Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Recherches sur les militantes du Parti Ouvrier d’Unification Marxiste. (1935-1980). Une contribution à l'Histoire sociale du genre

Cindy Coignard

Notes de l’auteur

Thèse sous la direction de Madame la Professeure Danièle Bussy Genevois (Université Paris-viii Vincennes Saint-Denis), et soutenue le 6 décembre 2013 devant un jury composé par MM. les Professeurs Danièle Bussy Genevois, Directrice (Université Paris-viii, Vincennes Saint-Denis) ; Zoraida Carandell, (Université Paris Ouest Nanterre) ; M. Severiano Rojo Hernández, (Université Aix-Marseille) ; Mercedes Yusta, Université Paris-viii Vincennes Saint-Denis.

Texte intégral

1Fondé en septembre 1935 en Espagne, le poum (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste) est un parti qui a joué un rôle important dans la guerre civile espagnole (1936-1939), principalement en Catalogne, région dans laquelle il était majoritairement implanté. Héritier des idées des penseurs marxistes (Karl Marx, Friedrich Engels, Auguste Bebel, Alexandra Kollontaï puis Lénine et Léon Trotsky), ainsi qu’en partie de l’idéologie anarchiste, il disparaît de la scène politique prématurément en juin 1937 lorsqu’il est déclaré illégal et victime d’une double persécution : d’un côté, franquiste, de l’autre, communiste (par les militants du psuc/pce qui suivaient la ligne officielle et stalinienne de Moscou). Cette thèse présente l’étude d’un aspect peu connu du parti jusqu’à aujourd’hui : les femmes du poum.

2L'implantation d'un parti ouvrier dans l'Espagne de la Seconde République invite à comparer la situation des femmes dans le parti et la législation. N’oublions pas que la proclamation de cette République le 14 avril 1931 avait représenté une période d’ouverture et d’émancipation pour les femmes, notamment avec l’accès au droit de vote ; des femmes qui jusqu’alors étaient considérées comme inférieures et « victimes » d’un modèle familial patriarcal très ancré dans la société et soutenu par l’État et l’Église. De ce fait, il semble intéressant d’étudier les rapports de sexe entre les militants et militantes du poum afin de voir s’il existait une adéquation entre le discours du parti (égalité entre les sexes) et la réalité quotidienne.

3L’analyse s’appuie sur plusieurs objets. L'action militante : sur le front mais aussi et surtout à l’arrière-garde, où on retrouve les femmes en politique (au sein du parti mais également dans leur propre Secrétariat, le sfpoum), dans les moyens de communication (presse et radio), dans des organisations d’aide à la population civile (entre autres le Secours Rouge International) ou encore dans l’enseignement et l’aide aux enfants, beaucoup d’entre elles ayant été institutrices. Par ailleurs, l’étude inclut une tentative d’approche différentielle entre les femmes du poum et les femmes d’autres partis politiques ou organisations féminines, comme par exemple les anarchistes.

4Auparavant les femmes n’existaient que de façon stéréotypée et n’avaient d’identité finalement que par la place qu’elles occupaient dans une société au caractère androcentrique et par le statut qu’on leur conférait en les considérant par rapport aux autres (au père, au mari, à Dieu) ; désormais les femmes semblent exister en tant que telles, libres de toute tutelle, qu’elle soit conjugale, familiale, religieuse ou encore politique.

5Le travail mené grâce à la presse de l’époque nous a permis d’obtenir de précieuses informations. La présence d’articles traitant des femmes témoignent d’une volonté d’apporter des solutions ; des articles au contenu explicite qui appellent à considérer les femmes non plus comme des êtres inférieurs mais comme des personnes à part entière, pourvues d’un véritable statut et d’une véritable identité qu’elles pourront affirmer pleinement, selon le parti, une fois le processus révolutionnaire socialiste achevé. En outre, le poum a offert la possibilité – voire a demandé – à certaines militantes de participer à l’élaboration des journaux. C’est ainsi que, longtemps éloignées de la sphère publique, certaines femmes y pénètrent alors, acquérant de la sorte un nouveau statut dans la société. Les militantes du poum, en grande partie, ont acquis un nouveau statut : celui de femmes mais surtout de citoyennes.

6Le problème de la survie du parti en exil se pose également et présente l’évolution d’un militantisme politique vers un militantisme plus culturel. En exil, ce sont principalement les casals et centres catalans qui ont permis aux femmes de maintenir une activité militante. En l’absence d’un organe de presse féminin en exil, l’existence même des centres a joué un rôle mobilisateur et toutes les activités qui ont eu lieu dans ce cadre-là ont été un important vecteur d’union et d’identification pour de nombreuses femmes ; l’antifascisme ayant été l’argument commun de lutte. Nous notons également une évolution dans l’expression du militantisme des femmes en exil ; il n’est plus réellement action, mais il reste parole : les militantes s’expriment au travers de la presse, de la littérature, de la chanson et des entretiens. À ce propos, soulignons que ces entretiens, avec les militants et leurs familles, ont été fondamentaux pour notre travail de recherche. Grâce à ces témoignages individuels, nous avons pu reconstruire une histoire collective et combler certaines lacunes de l’histoire ouvrière ainsi que de l’histoire des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cindy Coignard, « Recherches sur les militantes du Parti Ouvrier d’Unification Marxiste. (1935-1980). Une contribution à l'Histoire sociale du genre », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/4991 ; DOI : 10.4000/ccec.4991

Haut de page

Auteur

Cindy Coignard

École Doctorale Pratiques et Théories du Sens, ED 31, Université Paris-viii Vincennes Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org