Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

El trabajo en la ciudad. Diccionario de las profesiones de las ciudades de Galicia, 1845-1924

Michel Ralle
Référence(s) :

Fernández Casanova, Carmen, El trabajo en la ciudad. Diccionario de las profesiones de las ciudades de Galicia, 1845-1924, Madrid, CSIC, 2011, 641 p.

Texte intégral

1Au tournant des années 1960-1970 l’étude des lexiques sociaux ou politiques paraissait offrir le premier exemple d’une éventuelle collaboration entre l’histoire et la linguistique. C’est un peu avant que le livre du linguiste Jean Dubois, Le vocabulaire politique et social de 1869 à 1872 (Paris, Larousse, 1962) avait offert un signal très prometteur en matière de reconstitution de ce qui n’était pas encore appelé « cultures politiques ». Présentés dans leurs « microcontextes », les mots des mouvements sociaux et des élaborations politiques rendaient compte des « modifications structurales et affectives dans le vocabulaire politique et social de 1869-1872 » (p. 59). La portée de l’irruption de la Commune dans les rapports, d’intégration ou de rupture, des identités politiques révolutionnaires avec les références démocratiques de la société française et, plus largement, avec les imaginaires de celle-ci, apparaissait ainsi mieux mesurable. La perception du contexte social s’en trouvait aussi fortement précisée. Pourtant il n’y eut pas beaucoup d’autres travaux de ce type. Les projets d’élargissement de ces premiers territoires lexicaux se sont vite heurtés tant à la difficulté d’acquérir une double compétence disciplinaire qu’à celle de constituer des corpus à partir de recherches individuelles – les entreprises collectives demeurent rares chez les historiens. Plus encore, peut-être, les historiens ont éprouvé quelque suspicion à l’égard d’une méthodologie qui revendiquait parfois une capacité décisive pour rendre compte des élaborations socio-politiques – l’introduction de J. Dubois à sa thèse n’avait rien d’arrogant mais la recherche de clefs d’interprétation globales affecta vite l’air du temps. Faute de résultats à la hauteur de ces ambitions, l’intérêt pour la recherche sur les lexiques des mouvements sociaux et des constructions politiques s’est assez vite atténué. Il y eut au moins une tentative du même ordre concernant l’histoire contemporaine de l’Espagne, celle de María Paz Battaner qui, à partir d’un corpus plus réduit, a publié, en 1977, un volume que l’on peut toujours consulter avec profit (Vocabulario político-social en España (1868-1873), Anejo xxxvii del Boletín del la Real Academia Española, Madrid, 1977).

2Les publications de lexiques sociaux ou politiques sont désormais rares. Lorsque l’un d’entre eux donne lieu à un livre, on mesure cependant combien ce type d’information fait défaut. L’ouvrage de C. Fernández Casanova dont il est question ici confirme que les historiens n’ont pas cessé d’être interpellés par les mots qu’il leur arrive de rencontrer aussi bien dans les vécus sociaux et politiques que dans les élaborations idéologiques. Moins connus, ceux qui appartiennent aux premiers sont particulièrement suggestifs et tout particulièrement dans la perspective de reconstituer les perceptions du travail – on sait bien que les diverses composantes de celui-ci ont des vocabulaires propres dont l’histoire est marquée par les transformations des manières de produire et par l’évolution des rapports sociaux et des cadres institutionnels dans lesquels travaillent et vivent les salariés. Dans le contexte d’industrialisation limitée, ou décalée, de l’Espagne contemporaine la persistance de certaines dénominations confirment aussi que les hiérarchies internes aux métiers ont été perçues par les « obreros de oficios » comme un ordre à défendre contre la dévalorisation qui, à travers les modèles industriels, frappait le travail d’ordre artisanal. Ces changements ne se sont donc pas traduits par une tendance à oublier des différences apparemment mineures ni par un processus de substitution massive de mots, ceux-ci résistant plus fortement encore, peut-être, que les distinctions entre les fonction qui les portaient de manière fixe depuis longtemps. Ce serait aussi bien le cas du « regente » que du « cajista » parmi les « artes gráficas ». Dans les « artes blancas », qui élaborent le pain, on compte près d’une dizaine de catégories entre « el oficial de pala » et l’« aprendiz », en passant par l’« amasador ».

3Puisque les vocabulaires du travail n’ont été objet ni d’analyses ni de recueils, comment évaluer leur ampleur et celle des perceptions sociales qui les accompagnent ? Pour C. Fernández Casanova, rendre compte du « trabajo en la ciudad », de fait l’espace urbain des trois plus grandes villes galiciennes au xixe siècle (La Coruña, Santiago, El Ferrol), implique d’abord de recenser les mots qui disent la profession de chacun dans le sens large qui est fourni par le corpus le plus disponible, celui des padrones dont l’historienne présente un traitement systématique pour les trois cas. C’est un choix pratiquement obligé puisque d’autres sources possibles, et en particulier celles des propos internes aux espaces de travail, ont disparu sans espoir de retour. Les padrones sont d’abord significatifs par leur mode d’enregistrement des professions, comprises dans le sens très large que l’on vient de signaler et qui inclut occupations et situations fiscales dans une catégorisation d’ordre empirique qui s’appuie sur les mots par lesquels se définissent les nombreuses composantes du travail salarié. Ceux qu’emploient les oficios, notamment les plus structurés, semblent repris avec une assez grande exactitude par l’administration – preuve de la vitalité de l’héritage des gremios. Le dépouillement complet tel qu’il est livré ici est un indice fort de modalités d’inscription manifestement souples entre les dates retenues (1845-1924). Si cela n’avait pas été le cas il n’y aurait pas eu autant d’occurrences dans le dictionnaire. La diversité des dénominations est sans doute significative de la fragmentation des relations au travail lorsque les métiers dominent la production. Elle l’est aussi de leur inégale visibilité sociale. Certains l’ont (tipógrafos, cerrajeros, sombrereros, zapateros, etc. ) d’autres en sont dépourvus soit provisoirement soit de manière définitive. Des mentions restent parfois sans réponse. Que penser du sort des barquilleros ? L’ouvrière de la manufacture des tabacs de La Corogne et protagoniste de La tribuna de Emilia Pardo Bazán est fille de l’un d’entre eux alors qu’ils n’apparaissent, trois de fait, qu’en 1924 dans le padrón de la ville – le roman les évoque, lui, pendant le Sexenio (1868-1874).

4Cet exemple très anecdotique n’est signalé que comme indice des multiples questions que peuvent suggérer les données rassemblées dans l’ouvrage. Sa parution souligne en tout cas l’intérêt d’avoir des approches comparatives de ce qui, les padrones, n’est pas seulement un enregistrement institutionnel des activités professionnelles mais une preuve de l’existence de repères forts dans les espaces de travail les plus définis, ceux des métiers. La réalisation de El trabajo en la ciudad est d’autant plus à considérer comme une incitation à poursuivre dans cette voie que l’utilisation systématique des padrones par des historiens de la Complutense réunis autour de Enrique Otero – les travaux de Rubén Pallol et de Fernando Vicente, entre autres, sont déjà connus – a enrichi de manière considérable, à travers le cas madrilène, l’histoire urbaine de la période abordée par le livre de C. Fernández Casanova.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Ralle, « El trabajo en la ciudad. Diccionario de las profesiones de las ciudades de Galicia, 1845-1924  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/4808

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Professeur émérite, Université Paris-iv Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org