Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Largo Caballero. El tesón y la quimera

Michel Ralle
Référence(s) :

Aróstegui, Julio, Largo Caballero. El tesón y la quimera, Barcelone, Debate, 2013, 966 p.

Texte intégral

1Il est presque d’usage que la publication d’une biographie incite à s’interroger sur cette forme d’écriture de l’histoire. Avec le gros volume sur Largo Caballero que Julio Aróstegui, après une trentaine d’années de recherches et de réflexions, a publié quelques semaines avant son décès, au début de 2013, le lecteur n’aura pas souvent cette tentation. Il s’agit bien d’une biographie politique. Pouvait-il y avoir une autre approche tant la vie du dirigeant socialiste a été absorbée par ses responsabilités syndicales et politiques au point de ne pas les prolonger par des réflexions plus générales ? Il n’a, par ailleurs, eu recours à l’écriture que dans le cadre de ses fonctions – un tardif et rapide volume de souvenirs évoque de persistantes difficultés à l’assumer. Il pouvait être tentant cependant de faire intervenir la personnalité de Largo Caballero à propos de ses choix politiques et de leur mise en œuvre. Elle était tout sauf insignifiante. Et lorsque Julio Aróstegui évoque son insistance à se présenter comme un homme d’action, il laisse entendre qu’il n’a pas eu la prétention de proposer une interprétation totale.

2Pour autant, la si longue et si diverse trajectoire politique de Largo Caballero, ne fournit pas d’emblée une image claire. Y a-t-il encore des points communs entre le ministre qui incarne le réformisme social du premier gouvernement de la iie République, même s’il se rend souvent au ministère en métro ou en tramway, et l’« estuquista » inséré dans les associations de métiers du Madrid de la fin du xixe siècle ? La durée de la présence publique de Largo Caballero n’a pas beaucoup d’équivalents dans la vie politique espagnole – il n’y en a aucun parmi les personnalités socialistes d’avant la Guerre civile. Entre le début de sa visibilité sociopolitique, dès le 1er mai madrilène de 1893 où il est l’un des orateurs, et les propositions illusoires de sortie incomplète du régime franquiste, dans la seconde après-guerre mondiale, par un compromis avec les forces monarchistes, les échéances ont été innombrables et, à partir de 1931, souvent considérables. Le modèle qu’il se reconnaissait, Pablo Iglesias, n’a dû sa présence dans la mémoire du psoe qu’à la construction symbolique dont il a été l’objet car sa perspective « politique » a surtout consisté, et pas seulement dans ses premières décennies de responsabilités centrales, à donner la priorité à l’organisation : elle suffisait à fournir la preuve, de nature sociale, de la séparation totale de la classe par rapport aux projets de démocratisation politique entachés par leur origine « bourgeoise ». Presque toutes les biographies de « el abuelo » – c’est encore le cas de la somme récemment publiée par Joan Serrallonga (Pablo Iglesias. Socialista, obrero y español ; Biografía Edhasa, 2007) – ont été portées à privilégier une exemplarité individuelle qui laisse relativement dans l’ombre les processus des décisions et, avec eux, leurs références politiques.

3Ceux de Largo Caballero sont non seulement beaucoup plus nombreux mais aussi plus difficiles à interpréter puisqu’il a également été l’objet d’une appréhension historiographique qui a voulu constituer son action pendant la Guerre civile, notamment en tant que président du conseil, en preuve de la justesse de l’orientation considérée comme révolutionnaire dans le camp républicain. Par son large écho, le livre brillant de P. Broué et É. Témime a contribué, plus que d’autres, à cette évaluation dont l’impact est aujourd’hui atténué par des recherches qui ne se sentent plus tenues de justifier ou de disqualifier une ligne politique. En recentrant l’action de Largo Caballero vers son rapport à la culture politique ouvrière telle qu’elle s’était constituée, dans le dernier tiers du xixe siècle, en référence fondamentale des acteurs du mouvement ouvrier espagnol, Julio Aróstegui démontre qu’elle ne s’est pas écartée sensiblement d’un modèle persistant et des discours qui le disaient. La vaste documentation, avec beaucoup de propos rapportés, utilisée avec précision, en donne régulièrement la confirmation. Il apparaît bien que la référence fondamentale – on hésitera à dire « théorique » – de la plupart des dirigeants ouvriers des années 1920-1930 s’est constituée dans leurs premières années de militantisme à la fois dans un rapport au travail fortement marqué par les pratiques des métiers, dans les relations sociales propres aux milieux prolétaires, en particulier madrilènes – Largo Caballero en faisait bien partie – et, aussi, dans la vision de la politique propre aux projets de libération sociale qui renvoyait à la longue histoire du rapport que les espaces populaires espagnols ont entretenu avec elle. Sous-jacente dans l’ensemble des projets de révolution sociale, il s’agit d’une interprétation spécifique, aux accents ouvriéristes bien connus, des propositions de la Première Internationale qui ont donné forme au processus de constitution de l’autonomie de la classe. La culture politique socialiste lui est davantage redevable qu’à telle ou telle proposition idéologique avec laquelle le courant a pu être en contact en Espagne.

4Largo Caballero, né en 1869 et qui avait été marqué dès l’enfance par le rapport au travail salarié, avait été vite de plein pied, dès le milieu des années 1880, avec les élaborations organisationnelles et discursives qui entouraient ce modèle initial d’émancipation du mouvement ouvrier espagnol. En reconstruisant les formes variables de son rôle, parfois estompé par la particularité des circonstance mais finalement consolidé par les épisodes les plus voyants de la trajectoire politique de Largo, Julio Aróstegui donne à voir comment le dirigeant central du socialisme depuis 1918 – il devient alors secrétaire national de l’ugt – avait été non seulement proche des composantes associatives et solidaires de celle-ci mais aussi qu’il avait assumé leur modèle d’intervention sociale. Il était en partie celui de la sensibilité libertaire, du moins de ses collectifs d’ordre syndical, combattus mais aussi considérés avec attention. Le repérage de son écho dans les grandes échéances auxquelles Largo Caballero s’est trouvé confronté donne toute sa pertinence à cet axe d’interprétation.

5Julio Aróstegui ne manquait pas d’arguments pour le justifier. Il situe d’ailleurs d’emblée son récit sous le signe d’une des définitions les plus significatives qui ont entouré l’annonce du décès de Largo Caballero, en mars 1946. Pour Rodolfo Llopis « El proletariado español [había] perdido el hombre más representativo de su clase » (p. 19-20). En l’accompagnant de formules du même ordre, Julio Aróstegui a couru parfois le risque de l’hyperbole. La lueur d’un dirigeant « iluminado de la potencia del estricto interés de clase » (p. 78) pourrait sembler trop aveuglante s’il ne s’agissait pas de faire toute sa part au caractère constant de la préoccupation de Largo Caballero de conserver une identité ouvrière exclusive à l’ensemble que forment le parti et le syndicat qui lui est lié. En tout cas, la formulation proposée dans une des réflexions sur la vision de l’émancipation sociale par Largo Caballero, « concebir la reivindicación obrera como un proyecto de vida » (p. 76), semble particulièrement éclairante. Il était difficile de mieux dire la spécificité du type d’imaginaire sociopolitique propre au mouvement ouvrier espagnol dans ce que l’auteur appelle son « edad de oro » (p. 791).

6Certains choix de Largo Caballero apparaissent alors moins déroutants ou moins bassement pragmatiques. La proclamation de l’appartenance à la défense de la classe et de la nécessité de la présence propre, et fermée, de celle-ci dans la société permettait, en cas de besoin, de mettre entre parenthèses les questions politiques et les personnalités dont c’était le champ principal d’intervention. Largo Caballero avait hérité, lui aussi, du vieux thème de la Fédération régionale de l’ait selon lequel l’organisation ouvrière suffisait à tout si on lui conservait un espace indépendant. Une fois ces précautions assurées, il devenait possible, au nom de la nécessaire sauvegarde de l’instrument primordial d’une action à venir, de justifier des positions qui, si elles se donnaient l’apparence de l’abstention, n’en étaient pas moins douteuses. C’est évidemment le cas dans les rapport que l’ugt et, aussi, le psoe établissent avec le système de Primo de Rivera que Largo Caballero ne commence à combattre de front que près de sa fin et, de fait, plus tard que beaucoup d’autres socialistes. La distance avec Prieto, dont la prise en compte précoce des débats politiques généraux est exceptionnelle dans le socialisme espagnol, est alors considérable. Largo Caballero a pu ainsi affirmer que le Consejo de Estado, dont il avait accepté d’être membre, était un organisme apolitique et que « la cuestión planteada [celle d’y siéger] no es una cuestión de principio, sino de táctica, de estrategia en la lucha diaria » (p. 185). L’à-peu-près de la distinction entre tactique et stratégie revient à dire que ce qui n’est pas un signe direct de la présence ouvrière est secondaire.

7L’atteinte à la démocratie politique desservait sans doute l’action des partis qui ne pouvaient que refuser un pouvoir autoritaire parce que le modèle parlementaire était la raison d’être qu’ils proclamaient. Elle accentuait l’isolement politique du projet de classe et donc aussi le champ d’action du parti socialiste. Et même si la composante syndicale du courant anarchiste n’était pas toujours indifférente à la thématique de la préservation d’un espace purement ouvrier, il ne pouvait que se garder de ce type d’attitude puisque la conviction que toute organisation de tonalité étatique était oppressive le rendait plus sensible au rétrécissement de la démocratie. Il est inutile d’ajouter que l’instrumentalisation de la situation par l’ugt pour tenter de maintenir son nombre d’adhérents, au détriment de la cnt, ne contribuait pas à détourner cette dernière de la voie insurrectionnelle qui était un fort facteur de division de la classe.

8La reconstruction de Julio Aróstegui rend compte des nombreux moments significatifs auxquels a été confronté Largo Caballero, soit comme responsable syndical soit comme dirigeant politique : tentative d’action conjointe avec la cnt en 1916 terminée par l’échec frustrant de l’été 1917 après la crise militaire et politique du printemps ; attitude à l’égard de la révolution russe ; coexistence, déjà mentionnée, avec le régime militaire ; choix de la participation gouvernementale après la proclamation de la iie République et mise en place d’une politique de protection sociale et de régulation des relations entre syndicats et patronat – c’est Largo Caballero qui incarne les « jurados mixtos » et la Ley de términos municipales ; passage à l’idée de la conquête du pouvoir par le seul Parti socialiste – Julio Aróstegui montre qu’elle prend forme avant la défaite électorale de novembre 1933 des courants républicains et du psoe ; après l’Octobre asturien, qui le conduit en prison avec la direction de l’ugt, la question du type de rassemblement de la classe se pose dans un contexte où la proposition, venue du Komintern et du pce, de Front populaire, complique l’idée d’un rassemblement purement ouvrier – il n’y a rien d’étonnant que Largo Caballero ne se soit pas reconnu dans la thématique du Front populaire dont il doutait de la durée (p. 432-437). Bien sûr, le moment le plus spectaculaire est celui où il accède à la direction du gouvernement en septembre 1936.

9Pour chacun de ces épisodes significatifs dont on ne peut que mentionner les titres, et aussi pour ceux qui suivent, Julio Aróstegui reconstitue de manière précise la part qu’y prend Largo Caballero. « La imagen singular » qu’il avait « esculpido » (p. 26) est ainsi mise en rapport avec les thèmes du mouvement d’émancipation sociale du début du conflit avec lequel il est arrivé qu’on le confonde. L’abondance des précisions justifie l’entreprise biographique. Ainsi il n’y a pas d’indice que Largo Caballero ait pensé sortir des cadres de la République même si la situation de guerre et le mouvement social déclenché en résistance au soulèvement militaire avaient mis en marge le pouvoir légal dans beaucoup d’endroits (p. 510-520). Bien qu’il ait été question depuis l’été 1933 de la conquête du pouvoir par le parti socialiste, le processus politique qu’il aurait supposé était évoqué de manière contradictoire. Dans les faits, la légalité demeurait un horizon indépassable et sa mise en cause n’allait pas au-delà de manifestations discursives – même après le choc sanglant d’octobre 1934. Les questions d’orientation politique ne changeaient finalement pas de statut dans le parti où le poids du modèle de présence sociale qui a été évoqué un peu avant est encore perceptible dans des attitudes et des décisions élaborées dans un camp républicain en pleine urgence – c’est le cadre constant du gouvernement totalement inédit que Largo dirige entre septembre 1936 et mai 1937. Lorsque la crise de mai 1937 est proche d’un dénouement qu’il redoute, il propose de conduire un gouvernement à dominante syndicale. Cette tentative de changer le rapport des forces n’était partagée ni par les républicains, ni par le pce, ni par les autres membres socialistes du gouvernement. En difficulté, le président du conseil essayait de remplacer le politique par une image d’identité sociale que pourrait soutenir la cnt. Elle ne répondit que de manière dilatoire alors qu’il fallait à Largo Caballero une prise de position rapide. Cette tentative a été considérée comme une échappatoire par F. Claudín et, après lui, par quelques autres – il qualifie le pacte de juillet 1937 entre ugt et cnt d’« astucia de guerra » pour, à la fois, s’adapter aux conditions internationales et pour donner l’apparence d’une « pureza revolucionaria » (La crisis del movimiento comunista, 1970, p. 188). On peut considérer que l’insistance de Largo Caballero depuis 1935, avec l’aile gauche du psoe, sur le thème de la constitution d’un parti unifié de la classe est du même ordre bien qu’il continue à le reprendre lorsqu’il est président du conseil et alors que le rapport des forces entre psoe et pce a commencé à s’infléchir et à tendre leurs relations. Mais ne s’agissait-il que d’une sorte d’esquive par rapport aux nouvelles relations entre les deux courants dans les circonstances dramatiques d’une guerre devenue ouverte précisément sous son ministère, des fortes tensions internes au camp républicain ainsi que des pressions venues de l’allié soviétique ? Alors que l’action politique à conduire est affectée à la fois par l’intervention, ouverte ou indirecte, des puissances extérieures – et pas plus que les autres responsables politiques Largo Caballero n’y était préparé –, par les conditions nouvelles de la production et des relations sociales, par les fortes divergences entre les différentes composantes du camp républicain et, surtout, par les impératifs incontournables de la conduite de la guerre, l’alternative proposée, sur le plan de la vision politique, renvoie aux tentatives habituelles de trouver une perspective marquée par une présence surtout sociale.

10Julio Aróstegui ne semble donc pas avoir eu tort d’inclure dans son sous-titre le mot de « quimera ». Il suggère, bien sûr, les excès du rêve mais il est également pertinent pour signaler que celui des militants se fondait sur la conviction d’une clairvoyance que la classe ouvrière en lutte aurait possédée de manière naturelle. Ils étaient convaincus de le connaître à la différence des personnalités extérieures à la classe pour qui il ne pouvait être qu’étranger. Les occurrences où Largo Caballero, avec l’approbation de ses compagnons, souligne sa conviction que son intuition sur la « classe » ne le trompait pas sont en tout cas nombreuses. Julio Aróstegui place d’ailleurs le mot dans le titre de la partie centrale du livre : « La intuición y sus quimeras » (p. 257).

11Le rôle de Largo comme ministre de la Guerre est peut-être moins clarifié. Il cumulait cette fonction avec celle de président du conseil et, malgré les tensions causées par les événements de mai 1937, il voulait la conserver, voire l’amplifier. Faute d’une recherche en profondeur sur l’activité du ministre et sur son lien avec les combattants, l’information se fonde sur les commentaires hostiles et peu désintéressés que la situation suscitait. Avant la crise elle-même, il y avait eu des critiques frontales sur le cumul – Jesús Hernández avait été le premier à les exprimer publiquement, poussé sans doute davantage par les kominterniens réticents face à la ligne de Front populaire de Togliatti et Dimitrov que par les soviétiques. Il est clair pour l’auteur qu’ils n’avaient pas envisagé un départ de Largo Caballero – ils s’y rallient sans problème ensuite. Ce manque, tout relatif, n’invalide pas la reconstitution de Julio Aróstegui. D’autant moins qu’il souligne fréquemment son souci d’être perçu comme un homme d’action – c’est la définition spontanée de beaucoup de ses interlocuteurs ou de ses compagnons de lutte ou d’organisation. Il l’est peut-être à ce point parce que précisément le schéma « interventionniste » déjà signalé porte vers des implications concrètes et un souci de contrôler. Ce n’est pas la moindre des hypothèses que suggère l’évocation du rôle de Largo Caballero au printemps 1937.

12Pour cette période la reconstitution précise de l’activité de Largo et de ses propos, tels qu’ils ont pu être rapportés par les témoins – et sur ce point Aróstegui a ratissé large pour les avoir – ou tels qu’il les a lui-même écrits pour ses discours, invite à poser la question de ce qui, dans ses initiatives, revient à l’homme d’action et de ce que lui imposent les modèles idéologiques qu’il a assumés. Doit-il le fait de ne pas avoir vu venir un certain nombre de nouveautés politiques – la capacité de ceux qu’il appelle vite « staliniens » à élaborer des alliances efficaces – à une certaine insouciance d’ordre politique, parce qu’il est convaincu de sa capacité à laisser une marque de sa présence dans la société et dans les institutions, ou faut-il l’attribuer au souci, depuis longtemps ancré dans une génération de socialistes, d’établir une relation privilégié, où le social tenait lieu de politique, avec les secteurs ouvriers qu’ils influençaient ?

13Julio Aróstegui ne tient pas à donner une réponse tranchée malgré son souci de présenter les diverses motivations qui ont pu pousser à élaborer telle ou telle proposition. Il a pourtant acquis une vraie proximité avec son personnage, dont il devine les impulsions et les réactions. De ce point de vue le chapitre 9 qui décrit l’état d’esprit de Largo Caballero après sa défaite politique de mai 1937 l’amène à faire état plus que dans d’autres moments de quelques traits de sa psychologie. Ils étaient d’autant plus difficiles à cacher que le fait d’être écarté des responsabilités, depuis l’accession de Negrín à la présidence du conseil, ne laissait d’autre champ d’intervention qu’une agitation dans des secteurs du psoe devenus plus marginaux. La mauvaise humeur affichée était une attitude politique mais elle était aussi un aveu d’impuissance et la reconnaissance d’une défaite politique. Julio Aróstegui laisse alors imaginer, sans essayer de trancher, comment la personnalité de Largo Caballero a pu se combiner avec la construction du projet politique et des formes d’action quotidienne qui l’incarneraient. Même si, en ultime instance, le rôle de la culture politique et sa mémorisation ont été décisifs, ils laissent une marge d’incertitude. C’est une manière de renvoyer aux grandes questions que pose l’histoire tant sociale et politique.

14Ce livre a aussi le mérite de faire prendre conscience de quelques manques dans l’historiographie, pourtant riche, du socialisme espagnol au xxe siècle. Cette biographie décisive de Largo Caballero fait apparaître désormais quelques trous dans la trajectoire de Prieto – on ne peut mentionner les choix politiques du premier sans faire allusion à ceux, presque toujours différents, du plus brillant de cette génération. Il serait intéressant qu’il soit l’objet d’une entreprise semblable – combien longue à mener – non parce que sa prise en compte de l’institution parlementaire dans le projet de transformation sociale ne serait pas bien connue – elle l’est sans doute, grâce à une parole plus fréquente et plus aisée que l’activité plus concrète de Largo – mais parce que la confrontation du modèle qu’il réussit, dès 1914, à faire prendre en compte, au détriment du vieux lutteur Perezagua, au socialisme biscayen, avec les échéances politiques auxquelles il a dû répondre permettrait de mieux percevoir l’autre versant de la culture politique du socialisme espagnol et avec elle, éventuellement, ce qu’est l’apport d’un responsable qui doit la faire passer dans des initiatives politiques. Beaucoup de travaux d’ordre historique ont souligné cette difficulté chez Prieto.

15Le livre de Julio Aróstegui suggère bien d’autres débats. Il fait terriblement regretter que son auteur ne puisse plus participer à ceux qu’il a ouverts avec tant de clairvoyance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Ralle, « Largo Caballero. El tesón y la quimera », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/4805

Haut de page

Auteur

Michel Ralle

Professeur émérite, Université Paris-iv Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org