Navigation – Plan du site
Études
Dossier «Philosophie et Espagne. Espagne et philosophie»

Habiter l’exil : Retablo hispánico, Mexique, 1946

Habitar el exilio: Retablo hispánico, México, 1946
Salomé Foehn

Résumés

La maison d’édition Clavileño, fondée au Mexique par d’éminents intellectuels de l’exil républicain espagnol, publia, en 1946, un recueil de textes disparates, intitulé Retablo hispánico. Malgré l’importante bibliographie critique qui existe sur l’exil culturel de 1939, peu de spécialistes ont prêté attention à ce produit, unique, d’une maison d’édition éphémère. Dans cet article, je me propose d’analyser les articles de quatre importants philosophes de la génération dite « de la République », également appelée « première génération de l’exil » : Joaquín Xirau, Juan David García Bacca, José M. Gallegos Rocafull et José Gaos, à partir d’un cadre théorique basé sur l’historiographie philosophique récente et les contributions de spécialistes de l’exil républicain. En tant que « pérégrins » hors de la patrie, le « retable hispanique » qu’ils présentent s’avère également la « justification » de l’exil comme perspective rédemptrice de l’Espagne de la légende noire. En partant de réflexions émanant de philosophes, certaines déjà canoniques, sur la langue maternelle comme « maison » et sur l’exil comme « non-lieu », je montrerai qu’en fin de compte, habiter l’exil c’est, pour cette génération d’intellectuels espagnols et dans les termes de Benoît Goetz et d’Edward Saïd, un « geste » philosophique, une manière d’être « harmonique » et contrapunctique. Les auteurs ici étudiés valident en des termes philosophique ce qu’il y a de proprement « organique » dans la perte de l’Espagne : la langue espagnole. C’est à dire que, dans leurs œuvres, le castillan acquiert une validité philosophique et une matérialité, de par l’immensité de l’œuvre littéraire à venir.

C’est précisément parce que le Retablo est une publication emblématique du savoir-faire des intellectuels de la première génération de l’exil, que sa réception est problématique : œuvre collective, œuvre officielle du gouvernement républicain en exil, « cadeau diplomatique » offert au gouvernement mexicain mais sans publique, si ce n’est celui, limité, d’experts, à l’époque comme aujourd’hui. 

Haut de page

Texte intégral

La vie de l’exilé est en grande partie consacrée à la création d’un nouveau monde à gouverner. Il n’est pas surprenant que tant d’exilés soient des romanciers, des joueurs d’échecs, des activistes politiques, et des intellectuels.

Edward Saïd

Introduction : dans les pas de « España Peregrina »

1Je me propose ici de prolonger les réflexions d’Edward Saïd sur l’exil en les appliquant au cas des républicains espagnols, qui, au moment où parut le Retablo, étaient exilés au Mexique depuis 1938-1939. Plus précisément, j’étudierai la tentative de quatre philosophes, Joaquín Xirau, Juan David García Bacca, José M. Gallegos Rocafull et José Gaos, de « replacer l’Espagne dans le monde », à travers les textes que chacun consacre, respectivement, à « l’utopie espagnole », à l’« humanisme espagnol », à la « littérature mystique espagnole » et à « la décadence ».

  • 1  Ce n’est pas le cas des intellectuels républicains espagnols, qui, pour la plupart, s’installèrent (...)

2Pour Edward Saïd, l’exil est une perte irrévocable, celle de la terre natale, parfois de la langue maternelle1. Marqué par le signe négatif, l’exil n’est pas un humanisme (vision apte à se dégager des singularités de l’individu ou du groupe) mais un nationalisme défensif (exaltation des valeurs collectives, même au sein de la solitude la plus extrême).

  • 2  Voir Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil républicain espagnol de 1939. Autour de José Bergamín (...)

3L’œuvre des philosophes républicains, notamment celle de Juan David García Bacca, donne en partie raison à Saïd, en partie tort. En partie raison, car García Bacca, avec José Bergamín, María Zambrano et José Ferrater Mora, est un infatigable défenseur de l’« Espagne pérégrine », et sa langue philosophique est marquée par l’appartenance à la tradition séculaire espagnole ; en partie à tort, car sa pensée, elle, tend tout entière à atteindre un niveau d’universalité qui n’est pas sans cristalliser l’humanisme « positif » voulu par Marx pour le philosophe actuel2.

4Après avoir exposé les réflexions de Saïd sur l’exil, je montrerai en quoi l’expérience du groupe d’intellectuels autour du Retablo hispánico cristallise son approche à l’expérience créative et philosophique de l’exil. Dans un deuxième temps, je proposerai un cadre théorique pour appréhender, selon les termes de Benoît Goetz, le « geste » de l’exil et la langue comme « maison » de la pensée collective des intellectuels de l’exil républicain espagnol de 1939. Enfin, j’analyserai les textes de Joaquin Xirau, García Bacca, Gallegos Rocafull et José Gaos, quatre philosophes parmi les meilleurs de leur génération, dont les écrits sont recueillis dans Retablo hispánico selon deux manières d’« habiter » l’exil : la vision utopique et la lecture.

Edward Saïd et la condition de l’exilé

  • 3  Edward Saïd, « Reflections on exile » in Reflections on exile and other essays, p. 137-149, Harvar (...)
  • 4  Idem, p. 138.
  • 5  Ibidem.
  • 6  Ibidem, p. 139.

5Là où il y a exil, il y a perte. C’est le point de départ des Réflexions sur l’exil d’Edward Saïd. Comment expliquer que l’exil véritable, en tant que condition de perte définitive (ou terminale), soit devenu un « motif » de la culture moderne ? C’est que celle-ci s’avère en grande partie le travail d’exilés, d’émigrés, de réfugiés. Il rappelle, à ce propos, la thèse de George Steiner, selon laquelle tout un genre de la littérature occidentale (dans laquelle j’inclus la philosophie) du vingtième siècle serait « extraterritorial », c’est-à-dire, une littérature d’exilés, sur l’exil, qui symboliserait l’âge du réfugié3. Il remarque, en outre, que ce qui distingue les exils du vingtième siècle de ceux des siècles précédents, c’est leur échelle : « notre époque – avec son art de la guerre moderne, l’impérialisme, et les ambitions quasi-théologiques des dirigeants totalitaires – est, en effet, l’âge du réfugié, de la personne déplacée, de l’immigration de masse »4. L’exil « ne peut pas servir des notions d’humanisme ». Tout au plus cristallise-t-il une angoisse et la difficulté d’une situation que peu d’hommes connaissent directement. C’est pourquoi il faut prendre garde à ne pas banaliser les mutilations, les pertes dont l’exil est la cause5. Nombreux sont « les poètes et écrivains exilés qui tendent à accorder de la dignité à un état instauré pour la nier »6.

6À partir de ce point, Saïd aborde les liens entre nationalisme et exil. Ici, sa réflexion se spatialise : 

  • 7  Ibidem, p. 140.

Au-delà de la frontière entre le « nous » et les « étrangers » (outsiders) se trouve le périlleux territoire de la non-appartenance : c’est là où dans un temps ancien les individus étaient bannis et où, à l’ère moderne, d’immenses ensembles d’humanité restent en attente7.

  • 8  Ibidem.
  • 9  Ibidem, p. 140-141.
  • 10  Ibidem, p. 146.

7Il est communément admis qu’il existe un langage neutre permettant d’évoquer et le nationalisme, et l’exil. Faux, affirme Saïd car « les deux termes incluent tout depuis le plus collectif des sentiments collectifs à la plus intime des émotions intimes »8. Par conséquent, les exilés éprouvent un besoin urgent de reconstituer leur vie brisée, généralement en choisissant de s’appréhender eux-mêmes comme faisant partie d’une idéologie triomphante9. Mais ce nationalisme est défensif10.

8La vision de l’exil qu’offre Saïd dans ces Réflexions… est foncièrement négative. Cependant, à y regarder de près, l’auteur admet que l’exil s’avère être une expérience enrichissante, allant jusqu’à parler des « plaisirs de l’exil » :

  • 11  Ibidem, p. 148.

Voir «le monde entier comme une terre étrangère» rend possible une vision authentiquement originale. La plupart des gens ne sont conscients que d’une seule culture, d'un décor, d'un chez-soi. Les exilés en sont conscients d’au moins deux. Cette pluralité de vues fait émerger un niveau de conscience qui – pour emprunter un terme musical – est contrapuntique11.

  • 12  María Zambrano, « Amo mi exilio », ABC, 28-viii-1989, p. 3. Cet article fut bien souvent interprét (...)

9Dans ses Réflexions…, Saïd ne s’intéresse qu’au sort d’un poète ou créateur singulier, même s’il fait mention du sort des peuples israélien, palestinien et arménien. L’exil républicain espagnol permet d’observer le phénomène exilique à l’échelle propre au vingtième siècle : non plus singulière, à l’échelle de l’individu, mais collective : à l’échelle d’une ou deux générations. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le fameux article de María Zambrano, « Amo mi exilio »12 qui, parle, elle, dans Los bienaventurados, d’ « exil réussi ».

Retablo hispánico : testament de l’Espagne pérégrine

  • 13  Denis Rodrigues, La Transition en Espagne. Les enjeux d’une modernisation complexe (1975-1986), Pr (...)
  • 14  Voir, entre autres, Mari Paz Balibrea, Tiempo de exilio. Una mirada crítica a la modernidad desde (...)

10On tend trop souvent à oublier que le gouvernement républicain ne s’est auto-dissous qu’en 1977. Dans son ouvrage sur la Transition démocratique, Denis Rodrigues souligne, au passage, que la culture de l’exil est tenue à l’écart dans l’Espagne de l’immédiat postfranquisme : « la culture de l’exil, riche et tout aussi multiforme [que la culture de la Transition], ne reçut jamais, dans l’Espagne postfranquiste, la reconnaissance qui lui était due pour sa contribution à la survie de la culture espagnole séculaire »13. Cette remarque coïncide avec l’historiographie de l’exil républicain récente, qui tend à montrer que cette « absence » est politiquement programmée14.

  • 15  La Bibliothèque Nationale de France dispose de cette édition en facsimilé.

11Retablo hispánico n’est, en ce sens, qu’un exemple, parmi tant d’autres, d’ouvrages, de revues, de publications de qualité n’ayant sans doute jamais été diffusés en Espagne (et, par extension, en Europe) avant l’époque actuelle : il n’existe qu’un seul exemplaire de l’ouvrage original à la Biblioteca Nacional de España ; tout aussi soignée que le volume de 1946, l’édition en facsimilé, parue en 2008 chez Renacimiento avec une introduction de Domingo Ródenas de Moya15, a le mérite d’introduire un large lectorat à cette Espagne « de l’autre rive », en resituant l’arrivée des républicains espagnols dans le contexte du Mexique de l’immédiat après-guerre, pointant les liens étroits existant entre politique et culture. Entre la victoire des Alliés et la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, la condamnation répétée du régime franquiste par l’onu en 1946 et 1947 et, cette même année, la promulgation de la Loi de Succession qui fit de l’Espagne un royaume, l’espoir des exilés d’un prompt retour eut le temps de retomber : 

  • 16  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xii.

Después de diez años, el exilio dejaría de ser para muchos una forma de interinidad, una espera demasiado dilatada, para transformarse en un destino definitivo en el que cada uno acarrearía, como un baúl y un balarte, su España perdida y su España deseada16.

  • 17  Idem, p. xi.
  • 18  En 2008, se contentant le plus souvent de publier le texte de l'agence efe, reprenant à son tour l (...)

12Selon Ródenas de Moya, Retablo hispánico procédait d’un appel « a los españoles de América », de Corpus Barga, paru à un moment critique de la vie de l’exil républicain espagnol, en 1946, dans le Boletín de la Unión de Intelectuales Españoles. Corpus Barga, depuis Paris, faisait remarquer à ses compatriotes exilés, qu’au cours de ces dernières années des milliers d’enfants étaient nés en Espagne qui allaient être éduqués dans la « tergiversation historique » du franquisme et qu’ils formeraient la société de demain : « ante esa evidencia era preciso que los intelectuales exiliados en América se organizaran para hacer llegar su voz a la España interior y para denunciar más eficazmente las infamias franquistas »17. Les textes réunis dans Retablo hispánico répondaient à l’invitation du diplomate Domingo Rex, adressée à un groupe d’intellectuels républicains, à donner des conférences radiophoniques pour le ive Salon mexicain du livre18 : 

  • 19  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xv.

De ese origen radiofónico quedan algunos vestigios en los textos, como la alusión de Moreno Villa a que «es preciso atenerse al tiempo» o la más explícita de José Gaos : «estos pequeños discursos por radio en la Feria Mexicana del Libro19.

  • 20  Idem, p. xvii.

13Le livre, polyphonique, devait être vendu par le Pavillon espagnol. Ródenas de Moya commente, à la suite, la « Lettre au lecteur », anonyme. Il en extrapole un nationalisme paradoxal, ancré dans l’exil et représenté par les créateurs républicains exilés, qu’il appelle « espagnolité désincarnée », dont l’élan créatif, délogé de sa demeure, porte en soi et de manière indissociable la tradition culturelle à laquelle il appartient20. À mon sens, l’opposition entre l’ « esprit sans terre », dépositaire de l’âme de l’ « Espagne éternelle » et la « terre sans esprit », l’Espagne d’après 1939 (celle de Franco), cristallise bien l’antagonisme existant entre les deux Espagne, depuis la perspective de l’exilé. Il faut y voir, bien sûr, l’écho du célèbre poème de León Felipe (« Hermano... tuya es la hacienda... »).

Habiter l’exil : lutte pour l’hégémonie culturelle ou geste philosophique ?

  • 21  Voir, entre autres, Francisco Caudet, Cultura y exilio. La revista España Peregrina, Valence, Fern (...)

14Le silence des philosophes républicains espagnols sur leur condition d’exilés a étonné plus d’un spécialiste ; jusqu’à aujourd’hui, nombreux sont les historiens de la philosophie qui voulurent y voir la preuve que l’accueil officiel des nations américaines fut généreux, notamment au Mexique. Il faut attendre les travaux des hispanistes spécialisés dans l’exil républicain de 1939, à commencer par l’ouvrage de Francisco Caudet21 sur España Peregrina qui s’attaqua en son temps à la notion de « transtierro » introduite par José Gaos en 1947 et à sa théorie des deux patries pour comprendre que les écrits des philosophes portent, à l’instar des poètes et autres intellectuels républicains, la marque de l’exil.

  • 22  Sebastiaan Faber, Exile and Cultural hegemony..., op. cit., p. 5.
  • 23  Idem, p. 6.

15Pour l’hispaniste américain Sebastiaan Faber, cette révérence quasi-religieuse envers la culture qui caractérise l’exil républicain espagnol est comparable à celle qu’éprouvèrent les savants, écrivains et artistes du dernier dix-neuvième siècle envers la science : Faber appelle cet idéalisme, « culturalisme », lexème formé sur le « scientisme » des hommes de progrès22. Or le culturalisme des intellectuels républicains en exil serait idéologique en ce qu’il intensifierait le programme du Front Populaire23. Ces derniers, de par leur statut d’exilés, ne survécurent au Mexique en tant que tels qu’en se soumettant au programme du Partido Revolucionario Institucional (PRI), de Lázaro Cardenas. L’activisme culturel des exilés républicains participerait à la lutte pour l’ « hégémonie culturelle » qui débute avec la Guerre froide. Partant, José Gaos devient l’archétype de l’« intellectuel organique » aux yeux de Faber, qui emprunte à Gramsci cette terminologie. Ce dernier, il est vrai, mourut en 1969 sans comprendre le mouvement étudiant de la Plaza de las Tres Culturas ; d’autres, comme Juan David García Bacca, quittèrent le pays en 1947 – sans que l’on puisse déterminer de façon convaincante les causes de ces départs.

  • 24  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xiv.
  • 25  Voir la communication inédite de Nigel Dennis citée dans Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil r (...)
  • 26  C’est d’ailleurs le titre que Jordi Gracia donne à son ouvrage sur la récupération de la culture d (...)

16José Bergamín (qui avait dirigé la revue España Peregrina, avec Juan Larrea et, dans une moindre mesure, García Bacca) aurait dû compter parmi les collaborateurs du Retablo hispánico mais quitta précipitamment le Mexique24. Or à l’époque de parution de Retablo hispánico, il évoquait les « camps de dispersion » de l’exil républicain espagnol25. L’exil est donc ce qu’il y a d’inhabitable, puisque c’est la négation du lieu par excellence : l’exilé est celui qui n’a plus d’abri contre les intempéries26 et, pour cela même, séjourne hors du monde et loin de ses semblables.

  • 27  George Steiner, Poésie de la pensée, Paris, Gallimard, 2011, p. 189.

17Après 1945, avec en arrière-plan l’expérience des camps d’extermination et « derrière le souci freudien et heideggerien de la mort, réside l’apocalypse de la Seconde Guerre mondiale », nous dit George Steiner : « l’ontologie est inséparable de l’anthropologie »27. Si l’anthropologie est indissociable de l’ontologie, c’est, dans la pensée de Heidegger, à cause de l’angoisse devant la finitude de l’existence humaine. Que ce soit dans les écrits ou les événements vécus, on ne saurait surestimer les liens étroits entre l’exil et la mort. L’exil est à la fois un lieu d’exposition absolue (la négation de l’espace) et une ouverture (possibilité d’une vision). C’est la condition de l’homme moderne.

  • 28  Voir Salomé Foehn, « España peregrina : entre sentiment d’appartenance et d’exil irrémédiable. À p (...)

18J’ai montré dans d’autres travaux28 que le mouvement de réflexion sur la patrie qui surgit en 1940 autour de la revue España Peregrina peut s’appréhender selon la tension entre le sentiment d’appartenance et le sentiment d’exil irrémédiable : ici, Retablo hispánico est bien la preuve, ou l’illustration, que le sentiment d’appartenance au peuple espagnol demeure intact chez les intellectuels républicains. C’est précisément le travail sur la langue, particulièrement poussé chez certains auteurs, et le soin mis dans l’ « objet », qui, à mon sens, témoignent du sentiment d’exil irrémédiable et du désir de rendre habitable le lieu de séjour, que matérialise le livre. Habiter l’exil en s’attachant à la langue maternelle, n’est-ce pas faire du « désert », sa maison ? Du livre, la « maison de l’Espagne (libre) » ?

  • 29  María Zambrano, « El lugar del desierto. El exilio », Los bienaventurados, Madrid, Siruela, 2004, (...)
  • 30  Idem, p. 41.

19La couverture originale, enfin, indique clairement la filiation du Retablo avec l’Espagne pérégrine, filant la métaphore religieuse et humaniste de l’homo viator : il s’agit de la façade d’une cathédrale, inspirée, à l’évidence, de Saint Jacques de Compostelle. Dans les années soixante, María Zambrano emploie l’image du désert pour représenter l’exil : l’absence d’horizon (ou, si l’on préfère, l’horizon infini), le vide absolu29. Paysage qu’il faut « intérioriser en affinant l’ouïe au détriment de la vue, afin d’éviter les mirages et d’écouter les voix »30. (On retrouve, au passage, le thème musical déjà présent sous la plume d’Edward Saïd à propos de la conscience « contrapuntique » de l’exilé.)

  • 31  Benoît Goetz, Théorie des maisons. L’habitation, la surprise, Verdier, Lagrasse, 2011.
  • 32  Idem, p. 10.
  • 33  Ibidem, p. 11.
  • 34  Ibid., p. 17.

20Benoît Goetz propose une « théorie des maisons » éclairant la dimension intrinsèquement paradoxale de l’exil que je cherche ici à mettre en lumière31. L’« habiter » (qu’il faut distinguer du simple habitat) est l’envers de l’architecture et de la ville, en ce qu’il renvoie à des formes de vie, des manières de vivre, des gestes d’habitations. « Habiter » ne requiert ni architecture ni urbanisme. « Le désert (l’an-architecture) n’empêche pas le nomade d’habiter. Et le nomade (c’est ce que signifie son nom) est sans doute celui qui habite le plus »32. Or – et c’est là qu’on peut tisser un lien avec le motif de l’exil – « le problème de l’habitation devient explicite [...] au moment où c’est la possibilité même de l’habiter qui se perd »33. Chaque penseur abrite une architecture « qui, très souvent, ne se manifeste pas explicitement, ni comme métaphore, ni comme chapitre d’une philosophie des arts ». Cet ensemble d’architectures de pensées, l’auteur la nomme « maison des philosophes ». En ce sens, chaque « maison » est « une manière pour l’être-là de configurer un monde »34.

21Les philosophes de l’exil républicain – en particulier ceux qui explorent l’« anthropologie philosophique » du premier vingtième siècle comme Gaos et, surtout, García Bacca – réinvestissent la pensée de l’habitation telle qu’elle fut posée par Martin Buber. Il s’agissait non seulement de se poser le problème de l’homme (sa place dans le monde) mais, en outre, celui de l’homme espagnol. Partant, le « retable espagnol » définit, en quelque sorte, les stations où l’esprit espagnol a su « habiter » intensément le monde.

  • 35  Ibid., p. 51.
  • 36  Ibid., p. 52.
  • 37  Ibid., p. 75.
  • 38  Ibid., p. 104.
  • 39  Ibid., p. 31-40. García Bacca racontera ses expériences de lecture dans son autobiographie intelle (...)

22« Une maison », affirme Benoît Goetz, « est un moyen d’avoir un monde. [...] Il est très rare, en une vie, de changer de monde » (sauf à vivre des expériences-limites telles que l’exil ou la vie des camps)35. Or, s’il y eut, dans l’histoire de la pensée, « de grands moments durant lesquels le refus d’habiter le monde s’est instauré en principe »36 (le gnosticisme) ; si, pour Emmanuel Lévinas, « l’homme est un exilé sur cette terre et ce n’est que dans la société des hommes qu’il peut espérer bâtir sa demeure »37 ; s’il n’y a pas « de vie possible sans logis, sans abri » et s’il n’est pas possible « d’habiter sans maison, pas plus qu’il n’est possible d’être humain sans culture ni langage »38, on comprend mieux l’inépuisable élan herméneutique qui parcourt les textes composant le Retablo qui convertit l’exil en un « geste » d’habitation. La lecture, en effet, est particulièrement propice à cette expérience d’un monde éminemment habitable39.

Contre la Légende noire : le « retable » des philosophes (Joaquín Xirau, Juan David García Bacca, José M. Gallegos Rocafull, José Gaos)

23Parmi les vingt-sept auteurs (celui, anonyme, de la « Note au lecteur » inclus) on compte quatre philosophes, et non des moindres, puisqu’il s’agit de Joaquín Xirau, Juan David García Bacca et José Gaos.

  • 40  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. x.
  • 41  On trouve une mention de la mort brutale de Xirau dans les Confesiones de García Bacca, op. cit., (...)
  • 42  Note de Ramón Xirau et Raúl Moreno Fraginals, op. cit. p. 51.

24La présence des deux premiers au Mexique fut courte : Xirau mourut en 1946 – soit l’année de publication du Retablo, qui, selon Ródenas de Moya, parut en juillet ou en septembre40 – devant la faculté de philosophie, percuté par un tramway41. Le texte présenté sous le titre « La utopía española » est un recueil d’articles courts choisis par son fils, Ramón Xirau, et l’historien cubain Moreno Fraginals, car représentatifs, selon eux, de la pensée du philosophe sur la philosophie espagnole, avec cette réserve : « aunque por su carácter de selección carece de continuidad, creemos que posee la íntima unidad que le presta el desarrollo de una misma idea a través de tres épocas históricas »42. García Bacca rejoignit Caracas cette année-là, après avoir exercé quatre ans à l’unam, comme les trois autres. José M. Gallegos Rocafull et José Gaos occupèrent durablement un poste – une chaire pour le second, considéré comme véritable maître par une génération de philosophes mexicains, celle de Leopoldo Zea – à l’unam.

  • 43  Voir Ascención H. de Léon-Portilla, « Presencia española en la unam : rasgos generales » in El pen (...)
  • 44  Pour une analyse du terme de « transtierro » et de la « théorie gaosienne des deux patries », de l (...)

25Entre 1938 et 1946, limites chronologiques de ce travail – ces universitaires eurent comme priorité de former leurs étudiants à l’histoire de la philosophie : Joaquín Xirau professa un intérêt particulier pour la Renaissance ; García Bacca, polyglotte (helléniste, latiniste et germaniste) ainsi que mathématicien et logicien « dejó fama de buen expositor, de espíritu abierto a las distintas ramas del saber, y sobre todo de gran maestro de la historia de la filosofía » ; Gallegos Rocafull, à l’instar de Xirau, s’intéressait aux xvi et xviie siècles, particulièrement à la pensée mexicaine sous l’empire ; Gaos, enfin, « vertió magistralmente el perspectivismo del maestro [Ortega] en originales reflexiones acerca de la filosofía de México y lo mexicano »43. À partir de 1946 et jusqu’en 1949, année où il inventa le fameux terme de « transtierro »44, Gaos réduisait la fréquence de publication de ses écrits sur l’Espagne, s’intéressant ensuite surtout à la philosophie latino-américaine.

26Les titres des quatre textes envoyés pour le Retablo sont simples et ne portent pas, apparemment, de revendications idéologiques. Il s’agit de « La utopía española », pour Xirau ; « El humanismo español », pour García Bacca ; « Sobre la literatura mística española », pour Gallegos Rocafull ; « La decadencia », pour José Gaos.

  • 45  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xxiv-xxv.

27Domingo Ródenas de Moya remarque, non sans justesse, que les essais de Gaos et García Bacca, avec ceux de Joaquín Xirau, forment « le nœud conceptuel de l’ouvrage »45, ce qui laisse en marge celui de Gallegos Rocafull traitant de la mystique espagnole. Du point de vue d’un universitaire, inclure la mystique dans le champ d’étude de la philosophie ne va pas de soi. Néanmoins, la philosophie espagnole de l’exil se montre singulièrement inclusive à l’endroit de la poésie et de la mystique. Cette large ouverture aux approches non-rationalistes de l’être, qui se confirme chez García Bacca, s’avère, à mon sens, précisément l’une des caractéristiques les plus remarquables de la production philosophique de cette génération d’exilés républicains espagnols dans l’histoire de la pensée contemporaine. L’inclusion de Gallegos Rocafull dans le groupe des philosophes est, pour ainsi dire, « naturelle ».

28Ces essais sont-ils écrits afin d’esquisser une réponse à l’article de Masson de Morvilliers dans l’Encyclopédie méthodique de 1782, qui se demandait ce qu’on pouvait attendre d’un peuple nécessitant l’autorisation d’un moine pour lire et penser ? L’hypothèse est intéressante, à condition de bien comprendre que, pour les exilés républicains, l’histoire de l’Espagne reflète, cristallise, celle du continent européen : l’Europe se scinde entre l’histoire apocryphe – celle des fascismes et des totalitarismes – et celle, authentique, de l’esprit de liberté – condamnée à l’exil. Voilà une idée partagée par toute la première génération d’intellectuels républicains en exil (comme l’atteste La agonía de Europa, de María Zambrano, paru en 1945), l’Espagne, celle de la liberté et de la démocratie dont ils seraient les légataires spirituels nomades, porterait en germe la « rédemption » de l’Europe.

29Edward Saïd était persuadé que l’exil ne saurait servir des valeurs humanistes. Les articles de ces quatre philosophes semblent montrer l’exil comme, au contraire, un geste humaniste par excellence, une manière d’être dans le monde qui ne peut qu’exalter, face à l’histoire récente en général et à la défaite d’une Seconde République espagnole incarnant l’idéal d’une société démocratique et libre en particulier, un vivre-ensemble collectif. Ainsi, García Bacca estime qu’à la différence de l’humanisme européen, qui s’intéresse à l’idée abstraite de l’homme, à savoir, l’« humanité », l’humanisme espagnol, lui, se caractérise par son intérêt pour l’homme en tant qu’humain, pour chaque homme.

30Plutôt que de commenter les textes un à un, et de les resituer dans l’évolution intellectuelle de chaque auteur, je me propose ici d’étudier l’ensemble des articles dans une perspective symphilosophique, – de philosopher en communauté – afin de souligner, d’une part, la démarche critique des auteurs en extrapolant la notion de dissidence introduite par Gaos, d’autre part, leur visée humaniste, en montrant que la lecture, redoublée par l’écriture, correspond à un idéal humaniste d’habitation contemporaine du monde. Ainsi, plutôt que de réduire le Retablo à un simple « cadeau diplomatique », ne faut-il pas le voir comme la mise en œuvre du « nouvel humanisme intégral » ? En effet, deux modalités d’ « habitation exilique » irriguent les textes : la vision utopique et l’amour de la lecture, qui se double du geste de l’écriture et de la citation.

Décadence et utopie : quelle dissidence pour l’Espagne ?

  • 46  Idem, p. xxiii.

31Domingo Ródenas de Moya souligne la complémentarité des articles de Gaos et de García Bacca. Gaos propose d’autres critères évaluatifs que ceux employés pour disqualifier l’entrée dans la modernité de l’Espagne. Face à une Europe exaltant la raison technique et scientifique moderne, l’Espagne entrerait en dissidence, non en décadence. Loin de se montrer anti-moderne ou aveuglé par un patriotisme niant les évidences, Gaos investirait pleinement sa fonction de penseur en proposant une perspective novatrice en vue d’examiner le thème central de la pensée espagnole depuis la génération précédente, celle d’Unamuno et d’Ortega46.

32Un premier élément commun aux quatre auteurs est leur profession de loyauté envers la Seconde République (« España leal »).

33Gaos, en début d’article, en cherchant à délimiter chronologiquement la décadence espagnole, affirme : 

  • 47  José Gaos, « La decadencia », op. cit., p. 216.

Los leales a la Segunda República Española no podemos menos de pensar que con su abatimiento se detuvieron los progresos, se retrocedió de nuevo. España es una decadencia hasta estos nuestros días, desde otros en cualquier caso lo bastante alejados para que tal decadencia integre toda una edad »47.

  • 48  Joaquín Xirau, « La utopía española », op. cit., p. 63.
  • 49  Juan David García Bacca, « El humanismo español », op. cit., p. 84.

34Joaquín Xirau, lui, parle de la « renaissance inédite de la culture espagnole » et du « miracle de la République »48. García Bacca, après avoir rappelé que les Espagnols les plus dignes étaient ceux qui ne jouissaient pas juridiquement de leur nationalité49, et avec en ligne de mire le général Franco, rappelle le droit du peuple à éliminer un tyran : 

  • 50  Idem, p. 90.

¿Qué diríamos de la audaz teoría del jesuita Mariana sobre el derecho del pueblo a matar al tirano y sus criterios para conocer cuándo un gobernante lo es, que vienen pintiparados para la actual situación de nuestra Patria?50.

  • 51  José M. Gallegos Rocafull, « Sobre la literatura mística española », op. cit., p. 169.

35Gallegos Rocafull fait une allusion discrète « à l’angoissante inquiétude présente »51. On penserait à tort ces déclarations seulement opportunistes ou accidentelles, pour ainsi dire. L’exemple de Gaos, à qui on a pu reprocher un manque d’engagement envers la République après 1949, montre que celui-ci avait le souci constant de n’accorder aucune légitimité au régime franquiste.

36Dans une longue lettre à García Bacca, datée du 21 août 1957, Gaos explique sa position vis-à-vis des philosophes républicains tentés par le retour et des appels du pied du régime pour attirer de nouveau les exilés en Espagne. Il se méfie du souhait de certains intellectuels de l’intérieur (on songe à Aranguren, notamment, qui, en 1953, publia son « Evolución espiritual de los intelectuales españoles en la emigración » dans Cuadernos hispanoamericanos) de renouer avec ceux de l’exil républicain.

  • 52  José Gaos, « A Juan David García Bacca. Carta del 21 de agosto de 1957 », Obras completas. XIX. Ep (...)

A mí me acaece pensar que la vuelta es ilusoria y no sentir nostalgia alguna de patria. La vuelta a España sería vuelta en el espacio, en la geografía, no en el tiempo, en la historia : a la España de que partimos no podemos volver, porque ella misma ha dejado de existir, y para siempre52.

  • 53  Idem, p. 410.

37Et, plus loin,  « Pienso que nuestro destino, al que debemos ser obedientes, ha sido, sigue siendo, el de cooperar a la historia de esta vida ultramarina de la misma España »53.

  • 54  Gaos, néanmoins, n’y sera jamais cité nommément, au contraire de Joaquín Xirau et José Bergamín, q (...)

38Paradoxalement, pour l’inventeur du « transtierro », la vraie fidélité envers la République, c’est de demeurer en exil. Franco ne doit pas se croire doté d’une « légitimité » grâce à la reconnaissance que lui accorderaient les Espagnols de l’exil ; partant, il faut refuser le contact avec les intellectuels franquistes et, par là même, refuser de remettre pied en Espagne. C’est bien dans ce refus de la main tendue (« ni asomo de asentimiento ») que Gaos et nombre de compatriotes exilés placent leur dignité, incarnant ainsi l’une des valeurs de l’humanisme espagnol, tel qu’il est défini dans le Retablo. En fin de compte, García Bacca entendit son ancien professeur, puisqu’il écrit, à la veille de sa mort en 1991, dans ses Confesiones, s’être juré de ne jamais rentrer avant la mort du dictateur54. Effectivement, il attendit la promulgation de la Loi d’amnistie avant d’effectuer plusieurs séjours ponctuels dans la péninsule.

39Un deuxième élément commun aux auteurs est la réflexion sur le vivre-ensemble et, plus précisément, sur les projets utopiques de société que l’Espagne de la Renaissance imagina et qui, pour la plupart, échouèrent.

  • 55  Martin Buber, à la fin des années trente ou au début des années quarante, publia un ouvrage qui co (...)

40Xirau, comme d’autres penseurs contemporains, notamment allemands ou d’Europe centrale, s’intéresse, dans le dernier texte recueilli, à la crise de la culture, qui remonterait à la Renaissance. Son approche est « historique », dans la mesure où il étudie l’évolution d’une même idée à travers les différentes époques de la pensée européenne. L’Humanisme naissant aurait échoué à cause de ce qu’il portait en germe : l’anthropocentrisme de la raison technique et scientifique, qui allait se heurter à l’ordre établi des sociétés régies par l’Église militante, jusqu’alors « catholique », c’est-à-dire universelle et unie. Face à la raison matérialiste et législatrice, l’homme perd sa place dans le monde : « la vieja arquitectura se escinde »55. C’est le prix à payer pour la liberté.

  • 56  Joaquín Xirau, « La utopía española », op. cit., p. 60.

41Il y aurait trois humanismes. D’abord, l’humanisme italien, le plus ancien et le plus splendide (tant au niveau de la pensée que de l’architecture), qui mêla le christianisme au paganisme ; l’allemand, qui, à peine christianisé, renoua avec ses racines barbares pour s’insurger contre Rome et se lier étroitement à la Réforme ; le dernier est le mouvement centré autour d’Erasme et consiste à vouloir réinstaurer, à travers la réforme radicale des doctrines et des mœurs, « la pureza de los ideales y la fuerza creadora del espíritu »56. C’est celui qui imprégna le plus profondément l’Espagne, péninsulaire et d’outre-mer. À cette différence près, de taille :

  • 57  Idem. Je souligne.

Lo que en la Europa central y en la Inglaterra era patrimonio de una minoría ilustrada, adquiere en España todos los caracteres de un movimiento nacional, se incorpora a su entraña y define en una gran medida la silueta espiritual y política del Imperio hasta el momento de la Contrarreforma57.

  • 58  C’est la thèse de María Zambrano dans Persona y democracia, publié en 1958.

42L’emploi de l’expression « movimiento nacional », à mon sens, n’est pas neutre. Elle déloge l’usurpateur, qui, en la personne de Franco et de son « Movimiento Nacional », lui est entièrement contraire. Si l’espérance de l’Espagne s’achemine tout entier vers un idéal social et pacifique, qui affirmerait la liberté de la conscience humaine, les élans indomptables de la vie et les exigences rigoureuse de la morale, il faut voir se dessiner en filigrane le contre-modèle du régime franquiste. En effet, l’effort d’Erasme et de ses amis (selon Xirau) consiste à introduire dans la conscience chrétienne « profondément perturbée, des mots de concorde, d’espérance et de paix ». Or, cette idée d’une société « harmonique » qui protégerait la personne humaine, le citoyen, il n’y a que la démocratie qui la réalise58.

43Outre la vision utopique, l’ancrage dans l’érasmisme, on peut retenir un troisième élément que met en lumière une lecture attentive des textes : l’esprit « missionnaire » des entreprises espagnoles, que ce soit au sens religieux ou philosophique du terme.

  • 59  Joaquín Xirau, « La utopía española », op. cit., p. 64. Je souligne.

44Ainsi, chez Xirau, ce « mouvement national » dont il a été question plus haut, éclairé, défenseur des libertés et (plus tard) de la démocratie, fut porté par le peuple grâce aux réformes de la Institución Libre de Enseñanza qui forma, entre autres, la première génération de l’exil républicain : « de ahí el renacimiento inaudito de la cultura española en los últimos cincuenta años y el milagro de la República ». L’Institution produisit des « maîtres », d’excellents pédagogues qui « guidèrent » plusieurs générations sur les voies de l’autonomie et de l’émancipation personnelles : « En todos la filosofía alcanza la jerarquía de una creación espiritual »59. À la fin du dernier texte, Joaquín Xirau rend hommage à Manuel Bartolomé Cossío, qui dirigea l’Institution après Giner et Sanz del Río et qu’il connut personnellement. Il salue en lui sa générosité, qui lui permit s’étendre son action à l’échelle nationale : « Cossío recoge la semilla con gesto reverente y la escampa con mano pródiga sobre la superficie peninsular ». Le vieux maître vit se réaliser sous la Seconde République, un vieux rêve : celui des Missions Pédagogiques (auxquelles participèrent, entre autres, Ramón Gaya, María Zambrano et Emilio Prados) qui instruisirent le peuple.

45De la même manière que la réforme éducative acquiert la qualité quasi-religieuse d’une « mission » et que le pédagogue devient évangélisateur, les mystiques espagnols, en cherchant à exprimer l’indicible, font œuvre de philosophie chez Gallegos Rocafull.

  • 60  José M. Gallegos Rocafull, « Sobre la literatura mística española », op. cit, p. 162.

[No] se ha estudiado suficientemente su doctrina filosófica. Ninguno de ellos se presenta como filósofo ; viven endiosados en una luminosa oscuridad en que sienten claramente la presencia divina, aunque ni vean a Dios, ni puedan encerrar en conceptos y palabras lo que Dios les muestra de sí [...] Creen moverse dentro de la filosofía escolástica, pero la original profundidad de la experiencia que están viviendo les obliga a desbordar el sentido de los términos que emplean y seguir un nuevo camino, abierto a las más audaces conquistas, que tal vez sea el único, seguramente el más corto y provechoso para superar la filosofía tradicional dentro de su mismo espíritu60.

46Ce qui est proprement philosophique chez les mystiques espagnols, c’est moins le discours, nécessitant « concepts et mots », que la démarche intellectuelle, qui se construit en amont du propos et en aval de l’expérience du divin. Face à cette « présence », la raison est impuissante (« ni vean a Dios, ni puedan encerrar en conceptos y palabras lo que Dios les muestra de sí »), cédant ainsi le pas aux sentiments et au vécu (« viven ensiosados », « sienten claramente »). Le sens qui est, en philosophie, traditionnellement considéré comme le plus élevé parce que le plus abstrait, la vue, est inopérant. A partir de là, les contraires se rejoignent : il est question de « luminosité obscure ». Mais là où le propos de Gallegos Rocafull sort sans doute des sentiers battus, c’est lorsqu’il souligne, avec raison, que la littérature mystique ne s’empêtre pas dans la contradiction absurde de « dire l’indicible » : « aun siendo inefable su propia experiencia, no hubieran podido expresarla por escrito sin elaborarla intelectualmente ». Au contraire, c’est parce qu’elle se heurte aux limites du système philosophique dans laquelle elle se meut et qui, seule, lui apporte le langage technique : le thomisme, la philosophie scolastique. Cette limite pousse les mystiques espagnols à suivre un nouveau chemin, qui dépasse la philosophie traditionnelle. « Ce n’est qu’une question de méthode », assure l’auteur.

  • 61  Juan David García Bacca, « El humanismo español », op. cit., p. 87.

47C’est cette recherche de la méthode juste qui est accessible à tous, non l’expérience mystique, qui ne dépend pas de l’homme mais de Dieu. García Bacca, qui a en tête le Quichotte, s’accorderait avec Gallegos Rocafull sur ce point. La littérature, la poésie surpassent la philosophie en ce qu’elle capable de faire sauter les verrous d’une forteresse conceptuelle impénétrable : « Ciertas obras literarias son una refutación más eficaz, más contundente, de ciertos sistemas de filosofía o de teología, que todas las técnicas »61.

L’esprit et la lettre : habiter (par) la langue

48Gloser l’humanisme espagnol, c’est reproduire à son tour le geste herméneutique et dialogique de ses prédécesseurs. Par là, les philosophes républicains tracèrent une lignée spirituelle, malgré la rupture géographique, pour l’ensemble de leurs compatriotes exilés. Mieux : alors que le traumatisme subi pourrait pousser à rejeter la langue maternelle, le lecteur du Retablo hispánico est invité à trouver dans la langue classique une inépuisable source de jouvence. Dans un siècle qui se mondialise, il est juste, sans doute, que le Retablo célèbre la langue comme ce qui constitue en propre l’originalité de chaque individu, qui, par sa manière de vivre, invente autant de gestes d’habitation du monde. C’est la pierre angulaire du « nouvel humanisme intégral » prônée par García Bacca à la suite de Jacques Maritain et qu’on peut considérer comme la proposition philosophique du Retablo.

  • 62  Idem, p. 84.
  • 63  Ibidem, p. 85.
  • 64  Ibid., p. 90.

49Selon García Bacca, l’humanisme est anthropocentrique et tout homme est individualiste : « el humanismo es antropocéntrico, todo centrado en el hombre ; y el hombre, en sí mismo, en su conciencia »62. Tout ce que l’homme produit de savoir est, par suite, humaniste : anthropocentrique et anthropomorphique, précise l’auteur. L’amour pour la langue et les lettres est une tendance clairement prononcée qui ne doit rien au hasard : c’est même ce qui différencie la Renaissance du Moyen-Âge : « no es casual que en épocas teocéntricas, en tiempos de dominio de la teología, se hable mal : mal latín y malas lenguas vernáculas »63. Au siècle de Nebrija, el Pinciano, Diego López de Zuñiga, Juan de Vergara, Juan de Valdés, Luis Vives « y otros muchos », « hasta los teólogos comienzan, acicateados y avergonzados por Erasmo y los erasmistas, a escribir un latín decoroso, cuando menos ; a veces, de subidísimo sabor clásico, como los Loci theologici de Melchor Cano »64, lance García Bacca, pas seulement en guise de boutade. À travers la langue et l’épanouissement des lettres, c’est l’individualité espagnole qui fleurit, avant de reprendre la formule d’Unamuno : « el hombre de carne y hueso ».

50Pour autant, l’humaniste ne se coupe pas des préoccupations du monde ; au contraire, il serait éminemment politique, dans la mesure où son individualisme le pousse à la vigilance, afin de préserver ses droits :

El humanismo, por tender cuando menos a centrar el universo en el hombre individual, tiene que tomar frecuentemente matices antisocietarios, es decir : contra la sociedad que hubiera acaparado demasiados derechos, por haberse constituido, como la Iglesia romana, en un tiempo de desindividualización, de menosprecio, teórico y práctico, de los derechos del individuo.

  • 65  Ibid.

51Quand bien même ils inscrivaient leurs protestations dans le cadre strict de la doctrine et du dogme, les théologiens humanistes firent preuve, en leur temps, de plus de courage que les contemporains de l’auteur. García Bacca, nous l’avons vu, masque à peine un appel à la révolte destinés aux Espagnols de la péninsule qui aboutirait à la suppression du dictateur : « vaya esta valentía por la cobardía de los servilones que andan por España »65. García Bacca termine sur une note optimiste : la dictature, « tempête transitoire » sera supplantée par la vie, qui apportera à l’Espagne un nouvel Humanisme intégral.

Conclusion

52L’humanisme que défendent les philosophes fait, à mon sens, partie intégrante de l’impulsion donnée à l’art pendant la guerre civile : alors qu’au cours du premier tiers du vingtième siècle la philosophie s’est « égarée » sur d’autres terrains que les siens, il s’agit de « réhumaniser » la pensée : après deux Guerres mondiales, l’expérience des camps de la mort et des totalitarismes, la question la plus pressante est-elle autre que politique ?

53Je n’ai pu montrer qu’imparfaitement que certains thèmes se croisaient dans les textes étudiés, tissant ainsi, en contrepoint, une « musique » philosophique qui ne fera que s’accentuer à mesure que l’exil devient irrévocable. En raison de la proximité entre les philosophes et les poètes rendue possible grâce à certaines institutions comme, notamment, la Casa de España, cette « philosophie de l’exil » républicain trouve son expression la plus esthétique dans la poésie de l’exil.

54Le motif de l’habitation est explicite dans d’autres textes du Retablo : citons « Castillos en España », de José Moreno Villa, « El Escorial (Carta del escurialense) » d’Antoniorrobles ou encore, « España, uno de los más antiguos hogares de la cultura », de Pedro Bosch-Gimpera.

55Le Retablo se convertit ainsi en véritable « Maison de l’Espagne », un logis pour tous les exilés : la lettre « dit » bien, en effet, l’ « esprit » d’une patrie perdue.

Haut de page

Notes

1  Ce n’est pas le cas des intellectuels républicains espagnols, qui, pour la plupart, s’installèrent en Amérique hispanophone.

2  Voir Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil républicain espagnol de 1939. Autour de José Bergamín, María Zambrano et Juan David García Bacca, thèse de Doctorat dirigée en co-tutelle internationale par MM. les Professeurs Serge Salaün et Nigel Dennis, Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii/ University of St Andrews, 2011.

3  Edward Saïd, « Reflections on exile » in Reflections on exile and other essays, p. 137-149, Harvard University Press, Cambridge, p. 137. Pour tous les passages cités qui suivent, j’ai traduit de l’anglais.

4  Idem, p. 138.

5  Ibidem.

6  Ibidem, p. 139.

7  Ibidem, p. 140.

8  Ibidem.

9  Ibidem, p. 140-141.

10  Ibidem, p. 146.

11  Ibidem, p. 148.

12  María Zambrano, « Amo mi exilio », ABC, 28-viii-1989, p. 3. Cet article fut bien souvent interprété, à tort, par l’historiographie de la Transition comme une confession dans laquelle la philosophe admettrait que le sort des exilés fut préférable à ceux de leurs compatriotes restés « à l’intérieur ». Il faut lire entre les lignes : un intellectuel exilé ne survit que par la publication de ses œuvres. À son retour en Espagne, Zambrano devait veiller à ne fâcher aucune des instances politiques afin d’assurer la prospérité de son œuvre.

13  Denis Rodrigues, La Transition en Espagne. Les enjeux d’une modernisation complexe (1975-1986), Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 197.

14  Voir, entre autres, Mari Paz Balibrea, Tiempo de exilio. Una mirada crítica a la modernidad desde el pensamiento republicano en el exilio, Barcelone, Montesinos, 2007, pour la critique de l’historiographie de la Transition et Sebastiaan Faber, Exile and Cultural hegemony. Spanish Intellectuals in Mexico, 1939-1975. J’ai souligné dans ma thèse de Doctorat la nécessité de mettre en rapport l’historiographique philosophique et l’histoire culturelle de l’exil républicain de 1939. Voir Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil républicain espagnol..., op. cit.

15  La Bibliothèque Nationale de France dispose de cette édition en facsimilé.

16  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xii.

17  Idem, p. xi.

18  En 2008, se contentant le plus souvent de publier le texte de l'agence efe, reprenant à son tour les grandes lignes de l’introduction de Ródenas de Moya, la presse locale (El día de Córdoba) ou à plus large diffusion (ABC, Público.es) annonça la parution de l’ouvrage, dont on peut retrouver dans les trois cas les articles en ligne : « Reeditan “Retablo hispánico”, crónica de la cultura española en el exilio », El día de Córdoba, http://www.eldiadecordoba.es/article/ocio/67012/reeditan/retablo/hispanico/cronica/la/cultura/espanola/exilio.html# ou encore « “Retablo hispánico” demuestra la devoción por España del exilio republicano », Público.es, http://www.publico.es/agencias/efe/54752/retablo-hispanico-demuestra-la-devocion-por-espana-del-exilio-republicano.

19  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xv.

20  Idem, p. xvii.

21  Voir, entre autres, Francisco Caudet, Cultura y exilio. La revista España Peregrina, Valence, Fernando Torres, 1976 et Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil républicain..., op. cit., p. 87-93.

22  Sebastiaan Faber, Exile and Cultural hegemony..., op. cit., p. 5.

23  Idem, p. 6.

24  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xiv.

25  Voir la communication inédite de Nigel Dennis citée dans Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil républicain..., op. cit., p. 193ss.

26  C’est d’ailleurs le titre que Jordi Gracia donne à son ouvrage sur la récupération de la culture de l’exil en Espagne pendant la Transition : Jordi Gracia, A la intemperie. Exilio y cultura en España, Barcelone, Anagrama, 2010.

27  George Steiner, Poésie de la pensée, Paris, Gallimard, 2011, p. 189.

28  Voir Salomé Foehn, « España peregrina : entre sentiment d’appartenance et d’exil irrémédiable. À propos de l’attachement à la langue espagnole des philosophes de l’exil républicain de 1939 » in Exiles et mémoires de l’exil dans le monde ibérique, Michel Boeglin (éd.), Peter Lang, p. 231-239. À paraître.

29  María Zambrano, « El lugar del desierto. El exilio », Los bienaventurados, Madrid, Siruela, 2004, p. 41-42.

30  Idem, p. 41.

31  Benoît Goetz, Théorie des maisons. L’habitation, la surprise, Verdier, Lagrasse, 2011.

32  Idem, p. 10.

33  Ibidem, p. 11.

34  Ibid., p. 17.

35  Ibid., p. 51.

36  Ibid., p. 52.

37  Ibid., p. 75.

38  Ibid., p. 104.

39  Ibid., p. 31-40. García Bacca racontera ses expériences de lecture dans son autobiographie intellectuelle, Confesiones. Juan David García Bacca, Confesiones. Autobiografía íntima y exterior, Barcelone, Anthropos, 1990.

40  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. x.

41  On trouve une mention de la mort brutale de Xirau dans les Confesiones de García Bacca, op. cit., p. 80-81. Voir Ramón Xirau, « Joaquín Xirau » in El Legado filosófico español e hispanoamericano del siglo xx, Manuel Garrido, Nelson Orringer, Luis M. Valdés (et alii), Madrid, Cátedra, 2009, pp. 545-550.

42  Note de Ramón Xirau et Raúl Moreno Fraginals, op. cit. p. 51.

43  Voir Ascención H. de Léon-Portilla, « Presencia española en la unam : rasgos generales » in El pensamiento español contemporáneo y la idea de América, II. El pensamiento en el exilio, José Luis Abellán y Antonio Monclús (éds.), Barcelone, Anthropos, 1989. 

44  Pour une analyse du terme de « transtierro » et de la « théorie gaosienne des deux patries », de la réception de la posture philosophique de Gaos quant à l’exil parmi les historiens de la philosophie hispanophone et de la critique subséquente émanant de la part des hispanistes spécialistes de l’exil républicain voir Salomé Foehn, Les philosophes de l’exil..., op. cit,, p. 87-94.

45  Domingo Ródenas de Moya, « Prólogo », op. cit., p. xxiv-xxv.

46  Idem, p. xxiii.

47  José Gaos, « La decadencia », op. cit., p. 216.

48  Joaquín Xirau, « La utopía española », op. cit., p. 63.

49  Juan David García Bacca, « El humanismo español », op. cit., p. 84.

50  Idem, p. 90.

51  José M. Gallegos Rocafull, « Sobre la literatura mística española », op. cit., p. 169.

52  José Gaos, « A Juan David García Bacca. Carta del 21 de agosto de 1957 », Obras completas. XIX. Epistolario y papeles privados, UNAM, México, p. 407-412, p. 410.

53  Idem, p. 410.

54  Gaos, néanmoins, n’y sera jamais cité nommément, au contraire de Joaquín Xirau et José Bergamín, que l’auteur estime comme son plus grand ami.

55  Martin Buber, à la fin des années trente ou au début des années quarante, publia un ouvrage qui connut un grand succès parmi les philosophes de la première génération de l’exil républicain espagnol, intitulé Le problème de l’homme. García Bacca reprit en partie les réflexions du philosophe autrichien et israélien dans Filosofar en metáforas y parabolas, paru en 1945.

56  Joaquín Xirau, « La utopía española », op. cit., p. 60.

57  Idem. Je souligne.

58  C’est la thèse de María Zambrano dans Persona y democracia, publié en 1958.

59  Joaquín Xirau, « La utopía española », op. cit., p. 64. Je souligne.

60  José M. Gallegos Rocafull, « Sobre la literatura mística española », op. cit, p. 162.

61  Juan David García Bacca, « El humanismo español », op. cit., p. 87.

62  Idem, p. 84.

63  Ibidem, p. 85.

64  Ibid., p. 90.

65  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salomé Foehn, « Habiter l’exil : Retablo hispánico, Mexique, 1946 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/5060 ; DOI : 10.4000/ccec.5060

Haut de page

Auteur

Salomé Foehn

Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii, University of St Andrews

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org