Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Chronopathie

La crise mémorielle et ses lois en Espagne de 1931 à nos jours
Antoine de Prémonville

Notes de l’auteur

Thèse soutenue le 27 avril 2012 en l'Université Lyon-iii, devant un jury composé par MM. Les professeurs Hugues Didier (Lyon-iii, directeur de la thèse), Maria Elosegui Itxaso (Université de Saragosse, Espagne), Pablo Perez Lopez (Université de Valladolid, Espagne), Paloma Otaola Gonzales (Université Jean Moulin Lyon-iii).

Texte intégral

1L’irruption de la mémoire dans le champ des études historiques n’est pas neuve et n’est en aucun cas une spécificité espagnole. Au contraire, elle s’inscrit dans le cadre d’un contexte européen qui voit s’affronter héritiers de tel ou tel camp qui revendiquent parfois l’adoption de textes juridiques qui ont pour effet de figer l’interprétation d’une histoire qui s’écrit alors dans les Parlements et les prétoires des tribunaux, et non dans les bibliothèques des historiens. Depuis la loi Gayssot en 1991, la France a en effet cumulé les lois mémorielles. Un dispositif juridique adopté au niveau communautaire en dépit des nombreuses critiques du monde académique. L’Espagne n’est pas en reste. Depuis plus d’une dizaine d’année, l’on assiste à une résurgence de la mémoire historique en Espagne. Qu’il s’agisse des contemporains ou de leurs héritiers, la mémoire des vaincus de la Guerre Civile, autrefois passée sous silence, est devenue incontournable aussi bien sur le plan historiographique que culturel et même politique. Véritable enjeu politique entre la majorité du gouvernement de M. Zapatero et les conservateurs, l’adoption  de la ley de memoria histórica, dont nous étudions le contexte, les apports et limites,  a considérablement fait évoluer la façon d’appréhender l’héritage de la guerre civile et du franquisme de nos jours, notamment en rendant obligatoire le retrait de tout symbole rappelant la dictature.

2Les nombreux succès éditoriaux et cinématographiques relatifs à cette période douloureuse, mais également le travail du temps, ont contribué à la diffusion d’épisodes méconnus et à la réappropriation d’un passé qui n’avait pas toujours été transmis aux générations successives. Toutefois, l’activisme des uns ne fait pas l’unanimité. Entre ceux qui ne souhaitent pas rouvrir les blessures du passé au nom d’une concorde nationale difficilement obtenue, et ceux qui se sentent mis en accusation par un « triomphe des vaincus » qui tend à ne présenter le conflit civil que sous l’angle de la lutte des « bons » contre les « méchants », l’on a pu observer une crispation partisane des débats au détriment de la science historique. La question mémorielle a atteint de telles proportions que certains commentateurs se sont demandés si la Guerre Civile était ou non terminée. Il s’agit alors de comprendre les points de vue et revendications de chacun et d’analyser les évolutions qu’ils ont pu connaître au cours des dernières décennies. Pareille confrontation des discours avec les faits nous amène à nous intéresser aux grands thèmes de l’histoire espagnole depuis 1931 à travers l’évocation de points clefs tels que la démocratie sous la iie République, Guernica, la doctrine franquiste ou la transition démocratique. Quoique l’évolution de l’historiographie soit indéniable depuis 1931, elle ne saurait s’expliquer entièrement par la lutte partisane des héritiers des deux camps. En effet, il nous faut nous intéresser également à des causes plus profondes, sociologiques, économiques et philosophiques, qui en sont à l’origine. D’ailleurs, l’on constate que le conflit mémoriel touche également des thèmes en apparence non contemporains comme al-Andalus ou la conquête des Amériques.

3La réinterprétation de l’histoire à l’aune des mémoires n’affecte pas que la science historique, mais également les grandes institutions de l’Espagne qui font fréquemment l’objet de critiques tant populaires que médiatiques. Après avoir connu un état de grâce dans les premiers temps de la démocratie, la Couronne est depuis quelques années la cible d’attaques pas toujours justifiées sur le plan historique. L’armée et l’Église catholiques ne sont pas en reste. Quant à l’État espagnol qui demeure une construction à géométrie variable en perpétuelle évolution, il suscite des débats nationalistes enflammés qui font appel à l’histoire en guise de justification, mais sans toujours se prévaloir de toute la rigueur ni de la neutralité souhaitable, ce qui peut conduire à des falsifications grossières, comme nous le montrons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine de Prémonville, « Chronopathie », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 22 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/4631 ; DOI : 10.4000/ccec.4631

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org