Navigation – Plan du site
Études
L'étranger dans le monde hispanique contemporain

La condition d’étranger : une mise en discours de la conscience de soi et de la perception de l’autre

À propos des immigrés économiques espagnols et portugais de Perpignan
La extranjería: la elaboración de un discurso de la autoconciencia y de la percepción del otro
Christian Lagarde

Résumés

La condition d’étranger, qui confronte et met à l’épreuve de l’autre les identités, est liée au statut de celui qui se déplace. Après avoir mis en perspective plusieurs approches théoriques, la recherche se centre sur deux corpus de nature différente concernant des immigrés économiques espagnols et portugais parvenus à la même date sur le terrain de Perpignan (au centre-sud de la France métropolitaine). Le propos est d’analyser à travers le discours produit les limites de l’universalité d’une telle condition en fonction d’éventuels présupposés stéréotypiques, puis de mettre en évidence l’existence, d’une part d’un conflit identitaire entre allogènes et autochtones, d’autre part d’un conflit d’identités chez l’immigré lui-même, surtout à la faveur d’un projet de retour (réalisé ou non) dans son pays d’origine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Catherine Halpern (coord.), Identité(s). L’individu, le groupe, la société, Auxerre, Ed. Sciences (...)

1Être étranger, c’est avant tout une question d’identité, laquelle se dédouble entre l’autoperception et la spécularité : la conscience de soi ne se réalise jamais qu’au miroir de l’Autre1 ; la singularité ne se dessine, au plan individuel, que dans la différence (ou la somme des différences) ; au plan collectif, que dans l’écart à la norme sociale. Mais l’étranger n’en a pas moins un statut qui mérite d’être précisé – dans cette étude, celui d’immigré –, et qui l’inscrit dans un rapport de places bien particulier. De même, on ne saurait aborder la question de l’identité sans se référer à des approches théoriques spécifiques, qui permettent de dégager des conceptions essentialistes ou constructivistes.

  • 2  Serge Moscovici, L’âge des foules : un traité historique de psychologie des foules, Paris, Fayard, (...)
  • 3  Pierre Bourdieu, « Le langage autorisé : les conditions sociales du discours rituel », repris dans (...)

2Il s’agira ici de mettre en perspective une étude de cas qui me paraît, sans doute parmi beaucoup d’autres, emblématique de cette problématique. Je tenterai à travers elle de démêler ce qui relève d’une certaine universalité de la condition d’étranger immigré et ce qui ressortit à des éléments purement contextuels qui en recomposent les modalités. Si j’ai choisi de l’aborder sous l’angle psychosocial2 plutôt que par le biais de l’analyse d’une fiction littéraire ou d’une autobiographie formalisée, c’est parce que, comme sociolinguiste, je suis persuadé que la vérité des gens simples – les migrants ou immigrés plus ou moins incultes – vaut bien dans sa sincérité, dans sa vérité et en humanité, celle des lettrés ; que celle des dominés est aussi digne d’intérêt que celle d’individus en position socioculturelle et/ou socioéconomique dominante3. La parole des immigrés espagnols et portugais parvenus à la même époque et pour des motifs similaires en territoire français sera scrutée à partir d’enquêtes de terrain réalisées à Perpignan selon des méthodologies et des finalités différentes.

  • 4  Christian Lagarde, Conflits de langues, conflits de groupes, Paris, L’Harmattan, 1996.
  • 5  Mémoire(s) de Portugais. Tavira-Perpignan, Perpignan, Archives communales de Perpignan, 2005.

3Je m’appuierai en effet sur deux corpus d’entretiens : celui que j’avais pu recueillir, il y a maintenant vingt ans, pour les besoins de ma thèse, auprès d’immigrés espagnols castillanophones installés à Perpignan et dans sa périphérie4 ; celui établi il y a sept ans dans un périmètre similaire par l’archiviste municipale Michelle Ros, pour les besoins de l’exposition réalisée à la faveur d’une semaine de rapprochement institutionnel entre les municipalités de Tavira et de Perpignan, dont il est resté un catalogue souvenir5. Malgré un décalage dans le temps qui d’une certaine manière fait écho à celui des migrations espagnole et portugaise en France, on est tout de même frappé de la coïncidence des trajectoires individuelles et de la formulation des enjeux auxquelles elles donnent lieu : au-delà des circonstances particulières, la migration qui vous rend étranger débouche sur une expérience qui, on va pouvoir en juger, inscrit l’individu dans l’universel. Néanmoins, les deux corpus présentent une divergence non négligeable : dans le premier en date, l’intervieweur se veut délibérément accoucheur de la douleur née d’une stigmatisation sociale ; dans l’autre – cadre officiel oblige –, l’échange élude la quasi-totalité de ces aspérités.

4La question du retour, cruciale parce qu’elle place les individus dans un entre-deux inscrit dans une perspective intergénérationnelle, viendra clore ce coup de sonde dans une problématique de plus en plus récurrente dans un contexte de globalisation qui multiplie exponentiellement les flux migratoires. On tentera alors de montrer en quoi les enjeux qu’exacerbent les essentialismes constituent un piège dommageable pour les « rémigrants » et quels remèdes offrent des théorisations alternatives.

Autour des notions d’étranger et d’identité

5Il y aurait sans doute lieu, tout d’abord, de nous interroger sur ce que recoupe le vocable « étranger ». Il existe bien en effet un point commun correspondant à plusieurs statuts fort différents, qui ont à la fois une influence sur l’image que l’autochtone se forge ou reproduit de l’étranger et sur le point de vue que se constitue l’étranger lui-même sur son nouvel environnement. Ces images et jugements passent, on va le voir, au filtre de diverses formes discursives.

  • 6  François Flahaut, La parole intermédiaire, Paris, Seuil, 1973.
  • 7  Pierre Bourdieu, « La production et la reproduction de la langue légitime », 1982, repris dans Pie (...)

6Le point commun nous renvoie à un rapport de places : l’étranger est celui qui est ou s’est déplacé hors de son contexte d’origine, ou bien celui qui n’est pas ou ne se perçoit pas à sa place. Un tel rapport de places6 n’est presque jamais neutre mais au contraire marqué par des valeurs de légitimité7 : soit l’étranger en tant que tel est discriminé parce que jugé illégitime par celui qui s’estime être au contraire légitime (l’autochtone, le national, celui qui est en tout cas conforme à la norme sociale, culturelle, linguistique, économique ou politique dominante) et il n’a donc pas voix au chapitre – tel est le cas en général de l’immigré – ; soit il s’arroge (souvent avec condescendance) le droit de juger le natif que nous venons d’évoquer et le stigmatise au nom d’une prétendue supériorité sur lui – c’est le cas très souvent du voyageur.

7Ce rapport de places est largement déterminé par le statut, explicite ou non, de l’étranger. Plus concrètement, au-delà des cas particuliers (chaque individu l’étant en puissance), entre le voyageur, l’exilé, le travailleur immigré ou bien le « différent » ou le marginal, il y a bien conjonction et disjonction. Celle-ci est liée au motif et/ou à la durée du contact, à la distance interculturelle et au positionnement des individus et des groupes face à (et pourquoi pas avec) l’autre. De même, il convient de prêter attention aux formes que prend le discours de l’étranger ou sur l’étranger. La place, qui est particulièrement liée au statut de l’individu, l’est également à sa compétence socioculturelle voire interculturelle. Cette dernière permet aux plus cultivés de produire des discours plus riches, précis et nuancés que ceux des gens simples ; en revanche, sans entrer dans une optique populiste, il se peut que les afféteries langagières du « savant » soient de nature à masquer une moindre sincérité dans l’expression d’un point de vue. On observera néanmoins qu’un discours peu sophistiqué ne préserve en rien des stratégies d’évitement et de l’insincérité.

  • 8  Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.
  • 9  Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.
  • 10  Fredrik Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières » in Philippe Poutignat ; Jocelyne Stre (...)

8Cela étant posé, il faut considérer d’une façon très générale que dès qu’il est question d’étranger, on entre dans un rapport qui est à tout le moins celui de la comparaison. Ainsi, l’expression de Hölderlin d’« épreuve de l’étranger », reprise dans le titre du célèbre ouvrage de traductologie d’Antoine Berman8, me paraît être particulièrement adaptée à notre réflexion. D’autant que « épreuve » signifie aussi bien expérience que souffrance, et par conséquent, le plus souvent, une expérience éprouvante, au sens propre ou figuré. La conscience de soi parmi les siens se limite (si l’on peut dire) à celle de sa propre singularité par rapport à chacun des individus qui forment un environnement familier et par rapport à la pression qu’exercent les normes sociales de son groupe sur chacun d’eux. L’injonction de ce que Ricœur9 dénomme la « mêmeté » – c’est-à-dire l’identité au sens de la recherche de l’identique – se heurte ainsi frontalement à la singularité, qui est l’autre polarité du terme ambivalent d’identité, dont témoignent les signes distinctifs consignés sur les passeports et cartes d’identité. Mais dès lors que l’individu est amené à franchir les limites d’un environnement social qui est le sien10, à la fois contraignant et protecteur, les paramètres de « mêmeté » et de singularité prennent une autre dimension, puisque les écarts se creusent en contexte « étranger », forcément différent.

  • 11  Ruth Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

9Il y a de par le monde de nombreux peuples dont l’autodénomination, traduite dans leur langue, signifie « les hommes ». Ainsi, de manière explicite, se dessinent les contours d’une humanité inclusive face à une « barbarie » exclusive (pensons aux Romains) à laquelle est déniée cette supériorité qualitative. C’est ainsi qu’est appréhendé l’étranger, qu’il se trouve mis à distance lorsqu’il est sur son propre territoire ou quand il se trouve transplanté en intrus sur un territoire qui n’est pas le sien. L’altérité est en effet avant tout stigmatisée et s’accompagne d’un déni d’identité individuelle : l’étranger, en tant que différent, est volontiers considéré au prisme réducteur du stéréotype, cette « image préfabriquée, toujours semblable à elle-même, que la collectivité fait monotonement circuler dans les esprits et dans les textes11 ». En même temps, on observe sans peine que cette altérité tend à cimenter la collectivité qu’il est coutume de dénommer « d’accueil » : on ne se reconnaît jamais plus proche, entre soi, que confronté à une plus ou moins grande différence. Mais de la même manière que les autochtones se soudent autour de leur culture et leurs valeurs (c’est le fameux « instinct grégaire »), le regroupement de la communauté des étrangers leur apparaît d’autant plus nécessaire que le rapport numérique et le rapport au sol et aux biens leur est défavorable. La confrontation à l’étranger (que ce soit « en pays étranger » pour les uns, ou « avec les étrangers » pour les autres) est par conséquent source de réactivation identitaire : ce qui pouvait jusqu’alors passer aux yeux de chacun comme allant de soi, laissé dans un implicite non conscient, affleure et fait même violemment irruption chez les uns et les autres. Le miroir agit en puissant révélateur.

  • 12  François Thual, Les conflits identitaires, Paris, Ellipses, 1995.
  • 13  Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.
  • 14  Gilles Ferréol ; Guy Jucquois (eds), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, (...)

10Quoique nous puissions en dire et en penser en tant qu’intellectuels, la différence n’est que rarement perçue de prime abord comme richesse mais bien plutôt comme un diacritique à tout moment instrumentalisable sur le mode conflictuel12, à quoi s’alimentent la xénophobie et le racisme dits « ordinaires », que l’étranger doit souvent subir de manière plus ou moins explicite au quotidien. Un tel rejet peut conduire à la volonté d’éliminer – symboliquement et jusque physiquement – l’Autre selon ce que Maalouf a dénommé des « identités meurtrières13 » et qui se traduit, dans ses manifestations paroxystiques, par l’épuration ethnique voire la « solution finale ». De ce désir de supprimer l’Autre, ou plus souvent encore de supprimer ce qui en soi est autre, la valorisation officielle de l’« intégration » et de l’« assimilation » témoigne à sa manière, sous une forme plus insidieuse. Car ce qui est célébré là n’est autre qu’une démarche, demandée à l’étranger voire exigée de lui, d’un rapprochement voire d’une identification vers le semblable (en l’occurrence, l’autochtone), susceptible de signifier (de façon plus ou moins implicite) la perte de ou le renoncement à ses propres normes et valeurs. De visible, l’étranger est « invité » à devenir « invisible », c’est-à-dire à s’acculturer14. Mais – et c’est là un point important du débat public –, doit-il ou non pour autant être sommé de se déculturer ?...

  • 15  Gilles Deleuze ; Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.
  • 16  Carmel Camilleri et al., Stratégies identitaires, Paris, PUF, 1990.

11Une telle manière d’envisager la relation entre autochtone et étranger relève d’une vision essentialiste, qui, dans ce cas, considère les individus en fonction du paramètre unique de l’héritage et donc, dans nos sociétés, de la nationalité. Mais cette « identité racine », sommairement et artificiellement perçue comme unitaire et intangible, se trouve contrecarrée et bien souvent subvertie, selon Deleuze et Guattari15, par une complexité, en forme de « rhizome », construite, révisable en fonction de stratégies identitaires16 individualisées et tissée de mille identifications. La métaphore du rhizome témoigne aussi du caractère anarchique et parfois contradictoire du réseau de radicelles, qui permet à l’individu d’éventuellement partager avec l’Autre tout en restant soi et en consonance avec les siens. Le rhizome constitue ce « pont identitaire » qui permet à l’étranger de vivre de manière un peu moins conflictuelle et douloureuse l’entre-deux auquel il parvient, les années passant, lorsqu’il cesse d’être un immigrant pour devenir un immigré encore « visible ». C’est par cette voie étroite que, plus précisément, l’individu parvient à prendre quelque distance vis-à-vis des collectifs, à construire une suture là où tout pouvait lui sembler coupure.

Les perspectives offertes par deux corpus oraux recueillis à Perpignan

12Nous abandonnerons à présent, sans pour autant la perdre de vue, cette perspective générale qui n’a pu être abordée ici que de façon sommaire, pour nous centrer sur une étude de cas perpignanaise, dont nous nous efforcerons de tirer un certain nombre d’enseignements susceptibles de nourrir une réflexion qui entend le transcender. Les données correspondent à deux corpus légèrement décalés dans le temps (respectivement, début des années 1990 et début des années 2000) concernant les migrants espagnols et portugais sur ce territoire. On verra que le mode de recueil et de transcription différencié de la parole immigrée n’est pas sans incidence aussi bien sur sa production que sur l’analyse discursive qui peut en résulter, du point de vue de l’auto-perception de l’étranger.

  • 17  Raymond Sala ; Michelle Ros (eds.), Perpignan une et plurielle, Canet, Trabucaire, 2003.
  • 18  Javier Rubio, La emigración española a Francia, Barcelone, Ariel, 1974.

13Perpignan est une ville frontière, autrefois possession de la Couronne d’Aragon, rattachée à la France par le Traité des Pyrénées de 1659. Démembrée de la Catalogne, elle a toujours entretenu avec elle et avec l’Espagne des relations fortes17 où le jeu de l’attraction et de la répulsion prend les traits de la dialectique du Même et de l’Autre. Le Catalan du Sud possède en commun avec l’autochtone une langue et une partie de son histoire. Il peut donc, en tant que voyageur ou immigré, se faire et être considéré invisible, mais son origine différente peut aussi lui être renvoyée en tant qu’« Espagnol », selon le critère de la nationalité, qui agit en diacritique. Des flux migratoires de sens contraire – la plupart du temps orientés du Sud vers le Nord –, de travailleurs migrants, se sont succédé depuis l’annexion, sans trop de heurts parce qu’étant généralement le fait d’individus isolés. Cependant, au xxe siècle, deux phénomènes majeurs sont venus altérer ces pratiques transfrontalières traditionnellement alimentées par les déséquilibres économiques : en premier lieu, l’exil républicain massif du début de 1939, qui crée un afflux temporaire de 500 000 Espagnols (Catalans et autres) dans le département des Pyrénées-Orientales18 ; ensuite, dans les années 1960 (entre 1955 et 1975), une importante arrivée de travailleurs immigrés pour la première fois non catalanophones, andalous pour la plupart.

  • 19  Jean-Claude Villegas (coord.), Plages d’exil. Les camps de réfugiés espagnols en France, 1939, Nan (...)

14La vague de 1939, majoritairement intégrée par des catalanophones, se distingue des flux antérieurs et aussi de ceux à venir, qu’ils soient espagnols, portugais ou maghrébins, par son caractère politique. Cette phase singulière est liée au profond traumatisme occasionné par la défaite et par l’internement des soldats républicains sur les plages roussillonnaises19, aux craintes développées alors par les autochtones face à un envahissement de leur espace, et à l’impossibilité du retour imposée par l’installation dans la durée du régime franquiste. La plupart des exilés républicains (dont le plus célèbre est le poète Antonio Machado) ne font cependant que passer, mais beaucoup sont restés. Ainsi, S.F., arrivé enfant, dans les années cinquante, avec sa mère pour rejoindre un père réfugié, envisage rétrospectivement et sommairement sa trajectoire ainsi :

On voyait Franco qué ça durerait, comme ça a duré quarante ans. Nous on a dit : « On est condamnés à rester, eh bé, on restera ici ! ». (SF)

15En fait, c’est plutôt d’un projet de retour sans cesse différé qu’il s’est agi, annihilant la possibilité d’un choix individuel et imposant de ce fait une intégration basée, au-delà de la conscience politique, sur la valorisation de la culture, entre autre à travers la scolarisation.

16La vague espagnole des années soixante renoue avec les motifs économiques : le Roussillon est alors l’un des jardins de la France et son agriculture, qui manque de bras, attire une main d’œuvre expérimentée et excédentaire chez elle. C’est la raison pour laquelle l’arrivée des Andalous coïncide dans le temps avec celle de leurs voisins du Sud portugais (Perpignan reçoit de nombreux ressortissants de Tavira, dans l’Algarve), l’apogée numérique des deux se situant au milieu de la décennie. Mis à part certains hommes qui, plutôt vers 1970, fuient la conscription de crainte d’être enrôlés dans les guerres coloniales, les Portugais sont eux aussi des travailleurs migrants. C’est pourquoi les récits de l’aventure migratoire et des premiers temps à Perpignan sont similaires, de même que le contexte socioéconomique et la formation professionnelle de départ. Espagnols et Portugais connaissent la même adaptation au marché local (agriculture puis bâtiment pour les hommes, agriculture, ménages et hôtellerie pour les femmes), la même altérité linguistique.

17Les deux corpus d’entretiens pris en compte ici ne permettent pas de se faire véritablement une opinion sur une éventuelle différence de traitement, de la part des autochtones, à l’égard des uns et des autres, pour des raisons inhérentes à leur conception. Le corpus « espagnol » est en effet un corpus de recherche qui vise à libérer la parole des autocensures, y compris au moyen d’une pression délibérée de l’enquêteur cherchant à obtenir l’explicitation de non-dits et à pointer les ratages discursifs de l’informateur. Le corpus « portugais » est en revanche un corpus « officiel » diligenté par la municipalité perpignanaise dans le cadre d’un rapprochement administratif et culturel. L’informateur y est traité avec bienveillance, en hôte digne d’intérêt volontiers soucieux en retour de ne pas déplaire à son interlocuteur. Nous sommes, de la part de ce dernier, dans la perspective d’un savant dosage entre visibilité (qui motive l’exposition et le catalogue consacrés à une communauté clairement identifiée) et invisibilité (dans la recherche d’un consensus intégrateur) de l’étranger.

  • 20  Christian Lagarde, Le parler ‘melandjao’ des immigrés espagnols en Roussillon. Perpignan, Presses (...)
  • 21  Christian Lagarde, Conflits de langues, conflits de groupes, Paris, L’Harmattan, 1996.
  • 22  Mémoire(s) de Portugais. Tavira-Perpignan, Perpignan, Archives communales de Perpignan, 2005.

18Le traitement même de la parole, en matière de transcription, n’est pas non plus identique dans les deux enquêtes : d’un côté, on tente de rendre compte, au plus près du matériau sonore enregistré, de la spécificité des traits langagiers (dialectalismes, interférences20) et discursifs (redondances, ratures et ratages21) ; de l’autre, le discours produit a été transcrit et revu par des tiers qualifiés, en langue standard corrigée, digne d’être rendue publique et avalisée institutionnellement22. Nous avons donc d’un côté une production discursive brute, parsemée d’aspérités formelles et socio-sémantiques, de l’autre une production formellement et idéologiquement lisse. Ce qui est ici en jeu d’un point de vue méthodologique et éthique, c’est la formulation d’éventuelles dissensions ayant pu se faire jour dans la relation immigré (ou plutôt immigrant) /autochtone ; c’est rendre compte rétroactivement d’éventuelles relations conflictuelles, au plan individuel et/ou collectif. A titre d’exemple, la seule pointe de ressentiment qui filtre de la démarche « officielle » consacrée en 2004 aux habitants de Tavira est celle-ci, centrée sur la réussite sociale de l’immigré :

Os catalãos ? Premeiro alham para o que temos antes de interessarem-se por quem somos ! […] A pesar de tudo acostumei-me a Perpignan. (VN)

19Cependant, au-delà de la problématique du « donneur d’ordre » et de la méthode de traitement et de diffusion du matériau recueilli, on est en droit de s’interroger sur l’éventualité que les deux groupes, soit du fait de leur propre comportement, soit parce qu’ils ne présentaient pas le même degré d’altérité, aient pu ne pas avoir, socialement, été traités pareillement. Pour preuve cette analyse d’un témoin espagnol, par ailleurs observateur perspicace, concernant la stigmatisation des différentes vagues d’étrangers :

Après, c’est passé, y maintenant, la histoire, il semble que ça… Après, ils s’avaient mis un peu avec les Portugais, et maintenant, c’est les Arabes qui chopent ! (LF)

20Les autochtones ne s’en seraient donc pris que « un peu » aux Portugais, contrairement aux Espagnols puis plus tard aux Maghrébins. Les observations faites à propos des Andalous montrent effectivement une dimension conflictuelle liée à l’ampleur du groupe de migrants, à leur trajectoire migratoire et aux caractéristiques de leur auto-perception. Voyons cela plus en détail.

Des identités en conflit

Des antagonismes nourris de stéréotypes et d’expériences personnelles

21Les témoignages sur les premiers contacts des Andalous avec l’environnement nord-catalan montrent une claire mise à distance des allogènes de la part des autochtones :

La gente, parecía que no’ miraba como si fuéramo’ animale’. (Mme Fr)

La gente, parece que te miraba como si fuera’ una e’tranjera. (Mme R)

22Au-delà du truisme exprimé dans le second énoncé mais témoin sans ambiguïté de mise à distance, l’animalité mentionnée dans le premier renvoie clairement à l’infériorisation catégorique de la condition de l’immigré par déni d’humanité. L’importance quantitative de la migration espagnole provoque chez les autochtones des comportements de stigmatisation dont le cheminement peut s’avérer complexe. A preuve cet incident raconté par Mme R, mère de famille andalouse :

Un día, en la plaza que hacen lo’ miércole’ el mercao, yo llevaba a mi pequeño cogío de la mano a comprar […] y el chiquillo se me e’capó y yo dije : « a ver si un coche me lo coge », me fui a por él. Y hacíamo’ cola pa’ compra’ la’manzana’ a e’te hombre. Y había un hombre detrá’ de mí, y dit : «¡ eh ! ¡que se vaya p’allá a la fin, e’pañola de mierda ! ». Y yo digo : « Y u’té, ¿de qué raza e’ ? »… (Mme R)

23En situation de conflit, fût-il insignifiant, l’insulte scatologique fuse. Or, il se trouve que l’agresseur verbal a pour nom Martinez, donc à consonance espagnole, à qui l’agressée assène : « U’té viene de raza e’pañola. Pourtant ha nacío aquí, pero su nombre e’ e’pano’ » pour finir par le traiter de ce fait de « me’clao », en somme d’Espagnol dénaturé.

24Cet exemple est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, il témoigne de l’existence d’un conflit entre individus et partant entre groupes (autochtones vs immigrants) figuré dans le lexique péjoratif voire ordurier (animaux, merde, « mélangés » assimilable à bâtards). Ensuite, il convoque le terme « race », qui, pour être pris au sens d’« origine », n’en est pas moins forcément exempt de connotations. Enfin, il met en évidence un des éléments les plus significatifs de la problématique identitaire : la haine de l’autre en soi, que les sociolinguistes catalans ont dénommé autoodi.

25C’est parce que le dénommé Martinez est d’origine espagnole et que, né en France comme le suggère l’enquêtée, il se sent et se veut intégré, qu’il rejette fermement l’Andalouse en tant qu’étrangère. Il le fait d’autant plus violemment que son patronyme est un marqueur d’identité qui vraisemblablement l’empêche d’accéder à l’invisibilité sociale dont il doit rêver : le nom qui le trahit l’incite à se démarquer, à renier la part de soi imprésentable (le lien du sang) au profit de celle qui lui paraît requise (le lien du sol), au besoin par l’injure.

26La xénophobie, le racisme ordinaire en résultent :

C’était… au début, y avait un peu de… au début, eh… contre nous, contre les Espagnols, y avait pas mal des gens qui disaient si on vénait manger son pain, enfin, des conneries… (LF)

  • 23  Maria do Céu Mendes Cunha, Tribulations de la « Saudade » : familles, associations, identités des (...)
  • 24  Julio CaroBaroja, El mito del carácter nacional, Seminarios y Ediciones, 1970.

27On se demandera s’il en a été de même avec les Portugais23 et si tel n’a pas été le cas, à quel(s) motif(s). Bien que les corpus mis à contribution ne permettent pas d’être catégorique (pour les raisons exposées précédemment) sur ce point, il semble que les Portugais aient fait l’objet d’une moindre stigmatisation de la part des Perpignanais. Nous pourrions nous interroger sur d’éventuelles caractéristiques idiosyncrasiques, qui feraient des lusophones des êtres plus discrets et malléables, plus aptes à la coexistence pacifique et donc à l’intégration, face à une fierté espagnole ombrageuse et à la revendication d’une identité irréductible, mais ce serait là s’en remettre à la subjectivité stéréotypante du « caractère national » des peuples dont Caro Baroja24 a magistralement démontré les errements et l’absence de bien-fondé.

28Sans doute est-il préférable d’aller chercher des explications dans les précédents relationnels des communautés mises en présence par le phénomène migratoire. On peut penser que les Portugais, jusqu’alors inconnus ou presque en territoire nord-catalan, ont bénéficié d’une certaine neutralité pour être jugés sur pièce et que, réciproquement, pour ce même motif, les immigrants ne nourrissent aucun grief particulier à l’endroit de la communauté d’accueil. En revanche, la relation entre Espagnols et Français nord-catalans n’est guère susceptible d’échapper à un certain nombre de présupposés de signe négatif. Les migrants provenant du Sud espagnol sont les ressortissants d’un État limitrophe et, selon le principe moteur de l’identité, celle-ci, doit, pour s’établir et se renforcer, mettre en avant et surdimensionner les diacritiques qui établissent l’altérité. Pour aussi paradoxal que cela puisse paraître, la proximité renforce en effet les antagonismes. Il semble en outre que les conflits identitaires à l’œuvre au sein du territoire espagnol soient les déterminants d’un certain degré d’hostilité.

  • 25  Francisco Candel, Els altres catalans, Barcelone, Edicions 62, 1964.

29Tel est le cas entre Castillans et Catalans, manifesté dans le sentiment de supériorité affiché par le « centre » madrilène par rapport aux différentes périphéries de l’Espagne et à sa contestation par celles-ci, Catalogne en tête. Cette rivalité de tous les instants affecte tous les domaines et atteint on le sait son paroxysme de représentation symbolique lors des « clásicos » entre « Barça » et Real Madrid. Tel est également le cas entre Andalous et Catalans, les premiers étant depuis les années 1950 les « immigrants » incarnés par la figure du « charnego25 » sur le terrain des seconds. L’expérience sud-catalane, qui a pu se révéler à bien des égards traumatisante pour beaucoup d’Andalous ayant abouti en Roussillon après un passage par Barcelone et sa banlieue, voit le contentieux intrapéninsulaire se transposer au-delà des Albères. Au résultat, ce vécu et ces représentations conflictuelles viennent se surajouter au rapport de force classique de la situation migratoire, qui met face-à-face autochtones vs étrangers, pourvoyeurs vs demandeurs d’emploi, que partagent à Perpignan Andalous et Portugais.

La question déchirante du retour

30Comme le disait précédemment notre informateur, cette stigmatisation des Espagnols, « c’était au début », ce qui suppose que ces manifestations ont décru au fur et à mesure des années de résidence, compensées par le processus d’intégration. C’est la raison pour laquelle il paraît judicieux de faire porter l’analyse quelque deux ou trois décennies plus tard, à la période où ont été collectés les entretiens. Entre temps, 1974 avec la Révolution des Œillets au Portugal et 1975 avec la mort de Franco en Espagne ont laissé place à la démocratie ; 1986 a vu les deux pays intégrer la Communauté puis l’Union Européenne, bénéficier de ses largesses et progresser significativement en termes de niveau de vie. Au moment du recueil des interviews, les deux pays connaissaient une prospérité qui s’est révélée depuis lors plus fragile qu’on le pensait alors. A la possibilité d’aller-retour qui concernait les immigrants économiques, contrairement aux exilés, a fait place, de manière moins fantasmatique puisque réalisable grâce aux facilités découlant des accords de Schengen, la question du retour.

31C’est alors que l’« épreuve de l’étranger », pourtant déjà si difficile du fait de la transplantation dans un environnement différent, prend son tour le plus problématique. L’immigré est désormais en situation de se confronter – autrement que lors de ses brefs séjours de vacances, fussent-ils récurrents – à un contexte qui est a priori le sien, mais susceptible d’avoir changé, d’autant plus que son séjour à l’étranger se sera prolongé. D’étranger en territoire de l’Autre, l’immigré court le risque de l’être devenu chez lui, et par conséquent doublement. La perspective du retour donne lieu à diverses stratégies. Dans le contexte des années 2000, peut-on véritablement croire que, de la France vers le Portugal, on puisse en être empêché, ou que la question ne se soit pas posée, comme l’affirme ce tavirense :

Durante muito tempo, pensei que voltava viver para o meu país de origem, mas o tempo passou e nunca tive a ocasião. (D C) ?

32Absorbé dans son quotidien, il a vraisemblablement éludé la prise de responsabilité que constitue une décision personnelle lourde de sens Car d’autres disent avoir franchi le pas, mais non sans conséquences au plan familial, parfois même au sein du couple, qui peut être conduit à se séparer de facto en raison d’options opposées :

Vou e volto porque preciso de reencontrar as minhas raízes. Não voltei à França ha dois anos, mas a minha mulher ainda mora lá (JE dS)

33Dans cet autre couple, les dissensions n’en sont pas encore au même point, mais lorsque le mari déclare à l’enquêtrice : « Na reforma, hei de voltar para Portugal para o nosso apartamento de Tavira », et que sa femme s’empresse de rectifier : « Faremos idas e voltas », on voit bien que le débat sur le choix reste problématique. La plupart du temps, ce déchirement provient du fait que les immigrés ont parfois davantage vécu dans leur pays d’accueil que dans celui de leurs origines :

Hoy ya no lo cambio, eh… porque nosotros nos hemos acostumbrado a la vida de aquí, y ya pué’, si sería cambiar de irme allí, no me iría. (Mme No)

34Effectivement, les expériences de retour n’ont pas toujours été concluantes. Si pour l’une des enquêtées elle s’avère positive et irréversible, productrice d’une partition claire de statut entre résidente et voyageuse : « Gostava de ir de novo a Perpignan, só pelo prazer, mas não para lá viver » (MC MD), pour d’autres elle n’a été surmontée qu’au prix de multiples embûches : « Tivemos de nos adaptar, não foi fácil ».

35Mais plus que tout, ce sont les enfants qui constituent le véritable enjeu du choix. A un traumatisme de séparation naguère dicté par la nécessité, est-il en effet raisonnable d’en ajouter, désormais de son propre chef, un autre ? «Yo no he profitao de mi’ padre’, y ahora puedo profitar de mi’ hijo’ y de mi’ nieto’» (Mme R).

36Le présent de l’immigré est aussi inconfortable que le fil d’un rasoir, inscrit qu’il se trouve dans la chaîne des générations, entre un passé et un avenir, avec pour point de mire un bilan qu’il voudrait positif, à seule fin de justifier son parcours de vie et les épreuves endurées :

A nossa vida é complicada. Temos a nossa filha aquí e os nossos pais no nosso país. Se um dia deixarmos a nossa filha, voltaremos para Portugal sem ninguém (JP)

L’identité est-elle plurielle ou divisible ?

  • 26  Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes. Paris, Fayard, 1988.

37Ces tiraillements sur le lieu de résidence ne sont que les manifestations d’un conflit d’identité qui découle pour partie de l’injonction d’appartenance liée aux essentialismes nationaux, relayés sur le lieu étranger de résidence par les associations d’émigrants (elles-mêmes parcourues par des lignes de fracture régionales). L’étranger, nous l’avons dit, vit dans un entre-deux et finit par devenir étranger en tout lieu26, comme il le vérifie fréquemment lors de ses retours au pays.

  • 27  Christian Lagarde, Le parler ‘melandjao’ des immigrés espagnols en Roussillon, Perpignan, Presses (...)

38Cela se manifeste par exemple au plan linguistique – je ne m’y étendrai pas ici. A l’étranger, disons simplement que « l’accent », comme l’affirme le sens commun – en fait, à des degrés divers, tous les domaines de la langue27 – trahit bien souvent les origines ; mais le séjour prolongé à l’étranger n’en opère pas moins des déphasages lexicaux dans la langue maternelle bien plus troublants pour lui. De même qu’il n’entend pas être étranger sur le lieu de ses origines, il accepte difficilement le constat qu’il puisse parler incorrectement sa langue maternelle.

  • 28  Donald Winnicott, Jeu et réalité, Paris, Gallimard, 1975.

39Les psychologues, comme Winnicott28 nous apprennent que l’identité, sous peine de graves dérives pour le psychisme de l’individu, n’est pas divisible. D’où la souffrance des étrangers, contraints de tenter d’éviter l’écartèlement que les identités-racine (en particulier national[ist]es) en confrontation s’évertuent à leur imposer. Mettre de l’ordre dans son identité, attribuer un ordre aux deux hémisphères de soi devient dès lors très problématique, comme chez cette jeune femme :

As minhas raízes, não as sinto nem aqui nem lá ! Se os meus avós estivessem vivos, sentir me-ia talvez mais ligada a Portugal, mais afinal, pertenço à França ! França é o meu segundo país, ou o primeiro, não sei, talvez (GB)

40En revanche, si l’on considère la question identitaire au prisme du rhizome, l’individu peut déjouer ce piège de la confrontation des racines et se poser comme un tout complexe, dont les traits (à proprement parler, les identifications) apparemment antagoniques sont susceptibles de se résoudre dans l’unité, par l’acceptation d’une forme d’« inquiétante étrangeté », incarnée par « l’Autre en soi », dont il faut accepter qu’elle puisse ne pas être maîtrisée. Mais reste l’injonction de « mêmeté » de la part des groupes, ainsi que se résout à le concéder cet Espagnol à l’enquêteur :

CL - Et aujourd’hui, après tout ce temps, qu’est-ce que vous vous sentez, Français ou Espagnol, vous ?...

SF - Ça, c’est difficile à dire ! […] Quand je vais dans mon village, ça me plaît pas qu’on me dise : « Tè ! Le Français est arrivé ! ». Souvent, on le dit, là-bas, mais ça me plaît pas. Et ici, si on me dit « L’Espagnol », eh bé, tsss !, ça me gêne aussi, un peu. […] Moi, je voudrais mé sentir français ici et espagnol quand je suis là-bas. Mais ça, c’est difficile !...

CL - Mais pour vous, c’est clair ?... C’est les autres…

SF - C’est les autres, voilà !, qui comprennent pas ce que je sens, moi. (CL / SF)

  • 29  Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

41Quoi qu’il décide l’immigré, ou si l’on préfère, l’étranger, doit en payer le prix : ou bien il doit renoncer à une partie de soi pour bénéficier du confort protecteur d’un groupe d’appartenance, quel qu’il soit, ou bien, à vouloir s’en affranchir pour se singulariser et se reconstituer en un tout harmonieux et paisible, il risque l’isolement résultant d’une double stigmatisation. Au lieu de haïr l’autre en soi, il peut au contraire faire en sorte de l’apprivoiser, se sentir, comme le dit Ricœur, « soi-même comme un autre », en fonction de ce qu’il dénomme « ipséité29 ».

42Faute de quoi, par-delà les discours glorieux sur la réussite matérielle fruit de la migration, l’existence psychique de l’immigré peut se révéler catastrophique. L’un d’eux nous en propose malgré lui – parce qu’il est castillanophone et maîtrise mal l’emploi des fricatives sonores ( il prononce [ilson] = ‘ils sont’ en tant que variante plausible de [ilzon] = ‘ils ont’) – une sorte d’énigme qui n’est pas seulement le propre de ses compatriotes mais bien universelle :

Ils sont ni à là-bas ni ici. Ils vont en Espagne, si vous voulez, ils ont / ils sont perdu(s) ; ils viennent ici, ils sont / ils ont perdu(s). (M. C)

43Faut-il comprendre de ces étrangers émigrés/immigrés, entre l’« ici » nord-catalan de la terre d’émigration et le « là-bas » de la terre natale, qu’« ils ont perdu » ou qu’« ils sont perdus » ? « Ils ont perdu » nous renvoie au bilan plutôt matériel de l’aventure migratoire, qui ne se solde pas toujours par une réussite ; « ils sont perdus » signifie la perte de repères psychosociaux, l’indétermination voire la béance identitaire, et du coup une existence passablement gâchée. A chacun d’avoir sa propre lecture, mais il n’en demeure pas moins vrai que l’entre-deux est source de tensions et que de ce fait la condition d’étranger n’est guère confortable.

Conclusion

44L’ère de globalisation des échanges de marchandises que suppose la prédominance d’un système néolibéral dans laquelle nous vivons, s’accompagne logiquement d’une augmentation très significative des flux migratoires, qui restent en partie dépendants de conjonctures politiques locales imposant l’exil. La condition d’étranger, en tant qu’être déplacé par rapport au lieu de ses origines, est certes universelle mais varie considérablement selon le statut de ce déplacé.

45La confrontation des expériences d’émigrés/immigrés économiques sur un même territoire et à une même date, comme c’est ici le cas d’Espagnols et de Portugais à Perpignan et sa périphérie depuis les années 1960 jusqu’en 2000, révèle que les représentations stéréotypées préexistantes à la mise en relation entre autochtones et allogènes, ne sont nullement neutres dans la coexistence intercommunautaire que crée la migration.

46La question du retour pose quant à elle avec une acuité toute particulière – puisqu’elle est également bien réelle aussi lors de la phase migratoire – la problématique identitaire de l’entre-deux. Selon que l’identité est conçue comme univoque, en tant que « racine », ou composite et révisable, sous forme de « rhizome », soit elle plonge le « rémigré » dans un désarroi déchirant parce qu’elle le rend inassimilable du point de vue de chacune des cultures et des langues nationales entre lesquelles il se tient, soit elle permet à l’individu de trouver les voies de conciliation de ces deux univers dont il est le point de conjonction, et de connaître ainsi la paix d’une identité à la fois pleine et multiple dans laquelle l’« ipséité » ricœurienne, à savoir l’acceptation de l’« autre en soi », conquiert son espace.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Lagarde, Christian, Conflits de langues, conflits de groupes, Paris, L’Harmattan, 1996.

Mémoire(s) de Portugais. Tavira-Perpignan, Perpignan, Archives communales de Perpignan, 2005.

Bibliographie critique

Amossy, Ruth, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

Barth, Fredrik, « Les groupes ethniques et leurs frontières » 1969, in Poutignat, Philippe ; Streiff-Fenart, Jocelyne, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995.

Berman, Antoine, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

Bourdieu, Pierre, « Le langage autorisé : les conditions sociales du discours rituel » 1975 (repris dans Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001, p. 159-173).

Bourdieu, Pierre, « La production et la reproduction de la langue légitime » 1982 (repris dans Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001, p. 67-98).

Bourdieu, Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001.

Camilleri, Carmel et al., Stratégies identitaires, Paris, PUF, 1990.

Candel, Francisco, Els altres catalans. Barcelone, Edicions 62, 1964.

CaroBaroja, Julio, El mito del carácter nacional, Seminarios y Ediciones, 1970.

Deleuze, Gilles ; Guattari, Félix, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

Flahaut, François, La parole intermédiaire, Paris, Seuil, 1973.

Ferréol, Gilles ; Jucquois, Guy (eds), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin, 2003.

Halpern, Catherine (coord.), Identité(s). L’individu, le groupe, la société, Auxerre, Ed. Sciences Humaines, 2009.

Kristeva, Julia, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988.

Kymlicka, Will ; Mesure, Sylvie (eds.), Les identités culturelles, Paris, PUF, 2000.

Lagarde, Christian, Le parler ‘melandjao’ des immigrés espagnols en Roussillon. Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 1996.

Lagarde, Christian, Identité, langue et nation, Canet, Trabucaire, 2008.

LePage, Robert & Tabouret-Keller, Andrée, Acts of Identity. Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

Maalouf, Amin, Les identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.

Mendes Cunha, Maria do Céu, Tribulations de la « Saudade » : familles, associations, identités des Portugais en France, Thèse, Université Paris-viii, 1994.

Moscovici, Serge, L’âge des foules : un traité historique de psychologie des foules, Paris, Fayard, 1981.

Ricœur, Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

Rubio, Javier, La emigración española a Francia, Barcelone, Ariel, 1974.

Sala, Raymond et Ros Michelle eds., Perpignan une et plurielle, Canet, Trabucaire, 2003.

Streiff-Fenart, Jocelyne, « Dossier 'Portugais de France : Immigrés et citoyens d'Europe' », Nice, Cahiers de l'URMIS, 2004.

Thual, François, Les conflits identitaires, Paris, Ellipses, 1995.

Todorov, Tzvetan, Nous et les autres, Paris, Seuil, 1989.

Tomé, Maria Alice & Pires Cabreira, Teresa, Portugais et luso-français, Paris, CIEMI/L’Harmattan, 1994.

Villegas, Jean-Claude (coord.), Plages d’exil. Les camps de réfugiés espagnols en France, 1939, Nanterre, BDIC/Dijon, Hispanistica xx, 1989.

Winnicott, Donald, Jeu et réalité, Paris, Gallimard, 1975.

Haut de page

Notes

1  Catherine Halpern (coord.), Identité(s). L’individu, le groupe, la société, Auxerre, Ed. Sciences Humaines, 2009 ; Christian Lagarde, Identité, langue et nation, Canet, Trabucaire, 2008 ; Robert Le Page ; Andrée Tabouret-Keller, Acts of Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

2  Serge Moscovici, L’âge des foules : un traité historique de psychologie des foules, Paris, Fayard, 1981.

3  Pierre Bourdieu, « Le langage autorisé : les conditions sociales du discours rituel », repris dans Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique. Paris, Seuil, 2001, p. 159-173.

4  Christian Lagarde, Conflits de langues, conflits de groupes, Paris, L’Harmattan, 1996.

5  Mémoire(s) de Portugais. Tavira-Perpignan, Perpignan, Archives communales de Perpignan, 2005.

6  François Flahaut, La parole intermédiaire, Paris, Seuil, 1973.

7  Pierre Bourdieu, « La production et la reproduction de la langue légitime », 1982, repris dans Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique. Paris, Seuil, 2001, p. 67-98.

8  Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

9  Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

10  Fredrik Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières » in Philippe Poutignat ; Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995.

11  Ruth Amossy, Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, 1991.

12  François Thual, Les conflits identitaires, Paris, Ellipses, 1995.

13  Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.

14  Gilles Ferréol ; Guy Jucquois (eds), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin, 2003.

15  Gilles Deleuze ; Félix Guattari, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

16  Carmel Camilleri et al., Stratégies identitaires, Paris, PUF, 1990.

17  Raymond Sala ; Michelle Ros (eds.), Perpignan une et plurielle, Canet, Trabucaire, 2003.

18  Javier Rubio, La emigración española a Francia, Barcelone, Ariel, 1974.

19  Jean-Claude Villegas (coord.), Plages d’exil. Les camps de réfugiés espagnols en France, 1939, Nanterre, BDIC/Dijon, Hispanistica xx, 1989.

20  Christian Lagarde, Le parler ‘melandjao’ des immigrés espagnols en Roussillon. Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 1996.

21  Christian Lagarde, Conflits de langues, conflits de groupes, Paris, L’Harmattan, 1996.

22  Mémoire(s) de Portugais. Tavira-Perpignan, Perpignan, Archives communales de Perpignan, 2005.

23  Maria do Céu Mendes Cunha, Tribulations de la « Saudade » : familles, associations, identités des Portugais en France, Thèse, Université Paris-viii, 1994 ; Jocelyne Streiff-Fenart, « Dossier : Portugais de France : Immigrés et citoyens d'Europe », Nice, Cahiers de l'URMIS, 2004 ; Maria Alice Tomé ; Teresa Pires Cabreira, Portugais et luso-français, Paris, CIEMI/L’Harmattan, 1994.

24  Julio CaroBaroja, El mito del carácter nacional, Seminarios y Ediciones, 1970.

25  Francisco Candel, Els altres catalans, Barcelone, Edicions 62, 1964.

26  Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes. Paris, Fayard, 1988.

27  Christian Lagarde, Le parler ‘melandjao’ des immigrés espagnols en Roussillon, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 1996.

28  Donald Winnicott, Jeu et réalité, Paris, Gallimard, 1975.

29  Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Lagarde, « La condition d’étranger : une mise en discours de la conscience de soi et de la perception de l’autre », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/4505 ; DOI : 10.4000/ccec.4505

Haut de page

Auteur

Christian Lagarde

Université de Perpignan-Via Domitia (lagarde@univ-perp.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org