code Civil, de nombreuses discriminations à l’embauche subsistèrent dans la pratique, malgré la législation réformiste relative au travail féminin. Les salaires féminins continuèrent ainsi à être nettement inférieurs à ceux de leurs collègues masculins, entre 47 et 75 % des rétributions masculines pour une même catégorie et un même métier31, malgré les mesures générales offertes par le gouvernement et les revendications des travailleuses, des syndicats et des partis ouvriers. Le modèle culturel hégémonique qui admettait seulement de manière secondaire les femmes dans le travail salarié se vit renforcé lors des années trente par les restrictions dans l’emploi et l’augmentation du chômage résultant de la dépression économique.

  • 32 Ibidem, p. 180-181 ; María Martínez Sierra, « Lo que nos preguntan los extranjeros », in Mundo Feme (...)

44Parmi les mesures encouragées par la législation républicaine sur la citoyenneté des femmes, l’on trouvait aussi le décret précédemment cité sur les Assurances Maternité. Ce fut le deuxième adopté en procédure d’urgence par Largo Caballero, Ministre du Travail, le 26 mai 1931, pour répondre aux préoccupations du Parti Socialiste envers les ouvrières, mais aussi à la volonté de progrès social dans le cadre modernisateur européen. Avec l’application du congé maternité payé et la réintégration ultérieure à l’usine, il s'agissait de mettre fin à la situation affligeante qui touchait les travailleuses, tels que les accouchements sur le lieu de travail ou les licenciements sans indemnités qui en découlaient. L’aspect controversé du projet, qui suscita, paradoxalement, l’opposition de nombreuses ouvrières, fut qu’afin de financer ces assurances, les patrons et les travailleuses en âge de procréer devaient contribuer moyennant des cotisations presque équivalentes. Ce fut donc l’application difficile et controversée d’une mesure réformiste indispensable qui provoqua des protestations, y compris parmi des femmes de l’ugt et de l’élite intellectuelle et ouvrière32.

  • 33 Mary Nash, Mujer, familia y trabajo en España 1875-1936, Barcelone, Anthropos, 1993.

45L’autre aspect, également contesté, qui eut un grand impact sur les rapports sociaux de genre, fut la règlementation adoptée par le gouvernement républicain-socialiste sur l’abolition de la prostitution, concrétisée par le décret d’urgence de 1931 auquel nous avons fait allusion précédemment. Le décret se situait au centre du débat entre abolitionnisme et réglementarisme, partant de la position traditionnelle de la gauche qui voyait la prostitution comme support de la famille bourgeoise et de la double morale sexuelle. Il établissait des dispositions afin d’abolir la prostitution réglementée, tout en considérant que l’on ne pouvait pas encore l’abolir totalement. Jusqu’en 1935, donc, la prostitution ne fut pas déclarée illégale, avec le décret du 28 juin, et le décret abolitionniste – critiqué par la presse socialiste pour être un mélange d’abolitionnisme et de règlementarisme – n’eut pas les effets escomptés, malgré les campagnes pour la « moralisation » de la vie publique33.

  • 34 María Fernanda Mancebo, La Universidad de Valence. De la Monarquía a la República (1919-1939), Vale (...)

46Finalement, parmi toutes les réformes modernisatrices engagées, l’une des plus importantes pour les femmes fut la réforme éducative. La construction de la « République des citoyennes » était ainsi liée au grand projet culturel et éducatif républicain, à un « corps enseignant de la République » qui, dès le début, impliqua la réforme éducative comme axe central, réforme entreprise suite à l’arrivée au Ministère de l’Instruction Publique de personnalités telles que Fernando de los Ríos34. Le modèle éducatif de la République, encadré par la Constitution de 1931, était construit sur la nécessité de laïcisation et de non-confessionnalité de l’État. C’est-à-dire par la séparation entre l’Église catholique et la vie publique sur laquelle elle avait exercé un important contrôle notamment à travers l’enseignement.

  • 35 Rosa Capel, « La incorporación de la mujer a la sociedad contemporánea » in Pedro Laín Entralgo (co (...)

47Afin d’évaluer la signification de ces réformes, il convient de rappeler les taux importants d’analphabétisme en Espagne au début de la République, et particulièrement d’analphabétisme féminin, encore présent malgré une diminution significative par rapport au début du siècle. Si au début du xxe siècle les pourcentages globaux étaient aux alentours de 70 %, le Censo de Población de 1930 donnait encore un taux de 47,5 % d’analphabétisme féminin, contre 36,9 % pour les hommes35. L’effort financier du projet éducatif républicain eut une répercussion toute particulière chez les femmes, ce qui eut comme résultat immédiat l’augmentation du nombre des effectifs scolaires féminins à tous les niveaux, stimulée par les mesures du gouvernement en faveur de l’extension scolaire en général et par les demandes relatives au droit des femmes à l’éducation. Ainsi, l’on peut affirmer que la République fut une école de la citoyenneté, qui permit l’alphabétisation et le développement culturel des femmes, et que celles-ci furent « des élèves remarquables » de l’enseignement républicain, et de son réformisme éducatif.

Conclusions : conscience féminine et identité de genre sous la République

48Les cultures politiques égalitaires, en influant sur la législation, ouvrirent la « boîte de Pandore » qui ne pourrait plus se refermer sur les demandes d’égalité, de liberté, de raison, tant pour les femmes que pour le reste de la population. Dans le contexte de l’Espagne républicaine apparurent au niveau politique et juridique des revendications identitaires de la part des femmes, considérées comme les « autres citoyennes » – en tant que « femmes » et « citoyennes » ; ces revendications, elles les menèrent à partir de leur propre perception des discours politiques universalistes. Ainsi, l’on peut affirmer que cette « construction » des femmes en tant que telles – avec une identité spécifique – et comme citoyennes se produisit au sein et à partir de cultures politiques égalitaires et universalistes comme le républicanisme et le socialisme, avec toutefois leurs contradictions et leurs limites. Parallèlement, le nouveau contexte politique et législatif institué par le régime républicain permit l’extension de cette culture, grâce à l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Pour les femmes républicaines, il était plus qu’évident que la politique était la seule route à suivre pour que l’émancipation féminine se fît réalité.

49En définitive, le contexte républicain créa les conditions nécessaires, bien que parfois insuffisantes, pour que de nombreuses femmes puissent développer les discours égalitaires existants au sein des cultures républicaines et socialistes depuis une perspective de genre. Ce fut aussi le cas pour que se diffusent d’autres modèles – différents des traditionnels, voire liés à la « modernité » républicaine qui eurent tout de même une importante fonction qualitative afin de montrer l’existence d’autres alternatives bien qu’elles ne fussent pas hégémoniques. De même, de nouveaux référentiels surgirent en ce qui concerne l’intimité et la vie privée, les relations amoureuses et sexuelles, bien que ces changements fussent absolument restreints à des groupes et secteurs très réduits. Ils eurent néanmoins une grande influence symbolique par la présence culturelle, professionnelle et politique de ces femmes, comme alternative possible au modèle « unique » et traditionnel, ainsi qu’à celui, institutionnalisé, de la famille.

  • 36 Mary Nash, « Dos décadas de historia de las mujeres en España : una reconsideración », Historia Soc (...)
  • 37 Luz Sanfeliu, Republicanas. Identidades de género en el blasquismo (1895-1910), Valence, Universida (...)

50Parallèlement à l’obtention de la citoyenneté féminine grâce à la Constitution de 1931, le contexte républicain signifia, en outre, la possibilité de développer une conscience féminine/féministe, et donc, une identité spécifique de genre. Une conscience et une identité qui se construisirent historiquement, à partir d’un moment donné, et de l’hégémonie de cultures politiques comme la républicaine qui diffusaient les discours égalitaristes hérités de la Révolution française et des Lumières36. Ces processus favorisèrent, en Espagne, le point d’inflexion de la Seconde République, puisque lors des époques antérieures, les femmes n’avaient pas eu la possibilité de projeter leur identité en lien avec des principes idéologiques. Elles ne pouvaient pas non plus accéder aux représentations ou aux pratiques que l’exercice de la politique – dans son sens le plus strict – offrait aux hommes. La voie principale par laquelle les sujets masculins avaient accédé progressivement à une subjectivité individuelle autonome depuis le début de l'époque contemporaine – l’espace public/politicien, l’exercice pratique des activités politiques – avait été refusée aux femmes, réellement et symboliquement37.

51Les femmes n’avaient pas seulement manqué de droits comme le suffrage et la citoyenneté politique, mais plus encore, elles avaient manqué de moyens d’intégration de leur « identité » de manière active, et d’une socialisation politique citoyenne. Ainsi, elles n’avaient pas de « valeur politique », puisque le manque d’influence électorale, outre les empêcher de décider durant les élections, vidait aussi leurs revendications de leur contenu, et les privait de praxis de vie les reliant directement à l’autonomie individuelle, ce qui, pour les républicains, constituait l’origine et le fondement de la notion même de citoyenneté.

52Les réformes égalitaires et modernisatrices, l’accès à la citoyenneté politique, le droit de vote, la majorité légale en politique, encadrées par la Constitution de 1931, furent ainsi des conditions indispensables de l'obtention de « valeur politique » autonome et individuelle pour les femmes. Mais dans le même temps, cet accès fut celui qui rendit possible l'appel féminin à un « nous », à une identité commune. Dans ce contexte, donc, le seul fait « d’homogénéiser » les femmes et de les doter d’une identité collective offrait déjà certaines possibilités de développement au féminisme et à l’émancipation féminine.

Haut de page

Notes

1 Ce travail relève du Projet I+D+I HAR2011-27559 « Democracia y culturas políticas de izquierda en la España del siglo XX : Desarrollos y limitaciones en un marco comparativo » du Ministère de la Science et de l’Innovation et de l’Équipe de Recherche Grup d’Estudis Històrics sobre les Transicions i les Democràcies (GEHTID) (PROMETEO/2012/046).

2 Ana Aguado, « Entre lo público y lo privado : sufragio y divorcio en la Segunda República », República y republicanas en España. Ayer, n°60, 2005, p. 105-134 ; Mercedes Yusta, « La Segunda República : significado para las mujeres » in Historia de las mujeres en España y América Latina, vol. iv, Madrid, Cátedra, 2006, p. 101-122 ; Rosa Capel, El sufragio femenino en la ii República, Madrid, Horas y Horas, 1992 ; Mary Nash, « Género y ciudadanía », in Ayer, n°20, 1995, p. 241-258 ; Pablo Villalain, Mujer y política. La participación de la mujer en las elecciones generales celebradas en Madrid durante la II República (1931-1936), Madrid, Instituto de la Mujer, 2000.

3 Concha Fagoaga, La voz y el voto de las mujeres. El sufragismo en España, 1877-1931, Barcelone, Icaria, 1985 ; Geraldine Scanlon, La polémica feminista en la España contemporánea (1868-1974), Barcelone, Akal, 1986.

4 Serge Berstein, « Nature et fonction des cultures politiques » in Serge Berstein, (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999, p. 9 ; Ana Aguado et Teresa Ortega (eds.), Feminismos y antifeminismos. Culturas políticas e identidades de género en la España del siglo xx, Valence, Universidad de Valencia-Universidad de Granada, 2011 ; Miguel Ángel Cabrera, Historia, lenguaje y teoría de la sociedad, Madrid, Cátedra, 2001, p. 90-91 ; Elena Hernández Sandoica, « Joan Scott y la historiografía actual » in Cristina Borderías, (ed.), Joan Scott y las políticas de la historia. Barcelone, Icaria-aeihm, 2006, p. 259-281.

5 Alberto Melucci, « Asumir un compromiso : identidad y movilización en los movimientos sociales », in Zona Abierta, n°69, 1994, p. 153-180 ; Geoff Eley, Un mundo que ganar. Historia de la izquierda en Europa, 1850-2000, Barcelone, Crítica, 2003 ; Mary Nash, « Experiencia y aprendizaje : la formación histórica de los feminismos en España », Historia Social, n°20, 1994, p. 151-172 ; Cristina Sánchez Muñoz, « Genealogía de la vindicación » in Elena Beltrán et al., Feminismos. Debates teóricos contemporáneos, Madrid, Alianza, 2001, p. 17-73.

6 Ana Aguado, « Feminismo socialista y/o socialismo feminista: María Cambrils » in Arenal. Revista de Historia de las Mujeres, vol. 10, n°2, , 2003, Grenade, Universidad de Granada, p. 243-254.

7 María Cambrils, Feminismo Socialista, Valence, [s.e], 1925, p. 33.

8 María Cambrils, « El voto femenino », El Popular (Órgano de la Agrupación Socialista Gandiense, Gandía, 26-x-1933.

9 Marta Del Moral, Acción Colectiva Femenina en Madrid (1909-1931), Saint-Jacques de Compostelle, Universidad de Santiago de Compostela, 2012 ; « El Grupo Femenino Socialista de Madrid (1906-1914) : pioneras en la acción colectiva femenina », in Cuadernos de Historia Contemporánea, Madrid, vol. 27, 2005, p. 247-269.

10 Rosa Capel, Socialismo e igualdad de género. Un camino común. Madrid, Fundación Pablo Iglesias, 2007, p. 60-61.

11 Ana Aguado et Mª Dolores Ramos, La modernización de España (1917-1939). Cultura y vida cotidiana. Madrid, Síntesis, 2002.

12 Joan Scott, « El eco de la fantasía : la historia y la construcción de la identidad », in Ayer n°62, 2006, p. 111-138 ; Ana Aguado, « Du sens des cultures politiques. Cultures politiques et identités de genre dans l’Espagne contemporaine », in Marie-Claude Chaput et Christine Lavail (ed.), Sur le chemin de la citoyenneté. Femmes et Cultures Politiques. Espagne xixe-xxie siècles, Paris, Université Paris-viii Saint Denis, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2009, p. 195-214.

13 Danièle Bussy Genevois, « Historia de una mayoría ciudadana. Ciudadanía femenina y Segunda República », in Ana Aguado (ed.), Las mujeres entre la historia y la sociedad contemporánea. Valence, Generalitat Valenciana, 1999, p. 113-134.

14  Aurora Morcillo, « Feminismo y lucha política durante la ii República y la Guerra Civil », in Pilar Folguera (dir.), El feminismo en España, dos siglos de Historia, Madrid, Fundación Pablo Iglesias, 1988, p. 57-83 ; Ana Aguado, et Mª Dolores Ramos, La modernización de España…, op. cit., p. 203-211.

15  Mª Gloria Núñez Pérez, « Mujer y partidos republicanos en España (1931-1936) », in Cuadernos Republicanos, n°11, 1992, p. 25-37.

16 Mary Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la guerra civil, Madrid, Taurus, 1999.

17 Danièle Bussy Genevois, « Citoyennes de la Seconde République » in Marie-Aline Barrachina, Danièle Bussy Genevois et Mercedes Yusta, Femmes et Démocratie. Les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978), Nantes, Editions du Temps, 2007, p. 129-145.

18 María Martínez Sierra, La mujer española ante la República. Madrid, Ed. De la Esfinge, 1931.

19 Rosa Capel, (ed.), Historia de una conquista : Clara Campoamor y el sufragio femenino, Madrid, Ayuntamiento de Madrid, 2006, p. 246-270.

20 Gloria Núñez, « Las consecuencias de la Segunda República : el triunfo parcial de la lógica de la igualdad », in 1898-1988. Un siglo avanzando hacia la igualdad de las mujeres, Madrid, Dirección General de la Mujer, 1999, p. 139-208.

21 Danièle Bussy Genevois, « Historia de una mayoría ciudadana. …. », op. cit., p. 113-134.

22 Idem, p. 159-163 ; Ana Aguado, « Entre lo público y lo privado», op. cit., p. 105-107 ; Mercedes Yusta, « La Segunda República : significado… », op. cit., p. 110-112.

23 Rosa Capel, El sufragio femenino en la Segunda República Española, Madrid, Horas y Horas, 1992, (1ª Ed. Granada, Publicaciones de la Universidad de Granada, 1975).

24 Rosa Capel, « El sagrado derecho de votar », in Historia de las mujeres en España y América Latina, vol. iv, Madrid, Cátedra, 2006, p. 77-100.

25 « Impresiones de una lectora », Mundo Femenino, n°95, décembre 1933, cité par Danièle Bussy Genevois, « Historia de una mayoría ciudadana... », op. cit., p. 133.

26  Carmen De Burgos, La mujer moderna y sus derechos, Valence, Sempere, 1927.

27 Helena Establier Pérez, Mujer y feminismo en la obra de Carmen de Burgos «Colombine», Almería, Diputación de Almería, 2000, p. 95-96.

28 Marcia Castillo, Carmen de Burgos, «Colombine» (1867-1932), Madrid, Ed. del Orto, 2003.

29 « La mujer », in El Pueblo, 15-v-1932.

30 Gloria Núñez, « Las consecuencias de la Segunda República : el triunfo parcial de la lógica… », op. cit., p. 184-186.

31 Idem, p. 194.

32 Ibidem, p. 180-181 ; María Martínez Sierra, « Lo que nos preguntan los extranjeros », in Mundo Femenino n°71, décembre 1930, cité par Danièle Bussy Genevois, « Historia de una mayoría ciudadana…. », op. cit., p. 119-120.

33 Mary Nash, Mujer, familia y trabajo en España 1875-1936, Barcelone, Anthropos, 1993.

34 María Fernanda Mancebo, La Universidad de Valence. De la Monarquía a la República (1919-1939), Valence, Universidad de Valencia, 1994.

35 Rosa Capel, « La incorporación de la mujer a la sociedad contemporánea » in Pedro Laín Entralgo (coord.), Le Edad de Plata de la cultura española (1898-1936). vol. II. Letras. Ciencia. Arte. Sociedad y Culturas. Historia de España Ramón Menéndez Pidal, xxxix. Madrid, Espasa-Calpe, p. 731-779.

36 Mary Nash, « Dos décadas de historia de las mujeres en España : una reconsideración », Historia Social, nº 9, 1991, p. 137-161, notamment p. 152.

37 Luz Sanfeliu, Republicanas. Identidades de género en el blasquismo (1895-1910), Valence, Universidad de Valencia, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Aguado, « Citoyenneté féminine sous la Seconde République : entre le réformisme social et la démocratisation  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 13 juillet 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/5153 ; DOI : 10.4000/ccec.5153

Haut de page

Auteur

Ana Aguado

Université de Valence (Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org