Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Du taureau et de la tauromachie. Hier et aujourd’hui

Bernard Sicot
Référence(s) :

Boyer, Henri (dir.), Du taureau et de la tauromachie. Hier et aujourd’hui, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, collection « Études », 2012, 140 p.

Texte intégral

1Tous les sujets de l’hispanisme sont dignes d’intérêt. Surtout lorsqu’il s’agit du taureau et de la tauromachie inscrits, depuis l’Antiquité, dans l’histoire des hommes, notamment en Espagne. Le livre dirigé par Henri Boyer, suite aux travaux présentés aux xxiies Rencontres de Béziers (19 novembre 2011), dans le cadre du site biterrois de l’Université Paul Valéry de Montpellier-iii, rejoint ainsi et enrichit une abondante bibliographie.

2Néanmoins, le collègue bienveillant, sollicité pour un compte rendu, avoue une difficulté qui tient d’abord à son incompétence, à un manque (coupable) d’intérêt pour les questions traitées, mais surtout au fait qu’il lui est arrivé, comme à tout un chacun ou presque, d’assister à quelques spectacles affligeants ou simplement décevants lors de fêtes patronales locales : villageois assouvissant leur agressivité envers le taureau, corridas rurales ne montrant que l’incompétence des prétendus diestros, ou encierros « séculaires » (à Cuéllar notamment) au cours desquels, dans une nouvelle modalité fort prisée, les taureaux sont conduits à travers la campagne par quelques centaines de cavaliers en direction de l’embudo, vers les rues de la ville et la plaza. Spectacle non sans grandeur, mais anachronique dans une Castille où, contrairement à l’Andalousie (et à la Camargue), le cavalier conducteur de taureaux n’est nullement une figure traditionnelle, pas plus que le vaquero. Née dans les années 2000 à l’occasion d’une prospérité économique généralisée, cette variante champêtre de l’encierro est la conséquence, jusque dans des bourgades reculées, d’un engouement pour les chevaux et les clubs hippiques, là où, en matière d’équidés, l’on n’avait rarement connu, au cours des siècles et jusqu’à une époque pas si éloignée, autre chose que les ânes et les mules. Peut-être faut-il y voir, pour l’identité castillane, une mutation qualitative et substitutive par rapport aux traditionnels bergers presque disparus aujourd’hui, la séduction d’une image perçue volontiers comme plus virile et « moderne », liée à d’anciennes publicités et aux películas del oeste, dans le cadre de paysages qui n’ont parfois rien à envier à ceux de l’Ouest américain ; ou d’une Espagne en mouvement, forte et conquérante avant la crise. À Cuéllar (et ailleurs), comme par un besoin d’équilibre, l’inéluctable almuerzo del segador, qui fait suite au spectacle taurin dans tous les bars et lieux de restauration de la ville, veut s’ancrer dans le passé, dans une tradition « culinaire » rustique (huevos fritos, chorizo et lomo de la olla, frites et vin rouge) dont l’abondance, cependant, n’aura été connue que par bien peu de segadores d’autrefois, mais qui, pour certains spectateurs, étonnés sans être convaincus, peut faire l’effet d’une consolation substantielle de bon aloi… Il est vrai que tout cela mériterait une analyse plus fine et reste en marge de la grande tradition tauromachique, elle aussi contestable pourtant et contestée, depuis longtemps, dans le pays qui l’a portée à un haut niveau de qualité. Cependant, l’auteur de ce compte rendu ne peut témoigner de cette « grandeur » qu’au vu de certaines photos de presse ou de quelques minutes de télévision.

3Les articles réunis par Henri Boyer sont présentés comme un « modeste ensemble », incomplet malgré son « questionnement plurifocal » d’« une matière dont le traitement requiert bien évidemment une perspective historique mais également économique, sociologique, géographique, sémiotique, esthétique, philosophique… sans oublier la prise en compte d’une forte dimension identitaire » (p. 8). Le livre s’ouvre ainsi sur un article qui retrace et analyse, depuis les temps préhistoriques et mythiques (Lascaux, Chauvet, la Crète), les racines de la tauromachie, jusqu’au duende à l’époque moderne et contemporaine. L’auteur (Joël Thomas), en ces temps de contestation renouvelée, y défend l’idée selon laquelle « on peut légitimement être choqué par la corrida, mais on peut difficilement contester la cohérence et l’efficacité de son imaginaire, et la profondeur des nappes de notre psyché auxquelles elle donne accès » (p. 29). Et on ne peut tout aussi difficilement, même s’il ne s’agit pas tout à fait de la même chose, s’empêcher de penser à la fascination profonde (jusqu’à quelles « nappes » ?) exercée par les spectacles évoqués précédemment.

4Les trois contributions suivantes : « Note sur l’implantation en France de la ‘Course de taureaux à la mode d’Espagne’ » (Jean Sagnes), « Les publics des tauromachies » (Catherine Bernier-Boissard) et « Les États-Unis : terres de tauromachies » (Jean-Baptiste Maudet) proposent un parcours hors d’Espagne. Un peu comme nous avons « nos » Basques et « nos » Catalans, nous avons « notre » tradition tauromachique qui ne se limite pas à la course landaise ou camarguaise. Importée, elle remonte au début du xviiie siècle, concerne surtout le sud de la France et a affronté, affronte encore s’agissant notamment de la mise à mort, une législation abolitionniste (loi Grammont, 1850) tempérée par un concept un peu flou, un alinéa de 1959 qui précise qu’en matière de corridas « la tradition doit être ‘locale et ininterrompue’ » (p. 35). Et nous pouvons nous enorgueillir d’une liste de toreros qui, jusqu’à Sébastien Castella, n’a rien à envier aux meilleurs diestros espagnols ! Quant au public, l’analyse sociologique détaillée de Catherine Bernier-Boissard apporte une information précise, que l’on subodorait : plus élitiste, mais moins qu’à l’Opéra (sic, p. 47), plus « érudit » en ce qui concerne la corrida, plus populaire s’agissant de la course camarguaise. Pour les États-Unis, le lien savant et très informé qu’établit Jean-Baptiste Maudet avec le rodéo, le bull riding, le free style bullfigting et la figure du cow-boy est particulièrement instructif. D’autant qu’il y associe la figure mexicaine du charro et la charreada (et peut-être bientôt, revenant en Espagne, celle du jinete des encierros champêtres). D’un côté et de l’autre de la frontière poreuse l’intérêt est grand et se manifeste notamment par le biais de centaines d’associations locales, mexicaines et américaines, dont les contacts permettent des échanges. Quant aux corridas bloodless, c’est au sud des États-Unis qu’elles se maintiennent depuis le xixe siècle, notamment en Californie qui « s’affirme depuis une quinzaine d’années comme un foyer tauromachique émergent » (p. 69) grâce à l’importante immigration originaire des Açores.

5L’étude de quelques représentations (picturales, cinématographique et littéraire) complète l’ouvrage. Annie Maïllis, dans « Picasso, la femme et le toro », analyse finement l’empreinte des compagnes – Olga Koklova, Marie-Thérèse Walter, Dora Maar et Françoise Gilot – sur l’évolution de la représentation du taureau dans la peinture du Maître. L’article débute par l’évocation de la « première huile, dite du Petit picador jaune » (1889, p. 75), passe par les divers minotaures plus ou moins violeurs (« Minotaure caressant une femme », 1933, « Dora et le Minotaure », 1936), sans oublier « Guernica », incontournable, où apparaissent les traits de Marie-Thérèse et de Dora, et aboutit aux années de Françoise Gilot qui « guide le Minotaure vers le chemin de la lumière pour célébrer avec lui le retour aux joies essentielles : l’amour, la mer, les enfants, la peinture et… les toros » (p. 84). Dans les pointes sèches, les eaux fortes, les lavis et les linogravures de l’époque, « la femme [déserte] l’arène picturale où Picasso livre ses tauromachies qu’il veut fidèles aux enjeux et aux modalités de leur référent » (p. 85). « Señor Droopy » (« Droopy toréador »), dessin animé de Tex Avery (1949), fait l’objet d’une étude approfondie de François Amy de la Bretèque qui en souligne le cadre mexicain et analyse la déclinaison parodique du genre tauromachique, « déclinaison parodique qui nous apprend beaucoup sur la vérité non seulement du genre pastiché, mais aussi de la corrida elle-même » (p. 99). L’ouvrage se clôt sur un long travail de Jacques Issorel intitulé « Le poète et le torero : « Llanto por Ignacio Sánchez Mejías » de Federico García Lorca » (p. 101-127). Qui mieux que ce spécialiste de poésie, et de Fernando Villalón (éleveur de taureaux) en particulier, pouvait traiter ce sujet ? Il y commente les vers 1-32 de la première partie (« La cogida y la muerte »), 1-14 et 50-69 de la deuxième (« La sangre derramada ») ainsi que la quatrième et dernière partie (« Alma ausente ») dans sa totalité, soit 25 vers. L’impression première, trompeuse, est celle d’une explication « scolaire » mais le lecteur, non nécessairement hispaniste, ne peut qu’être vite séduit par l’efficacité de la démarche linéaire du commentateur, sa clarté, son art d’analyser les mots, les symboles, les figures, les métaphores et de rendre transparents des vers souvent déconcertants. Il l’est également par la traduction qui fait suite au commentaire. Jacques Issorel la présente avec modestie : « Notre traduction ne cherche pas à être ‘brillante’ » (p. 129, n. 61). Peut-être, mais comment ne pas apprécier, par exemple, ces vers où s’enlacent si bien en français l’évocation de la mort du torero et l’hommage que lui rend le poète :

Nul ne te connaît plus. Non. Mais moi je te chante
Je chante pour demain ton profil et ta grâce.
L’insigne maturité de ta connaissance.
Ton appétit de mort et le goût de sa bouche.
La tristesse qu’éprouva ta vaillante allégresse. (p. 137)

6Au terme de ce compte rendu, son auteur tout d’abord réticent ne peut que reconnaître son intérêt, grandissant au fil de la lecture, pour l’ensemble des articles publiés. Quelques-uns lui ont même paru remarquables. La richesse mythique du Minotaure, son empreinte variée dans divers pays, les subtilités de l’art de la corrida, les représentations auxquelles le toro donne lieu sont autant de raisons qui pourraient lui donner envie d’aller voir au-delà des spectacles rudimentaires dont il s’est contenté trop longtemps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Sicot, « Du taureau et de la tauromachie. Hier et aujourd’hui », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/4811

Haut de page

Auteur

Bernard Sicot

Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org