Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Manuel Azaña et la France : Actes des Journées Manuel Azaña

Elodie Das Neves et Vincent Marin
Référence(s) :

Manuel Azaña et la France : actes des Journées Manuel Azaña 2006, Jean-Pierre Amalric (dir.), Montauban, Arkheia, 2007.

Les Intellectuels espagnols dans l'arène politique. 2es Journées Manuel Azaña, Jean-Pierre Amalric (dir.), Montauban, Arkheia, 2008.

Manuel Azaña et la question laïque. 3es Journées Manuel Azaña, Jean-Pierre Amalric (dir.), Montauban, Arkheia, 2009.
Autour de Manuel Azaña : nation et mémoire en débat. 4es et 5es Journées Manuel Azaña, Jean-Pierre Amalric, Geneviève Dreyfus-Armand (dir.), Montauban, Arkheia, 2011.

Le Mexique et la République espagnole. 6es Journées Manuel Azaña, Jean-Pierre Amalric, Geneviève Dreyfus-Armand (dir.), Montauban/Toulouse, Présence de Manuel Azaña/Méridiennes, 2012.

Texte intégral

1L’association « Présence de Manuel Azaña » organise depuis 2006 un rendez-vous annuel autour de la figure du dernier président de la République espagnole exilé en France et décédé à Montauban le 3 novembre 1940. Par le biais de colloques, de manifestations culturelles et d’une commémoration, les Journées Manuel Azaña, qui ont lieu à cette date anniversaire, visent à rendre hommage à une figure hors du commun : homme politique – fondateur du parti Izquierda Republicana –, homme d’État – ministre de la Guerre dans le gouvernement provisoire de la Seconde République, président du gouvernent espagnol de 1931 à 1933, de février à mai 1936 et dernier président de la République espagnole de 1936 à 1939 –, mais également homme de lettres – couronné du prix national de Littérature en 1926 –, journaliste et secrétaire de l’Ateneo de Madrid. La réhabilitation du legs politique et intellectuel de Manuel Azaña se matérialise par la publication des actes des Journées, édités d’abord par la maison d’édition Arkheia et, depuis 2012, conjointement par l’association « Présence de Manuel Azaña » et par les Méridiennes, collection du laboratoire framespa (France Méridionale et Espagne : histoire des sociétés du Moyen-âge au xxie siècle) de l’Université de Toulouse-ii Le Mirail et du cnrs (umr 5136). Ces publications, dirigées par Jean-Pierre Amalric, président de l’association et professeur émérite de l’Université de Toulouse-ii Le Mirail et par Geneviève Dreyfus-Armand, historienne, conservateur général honoraire des bibliothèques et ancienne directrice de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et du musée d'histoire contemporaine, recueillent les contributions des participants à cette manifestation.

  • 1  Notons que les Journées 2012, consacrées aux liens entre la Seconde République et l’Afrique du Nor (...)
  • 2  Expression utilisée par Manuel Azaña dans une lettre envoyée le 27 juillet 1940 à Pierre Laval, ci (...)
  • 3  Le Mexique et la République espagnole. 6es Journées Manuel Azaña, op. cit., p. 3.

2La diversité des thématiques abordées dans ces actes mérite tout d'abord d'être soulignée, une diversité qui reflète sans doute l’ampleur de l’héritage intellectuel et politique de Manuel Azaña et de la Seconde République espagnole. Aussi les actes des premières et sixièmes Journées sont-elles centrées sur le lien entre l’ancien président de la République et deux terres d’accueil pour les républicains espagnols1 : la France, que Manuel Azaña alla jusqu’à considérer comme « sa seconde patrie »2, où il trouva refuge, et dont la culture et les valeurs républicaines et laïques ont été déterminantes dans sa pensée politique ; et le Mexique, dont le soutien à la République espagnole et à son président en exil répondent, selon les mots du président de l’association, à un véritable « devoir de justice »3. La Seconde République est également mise à l’honneur à travers l’étude de ses acteurs, notamment dans Les Intellectuels espagnols dans l'arène politique (2es Journées) et à travers l’analyse de différentes problématiques ayant nourri l’affrontement entre les deux Espagnes, en particulier l’enjeu de la laïcité dans Manuel Azaña et la question laïque (3es Journées) et la question des nationalismes dans Nation et nations en Espagne (4es Journées). Enfin, les actes Azaña : une mémoire vivante (5es Journées) constituent une métaréflexion sur la mémoire et un exemple paradigmatique du travail réalisé par l’association.

  • 4  Manuel Azaña. Manuel Azaña et la question laïque. 3es Journées Manuel Azaña, op. cit., p. 51.

3Ces thématiques qui fédèrent chacune des publications font l’objet, dans les différents volumes, d’approches plurielles. Parmi les approches purement historiographiques, certains articles sont centrés sur la pensée politique de Manuel Azaña, notamment « Manuel Azaña et la culture française » de Joseph Pérez, « Manuel Azaña et l’exemple de la culture française » de Bruno Vargas (1ères Journées), ou encore « Manuel Azaña face à la question nationale » de Jean-Pierre Amalric (2es Journées). Les relations personnelles ou politiques d’Azaña sont également abordées par Enrique de Rivas dans « Manuel Azaña et Cipriano de Rivas Cherif » et « Dolores de Rivas Cherif et Azaña » (1ères Journées) et par les historiens espagnols Santos Juliá dans « Azaña dans l’imaginaire de la droite » et Fernando Hernández Sánchez dans « Manuel Azaña et les communistes espagnols » (5es Journées). D’autres articles envisagent la figure de Manuel Azaña de façon plus transversale, à travers l’étude des politiques menées par l’ancien président du gouvernement et de la République, citons par exemple « Laïcité et politique religieuse de la iie République » de Hilari Ragueur et « Sur le terrain de l’éducation : les maestros de la Seconde République » de Gérard Malgat (3es Journées). On distingue également une série d’articles consacrés au positionnement des puissances étrangères à l’égard de la Seconde République, c’est le cas des articles « La désillusion d’Azaña : la politique de la France face à la guerre d’Espagne (1931-1939) » (1ères Journées) et « Solidarité hispanique et neutralité ambivalente. Le Mexique et les États-Unis face à la République espagnole (1931-1939) » (6es Journées) de Jean-François Berdah. La question des exilés républicains à l’étranger occupe également une importance significative : Geneviève Dreyfus-Armand, dans « Les nationalismes dans l’exil républicain en France (1939-1975) » (4es Journées) propose une typologie particulièrement originale de l’exil basque et catalan ; Clara E. Lida, dans « L’insertion des républicains espagnols au Mexique » (6es Journées) s’intéresse à leur intégration dans le tissus social mexicain et Alicia Alted Vigil, dans « Les gouvernements républicains en exil et la mémoire d’Azaña » (5es Journées) centre son propos sur l’influence de Manuel Azaña dans la constitution de gouvernements hors des frontières espagnoles. Certains articles traitent enfin d’autres figures intellectuelles proches d’Azaña comme par exemple le socialiste Julián Besteiro, le juriste, homme politique et diplomate Pablo de Azcárate ou encore l’écrivain Max Aub, dont les figures sont abordées respectivement par José Martínez Cobo, Jean François Berdah et Gérard Malgat (2es Journées). Mais bien que les approches purement historiographiques dominent dans l’ensemble des actes, le comité scientifique met un point d’honneur à inscrire les communications dans la transdisciplinarité. C’est pourquoi, l’approche littéraire de l’héritage d’Azaña ne manque pas d’être convoqué : c’est le cas notamment de l’article « L’itinéraire intérieur de Manuel Azaña dans Le Jardin des Moines » d’Elvire Diaz, qui traite du premier roman de l'ex-président, décrit comme un texte « singulier » qui « éclaire le débat sur la question religieuse montrant le chemin personnel suivi par l’auteur qui, arrivé aux affaires, imposera sans animosité la laïcité »4. Enfin, des témoignages viennent enrichir chacune des publications. Ainsi peut-on lire dans les actes des Journées 2006, par exemple, le témoignage poignant de l’écrivain et éditeur Enrique de Rivas, neveu de Dolores de Rivas Cherif, veuve de Manuel Azaña, ou celui du commandant Robert, José Antonio Alonso Alcalde, dans les actes des 5es Journées.

4Par ailleurs, à l’exception des actes des Journées 2009 et 2010, l’intégralité des publications s’accompagne de documents de sources primaires. Les actes de 2006 incluent la traduction inédite en français d’une conférence prononcée par Manuel Azaña à l’Ateneo de Madrid le 25 janvier 1917, dans laquelle il fait état de son voyage au cœur des tranchées de la Grande Guerre à Reims et à Verdun. Les actes des secondes Journées comportent un deuxième texte inédit en français : la dernière allocution publique du président Azaña, prononcée à Barcelone le 18 juillet 1938 dont l’enregistrement a été retrouvé il y a peu par l’historien espagnol Santos Juliá. Les actes des troisièmes Journées contiennent le célèbre discours prononcé par Manuel Azaña le 13 octobre 1931 devant les Cortès dans lequel il affirme que « L’Espagne a cessé d’être catholique ». Enfin, la dernière publication propose trois textes : un extrait du témoignage d’Enrique de Rivas, Cuando acabe la guerra (1992), ainsi que deux discours d’Isidro Fabela, le premier prononcé à Mexico le 3 novembre 1950 en hommage à Manuel Azaña et le second en remerciement de la distinction qu’il reçoit le 26 juillet 1958 à l’ambassade de la République espagnole à Mexico.

5Ces ouvrages, enfin, sont illustrés de nombreuses photographies en noir et blanc qui se veulent le reflet des Journées Manuel Azaña. Aux clichés sur les communicants et leur auditoire s’ajoutent ceux sur les manifestations culturelles, des lectures aux représentations théâtrales en passant par les concerts. Les images de la commémoration annuelle organisée sur la tombe de Manuel Azaña le jour de sa disparition occupent également une place non négligeable dans l’iconographie des publications, témoignant ainsi de la volonté de l’association d’allier l’approche scientifique et le devoir de mémoire dans l’hommage qu’il incombe de rendre à un grand homme, ardent défenseur des valeurs républicaines.

Haut de page

Notes

1  Notons que les Journées 2012, consacrées aux liens entre la Seconde République et l’Afrique du Nord, donneront lieu à une prochaine publication.

2  Expression utilisée par Manuel Azaña dans une lettre envoyée le 27 juillet 1940 à Pierre Laval, citée par Jean-Pierre Amalric dans « La "seconde patrie" de Manuel Azaña », in Manuel Azaña et la France : actes des Journées Manuel Azaña 2006, op. cit., 2007, p. 7.

3  Le Mexique et la République espagnole. 6es Journées Manuel Azaña, op. cit., p. 3.

4  Manuel Azaña. Manuel Azaña et la question laïque. 3es Journées Manuel Azaña, op. cit., p. 51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Das Neves et Vincent Marin, « Manuel Azaña et la France : Actes des Journées Manuel Azaña », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/4793

Haut de page

Auteurs

Elodie Das Neves

Vincent Marin

cufr Jean-François Champollion, Albi

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org