Navigation – Plan du site
Comptes rendus

César M. Lorenzo : Horacio Prieto. Mon père

Joël Delhom
Référence(s) :

César M[artínez]. Lorenzo : Horacio Prieto. Mon père, Les éditions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 2012, 252 p.

Texte intégral

  • 1 Nous faisions allusion à la biographie de Dolores Prat Coll (1905-2001) écrite par son fils Progres (...)
  • 2 Rappelons que C. M. Lorenzo est l’auteur du livre qui fit grand bruit à l’époque, Les Anarchistes e (...)

1Rares sont les biographies de militants anarchistes espagnols écrites par un de leurs enfants ; à vrai dire, nous n’en connaissons qu’une seule publiée dans les deux dernières décennies, pourtant riches en production biographique comme nous le signalions ici même dans un numéro précédent1. Lorsqu’il s’agit d’un homme ayant occupé les plus hautes responsabilités, dont les choix ont remis en cause les fondements idéologiques du mouvement libertaire, et que le fils biographe est lui-même historien de ce mouvement2, un tel livre ne peut manquer d’éveiller un grand intérêt, d’autant qu’il est aussi fait une grande place à la vie privée. Celui de César M. Lorenzo ne nous a pas déçu ; c’est un ouvrage courageux, souvent sévère, toujours sincère, qui retrace la vie et l’évolution idéologique d’Horacio Prieto (1902-1985).

2Ecrire sur son père n’est jamais facile. C’est un défi dont l’auteur n’ignore pas les écueils : l’excès de complaisance ou de sévérité. Il évoque d’ailleurs son « déchirement intérieur : à cause de la complexité du personnage, de ses contradictions profondes, et à cause des relations souvent peu amènes [qu’ils ont] eues » (p. 8). Toutefois, C. M. Lorenzo ne renie pas son père ; il en revendique même l’héritage en « extirpant », ce que ses idées peuvent avoir « d’obsolète et de radicalement erroné » (p. 9). Le livre est ainsi divisé en deux grandes parties, la biographie proprement dite, suivie de deux chapitres, « Interrogations » et « Confrontations », réunis sous le titre commun « Lui et moi ». L’ensemble est accompagné d’une bibliographie des œuvres de Prieto, d’un index onomastique et d’un livret de photos et autres illustrations de 32 pages. Un des intérêts de ce travail est qu’il s’appuie abondamment sur les mémoires inédits, dont l’auteur prépare aussi l’édition, et les archives personnelles de Prieto. Entre les chapitres sont intelligemment intercalés des extraits originaux, parfois inédits (portraits de militants, analyses et prises de position). De nombreuses citations, toujours éclairantes, parsèment aussi le texte principal.

3La première partie, écrite dans un style alerte et captivant, évoque d’abord l’enfance et la jeunesse de Prieto dans le quartier ouvrier d’Ollerías à Bilbao, où son père était cordonnier et sa mère vendeuse de poisson. En 1919, lorsque la cnt s’ancre dans cette ville basque, il constitue un groupe anarchiste. La facture à payer ne tarde pas à être présentée : de 1921 à 1924, il est déporté à pied à Séville et fait plusieurs séjours en prison avant d’émigrer en France. Malgré ses réserves sur l’opération, il participe à l’incursion révolutionnaire manquée de Vera de Bidasoa mais, chanceux, il parvient à regagner la frontière. A Paris, il s’oppose à l’activisme de Pérez Combina et García Oliver, plus tard désignés comme « anarcho-bolcheviks ». Après une nouvelle incarcération en Espagne en 1929 et 1930, il retourne en France jusqu’en août 1931. Ayant acquis une réputation de polémiste et de conférencier durant ses années de prison, Prieto participe à plusieurs tournées de propagande en Espagne en 1932 et 1933. Sa première brochure, Anarco-sindicalismo. Cómo afianzaremos la revolución (1932), est vivement critiquée par la Fédération anarchiste ibérique (fai), dont les membres ne vont cependant pas s’opposer à son ascension syndicale. Lorenzo analyse (58-61) cet opuscule dans lequel son père se montrait selon lui clairvoyant en envisageant des évolutions en matière de justice (tribunaux populaires), d’économie (fédérations syndicales d’industrie) et de défense (armée révolutionnaire), qui ne pouvaient manquer d’advenir. L’auteur souligne aussi l’essentialisme et le racialisme qui caractérisaient la manière dont Prieto abordait la question des nationalités en Espagne : « De là, ce pessimisme antiévolutionniste, ce fixisme géo-historique insoutenable, radicalement contraire aux idées libertaires qu’il défendait et qui en définitive sera pour lui terriblement autodestructeur » à la fin de sa vie (54). Lorenzo s’interroge également sur sa tentation de rejoindre le Parti communiste, une possible « accointance passagère » (68) de 1930 à 1932, définitivement classée après un voyage d’un mois en Union soviétique. Bien qu’il réprouve la stratégie insurrectionnelle de la fai, Prieto ne se rapproche pas pour autant des dissidents « trentistes », dont il partage certaines analyses (73-74). Après avoir été à la tête du Comité révolutionnaire de la région Nord en 1933, il est nommé vice-secrétaire du Comité national de la Confédération nationale du travail (cnt), puis secrétaire général en 1934. Il met en œuvre des orientations pragmatiques avant d’être arrêté et emprisonné. Néanmoins, il abandonne ses fonctions à l’issue du Congrès de mai 1936 à Saragosse : « Le refus des congressistes de prendre au sérieux l’urgence de se préparer à la lutte armée et l’utopique résolution sur le ‘Concept confédéral du communisme libertaire’ l’amenèrent à démissionner », écrit Lorenzo (86).

4Après le soulèvement fasciste, Prieto est le premier à prôner la participation des libertaires au gouvernement. Alors qu’il est commissaire à la Santé en Biscaye, Prieto rédige une Charte du combattant, un règlement militaire ayant servi de base aux bataillons cnt de l’armée sous les ordres du gouvernement basque autonome. Sa réélection à la tête de la cnt, lui donne plus de résonnance lorsqu’il prônr la militarisation des milices et l’entrée des libertaires au gouvernement central, mais la division de la cnt sur ces sujets le contraint à démissionner en novembre. Il est aussitôt nommé directeur général du Commerce extérieur sous l’autorité de Juan López, avec lequel ses relations se dégradent rapidement. Lorenzo considère qu’en 1937 il défend toujours des « points de vue plus révisionnistes que jamais sur le rôle de l’Etat et de la loi, sur les problèmes économiques, sur les élections, l’unité syndicale, la meilleure façon de vaincre le pce, etc. » (98). Prieto joue encore un rôle essentiel à partir de l’automne 1937, où il siège au comité national de la cnt, voyage en Europe, négocie avec l’ugt, avec le ministre de la Défense Indalecio Prieto, contribue à réorganiser l’économie, siège au comité national du Front populaire antifasciste et est nommé sous-secrétaire à la Santé sous l’autorité de Segundo Blanco. Nous regrettons que cette partie de la vie de H. Prieto ne soit pas davantage développée par l’auteur.

5Vient le temps de l’exil à Meaux, puis Orléans avec sa mère et sa compagne. Prieto ne croit ni à la brièveté de la guerre ni au soutien des Alliés et il considère, dès juin 1939, que « seule une restauration de la monarchie pourrait précipiter la fin de la dictature franquiste » et qu’il faut donc « favoriser indirectement cette possibilité » (116). Lorenzo passe rapidement sur les difficultés de la vie quotidienne sous l’Occupation et s’attarde davantage sur les questions idéologiques, en soulignant l’amertume de Prieto suite aux affrontements avec ses compagnons du mouvement libertaire. Dans ses mémoires, ce dernier critique tout aussi bien l’immobilisme isolationniste des « absolutistes » que la démarche scissionniste des « réformistes » de l’exil, qui ne partagent pas ses idées de création d’un parti politique libertaire, ou encore l’activisme armé des Jeunesses libertaires et la politisation de la cnt clandestine en Espagne. Toutefois, la dent semble plus dure à l’égard de la cnt de l’exil. Parce qu’il continue de penser que la tactique d’alliance antifasciste est la meilleure, Prieto accepte le ministère des Travaux publics dans le gouvernement républicain en exil (cabinet Giral). Cependant, il refuse l’offre qui lui est faite de présider le Partido laborista créé en Espagne, dont il dénonce l’opportunisme. Dès janvier 1946, il présente aussi un plan de réunification de la cnt, mal accueilli des deux côtés. César Lorenzo se fait l’exégète de la pensée de son père au positionnement complexe à la fin de la guerre mondiale, « coincé entre le syndicat-secte d’un anarcho-syndicalisme fossilisé, monolithique, en contradiction avec lui-même, et le syndicat-parti d’un syndicalisme autosuffisant et opportuniste, idéologiquement rachitique » (131). L’auteur cite des extraits de El anarquismo español en la lucha política (1946) et de Marxismo y socialismo libertario (1947), où Prieto défend le besoin d’un parti libertaire et d’un Etat régulateur.

6Fin 1946, la famille aménage à Paris. Ses propres contradictions et l’hostilité de ses compagnons font entrer Prieto dans un état dépressif au début des années cinquante, durant lesquelles il travaille comme peintre en bâtiment. Il enseigne ensuite l’espagnol à partir de 1957 jusqu’à sa retraite en 1972. Après la réunification de la cnt et alors que même certains de ses soutiens l’abandonnent, il publie encore Posibilismo libertario (1966), dont le titre dispense de préciser l’orientation, un ouvrage qui sera à peine commenté et dont Lorenzo cite quelques passages. Selon son fils, ce livre marque le début de l’effondrement psychologique de Prieto, qui continue pourtant à écrire dans l’amertume et le désespoir. Il meurt à 82 ans, le 26 avril 1985.

7La seconde partie du livre se veut une confrontation – souvent poignante – du fils avec le père, vu sous un angle plus psychologique. Une grande place est faite à l’intimité familiale. Lorenzo écrit d’emblée : « Je ne l’aimais pas, mais je ne l’ai jamais détesté alors qu’on m’y incitait ; je ne pouvais non plus rester indifférent tant était grand son pouvoir de fascination. » Il évoque aussi sa mère, fille d’un médecin libertaire, et les relations entre ses parents, qui se dégradèrent dès le début de l’exil en France, un sujet très rarement abordé dans les autobiographies et biographies de militants. Lorenzo décrit « l’enfer familial » qu’il a vécu et dresse un portrait sans complaisance de ses parents, tout en prenant la défense de sa mère dont il était plus proche. On y trouve aussi d’intéressantes informations sur la formation intellectuelle désordonnée et lacunaire de Prieto.

8De manière plus surprenante, et probablement moins convaincante que le reste de l’ouvrage, Lorenzo se livre ensuite à un essai « d’histoire alternative » qui lui permet de « revenir sur quelques moments clés où le cours des choses […] aurait pu changer – dans d’étroites limites en définitive – si l’intervention de [son] père, son rôle et son influence avaient été autres. Soit qu’on l’eût toujours écouté, soit qu’il eût opté pour une autre ligne de conduite », afin de mieux cerner sa responsabilité historique et d’affiner le portrait psychologique. L’auteur en tire une conclusion pessimiste.

9La confrontation du fils avec le père, dans leur désaccord idéologique, qui est aussi celle de l’observateur attentif du mouvement libertaire avec l’homme engagé dans l’histoire, fait l’objet des quarante dernières pages. Lorenzo ouvre avec le lecteur le débat intellectuel qu’il n’a pu avoir avec Prieto et pose la question de l’intérêt actuel des idées de ce dernier : « Ce qui m’a le plus intéressé dans son œuvre […] ce sont les germes d’un renouveau du socialisme » (198), écrit-il. Après une analyse assez pessimiste du monde actuel, l’auteur plaide pour un « socialisme clairement défini » vs. un « vague possibilisme » (202). Il souligne « une des faiblesses, la plus étonnante, de la pensée de [son] père » : l’absence « d’une conception cohérente de la liberté » (212-213). Il va de soi que nous ne souhaitons pas commenter ici « une opinion strictement personnelle » (198) sur le socialisme libertaire, mais disons tout de même que Lorenzo continue de croire au potentiel émancipateur de l’anarcho-syndicalisme et qu’il partage avec Prieto la conviction selon laquelle les libertaires devraient se doter d’un parti (227). Il se veut pragmatique et fait des propositions pour un socialisme éthique d’aujourd’hui. En se faisant l’interprète des jugements de son père dans la première partie du livre, l’auteur a pu donner parfois l’impression de les partager, d’où sans doute la nécessité de cette seconde partie pour clarifier les choses.

10Il s’agit bien d’un livre utile et nécessaire, parfois provocant, pour tenter de comprendre Horacio Prieto, un personnage complexe qui incarne à lui seul les contradictions, les pôles extrêmes de l’anarcho-syndicalisme espagnol, un homme qui préférait pourtant « l’anarcho-syndicalisme radical aux salmigondis du syndicalisme politique » (147), aux dires de Lorenzo. Celui-ci, a cherché à mettre le sujet de son livre à distance critique et n’utilise l’expression « mon père » pour la première fois qu’à la page 155. D’une certaine manière, c’est aussi une autobiographie de l’auteur. Lorenzo n’a rien perdu de la sévérité qu’on lui connaît, aussi bien sur l’évolution de la fai, une « lente métamorphose […] en organisation politique à part entière » (90), que sur celle de son père, comparée à celle de Pestaña : « […] l’orientation idéologique globale et la raison d’être essentielle du mal nommé Parti syndicaliste ne seront pas si différentes de celle du parti socialiste libertaire que projettera Horacio Prieto » (90-91). Nous encourageons chaleureusement C. M. Lorenzo pour le travail d’édition des mémoires de Prieto et d’autres manuscrits inédits qu’il a entrepris, et que nous attendons avec impatience.

Haut de page

Notes

1 Nous faisions allusion à la biographie de Dolores Prat Coll (1905-2001) écrite par son fils Progreso Marín : Dolores. Une vie pour la liberté, Loubatières, Portet-sur-Garonne, 2002, 158 p. On dénombre une cinquantaine de biographies et autant d’autobiographies entre 1990 et 2011. Sur cette production, voir <http://ccec.revues.org/3958> et « Dos décadas de publicaciones sobre el anarquismo español: 1990-2011. Inventario ordenado precedido por un breve comentario », Germinal. Revista de estudios libertarios (Madrid), n° 10, julio-diciembre 2012, p. 55-96.

2 Rappelons que C. M. Lorenzo est l’auteur du livre qui fit grand bruit à l’époque, Les Anarchistes espagnols et le pouvoir, 1868-1969 (Seuil, 1969, 430 p.), traduit en espagnol en 1972 pour Ruedo Ibérico, et dont il a récemment fait paraître une nouvelle édition actualisée et enrichie, Le mouvement anarchiste en Espagne : pouvoir et révolution sociale (Les éditions libertaires, 2006, 559 p.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « César M. Lorenzo : Horacio Prieto. Mon père », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/5107

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Université de Lorient

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org