Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Les Espagnols et le sexe : xixe-xxe siècles

Marie-Angèle Orobon
Référence(s) :

Guereña, Jean-Louis, Les Espagnols et le sexe : xixe-xxe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection Mondes Hispanophones, 2013, 478 p.

Texte intégral

1Situé à la confluence entre histoire sociale, histoire culturelle, gender studies et médecine, et fermement ancré dans le champ historique où la sexualité a conquis sa place depuis plus de vingt ans, le volume que vient de publier le professeur Jean-Louis Guereña est la refonte de travaux et études, dont quelques-unes inédites, menés tout au long des trois dernières décennies. L’ouvrage s’organise en trois parties, « La découverte du sexe » consacrée aux collections populaires d’éducation sexuelle et au préservatif masculin ou condom, « La prostitution, un ‘mal nécessaire’ » qui aborde la prostitution par le biais de la réglementation, la sociabilité et l’abolitionnisme, enfin la troisième partie, qui repose sur une reprise partielle d’un essai bibliographique publié en 2011 en Espagne, Un infierno español (Madrid, Libris [Asociación de Libreros de Viejo], 382 p.), s’intéresse à l’érotisme et la pornographie dans leurs représentations discursives et graphiques. L’ouvrage s’achève sur une coda, « Le sexe en débat », étude inédite qui analyse les termes de la polémique qui opposa le grand médecin, endocrinologue et sexologue (comme on ne l’aurait pas dit à l’époque), Gregorio Marañón et Oliver Brachfeld, auteur d’une virulente Polémica contra Marañón en 1933. Les titres des 7 chapitres, « Le sexe dévoilé », « Le sexe à protéger », « Le sexe en vente », « Le sexe toléré », « Le sexe dénoncé », « Le sexe dénoncé », « Le sexe censuré », « Le sexe exalté », « Le sexe a portée de tous », « Le sexe en images », un rien racoleurs –mais la thématique ne l’exigeait-elle pas ?– sont autant d’invitations-incitations à parcourir cette imposante somme.

2Une première constatation, contrairement à ce que laisse entendre le titre, c’est le dernier quart du xixe siècle et le premier tiers du xxe siècle (c’est-à-dire jusqu’à la Seconde République espagnole) qui sont principalement abordés dans cette étude, mais il est vrai que c’est à cette période que ce qui touche à la sexualité connaît sa plus grande production et sa meilleure visibilité et que, par ailleurs, l’ouvrage publié par Jean-Louis Guereña en 2003, La prostitución en la España contemporánea (Madrid, Marcial Pons), s’étendait jusqu’à l’époque actuelle.

3Le passage en revue de quelques collections populaires d’éducation sexuelle qui se développent notamment à la fin du xixe siècle et dans les premières décennies du xxe siècle est l’occasion de deux observations de caractère opposé. D’abord, la frontière est fort ténue entre ce type de publications informatives qui arborent toujours leur caution médicale, fausse la plupart du temps, et la littérature érotique, cette confusion entre médecine du sexe et érotisme, présente également en France à la même époque, est notable en particulier dans la collection Singularidades fisiológicas y pasionales (1905-1908, Barcelone) et plus encore dans Biblioteca Secreta (autour de 1920, Barcelone) qui, sous couvert d’hygiène du couple et de divulgation scientifique, montre une complaisance certaine pour les vices et perversions sexuelles. C’est en cela que cette littérature à visée éducative vient alimenter les fantasmes de la sexualité masculine. À l’inverse, ces collections destinées à un public populaire contribuent à construire et renforcer la norme sexuelle traditionnelle en distinguant la sexualité normale, c’est-à-dire hétérosexuelle et conjugale, des sexualités qualifiées de « pathologiques » (p. 94). Le deuxième chapitre de la première partie, consacré principalement au préservatif masculin, revient, en détail, sur l’étymologie controversée du nom sous lequel il est populairement connu en Espagne, condón, dont l’origine est à rechercher plutôt du côté du latin condere (cacher et par conséquent protéger) que du côté d’une supposé docteur Condom qui en serait l’inventeur. Lorsqu’il est introduit clandestinement en Espagne, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, en provenance d’Angleterre et de France, le condom sert moins au contrôle de la fécondité qu’à la prévention des maladies vénériennes, ce qui fait qu’à la fin du xixe siècle, celui-ci soit pleinement associé à la « culture du bordel » (p. 125). C’est à la fin des années 20 que se développe la divulgation des moyens contraceptifs, notamment dans les milieux anarchistes dans le cadre de l’idéologie néomalthusienne et le contrôle des naissances sera clairement revendiqué dans les années 30, en particulier par le mouvement Generación consciente né autour de la revue du même nom. Banalisé et généralisé pendant la Seconde République, le condom retrouvera les circuits de vente clandestins sous le franquisme où la loi du 24 janvier 1941 interdit toute forme de propagande contraceptive.

4La deuxième partie traitant de la prostitution est organisée autour de trois axes – le système réglementariste à l’époque contemporaine, le bordel comme espace de sociabilité et la réception en Espagne de la campagne abolitionniste de l’Anglaise Joséphine Butler dans le dernier quart du xixe siècle – et s’appuie sur une bibliographie considérablement actualisée par rapport à l’ouvrage publié en 2003. L’inscription de l’Espagne, en tant que pays catholique, dans la tradition augustinienne explique le système réglementariste qui a prévalu : la prostitution étant un mal social inévitable (Saint Augustin n’affirmait-il pas dans son traité De Ondine « Supprime les prostitués, les passions bouleverseront le monde ; donne-leur le rang de femmes honnêtes, l’infamie et le déshonneur flétriront l’univers » ?), il convient de la réglementer et de la contenir dans un espace clos et repéré afin de préserver l’ordre public et de protéger les femmes honnêtes. Ainsi l’accord consensuel entre médecins, autorités policières, politiques et religieuses sur la réglementation de la prostitution a une claire visée de prophylaxie sociale et morale. La multiplication des lois qui cherchent à contrôler l’activité prostitutionnelle dans ses différents aspects est, naturellement, le fait d’une société bourgeoise soucieuse de maîtriser l’espace social et d’endiguer le développement de la syphilis et des autres maladies vénériennes qui font partie des grandes peurs sociales du xixe siècle avec le choléra. Au début du xxe siècle, rares sont les villes espagnoles au-dessus de huit à dix mille habitants à ne pas disposer de leur service d’higiene especial, qui était chargé du contrôle administratif (recensement, fiscalisation), médical et policier des prostituées. C’est dire l’importance et la diversité de l’offre prostitutionnelle, c’est dire aussi combien ce réglementarisme, qui signifie une tolérance officielle de la prostitution, favorise son développement et banalise les maisons closes dans les espaces urbains du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle. Mais si le bordel est bien au cœur de la cité, on est frappé, comme l’indique Jean-Louis Guereña, par le contraste entre la tolérance générale de la prostitution –la visite individuelle ou collective au bordel faisant office de rite de passage à l’âge adulte pour les hommes et la maison close étant un lieu quasiment habituel de sociabilité masculine– et le rejet social dont sont l’objet les prostituées. C’est peut-être cette contradiction, à mettre au compte somme toute d’une société corsetée dans la morale catholique, qui explique le déséquilibre du chapitre consacré au bordel comme espace de sociabilité. Si le point de vue masculin y est largement développé – le salon ou salle de réception du bordel prenant des airs de casino provincial où l’on vient converser entre hommes –, la sociabilité féminine y est, en revanche, effleurée et quasi exclusivement abordée par le biais du regard masculin à travers, notamment, les représentations picturales de José María Romero y López et de Gutiérrez Solana, et littéraires de Eduardo López Bago qui s’était fait une spécialité des romans « médico-sociaux ». Mais il est vrai, comme le déplore Jean-Louis Guereña, que l’Espagne, à l’inverse d’autres pays, ne dispose pas de journaux intimes ou de récits de souvenirs rédigés par les prostituées elles-mêmes qui étaient analphabètes dans leur immense majorité.

5La campagne abolitionniste de Joséphine E. Butler, qui fonde, en 1875, la Fédération britannique continentale et générale en opposition à la légalisation de la prostitution, ne fait que peu d’adeptes dans l’Espagne de la fin du xixe siècle et ne compte pas de groupes féministes structurés et même bien peu de femmes, hormis Concepción Arenal qui, en fait, ne peut s’engager réellement dans ce combat en raison de certaines pressions qu’elle aurait subies (p. 241). La cause abolitionniste a besoin, pour se faire connaître, d’autres relais, en particulier les réseaux –masculins– protestant, républicain et franc-maçon. Le mouvement abolitionniste ne parviendra à ses fins que sous la Seconde République, qui prendra en 1935 (sous un gouvernement de droite) un décret supprimant toute réglementation officielle de la prostitution, qui sera rétablie sous le franquisme, puis officiellement abolie en 1956.

6Paradoxalement, c’est sur la censure dont a été l’objet la littérature érotique et pornographique à la fin du xviiie et début du xixe siècles que s’ouvre la troisième partie qui y est consacrée. Mais le paradoxe réside dans l’interdit même, car les œuvres consignés dans les édits inquisitoriaux acquéraient ainsi une publicité certaine, ce que Félix de Abreu, ambassadeur d’Espagne à Londres de 1754 à 1760, dénonçait : « Les autorités ecclésiastiques […] incitent à la désobéissance avec leurs catalogues sur les portes des églises qui servent pour faire connaître ce qui d’une autre façon ne serait connu que par peu de gens » (p. 307). En quelque sorte, l’index de 1790 et son supplément de 1805 qui ont été dépouillés sont, comme l’indique l’auteur, « la mémoire de l’Enfer » des bibliothèques espagnoles Dans cette production érotique mise à l’Index abondent surtout les œuvres françaises, tandis que les titres italiens et anglais y sont fort rares – mais cette rareté est peut-être à mettre au compte de l’ignorance linguistique des inquisiteurs –, quant aux œuvres espagnoles, elles en sont pratiquement absentes, hormis le recueil poétique de Nicolás Fernández Moratín, Arte de las putas (traduit en français par Frédéric Prot, Paris, Dilecta, 2008) et Perico y Juana du fabuliste et dramaturge Tomás de Iriarte.

7Les trois autres chapitres de cette dernière partie (« Le sexe exalté », « Le sexe à portée de tous » et « Le sexe en images ») balaient largement l’ensemble de la production érotique et pornographique du xixe siècle et du début du xxsiècle, publiée de façon clandestine ou, dans les années 20 et 30, sous forme de collections érotiques populaires. Jean-Louis Guereña évoque l’existence de pas moins de 350 collections qui représentent quelque 6000 titres. La variété des stratégies de dissimulation est détaillée et illustrée d’exemples : les noms d’emprunt pour les auteurs, comme Fray Gerundio La-Fuente (Fray Gerundio était, on le sait, le fameux pseudonyme de l’historien Modesto Lafuente), ou bien les inventions parodiques très suggestives, comme el Barón de Polla-Tiesa, les indications d’imprimerie improbables ou fantaisistes, comme par exemple « Nueva York, Imprenta de España », ou « Imprenta de Vénus sic en París », ou explicitement pornographiques, comme l’« Establecimiento jodeográfico Ultra-montano ». Sous la Restauration, la production clandestine peut emprunter les chemins de la parodie : certaines œuvres littéraires sont volontiers pastichées, notamment le Don Juan Tenorio de Zorrilla et El diablo mundo d’Espronceda, ce peut être le cas aussi de zarzuelas célèbres, comme La Verbena de la paloma, El nuevo Barberillo de Lavapiés ou La Gran Vía, lestement sous-titrée Revista madrileña Cómico-Lírica-Coñístico-Mariconera… On note aussi la présence de parodies religieuses en phase avec l’anticléricalisme assez actif à la fin du xixe siècle, comme tel Catecismo de las putas (de 1886) ou bien les allusions satiriques et burlesques au père Antonio María Claret – le célèbre confesseur d’Isabelle ii – dans les ouvrages érotiques du dernier quart du xixe siècle. La multiplication de cette littérature érotico-pornographique suscite la mobilisation de diverses ligues de vertu en lien avec un activisme catholique de plus en plus agressif à la fin du xixe siècle, comme cela a été également le cas en France à la même époque.

8On se permettra de formuler deux regrets sur cette troisième partie, par ailleurs extrêmement riche et savoureuse. L’approche thématique des collections érotiques populaires est un peu trop rapide (p. 361-362) et le chapitre « Le sexe en images », principalement consacré au célèbre dessinateur barcelonais Eusebi Planas et en particulier à son album Juego de billar, est justement dépourvu d’illustrations. Mais on ne peut sans doute pas tenir pour responsable de cette carence l’auteur qui se retrouve soumis aux contraintes éditoriales. Et les amatrices et amateurs d’images de l’époque pourront se reporter à l’essai bibliographique Un infierno español publié par Jean-Louis Guereña en 2011.

9L’ouvrage n’est pas exempt de quelques répétitions, concernant les contextualisations historiques par exemple ou la législation en vigueur, on croise aussi quelques hispanismes, mais c’est bien peu de chose au regard de la documentation exceptionnelle qui est mise en œuvre. Les Espagnols et le sexe, comme l’indique l’auteur, ne prétend pas être une histoire globale de la sexualité en Espagne, mais propose des éclairages sociaux et culturels sur la sexualité en Espagne jusqu’à la Seconde République. Le point de vue dominant est éminemment masculin, mais il est bien sûr le reflet d’un état de la société, et pas seulement espagnole, de l’époque. Outre l’ampleur considérable de la recherche, l’ouvrage donne à voir d’autres perspectives à explorer et c’est là un autre de ses atouts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Angèle Orobon, « Les Espagnols et le sexe : xixe-xxe siècles », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/4804

Haut de page

Auteur

Marie-Angèle Orobon

Maître de conférences, Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org