Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Les intellectuelles européennes et la Guerre d’Espagne : de l’engagement personnel à la défense de la République espagnole

Las intelectuales europeas y la Guerra de España: del compromiso personal a la defensa de la República española
Allison Taillot

Notes de la rédaction

Thèse soutenue le 10 décembre 2012 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, devant un jury composé de mm. Les Professeurs Marie-Claude Chaput (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, directrice), Elena Hernández Sandoica (Universidad Complutense de Madrid, co-directrice), Mercedes Yusta Rodrigo (Université Paris-viii, présidente), Zoraida Carandell (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense), Julio Pérez Serrano (Universidad de Cádiz) et Manuel Aznar Soler (Universitat Autònoma de Barcelona), Mention très honorable avec les félicitations à l’unanimité.

Texte intégral

1Épisode annonciateur de la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’Espagne (1936-1939) se mue, dès les premiers mois, en un champ de bataille où s’affrontent par les armes les grandes tendances qui se sont développées en Europe dans les années antérieures. Pour des milliers d’étrangers, la résistance au fascisme équivaut à une lutte pour la liberté et la civilisation. Ces deux causes jouent un rôle déterminant dans la mobilisation des deux collectifs à la confluence desquels se situe cette thèse : les intellectuels et les femmes.

2Afin d’apporter un éclairage nouveau sur la question complexe de l’engagement intellectuel antifasciste au féminin, l’étude se fonde sur un panel d’intellectuelles composé de huit Espagnoles – Isabel Oyarzábal de Palencia (1878-1974), Margarita Nelken (1894-1968), Rosa Chacel (1898-1994), Concha Méndez Cuesta (1898-1986), María Teresa León (1903-1988), María Zambrano (1904-1991), Ernestina de Champourcin (1905-1999) et Carmen Conde (1907-1996) – et de huit étrangères: les Anglaises Sylvia Townsend Warner (1893-1978), Nancy Cunard (1896-1965) et Valentine Ackland (1906-1969); les Françaises Andrée Viollis (1870-1950), Clara Malraux (1897-1982) et Simone Weil (1909-1943), l’Allemande Anna Seghers (1900-1983) et la Russe Agnia Barto (1906-1981).

3La mise en regard des trajectoires – vitales et créatives – de ces femmes originaires de cinq pays européens, présentes en territoire républicain entre 1936 et 1939 et ayant fait de l’écrit un vecteur d’évocation du conflit et de prise de position, relève d’une démarche originale. Elle suppose la mise en œuvre d’une méthodologie plurielle, fondamentalement pluridisciplinaire, inscrite dans le cadre de la recherche biographique et fondée sur des sources de nature variée et de provenance diverse.

4Cette recherche s’appuie sur des sources souvent inédites provenant des archives personnelles des intellectuelles sélectionnées, sur leurs autobiographies et mémoires, sur la presse (généraliste, régionale ou de parti ; féminine ; spécialisée – littéraire), sur leur production littéraire des années de la guerre (pièces de théâtre, poèmes et nouvelles) ainsi que sur des sources administratives et diplomatiques collectées dans des centres d’archives situés en Espagne, en France, en Angleterre, au Mexique et en Russie.

5L’étude s’articule autour de trois axes essentiels pour pleinement saisir la portée – individuelle et collective –de la participation de ces intellectuelles à la guerre d’Espagne : les prémices de leur engagement aux côtés de la République espagnole, leur contribution directe à l’effort de guerre et leur mobilisation pour la défense de la culture.

Les prémices de l’engagement dans la guerre d’Espagne des intellectuelles européennes

6Tout individu étant, à un moment déterminé de son existence, une somme d’identités et son comportement la résultante d’expériences et d’interactions avec autrui, la mobilisation des intellectuelles, suite au soulèvement de juillet 1936, ne peut être envisagée comme un phénomène ex nihilo. Dans ce sens, la première partie a pour fonction d’introduire la problématique de la thèse et d’en poser clairement les enjeux en mettant au jour, selon un raisonnement et une exposition chronologiques, les racines et les clés de l’engagement de toutes en faveur de la République espagnole.

7La question des origines – au triple sens de date de naissance, de nationalité et de condition sociale –des seize femmes de l’étude fournit un ensemble de repères à l’aune desquels mesurer leur anticonformisme face à l’idéal en vigueur de femme comme « ángel del hogar » et leur rejet commun du rôle traditionnel d’épouse et mère alors dévolu aux jeunes filles issues, comme elles, de milieux privilégiés.

8L’analyse se poursuit à travers l’étude de leur formation et plus particulièrement de leurs liens à l’éducation officielle et institutionnelle tout autant qu’extra-institutionnelle. Une sensibilité précoce aux domaines littéraires et artistiques permet également de saisir l’originalité des démarches entreprises par ces femmes dont la personnalité et la conscience de soi s’est progressivement construite selon une combinaison de facteurs individuels, familiaux et conjoncturels et non, comme elles le laissent entendre jusque dans leurs autobiographies, selon un esprit de rébellion inné.

9Les années 1920 marquent leur naissance définitive à l’écriture. Trait d’audace pour les femmes de leur condition à l’époque, ce passage à l’acte d’écrire est envisagé comme le signe de l’ambition commune à toutes et de leur rejet des conventions de classe et de genre. Outre qu’il traduit leur appétit de nouvelles formes et de nouveaux espaces d’expression, il participe de la redéfinition de leur identité sociale comme le prouvent ses répercussions en termes de visibilité, d’investissement de l’espace public et de préjugés de genre.

10La première partie se clôt sur une étude des causes auxquelles elles s’associent jusqu’au milieu des années 1930. Une importance toute particulière est accordée à leur combat pour l’émancipation des femmes, à leur soutien aux opprimés – travailleurs manuels, ouvriers, peuples colonisés et communauté noire américaine –, à leur lutte pour la paix et enfin, à leur ralliement à l’antifascisme dont la guerre d’Espagne, « dernière grande cause » selon la formule consacrée de Stanley Weintraub dans The last great cause. The intellectuals and the Spanish Civil War, marque le sommet et les limites. Les années 1930 sont en effet, pour toutes, le temps de l’entrée en politique et même si certaines divergences se manifestent entre elles dans ce domaine, elles se rejoignent finalement dans un engagement antifasciste actif qui scelle leur intégration définitive au collectif intellectuel.

11Ce terme fait l’objet d’une analyse approfondie dont il résulte que leur mobilisation en faveur de la République doit être envisagée comme un acte de volonté libre participant à une construction d’elles-mêmes comme modernes, femmes de convictions et de transgression. Ou, pour reprendre les termes de Pascal Ory et Jean-François Sirinelli dans Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, elles se font irréversiblement « intellectuelles » au sens d’un « statut […] transcendé par une volonté individuelle […] et tourné vers un usage collectif ».

La contribution des intellectuelles européennes à l’effort de guerre

12Il s’agit d’exposer et d’analyser les multiples facettes d’une participation directe à la guerre qui, selon ces femmes, relevait d’un impératif éthique et correspondait à la dynamique d’intervention et d’engagement à laquelle toutes s’étaient intégrées depuis le début des années 1930.

13L’étude de leur présence au front et de leur discours sur cet espace mouvant et, par essence, indissociable de tout épisode belliqueux fait apparaître un rapport complexe à la lutte armée. A de très rares exceptions (María Teresa León, Simone Weil et Clara Malraux), aucune n’envisage de prendre part aux combats dont elles soulignent en revanche le rôle déterminant. Leurs visites au front – en tant que visiteuse, observatrice ou meneuse –et leurs contacts éphémères avec la lutte armée et ses acteurs répondent à une quête bien spécifique : celle de la reconnaissance, au sein même du camp républicain, de leur légitimité à intervenir dans la défense de la cause antifasciste.

14Leur intervention se déploie davantage à l’arrière qui s’impose comme leur terrain d’action fondamental. L’aide aux blessés – dans laquelle elles s’investissent de façon plus ou moins concluante –passe par l’activation de mécanismes d’appréhension communs qui mettent en évidence l’appartenance de toutes à un collectif singulier. Marginales au sein d’un collectif féminin de part en part engagé dans les activités de soutien aux victimes, elles se distinguent également en cela de leurs homologues masculins. Leur mobilisation au service des enfants républicains constitue le deuxième pan essentiel de leur intervention à l’arrière. Au-delà d’une hétérogénéité apparente, elle s’articule autour de caractéristiques communes : une inscription dans la politique menée par le gouvernement républicain, une grande représentativité quant à l’évolution des démarches en lien avec l’aide à l’enfance dans la guerre et un rassemblement autour d’une conception traditionnelle de l’enfance comme état de pureté et d’innocence se chargeant, face au conflit, d’une ambivalence enfant-victime/ enfant-combattant. Les classes travailleuses, enfin, occupent aux yeux de toutes une place centrale dans une guerre qu’elles présentent unanimement comme l’épopée d’un peuple envisagé comme sujet politique. En actes ou en mots, elles font des ouvriers et des paysans engagés dans la lutte le point de départ d’une réflexion sur la figure de l’homme nouveau et, plus singulièrement, sur celle de la femme nouvelle qu’elles s’efforcent, fortes de leurs capacités mobilisatrices, de fédérer autour de la cause antifasciste.

15C’est précisément dans le domaine de la mobilisation que se déplace ensuite l’analyse. La dimension idéologique du conflit érige d’emblée la communication et la persuasion en enjeux. Côté républicain, on assiste à une véritable explosion médiatique et c’est à l’intellectuel – qu’il soit entendu, selon la formule de Jacques Le Goff, comme individu faisant métier de penser et de transmettre sa pensée ou dans le sens propre à Gramsci de « constructeur, organisateur et ‘persuadeur permanent’» –qu’incombent les plus lourdes responsabilités. Les femmes de l’étude ne manquent pas à cette mission qui leur permet de mettre au cœur de leur discours quelques-unes de leurs principales préoccupations. Pour cela, elles usent tant des outils oraux de la mobilisation antifasciste que des outils écrits. Une analyse documentée et détaillée des premiers (radio, meetings, etc.) montre qu’elles y diffusent un message à la portée interne et internationale, adapté à leurs divers auditoires et représentatif de leur volonté de s’affirmer comme oratrices. Les seconds (manifestes, protestations, pétitions, appels, etc.) sont pour elles l’occasion de faire leurs les codes et les pratiques en la matière du front intellectuel antifasciste européen mais aussi de s’associer à des campagnes de mobilisation traditionnellement féminines à visée plus pragmatique. Dans les deux cas, leurs interventions sont gouvernées par un impératif d’information et de persuasion rendu nécessaire, selon toutes, par l’attitude des démocraties européennes.

16De la question de l’intervention des intellectuelles en termes de mobilisation découle celle de leur rapport à la sphère diplomatique. Si toutes prennent régulièrement pour cible le pacte de non-intervention signé en août 1936, rares sont celles qui parviennent à tenir un rôle dans ce domaine. Isabel Oyarzábal de Palencia mérite sur ce point une étude spécifique pour avoir réalisé des tournées de mobilisation aux États-Unis et au Canada, pour avoir été déléguée à la sdn et avoir été nommée ministre plénipotentiaire de seconde classe à Stockholm. De façon générale, et en dépit de leurs compétences et de leur maîtrise des enjeux, les intellectuelles européennes échouent à peser dans une sphère traditionnellement réservée aux hommes.

17L’analyse de la contribution multiforme des intellectuelles à l’effort de guerre aboutit donc à deux enseignements majeurs. D’une part, leurs démarches pour s’associer à toutes les ramifications de la résistance républicaine traduisent non seulement leur volonté de prendre part aux grands combats de leur temps mais également un attachement singulier à la défense de la République dans laquelle elles projettent leurs principales préoccupations. D’autre part, si leur engagement se fait au gré de leur double appartenance aux collectifs féminin et intellectuel, il en marque également les limites. Dans chacun des domaines investis, elles ne cessent d’osciller entre ces deux pôles, ce qui permet d’expliquer leur faible représentativité et, à plus long terme, leur peu de visibilité dans l’historiographie pourtant nourrie sur la participation des femmes et des intellectuels à la guerre d’Espagne.

Les intellectuelles européennes et la défense de la culture

18Entre 1936 et 1939, on assiste à l’apparition, à la consolidation et à la propagation d’un nouveau modèle de culture, dans le sens d’une culture fédératrice, populaire et politisée. Cette entreprise de dynamisation culturelle et d’agitation idéologique vaut aux intellectuels de monter en première ligne et les Espagnoles et les étrangères de l’étude ne demeurent pas longtemps en marge de ce mouvement comme le prouve l’analyse développée dans la troisième partie.

19Leur contribution à la défense de la culture en guerre recouvre trois facettes essentielles : la protection, la promotion et la représentation.

20Dès la fin du mois de juillet 1936, elles s’associent à la défense du patrimoine artistique et culturel espagnol. Face aux circonstances extraordinaires de la guerre, elles se préoccupent très rapidement du sort réservé au patrimoine matériel (églises, demeures bourgeoises, monuments, archives, bibliothèques et autres institutions culturelles). Le rôle joué par María Teresa León dans l’évacuation du Musée du Prado en décembre 1937 en constitue la majeure illustration. Cette entreprise passe également par la défense des travailleurs de la culture (évacuations de novembre et décembre 1936) qui est abordée, dans un souci de pertinence, à travers le prisme exclusif du genre.

21L’intervention des intellectuelles se traduit ensuite par une promotion de la culture, vocable envisagé dans son acception pratique de diffusion ou démocratisation et dans le sens d’une reconfiguration ou élévation conceptuelle. Elles sont alors témoins ou actrices de la tentative d’uniformisation culturelle promue par les autorités républicaines dont elles éclairent tout particulièrement la dimension pédagogique (María Zambrano, Carmen Conde). A l’échelle internationale, les étrangères se distinguent par leurs efforts pour promouvoir l’art républicain à travers des expositions, des traductions et par l’exaltation systématique d’une production culturelle érigée en voie d’accès à la dignité humaine.

22Le théâtre, enfin, constitue un prisme pertinent pour traiter de leur action en termes de représentation. Spectacle de masse à forte résonance dans une société espagnole à grande tradition orale, il s’impose alors comme une tribune propice à l’établissement d’une communication directe entre le public et les œuvres et voit ses objectifs modifiés par la guerre. Un théâtre nouveau en termes de dramaturgie et d’esthétique, populaire, socialement et politiquement engagé, voit le jour comme le confirment les multiples activités de María Teresa León et les pièces alors élaborées par Concha Méndez Cuesta et Carmen Conde.

23Protection, promotion et représentation sont dans ce sens les mots d’ordre d’une action à travers laquelle les intellectuelles contribuent non seulement à la fusion propre à la guerre d’Espagne entre dynamisation culturelle, agitation idéologique et production artistique mais également à la revendication d’elles-mêmes comme êtres de culture.

24Un épisode central dans ce sens est le IIème Congrès International des Écrivains pour la Défense de la Culture qui se tient entre le 4 et le 17 juillet 1937 à Valence, Madrid, Barcelone et Paris. Là encore, cet évènement reconnu comme la manifestation paroxystique de l’engagement intellectuel pendant la guerre d’Espagne n’avait encore jamais été étudié à travers le prisme du genre et il s’agit d’y remédier à travers une analyse approfondie et documentée.

25Les trajectoires et les écrits des femmes sélectionnées lèvent en effet le voile sur les origines, les antécédents, l’organisation et le déroulement d’une réunion érigée en acte de guerre. Les articles et la correspondance des intellectuelles alors déléguées permettent de nuancer la portée du Congrès en termes d’accès à la réalité de la guerre et de solidarité entre les délégués présents. Leurs interventions à la tribune éclairent le but véritable du Congrès : éprouver, en la soumettant à la réflexion collective et à l’expérience directe de la lutte, la validité de l'engagement intellectuel antifasciste. Toutes s’accordent dans ce sens à dire que le Congrès ne peut constituer une fin en soi et doit, au contraire, marquer le point de départ d’une action de longue haleine, concertée et aux ramifications internationales. L’absence de certaines intellectuelles de l’étude et leurs réactions a posteriori s’avèrent sur ce point éloquentes : de la glorification à la critique, elles attestent de l’existence d’une vision bipolarisée du Congrès parmi les intellectuels antifascistes et témoignent de l’étendue des espoirs qu’il avait suscités.

26L’étude du Congrès de Valence se tourne ensuite vers ses répercussions, ce qui a pour effet de déplacer la réflexion vers le champ littéraire et vers la question de la conception propre aux intellectuelles de l’écriture et de la création dans la guerre. Dans la trajectoire de toutes, le Congrès s’impose comme le moteur d’une abondante production écrite. Outre ses résultats immédiats – les deux anthologies poétiques, le Romancero general de la guerra de España et Poetas en la España leal et le recueil Crónica General de la Guerra de España –, les réalisations qu’il a inspirées aux intellectuelles sélectionnées font l’objet d’une analyse minutieuse et organisée par genre.

27Les écrits journalistiques des étrangères présentent un fort ancrage référentiel et une importante valeur testimoniale. Ils véhiculent une conception militante de l’écriture de presse et sont conçus comme autant d’espaces d’affirmation d’une nouvelle identité langagière – en termes de renouvellement de l’écriture du réel et de fixation par l’écrit d’un engagement personnel aux côtés de la République en guerre.

28Les poèmes de Sylvia Townsend Warner, Valentine Ackland, Agnia Barto, Carmen Conde et Concha Méndez Cuesta se rejoignent, eux, autour d’une abolition des frontières géographiques et communautaires et d’une fusion entre l’individuel et le collectif. Toutes y fondent leurs préoccupations et leurs sentiments dans la forme fixe du poème, sans jamais chercher à y affirmer une voix féminine mais en oeuvrant, au contraire, à la transfiguration du conflit par le biais de nouvelles voies d’expression.

29Cette redéfinition esthétique et littéraire passe enfin par la prose comme l’illustrent les nouvelles méconnues de Sylvia Townsend Warner et les deux compositions en prose tombées dans l’oubli d’Ernestina de Champourcin. Une étude croisée de ces compositions met en évidence les similitudes thématiques et esthétiques (ancrage référentiel, charge idéologique, dimension autobiographique) existant entre elles et éclaire le regard singulier des deux intellectuelles sur la guerre. Loin de toute mythification, ces écrits se posent en espace de pérennisation d’une mobilisation féminine singulière, confirment le rôle de la littérature dans la diffusion de l’histoire des femmes et proclament la nécessité pour ces dernières de se lancer à la conquête d’elles-mêmes, de leurs droits et de leurs libertés.

30Cette analyse souligne donc la complémentarité, dans la guerre d’Espagne des intellectuelles européennes, de la contribution à l’effort de guerre et de la défense de la culture. Elle montre combien toutes s’attachent alors à incarner et promouvoir, par leurs actes et leurs écrits, un modèle d’intellectuel comme être de culture, de convictions et de responsabilités en passant outre les normes et les relations de genre traditionnelles qui persistent parmi les intellectuels antifascistes européens.

Conclusion

31La perspective originale gouvernant la thèse permet de mieux connaître et de mieux comprendre la guerre d’Espagne, épisode charnière dans l’histoire de l’Europe de l’entre-deux-guerres. Dans ce sens, elle prouve qu’il est dorénavant impensable de faire l’économie d’une histoire sexuée et genrée des intellectuels européens.

32L’engagement des femmes sélectionnées, loin de la prise de position de principe, se caractérise par une grande variété et par une double problématique identitaire lourde de conséquences en termes de visibilité, de reconnaissance et de représentativité. Cette étude, outre qu’elle éclaire un antifascisme éthique, humaniste et solidaire, intimement lié aux parcours de formation et d’individuation de chacune, tend à prouver qu’il convient dorénavant de sortir des sentiers battus pour mettre en lumière des collectifs méconnus – voire inconnus – et peinant à trouver la place qui leur revient dans les études sur le conflit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Allison Taillot, « Les intellectuelles européennes et la Guerre d’Espagne : de l’engagement personnel à la défense de la République espagnole », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/4760 ; DOI : 10.4000/ccec.4760

Haut de page

Auteur

Allison Taillot

Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, EA369 « Études romanes »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org