Navigation – Plan du site
Livres reçus ou signalés

Livres reçus ou signalés

Libros recibidos

Texte intégral

Livres

Alary, Viviane, Filles de la mémoire. Les images fixes de Juan Marsé, Tours, pufr, coll. Iconotextes, 2013, 272 p.

Del Arco Blanco, Miguel Ángel; Ortega Santos, Antonio; Martínez Martín, Manuel (eds.), Ciudad y modernización en España y México, Grenade, Editorial Universidad de Granada, 2013.

Fontana, Josep, El futuro es un país extraño. Una reflexión sobre la crisis social de comienzos del siglo xxi, Barcelone, Pasado y Presente, 2013.

Freán Hernández, Óscar, A revolución escrita. A prensa obreira galega (1866-1936), Binges, Orbis Tertius, 2013.

1Dans cet ouvrage, l’auteur développe une analyse de la presse ouvrière galicienne dès 1866 jusqu’au putsch fasciste en 1936. La presse fut un des moyens d’expression et de propagande des organisations ouvrières, un outil fondamental pour les historiens afin de comprendre leur idéologie et leurs activités. Le travail inclut un catalogue détaillé des 119 publications connues, précisant le nom des collaborateurs, la périodicité, l’orientation politique, les lieux de conservation etc. Le travail montre le dynamisme de l’action des syndicats et des partis ouvriers, ainsi que le combat écrit entre les différentes tendances prolétaires qui se sont battues pour l’émancipation ou pour le contrôle des travailleurs.

Giné, Marta, Palenque, Marta y Goñi, José M., La recepción de la cultura extranjera en La Ilustración Española y Americana (1869-1905), Berne, Peter Lang SA, 2013, 604 p.

Hernández Burgos, Claudio, Franquismo a ras de suelo. Zonas grises, apoyos sociales y actitudes durante la dictadura (1936-1976), Grenade, Editorial Universidad de Granada, 2013.

Lacau Saint Guily, Camille, María Zambrano. La tumba de Antígona y otros textos sobre el personaje trágico, Paris, puf/cned, 2013.

2La tumba de Antígona détone par son hybridité intrinsèque, à la fois philosophique, poétique et tragique. La puissance de ce texte singulier dans l’œuvre philosophique de María Zambrano, qu’éclairent ses autres « essais » relatifs à la figure mythique d’Antigone, vient sans doute de son caractère de manifeste, en faveur d’une métaphysique incarnée, d’un logos poétique, musical, présocratique et post-ortéguien. Par le choix du théâtre, elle encharne sa « Raison poétique ». Zambrano y manifeste, en outre, la nécessité vitale de refuser la mort tragique que Sophocle impose à Antigone, dans sa tragédie éponyme. « Erreur ! », s’écrie Zambrano. Depuis son exil, loin de sa terre natale, l’Espagne, alors emmurée dans la dictature franquiste, Zambrano donne la parole aux vaincus, à ceux que l’on croyait morts. L’histoire de son Antigone sera celle de sa renaissance. Son Antigone, hétérodoxe, sera chrétienne – une figure mariale, christique même –, mais résistante et engagée.

Lorenzo, César M., Horacio Prieto. Mon père, Toulouse, Les Éditions Libertaires, 2012.

3El exilio anarquista, siempre presente en la historia contemporánea española y francesa, siguen presentes en esta obra militante en la que César Martínez Lorenzo realiza una biografía de su padre, Horacio Martínez Prieto, personaje clave en la historia de la cnt y del movimiento libertario. Secretario general de la cnt en 1935 y 1936, representante del sector moderado del anarquismo, terminó integrando el gobierno de la República en el exilio en 1945. Una elección, la de integrar a la cnt en el gobierno republicano, controvertida y discutida de la que Horacio Prieto fue uno de sus más firmes defensores. El testimonio biográfico de su hijo, César Lorenzo, es una interesante fuente para el conocimiento y el estudio de los españoles marcados por la guerra y exilio, militantes a lo largo de sus vidas y de los dos lados de la frontera.

Menéndez Alzamora, Manuel ; Robles Egea, Antonio, Pensamiento político en la España contemporánea, Madrid, Trotta, 2013, 717 p.

Moreno Luzón, Javier ; Núñez Seixas, Xosé Manoel, Ser españoles. Imaginarios nacionalistas en el siglo xx, Madrid, RBA, 2013.

4Javier Moreno Luzón et Xosé Manoel Núñez Seixas nous présentent un nouvel ouvrage collectif sur la construction de l’identité nationale espagnole tout au long du xxe siècle. Plusieurs spécialistes analysent différents aspects de ce processus : les symboles, les pratiques, voire les mythes, construits, modifiés et utilisés pour que les citoyens se retrouvent autour de quelques éléments qui définissent le fait d’être espagnols. L’histoire, le drapeau, l’hymne, la monarchie, la religion, la musique et même la corrida, entre autres, sont des questions évoquées dans cet intéressant travail.

Nash, Mary (éd.), Represión, resistencias, memoria : las mujeres bajo la dictadura franquista, Granada, Comares, 2013.

5Cet ouvrage est le résultat des débats du colloque « Mujeres bajo la dictadura franquista » qui s'est tenu en 2008. Les nombreux collaborateurs présentent des études sur la situation des femmes sous le franquisme. La dictature bloqua brutalement le processus d’émancipation et de libération des femmes initié auparavant et imposa un modèle social patriarcal qui laissait les femmes enfermées dans le rôle traditionnel de mères et de femmes au foyer. Malgré la répression, des études constatent les résistances à ce modèle de soumission qui vont se développer, spécialement pendant les dernières années du franquisme.

Núñez, Clara Eugenia, Universidad y Ciencia en España. Claves de un fracaso y vías de solución, Madrid, Gadir, 2013.

Parodi Múñoz, Manuel, Perspectivización de la memoria histórica en la narrativa española actual, Berlin, Tranvía, 2013, 139 p.

6L'optique adoptée justifie le signalement d'un ouvrage qui après trois chapitres théoriques (« La memoria y sus portadores », «Memoria y olvido por la reconciliación », « Perspectiva del texto narrativo: su constitución y análisis »), analyse El vano ayer d'Isaac Rosa (2004), Carta blanca de Lorenzo Silva (2004), Soldados de Salamina de Javier Cercas (2001) et La caída de Madrid de Rafael Chirbes (2000).

Sánchez Pérez, Francisco (coord.), Los mitos del 18 de julio, Barcelone, Crítica, 2013.

7Ouvrage collectif qui analyse un des sujets plus étudiés de l’histoire contemporaine espagnole : l’origine de la guerre civile et le putsch du 18 juillet 1936. Étant donnée l’évolution des études historiques sur la question et la découverte de nouvelles informations, le travail coordonné par Francisco Sánchez Pérez se révèle fondamental pour les spécialistes de ce domaine ainsi que pour toutes les personnes intéressées par ce thème. Les analyses actualisées sur les différentes questions (les conspirations civile et militaire, les justifications du putsch, le printemps 1936…) sont remarquables et l’ensemble garde une parfaite cohérence du début à la fin. En outre, la réflexion du point de vue de l’historiographie est essentielle pour démonter toutes les théories et les mythes crées par la propagande franquiste pendant la dictature et repris ces dernières années par le révisionnisme de droite qui veut justifier un coup d’État et une dictature tout à fait injustifiables. Cela fait de ce livre un travail indispensable pour faire avancer la réflexion et la recherche historiques sur la iie République, la guerre et le franquisme.

Serrallonga Joan, Santirso Manuel, Casas Just, Vivir en guerra, la zona leal a la República (1936-1939), Barcelona, El espejo y la Lámpara, 2013, 253 p.

8Trois chapitres pour trois auteurs différents, tous trois enseignants-chercheurs à l'Université Autonome de Barcelone: La vida en guerra, El escenario de la guerra, El trabajo en la guerra. Ce livre court répond à la volonté des auteurs de proposer une synthèse précise et documentée sur la vie quotidienne dans l'Espagne en guerre sous une forme simple et accessible. Un ouvrage qui ouvre la voie à d'autres développements. Tel est, en tout cas, le vœu des auteurs. On retiendra en particulier plus d'une trentaine de cartes et de graphiques qui apportent des informations essentielles sur la production industrielle, le commerce, la démographie et les mouvements de population pendant ces trois années de guerre civile.

Souto Kustrín, Sandra, Paso a la juventud. Movilización democrática, estalinismo y revolución en la República española, Valence, Presses universitaires, 2013, 452 p.

Tébar Hurtado, Javier (editor), El movimiento obrero en la gran ciudad, de la movilización sociopolítica a la crisis económica, Madrid, El viejo topo, 2011, 297 p.

9Cet ouvrage collectif se penche sur le mouvement ouvrier en Europe (Espagne, Portugal, Italie, France) depuis la période de l'après-guerre jusqu'au temps présent. Il reproduit onze interventions du colloque El movimiento obrero en la gran ciudad organisé par la Fondation Cipriano García des Commissions Ouvrières de Catalogne et le cefid (uab) qui s'est tenu à L'Université Autonome de Barcelone en septembre 2009. Comme le font remarquer les auteurs, les profondes mutations urbaines ont accompagné le déclin du modèle fordiste et la modification du rôle de la classe ouvrière et de son intervention politique.

Vicens Vives, Jaume (al cuidado de Miquel Angel Marín Gelabert), La crisis del siglo xx (1919-1945), Barcelone, ed. Acantilado, 2013, 379 p.

10Cet ouvrage suscite quelques débats en Espagne. Il correspond à l'édition du manuscrit inachevé d'un chapitre que le très célèbre historien espagnol Jaime Vicens Vives avait rédigé au début des années cinquante afin d'enrichir et compléter dans une deuxième édition son Histoire Générale et Universelle et en particulier de compléter les pages qu'il avait écrites une dizaine d'années plus tôt sur l'époque contemporaine. Le débat porte sur l'opportunité d'éditer ce texte et de montrer comment l'auteur nuance ses appréciations péremptoires de l'édition de 1943 en laissant entendre que ces dernières n'avaient eu pour but que de lever l'interdiction qui lui avait été faite d'exercer comme universitaire.

11On retiendra de cet ouvrage sa modernité et le choix qu'avait fait Vicens Vives de traiter une période complexe dans un cadre chronologique et spatial ambitieux qui n'est pas sans rappeler des publications plus récentes de Luciano Canfora en Italie, d'Enzo Traverso en France ou même d'Ernst Nolte, si on laisse de côté les questions de point de vue.

Zaldo Hernández, Rafael, Indianos ilustres: familia Zaldo, Burgos, Imprenta Santos, 2013.

Revue des revues/Actualidad de las revistas

Ayer, nº 90, 2013. La nacionalización de España. Sous la coordination d’Alejandro Quiroga et de Ferrán Archilés.

12Dans ce numéro, Alejandro Quiroga et Ferrán Archilés coordonnent un dossier sur la nationalisation espagnole pour mettre en débat la thèse de la faible nationalisation d’Espagne. Les collaborations de Fernando Molina, Joseba Louzao et Marta García Carrión, ainsi que celles des coordinateurs du dossier, proposent un cadre théorique d’étude et des analyses du rôle du cinéma, de la biographie et de la religion catholique dans le processus de nationalisation espagnol. D’autres articles sur les services municipaux (Ángeles Hijano), les États-Unis dans la Guerre Civile espagnole (Aurora Bosch), Dolores Ibárruri (David Ginard) et la crise de 2008 (Antón Costas Comesaña) complètent ce numéro qui compte aussi un essai bibliographique de Julián Casanova sur l’histoire orale et Ronald Fraser.

Ayer, nº 91, 2013. La Gran Guerra de los intelectuales España en Europa. Sous la coordination de Maximiliano Fuentes Codera.

13Ce numéro de la revue Ayer présente un dossier sur l’impact de la Grande Guerre en Espagne du point de vue culturel et politique. Christophe Prochasson et Patrizia Dogliani traitent les cas français et italien, tandis que Santos Juliá et Maximiliano Fuentes Cordera analysent la situation en Espagne et les disputes suscitées à propos du soutien à un des deux adversaires ou de la neutralité. D’autres travaux sur Primo de Rivera (Alejandro Quiroga), la franc-maçonnerie (Luis P. Martín), la cas Grimau (Javier Muñoz Soro), l’Albacete de la fin de la dictature de Franco (Óscar Martín et Damián González) ainsi que les débats autour de la violence sous le franquisme (Ángela Cenarro) complètent le dossier.

Historia del Presente, nº 21, 2013. La República italiana y la dictadura franquista: relaciones políticas y culturales. Sous la coordination de Laura Branciforte.

14Dossier de la revue Historia del Presente qui analyse les rapports politiques et culturels entre la dictature franquiste et la République italienne. Le franquisme et l’anti-franquisme, l’action culturelle ou la politique extérieure font partie des sujets traités par Laura Banciforte, Pablo del Hierro, Giulia Quaggio, Rosa Pardo, Javier Muñoz et Emmanuele Treglia. Le numéro est complété par d’autres collaborations dont deux de Fernando del Rey et Francisco Sánchez Pérez dans la section « débats » et une interview d’Ángeles González à Miguel Bernal.

Historia Social, n° 77, 2013. James C. Scott: miradas desde la historia.

15Dossier sous la coordination de Ana Cabana Iglesias et de Miguel Cabo Villaverde. Ce nouveau numéro de la revue inclut un dossier sur les applications à l’histoire contemporaine des théories de James C. Scott. Les coordinateurs de l’ouvrage font une présentation et une approche à la question, qui se complètent avec des études partielles d’Óscar Bascuñán, Elizabeth B. Jones, Lynne Viola et Óscar Rodríguez Barreira. Le numéro compte également des études sur l’époque moderne (le blasphème en Andalousie et le espace et le temps à Burgos) ainsi qu’un article de Gonzalo Pasamar sur les mémoires de la Guerre Civile pendant la Transition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Livres reçus ou signalés », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/4962

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org