Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gérard Malgat, Gilberto Bosques la diplomatie au service de la liberté. Paris, Marseille (1939-1942)

Jacqueline Covo-Maurice
Référence(s) :

Gérard Malgat, Gilberto Bosques la diplomatie au service de la liberté. Paris, Marseille (1939-1942), Edition l’Atinoir, 2013, 400p.

Notes de l’auteur

N.B. On peut consulter le site de l’éditeur : http://www.latinoir.fr. Une version espagnole de l’ouvrage de Gérard Malgat vient d’être publiée au Mexique : Gilberto Bosques, la diplomacia al servicio de la libertad. París-Marsella (1939-1942), Mexico, Conaculta, Vanilla Planifolia, Casa Refugio Citlaltépetl, 2013, 378 p.

Texte intégral

1S’il faut en croire le romancier Carlos Fuentes brossant l'ascension et la chute de son Artemio Cruz, paysan villiste devenu un homme d’affaires puissant et corrompu, seuls les révolutionnaires mexicains tombés au combat n’auraient pas trahi la cause pour laquelle ils avaient lutté. Le consul et ambassadeur mexicain au service des républicains espagnols vaincus, Gilberto Bosques, dont Gérard Malgat décrit l’œuvre entre 1939 et 1942, démontre qu’il fut des exceptions.

2L’ouvrage n’est cependant pas une hagiographie montrant un diplomate signant frénétiquement des visas salvateurs ; plus que l’homme, c’est son action dans une période dramatique, ses réalisations sous leurs facettes diverses qui en sont l’objet.

3Précédé d’une préface de Stéphane Hessel, enrichi d’annexes – portraits, témoignages et extraits d’articles et discours de Bosques – ce livre contient également de très nombreuses illustrations, des photographies et documents parmi lesquels on détachera cet ironique portrait du consul mexicain en costume-cravate mais coiffé du large sombrero zapatiste sur fond de cactus folklorique. La riche bibliographie témoigne de l’ampleur de la recherche ainsi que l’appareil de notes et références et l’utile index.

4Etudiant instituteur, Gilberto Bosques participe à la Révolution mexicaine dans le camp des « Constitutionnalistes », contribue à la profonde réorganisation du pays qui la suit comme député et journaliste, et est ensuite nommé consul à Paris en 1938 par le Président Lazaro Cardenas. C’est ce moment clé de sa trajectoire qui est l’objet du travail de Malgat.

5Sans académisme pesant, le contexte apparaît clairement ; certes, les relations entre le Mexique de Cardenas puis de Avila Camacho et la République espagnole sont connues, mais l’auteur développe utilement les répercussions sur le drame des réfugiés républicains de la reconnaissance par la France du régime de Franco, puis de la Collaboration avec l’occupant allemand, tant en France – hôte malgré elle – qu’en Espagne qui réclame inlassablement leur extradition, et au Mexique, refuge potentiel lointain qui, on le sait, n’a jamais reconnu le gouvernement franquiste. Les points forts en sont la formation et l’action du sere (Service d’Évacuation des Républicains Espagnols) créé par Negrín et très vite pris en charge par la légation mexicaine, puis de la jare (Junte d’Aide aux Républicains Espagnols) ; en face, les tentatives de l’ambassadeur de Franco, Lequerica, pour neutraliser leur action, et les efforts du régime de Vichy soumis à l’occupant pour éviter de reconnaître la qualité de réfugiés politiques aux républicains espagnols, malgré l’accord franco-mexicain en ce sens signé en août 1940. Au centre de ces forces contradictoires, l’action diplomatique et le talent d’organisateur inlassables de Gilberto Bosques.

6Sont ainsi étudiés le travail de recensement effectué par le consul – 150 000 réfugiés espagnols en France à l’été 40 – la signature de visas, le départ de bateaux – dont le fameux Sinaïa – d’abord effectif malgré les nombreux obstacles en 1939, très difficile après la déclaration de guerre, et surtout l’accueil des réfugiés dans les châteaux de la Reynarde et de Montgrand – qui héberge les femmes et les enfants – tous deux en zone libre, près de Marseille. Grâce aux témoignages et rapports, la vie quotidienne de plus de mille personnes dans ses aspects multiples, ravitaillement, agriculture, ateliers, activités culturelles et sportives, santé… est étudiée minutieusement, et laisse apparaître l’implication personnelle du consul dans son organisation rigoureuse.

7Le fonctionnement économique de ces centres d’accueil apparaît également au fil des pages, mais sans doute le lecteur aurait-il pu souhaiter une étude plus systématique de l’origine des fonds – qui ne semblent pas avoir manqué –, étude que la documentation disponible ne permet peut-être pas. En revanche, l’auteur s’attache aux diverses associations d’entraide dont la coopération a été précieuse, et laisse ainsi voir que, au-delà de la mission de sauvetage des républicains espagnols qui lui a été confiée par son gouvernement, Gilberto Bosques procure aussi clandestinement visas et faux papiers à des réfugiés politiques allemands, yougoslaves, italiens…

8L’œuvre humaniste de Bosques immense, est cependant de courte durée puisque, dès la fin de 1941, le durcissement de l’occupation allemande ferme le château de la Reynarde, puis celui de Montgrand ; les départs de bateaux, de plus en plus difficiles, cesseront à la fin de 1942. Huit mille réfugiés espagnols environ auront pu émigrer entre 1940 et 1942 grâce à Gilberto Bosques, parmi lesquels Max Aub, Victor Serge, Anna Seghers, et les nombreux « niños de Morelia » dont beaucoup deviendront Mexicains.

9La dense étude de Gérard Malgat vient ainsi compléter, dans une autre écriture et d’un autre point de vue, le beau film de Lillian Liberman, Visa al paraíso, cité dans la bibliographie, qui donne la parole à un Gilberto Bosques centenaire, trois ans avant sa mort en 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Covo-Maurice, « Gérard Malgat, Gilberto Bosques la diplomatie au service de la liberté. Paris, Marseille (1939-1942) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/5109

Haut de page

Auteur

Jacqueline Covo-Maurice

Professeur émérite, Université Lille-iii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org