Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Formation professionnelle, travail et territoire en Espagne. Le cas de Teruel

Formación profesional, trabajo y territorio en España: el caso de Teruel
Philippe Dautrey

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat de troisième cycle préparée sous la direction du Professeur Joseph Farré (Université Paris-x Nanterre) et soutenue en 2002 à l'Université Paris-x Nanterre.

Texte intégral

1Tant le lien entre formation professionnelle occupationnelle publique (fpo), travail et territoire que sa redéfinition face aux mutations postérieures au franquisme constituent les aspects essentiels de la thèse de doctorat de troisième cycle soutenue en 2002 à l’université de Paris x par l’auteur de cette synthèse et intitulée Une approche locale de la formation professionnelle ‘occupationnelle’ publique en Espagne : de la qualification à la régulation. L’exemple de la province de Teruel. Prétendant dépasser la simple approche socio-technique de l’institution de la fpo, l’auteur y analyse celle-ci à la lumière des évolutions socio-économiques de l’Espagne et de la province de Teruel entre les années cinquante et le tournant du siècle.

2La fpo dont la représentation reste associée à la dévalorisation séculaire du travail manuel et aux professions sans prestige auxquelles elle conduit est une catégorie éminemment espagnole. En fait, c’est la Loi fondamentale sur l’Emploi de 1980 qui qualifiera d’occupationnel cet autre type de savoir se distinguant de l’enseignement initial et de la formation continue et ne se cantonnant qu’aux qualifications et compétences utiles à l’exercice d’une activité professionnelle. Institution multiforme (des centres de formation, des écoles-ateliers, des chambres de métiers dispensent des cours recouvrant un large éventail de familles professionnelles) située à la frontière du travail et du non-emploi, la fpo relèvera sans surprise du ministère du Travail et des Affaires sociales.

3Plus concrètement, la modalité occupationnelle reflète les transformations économiques et sociales survenues au cours de la période observée, lesquelles questionnent à leur tour la relation entre formation professionnelle, travail et territoire. Ainsi la qualification des travailleurs, dans le cadre de la promotion ouvrière, fera progressivement place à leur insertion, organisée à travers des politiques de régulation, comme en témoignent les dénominations successives de la fpo (du «Programme de promotion professionnelle ouvrière» au «Plan de formation et d’insertion professionnelle», son instrument juridique). De même, le rapport de la fpo au territoire (l’appui à la migration des manœuvres provenant des régions rurales) se modifiera et s’inscrira, par le truchement des instances européennes, dans une dynamique de développement local.

4Dans la thèse mentionnée, une première partie est consacrée à la genèse et à l’architecture de l’institution fpo ainsi qu’à sa relation avec le travail (entendu au sens large : facteur de production, emploi, qualification, etc.) et les mutations dont il a été l’objet après le franquisme. Les conséquences qui en résulteront pour la fpo et la redéfinition du paradigme de cette institution (de la qualification professionnelle à la régulation du chômage et, à un degré moindre, du développement) sont examinées dans la seconde partie tandis que la troisième en mesure les effets dans la province de Teruel. Néanmoins, dans le cadre de la présente synthèse, nous nous orienterons vers une analyse plus transversale dont le propos sera de mettre en évidence la dialectique formation/travail-territoire et le changement de paradigme auquel elle renvoie.

La formation professionnelle occupationnelle publique : une logique plurielle

5Une logique plurielle traverse la fpo. Logique sociale d’abord ; pour les employeurs elle est un instrument de socialisation tandis que pour les travailleurs elle sera, jusqu’à la crise économique peu ou prou concomitante de la fin du franquisme, un outil de promotion. Puis elle deviendra, à partir des années 90, un vecteur de leur insertion, perpétuant ainsi le traditionnel lien entre formation professionnelle publique et intervention sociale de l’Etat. Elle s’ouvrira également aux secteurs desaffiliés ; travailleurs en situation précaire, handicapés et marginaux ainsi que jeunes sans qualification ou en quête de formation complémentaire à leur diplômes. Le couple formation-insertion deviendra par conséquent une composante privilégiée de la lutte contre la précarité désormais structurelle alors que les vieilles solidarités (famille, Eglise) s’estompent. Logique économique ensuite ; la fpo est liée aux qualifications, c’est-à-dire au rapport entre capital et travail humain déterminé par la technologie (cette dimension s’avèrera fondamentale lorsqu’émergeront les nouvelles technologies de l’information). Dans le même temps elle organise la mobilité professionnelle, faisant passer le maximum d’individus des catégories de qualifications obsolètes ou trop abondantes à celles que réclament les transformations socio-économiques. Logique territoriale enfin ; la formation occupationnelle est un élément du développement local dans le contexte de tension séculaire entre Espagnes intérieure et périphérique qui n’exonère pas la province marginale de Teruel (la fpo vise surtout à y maintenir la population active). On peut enfin mentionner une logique politique, ambiguë et à peine esquissée dans la thèse. Effectivement, la fpo exerce des fonctions de contrôle et de déguisement du chômage tout en étant le support d’une nouvelle citoyenneté associée au droit à travailler.

6Cela étant, les logiques qui identifient la fpo répercutent les mutations de la société. Si ce type de formation fait face durant les années 60 et 70 aux défis économiques (développement et compétitivité obligent) et territoriaux (déplacement de main-d’œuvre entre les deux Espagnes sans que les déséquilibres régionaux se résorbent pour autant), elle se trouve au tournant du siècle confrontée à la question sociale (le chômage endémique prospère dans la société espagnole duale) et au déclin des zones rurales exsangues comme Teruel.

7L’observation diachronique de la fpo montre à quel point s’établit une complémentarité entre les dispositions officielles relatives à cette institution et la conjoncture économique et sociale. Alors que l’Espagne passe du plein-emploi industriel au sous-emploi post-industriel et du travail peu qualifié au travail specialisé, celles-ci passent de la promotion des travailleurs actifs à la formation des chômeurs sans qualifications puis à celle des sans-emploi insuffisamment diplômés. Autrement dit, le gouvernement franquiste se limite d’abord, lors d’une première phase qui débute avec l’instauration de la fpo en 1964, à l’équation «manœuvre+promotion = développement» (d’où n’échappe pas une intention de légitimer le pouvoir face aux importantes grèves), avant d’accorder plus de poids à la perspective professionnelle (reconversion) que réclame la mise en application des Plans de développement (1964-1975) et la croissance économique qu’ils stimulent. Puis dès la première moitié de la décennie 80, la fpo s’adresse davantage aux chômeurs, en particulier les jeunes sans formation, inaugurant ainsi une seconde étape. Une série de mesures sur l’emploi présage d’une troisième phase où la priorité est donnée aux sans-emploi, notamment à ceux qui ne possèdent pas assez de qualifications. Dans le même temps, l’adhésion de l’Espagne au bloc européen s’accompagne d’une aumentation significative, grâce à la contribution du Fond social, des budgets consacrés à la formation occupationnelle. Enfin, l’accès à la fpo aux seuls chômeurs débouche à partir de 1993 sur une nouvelle étape, annoncée en réalité dès le milieu des années 80 où les stagiaires sans emploi sont devenus majoritaires. Parallèlement, la base légale de la fpo se rénove à travers le Plan national de formation et d’insertion professionnelle. Pour leur part, la décentralisation (le transfert de prérogatives nationales en matière de formation et d’emploi vers la Communauté autonome de l’Aragon) et la rationalisation de la fpo (sa correspondance avec les autres systèmes de la formation professionnelle) s’opèrent à la fin du siècle passé tandis que la référence à l’Europe et sa politique sociale en est devenue une donnée incontournable. En l’espace de trois décennies, le centre de gravité de la fpo s’est déplacé du travail au marché du travail.

8Désormais, les politiques de formation professionnelle s’inscriront dans une stratégie de flexibilisation de l’emploi et se segmenteront comme celui-ci (un noyau central de salariés qualifiés côtoie une main-d’œuvre périphérique soumise aux aléas de la conjoncture et victime du processus de «désaffiliation» des salariés peu qualifiés fortement lié à l’inégal accès aux savoirs initiaux et à un effet de genre -les femmes sont les plus touchées- ainsi qu’au mode d’organisation post-fordiste favorisant l’appariement des plus diplômés à l’intérieur de l’entreprise). Du coup, la formation continue sera réservée aux salariés qualifiés et la fpo aux sans-emploi. Dans le même temps, cette dernière se réorganisera conformément à la nouvelle législation (Statut des travailleurs et Loi fondamentale sur l’Emploi en 1980, etc.) et à la normativité des instances européennes, par Fond social interposé. Dans les faits néanmoins, les individus sans formation initiale solide ont tendance à ne pas s’inscrire dans les modules de fpo précisément conçus pour eux, au contraire de ceux qui possèdent des titres scolaires (la participation à la fpo augmente avec le niveau d’études et diminue avec l’âge). À l’identique cette modalité, où les femmes sont devenues majoritaires dès la fin des années 80, reste encore marquée par des mécanismes de ségrégation sexuelle et reproduit les stéréotypes relatifs au genre (les femmes sont davantage orientées vers des stages d’insertion que vers des stages de perfectionnement).

Une relation changeante avec le travail

9Le système de formation professionnelle continue qui s’ébauche dans les années 50 du siècle passé, au sortir de la longue autarcie qui avait suivi la guerre civile, prétend soutenir les premiers remous du décollage économique. L’Etat commence à intervenir dans le processus de qualification de la population active rurale et industrielle au travers du «Service de développement agricole» et de «l’Officine syndicale de formation professionnelle accélérée» puis de la «Formation intensive professionnelle», lesquels constitueront un prélude à la fpo. Mais ces stages sont avant tout des instruments de contrôle politique et la propagande franquiste y est de mise. Durant la période de croissance (1960-1974) –les fameuses «años del desarrollo»– où elle s’institutionnalise, la fpo se pare finalement d’une vocation économique et appuie le transfert des travailleurs agricoles vers l’industrie (l’expansion de l’appareil productif exige des travailleurs plus qualifiés, à même d’augmenter le produit du travail). Toutefois, l’entrée en crise de la formation occupationnelle issue des «años del desarrollo» reordonnera les priorités. La préoccupation pour l’employabilité se superposera à celle pour la productivité. En réalité, l’émergence d’un nouveau modèle socio-technique concourt à cette nouvelle orientation de la fpo. Les entreprises suppriment ou externalisent la partie de la main-d’œuvre redondante de manière plus systématique. Mais surtout, le travail est devenu plus rare et instable. Dès la deuxième moitié des années 70, l’Espagne entre définitivement dans une période de chômage structurel et de précarité du travail alors que la relance de la fin de la décennie 80 et du début des années 90 ne conduit nullement à une hausse significative de l’emploi (dans la province de Teruel, le chômage est légèrement inférieur à la moyenne nationale mais le sous-emploi et les activités informelles y sont significatifs).

10Dorénavant, la fpo sera une formation pour l’emploi donnant accès à un savoir-faire et à des compétences professionnelles. Elle se retrouve donc au croisement des offres et des demandes d’emplois. Pour autant, elle réfléchit les changements qui affectent l’organisation de l’entreprise et le marché du travail. De la sorte, le passage d’une organisation fordiste de la production à une autre fondée sur la spécialisation flexible ainsi que l’entrée dans la mondialisation, source d’une nouvelle division du travail défavorable aux non diplômés, en modifieront finalement le contour. C’est durant la crise de la fin des années 70 que commence à poindre le nouveau modèle d’accumulation dont les principaux vecteurs sont l’internationalisation du capital, l’utilisation massive de nouvelles technologies appuyées sur la micro-électronique et l’informatique et l’apparition de formes d’organisation du travail inédites marquées par la centralité des compétences et le déclin des principes de production du fordisme. Le mode productif post-fordiste qui en dérivera réduit le contenu manuel du travail aussi bien dans l’atelier que dans le bureau et en augmente la polyvalence tout en exigeant un éventail de connaissances et de compétences plus large et distinct de celui de l’ère précédente. La composition de la force de travail change au fur et à mesure que le rapport savoir/savoir faire se modifie, consacrant la perte de vigueur du travail direct. De manière concomitante, une nouvelle articulation s’établit entre la formation et le travail, réorganisé et où les cohérences sont beaucoup plus complexes et interactives. On passe de la notion de poste et de métier à celle de mission et de profession et par contrecoup d’une relation formation-tâches à une relation formation-compétences dans laquelle l’apprentissage continu, converti en impératif, et l’acquisition de qualifications abstraites sont devenus indispensables à la permanence dans le marché du travail. Surtout, les frontières entre formation générale et formation et expérience professionnelles s’estompent. Dans ce contexte, la fpo voit sa nomenclature se diversifier et accueille de plus en plus fréquemment des travailleurs confrontés à l’introduction de nouvelles technologies dans les systèmes de production et à la croissante obsolescence de leurs qualifications. Il reste aussi des postes, en nombre insuffisant certes, comprenant des tâches simples qui ne requièrent qu’une formation de type occupationnel.

11En fait, ces changements ont dessiné une nouvelle trayectoire de formation de type préfiguratif, laquelle est convoquée à préparer la population active à un monde du travail en devenir constant. Il s’agit autant de procurer des compétences devenues centrales pour l’exercice de postes successifs que de dispenser des qualifications se référant à un travail appuyé sur des informations et des langages sans cesse renouvelés plutôt que sur des objets. De son côté, la modalité occupationnelle cherche à rendre employables les individus fragilisés par les crises économiques, les mutations technologiques et le chômage massif qui en résulte. Localisée entre les systèmes éducatif et productif, la fpo est de surcroît conviée à pallier les insuffisances de la formation initiale et combler le déficit scolaire, certes en voie de résorption, de la population active espagnole accumulé durant les décennies antérieures. Au total, la fpo s’est convertie en vecteur de «l’investissement» dans les ressources humaines, érigées en moteur de la productivité et de la croissance (celles-ci représentent également un des enjeux de la compétitivité, conviée à assurer la convergence entre l’économie péninsulaire et européenne).

La prise en compte du développement territorial

12Il existe un Plan national de formation et d’insertion professionnelle pour l’Aragon depuis 1999. Mis en place par le gouvernement régional, en accord avec les choix du Fond social européen, il ambitionne non seulement d’insérer dans le marché du travail les individus à la marge de l’emploi mais aussi de garantir le développement de l’espace régional.

13Précisément cet espace, l’Aragon, composé des provinces de Huesca au nord, Saragosse au centre et Teruel au sud, se caractérise par une complémentarité vallée-montagne. Le relief partage aussi Teruel. A côté des hautes terres, faiblement peuplées et dédiées à l’élevage intensif et l’agriculture céréalière, s’étend la plaine du bas Aragon, de densité démographique supérieure à la moyenne provinciale et au développement industriel plus soutenu. Les Cuencas Mineras, de densité variable et affectées par la crise minière complètent le panorama. En dépit des restructurations et de l’émigration, le secteur primaire, peu industrialisé et d’une faible rentabilité, pèse encore d’un poids important dans la province au tournant de ce siècle (il emploie environ un cinquième de la population active). Mais de manière paradoxale la croissance turolensoise repose davantage sur l’industrie (dont les entreprises, de taille réduite sauf dans la dynamique branche de l’énergie, participent au maintien de la population en milieu rural, notamment celles du secteur textile fortement féminisé) et sur les services vers lesquels se déplacent progressivement les activités depuis le milieu des années 80 (de moindre envergure que dans le reste de l’Espagne, ils recouvrent principalement l’administration, l’enseignement et la santé et se localisent surtout dans la capitale provinciale). Cela étant, l’agriculture en déclin, l’industrie stagnante et la présence d’un secteur tertaire peu modernisé (le commerce, complément aux activités rurales, se concentre dans des établissements familiaux tandis que le tourisme pâtit d’infrastructures médiocres) font de Teruel un espace doublement périphérique. En plus de s’inscrire, au niveau de l’Espagne, dans un shéma inversé centre-périphérie (le cœur économique du pays, sauf Madrid, est plutôt localisé à ses confins), Teruel occupe aussi une position secondaire dans la Communauté autonome de l’Aragon. Située à la marge de la structure productive aragonaise dont Saragosse constitue le noyau industriel, elle reste une «province de l’intérieur» sans densité urbaine et mal desservie.

14Dans le même temps, cette province souffre davantage d’une carence en main-d’œuvre qualifiée dans les domaines des nouvelles technologies, de la gestion, du marketing et de la production que de chômage endémique. En raison du bas niveau des travailleurs et de l’inadaptation de l’offre de formation aux besoins des entreprises, la demande de travail qualifié y est rarement satisfaite par des travailleurs locaux. De son côté, l’aire géographique couverte par la fpo publique se révèle encore insuffisante au début du siècle présent bien qu’elle ait considérablement augmenté au cours des années 90. Cette modalité ne parvient donc pas à corriger les déséquilibres territoriaux et se concentre avant tout dans la capitale de la province, faisant de plus en plus défaut dans les zones rurales où persiste un important chômage occulte. Tournée en premier lieu vers les services (les modules en informatique, communication, marketing et anglais sont suivis par presque la moitié des stagiaires), elle ne correspond aussi que de façon partielle aux exigences des entreprises locales dans lesquelles la formation continue est réduite et qui, comme dans le reste du pays, transfèrent les apprentissages non spécifiques et peu rentables vers l’Etat. Le panorama est toutefois plus favorable en ce qui concerne les secteurs émergents reliés à l’atonie démographique de la province et à ses ressources naturelles (l’aide à la personne, le tourisme rural et le timide secteur agro-alimentaire) grâce à la médiation des instances européennes qui accordent pourtant à Teruel des subsides moins élevés qu’à Huesca et Saragosse.

15En résumé, la décentralisation de la fpo au niveau de la Communauté autonome de l’Aragon et l’intervention des autorités européennes visent à contrecarrer les effets d’une offre de formation fortement déterminée par la hiérarchie de l’espace régional dans lequel Teruel est en position défavorable. Mais la formation occupationnelle ne parvient qu’à retenir dans la province la main-d’œuvre la moins qualifiée et la moins susceptible d’émigrer à Saragosse ou dans les Communautés autonomes voisines de Valence et de Catalogne. Elle met cependant à la disposition des entreprises turolensoises un capital humain mieux formé, contribuant de la sorte à mitiger le contexte de dépression démographique (désertification et vieillissement) et de précarité économique de la province.

Conclusion : approfondir et dépasser la thèse

16Cette thèse interdisciplinaire laisse bien entendu des aspects de la fpo insuffisamment ébauchés ou carrément ignorés. Prétendant remplir une partie de ce vide, son auteur a consacré un premier article de recherche à l’approfondissement de la relation entre formation et développement dans cette même province de Teruel, dans le cadre d’une analyse centre/périphérie revisitée à l’aune du paradigme post-fordiste (voir «La formation professionnelle publique des adultes : un enjeu fondamental pour la province de Teruel», Crisol (Nouvelle série), Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines, Université de Paris-x, nº 7, 2003, p. 91-123 –article traduit en espagnol par l’auteur et publié in Teruel, 90 [ii], 2003-2005, Instituto de estudios Turolenses, p. 147-176 sous le titre «La formación profesional pública de los adultos : un desafío excepcional para la provincia de Teruel»). Un travail ultérieur s’inspirant des théories de l’École française de la régulation aborde les transformations de la fpo dans le contexte de l’actuelle étape financière du capitalisme et du nouveau mode de régulation systémique qu’elle a entraîné (voir «Formation professionnelle publique des adultes et régulation : le changement de paradigme», Cuadernos de Trabajo Social, Université Complutense de Madrid, vol. xviii, 2005, p. 197-210). Pour sa part, la place de la formation occupationnelle dans l’économie du savoir et de la connaissance en Espagne est évaluée dans «Économie de la connaissance, post-fordisme et savoirs occupationnels en Espagne : une nouvelle donne, Savoirs, Université de Paris-x, nº 15, 2007, p. 105-120. Enfin, dans «Una lectura transversal de la formación ocupacional pública. Entre Karl Polanyi, Max Weber y Michel Foucault» (Une lecture transversale de la formation occupationnelle publique. Entre Karl Polanyi, Max Weber et Michel Foucault), Cuadernos de Trabajo Social, Université Complutense de Madrid, vol. xxii, 2009, p. 109-121, il est proposé une approche originale, en espagnol, de la fpo à la lumière de textes d’auteurs prominents dans le domaine des sciences sociales et de la philosophie.

17Il reste bien sûr à considérer les répercussions de la crise financière mondiale de 2008 et surtout de celle de l’euro sur la fpo. Nonobstant, les recherches sur un thème aussi aride que la formation professionnelle, qui ne correspond nullement aux canons esthétiques de l’université française en matière de civilisation, démontrent qu’elles peuvent apporter beaucoup en matière de connaissance des évolutions économiques et sociales, et même culturelles (la représentation des savoirs «populaires» par exemple), de l’Espagne de la seconde moitié du xxe siècle. Par la même occasion, la compréhension de l’Espagne d’aujourd’hui y gagne en clarté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dautrey, « Formation professionnelle, travail et territoire en Espagne. Le cas de Teruel  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 07 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/4737 ; DOI : 10.4000/ccec.4737

Haut de page

Auteur

Philippe Dautrey

Enseignant-chercheur au cidhem (Centre de recherches et d’enseignement en sciences humaines de l’État de Morelos), Cuernavaca, Etat de Morelos, Mexique

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org