Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Mémoire

La lutte pour le quartier : l’aménagement conflictuel de l’espace urbain valencien du « Cabanyal »

La lucha por el barrio: la remodelación conflictiva del espacio urbano valenciano del Cabañal
Céline Beugnot

Notes de la rédaction

Mémoire de master 2, sous la direction d’Óscar Freán Hernández, soutenu en septembre 2012 à l’Université de Franche-Comté, Besançon.

Texte intégral

Introduction

1Tout au long de son histoire, l’espace urbain de la ville de Valence a subi de nombreuses transformations, plus particulièrement pendant les années 1960-70. Durant cette période d’intense urbanisation engendrée par des changements socio-économiques, les activités agraires se sont amenuisées au profit du développement industriel, entrainant la réalisation d’aménagements urbains. Ces derniers n’ont pas été systématiquement acceptés par les habitants puisque divers collectifs et associations de quartier se sont créés pour s’opposer aux plans urbanistiques développés par la ville. Nous nous sommes donc demandé, dans quelles mesures des projets de transformations d’un quartier peuvent mener à la réalisation de mouvements sociaux urbains, voire même à des affrontements ouverts, entre les différents acteurs de la ville ? En d’autres termes, nous avons analysé les contradictions que peuvent provoquer la composition et la transformation d’une ville (à savoir la modernisation de certains éléments tout en préservant le patrimoine historique déjà présent), et ce, entre les personnes qui pensent la ville (les acteurs politiques), celles qui la réalisent (les architectes, les urbanistes…) et celles qui l’habitent.

2L’objet d’étude qui a donné naissance à ce travail est un projet relatif à l’espace urbain du Cabanyal pensé par les autorités valenciennes en 1998, le « Plan Especial de Protección y Reforma Interior (pepri) Cabanyal-Canyamelar ». Il prévoit la division du quartier en deux et suppose la destruction de 1651 logements et de 450 bâtiments, afin de prolonger une des artères principales de la ville jusqu’à la côte ; ce qui soulève des débats quant à sa réalisation à travers le quartier. De fait, les 6 et 8 avril 2010, un groupe de manifestants opposés au projet urbanistique en question s’est mesuré à des agents de la police locale et nationale dans le but d’empêcher les destructions prévues de différents édifices compris dans le pepri Cabanyal-Canyamelar. Fruit d’une mobilisation citoyenne née en 1998 sous le nom de « Salvem el Cabanyal », cette manifestation a révélé le conflit que nous étudions ici.

3Pour mesurer les enjeux du conflit social relatif à ce projet urbanistique, nous avons orienté nos recherches autour de trois axes analytiques : l’évolution historique et urbanistique de la ville de Valence et du quartier du Cabanyal ; l’étude chronologique du conflit provoqué par l’élaboration du pepri Cabanyal-Canyamelar ; l’analyse du conflit en question à savoir les raisons du conflit qui menèrent à celui-ci.

Contexte

Données historiques : le processus de construction du quartier du Cabanyal

4Afin de comprendre les enjeux de ce conflit social et les revendications de chacun des acteurs, il nous fallait comprendre l’histoire et les origines du quartier ainsi que la façon dont s’est construite la ville de Valence. A l’origine, le quartier du Cabanyal était un village indépendant appelé le Poble Nou de la Mar. Pour des raisons financières, il fut rattaché à la ville de Valence en 1897 puis absorbé progressivement par l’agglomération, tout d’abord par le biais de la avenida del Puerto puis par l’urbanisation des rives du fleuve côtier Turia. Malgré cela, l’idée que Valence se développait en négligeant sa façade maritime persistait. Dès lors, en 1895, la mairie de Valence décida de connecter le centre historique à la côte. Pour mener à bien cette jonction problématique, plusieurs architectes se sont alors succédés dans la réalisation d’études et de projets qui aboutirent à un plan appelé « Camino-paseo de Valencia al Mar », une avenue qui prendra le nom de avenue Blasco Ibáñez quelques années plus tard.

5Durant le xxe siècle, après la réalisation des premiers travaux et la construction des premiers tronçons de cette artère, la question du Cabanyal faisait toujours débat car cet espace urbain aux caractéristiques particulières a été classé « Conjunto Histórico Protegido » en 1988, afin de valoriser sa trame Nord-Sud spécifique et son style moderniste populaire. De plus, en mai 1993, certains bâtiments ont été déclarés « Bien de Interés Cultural », proscrivant nombre de modifications morphologiques (voir photos ci-dessous).

Quelques exemples de maisons du quartier du Cabanyal, classé Conjunto Histórico Protegido

(Source : photographies de l’auteur)

6Cependant, de par sa situation à l’Est de la ville, sur le front maritime, l’espace urbain du Cabanyal occupe une place importante, lui conférant un grand potentiel qui a fait, et fait toujours, l’objet de divers projets urbanistiques. En effet, l’activité portuaire qui s’y réalise conjointement aux activités touristiques est essentielle au développement de Valence. De ce fait, les pouvoirs publics mettent régulièrement en place des aménagements et des activités sur l’espace littoral proche du quartier telles que des courses de régates ou de Formule 1 dans le port autonome. Ainsi, le quartier du Cabanyal-Canyamelar, qui se situe au sein de cette zone stratégique pour la ville, est souvent concerné par des planifications urbaines.

Enjeux du processus de rénovation du quartier : le « Plan Especial de Proteccion y Reforma Interior »

7Le pepri Cabanyal-Canyamelar, adopté par les autorités valenciennes en 1998, provoque actuellement des controverses quant à l’utilisation de l’espace littoral. Dans sa version définitive, ce projet comprend le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez à travers le quartier de façon légèrement inclinée vers le nord en réduisant sa largeur initiale, à savoir de 300m (voies, trottoirs et jardins compris) à 48m. De plus, il inclut l’installation de nouveaux équipements sportifs et éducatifs, de parkings et d’une zone de loisirs balnéaires aux abords de l’avenue qui s’achèverait sur un rond-point, situé à proximité de la plage.

Situation actuelle du quartier et composition du quartier suite à la réalisation du pepri

(Source : Google Earth)

8L’élaboration du pepri a eu diverses répercussions sur le quartier : dès sa création en 1998, de nombreuses maisons ont été vendues à des particuliers ou à la ville pour ensuite être laissées à l’abandon ou détruites. Progressivement, des habitants ont déménagé dans d’autres zones de Valence, entraînant l’installation de populations marginales dans la zone affectée par le plan urbanistique, faisant peu à peu disparaitre le lien social entre les résidents du Cabanyal. La perception d’un quartier par ses habitants varie selon les personnes ; pendant que certains vont privilégier la cohésion sociale, héritage des traditions de vie dans les villages de pêcheurs d’antan, renforcée par la présence d’un patrimoine historique important, d’autres vont mettre en avant la dégradation du quartier et le manque de voies de communication avec le reste de la ville. Cependant, la réalité du conflit qui se développe dans le Cabanyal est beaucoup plus complexe que cela puisque des personnalités politiques ainsi que des acteurs économiques y participent. On constate alors que le conflit se déroule à différents niveaux, outre le point de vue interne au quartier défendu par des habitants, le conflit a également lieu au niveau politico-économique, par le biais d’une vision extérieure au Cabanyal qui projette en lui un développement florissant du tourisme. De ce fait, la volonté de substituer les classes populaires au profit de classes plus aisées explique l’abandon des biens publics dans le quartier. De plus, ceci permet de justifier la mise en place de nouveaux projets qui favorisent la spéculation immobilière privée en élevant la valeur des propriétés qui, de surcroît, se situent dans un des points stratégiques de la ville de Valence.

Un projet controversé

Naissance du conflit : de la bataille judiciaire aux affrontements ouverts

  • 1  Alain Touraine, Production de la société, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 66.
  • 2  Manuel Castells, La question urbaine, Paris, Maspero, 1975, p. 405.

9Un conflit est communément défini comme la rencontre d’éléments contraires qui s’opposent, il existe néanmoins divers champs scientifiques tels que la psychologie, la philosophie ou encore la sociologie qui définissent ce terme de façon plus précise. Pour ce travail, nous avons privilégié l’approche sociologique avec notamment la définition donnée par le sociologue français Alain Touraine, qui considère la société comme un champ de créations conflictuelles. Pour lui, « un conflit est une relation antagonique entre deux ou plusieurs unités d’action dont une au moins tend à dominer le champ social de leur rapport »1. Cependant, le conflit que nous analysons ici se déploie à Valence, il possède par conséquent une dimension urbaine dans le sens où les pratiques sociales de chaque acteur sont étroitement liées aux problématiques spécifiques à la ville. Le sociologue Manuel Castells définit plus précisément ce genre de situation comme étant des mouvements sociaux urbains dans lesquels sont présentes des revendications se référant aux conditions de vie des habitants ou à la participation citoyenne dans les processus de rénovation urbaine2.

10Afin d’avoir un point de vue externe au conflit, la presse a été une de nos principales sources d’informations. Nous avons élaboré un corpus de presse des différents journaux locaux et nationaux qui se sont intéressés à notre question, tant dans leur version imprimée que dans leur version digitale. Nous avons ainsi pu reconstituer de façon chronologique le déroulement du conflit dans son intégralité depuis la création du projet municipal en 1998 jusqu’aux premiers travaux en avril 2010. Nous avons pu constater qu’au cours des douze années qui séparent la naissance du projet des affrontements, le conflit était bien présent malgré l’absence d’affrontements ouverts, par le biais notamment de pétitions, de manifestations et de recours en justice.

Les acteurs : entre l’institution, la collectivité locale et les citoyens, habitants de la ville

  • 3  Michel Callon ; Pierre Lascoumes ; Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain : essai sur la dém (...)

11Le mouvement social urbain qui a trait au Cabanyal s’établit principalement autour d’acteurs associatifs parmi lesquels se trouve le collectif de défense « Salvem el Cabanyal » . Née le 22 avril 1998, cette association qui lutte pour la préservation du quartier (la trame urbaine, les valeurs historiques, la cohésion sociale) réunit de façon hebdomadaire des habitants du quartier. Parallèlement, elle bénéficie du soutien de professeurs des universités, d’architectes mais aussi de personnalités politiques membres des partis d’opposition à la Mairie et du Ministère de la Culture. Cette convergence des différents acteurs du conflit, défavorables au projet de la ville, leur permet de proposer des alternatives, ce qui s’explique par le fait qu’en règle générale, « les controverses permettent d’explorer les options envisageables en allant au-delà de la liste établie par les acteurs officiels »3.

  • 4  « Portes Ouvertes » en français.
  • 5  « Cabanyal Archives Vivantes » en français.
  • 6  « Cabanyal, festival intime » en français.

12La rencontre des habitants nous a permis de constater qu’au cours des dix dernières années, des initiatives citoyennes, dont le but était de mettre en avant les valeurs historiques du Cabanyal, ont vu le jour dans le quartier. Outre la réalisation de multiples tables rondes et manifestations regroupant des centaines de personnes, nous avons pu souligner entre autre la réalisation d’évènements artistiques tels que « Portes obertes »4, « Cabanyal Archivo Vivo »5 ou « Cabanyal Festival Intim »6. Par ailleurs, les habitants ont travaillé de concert avec des professionnels afin de proposer d’autres aménagements pour le quartier, en le considérant par exemple comme un second centre historique. Par le biais de plusieurs recours en justice pour invalider le plan urbanistique, ce mouvement citoyen s’est essentiellement opposé aux acteurs institutionnels à l’origine du pepri Cabanyal-Canyamelar, parmi lesquels certains élus de la mairie ont joué un rôle décisif.

  • 7  « Les habitants du Cabanyal, Oui, nous voulons le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez » en fran (...)

13Les promoteurs du projet sont également soutenus par des architectes et des urbanistes mais aussi par des habitants du quartier favorables au projet. A l’instar des défenseurs du quartier, ces habitants ont constitué en 2010 un collectif qui se nomme « Sí Volem » (« Els veins del Cabanyal, Sí Volem la prolongació de Blasco Ibáñez »7 de son nom complet) et se sont organisés pour mettre en avant leur point de vue, au moyen notamment de pétitions. Par conséquent, l’arrivée des engins de destruction dans le quartier pour mettre en œuvre le début des travaux de prolongement de l’avenue, en avril 2010 (c’est-à-dire douze ans après la création du pepri) n’a fait que renforcer la polémique entre les différents acteurs, provoquant des affrontements violents entre les forces de l’ordre et une partie des habitants. Une solution pour sortir de l’impasse est cependant recherchée par les habitants. En effet, les affrontements n’ayant rien solutionné, les habitants, favorables ou non au projet municipal, tendent progressivement à se concerter afin de faire front commun face aux dégradations urbanistiques et sociales du quartier. C’est pourquoi, en juin 2012, un communiqué collectif a été rédigé pour demander aux autorités valenciennes, inflexibles quant à la réalisation du projet, la mise en place de travaux pour remédier aux problèmes d’insalubrités en constante augmentation dans le quartier, depuis la naissance du projet municipal.

Analyse du conflit

Sociologie urbaine : quelle participation citoyenne dans le processus de rénovation urbaine ?

  • 8  David Harvey, Le capitalisme contre le droit à la ville-néolibéralisme, urbanisation, résistances, (...)

14La présence de mouvements sociaux urbains reflète ce que le géographe britannique David Harvey définit comme la revendication du « droit à la ville ». Pour lui, « revendiquer le droit à la ville […], c’est prétendre à un pouvoir de façonnement fondamental et radical sur les processus d’urbanisation, c’est-à-dire sur les manières dont nos villes sont sans cesse transformées »8. Les habitants réclament donc leur implication dans les processus d’aménagements urbains. Régulièrement, la ville nécessite une réorganisation du territoire pour distribuer avec équilibre les différents types de zones urbaines (commerciales, industrielles, résidentielles…) et améliorer la mobilité des habitants. A l’heure où de nouvelles zones se construisent sans cesse dans la ville, le plus souvent les espaces les plus anciens ne se modernisent pas voire même se dégradent sans s’adapter aux changements. Des processus de rénovation ou de réhabilitation urbaine se mettent alors en place pour remédier à ces problèmes. Cependant, toute modification de l’espace urbain a un impact sur les individus et sur la vie sociale du territoire concerné. Lorsque différents éléments tels que les bâtiments, leurs dimensions, leurs styles, les matériaux de constructions qui les composent ou la structure générale d’un quartier constituent les références de perception des habitants, la composition urbaine prend toute son importance puisqu’elle permet de conserver les caractéristiques principales du tissu urbain tout en l’adaptant au maximum aux besoins contemporains. Le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez au travers du quartier modifierait donc l’unité thématique propre au Cabanyal (à savoir l’homogénéité des façades, des matériaux et des couleurs ainsi que la trame urbaine) ce qui aurait des conséquences sur l’identification de l’habitant à son quartier.

  • 9  Yves Chalas, « L’urbanisme comme pensée pratique », in Les annales de la recherche urbaines, n° 80 (...)

15Aussi l’on comprend les raisons pour lesquelles les citadins réclament leur implication dans les processus d’urbanisation et de transformation de leur quartier. Dans le cas du Cabanyal, il aurait été intéressant tant pour les habitants que pour les instigateurs du pepri de mettre en place un procédé d’urbanisme participatif pour respecter les attentes de la population tout en les adaptant au mieux aux perspectives de développement de la ville. Yves Chalas, professeur d’urbanisme à l’université de Grenoble a défini cette notion autour de cinq points : un urbanisme non spatial qui prend en compte la vie sociale des lieux, un urbanisme performatif ou non spécialisé qui est accessible à des personnes non spécialistes de l’urbanisme comme l’habitant, un urbanisme intégrateur basé sur l’interaction entre tous les acteurs dans le temps et dans l’espace, un urbanisme apophatique ou négatif qui s’occupe non plus du « bonheur pour tous » comme le faisait l’urbanisme spatial mais du « moindre mal pour chacun » et enfin un urbanisme politique qui se fonde sur un débat public et ouvert pour organiser la ville9. En règle générale, il existe peu de monuments ou de quartiers construits par un seul architecte. Au contraire, ils sont souvent l’œuvre d’un travail collectif qui se voit remodeler au cours du temps. Dans ce sens, l’intervention des habitants pourrait enrichir le projet des autorités en proposant leur point de vue d’usager de l’espace en question.

Étude analytique comparée : quelles politiques publiques innovantes dans le processus de réhabilitation urbaine ?

16Divers entretiens avec les habitants nous ont permis de constater que le manque de dialogue entre les différents acteurs de la ville apparaît comme un des facteurs essentiels du conflit. Malgré l’exposition publique du projet municipal et l’organisation d’un vote visant à déterminer définitivement la configuration de la future avenue, les habitants ne se sont pas sentis écoutés. A l’instar de ce qui se déroule actuellement à Strasbourg dans le quartier de Hautepierre la réalisation de projets collaboratifs, de réunions publiques ou encore de comités de quartier pourrait être mise en place car les projets urbanistiques ne pourront correspondre aux requêtes des usagers et être réalisés par les autorités que lorsqu’ils seront renouvelés et élaborés de façon collective.

17Dans notre travail nous nous sommes intéressés à des conflits urbanistiques qui ont eu lieu dans d’autres villes ce qui nous a permis de relever des points communs ainsi que des divergences avec la situation du Cabanyal. L’étude du cas de l’Alma-gare, un quartier de la ville de Roubaix, a été une de nos principales références. Dans les années 70 à Roubaix, suite à une situation conflictuelle, des négociations ont été réalisées, rendant possible la conservation de la morphologie des courées, selon le souhait des habitants. La présence d’une opposition a donc représenté une contrainte pour les promoteurs du projet mais elle a aussi été l’occasion d’une remise en question ainsi que d’une concertation.

18Dans notre cas, s’agissant d’un projet de rénovation, c’est-à-dire de démolitions suivies de nouvelles constructions, le pepri Cabanyal-Canyamelar prévoit la destruction complète des édifices se situant sur le tracé du prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez. Néanmoins, une partie des bâtiments est classée monument historique protégé et ce patrimoine fait l’objet de revendications de la part de la population. Après l’étude des divers outils urbanistiques existants nous avons pu constater qu’il existe d’autres moyens pour adapter ou réaménager les quartiers anciens, tels que la réhabilitation (à savoir la conservation de certains éléments par le biais d’une remise en état de ces derniers et la modernisation d’autres). Des alternatives au projet semblent alors envisageables pour conserver la morphologie initiale du quartier ainsi que certaines bâtisses classées, tout en modernisant les différents accès ; comme ce fut le cas de la zone des Docklands à Londres dans les années 80.

Conclusion

19Tout au long de notre travail nous avons étudié le conflit social ainsi que les affrontements directs qui ont eu lieu, en avril 2010, dans le Cabanyal, suite au développement du plan urbanistique relatif à cet espace urbain. Si les autorités valenciennes ont bien pris conscience de la nécessité de réaménager le quartier du Cabanyal, elles n’ont pas (ou peu) tenu compte de l’opinion des habitants. Ce manque de concertation est, selon nous, un des principaux éléments déclencheurs de la situation conflictuelle. Des éléments de sociologie urbaine nous ont permis de comprendre les raisons pour lesquelles certains habitants se sont positionnés de façon défavorable au projet municipal, en revendiquant notamment leur droit à la ville. La mise en place d’un urbanisme participatif semble être une issue possible. Cependant suite à l’analyse de divers outils urbanistiques, nous avons observé que des alternatives aux projets initiales de rénovation urbaine étaient envisageables avec la mise en place d’un processus de réhabilitation, or ceci ne correspond pas à la politique de développement mené par la ville. Ainsi, au-delà de la réalisation collective de projets urbains, des questions politico-économiques ont raison de la mise en place des travaux.

20Pour terminer, l’analyse de ce conflit nous a permis de souligner la capacité d’adaptation et de transformation de la ville de Valence par ses dirigeants, pour répondre au mieux aux nécessités modernes, ainsi que sa faculté, ou non, à intégrer l’habitant dans les procédés de réaménagement urbain. Cependant, les renouvellements urbains sont nécessaires à toutes les villes, puisque celles-ci s’adaptent et se transforment au gré de l’évolution de la société mais ils ne sont pas toujours acceptés par les populations, comme nous avons pu le voir ici. Dans ce sens, les conflits et mouvements sociaux urbains apparaissent comme des révélateurs de dysfonctions ; à l’échelle du quartier ou de la ville. Une analyse de ces derniers semble donc intéressante afin d’en dégager les raisons et de trouver un juste équilibre entre les rôles de tous les acteurs de la ville et le choix des outils urbanistiques à utiliser.

Haut de page

Notes

1  Alain Touraine, Production de la société, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 66.

2  Manuel Castells, La question urbaine, Paris, Maspero, 1975, p. 405.

3  Michel Callon ; Pierre Lascoumes ; Yannick Barthe, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 53.

4  « Portes Ouvertes » en français.

5  « Cabanyal Archives Vivantes » en français.

6  « Cabanyal, festival intime » en français.

7  « Les habitants du Cabanyal, Oui, nous voulons le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez » en français.

8  David Harvey, Le capitalisme contre le droit à la ville-néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éditions Amsterdam, 2011, p. 9.

9  Yves Chalas, « L’urbanisme comme pensée pratique », in Les annales de la recherche urbaines, n° 80/81, Paris, Éditions PUCA, 1998, p. 209.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Quelques exemples de maisons du quartier du Cabanyal, classé Conjunto Histórico Protegido
Crédits (Source : photographies de l’auteur)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/4778/img-1.png
Fichier image/png, 340k
Légende Situation actuelle du quartier et composition du quartier suite à la réalisation du pepri
Crédits (Source : Google Earth)
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/4778/img-2.png
Fichier image/png, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Beugnot, « La lutte pour le quartier : l’aménagement conflictuel de l’espace urbain valencien du « Cabanyal » », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/4778 ; DOI : 10.4000/ccec.4778

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org