Navigation – Plan du site
Études
María Zambrano

Présentation

Presentación
Camille Lacau Saint Guily

Texte intégral

  • 1  José Luis Aranguren, «Los sueños de María Zambrano», Revista de Occidente, Madrid, año iv, 2a époc (...)

1Les concepteurs du programme de l’agrégation interne d’espagnol ont décidé, cette année, de donner la voix à l’un des grands auteurs trop souvent oubliés de la littérature et de la philosophie espagnoles, María Zambrano (1904-1991), cette républicaine chrétienne qui vécut plus de la moitié de sa vie en exil, du fait de la dictature franquiste. Et pourtant, comme l’exprima le Professeur José Luis Aranguren, en 1966, depuis le Madrid occupé, “si María Zambrano se hubiera callado, algo profundo y esencial habría faltado, quizá para siempre, a la palabra española”1. Oui, quelque chose aurait viscéralement manqué, quelque chose d’essentiel, qu’il nous faut aujourd’hui reconsidérer. Cette philosophe-poète est, en effet, une figure incontournable dans et pour la marche des idées (espagnoles). Lui redonner la parole, c’est comprendre la nécessaire œuvre de réhabilitation dont elle doit faire l’objet. « Erreur ! » donc de continuer à taire, ignorer ou minorer cette figure majeure qui a, notamment, écrit une œuvre singulière, La tumba de Antígona, dans laquelle elle redonne souffle au mythe d’Antigone, précisément en réanimant la protagoniste de la tragédie sophocléenne. Par cet acte littéraire notamment, Zambrano affiche sa rébellion et son hétérodoxie profondes que Margherita Camozzi et Ricardo Tejada soulignent également dans leurs articles.

2Dans « Amour et poésie dans La tumba de Antígona, de María Zambrano », Margherita Camozzi démontre, entre autres, en quelle mesure cette œuvre a pu constituer une proposition originale et affranchie. La tumba de Antígona se situe, en effet, dans un entre-deux, « au croisement de la recréation littéraire » du palimpseste sophocléen, et de son interprétation philosophique. Le logos de cette Antigone zambranienne est un logos (parole) singulier, non rationnel. Son Verbe est un Verbe poétique ; en même temps, dans son aspiration à la transcendance, elle parle un logos philosophique. C’est en ce sens, en ce que l’Antigone de Zambrano exprime, dit-elle, un « désir d’union des contraires », que la philosophe parle la langue de l’Amour.

3Ricardo Tejada, dans son article « María Zambrano et Ramón Xirau : une certaine France, bergsonienne, dans les valises de deux philosophes républicains espagnols », attire, lui aussi, l’attention sur l’importance de la figure de Zambrano, notamment comme passeuse en Espagne de la philosophie bergsonienne. Il insiste, par ailleurs, sur le rôle qu’a eu le Catalan Ramón Xirau, dans la diffusion du bergsonisme en Espagne. Zambrano y est, là encore, envisagée comme une rebelle, entre autres, par rapport à son maître Ortega y Gasset qui, lui, ne s’est jamais enthousiasmé face à Bergson. Zambrano a été particulièrement sensible à la prose philosophique musicale du grand philosophe de la Troisième République française, ainsi qu’à sa dimension mystique. Chez ces deux figures espagnoles, Bergson leur permet de « sonder les mystères de la vie, de la mystique et de la poésie, tout en ayant une éthique combattive et rebelle ».

4Zambrano est une insoumise, et son hétérodoxie fondamentale ne doit pas nous détourner de son œuvre, mais doit a contrario agir comme une invitation à nous rebeller contre une pensée « toute faite », dirait Bergson, immobilisante et mortifère.

Haut de page

Notes

1  José Luis Aranguren, «Los sueños de María Zambrano», Revista de Occidente, Madrid, año iv, 2a época, nº 35, febrero 1966, p. 207-212, cité par Rogelio Blanco, María Zambrano: la dama peregrina, Cordoue, Berenice, 2009, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lacau Saint Guily, « Présentation », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/4813 ; DOI : 10.4000/ccec.4813

Haut de page

Auteur

Camille Lacau Saint Guily

Maître de conférences, Université Paris-iv Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org