Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Les discours politiques dans l’Espagne démocratique : 1982-2008

Los discursos políticos en la España democrática : 1982-2008
Claire Decobert

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat dirigée par Monsieur le Professeur Jean-Claude Rabaté et soutenue à l’Université de Paris-iii Sorbonne-Nouvelle le 19 novembre 2011 devant un jury composé de mm les Professeurs Matilde Alonso (Université Lumière Lyon-ii) ; Joël Brémond (Université de Nantes) ; Françoise Étienvre (Université de Paris-iii Sorbonne-Nouvelle) ; Gérard Imbert (Université Carlos III, Madrid) ; Jean-Claude Rabaté (Université de Paris-iii Sorbonne-Nouvelle).

Texte intégral

1La communication est indispensable dans une société, quelle que soit la nature de son régime politique. Orale ou écrite, elle est un canal de transmission obligatoire pour informer les citoyens de la gestion des affaires publiques et offre la possibilité aux hommes politiques de déployer des stratégies de persuasion, imprégnées de valeurs et de symboles, afin d’obtenir le pouvoir ou de se maintenir au pouvoir. Mise au service du régime franquiste pendant plus de quarante ans, la communication politique en Espagne comprise dans son sens démocratique n’a été réactivée qu’après la mort du général. Dès lors, un nouveau schéma communicatif est progressivement né entre les trois acteurs de la communication politique – hommes politiques, médias et opinion publique –, de nouveau légitimés à s’exprimer sur la chose publique et à faire confronter leurs discours. Inspiré des pratiques marketing déjà ancrées chez les homologues européens et américains des politiciens espagnols et encouragé par l’augmentation du nombre de convocations électorales et la prolifération des discours politiques, un nouveau jeu de langage politique est apparu, fortement facilité par l’essor des moyens de communication de masse.

2L’ensemble des décisions prises dans la sphère politique se traduit par une telle profusion de paroles sur tellement d’objets politiques qu’elle donne l’impression d’une cacophonie permanente. En tant qu’élément indispensable pour entrer en relation avec l’autre, le discours, qui permet d’incarner une action politique et de revêtir une identité politique, est fondamental pour accéder ou se maintenir au pouvoir. Comme le discours politique est un outil très précieux d’analyse de la communication persuasive, il nous a semblé intéressant d’interroger son langage, véritable condensé des logiques, des codes et des signes du monde politique afin d’appréhender la manière dont les hommes politiques s’inscrivent dans leurs énoncés pour atteindre leurs objectifs. En effet, grâce à la puissance du langage, les énoncés politiques constituent une des modalités de pouvoir sur le monde. Le discours politique présente également l’avantage, en tant que matériel historique textuel, visuel et / sonore d’appréhender l’évolution de la politique d’un pays. Ainsi, comme le discours politique n’a suscité un intérêt croissant que depuis quelques années dans le monde universitaire en Espagne, il nous a paru nécessaire de combler partiellement ce vide à partir d’une recherche approfondie sur son objet.

3Toutefois, face à la multitude des discours politiques produits à la fin des années 70 rendue possible à cause des contextes situationnels variés ainsi que du nombre élevé d’émetteurs, preuve que la communication politique est affaire de discursivité, nous avons été obligée de limiter le type d’émetteurs et le genre de discours, ainsi que de circonscrire le cadre temporel. Désireuse de livrer une vision variée, bien que non exhaustive, des discours politiques dans l’Espagne démocratique, nous nous sommes uniquement intéressée aux discours produits par les hommes politiques qui ont laissé une empreinte durable dans les hautes sphères de la vie politique espagnole en interrogeant la parole politique des chefs de Gouvernement espagnols, des leaders politiques ainsi que celle des porte-paroles de l’opposition du Partido Socialista Obrero Español et du Partido Popular. C’est parce que la parole de ces hommes politiques accrédités et légitimés est supposée offrir de grandes possibilités d’analyse de la communication politique que nous avons jugé pertinent d’analyser la manière dont ces derniers occupent de manière directe ou indirecte la scène médiatique au travers de leur signes, gestes, regards, symboles ou actions. Le choix de ne concentrer notre analyse que sur le PP et le PSOE s’explique par le fait que ce sont les deux partis autour desquels sont polarisés les votes depuis une trentaine d’années et ce sont ceux qui reflètent le mieux les stratégies discursives inspirées du marketing politique américain et les différentes représentations mentales mises en œuvre pour persuader et convaincre.

4Afin de souligner que la communication politique ne se limite pas, comme nombre de personnes pourraient l’imaginer, aux périodes électorales, en plus d’avoir limité le type d’émetteurs et la période, notre étude s’est non seulement concentrée sur les campagnes électorales mais également sur les différentes sessions d’investiture qui ont suivi de quelques semaines ces mêmes périodes et qui ont permis au vainqueur d’obtenir la confiance parlementaire.

5Nous avons exploité pour l’analyse de l’ensemble de ces allocutions politiques le cadre temporel allant du raz-de-marée socialiste de 1982 à la seconde victoire de José Luis Rodríguez Zapatero, période interrompue par l’ère Aznar (1996-2004), afin de faire une plongée approfondie mais brève à l’échelle du temps présent. Ainsi, nous avons analysé cette longue période de plus de vingt-cinq ans, période marquée par de véritables échanges politiques, une diffusion d’informations pendant les élections et un véritable échange entre les hommes politiques et les citoyens. Dans la mesure où aucune campagne électorale et aucune session d’investiture ne se ressemblent et que les discours politiques ne peuvent être détachés du contexte dans lequel ils ont été émis, nous avons procédé à une analyse chronologique, en rappelant à chaque fois les spécificités contextuelles dans lesquelles ils se sont insérés ainsi que les caractéristiques des émetteurs.

6En plus d’être le moyen de communication le plus utilisé par les citoyens pour se tenir informés de la vie politique espagnole, et en particulier en périodes électorales, la télévision est également le média auquel les hommes politiques ont le plus recours pour séduire leur électorat. Afin de mieux percevoir toutes les complexités du monde l’image auquel nos sociétés actuelles sont soumises et parce que ces fragments visuels sont un condensé des stratégies et esthétiques mises en œuvre par les partis politiques au cours des campagnes électorales, nous avons procédé à l’étude des vidéos électorales émises par le PP et le PSOE aux cours des différentes élections législatives de 1982 à 2008 et diffusées sur les chaînes de télévision publique en attachant une attention particulière aux stratégies déployées par ces partis. Puisque le Parlement est le lieu traditionnel de l’énonciation des discours politiques et l’instance démocratique où sont débattus les sujets fondamentaux, nous avons également examiné les débats parlementaires prononcés par les différents aspirants à la Moncloa depuis 1982 en nous concentrant sur le lexique et le contenu des allocutions de chaque futur chef de Gouvernement et en replaçant chaque allocution dans le débat polyphonique qui a opposé le candidat à la Présidence du Gouvernement au porte-parole de l’opposition.

7Aussi l’objectif de ce travail a-t-il consisté à donner une vision ample du discours politique en Espagne à travers la télévision et le Parlement. Le choix d’étudier les discours politiques a relevé non seulement d’un intérêt personnel pour la sphère politique, mais aussi d’une volonté d’alimenter une curiosité qui semble graviter autour de la communication politique – de quelque pays que ce soit –, transformant cet objet d’étude inexistant il y a quelques décennies encore en un centre de préoccupations permanentes. Bien que l’activité de recherche de la communication politique au cours de ces dernières années ait été très abondante dans le monde entier, certaines questions relatives aux discours politiques en Espagne semblent à peine avoir été explorées.

8Nous avons donc souhaité mettre la lumière sur ce qui, jusqu’à aujourd’hui, a été peu étudié en Espagne bien que la communication politique connaisse depuis quelques années un essor sans précédent. En effet, la communication et le discours politique des leaders, des chefs de Gouvernement et des grands leaders de l’opposition n’ont à ce jour – et à notre connaissance – pas fait l’objet de nombreuses études bien que cette parole représente une énorme part dans les discours politiques, aussi bien du point de vue quantitatif que qualitatif. On en voudra pour preuve, à l’inverse des moments clés que constitue l’organisation d’élections législatives, qui ont fortement encouragé la prolifération de travaux sur les messages électoraux directs ou indirects, les discours prononcés par les chefs de Gouvernement devant les représentants du peuple au moment de leur investiture, bien qu’ils soient une empreinte des grands changements que l’Espagne a connus de 1977 aux dernières élections de 2008, n’ont pas été analysés. Cette lacune peut sans doute s’expliquer par leur rigidité qui leur confère un aspect ritualisé, laissant très peu de place à l’improvisation et à la surprise. Cette quasi-absence de recherches est fort dommageable puisque ce type de discours est le révélateur essentiel du programme du Gouvernement. Les discours d’investiture permettent également d’ouvrir la discussion avec les autres groupes parlementaires sur le programme, discussion qui doit aboutir à l’approbation de ceux à qui la souveraineté nationale a été confiée. En tant qu’outils privilégiés pour analyser l’image qu’un parti veut donner de lui-même mais aussi pour détailler les propositions qu’il souhaite faire, les spots électoraux ont déjà fait l’objet de quelques études en Espagne soit à partir de la rhétorique aristotélicienne, soit à partir de leurs aspects communicationnels. Toutefois, aucune étude n’a offert une vue d’ensemble.

9Ainsi, insérés dans un contexte socio-historique extrêmement riche, les discours politiques prononcés dans l’Espagne démocratique –1982-2008 – par le PP et le PSOE sont non seulement révélateurs de l’évolution d’une société démocratique en quête de construction et de reconnaissance sur la scène internationale mais soulignent également la fin des clivages idéologiques. En nous basant sur un corpus hétérogène de discours – télévisuels et parlementaires – , prononcés aussi bien en campagne que hors campagne électorale, nous avons par conséquent cherché à cerner les contours de la nouvelle parole politique qui a progressivement été affinée à partir de la fin des années 70 en Espagne. En ayant recours à l’analyse de discours qui, à travers l’étude des relations interdiscursives, est la seule méthode qui offre la possibilité de comprendre le sens de comportements politiques et donc d’accéder à l’ordre imaginaire et symbolique de la sphère politique, nous avons essayé de comprendre la manière dont les futurs chefs de Gouvernement, les porte-paroles l’opposition et les leaders politiques gèrent l’ensemble des ressources qu’ils ont à leur disposition pour imposer leur représentation de l’agenda politique du moment et comment ils s’inscrivent dans leur énoncé tout en puisant dans les valeurs idéologiques défendues ainsi que dans les obligations discursives et énonciatives inhérentes à tout discours politique. À partir de cet ensemble discursif, composé d’une pluralité de voix et inséré dans une conjoncture marquée par la diversité idéologique des hommes politiques, nous avons voulu dégager les valeurs propres à la pensée politique de gauche comme de droite.

10En appréhendant la communication politique telle qu’elle est donnée à voir et à entendre au citoyens et en partant d’une approche pluridisciplinaire, nous nous sommes fixé pour objectif de dresser un panorama de la nouvelle parole politique en Espagne afin de démontrer que le nouvel homme politique, leader charismatique et cathodique, est désormais tiraillé entre convictions idéologiques et contraintes médiatiques, entre volonté d’informer et impératif de persuader. Il est fondamental de rappeler les limites de notre projet de recherche qui tiennent non seulement à la complexité de l’objet « discours politique » mais aussi à la multiplicité des problèmes posés par les objets – spots électoraux, discours d’investiture et débats parlementaires. À cause de la diversité des corpus envisagés et des différentes méthodes d’analyse, notre travail s’est inscrit dans une approche transdisciplinaire au sein de laquelle nous n’avons pas pu obtenir des résultats exhaustifs.

11Pour mener à bien notre démonstration et afin de parvenir à des conclusions pertinentes, nous avons divisé notre travail de recherche en trois parties, une théorique et deux consacrées à l’analyse des discours sélectionnés et dans lesquelles la validité et l’extension des présupposés exposés dans la première partie ont été démontrées.

12La première partie de ce travail de recherche jette les bases théoriques de la communication politique et du discours politique généralisables à toutes les démocraties occidentales en centrant son attention sur le cas espagnol qui a su adapter sa manière de communiquer et de produire des discours dans la sphère politique aux exigences contemporaines sous l’égide du marketing politique. Dans le chapitre consacré à la communication politique, nous avons rappelé, de manière brève et synthétique, les aspects théoriques indispensables qui permettent de comprendre les grandes lignes des contours phénoménologiques de la communication politique ainsi que de saisir la genèse de la relation entre pouvoir et communication. Dans cette genèse, la communication politique puise ses racines historiques et ses caractéristiques encore en cours. Par conséquent, nous avons souligné les corrélations qui existent entre la rhétorique ancienne et la nouvelle rhétorique afin de faciliter la compréhension des différentes tendances analytiques du discours actuel. Comme nous avons souhaité nous servir de la communication comme le champ d’étude et de recherches d'où émanent les discours politiques, la délimitation des contours de la communication politique et l’explication des contenus et objectifs ont été nécessaires. Par ailleurs, la communication politique en Espagne appartient à une « culture » déterminée qui impose ses valeurs et dicte ses propres normes. Les composantes de la communication politique, son fonctionnement et ses effets, sont liés à la situation politique et à la tradition démocratique de chaque pays. Bien que notre objet d’étude concerne uniquement les paroles prononcées par les hommes politiques – vers les citoyens et / ou à travers les médias , il nous a, en outre, paru peu méthodique de proposer une analyse des discours politiques dans l’Espagne démocratique sans mentionner les généralités théoriques du triangle communicationnel dont parle Dominique Wolton qui se compose des médias, du public – à travers les concepts d’espace public, d’opinion publique et de sondages – et, enfin, en dernière instance des hommes politiques – partis politiques. La prise en considération de ces trois acteurs a, par ailleurs, été justifiée par le fait que les dimensions de leurs composantes doivent être considérées dans l’interaction qui permet la traduction et la formation des discours des hommes politiques. En effet, ce sont ces trois acteurs par leur affrontement discursif, leurs caractéristiques et leur histoire, qui conditionnent les discours émanant des hommes politiques et qui sont entendus comme réponse aux discours provenant des instances citoyenne et médiatique pour imposer leur représentation de la situation politique du moment. Nous avons toutefois attaché une attention toute particulière aux moyens de communication dans la mesure où ce sont eux qui ont conféré à la communication politique l’aspect principal que nous lui connaissons actuellement en interférant sur les deux autres acteurs de manière irréversible. Dans ce chapitre consacré à la communication politique en Espagne, nous avons également souhaité approfondir davantage les détails de la nouvelle communication politique née en Espagne après quarante ans d'annihilation des libertés et des droits en examinant de plus près l’aspect technique, c’est-à-dire les méthodes et outils stratégiques – télévision, sondages d’opinion et conseillers en communication – utilisés à partir du moment où ont été organisées les premières élections libres de 1977. Car, même si l’Espagne a mis en route son processus de communication politique relativement tard par rapport à ses homologues occidentaux elle a rattrapé son retard en adaptant à ses propres besoins les nouvelles techniques, stratégies et instruments de la communication politique moderne développés dans les autres pays. Les techniques déjà employées outre-atlantique se sont naturellement imposées à la communication politique espagnole en modifiant complètement ses contours d’après franquisme. Aussi notre ambition a-t-elle consisté à retracer rapidement l’historique du marketing politique américain – naissance, aspects, fonctionnement, nature, contours, effets, etc. – car il a conditionné en partie l’histoire du marketing politique espagnol. Toutes les remarques concernent principalement les États-Unis mais face à la standardisation et à l’unification des formes et composantes entre les pays occidentaux, ils peuvent s’appliquer à l’Espagne. Comme nous avons surtout cherché à souligner le cadre qui régit de nos jours la nouvelle forme technique de communication utilisée dans tous les pays démocratiques, sans exception, ainsi que les contraintes qu’elle impose aux hommes politiques dans leur façon de s’exprimer, nos propos se sont voulus génériques.

13Dans le deuxième chapitre consacré au discours politique, nous avons tout d’abord rappelé quelques notions fondamentales en menant une réflexion théorique sur le concept discours qui est la base des relations dans une société. Puis, nous avons attaché une attention particulière à rappeler les lois qui encadrent tout discours ainsi que le contrat de communication qui accompagne tout acte de communication, avant de mentionner les principales caractéristiques des discours politiques qui divergent selon les auteurs ainsi que l’énonciation qui leur est propre. Nous avons gardé à l’esprit pour chacune des définitions retenues que le discours politique est un discours social différent des autres discours sociaux – littéraire, journalistique ou publicitaire – mais qu’il a la particularité de partager avec ces derniers les propriétés de la persuasion. Comme le discours politique entretient des liens très étroits avec la rhétorique classique dans son organisation textuelle et argumentative et comme les procédés structuraux de la rhétorique continuent à se manifester dans les discours politiques contemporains de façon très courante, nous avons souhaité rappeler certaines notions et concepts fondamentaux de cette pratique ancienne qui ont marqué à jamais la façon d’organiser de façon persuasive les discours des hommes politiques. Nous avons ensuite proposé de considérer le « noyau » des invariants, c’est-à-dire le « noyau » des éléments qui appartient au jeu discursif politique, en opposition au « noyau » des variations – stratégies – que nous avons traité dans un second temps. Car, si les hommes politiques sont contraints par des normes ou des conventions qu’ils partagent avec un groupe ou avec le cadre politique dans lesquels ils s’insèrent, ils sont également libres de mettre en œuvre leur discours, et par là même de s’individualiser. Nous avons proposé, enfin, de nous interroger sur le langage qu’utilisent les hommes politiques dans leurs discours afin de mieux en cerner ses contours et de comprendre dans quelle mesure le langage politique est un excellent outil pour apprécier le passé et le présent.

14Dans la deuxième partie, consacrée à une analyse de la communication politique adressée aux électeurs dans le contexte des campagnes électorales législatives à travers un moyen de communication particulier – la télévision – et un outil de production très spécifique – les spots électoraux – entièrement contrôlé par les partis politiques, notre objectif a consisté à analyser l’image que chaque parti politique – et homme politique – a donné de lui-même en soulignant l’importance que les différentes stratégies et techniques publicitaires et marketing ont pu avoir dans l’appréciation et dans l’évaluation des candidats ainsi que dans l’émergence de véritables leaders. Nous avons en effet cherché à apprécier la façon dont les recours linguistiques, rhétoriques et esthétiques se mettent au service de la persuasion et, donc, de l’obtention de votes. Notre but a également consisté à vérifier jusqu’à quel point les spots électoraux sont un simple calque des pratiques étrangères – surtout des États-Unis – ou si leurs caractéristiques ont atteint des profils spécifiques dans les usages linguistiques et iconiques de la société espagnole. L’étude des spots électoraux a aussi proposé d’analyser les effets de la communication politique sur les décisions des électeurs au cours des campagnes électorales ainsi que de souligner l’évolution des spots électoraux, tant au niveau de la forme que du contenu. Les différences entre « information » et « propagande » ont été au centre de notre réflexion.

15Dans le premier chapitre, nous avons regroupé les principales théories, études et méthodes qui m’ont été utiles pour appréhender l’analyse des spots électoraux. Nous avons tout d’abord fait un bref rappel historique des spots électoraux avant de donner une définition de ces fragments visuels, de rappeler les fonctions des spots, de caractériser le message – plage d’émission et durée, énonciation et contenu – et de mentionner les différentes typologies élaborées par les chercheurs. Puis, nous avons brièvement rappelé le cadre régulateur dans lequel les spots électoraux s’insèrent en Espagne ainsi que leur contenu et leur énonciation. Le rappel des contenus des différentes lois qui régissent les spots électoraux a été nécessaire à la bonne compréhension des stratégies et tactiques mobilisées par les hommes politiques au cours des campagnes électorales. En effet, une analyse détaillée de ces lois est indispensable pour appréhender le cadre dans lequel les discours prononcés par les hommes politiques se déploient puisque les spots sont encadrés par des lois très strictes qui sont déterminantes dans la forme finale des messages.

16Dans le deuxième chapitre, j’ai procédé à l’analyse pratique – comparative et qualitative – des différents spots électoraux. À partir d’une grille d’analyse détaillée au début du chapitre, notre corpus a été décrit à la lumière de certaines catégories d’analyses que nous avons estimées pertinentes pour les spots électoraux. Nous avons utilisé à la fois l’analyse de contenu mais aussi l’analyse du discours pour identifier les marques discursives prédominantes en interrogeant les spots sur leur contenu narratif et leur argumentation qui conjugue, au-delà de l’argument, l’aspect sonore, les angles de caméra, la luminosité, l’ordre, l’harmonie, la mise en scène, les personnages, les points de vue, la typologie de propagande, le format, le montage, etc. Tous ces éléments contribuent également à l’effet persuasif car même si les propositions politiques sont importantes, le langage du corps – c’est-à-dire tout ce qui concerne l’aspect non verbal, l’intonation de la voix, la fréquence, la durée des pauses, etc. – qui transcende le téléspectateur doit être pris en considération à l’heure d’analyser ce type de discours électoral. D’ailleurs, un grand nombre de chercheurs est unanime pour affirmer que le soutien donné à un parti politique ou à un programme dépend de la réponse émotionnelle des citoyens – c’est-à-dire d’un ensemble de variables dont ils ne sont pas conscients – après qu’ils aient vu et entendu les hommes politiques. Aussi l’étude de l’image a-t-elle représenté l’un des éléments dominants dans le développement conceptuel et pratique que ce travail a impliqué.

17Outre l’analyse esthétique et iconographique de ces vidéos électorales, nous avons apprécié à travers une évaluation des effets qui a constitué notre troisième chapitre les effets des campagnes électorales sur le comportement des électeurs ainsi qu’évalué l’influence de ces vidéos électorales sur la décision de vote. Cette deuxième partie consacrée à l’étude des stratégies persuasives des spots électoraux s’est achevée par un bilan de l’évolution des spots électoraux en Espagne de 1982 à 2008.

18La troisième partie de ce travail de recherche examine les débats d’investiture prononcés par les chefs de Gouvernement espagnols de 1982 à 2008. Dans la mesure où les huit allocutions produites par ces derniers ont des caractéristiques d’énonciation communes et ont été émises sur d’assez longues périodes, elles présentent un aspect spécifique du point de vue lexical. Les constances observées dans le vocabulaire sont d’autant plus présentes que la session parlementaire auquel se sont soumis tous les chefs de Gouvernement est fortement ritualisée. Comme le choix du vocabulaire est révélateur des univers de pensées – similitudes et divergences –, puisque les mots « signent » les discours et permettent de connaître d’emblée l’avis du locuteur, et qu’ils sont également significatifs des moments forts du développement de l’Espagne, nous avons souhaité analyser dans le premier chapitre de cette partie le lexique politique des chefs de Gouvernement, son renouvellement et son évolution après avoir rappelé brièvement le contenu et le déroulement de ce rituel parlementaire. Car, le choix des mots des hommes politiques est très révélateur des réponses apportées aux problèmes qu’ils doivent affronter et des contraintes dans lesquelles ils évoluent. Les mots sont aussi de bons indicateurs de psychologie sociale puisqu’ils relèvent d’une opération aussi bien cognitive que sociale qui n’est pas innocente. Les mots du politique sont donc porteurs de sens et renferment une histoire qu’il est intéressant de déchiffrer. Ainsi, en exploitant l’analyse lexicale du corpus, méthode quantitative permettant de fournir des résultats appréciables et des garanties scientifiques, nous avons voulu vérifier qu'il existait un vocabulaire qui serait plus propre à la droite qu’à la gauche et également distinguer les vocables qui seraient emblématiques de chaque parti et de chaque locuteur, les valeurs, les références, les solutions proposées, les thèmes traités, en résumé analyser l’évolution du vocabulaire dans le temps afin de souligner certains aspects de la spécificité lexicale des discours d’investiture.

19Mais, les idéologies sont-elles uniquement véhiculées par un vocabulaire spécifique ? Pour certains chercheurs, elles ont un vocabulaire spécifique qui permet de les identifier. En plus de fournir des informations sur l’usage qui est fait de la langue et de l’idéologie, les constances lexicales sont les éléments qui permettent de mieux comprendre le système de croyances prôné par un parti politique. En revanche, d’autres chercheurs pensent que le lexique ne suffit pas à apprécier l’idéologie transmise dans un discours politique, dans la mesure où des éléments supplémentaires doivent être pris en considération comme l’énonciation, les figures rhétoriques et les traits implicites ou explicites de cette même idéologie. Des études réalisées sur le vocabulaire des partis majoritaires ont montré, à ce titre, que les croyances ne se distinguaient pas les unes des autres. Ce constat apporte la preuve que le signifié d’un mot n’est pas fixe et que le mot doit être étudié en contexte, c’est-à-dire dans son utilisation courante pour être interprété. Aussi la personne qui souhaite faire des recherches sur cet aspect des discours politiques est-elle invitée à se servir d’autres disciplines comme la linguistique, la psychologie, l’histoire ou encore la sociologie afin de valider les résultats obtenus grâce à l’étude du lexique politique.

20Afin de prolonger notre approche lexicale – dont nous n’avons pas manqué de souligner les limites –, nous avons étudié dans le second chapitre le contenu de ces discours. L’analyse du contenu de ces documents officiels nous a permis de lister et de confronter les grands objectifs des Gouvernements qui se sont succédés en Espagne après avoir restitué les contextes dans lesquels ces allocutions ont été prononcées. Le contenu des discours d’investiture dépend des contextes socio-politiques. Aucune session d’investiture ne ressemble à une autre car des éléments donnent à chacune des spécificités telles que, par exemple, le nombre de voix obtenues aux élections, la nécessité de conclure des alliances afin d’obtenir un Gouvernement stable, l’environnement politico-économique national et international et les attentes sociales des citoyens. Grâce aux informations collectées et à l’étude de contenu réalisée sur chaque discours, nous avons dégagé les principales tendances des discours d’investiture, les grandes lignes de politique, les projets qui ont été réalisés ou non. D’autre part, nous avons vérifié que les engagements principaux contenus dans les spots au cours de la période de campagne électorale avaient bien été repris dans les discours d’investiture. L’étude du contenu programmatique de ces discours d’investiture a également offert la possibilité d’analyser quels étaient les thèmes qui ont occupé l’intérêt des citoyens espagnols et d’observer si ces thèmes avaient varié avec le temps. L’analyse de contenu est par conséquent venue prolonger et compléter celle commencée, puisqu’elle a restitué le contexte du vocabulaire dégagé grâce à l’étude statistique et a fourni des éléments nécessaires pour ôter le voile de ces longs discours.

21En plus de baser notre analyse sur les discours des différents candidats à la Présidence du Gouvernement qui ont recherché l’appui parlementaire, nous avons étudié les interventions du chef de l’opposition – alternativement du PP ou du PSOE – afin d’éclairer notre analyse sous un angle communicationnel. Comme toute énonciation politique suppose une réplique, nous avons souhaité replacer les discours dans leur contexte polyphonique. Car, à la suite des discours d’ouverture, le débat est toujours amorcé par les répliques des porte-paroles des groupes parlementaires qui font des commentaires sur le programme. Ces face-à-face dialectiques, particulièrement attendus par les citoyens, sûrement parce qu’ils viennent rompre la monotonie des discours parlementaires, font l’objet de vifs échanges, en particulier entre les deux partis nationaux espagnols. À travers les explications, nous avons essayé de répondre aux questions suivantes : avec l’effacement progressif des idéologies, et après l’alternance des deux partis en 1996, les débats sont-ils toujours aussi polémiques ou les rapports entre les deux leaders majoritaires se sont-ils assagis en signe de la consolidation terminée de la démocratie espagnole ? Est-ce que ce débat s’apparente au spectacle ?

22Dans la conclusion de cette troisième partie, nous avons mené une réflexion sur les éventuelles ruptures et continuités des discours d’investiture en me basant sur les résultats observés à partir du lexique, des arguments et thèmes développés.

23La thèse est suivie d’un index thématique et onomastique de 4 pages ; de la liste des sigles des partis et coalitions mentionnés ; des articles de la Ley Orgánica 5 / 1985 du 19 juin du Régime Électoral Général régulant les spots électoraux en Espagne ; d’un abécédaire de quelques termes utilisés en cinéma et en photographie ; de la retranscription des spots électoraux du PP et PSOE diffusés à la télévision lors des élections législatives de 1982, 1989, 1993, 1996, 2000, 2004 et 2008 ; de la législation sur les débats d’investiture ; des tableaux des spécificités de la partition « année » et de la partition « auteur » générés par le logiciel Lexico 3 ; et, enfin, de la retranscription des discours et débats d’investiture de 1982, 1986, 1989, 1993, 1996, 2000, 2004 et 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Decobert, « Les discours politiques dans l’Espagne démocratique : 1982-2008 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/4743 ; DOI : 10.4000/ccec.4743

Haut de page

Auteur

Claire Decobert

Université d’Orléans, Centre de Recherche Rémélice

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org