Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Lazos de Sangre. Los apoyos sociales a la sublevación militar en Zaragoza. La Junta Recaudatoria Civil (1936-1939)

Romain Bonnet
Référence(s) :

Alcalde Fernández, Ángel, Lazos de Sangre. Los apoyos sociales a la sublevación militar en Zaragoza. La Junta Recaudatoria Civil (1936-1939), Saragosse, Institución Fernando el Católico/Diputación de Zaragoza, 2010, 246 p.

Texte intégral

  • 1  Réflexion de Pierre Vilar placée en exergue de l'ouvrage pionnier de Ronald Fraser, Blood of Spain (...)

1Lazos de Sangre est le premier livre d'Ángel Alcalde Fernández. L'auteur poursuit actuellement une thèse doctorale à l'Institut Universitaire Européen de Florence. L'ouvrage reprend le contenu d'un travail réalisé au sein de l'Université de Saragosse en vue de l'obtention du Diploma de Estudios Avanzados en Historia Contemporánea. Ce travail dirigé par Ángela Cenarro Lagunas fut présenté en septembre 2008 devant un jury complété d'Enrique Bernad Royo et de Julián Casanova Ruiz. Dès les années 1970 Pierre Vilar invitait à s'intéresser à l'aspect subjectif des événements de la guerre d'Espagne comme condition objective de celle-ci1. C’est à cela même que le livre d'Ángel Alcalde Fernández contribue. Le corps de l'analyse tient dans les 185 premières pages, auxquelles succèdent une trentaine de pages d'annexes (cartes locales, documents administratifs, épistolaires, articles de presse et photos), et une ample bibliographie (où figurent des titres d'ouvrages appartenant aux historiographies locales, régionales, nationales et européennes). Il s'agit d'un ouvrage solide. L'objet d'étude est bien construit et l'analyse de sources inédites étaye une démonstration convaincante. En outre, et comme le reconnaît l'auteur (p. 24), la démonstration s’appuie sur la préexistence d’un édifice historiographique conséquent quant à l'Aragon des années 1930, ce qui n'est pas le cas pour toutes les régions espagnoles.

2Comme le sous-titre de l’ouvrage l'indique, l'auteur se propose d’étudier les soutiens sociaux du régime franquiste à Saragosse,

entendiendo éstos como el conjunto de fenómenos diversos caracterizados por la colaboración, implicación, cooperación, contribución o sintonización con los objetivos e intereses de la coalición golpista del 18 de julio de 1936 por parte de individuos o sectores sociales.

3De ces appuis sociaux au soulèvement du 18 juillet 1936 l'ouvrage cherche justement à identifier « la composición social, las características, motivaciones y causas [...] producidas durante el proceso golpista y bélico » (p. 19). Les deux derniers adjectifs de la citation qui précède indiquent la prise en compte d’une dynamique chronologique eu égard à une expérience vécue collectivement, et à mesure que le mouvement du 18 juillet s'acheminait vers le régime franquiste. La décomposition du processus entre soulèvement, expérience de guerre et régime franquiste est fondamentale pour la démonstration :

es muy necesario, por tanto y en primer lugar, conocer con exactitud quiénes componían la coalición que preparó y ejecutó el fallido golpe de Estado de 1936, especialmente en cuanto a sus sectores civiles [...], a continuación, y en la coyuntura provocada por el golpe de Estado, debe explicarse cómo ante los brutales mecanismos represivos y de control social puestos en marcha se da una corriente de adhesión pasiva y de consentimiento de la nueva situación por parte de amplios sectores indiferentes o inicialmente desafectos (p. 19).

  • 2  Nous citons cette expression de making of en anglais tant sa traduction française consacrée par fo (...)

4La principale source utilisée correspond aux documents administratifs laissés par la Junta Recaudatoria Civil de Saragosse (JRC dès à présent dans le texte). Cet organe de pouvoir politique civil des putschistes fut fondé en 1936 et dissout en 1941. Il les soutint à travers la levée d'impôts, en rendant sa « justice » et en organisant la vie quotidienne et la production à Saragosse. Complètent ce corpus de sources les documents de propagande, les mémoires de certains protagonistes et la presse locale (« fuente casi inagotable de datos », p. 23). La méthodologie retenue est celle d'une histoire sociale « desde abajo » destinée à observer « muy de cerca, con lupa o ''a ras del suelo'' » des réalités mal ou non perçues, à travers l'observation de « la práctica cotidiana de la multitud, a la manera de la Alltagsgeschichte » (p. 23, 25). Ainsi, comme il peut y avoir un récit du making of the working class, c'est une sorte de récit du making of consent qui est proposé dans Lazos de Sangre2.

5Le plan de l'ouvrage, chronologique, est composé de trois parties. La première est consacrée à l'année 1936. C’est la littérature secondaire qui est tout d’abord mobilisée afin de décrire jusqu’à la veille du putsch du 18 juillet 1936 l'évolution des réalités socio-économiques, socio-spatiales et associatives (au sens large, incluant Église, forces militaires, partis, syndicats, presse) de Saragosse (alors septième ville d’Espagne avec 180.000 habitants). L’analyse démontre ensuite que la Cinquième Division Militaire installée à Saragosse, commandée par le général Cabanellas, ainsi que les partis fascistes et conservateurs, assurèrent le succès local du coup d’État. La jeunesse et le statut social privilégié caractérisaient la majorité des membres de ces organisations politiques (p. 45). Le 31 juillet 1936, moins de deux semaines après le putsch dont le semi échec déclencha la guerre civile, fut fondée la JRC, véritable « extrapolación de la coalición derechista que asaltó la República » (p. 57) selon l’auteur. Ce furent les organisations patronales et bancaires locales qui y siégèrent majoritairement, en compagnie des représentants militaires et de ceux des partis de droites et d'extrême-droite associés au soulèvement. En 1931, le patronat local avait pourtant accueilli la proclamation du régime républicain dans une relative indifférence en confiant dans un premier temps ses votes au vieux parti radical, avant de se tourner vers les organisations de défense d'intérêts patronaux. En ce sens l'auteur évoque une « trasposición de represantación » (p. 60) correspondant à une « droitisation ». Au total, la défense des intérêts liés à la propriété et le catholicisme fervent et outrancier constituaient des caractéristiques communes aux membres de la JRC. Leurs relations de sociabilité précédaient le putsch et étaient liées aux réseaux d'intérêts économiques communs et au partage d’espaces de sociabilité bourgeoise, tous deux affirmés au cours du premier tiers du siècle (p. 66, 67).

6A la présidence de la JRC fut nommé Francisco Palá, notaire aragonais de 44 ans, conservateur et issu de la haute bourgeoisie locale (p. 57). Il mit ses qualités d'administrateur au service des rebelles qui l'avaient nommé : organisation de collectes d'impôts (proportionnels aux fortunes et inflexiblement levés !) et de la vie à l'arrière destinée à soutenir le front (drainage de convois, organisation d'hôpitaux et de services divers). La conclusion de cette première partie met en exergue le fait que la haute bourgeoisie locale organisa le coup d’État avec les officiers mutins de la cinquième division (p. 89). Les partis de droite, composés de la petite bourgeoisie locale, constituèrent selon l’auteur la « fuerza de choque » et l'organisation milicienne et civile du coup d’État militaire à Saragosse (p. 89). Ainsi, ces groupes sociaux, issus de mêmes milieux et partageant des réseaux de sociabilité communs, et caractérisés par leur catholicisme fanatique et par leur attachement à « l'ordre » et la propriété, assurèrent une fonction de direction politique engageant Saragosse dans la guerre civile au côté des rebelles. Dès lors, cela permit à ce groupe social aisé, qui était doté de capacité de direction politique, de contraindre en partie inconsciemment de vastes secteurs sociaux à prendre part à cette mutinerie militaire brutale (voulue et déclenchée par les premiers). Finalement, l'auteur esquisse une comparaison avec la situation du fascisme italien entre 1920 et 1922, pointant les convergences de ce processus de prise de pouvoir et de sa fonction sociale historique dans l'Italie et dans l'Espagne de l'entre-deux-guerres (p. 94).

7La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée aux années 1937 et 1938 lorsque la guerre s'intensifia avec l’engagement de forces internationales. Est analysé l'impact sur la population civile de réalités aussi diverses que la proximité du front républicain, la propagande stigmatisant l'ennemi comme « rojo » et attisant la brutalisation de l'expérience (« la propaganda es violencia sobre el alma », Franz Neuman, cité p. 101), la censure et le contrôle de l'information, la mise en place d'un service d'assistance où les femmes jouèrent un rôle important (de même que pour les donations, où les veuves de la bourgeoisie se distinguèrent par leur générosité à l’endroit des organisations soutenant les nationalistes), les réformes touchant aux réalités les plus quotidiennes comme l'alimentation (« plato único », « día semanal sin postre »), la publication des « listas blancas de buenos patriotas » contributeurs financiers, et celle de « listas negras », l'organisation de festivals « por España », de collectes impliquant jusqu'aux enfants, la construction de la figure du martyr tombé face au « rojo », etc. (p. 100-106).

8De ce qui précède, il ressort que « la sensación de estar juntos en el mismo barco, junto a los líderes del bando insurgente, hubo de ser común para muchos, transcurridos varios meses de guerra » (p. 125). Par ailleurs, s'engager militairement dans les rangs nationalistes constituait le seul moyen de se faire absoudre d'un passé républicain et de ne pas être exclu de la nouvelle « comunidad nacional » et stigmatisé de « rojo » (p. 135). En outre, ces logiques d'intégration étaient complétées et renforcées par les logiques complémentaires d'exclusion (« coacciones, delaciones, abusos », p. 138). L'auteur conclut : « No podían hacer suya ninguna otra (causa que la ''nacional''), pues quedarían excluidos y desprotegidos ante un ambiente adverso y peligroso ». En outre, la propagande liée à la peur de l'avancée militaire de la République renforçait cette dynamique (p. 144).

9La troisième et dernière partie applique cette même grille analytique d’histoire sociale de l'année 1938 (avec la prise de Teruel par les républicains) à l'après-guerre. Dès 1939, le phalangiste Pío Altolaguirre se substitua au notaire conservateur Francisco Palá à la tête de la JRC. Cela atteste un transfert de pouvoir politique du civil au paramilitaire correspondant à la mise en place de nouvelles règles du jeu politique découlant de l'expérience de guerre (p. 155). Des places et des rues furent rebaptisées avec les noms des généraux putschistes et des symboles du pouvoir spirituel au nom desquels l’Église catholique avait appuyé cette manœuvre militaire. La petite bourgeoisie, qui entretenait des liens de sociabilité et de proximité spatiale, composait le gros des effectifs du parti phalangiste de Saragosse. Ce fut en juillet 1936, et non durant l'après-guerre, que les adhésions à ce parti connurent un saut quantitatif, portant ses effectifs à près de 4 000 membres, ce qui prouve une précoce communauté d'intérêts et de vues entre les conservateurs, les fascistes et les militaires putschistes (p. 162, 163, 165). Par ailleurs, « haber combatido con el ejército victorioso significó la mejor, probablemente la única vía en la España franquista de ascenso social » (p. 167). Cela touchait néanmoins une minorité car « la mayoría de la población se caracterizó por una amplia gama de actitudes grises entre la indiferencia, la aprobación y la pasividad » (p. 171).

  • 4  À la fin de Hommage à la Catalogne, George Orwell écrivait en substance que le déclenchement de la (...)

10Au total, c'est dans l'expérience même de la guerre que l'auteur identifie non un « consensus » mais un « appui social » large au régime franquiste (p. 165, 172). Or, selon l’auteur, à Saragosse, ce conflit fut déclenché par « una gran familia, políticamente derechista, socialmente burguesa, económicamente privilegiada, ideológicamente católica, jerárquica y relacionalmente organizada, que con la guerra asumió el fascismo como solución a la crisis, manchando sus manos de sangre » (p. 185). L’homogénéité des espaces sociaux d'origine entre les membres des mouvements conservateurs et fascistes semble démontrée, de même que la reproduction du statut social privilégié de ceux qui avaient appuyés activement le soulèvement militaire dès le début (p. 158, 183). Les mystifications (de la « croisade », de la « victoire », et surtout du « danger rouge ») propagées par l'historiographie franquiste dissimulèrent les origines de ce conflit. Elles le firent avec d'autant plus de succès que demeuraient des anciens combattants, symboles vivants des souffrances de la guerre civile, traumatisme bien réel mais dont le sens fut en quelque sorte « détourné » par la propagande puis par l'historiographie franquiste (p. 165, 173). La polysémie du titre du livre (« sangre »=famille, et « sangre »=violence) semble d'ailleurs faire allusion à cette double dimension causale de l'insurrection et du régime : d'une part un appui social minoritaire mais organisé, actif et doté d'une capacité de direction politique (la « famille » ou « classe » des mutins); et d'autre part un appui social passif pour l'immense majorité, basé sur une expérience violente et traumatique subie et connue seulement par le sens commun, dont le sens politique était monopolisé par la pratique sociale du discours de propagande visant à dissimuler que ce dernier avait provoqué le conflit et à quelles fins il le fit4.

  • 5  Manuel Tuñón de Lara, Tres claves de la Segunda República, Madrid, Alianza, 1985, p. 17, l'express (...)

11Manuel Tuñón de Lara mettait en garde contre la tentation de concevoir l'étude de la Deuxième République espagnole comme une sorte d'introduction à l'étude de la guerre civile et de se condamner à l'incompréhension des deux périodes par une sorte d' « illusion rétrospective de la fatalité »5. La force de Lazos de Sangre réside justement dans le fait de partir, au contraire, du point de rupture, du passage du déclenchement de la guerre civile en tentant de dévoiler les continuités (économiques, sociales) dans la discontinuité (politique et militaire) qui existaient antérieurement au conflit, et qui perdurèrent au-delà de celui-ci, bien que dans un système politique différent (justement né de ces continuités et ayant entre autres fonctions de les dissimuler pour les faire persister en les régénérant). Ce sont les perspectives méthodologiques (d’histoire sociale au ras du sol) et scalaires (monographie locale) retenues qui permettent de mener à bien une telle analyse.

12En outre, l'histoire sociale « au ras du sol » permet à l'auteur de mettre en place des procédés d'écriture à la fois élégants et très efficaces. On passe parfois d'un régime de récit explicatif à un régime narratif de manière très subite, par exemple à travers l'exposition du portrait détaillé d'un personnage isolé retenu comme cas paradigmatique d'un groupe social. Les réseaux sociaux en sont reconstitués, le portrait est réalisé à l'aide d'une forte densité d'informations étroitement tissées, abruptement énumérées, presque livrées comme un document brut. Cela donne à l'analyse la force du détail vrai croquant un homme dans sa société et dans son époque, tout en faisant intervenir le registre de l'émotivité dans un processus explicatif. Ainsi, par exemple, parmi les donatrices de la JRC figurait María Portolés Cerezuela, la mère du cinéaste Luis Buñuel, qui connaissait personnellement le président de la JRC Francisco Palá (ce dernier l'aurait même incité à financer la réalisation de Un chien andalou en 1929). Hostile envers Franco, ce sont donc les liens de sociabilité bourgeoise et non les inclinations politiques (en termes de parti et d’idéologie) de María Portolés Cerezuela qui, d’après l’auteur, l'ont conduite à apporter son soutien financier au mouvement du 18 juillet 1936 (p. 75).

13Toutes ces raisons font de Lazos de Sangre un ouvrage original et solide qui mérite d'être diffusé.

Haut de page

Notes

1  Réflexion de Pierre Vilar placée en exergue de l'ouvrage pionnier de Ronald Fraser, Blood of Spain. The Experience of Civil War, 1936-1939, Londres, Penguin, 1979, p. 29.

2  Nous citons cette expression de making of en anglais tant sa traduction française consacrée par formation de ne rend pas suffisamment compte du processus historique actif produit par la pratique social des acteurs, précisément au cœur de cette idée exprimée si synthétiquement par le terme anglais de making of et que rejoint la démonstration menée dans l’ouvrage commenté.

4  À la fin de Hommage à la Catalogne, George Orwell écrivait en substance que le déclenchement de la Guerre civile revenait à ceci : alors que deux adversaires s'affrontent à une partie d'échecs qui tourne à la défaveur de l'un d'eux, soudain celui qui est en train de perdre se lève et quitte la partie en accusant son adversaire de tricher. Orwell concluait que la diffamation ne tranchait pas la question. C'est exact, néanmoins, la métaphore pourrait être filée car si la diffamation de la guerre civile ne trancha pas la question (agraire, sociale, etc.), elle la déplaça, en changea les enjeux (à commencer par le sens donné rétroactivement à la partie antérieurement avortée), et institua de nouvelles règles du jeu politique (ou déplacèrent les "frontières du politique" et du légitime collectif eu égard à la puissance publique). La métaphore de Orwell évoque par ailleurs celle d'Antoine Cournot assimilant l’histoire à un jeu d’échecs, car les actions des acteurs se succèdent en s’enchaînant. Or, comme le montre l’analyse de la Guerre civile espagnole dans l’ouvrage recensé, si il est vrai que l'échiquier historique possède bien certaines régularités, il est par ailleurs évolutif et de nouvelles cases, de nouveaux « coups » et de nouvelles règles sont générés (de manière parfois brusque et déroutante), par et pour les acteurs qui s’affrontent et qui doivent adapter (de manière plus ou moins consciente) leurs conduites aux nouvelles configurations, n’ayant d’autres choix que de continuer à jouer, et ne pouvant quitter la partie que dans le trépas. Cette réflexion peut sembler un peu abstraite mais elle s’avère en réalité fort utile à l’heure de penser l’histoire cruciale et mouvementée de l’entre-deux-guerres européen et les comportements de ses différents acteurs sociaux, notamment eu égard à la violence, et sans céder aux facilités proposées par les illusions rétrospectives de la fatalité ou aux causalités simplistes. Or, un tel échiquier n’est pas donné, il s’agit de le construire à travers l’écriture de l’histoire, pratique située sur cet échiquier mouvant dans ses formes et dans sa chronologie. Le concept de "frontière du politique" est développé dans Willibald Steinmetz ; Ingrid Gilcher-Holtey ; Heinz-Gerhard Haupt (eds.), Writing Political History Today, Francfort, Campus Verlag, 2013. Quant à la métaphore sur l’histoire et les échecs voir par ailleurs Antoine Cournot, Essais sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique, Paris, Vrin, 1975 (1851), p. 370, mais également, quant à la construction de l’objet historique autour de ces rapports de force à porter au jour à travers l’écriture même de l’histoire Pierre Vilar, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, v. 28, 1973, pp. 165-198, p. 195.

5  Manuel Tuñón de Lara, Tres claves de la Segunda República, Madrid, Alianza, 1985, p. 17, l'expression d' « illusion rétrospective de la fatalité » figure dans Raymond ARON, Introduction à la philosophie de l'histoire, Paris, Gallimard, 1986 (1938), pp. 223-224.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « Lazos de Sangre. Los apoyos sociales a la sublevación militar en Zaragoza. La Junta Recaudatoria Civil (1936-1939) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 05 janvier 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/4791

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

Doctorant, Institut Universitaire Européen, Florence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org