Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel Lamana, Diario a dos voces

Bernard Sicot
Référence(s) :

Manuel Lamana, Diario a dos voces, prologue de Manuel Rivas, Barcelone, Seix Barral, 2013, 299 p.

Texte intégral

1Dans les derniers temps de la Guerre civile espagnole, la chute de la Catalogne et la prise de Barcelone par les troupes franquistes au début de l’année 1939 provoquèrent l’exode (la retirada) de plusieurs centaines de milliers de personnes vers la frontière, française. C’est un événement maintenant bien connu et souvent relaté par les historiens, comme l’a fait Geneviève Dreyfus-Armand dans L’exil des républicains espagnols en France (Albin Michel, 1999). Certains exilés, disposant de moyens économiques suffisants ou de solidarités efficaces, échappèrent à ce qui fut le lot commun : pour les femmes et les enfants, des centres d’accueil plus ou moins adaptés sur toute la géographie du territoire français ; pour les hommes et les miliciens, des camps de concentration, comme on disait à l’époque au sens littéral du terme (vite ambigu), sur les plages du Roussillon, dans des conditions d’extrême précarité.

2Ce fut, durant quelques mois, le destin de José María Lamana et de sa famille, destin dont rend compte Diario a dos voces qui rejoint un abondant corpus d’œuvres en castillan et en catalan, encore peu connues (bien que constituant l’important apport espagnol à la littérature européenne des camps) où les journaux ne sont pas rares. Mais celui-ci présente une innovation tout à fait originale : entre les notations quotidiennes du journal authentique tenu par José María Lamana (aux camps d’Argelès-sur-Mer, Bram et Montolieu, puis à Rieux-Minervois après sa libération), s’intercalent celles du journal fictif de son fils, Manuel, de Besançon à Ornans, village du Doubs. D’une part, les notes brèves et dignes du père en proie aux dures réalités des camps et œuvrant pour sa libération ; d’autre part, écrit dans les années 80 alors qu’il préparait la publication du cahier manuscrit du père, le journal du fils élaboré à partir de celui du père et sans doute grâce à des lettres conservées. On y retrouve les aléas des tentatives menées pour que la famille puisse se réunir, mais également, mêlant souvenirs, autobiographie et fiction, l’évocation de la vie d’une petite communauté espagnole exilée à Ornans, en contact avec les habitants du village. On y découvre aussi les réactions d’un jeune Espagnol (Manuel a alors 17 ans) s’interrogeant sur un exil dont rien ne laisse présager la fin ni les rebondissements.

3Manuel Lamana, né à Madrid en 1922, exilé en France en 1939, retourne en Espagne en 1941 où il milite clandestinement au sein de la Fédération universitaire espagnole. Arrêté en mars 1947, envoyé aux travaux forcés au Valle de los Caídos, il s’en évade, grâce à diverses complicités, en compagnie de Nicolás Sánchez Albornoz. Un film de 1989, Los años bárbaros raconte cette évasion. Après un nouveau séjour en France, puis en Angleterre, il s’exile définitivement en Argentine où il enseigne la littérature française à l’Université de Tucumán, puis à la Faculté des Lettres de celle de Buenos Aires. Séparé de l’Université en 1978 par la dictature, Manuel Lamana enseigne alors à l’Alliance française puis dirige l’Institut de culture ibéro-argentine. Avant Diario a dos voces, il a publié deux romans en partie autobiographiques : Otros hombres (1956), Los inocentes (1959) et, outre de nombreux articles, divers essais, notamment Literatura de posguerra (1961) et Existencialismo y literatura (1967). Le décès de Manuel Lamana est intervenu à Buenos Aires en 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Sicot, « Manuel Lamana, Diario a dos voces  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/5121

Haut de page

Auteur

Bernard Sicot

Professeur émérite, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org