Navigation – Plan du site
Études

Henri Bergson et les conservateurs espagnols (1907-1940)/I

Première partie : l’anti-bergsonisme politique et axiologique espagnol de la presse conservatrice pendant la Grande Guerre et de la droite radicale à travers José María Salaverría et Eugenio d’Ors (1907-1940)
Henri Bergson y los conservadores españoles (1907-1940)/I
Camille Lacau Saint-Guily

Résumés

La Grande Guerre durcit les rapports des conservateurs espagnols, de tradition plutôt germanophile depuis la Révolution de 1789, avec la France. Le philosophe, Henri Bergson, qui exerce un magistère intellectuel très puissant dans son pays, entre 1900 et les années 1920, s’engage comme missionnaire de la Cause des alliés, dans le monde. Cet engagement diplomatique double le rejet religieux dont il fait déjà l’objet, en Espagne, comme catholique « moderniste », depuis 1907, d’un rejet politique. En plus d’être considéré comme le penseur ennemi de la philosophie catholique officielle, le néothomisme, il est décrit par la presse conservatrice espagnole comme le monstre tricéphale imaginé par le fer de lance de l’Action française, Charles Maurras. En effet, les divers quotidiens conservateurs espagnols tels que ABC, El Debate, La Época ou encore le journal intégriste El Siglo futuro le dépeignent, dans son tricéphalisme, comme un emblème de la Révolution jacobine, de la Réforme et du Romantisme décadent. Les écrivains de la droite radicale espagnole comme José María Salaverría ou Eugenio D’Ors développent, à l’occasion de la Guerre de 1914-1918 puis après, un anti-bergsonisme axiologique et politique, inspiré entre autres du nationalisme français. Le bergsonisme représente pour eux, par son intuitionnisme, son anti-intellectualisme, une pensée décadente, impressionniste, sémite, antithétique à la pensée noucentiste conservatrice.

Haut de page

Texte intégral

1Le bergsonisme se révèle distinctement aux catholiques espagnols, au moment où éclate la crise théologique moderniste, en 1907, et de la publication par le Pape Pie x de son encyclique anti-moderniste et pro-scolastique, Pascendi dominici gregis. Depuis la publication de L’Évolution Créatrice par Henri Bergson (1959-1941), en 1907, juste avant l’éclatement de cette crise religieuse, le bergsonisme est considéré comme une philosophie dangereuse qui pervertit le catholicisme. Ce dernier livre est considéré par Rome comme une sorte de réécriture dévoyée de la Genèse de l’Ancien Testament. La philosophie de L’Évolution créatrice est envisagée par les catholiques romains puis par les censeurs comme un « effort de pensée athée ». De plus, son intuitionnisme et son mobilisme sont jugés par le Vatican comme antagonistes à l’intellectualisme et l’essentialisme de la philosophie de saint Thomas d’Aquin qui a été érigée, par Léon xiii, dans son Encyclique Aeterni Patris, en 1879, comme la seule philosophie officielle du catholicisme.

  • 1  Voir au sujet de l’anti-bergsonisme des catholiques néothomistes espagnols Camille Lacau St Guily, (...)

2Tous les catholiques traditionnels espagnols se mobilisent, à travers les quotidiens, les revues, les institutions, pour faire barrage à ce qu’ils stigmatisent comme la torpille « relativiste » et « nihiliste » du bergsonisme qui a déjà conquis un très large public de jeunes, y compris catholiques, en France, et qui menace à présent de frapper l’Espagne1.

3Lorsqu’à partir de 1907, les religieux espagnols, dominicains, jésuites, augustiniens, prennent leur plume et publient dans La Ciencia tomista, La Ciudad de Dios, Razón y Fe, ou prêchent à des tribunes acquises à la cause catholique comme la Academia Universitaria Católica, l’Escurial, certaines Athénées et certaines universités, c’est pour défendre le dogme catholique traditionnel et intemporel contre la menace du modernisme théologique, qui a le pragmatisme pour pendant philosophique. C’est dans une querelle doctrinale, dogmatique et idéologique que s’engagent alors les catholiques espagnols contre les principes modernistes. Et la lutte de l’intellectualisme néothomiste contre l’anti-intellectualisme bergsonien, notamment, en constitue un axe majeur.

4Lorsque la guerre éclate, en juin 1914, et même si cela correspond au moment de la mise à l’Index des trois œuvres majeures de Bergson par Rome, le bergsonisme ne soulève pas seulement une polémique philosophique en Espagne. La Grande Guerre se superpose à la querelle théologique du modernisme, décuplant le rejet par les conservateurs espagnols de la philosophie française par excellence, entre 1900 et 1914. Le bergsonisme ne représente plus seulement, à leurs yeux, l’hétérodoxie ou la dissidence religieuse. On assiste à un glissement du bergsonisme d’enjeu religieux pour les conservateurs espagnols à un enjeu plus clairement politique. Au centre d’une querelle doctrinale religieuse, depuis 1907 ‒ dans laquelle Bergson continue de se trouver malgré la guerre ‒, la philosophie bergsonienne en soi devient, pendant le Conflit mondial, une préoccupation de second plan pour les conservateurs espagnols ; le bergsonisme devient surtout le prétexte d’une lutte politique qui le dépasse.

5Pendant la Première Guerre mondiale, Bergson est, en effet, l’un des académiciens missionnaires et propagandistes de la Cause française, contre les Allemands, d’où la politisation dont il fait l’objet, entre 1914 et 1918. Pour faire basculer l’Espagne, neutre pendant la Guerre, du côté des Alliés, un groupe d’académiciens français, composé de Pierre Imbart de la Tour (1860-1925), de Charles-Marie Widor (1844-1937), d’Edmond Perrier (1844-1921) et d’Henri Bergson, y fait un voyage en mai 1916, qui a un retentissement important dans la presse locale. D’ailleurs, l’un des académiciens, Imbart de la Tour, dans l’article qu’il publie à son retour, dans le Bulletin hispanique, intitulé « Notre mission en Espagne », témoigne du fait que leur départ avait été moins motivé par des causes scientifiques et philosophiques que politiques :

  • 2  Pierre Imbart de la Tour, « Notre mission en Espagne », Bulletin hispanique, t. xviii, n°3, 1916, (...)

Le gouvernement français, préoccupé par l’opinion espagnole devant la grande guerre, décida d’envoyer dans ce pays quelques membres de l’Institut pour prononcer diverses conférences, et surtout pour y rencontrer des personnes influentes de la nation, afin que celles-ci se fissent une idée plus juste de la position de la France en guerre2.

6Bergson, le plus célèbre d’entre eux, s’attire alors les foudres des conservateurs espagnols, traditionnellement germanophiles depuis la Révolution française. C’est alors toute une propagande anti-bergsonienne, anti-française et souvent antisémite, qui est menée par les conservateurs, dans leur presse, pour se prémunir contre une pensée jugée dangereuse sur bien des points.

7Une opposition conservatrice au bergsonisme se dresse donc, moins néothomiste et religieuse que politique et esthétique. Elle n’est pas circonscrite à la Guerre même si elle révèle son antagonisme axiologique au bergsonisme à cette époque, car elle se développe plus ou moins jusque dans les années 1940. La droite radicale constitue l’une de ses composantes. Elle se définit par son nationalisme et son attachement esthétique au classicisme contre le baroque ou le (néo)romantisme, au catholicisme contre la Réforme, à l’ordre et la tradition contre l’anarchie ou la révolution, une sorte de droite maurrassienne espagnole ‒ représentée par des écrivains journalistes comme José María Salaverría (1873-1940) ou encore le Catalan, Eugenio D’Ors (1881-1954). Cette droite radicale noucentiste, intellectualiste, perçoit en Bergson l’antithèse de ses valeurs politiques et esthétiques, dans la mesure où il incarne son contre-modèle absolu, impressionniste, moderniste, anti-intellectualiste, décadent ou encore obscur.

La presse conservatrice face à l’académicien français Bergson

  • 3  Voir François Azouvi, La gloire de Bergson. Essai sur le magistère philosophique, Paris, Gallimard (...)

8Les enjeux doctrinaux soulevés par un bergsonisme vu comme « moderniste », dans son acception religieuse, semblent progressivement se transformer en enjeux politiques parfois masqués, pendant la guerre et même quelques mois avant, au moment de l’élection de Bergson, le 12 février 1914, à l’Académie française. À partir de 1914, on ne reproche plus seulement à Bergson les implications théologiques modernistes de sa philosophie. Néanmoins, les conservateurs espagnols n’affichent pas directement les causes du rejet de ce qui représente la philosophie française par excellence, à cette époque. C’est donc de façon détournée que l’on critique le philosophe plébiscité par la jeunesse française. Les conservateurs déplacent leur gallophobie latente vers le penseur qui connaît alors en France une immense gloire3. C’est moins pour sa philosophie que comme le symbole de la pensée française que Bergson est attaqué par la presse conservatrice espagnole ; le phénomène s’accentuera pendant la Guerre.

9Ainsi, dès 1914, les articles abondent, dans la presse conservatrice espagnole, pour dénoncer, non plus seulement l’hétérodoxie religieuse du bergsonisme − mis à l’Index cette année-là, en juin 1914 −, mais aussi son côté, selon elle, ridiculement mondain, snob et « à la mode ». Le bergsonisme est réduit, dans nombreux de ses articles, à être une philosophie de dames.

10Par exemple, à la première page du journal El Universo, du 30 avril 1916, dans un article cité précédemment, intitulé « Nuestro huésped Bergson », A. Salcedo dénonce avec ironie la popularité de Bergson, qui touche les Français dans leur hétérogénéité, des petites gens aux dames du monde. A. Salcedo semble d’abord moins se moquer de Bergson que du snobisme français. Sur un ton railleur, il montre l’hostilité du conservatisme espagnol envers la France des intellectuels, une France qui réussit à faire éclore une philosophie populaire, « universelle ». C’est la tradition française des Lumières philosophiques qui est indirectement visée par le journaliste conservateur et qu’il rejette en la ridiculisant.

  • 4  « Bergson est le philosophe actuellement à la mode. Comme le fut Cousin en son temps. Comme Cousin (...)

Bergson es el filósofo actualmente de moda. Lo que fue Cousin en su tiempo. Como Cousin, su fama no se contiene dentro de la Sorbona, ni de la Academia de Ciencias Morales y Políticas, ni de los medios intelectuales propiamente dichos, sino que se dilata por la nación entera. Bien es verdad que en Francia hasta las cocineras y los cocheros se tienen por intelectuales. Todos conocen por lo menos el nombre de M. Bergson. Y en las tertulias «chic» se charla de «eso de la intuición» como de una palpitante actualidad. A la cátedra del filósofo concurren damas y galantes de la mejor sociedad. Y lo que es más de notar, muchos compran sus libros, y hasta suelen abrir con la primorosa plegadura las primeras páginas, diez o doce por lo menos, para que los visitantes al ver el libro sobre la mesita del gabinete, comprendan que aquello se está efectivamente leyendo4.

  • 5  « Choses de Paris, la danse et la philosophie ».

11D’autre part, La Época publie, sur le même ton narquois, deux articles à deux jours d’intervalle sur le sujet du bergsonisme comme philosophie de salons, qui plaît au monde chic de Paris, les 16 février et 18 février 1914. Le premier est intitulé « Cosas de París. La última moda », le second, « Cosas de París. El baile y la filosofía5 ». Tous deux rendent compte du succès remporté par le philosophe auprès des dames, lui qui a su réveiller en elles un insatiable appétit métaphysique. Alors que, dans le second, le correspondant parisien de La Época montre que les femmes ont délaissé leurs cours de tango pour aller écouter la nouvelle attraction au Collège de France, le premier schématise jusqu’à l’excès la récupération sexuée du bergsonisme par les bourgeoises parisiennes qui en ont fait leur nouveau fétiche. C’est l’occasion pour le journaliste de laisser éclater ses pulsions machistes ainsi que son exaspération contre le snobisme français :

Ahora son las damas elegantes, las parisienses más exquisitas, las que ponen de moda esos profundos y complicados estudios.

Nadie sabía hace algunos meses, fuera de los eruditos, que había en un gran centro de enseñanza, en el famoso Colegio de Francia, un profesor de filosofía, excelso: M. Bergson, cuyas lecciones, primorosas conferencias, revelaban una inteligencia superior.

De pronto, llevado por el viento de la celebridad, empezó a sonar su nombre en los salones más elegantes, y todas las évaporées de la vida mundana emprendieron el camino que conduce a su cátedra.

  • 6  « Ce sont maintenant les dames élégantes, les parisiennes les plus exquises qui mettent à la mode (...)

[...]. Ya no se habla en los salones de otra cosa: el concepto del yo, los diferentes sistemas filosóficos y otras cosas por el estilo, preocupan a la hora presente a las parisienses, tanto o más que las modas lanzadas por los modistos de la rue de la Paix6.

  • 7  Cependant, le Guatémaltèque Enrique Gómez Carrillo est une figure libérale de l’intellectualité es (...)

12Cette façon qu’a la presse conservatrice d’accuser le bergsonisme de n’être qu’une philosophie pour dames n’est pas prête de disparaître, en Espagne. En 1921, on trouve encore dans ABC notamment, un article du 4 novembre, de E. Gómez Carrillo7 (1873-1927), intitulé « La física, la metafísica y la moda », qui souligne la séduction qu’ont exercée le bergsonisme et son créateur sur les femmes.

13De même, le quotidien conservateur ABC publie un article, avant la guerre, le 17 février 1914, intitulé « ABC en París, tres inmortales ». Le journaliste José Juan Cadenas se moque de Bergson, nouvellement élu à l’Académie française, à qui il ajoute d’ailleurs une particule. L’anti-bergsonisme sommaire de Cadenas dénote une certaine gallophobie. C’est le symbole de la France qu’il cherche ici à « profaner ». Bergson est dépeint comme un homme chanceux qui parvient à réveiller le désir philosophique féminin. Un machisme primaire se greffe aussi ici sur son anti-bergsonisme. Le bergsonisme n’est pas une philosophie réelle et solide ; il est une philosophie de courtisanes, semble-t-il selon Cadenas.

  • 8  « Henri de Bergson est le philosophe à la mode qui a réussi à faire ce que personne n’est parvenu (...)

Henri de Bergson es el filósofo de moda que ha conseguido lo que nadie: despertar en la mujer la afición a los estudios filosóficos [...]. Los viernes, cuando ocupa su cátedra en el Colegio de Francia M. de Bergson, las damas de la aristocracia más linajuda esperan como simples colegiales que el maestro les dirija la buena palabra [...]8.

14L’article qui suit, intitulé « ABC en Berlín. Bergson en Alemania », de Julio Camba (1882-1962) se moque plus gentillement de Bergson. Le journaliste espagnol, en mettant en concurrence philosophie allemande et philosophie française représentée par Bergson ‒ cet écrivain de « revues de salon » ‒, orchestre un conflit de virilité entre les deux nations. Selon Camba, en Allemagne, « en una región de pura filosofía », Bergson est réduit à n’être qu’une sorte de commerçant de la philosophie. Même si Camba se moque, en un sens, également de l’austère mais puissante philosophie allemande, il montre à ses lecteurs ce que les Allemands critiquent chez Bergson : la superficialité, la vacuité d’une philosophie française presque féminine et sans profondeur.

  • 9  « Bergson, cependant, ne passera jamais pour un philosophe en Allemagne. Il est trop clair, trop a (...)

Bergson, sin embargo, no pasará nunca por un filósofo en Alemania. Es demasiado claro, demasiado ameno, demasiado elegante. [...]. Con tales prendas literarias y vestimentarias se puede ser en Alemania un periodista, un escritor de crónicas o de revistas de salones, hasta un autor de novelas o de comedias para el cinematógrafo: pero un filósofo, eso nunca. Un filósofo alemán es algo más serio y más grasiento que todo eso. [...]. Se trata, precisamente, de ponerse fuera del alcance del público frívolo y ligero, en una región de pura filosofía. Los filósofos alemanes están en sus libros como las fieras en sus jaulas. Se les ve de lejos, se les oye rugir, pero nadie se acerca. El Berliner Zeitung am Mittag publica un trozo de la Risa de Bergson, a quien llama el französischer Modephilosopher. El französischer Modephilosopher puede significar también el filósofo francés a la moda, y puede significar también el filósofo de la moda francesa. Parece así como si Bergson tuviera una tienda de filosofía en la rue de la Paix. Además, se sabe que todas las mujeres distinguidas de París van a oír a Bergson día por día. ¿Qué clase de filósofo es ése que no muerde, que no ruge, y al que pueden acercarse sin temor las mujeres elegantes? […]9

15Julio Camba, sans prendre parti pour l’une ou pour l’autre philosophie, expose tout de même le dénigrement du bergsonisme par les Allemands ; la pensée bergsonienne ne semble pas digne d’être élevée au noble rang de philosophie. La schématisation de la philosophie bergsonienne par les Allemands, médiatisée avec un certain humour par l’écrivain espagnol, concourt tout de même à ridiculiser l’icône française.

  • 10  Echauri est aussi correspondant à Paris pour le journal intégriste El Siglo futuro, dans lequel il (...)
  • 11  « Le philosophe à la mode est Bergson, qui explique au Collège de France une philosophie nébuleuse (...)

16D’autre part, dans le récit que le journaliste Echauri10 nous livre, le 20 janvier 1914, dans un article de El Debate, intitulé « La clase de un filósofo », c’est moins la philosophie bergsonienne en soi que ce qu’elle symbolise qui est critiqué. C’est presque sociologiquement que les Français sont attaqués dans ces articles, à travers cette façon qu’ont les conservateurs espagnols de ridiculiser Bergson. Les Français sont des faiseurs de mode et Bergson est l’icône de cette pensée mondaine. Toute l’élite parisienne se presse avec une complaisance servile pour l’écouter alors qu’il est, selon Echauri, abscons : « El filósofo de moda es Bergson, que explica en el Colegio de Francia una filosofía nebulosa a que da el nombre de “intuicionismo”. Así va el mundo tan a oscuras; a las tinieblas dan ahora el nombre de intuición11 ». Le bergsonisme est, selon lui, incompréhensible ; il peut même conduire à des situations burlesques, voire grotesques. Echauri raconte, en effet, l’histoire d’une famille anglaise qui voulut absolument se rendre au Collège de France pour écouter les conférences de Bergson. Cette famille se trompe de salle et se retrouve finalement dans un cours de littérature chinoise.

Todos escucharon gravemente hasta el fin. Y, al salir, expresaron a su intérprete la admiración que sentían por la filosofía intuitiva del Sr. Bergson y su satisfacción por haber tenido la fortuna de oír al ilustre conferenciante.

  • 12  « Tous écoutèrent gravement jusqu’à la fin. Et, en sortant, ils exprimèrent à son interprète l’adm (...)

La filosofía bergsoniana es chino puro. En estos tiempos de ciencias ocultas, de sonámbulos, de adivinos, de sibilas y de espíritus fuertes empapados en ridículas supersticiones, no es extraño se vea tan concurrido un curso de intuicionismo en que unos se duermen, otros permanecen despiertos, pero nadie ve ni entiende jota12.

17Le bergsonisme est ainsi vu, tout d’abord comme la philosophie la plus à la mode en France à cette époque, à tel point qu’elle attire le monde entier ; il incarne, d’autre part, le courant occultiste, obscurantiste et mystique, selon les conservateurs espagnols notamment, qui s’en méfient par-dessus tout. Leur anti-bergsonisme est donc multifactoriel.

18La philosophie mondaine de Bergson n’est pas le seul aspect qui semble exaspérer la presse conservatrice espagnole et qu’elle utilise contre lui. La propagande que Bergson a faite de la Cause française, lors de sa venue en Espagne, en mai 1916, envenime encore le ressentiment des conservateurs espagnols envers le bergsonisme et, à travers lui, envers les Français.

  • 13  Bergson est très loin, toutefois, de faire l’unanimité dans la communauté des intellectuels frança (...)

19En 1914, avant même le début de la Grande Guerre, la presse conservatrice espagnole a toujours un petit mot acerbe et ironique contre celui qu’elle dit être plébiscité par la France entière13 comme son philosophe. Par conséquent, s’attaquer à Bergson, « philosophe à la mode » et choisi par les Français, c’est s’attaquer à ces derniers, de façon détournée.

Politisation du missionnaire Bergson pendant la Grande Guerre

20La Grande Guerre accentue le phénomène de rejet du bergsonisme chez les conservateurs. En effet, s’il prononce à Madrid, en 1916, deux conférences philosophiques, c’est surtout l’occasion pour lui de devenir le missionnaire des Alliés en Espagne. Le rôle politique que les Espagnols lui prêtent, à cette époque, est clair. Bergson est moins envisagé alors par les conservateurs comme l’un des « philosophes nouveaux », théoriciens du modernisme à la fois littéraire et religieux, que comme un pion politique du gouvernement français, pour faire pencher l’Espagne, neutre dans le conflit, en faveur de la France. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de la Cause française.

  • 14  « Que sont-ils venus faire ? ».

21L’article du 4 mai 1916 du Correo español, intitulé, « ¿A qué han venido14? », le montre. Le journaliste reprend en anaphore cette question et commence ainsi :

  • 15  « Que sont venus faire les conférenciers français ? Nous civiliser, nous polir, nous passer la var (...)

¿A qué han venido los conferenciantes franceses? ¿A civilizarnos, a pulirnos, a pasar la garlopa de su pedagogía sobre las asperezas leñosas de nuestros intelectuales? ¡Intelectuales! [...] ¡Sí precisamente la filosofía de Enrique Bergson es la quintaesencia del antiintelectualismo!15

  • 16  « Mais que sont venus faire Bergson et ses accompagnateurs ? Ce n’est pas l’heure d’expliquer le c (...)
  • 17  « Que sont-ils venus faire ? Faire en sorte que nous nous enthousiasmions avec les alliés et que n (...)
  • 18  Le mouvement de L’Action française naît en 1898, lors de l’affaire Dreyfus, comme mouvement contre (...)
  • 19  Charles Maurras « regrettait la neutralité espagnole dans la Grande Guerre, et surtout, la germano (...)
  • 20  « Frères de civilisation et d’éducation », Charles Maurras, prologue de El fin del imperio español (...)

22Après avoir ironisé sur la vacuité des sophismes de Bergson, le journaliste attaque le camp des Alliés : « ¿Pero a qué ha venido el señor Bergson y sus acompañantes? ¡Ésta no es la hora de explicar lo continuo y la intuición!16 ». Puis il poursuit : « ¿A qué han venido? ¿A que nos entusiasmemos con los aliados y prorrumpamos en aclamaciones por sus victorias? ¿Qué quieren que digamos? ¡Viva Rusia! [...] ¡Viva Francia! que ha perdido nueve de sus mejores departamentos y casi la mitad de los fuertes de Verdun!17 » Derrière ce ton parfois fielleux, se joue non seulement un rejet du bergsonisme pour ce qu’il est intrinsèquement, doctrinalement, mais aussi pour ce qu’il représente. Il est le fruit d’un philosophe anti-intellectualiste certes, mais surtout juif et français. Même si Charles Maurras (1868-1952), théoricien de l’Action française18, « lamentaba la neutralidad española en la Gran Guerra, y sobre todo, la germanofilia de un importante sector de la derecha hispánica19 », soulignant le fait que la France et l’Espagne sont bien « hermanos de civilización y educación20 », les conservateurs espagnols persistent à soutenir l’Allemagne et rejettent le libéralisme de la France, une France de tradition jacobine et trop révolutionnaire, selon eux.

23C’est, en fait, toute la cartographie socio-politique espagnole qui est en train de se révéler lors de la venue de Bergson à Madrid. ABC publie les impressions de Bergson, après sa mission, sur les filiations politiques des Espagnols qui dépendent de leur appartenance sociale, dans le numéro du 25 mai 1916 :

  • 21  « Quant à l’attitude des Espagnols par rapport à la guerre actuelle, Bergson a dit (à un rédacteur (...)

En cuanto a la actitud de los españoles en relación con la guerra actual, ha dicho Bergson (a un redactor de Le Temps) que sería inútil negar las simpatías de aristócratas y burgueses hacia los alemanes, sentimientos que comparten muchos oficiales del Ejército, mientras el alto clero, aunque no es favorable de un modo unánime a Alemania, cuenta con numerosos miembros contrarios a la nación francesa, ya porque irreflexivamente aceptan la teoría de que Francia es irreligiosa, bien porque un superficial razonamiento les lleva a identificar la causa de Alemania con la de la autoridad, y ésta con la de la Iglesia católica21.

24Ainsi, Bergson lui-même est conscient que sa venue ne peut attirer ni la sympathie des aristocrates et des bourgeois espagnols, ni celle de l’Armée et du haut clergé, peut-être moins pour l’en-soi de sa philosophie que pour ce que représente symboliquement et traditionnellement la France, qui n’a pas seulement fait la Révolution mais qui est aussi une République laïque, depuis 1905.

  • 22  « Hommage extemporain ».

25De même, un article de El Debate, du 30 avril 1916, intitulé « Homenaje extemporáneo22 », publié à la veille de la venue des académiciens français, explique d’abord que l’Espagne a toujours été favorable, non à l’autarcie idéologique, mais à l’ouverture et aux commerces des idées, avec la France particulièrement :

El intercambio intelectual entre España y otros países, cuando no es de errores ni inmoralidades, nos parece muy conveniente y aprobamos lo que contribuye a fomentarlo.

  • 23  « L’échange intellectuel entre l’Espagne et d’autres pays, quand il ne s’agit pas d’erreurs ou d’i (...)

Con ninguna nación tenemos comercio ideal más asiduo que con Francia. No es sólo que los intelectuales de España estudiamos la ciencia y arte franceses harto más que nuestros vecinos la ciencia y arte españoles, sino que, como ha dicho Vázquez de Mella, Francia es para nosotros una especie de aduana a través de la cual nos llega generalmente la cultura de otros muchos pueblos, pues al francés todo se traduce23.

  • 24  « Quel dommage que ce qui nous est envoyé de l’autre côté des Pyrénées soit la plupart du temps de (...)
  • 25  « En ce moment même trois conférences sont annoncées pour faire connaître une philosophie de tenda (...)
  • 26  « En ce qui concerne certains hommages, nous les considérons inopportuns et dangereux. Ils peuvent (...)
  • 27  « L’hospitalité est une chose très noble et très espagnole. Mais en aucune façon on ne peut tolére (...)

26Toutefois, le journaliste, dont on ignore le nom, déplore que la France soit aussi le vecteur d’introduction de pensées dégénérées et décadentes, tel que le naturalisme, comme il semble le sous-entendre, ou encore, sans doute, le modernisme philosophique : « ¡Lástima grande que lo que de allende de el Pirineo se nos manda consista muchas veces en errores filosóficos, falsas teorías políticas e históricas y pornografías seudoliterarias!24 » Puis, le journaliste critique la venue des académiciens français en Espagne pour deux raisons ; la première à cause de l’exposition périlleuse à laquelle ils vont procéder, notamment Bergson, de leurs philosophies : « Ahora mismo están anunciadas tres conferencias para dar a conocer una filosofía de tendencias agnósticas y derivaciones anarquistas en el orden social y modernistas en el religioso…25 » L’Espagne n’a pas à prendre le risque d’une telle ouverture laxiste à des idéologies régressives : « Por lo que toca a determinados homenajes, los tenemos por inoportunos y peligrosos. Pueden despertar suspicacias y descontentos, pueden dividir y promover conflictos26. » Il conclut avec la deuxième raison de son hostilité à la venue des académiciens, en prononçant une critique de la propagande politique à laquelle ces derniers vont procéder, en Espagne : « La hospitalidad es algo muy noble y muy español. Más en ninguna manera puede tolerarse se abuse de ella para realizar ciertas propagandas, ni para abrir grieta en la unión sagrada en defensa de la neutralidad de nuestra Patria, que todos estamos obligados a mantener27. »

  • 28  « Il y a une limite à tout… ».
  • 29  « Les faits commencent à démontrer à quel point cette visite dont plusieurs sages français ont vou (...)

27D’autre part, un article paru dans le même journal El Debate, le 16 mai 1916, en première page, intitulé « Todo tiene límites…28 », désapprouve avec virulence, a posteriori, la venue des académiciens en Espagne : « Los hechos empiezan a demostrar cuán inconveniente ha sido la visita con que han querido honrarnos varios sabios franceses29. »Le journaliste déplore les conséquences provoquées par cette venue de missionnaires français pour défendre la Cause des Alliés et l’incapacité des Espagnols à afficher, dans l’espace public, la neutralité officielle :

  • 30  « Au moment du départ des académiciens de Séville, les personnes qui étaient venues pour leur dire (...)

Al salir estos de Sevilla, las personas que acudieron a despedirlos prorrumpieron en vivas a Francia; y como estas manifestaciones, tan significativas en el actual momento, molestaran a otras que en la estación se encontraban, los vivas francófilos fueron contestados con otros a Alemania. ¿No es lamentable la exteriorización de estas discusiones en la vía pública? ¿Y no es muy probable que la repetición de sucesos análogos tenga consecuencias verdaderamente funestas30 ?

28Puis, le journaliste dénonce le dessein non pas scientifique ni philosophique de la venue des académiciens, mais propagandiste, donc politique :

  • 31  « Sans déroger à la traditionnelle courtoisie et l’hospitalité chevaleresque des Espagnols, les sa (...)

Sin mengua de la tradicional cortesía ni de la caballerosa hospitalidad españolas, los sabios franceses fueron acogidos por la opinión con evidente y justísimo recelo, que nacía de la gravedad de las circunstancias presentes, del número de comisionados que nos honraban con su visita, de la coincidencia de ésta con cierta propaganda realizada en España, de la significación exageradamente francófila de las personas que se disponían a recibir entusiastamente a nuestros visitantes y a acompañarlos y tributarles agasajos y homenajes. Todo esto era indicio seguro de que lo que se anunciaba como labor cultural encubría otros fines, o degeneraría en resultancias no científicas, sino de carácter político e internacional31.

29Le journaliste conservateur réplique à cette propagande en soulignant la germanophilie de la majorité du pays qui a eu la courtoisie de ne pas l’afficher, en présence des académiciens. Face à l’inconvenance des Français, dont les fins ont été démasquées, se taire n’est plus de mise :

  • 32  « […] Les savants français ont eu l’occasion d’observer […] que les Espagnols qui souhaitaient que (...)

[...] Los sabios franceses han tenido ocasión de observar [...] que los españoles deseosos de que intervengamos en la guerra junto a los aliados no llega a media docena, que la mayoría de la nación es germanófila y que la neutralidad no es política de un Gobierno y, como tal, mudable, sino convicción y sentimiento del país entero32.

30Un autre article, paru le 3 mai 1916, dans El Debate, et relatif au voyage des académiciens en Espagne, dénonce la même duplicité des Français, qui sont venus à des fins non scientifiques mais politiques dans le pays. Le titre est éloquent : « Propagandas políticas, no científicas. »

L’anti-bergsonisme axiologique de l’un des fers de lance de la droite radicale, José María Salaverría

  • 33  « Il fut accusé d’être germanophile bien que cela n’ait jamais pu être prouvé » (José Javier Sánch (...)

31Un journaliste, grande figure de la presse conservatrice espagnole, José María Salaverría (1873-1940), dénonce, avec une virulence particulière, la propagande alliée, personnalisée par la venue des académiciens, et parmi eux Bergson, le plus célèbre d’entre eux. Et lorsque le critique espagnol J. J. Sánchez Aranda dit que « fue acusado, de germanófilo, sin bien pudo nunca probarse33 », ses pamphlets anti-bergsoniens et anti-français, publiés dans le quotidien ABC, prouvent le contraire. ABC a été le support de publication de la pensée germanophile et gallophobe de José María Salaverría.

32À travers Salaverría, on découvre, une nouvelle fois, que l’antibergsonisme des conservateurs espagnols n’est pas exclusivement et primordialement catholique. Il existe, en effet, en Espagne, un faible courant nommé « droite radicale » qui rejette Bergson parce qu’il incarne le paradigme idéologique antithétique au sien. P. C. González Cuevas, dans l’introduction à El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx, définit ainsi la droite radicale espagnole :

  • 34  « Nous entendons par “ droite radicale ” un style de pensée, né de la crise fin-de-siècle des vale (...)

Entendemos por «derecha radical» un estilo de pensamiento, nacido de la crisis finisecular de los valores de la ilustración, que busca legitimizar su proyecto político antiliberal, no sobre la base de la religión, sino en las nociones científicas de la biología, la psicología, la sociología o la jurisprudencia. Esta corriente fue minoritaria en España, dada la influencia del catolicismo, pero en otros países europeos estuvo representada por figuras como Charles Maurras, etc. En España, sus portaestandartes más reseñables serían los catalanistas seguidores de Enric Prat de la Riba y los noucentistas de Eugenio D’Ors, luego convertido al nacionalismo español, y José María Salaverría34.

33Ces quelques penseurs de la droite radicale se déchaînent contre Bergson et le bergsonisme, particulièrement pendant la Guerre de 1914-1918, et le journaliste Salaverría en est le meilleur exemple. C’est, en effet, lui qui affiche le plus net anti-bergsonisme moins catholique que politique, pendant le conflit.

  • 35 Idem, p. 86.
  • 36  José-María Salaverría, La afirmación española. Estudios sobre el pesimismo español y los nuevos ti (...)
  • 37  Idem, p. 32.
  • 38  Ibidem.
  • 39  Idem., p. 37.
  • 40  Idem., p. 69.

34Ce conservateur radical est la tête du nationalisme intégral espagnol qui tente, après l’assassinat d’Antonio Cánovas del Castillo (1828-1897), de redonner un « norte ideológico35 » à la droite espagnole. C’est notamment à travers Charles Maurras et la revue L’Action française ‒ que Salaverría lit pendant la guerre ‒ et, donc, à travers l’idéologie française contre-révolutionnaire, que ce dernier trace les contours de son idéologie ultraconservatrice. La peinture maurrassienne du monstre aux trois têtes « Réforme-Révolution-Romantisme », tous fondés sur l’individualisme protestant, l’influence beaucoup dans sa réflexion sur l’Espagne. Dans son œuvre La afirmación española. Estudios sobre el pesimismo español y los nuevos tiempos36, écrite en 1917, en plein conflit, Salaverría exprime le même rejet maurrassien du « protestantismo37 », de la Révolution et du « club revolucionario38 » ainsi que du romantisme, dont il dénonce la restauration actuelle, à travers un « nuevo romanticismo39 » et dont Bergson est un grand représentant. Pour Salaverría, l’individualisme, né en Europe, au moment de la Réforme luthérienne et dont la progression s’est faite pendant la Révolution de 1789, et, au moment de l’émergence du Romantisme de Rousseau, est en train d’envahir l’Espagne. Cette idéologie individualiste que la « génération de 1898 » tente d’importer en Espagne pour régénérer le pays et qui veut ainsi rompre avec la tradition, pour apporter de la nouveauté40, est « négative », « pessimiste », « nihiliste », selon Salaverría. L’essence de l’Espagne traditionnelle s’oppose point par point à ce monstre maurrassien à trois têtes. Salaverría, comme Maurras, pense que

  • 41  Charles Maurras, L’Avenir de l’Intelligence [1905], Paris, Nouvelle librairie nationale, 1917, deu (...)

Devant cet horizon sinistre, l’Intelligence nationale doit se lier à ceux qui essayent de faire quelque chose de beau avant de sombrer. Au nom de la raison et la nature, conformément aux vieilles lois de l’univers, pour le salut de l’ordre, pour la durée et les progrès d’une civilisation menacée, toutes les espérances flottent sur le navire d’une Contre-Révolution41.

  • 42  José-María Salaverría, La afirmación española..., op. cit., p. 69.

35Or, la venue de Bergson, en Espagne, éveille chez Salaverría − étrange espèce en son genre comme maurrassien germanophile −, une hostilité indicible, tant ce philosophe symbolise pour lui tout ce que l’Espagne n’est pas. Bergson est, de sucroît, le symbole de la philosophie nouvelle, « anti-historique42 », qui veut, selon lui, rompre avec la tradition espagnole. Dans La afirmación española, Salaverría ne cite pas directement Bergson. En revanche, les articles qu’il publie dans la presse conservatrice, érigent Bergson en l’un des symboles anti-espagnols, une sorte de monstre tricéphale maurrassien. En un sens, il incarne la réminiscence réformiste par l’individualisme moderniste qu’il représente. De plus, il personnifie la Révolution, parce qu’il est français, quoi qu’en disent certains, et qu’il est à la tête d’une philosophie nouvelle que d’aucuns comparent en importance à la révolution kantienne voire socratique (Le Roy). Enfin, Bergson rappelle le Romantisme, car il est l’héritier du rousseauisme qui hypertrophie le moi et les épanchements individuels.

36Ainsi, le 13 mai 1916, aux lendemains de la visite des académiciens en Espagne, Salaverría publie, dans ABC, un article intitulé « Jacobinismo intelectual ». Il y affiche, dès le début, une germanophilie sans ambiguïté. Selon lui, les académiciens français ont utilisé leur potentiel de séduction et leur renommée pour abaisser l’Allemagne :

  • 43  « Mais tous nous avons vu les partisans des Alliés brandir leur plume, non pas tant en défense des (...)

Pero todos hemos visto a los hombres aliadistas esgrimir sus plumas, no tanto en defensa de las naciones aliadas, sino para combatir e insultar a Alemania. Los hombres de ciencia, los miembros del Instituto de Francia, las mejores reputaciones galas y británicas hemos visto como descienden a usar del ardid y del sofisma para ofender y deshonrar a Alemania. Así ahora, en Madrid, hemos visto al infinitamente hábil M. Bergson maniobrar con su fina palabra y con su genial arbitrismo para sugerir en el auditorio una idea de disminución frente a Alemania43.

37D’entrée, Salaverría affiche son idéologie nationaliste inspirée par les théories maurassiennes de l’Action française. Or, il n’y fait pas explicitement allusion dans la mesure où il revendique son hostilité à la France et son attachement à l’Allemagne. Il réutilise habilement, cependant, le nationalisme maurrassien français à travers son cri germanophile, en tant qu’il dénonce en la France le symbole du républicanisme et de l’anarchie irrationaliste, et érige l’Allemagne en emblème de l’ordre. Ainsi, les Français exerceraient un terrorisme psychologique dont Bergson serait l’instigateur :

  • 44  « Il existe une tyrannie intellectuelle, un véritable jacobinisme intellectuel ; et c’est une cons (...)

Existe una tiranía intelectual, un verdadero jacobinismo intelectual; y esto, que es una consecuencia tal vez la más triste de la guerra, debe sublevar a los espíritus que se sienten libres y que odian, ante todas las cosas, a la injusticia44.

  • 45  Nietzsche apparaît, sous la plume de Salaverría, comme opposé à Bergson, pour des raisons national (...)

38Les substantifs employés par Salaverría pour dénoncer la manipulation des Alliés, notamment celle de Bergson, contre l’Allemagne sont significatifs : il recourt à une rhétorique violente en utilisant les termes de « tyrannie » ou surtout de « jacobinisme ». Au-delà de la visite des académiciens, celui-ci perçoit ainsi la venue opportuniste de politiques révolutionnaires ou de républicains intransigeants. En employant le terme de « jacobinisme », Salaverría dénonce la France révolutionnaire, le club des Jacobins, acteurs de la dictature jacobine. Bergson incarne ce système de valeurs « monstrueux » que Maurras exècre. Bergson est juif, décadent ; il symbolise la pensée « fin-de-siècle », anti-intellectualiste. En cela, cette idéologie est « nihiliste », selon le terme employé par Salaverría, dans La afirmación española, pour décrire la pensée nouvelle. Elle symbolise l’antithèse des valeurs idéales du nationaliste espagnol. De plus, le Français Bergson aurait osé brandir des arguments de sous-homme contre une nation héroïque et nietzschéenne45 :

  • 46  « Un juif, par exemple, habitué à céder, à contourner, à s’abaisser, à ergoter […], ne concevra pa (...)

Un judío, por ejemplo, habituado a ceder, a soslayar, a humillarse, a discutir […], no concebirá que se pueda en un momento jugarse todo el porvenir a una carta. Con argumentos legalistas, decadentes, leguleyos o judaicos; con razones de nación débil, se ha querido juzgar los actos de Alemania. No se ha juzgado objetivamente. No se ha querido ver lo que es Alemania, su tradición, su constitución política [...]; no se ha considerado la justicia de su robustez [...]. Cuando a una fuerza de tal cualidad se le oponen otras fuerzas limitadoras y coercitivas, ¿de quién será la culpa si sobreviene el acto bélico? Se ha tratado este asunto únicamente desde un punto de vista de intelectualismo morboso o decadente, judaico o latino, y eso es el mal46.

39Puis, Salaverría achève son article par un plaidoyer pour la paix, qui doit rimer avec un anti-jacobinisme ‒ idéologie révolutionnaire dont Bergson est, selon son interprétation, le représentant français pendant la guerre :

  • 47  « Comme elle tarde à sonner l’heure de la paix ! pour que prenne fin le règne des sots et des éner (...)

¡Cómo tarda en venir la hora de la paz! ¡para que cese el reinado los estultos y de los energúmenos! ¡Para que acabe este jacobinismo intelectual! ¡Para que huya esta era de fango y de estupidez, esta vergüenza imperdonable, esta injusticia cruel y sórdida47!

  • 48  On peut d’ailleurs trouver dans la presse conservatrice espagnole un certain nombre d’articles de (...)

40Le bergsonisme, symbole, pour Salaverría, du judaïsme, de la décadence, de l’irrationalisme, de la révolution, du désordre, est rejeté avec animosité par le nationalisme intégral que cet Espagnol représente. On est ainsi aux antipodes d’une partie de la récupération française du bergsonisme par la droite nationaliste, même si Charles Maurras et certains de l’Action française l’exécraient pour son anti-intellectualisme, son romantisme et son judaïsme48. La droite nationaliste espagnole s’oppose farouchement aux valeurs que véhicule, selon son interprétation, le bergsonisme.

  • 49  François Azouvi, La gloire de Bergson, op. cit., p. 17.

41Si la France cartésienne coïncide en gros avec les partisans de la démocratie parlementaire et dispose d’un ancrage particulièrement fort à gauche, la France bergsonienne recrute ses plus gros bataillons dans la droite nationaliste, conservatrice, volontiers adversaire du système parlementaire, parfois même franchement antirépublicaine ; mais également − du moins jusqu’en 1914 − dans une gauche antiparlementaire elle aussi, révolutionnaire ou anarchisante49.

  • 50  « Une guerre d’encre ».
  • 51  « De grandes armées de franc-tireurs, de guérilleros intellectuels qui s’obstinent à mordre, à min (...)
  • 52  Il a publié, en 1912, la traduction de L’Évolution Créatrice : Henri Bergson, La Evolución Creador (...)
  • 53  « Profite de l’occasion pour défendre Bergson, en l’opposant à la philosophie allemande ».

42Un autre article de Salaverría, paru dans ABC, le 11 février 1918, intitulé « El mundo en dos pedazos », explique que, depuis la Réforme ‒ l’une des têtes du monstre de Maurras ‒, le monde ne cesse de construire un mur scindant en deux la « raza europea ». C’est une guerre intellectuelle, « una guerra de tinta50 », qui se livre alors entre la France et l’Allemagne, et Salaverría fustige la formation de « vastos ejércitos de franco-tiradores, de guerrilleros intelectuales que se obstinan en morder, minar y deshonrar todo lo germano51 ». L’un des traducteurs et commentateurs de Bergson, Carlos Malagarriga52 en est un acteur, selon Salaverría. En effet, dans un quotidien de Buenos Aires, Malagarriga aurait fait l’apologie du bergsonisme et « aprovecha la ocasión para abogar por Bergson, oponiéndolo a la filosofía alemana53 ». Bergson, philosophe par excellence de la France, devient le porte-drapeau d’un pays en guerre et de son système de valeurs. Il faut donc, selon Salaverría, « alarmarse seriamente y [de] reaccionar de algún modo contra el gran peligro » qu’il représente et que beaucoup cherchent à répandre.

43Dans un autre article de ABC, paru le 4 septembre 1916, intitulé « Bailes rusos en San Sebastián », Salaverría se moque du snobisme du monde qui s’affaire pour aller voir, dans les grandes villes de la planète, des danses russes et qui se produisent, cette année-là, à San Sebastián. Alors qu’il les avait déjà admirés à Buenos Aires, la première impression qui lui vient devant la contemplation de ces ballets est que l’art cherche toujours à se surpasser et à choquer l’œil de son public :

  • 54  « Il y a quelque chose qui se produit éternellement dans la vie de l’art : la publicité qui, de no (...)

Hay un hecho que se produce eternamente en la vida del arte: el reclamo, y que en nuestros días adquiere extraordinariamente preeminencia. Ello es fruto del régimen moderno. La democracia, el maquinismo, el mercantilismo desaforado, inyectan a nuestra vida un ansia angustiosa de llegar, de sobresalir54.

  • 55  « Oscar Wilde se fait connaître aux dépens de sa dignité et de sa vie ; D’Annunzio fait d’infatiga (...)

44Or, les valeurs de démocratie, de machinisme, de mercantilisme, auxquelles Salaverría s’oppose radicalement, sont incarnées, selon lui, par tous les décadents, les symbolistes et les modernistes, dont Bergson est un représentant : « Consigue Oscar Wilde el reclamo a costa de su dignidad y de su vida; hace D’Annunzio piruetas incansables; expande el propio Bergson, con flexibilidad hebraica, a fuerza de reclamo, su filosofía […]55. » Il rejette, en outre, à l’instar de Charles Maurras, le judaïsme de Bergson qui a décidément tout pour être abhorré par les conservateurs espagnols, et notamment ceux de la droite radicale.

L’opposition axiologique du noucentiste Eugenio d’Ors à Henri Bergson

  • 56  Pedro Carlos González Cuevas, dans El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx, (...)

45Eugenio D’Ors (1881-1954) est une autre de ces figures de la droite radicale56 à s’opposer aux valeurs qu’incarnent Bergson et le bergsonisme. D’Ors est l’un des constructeurs de l’opposition politique, accentuée pendant la Grande Guerre, de la droite radicale au bergsonisme. Il a participé à rendre incompatible, en Espagne, bergsonisme et conservatisme radical, même si son opposition n’est pas conjoncturelle. Elle marque, au contraire, l’antagonisme structurel entre les valeurs de la droite radicale espagnole et celle du bergsonisme. Il a, néanmoins, ouvert la voie à l’hostilité exacerbée des conservateurs pendant le conflit mondial. D’Ors éclaire ainsi les causes d’un rejet qui s’est, certes, conjoncturellement accentué pendant la guerre, mais qui est, toutefois, une opposition de principes et d’idées. Il faut, néanmoins, nuancer le terme d’opposition, pour parler plutôt de « divergences » axiologiques entre les deux systèmes. Car peut-on vraiment dire des pensées de D’Ors et de Bergson qu’elles offrent deux paradigmes idéologiques antithétiques ? En effet, D’Ors ne vise-t-il pas le dépassement dialectique du bergsonisme, différent du rejet catégorique dont ce dernier a fait l’objet chez les catholiques romains ?

46Mais revenons d’abord sur l’opposition axiologique de D’Ors au bergsonisme. À l’instar de José María Salaverría et de Charles Maurras que D’Ors rencontre personnellement lors d’un séjour en France ‒ et dont il parle dès 1910, dans les gloses qu’il écrit pour le journal barcelonais, La Veu de Catalunya ‒, il construit son idéologie en réaction à l’esprit décadent, « fin-de-siècle » et nihiliste qui s’est propagé en Europe, de la fin du xixe au début du xxe siècles. Si certains catholiques conservateurs rejettent cet esprit décadentiste à cause des conséquences qu’il peut avoir sur la religion catholique, les représentants espagnols de la droite radicale lui reprochent peut-être plus son anti-classicisme, son anarchisme en puissance, son obscurantisme, son individualisme d’origine protestante. Certes, l’idéologie sous-jacente à la droite radicale est pétrie par les schèmes de la tradition catholique, mais pas uniquement. Le classicisme gréco-latin la structure en profondeur. D’Ors appelle l’idéologie politique et intellectuelle qui doit régénérer la nation espagnole et se substituer au « modernisme » : le « noucentisme. » Il le décrit comme le courant d’idées qui s’imposera et dominera tout le xxe siècle, balayant ainsi le « modernisme » qui représente, pour lui, l’arrière-garde et le xixe siècle. Lorsque D’Ors dit lutter pour instituer le noucentisme sur les décombres de l’idéologie décadente, « fin-de-siècle », qu’il nomme « modernisme », il ne parle pas tant du modernisme dans sa dimension théologique que dans sa dimension littéraire ou plus largement esthétique, même si, de fait, il a aussi des retombées sur le plan théologique.

  • 57  Juan Ramón Jiménez, El modernismo. Notas de un curso (1953),Edición, prólogo y notas de Ricardo Gu (...)

47Or, un problème terminologique se pose alors, qui n’en est finalement pas un. En effet, il existe deux modernismes. On parle de modernisme, d’une part, pour qualifier le courant libéral catholique qui veut réformer le catholicisme de l’intérieur, le jugeant trop figé et trop extérieur. Cette première définition du « modernisme » est théologique ; elle rappelle la volonté de rénovation érasmienne au xvie siècle qui souhaitait changer l’Église catholique, sans que ne se crée une scission schismatique entre les partisans de la rénovation et les conservateurs. D’autre part, le « modernisme », dans l’historiographie espagnole, est un courant littéraire et esthétique fondamental, qui correspond plus ou moins au symbolisme français. Moins qu’un courant littéraire, voire poétique, il est plus généralement une « attitude ». L’un des plus grands représentants du modernisme esthétique espagnol, le poète Juan Ramón Jiménez (1881-1958), définit ainsi le modernisme dans le cours rétrospectif qu’il a donné sur cette notion en 1953, intitulé El modernismo. Notas de un curso (1953)57, et qu’il avait avant résumé, dans le quotidien madrilène La Voz, le 18 mars 1935 :

  • 58  « Le modernisme ne fut pas seulement une tendance littéraire : le modernisme fut une tendance géné (...)

El modernismo no fue solamente una tendencia literaria: el modernismo fue una tendencia general. Alcanzó a todo. Creo que el nombre vino de Alemania, donde se producía un movimiento reformador por los curas llamados modernistas. Y aquí, en España, la gente nos puso ese nombre de modernistas por nuestra actitud. Porque lo que se llama modernismo no es cosa de escuela ni de forma, sino de actitud. Era el encuentro de nuevo con la belleza sepultada durante el siglo xix por un tono general de poesía burguesa. Eso es el modernismo: un gran movimiento de entusiasmo y libertad hacia la belleza58.

48La définition littéraire ou, plus largement, esthétique et culturelle, que l’on peut donner de la forme prise par le modernisme, en Espagne, se confond avec le modernisme théologique. D’ailleurs, il définit le modernisme de façon théologique :

  • 59  « Je répète que le modernisme, le mouvement moderniste, commença en Allemagne au milieu du xixe si (...)

Repito que el modernismo, el movimiento modernista, empezó en Alemania a mediados del siglo xix y se acentuó mucho a fines del siglo xix. Fue muy importante entre los teólogos que empezaron ese movimiento. La idea era unir los dogmas católicos con los descubrimientos científicos modernos; y el Papa Pío x publicó, divulgó una Encíclica excomulgando a todo ese grupo59.

  • 60  « L’Encyclique Pascendi Gregis du Pape Pie x contre le modernisme en général, non seulement contre (...)

49Puis, Juan Ramón Jiménez montre que modernisme théologique et modernisme littéraire sont un seul et même modernisme. Le Pape lui-même, en dénonçant, en 1907, le modernisme, rejetait le modernisme sous toutes ses formes, théologique, philosophique, littéraire, etc. : « La Encíclica Pascendi Gregis del Papa Pío x contra el modernismo en general, no solamente contra el teológico, sino el literario ; contra todo el modernismo60. ». Dans ce cours, Ramón Jiménez informe aussi ses élèves qu’il peut être ardu d’identifier le modernisme car il se cache derrière plusieurs termes différents en fonction des pays. La difficulté d’identification est donc terminologique, même si elle repose aussi sur sa caractéristique polymorphe ; il peut être à la fois théologique, philosophique, littéraire, poétique, etc. :

  • 61  « Ce mouvement passa en France, grâce aux théologiens, et il y a un fameux théologien français, le (...)

Ese movimiento pasó a Francia, por los teólogos, y hay un famoso teólogo francés, el Padre Loisy [...] que fue también, excomulgado, [...]. Entonces ese nombre Modernismo aparece en la literatura, y no aparece en todos los países simultáneamente; lo más curioso es que no aparece en Francia. En Francia los poetas, los escritores, no aceptan ni conocen el nombre modernismo. Los filósofos sí, por ejemplo, Bergson, se le llama modernista [...] ; pero en Francia eso se llama parnasianismo y modernismo, digo y simbolismo; es decir, lo que corresponde a lo que en Hispanoamérica, en España, en Rusia, en Alemania, le llaman modernismo literario es lo que en Francia se llama parnasianismo y simbolismo. [...]. Pero esas escuelas parnasianismo y simbolismo, son modernismo, es decir que aun cuando en Francia no se tome el nombre, están dentro del movimiento general modernista61.

  • 62  D’Ors veut rétablir une Aufklärung (Lumières) particulière, redonner le pouvoir au soleil, aux for (...)
  • 63  Voir Camille Lacau St Guily, « Henri Bergson et les catholiques néothomistes espagnols (1907-année (...)

50Or, c’est à la fois le modernisme catholique et le modernisme littéraire, dont il voit en Bergson un représentant, que D’Ors, comme conservateur radical, veut dépasser en proposant un retour à l’intellectualisme, non pas thomiste, mais avant tout post-pragmatiste, « héliomachique62 ». D’Ors, comme les conservateurs catholiques ‒ qui s’en prennent au bergsonisme pour ses conséquences sur le plan religieux et théologique et qui veulent en revenir aux Lumières par la réhabilitation de l’intellectualisme thomiste ‒, s’oppose au décadentisme, à l’obscurantisme, à l’anti-intellectualisme, au néo-romantisme qu’incarne le bergsonisme. Toutefois, contrairement aux catholiques espagnols ‒ ennemis du modernisme bergsonien ‒, D’Ors en propose un dépassement dialectique. Il se montre, en cela, plus nuancé et plus philosophe que les autres catholiques espagnols qui se sont exprimés sur le bergsonisme63. En effet, c’est en considérant la thèse du bergsonisme qu’il peut dialectiquement la dépasser en s’élevant sur ses strates géologiques. D’Ors surmonte l’irrationalisme bergsonien pour faire régner, sur l’Espagne et le siècle entier, un nouvel intellectualisme de facture non spécifiquement thomiste mais, avant tout, classique (gréco-romaine).

51Ainsi, dans ses écrits, notamment dans ses gloses, D’Ors définit l’idéologie politique et esthétique qu’il se propose d’imposer pour régénérer la nation espagnole : il la nomme noucentisme et la résume, en 1941, dans son livre Gnómica, en ces termes :

El Novecientos se levantó con estos signos: El esfuerzo por la unidad, contra el gusto de la dispersión.
Roma contra Babel.
El Imperio, irguiéndose sobre la crisis de las naciones.

[…].

Las figuras, contra las corrientes.
La ley de la constancia, contra las leyes de la evolución.
La autoridad, contra la anarquía.

  • 64  « 1900 se leva avec ces signes : L’effort pour l’unité, contre le goût de la dispersion./ Rome con (...)

[…]64.

52Il reprend ici synthétiquement l’idéologie « régénérationniste » qu’il défend à sa façon, contre l’esprit « fin-de-siècle », contre l’obscurité du décadentisme nihiliste ‒ qu’il définit ainsi dans l’une de ses gloses citée par Guillermo Díaz-Plaja, dans El Combate por la luz. La hazaña intelectual de E. d’Ors :

  • 65  « C’était le temps du décadentisme et de la sensualité malade… […]. Voici Verlaine, celui qui vit (...)

Fue el tiempo del decadentismo y de la sensualidad enferma… […]. He aquí a Verlaine; el que vive muriendo en las prisiones y en los hospitales, componiendo odelettes obscenas o letanías a María. […]. He aquí a Ibsen, que pretende disolver la familia y la sociedad; y a Tolstoi […]. He aquí a Huysmans y a los católicos equívocos […] y a los de las pequeñas religiones de París. He aquí a los idealistas; lívidos estetas, prerrafaelistas o místicos maeterlinquianos, que regresan de la razón a la cobarde locura y retroceden del lenguaje al balbuceo. He aquí una gran ola de música rodando a través de todo eso, anegándolo; y esta ola es el canto de Tristán e Iseo, que arrastran mentes y conciencias hacia el abismo del amor y la muerte, sin dejarles otro vigor, antes de que desaparezca para siempre que el de suspirar una palabra, que es como el testamento de la época: Nihil65.

  • 66  Eugenio D’Ors, Nuevo Glosario (1920-1943), vol. 1, Madrid, Aguilar, 1947. Le Nuevo Glosario de D’O (...)
  • 67  « En réaction aux notes de ses derniers moments, de l’époque qu’on appela par antonomase “ Fin-de- (...)

53Comme D’Ors l’écrit, dans Cinco minutos de silencio66, en 1924, le noucentisme se dresse « en reacción contra las notas de sus últimos momentos, de la época que por antonomasia se llamó “Fin-de-siglo” […]. Ésta fue la época en que cien años de aberraciones románticas se consumaron en una expiación capital… Cien años de esfuerzos de restauración clásica se necesitarán ahora para corregir sus defectos67 ».

54Or, Bergson est, selon D’Ors, une icône du xixe siècle, un (néo-)romantique, un irrationaliste, qu’il faut dialectiquement dépasser pour entrer de plain-pied dans le xxe siècle. Pour lui, Bergson n’est pas le philosophe nouveau, l’antonomase intellectuelle de la contemporanéité dans la mesure où le xxe siècle sera le siècle anti-bergsonien par excellence, le siècle de la restauration du classicisme ordonné, rationaliste, méditerranéen, héliomachique :

  • 68  « Mais le trajet de Descartes à Bergson, pour lequel la génération philosophique antérieure a pris (...)

Pero el trayecto entre Descartes y Bergson, que la anterior generación filosófica recorrió de ida, nosotros, con medios nuevos, con razones nuevas, sin duda; pero, a la postre, con un itinerario de reacción muy decidido, lo estamos recorriendo de vuelta... Estamos regresando del intuitivismo romántico al clásico intelectualismo, aunque el intelectualismo a que aspiramos haya de ser ya ampliado y enriquecido con el botín de lo conquistado en la aventura anterior68.

  • 69  Eugenio D’Ors, El Molino de viento [1923], idem.
  • 70  Idem, p. 634.
  • 71  « Le simple fait d’avoir visé juste en donnant le nom négatif d’obscurantisme à l’ensemble des ten (...)

55Par conséquent, le xxe siècle sera, selon D’Ors, intellectualiste et réactif contre le bergsonisme. Dans El Molino de viento69, paru en 1923, D’Ors consacre une glose à l’écrivaine anglaise, Vernon Lee (1856-1935). Selon D’Ors, la notoriété de celle-ci ne cesse de grandir parce qu’elle représente « la reacción intelectualista contemporánea70 ». Il la voit comme une complice dans son propre dépassement de la pensée « fin-de-siècle ». Ce qu’il apprécie le plus chez elle, c’est le nom qu’elle donne à ce dernier courant : « Ya el solo hecho de haber atinado en dar el mal nombre de obscurantismo al conjunto de tendencias filosóficas, estéticas y morales, de cuya influencia y poder va desprendiéndose penosamente el Novecientos, merece nuestra gratitud más acendrada71. » Il précise qui sont, selon lui, les « obscurantistes » du xixe siècle :

  • 72  « Obscurantiste, dans ce sens nouveau et précis, la métaphysique de Bergson l’est. Obscurantiste, (...)

Oscurantista, en este nuevo y precioso sentido, es la metafísica de Bergson. Oscurantista, la ciencia psicológica de William James. Oscurantistas igualmente la crítica de Tyrrell, la mística de Crawley, la sociología de Sorel, la pintura de Hermen Anglada y la poesía de Rabindranath Tagore. Oscurantista será todo explícito o implícito juicio de valores que dibuje una preferencia por lo inconsciente sobre lo consciente, por lo biológico sobre lo lógico, por la vida sobre la razón...72

  • 73  Les références à l’« obscurantisme » de Bergson dans les gloses de D’Ors sont fréquentes. Cf. « La (...)

56D’Ors oppose la symbolique de l’obscurité, des ténèbres, de Vernon Lee, qu’il lui reprend, à l’héliomachie du noucentisme. Ce ne sont plus ici les lumières de l’intelligence thomiste qui sont utilisées contre le bergsonisme, mais les lumières du Logos grec, symbolisé par le soleil dans la mythologie platonicienne, notamment dans l’allégorie de la caverne, et qui surplombe les gouffres du néant bergsonien73. Le bergsonisme représente ainsi, selon D’Ors, une arrière-garde intellectuelle que l’indémodable et intemporel classicisme se doit de dépasser.

  • 74  L’antithèse n’est pas une figure opposée à la dialectique ; elle lui est, au contraire, inhérente.
  • 75  « Xenius ne trouva pas dans l’Europe de son temps, l’Europe de Bergson, du libéralime et de l’anar (...)
  • 76  D’Ors fut, en effet, un élève de Bergson, dès 1906.
  • 77  Dans la compilation de gloses que constitue le livre de D’OrsEl hombre que juega y que trabaja (An (...)
  • 78  « Obscur étudiant espagnol ». « Je vois bien que nos points de vue sont irréductibles. Et dans cet (...)

57D’Ors et Bergson incarnent deux directions antithétiques74 de la pensée. D’ailleurs, José L. Aranguren, dans son livre La Filosofía de Eugenio d’Ors, le montre : « Xenius no encontró en la Europa de su tiempo, la Europa de Bergson, del liberalismo y el anarquismo, del impresionismo, el culto del sentimiento y del yo, de la música de Strauss y el simbolismo de Maeterlinck, doctrina a que adherirse, sino doctrina que vencer75. » Mais Xenius n’est pas le seul à préciser cet antagonisme. Bergson lui-même, lors d’un échange avec celui qui fut son élève76, soulignait leur opposition. En effet, en 1941, l’année de la mort de Bergson, D’Ors témoigne d’un échange de mots qu’il a eu avec « el glorioso filósofo francés », sans doute en juillet 190977, qui dit « al oscuro estudiante español » que D’Ors était alors : « Bien veo que nuestros puntos de vista son irreductibles. Y en esta oposición, yo, que al sostener una actitud antiintelectualista me creo en posesión de la verdad, he de considerar como un error la actitud neointelectualista, en la que le veo a usted colocado78. »

  • 79  La dialectique est, en effet, constituée d’une thèse que dépasse une antithèse, dépassée, enfin, p (...)
  • 80 Eugenio D’Ors, El hombre que juega y que trabaja, op. cit., p. 48-50. La glose paraît d’abord dans (...)

58Néanmoins, le terme d’antagonisme, adéquat pour qualifier la position des catholiques romains par rapport au bergsonisme, l’est-il encore pour marquer l’articulation de D’Ors avec Bergson et le pragmatisme ? En effet, le but de D’Ors est de dépasser le pragmatisme de Bergson et de William James, d’incarner un idéal téléologique, une sorte de synthèse finale79. C’est ainsi que D’Ors précise le sens de sa mission existentielle noucentiste, dans une glose de 1911, intitulée « El nuevo intelectualismo80 » :

  • 81  « Pour notre part, nous devons dire que la direction philosophique dans laquelle nous travaillons, (...)

Por nuestra parte, debemos decir que la dirección filosófica en que trabajamos, lejos de ser pragmatista, va derecha a una restauración del intelectualismo, que es el nervio de las tradiciones ideales del Occidente. El intelectualismo a que aspiramos es post-pragmático y tiene en cuenta el pragmatismo81.

59Initialement, en effet, D’Ors n’est pas hostile au pragmatisme, au contraire. Il est fasciné par ce qu’il apprend en France, quand il arrive à Paris, à la fin du mois de mai 1906, pour y occuper le poste de correspondant de La Veu de Catalunya. Il découvre alors le pragmatisme de William James et celui de Bergson, exposé dans ses cours au Collège de France, auxquels D’Ors assiste. Le 8 février 1908, il publie un article intitulé « Habla E. D’Ors », qui marque que le noucentisme interventionniste n’est pas encore antithétique au pragmatisme :

  • 82  « Cette philosophie du libre arbitre, cet arbitrarisme, comme nous l’avons appelé, représente un i (...)

Esta filosofía del albedrío, este arbitrarismo, como le hemos llamado, representa un ideal moral de intervención y no de abstención, es decir, una ética y política imperialista […] un ideal científico de que la acción es la prueba de la verdad, es decir, una filosofía pragmática, en gran relación con la que, predicada por un Peirce, por un William James, por un Schiller, agita actualmente la conciencia del mundo sajón y tiene ya su representación latina en los esfuerzos aislados de algunos pensadores franceses contemporáneos, como mi maestro Bergson, y en el pequeño grupo intelectual, Leonardo, de Florencia82.

  • 83  « Notre Logique ne nie pas le biologique pur, la réalité irrationnelle ; mais elle la condamne ».

60Initialement donc, lorsque D’Ors découvre le pragmatisme, il se dit pragmatiste. Mais toute l’élaboration de sa pensée, exposée de façon fragmentaire dans La filosofía del hombre que trabaja y que juega, montre que D’Ors veut dépasser le pragmatisme et non le nier, comme le font les néothomistes. D’ailleurs, dans la glose de 1911 sur « El nuevo intelectualismo », il exprime son souhait de dialoguer dialectiquement avec le pragmatisme : « Nuestra Lógica no niega lo biológico puro, la realidad irracional; pero la condena83. » L’intellectualisme grec dont il veut se faire le restaurateur est chez lui post-pragmatiste. En cela, D’Ors est dans un respect dialogique de la thèse bergsonienne dont il ne veut pas symboliser seulement l’antithèse mais une synthèse plus harmonieuse et moins radicale. C’est ce que signifie J. Farrán y Mayoral, lorsqu’il écrit en 1911, dans l’anthologie philosophique de D’Ors, La filosofía del hombre… :

  • 84  « On doit à la nouvelle Méthode des résultats aussi définitifs que la découverte de la formule bio (...)

Al nuevo Método se deben ya resultados tan definitivos como el descubrimiento de la fórmula biológica de la lógica y de la apertura de un camino para la resolución del dualismo entre la « Crítica de la Razón pura » y la « Crítica de la Razón práctica », y, por lo tanto, entre el Intelectualismo y el Romanticismo, éste en sus manifestaciones más recientes, como la Filosofía de la Intuición de Bergson y el Pragmatismo, La filosofía del Hombre que trabaja y que juega, por lo tanto, aprovecha los resultados de estas orientaciones filosóficas y los supera84.

  • 85  « La possibilité d’une troisième attitude semble s’insinuer », Eugenio D’Ors, « Doce glosas de fil (...)

61Le nouvel intellectualisme d’orsien constitue donc un dépassement de la thèse bergsonienne, dans sa tentative d’intégrer harmonieusement sagesse et vie. En effet, la philosophie de D’Ors ne se situe ni dans l’attitude purement intellectualiste et oublieuse de la vie qui va de Descartes à Critique de la Raison pure de Kant, ni dans l’attitude romantique qui va de Critique de la Raison pratique de Kant à Bergson : « Parece abrirse paso la posibilidad de una tercera actitud85. » Il la définit ainsi :

  • 86  « Notez que cette attitude est la continuité de l’intellectualisme, nerf de la tradition occidenta (...)

Nótese que esta actitud viene a continuar el intelectualismo, nervio de la tradición occidental europea; pero teniendo presentes los últimos resultados de la filosofía romántica y superándolos. El intelectualismo tradicional ensalzaba la Ciencia por creer que la ciencia podría comprender toda la vida. El romanticismo, sobre todo en su manifestación más pronunciada, el pragmatismo, rebaja la Ciencia, por considerarla incapaz de comprender la vida. El intelectualismo restaurado, propio de la Filosofía del Hombre que Trabaja y que Juega, enaltece nuevamente la Ciencia, sin dejar de reconocer que no comprende toda la vida; pero afirmando que la misma Ciencia es vida. Por esto aquel que piense según el «Seny», sin dejar de aprovechar los resultados críticos del pragmatismo, niega para siempre ser pragmatista, afirmando, al contrario, que continúa la tradición intelectualista del Clasicismo, que, desde Sócrates, dotó a Europa del culto a la Ciencia86.

  • 87  José Luis Aranguren, La Filosofía de Eugenio d’Ors, op. cit., p. 278.
  • 88  « Lutte pour les lumières ».
  • 89  « Mysticismes enivrants et irrationalismes romantiques » (José Luis Aranguren, La Filosofía de Eug (...)

62Par conséquent, D’Ors propose à la nation espagnole, face à l’intellectualisme cartésien et au nihilisme romantique, une réponse synthétique, post-pragmatiste, tout en continuant de clamer le primat axiologique de la raison sur la vie. Inspiré, entre autres, par l’idéologie nationaliste et rationaliste de Charles Maurras, D’Ors propose de nouvelles Lumières à son pays, une Aufklärung paradoxale : non pas libérale mais catholique, car, même si son anti-bergsonisme n’est pas néothomiste, il se fonde sur une idéologie qui s’enracine aussi dans le catholicisme ; d’où l’expression employée par Aranguren pour qualifier le noucentisme : « Aufklärung católica87 ». Cette dernière constitue sa « lucha por las luces88 », « la Heliomaquia ». Si l’anti-bergsonisme de D’Ors ressemble plus à celui de Maurras, qui n’était pas catholique, même s’il défendait cette religion de façon opportuniste, il se fonde, toutefois, sur un intellectualisme commun avec le néothomisme et sur un même rejet des « misticismos embriagadores y irracionalismos románticos89 ».

  • 90  Il évoque aussi cela dans un article paru dans le journal Cataluña, le 8 février 1909.
  • 91  Cf. Vicente CachoViu, Revisión de Eugenio d’Ors (1902-1930). Seguida de un epistolario inédito, Ba (...)

63Ainsi, l’anti-bergsonisme conservateur de D’Ors est à nuancer, car, paradoxalement, même si le bergsonisme incarne toute une base paradigmatique antithétique à la sienne, il ne cessera jamais de lui rendre hommage en considérant Bergson comme son maître. C’est pour cela que l’on peut parler d’une opposition dialectique de D’Ors à Bergson. Dans l’une des gloses que nous avons évoquée, intitulée « Diálogo con Luis Bello », publiée dans ABC, le 17 janvier 1925, D’Ors parle de « el filósofo Henri Bergson » comme de son « profesor venerado », de son « maestro90 ». Il voudra même le traduire et le publier en espagnol, ce qui marque la posture très différente adoptée par D’Ors par rapport aux catholiques ultramontains qui veulent servir de barrages hermétiques pour contrer le passage du bergsonisme en Espagne. Des lettres de D’Ors à son ami catalan, le poète moderniste Joan Maragall (1860-1911) et à Unamuno, de juillet 1909 à février 191291, montrent le projet qu’il avait de publier les grands noms contemporains de la philosophie, même ceux qu’il voulait dépasser, tels que Bergson, Boutroux (1845-1921), Le Roy (1870-1954), Blondel (1861-1949), Sorel (1847-1922), etc.

64Toutefois, dans le cadre de la Guerre, D’Ors a contribué à expliquer aux sympathisants de la droite radicale et plus largement du conservatisme espagnol, en quoi le bergsonisme était une philosophie divergente de leur système de valeurs et qu’il fallait dépasser pour que règne une « Aufklärung católica », en Espagne.

Un antibergsonisme politique azorinien ?

  • 92  Cf. Camille Lacau St Guily, « Des lézardes bergsoniennes dans la première phase romanesque de Mart (...)
  • 93  Pedro Carlos GonzálezCuevas, El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx..., op. (...)

65Enfin, un autre écrivain, Martínez Ruiz Azorín (1873-1967), qui, au moment de la Grande Guerre, n’est plus vraiment le disciple que le bergsonien Clarín a connu et formé92, affiche un anti-bergsonisme, lui aussi moins catholique que politique. Azorín milite désormais pour le « conservadurismo dinástico93 ». Il regrette également, comme José María Salaverría, l’absence de projet conservateur dans la droite espagnole, depuis la mort de Cánovas del Castillo. Il se penche alors, lui aussi, vers le « nouveau conservatisme » français, celui de Maurras notamment, avec lequel il entre en contact ainsi qu’avec certains membres de L’Action française, lors de son voyage à Paris pendant la guerre, où il est correspondant pour ABC. Azorín participe, lui aussi, à l’instar du nationaliste José María Salaverría, à la vision du bergsonisme comme le paradigme philosophique et idéologique, antithétique à celui de la droite radicale espagnole. Et c’est donc moins d’un point de vue religieux qu’Azorín, comme Salaverría ou D’Ors, s’oppose aux valeurs véhiculées par le bergsonisme, que comme partisan de la droite radicale. Ses articles dans ABC, lors de la guerre, le montrent. Une étude détaillée reste encore à mener sur ce sujet.

Conclusion

66Entre 1914 et 1918, le philosophe français, Henri Bergson, a mené différentes actions diplomatiques pas seulement, comme on le lit toujours, aux Etats-Unis, également en Espagne. Ces missions politiques déclenchent, chez les conservateurs espagnols, une forte rancœur contre celui en qui ils perçoivent le symbole de la France, d’une France pour laquelle ils nourrissent une grande ambivalence, entre autres, depuis la Révolution française : la France est une nation, selon eux, révolutionnaire, jacobine, républicaine et germanophobe. Bergson, qui exerce, sous la Troisième République française, un magistère incontesté et qui est un peu l’icône de cette génération de Français, même s’il a été haï par beaucoup d’entre eux, canalise l’hostilité des conservateurs de la péninsule ibérique. Il devient ainsi une figure et un enjeu politiques, en Espagne, particulièrement au moment de sa visite à Madrid, en mai 1916, où il prononce deux conférences d’apparences philosophiques. Bergson révèle lui-même que le motif de sa mission dans la capitale espagnole est, de fait, diplomatique, donc politique : faire basculer l’Espagne, neutre pendant le conflit, du côté des Alliés. Cette mission cristallise les positions. Après les néothomistes et la presse conservatrice de façon générale, la droite radicale se lance dans une active campagne anti-bergsonienne, dans la mesure où cette pensée philosophique représente tout ce que le nationalisme espagnol exècre. L’anti-bergsonisme axiologique de la droite radicale ne sera pas circonscrit aux années de guerre, dans la mesure où leur opposition aux valeurs bergsoniennes est structurelle, fondamentale. Deux systèmes idéologiques s’affrontent. Cette politisation dont il fait l’objet polarise le débat espagnol. D’ailleurs, à partir de la mission diplomatique de Bergson dans ce pays, et, comme le dit un journaliste de la revue réformiste España, le 11 mai 1916, il y a « bergsonianos y anti-bergsonianos », même si cette ligne de démarcation par rapport au bergsonisme se dessine déjà depuis 1907, entre deux Espagne. La presse conservatrice qui affiche un anti-bergsonisme virulent tente même de construire un bergsonisme espagnol de gauche. Ainsi, sa philosophie n’importe-t-elle pas alors beaucoup moins que ce que Bergson symbolise pour la France ? Bergson devient vite le prétexte de l’affrontement d’une Espagne bipolaire, divisée idéologiquement, qui préfigure la guerre fratricide de 1936-1939. En effet, la presse libérale et réformiste affiche, elle, son appui au Français Bergson. Bergson devient ainsi le prétexte d’un affrontement de l’Espagne conservatrice contre la France et l’Espagne républicaines.
Dans ces conditions, un bergsonisme catholique est-il possible, en Espagne ?

Haut de page

Notes

1  Voir au sujet de l’anti-bergsonisme des catholiques néothomistes espagnols Camille Lacau St Guily, « Henri Bergson et les catholiques néothomistes espagnols (1907-années 1920) », inBulletin d’histoire contemporainede l’Espagne, PUP, n°46, février 2011, p. 269-288.

2  Pierre Imbart de la Tour, « Notre mission en Espagne », Bulletin hispanique, t. xviii, n°3, 1916, in Les études bergsoniennes, (coll.), vol. ix, Paris, Puf, 1970, p. 7.

3  Voir François Azouvi, La gloire de Bergson. Essai sur le magistère philosophique, Paris, Gallimard, NRF essais, 2007. L’auteur démontre, dans ce magnifique essai, la gloire qu’ont connue Bergson et le bergsonisme, entre 1900 et 1914 particulièrement.

4  « Bergson est le philosophe actuellement à la mode. Comme le fut Cousin en son temps. Comme Cousin, sa renommée ne se limite pas à l’intérieur de la Sorbonne, ni de l’Académie de Sciences Morales et Politiques, ni des milieux intellectuels proprement dits, mais elle s’étend à la nation entière. Il est vrai qu’en France, même les cuisinières et les cochers se prennent pour des intellectuels. Tous connaissent au moins le nom de M. Bergson. Et dans les salons “ chic ”, on bavarde de “ cette chose, l’intuition ” comme d’une palpitante actualité. Des dames et des galants de la meilleure société accourent à la chaire du philosophe. Et ce qui est le plus remarquable, c’est que beaucoup achètent ses livres, et certains vont même jusqu’à ouvrir les premières pages du livre, au moins dix ou douze, en y faisant une habile pliure pour que les visiteurs, en voyant le livre sur la petite table du cabinet, comprennent qu’on est effectivement en train de le lire »

5  « Choses de Paris, la danse et la philosophie ».

6  « Ce sont maintenant les dames élégantes, les parisiennes les plus exquises qui mettent à la mode ces études profondes et compliquées.

Personne ne savait il y a quelques mois, en dehors des érudits, qu’il y avait dans un grand centre d’enseignement, au fameux Collège de France, un éminent professeur de philosophie : M. Bergson dont les leçons, les charmantes conférences, révélaient une intelligence supérieure.

Soudain, porté par le vent de la célébrité, son nom commença à résonner dans les salons les plus élégants, et toutes les évaporées de la vie mondaine prirent le chemin qui conduit à sa chaire.

[...]. On ne parle plus d’autre chose dans les salons : le concept du moi, les différents systèmes philosophiques et différentes choses du même genre, préoccupent à cette heure les parisiennes, tout autant voire plus que les modes que lancent les couturiers de la rue de la Paix ».

7  Cependant, le Guatémaltèque Enrique Gómez Carrillo est une figure libérale de l’intellectualité espagnole. Il collabore à de nombreux journaux et revues français et espagnols, entre autres. En 1916, il devient le directeur du journal madrilène libéral et réformiste El Liberal.

8  « Henri de Bergson est le philosophe à la mode qui a réussi à faire ce que personne n’est parvenu à accomplir : réveiller chez la femme la passion des études philosophiques […] Le vendredi, quand M. Bergson occupe sa chaire au Collège de France, les dames de l’aristocratie de la plus haute lignée attendent comme de vulgaires collégiennes, que le maître s’adressent à elles ».

9  « Bergson, cependant, ne passera jamais pour un philosophe en Allemagne. Il est trop clair, trop agréable, trop élégant. […]. Avec de telles parures littéraires et vestimentaires, on peut être journaliste en Allemagne, écrivain de chroniques ou de revues de salon, ou même auteur de romans ou de comédies pour le cinématographe : mais philosophe, ça jamais. Un philosophe allemand est quelque chose de plus sérieux et de plus gras que tout cela. [...]. Il s’agit, précisément, de se mettre hors de portée du public frivole et léger, dans une région de pure philosophie. Les philosophes allemands sont dans leurs livres comme les bêtes sauvages dans leur cage. On les voit de loin, on les entend rugir, mais personne ne s’approche. El Berliner Zeitung am Mittag publie un extrait du Rire de Bergson, qu’il appelle le französischer Modephilosopher. Le französischer Modephilosopher, cela peut vouloir dire tout aussi bien le philosophe français à la mode que le philosophe de la mode française. C’est comme si Bergson possédait une boutique de philosophie rue de la Paix. En plus, on sait que toutes les femmes distinguées de Paris vont écouter Bergson chaque jour. Quel genre de philosophe est-il donc, lui qui ne mord pas, qui ne rugit pas et dont les femmes élégantes peuvent s’approcher sans crainte ? »

10  Echauri est aussi correspondant à Paris pour le journal intégriste El Siglo futuro, dans lequel il signe quelques articles relatifs à Bergson.

11  « Le philosophe à la mode est Bergson, qui explique au Collège de France une philosophie nébuleuse à laquelle il donne le nom d’“ intuitionnisme ”. Ainsi va le monde, dans l’obscurité complète ; on donne maintenant aux ténèbres le nom d’intuition ».

12  « Tous écoutèrent gravement jusqu’à la fin. Et, en sortant, ils exprimèrent à son interprète l’admiration qu’ils ressentaient pour la philosophie intuitive de M. Bergson et leur satisfaction d’avoir eu la chance d’entendre l’illustre conférencier.

La philosophie bergsonienne, c’est du pur chinois. En ces temps de sciences occultes, de somnambules, de devins, de sybilles et d’esprits forts imprégnés de ridicules superstitions, il n’est pas étonnant qu’un cours d’intuitionnisme où les uns dorment, les autres restent éveillés, mais où personne ne comprend rien, attire tant de monde ».

13  Bergson est très loin, toutefois, de faire l’unanimité dans la communauté des intellectuels français. Il déclenche, au contraire, de violentes répulsions chez un certain nombre d’entre eux.

14  « Que sont-ils venus faire ? ».

15  « Que sont venus faire les conférenciers français ? Nous civiliser, nous polir, nous passer la varlope de leur pédagogie sur les aspérités ligneuses de nos intellectuels ? Intellectuels ! [...] Alors que précisément la philosophie d’Henri Bergson est la quintessence de l’anti-intellectualisme ! ».

16  « Mais que sont venus faire Bergson et ses accompagnateurs ? Ce n’est pas l’heure d’expliquer le continu et l’intuition ! »

17  « Que sont-ils venus faire ? Faire en sorte que nous nous enthousiasmions avec les alliés et que nous acclamions leur victoire ? Que veulent-ils que nous disions ? Vive la Russie ! […] Vive la France ! qui a perdu neuf de ses meilleurs départements et presque la moitié des forts de Verdun ! ».

18  Le mouvement de L’Action française naît en 1898, lors de l’affaire Dreyfus, comme mouvement contre la défense du juif Alfred Dreyfus (1859-1935). Ce mouvement nationaliste et royaliste est antisémite, anti-protestant et xénophobe. Charles Maurras en est l’un des grands théoriciens ; il est aussi le fondateur du quotidien L’Action française. Agnostique, Charles Maurras voit, cependant, dans l’Église catholique, et notamment espagnole, un vecteur de cohésion entre Latins. La notion de latinité est, enfin, l’un des fondements de son nationalisme. C’est en cela qu’il touche beaucoup les nationalistes espagnols comme E. D’Ors et J. M. Salaverría.

19  Charles Maurras « regrettait la neutralité espagnole dans la Grande Guerre, et surtout, la germanophilie d’un secteur important de la droite hispanique », Pedro Carlos González Cuevas, El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx. De la crisis de la Restauración al estado de partidos (1898-2000), Madrid, Editorial Tecnos, 2005, p. 58.

20  « Frères de civilisation et d’éducation », Charles Maurras, prologue de El fin del imperio español en América, de Marius André, Barcelone, 1922, p. 13.

21  « Quant à l’attitude des Espagnols par rapport à la guerre actuelle, Bergson a dit (à un rédacteur de Le Temps) qu’il serait inutile de nier les sympathies des aristocrates et des bourgeois envers les Allemands, sentiments que partagent beaucoup d’officiers de l’Armée, tandis que le haut clergé, bien qu’il ne soit pas unanimement favorable à l’Allemagne, compte parmi ses membres un grand nombre d’opposants à la nation française, soit parce qu’ils acceptent sans réfléchir la théorie selon laquelle la France est irreligieuse, soit parce qu’un raisonnement superficiel les amène à identifier la cause de l’Allemagne avec celle de l’autorité, et celle-ci avec celle de l’Église catholique ».

22  « Hommage extemporain ».

23  « L’échange intellectuel entre l’Espagne et d’autres pays, quand il ne s’agit pas d’erreurs ou d’immoralités, nous paraît très opportun et nous approuvons ce qui contribue à le développer.

Avec aucune autre nation nous n’avons de commerce plus assidu qu’avec la France. Ce n’est pas seulement que nous les intellectuels d’Espagne nous étudions la science et l’art français bien plus que nos voisins n’étudient la science et l’art espagnols, mais la France, comme l’a dit Vázquez de Mella, est pour nous une espèce de douane à travers laquelle nous parvient généralement la culture de beaucoup d’autres peuples, car tout se traduit en français ».

24  « Quel dommage que ce qui nous est envoyé de l’autre côté des Pyrénées soit la plupart du temps des erreurs philosophiques, de fausses théories politiques et historiques et des pornographies pseudo-littéraires ! ».

25  « En ce moment même trois conférences sont annoncées pour faire connaître une philosophie de tendances agnostiques et aux dérives anarchistes dans l’ordre social et modernistes dans le domaine religieux… ».

26  « En ce qui concerne certains hommages, nous les considérons inopportuns et dangereux. Ils peuvent éveiller la méfiance et le mécontentement, ils peuvent diviser et provoquer des conflits ».

27  « L’hospitalité est une chose très noble et très espagnole. Mais en aucune façon on ne peut tolérer qu’on en abuse pour réaliser certaines propagandes, pour ouvrir une brèche dans l’union sacrée pour défendre la neutralité de notre Patrie, que nous sommes tous obligés de maintenir ».

28  « Il y a une limite à tout… ».

29  « Les faits commencent à démontrer à quel point cette visite dont plusieurs sages français ont voulu nous honorer a été inconvenante ».

30  « Au moment du départ des académiciens de Séville, les personnes qui étaient venues pour leur dire au revoir poussèrent des vivats pour la France, et comme ces manifestations, si significatives en ce moment actuel, dérangèrent d’autres personnes qui se trouvaient dans la gare, des vivats pour l’Allemagne vinrent répondre aux vivats francophiles. L’extériorisation de ces disputes sur la voie publique n’est-elle pas lamentable ? Et n’est-il pas probable que la répétition d’évènements analogues ait des conséquences vraiment funestes ? ».

31  « Sans déroger à la traditionnelle courtoisie et l’hospitalité chevaleresque des Espagnols, les savants français furent accueillis par l’opinion avec une méfiance évidente et tout à fait justifiée, qui est née de la gravité des circonstances présentes, du nombre de mandataires qui nous honorèrent de leur visite, de la coïncidence de celle-ci avec une certaine propagande réalisée en Espagne, de l’orientation exagérément francophile des personnes qui se disposaient à recevoir avec enthousiasme nos visiteurs et à les accompagner et à leur témoigner de la prévenance et leur rendre hommage. Tout cela constituait un indice certain que ce qui s’annonçait comme une tâche culturelle recouvrait d’autres fins, ou dégénèrerait en effets non scientifiques, mais de caractère politique et international ».

32  « […] Les savants français ont eu l’occasion d’observer […] que les Espagnols qui souhaitaient que nous intervenions dans la guerre aux côtés des alliés n’atteignent pas une demi-douzaine de personnes, que la majorité de la nation est germanophile et que la neutralité n’est pas la politique d’un Gouvernement, et comme telle, modifiable, mais la conviction et le sentiment du pays entier ».

33  « Il fut accusé d’être germanophile bien que cela n’ait jamais pu être prouvé » (José Javier Sánchez Aranda, Carlos BarreradelBarrio, Historia del periodismo español desde sus orígenes hasta 1975, Pamplona, Ediciones Universidad de Navarra, 1992, p. 287).

34  « Nous entendons par “ droite radicale ” un style de pensée, né de la crise fin-de-siècle des valeurs des Lumières, qui cherche à légitimer son projet politique anti-libéral, non sur la base de la religion, mais sur les notions scientifiques de la biologie, de la psychologie, de la sociologie ou de la jurisprudence. Ce courant fut minoritaire en Espagne, étant donné l’influence du catholicisme, mais dans d’autres pays il fut représenté par des figures comme Charles Maurras, etc. En Espagne, ses porte-drapeaux les plus notables allaient être les catalanistes disciples d’Enric Prat de la Riba et les noucentistes d’Eugenio D’Ors, ensuite converti au nationalisme espagnol, ainsi que José María Salaverría » (Pedro Carlos González Cuevas, El pensamiento político de la derecha española, op. cit., p. 21).

35 Idem, p. 86.

36  José-María Salaverría, La afirmación española. Estudios sobre el pesimismo español y los nuevos tiempos, Barcelone, Gustavo Gili editor, 1917.

37  Idem, p. 32.

38  Ibidem.

39  Idem., p. 37.

40  Idem., p. 69.

41  Charles Maurras, L’Avenir de l’Intelligence [1905], Paris, Nouvelle librairie nationale, 1917, deuxième édition revue et corrigée, p. 104.

42  José-María Salaverría, La afirmación española..., op. cit., p. 69.

43  « Mais tous nous avons vu les partisans des Alliés brandir leur plume, non pas tant en défense des nations alliées, que pour combattre et insulter l’Allemagne. Les hommes de science, les membres de l’Institut de France, les meilleures réputations françaises et britanniques, nous avons vu comment tous s’abaissent à recourir à la ruse et au sophisme pour offenser et déshonorer l’Allemagne. Ainsi, nous avons vu, ces derniers jours à Madrid, M. Bergson, infiniment habile, se débrouiller avec sa fine parole et son génie manœuvrier pour suggérer à l’auditoire de rabaisser l’Allemagne ».

44  « Il existe une tyrannie intellectuelle, un véritable jacobinisme intellectuel ; et c’est une conséquence, peut-être la plus triste de la guerre, qui doit soulever les esprits qui se sentent libres et qui haïssent, plus que toutes autres choses, l’injustice ».

45  Nietzsche apparaît, sous la plume de Salaverría, comme opposé à Bergson, pour des raisons nationalistes, alors que leurs deux pensées se rapprochent sur bien des points. Cf. Jeanne Delhomme, Nietzsche et Bergson, Paris, Deuxtemps Tierce, 1992.

46  « Un juif, par exemple, habitué à céder, à contourner, à s’abaisser, à ergoter […], ne concevra pas que l’on puisse à un moment juger tout son avenir sur une carte. Avec des arguments légalistes, décadents, procéduriers ou judaïques ; en avançant des raisons de nation faible, on a voulu juger les actes de l’Allemagne. On ne l’a pas jugée objectivement. On n’a pas voulu voir ce qu’est l’Allemagne, sa tradition, sa constitution politique [...] ; on n’a pas considéré combien il était juste qu’elle soit robuste [...]. Lorsque l’on oppose à une force d’une telle qualité d’autres forces coercitives qui limitent, qui sera coupable si l’acte belliqueux survient? On a traité ce sujet uniquement du point de vue de l’intellectualisme morbide ou décadent, judaïque ou latin, et voilà le mal ».

47  « Comme elle tarde à sonner l’heure de la paix ! pour que prenne fin le règne des sots et des énergumènes ! pour que cesse ce jacobinisme intellectuel ! pour que s’achève cette ère de fange et de stupidité, cette honte impardonnable, cette injustice cruelle et sordide ».

48  On peut d’ailleurs trouver dans la presse conservatrice espagnole un certain nombre d’articles de différents auteurs sur l’anti-bergsonisme de L’Action française. Par exemple, le 23 février 1918, ABC publie un papier, intitulé « ABC en París. La Academia francesa », de Eugenio Rougon, sur la nomination de Bergson à l’Académie française et sur la réaction suscitée par un tel événement chez les nationalistes de L’Action française : « Monsieur Bergson es judío, y, por consiguiente, tanto su personalidad como su filosofía no podían menos de ser sospechosas a los redactores del órgano monárquico, el cual ha llegado a decir estos días lo siguiente: “Quiera Dios que la recepción del judío Bergson no sea más fatal a Francia que lo fue la de Olivier a fines del segundo imperio…” » : « Monsieur Bergson est juif, et, par conséquent, tant sa personnalité que sa philosophie ne pouvaient paraître que suspectes aux rédacteurs de l’organe monarchique qui est allé jusqu’à dire ces jours derniers : “ Que Dieu fasse que la réception du juif Bergson ne soit pas plus fatale à la France que ne le fut celle d’Olivier à la fin du second empire… ”. » Maurice Barrès (1862-1923), de l’Action française, a, toutefois, beaucoup apprécié Bergson et son romantisme intuitionniste.

49  François Azouvi, La gloire de Bergson, op. cit., p. 17.

50  « Une guerre d’encre ».

51  « De grandes armées de franc-tireurs, de guérilleros intellectuels qui s’obstinent à mordre, à miner et déshonorer tout ce qui est allemand ».

52  Il a publié, en 1912, la traduction de L’Évolution Créatrice : Henri Bergson, La Evolución Creadora, trad. de Carlos Malagarriga, Madrid, Renacimiento, 1912.

53  « Profite de l’occasion pour défendre Bergson, en l’opposant à la philosophie allemande ».

54  « Il y a quelque chose qui se produit éternellement dans la vie de l’art : la publicité qui, de nos jours, acquiert une extraordinaire prééminence. Cela est le fruit du régime moderne. La démocratie, le machinisme, le mercantilisme débridé, injectent dans notre vie un désir angoissé d’arriver, de se distinguer ».

55  « Oscar Wilde se fait connaître aux dépens de sa dignité et de sa vie ; D’Annunzio fait d’infatigables pirouettes ; Bergson lui-même, avec une flexibilité hébraïque et à force de publicité, propage sa philosophie […] ».

56  Pedro Carlos González Cuevas, dans El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx, précise, en effet, qu’« en Espagne, ses porte-drapeaux les plus notables sont les catalanistes disciples d’Enric Prat de la Riba et les noucentistes d’Eugenio D’Ors, ensuite converti au nationalisme espagnol, ainsi que José María Salaverría » (p. 21). E. D’Ors laisse très vite entrevoir un penchant pour une esthétique et une idéologie nationalistes. Toutefois, ce n’est véritablement que dans les années 1920 que cet engagement politique se déclare.

57  Juan Ramón Jiménez, El modernismo. Notas de un curso (1953),Edición, prólogo y notas de Ricardo Gullón y Eugenio Fernández y Méndez, Madrid-México-Buenos Aires, Ensayistas hispánicos, Aguilar, 1962.

58  « Le modernisme ne fut pas seulement une tendance littéraire : le modernisme fut une tendance générale. Il toucha tous les domaines. Je crois que le nom vint d’Allemagne, où les curés que l’on appelait modernistes se provoquaient un mouvement réformateur. Et, ici, en Espagne, les gens nous donnèrent ce nom de modernistes à cause de notre attitude. Parce que ce que l’on appelle moderniste n’est ni une école ni une forme, c’est une attitude. C’était la nouvelle rencontre avec la beauté ensevelie durant le xixe siècle par un ton général de poésie bourgeoise. C’est cela le modernisme : un grand mouvement d’enthousiasme et de liberté vers la beauté ».

59  « Je répète que le modernisme, le mouvement moderniste, commença en Allemagne au milieu du xixe siècle et s’accentua fortement à la fin du xixe siècle. Il fut très important chez les théologiens qui enclenchèrent ce mouvement. L’idée était d’unir les dogmes catholiques aux découvertes scientifiques modernes ; et le Pape Pie x publia, divulga une Encyclique excommuniant tout ce groupe » (Juan Ramón Jiménez, El modernismo, op. cit., p. 222).

60  « L’Encyclique Pascendi Gregis du Pape Pie x contre le modernisme en général, non seulement contre le théologique mais aussi le littéraire ; contre tout le modernisme » (Idem.).

61  « Ce mouvement passa en France, grâce aux théologiens, et il y a un fameux théologien français, le Père Loisy […] qui fut aussi excommunié, […]. Donc ce nom Modernisme apparaît dans la littérature et il n’apparaît pas simultanément dans tous les pays ; le plus curieux est qu’il n’apparaît pas en France. En France, les poètes, les écrivains, n’acceptent pas et ne connaissent pas non plus le nom modernisme. Les philosophes, eux, oui, on dit de Bergson qu’il est moderniste […] ; mais en France, cela s’appelle école parnassienne et modernisme, je veux dire et symbolisme ; c’est-à-dire que ce qu’en Amérique du Sud, en Espagne, en Russie, en Allemagne, on appelle modernisme littéraire, c’est ce qu’on appelle en France l’école parnassienne et symbolisme. […]. Mais ces écoles du Parnasse et du symbolisme, sont le modernisme, c’est-à-dire que même si en France on ne recourt pas à ce nom, elles font quand même partie du mouvement général moderniste ».

62  D’Ors veut rétablir une Aufklärung (Lumières) particulière, redonner le pouvoir au soleil, aux forces de la lumière. Voilà ce qu’il entend lorsqu’il parle du xxe siècle comme du siècle noucentiste et héliomachique, un siècle intellectualiste par opposition au xixe, qu’il stigmatise comme anti-intellectualiste et obscur.

63  Voir Camille Lacau St Guily, « Henri Bergson et les catholiques néothomistes espagnols (1907-années 1920) », art. cit. note 1.

64  « 1900 se leva avec ces signes : L’effort pour l’unité, contre le goût de la dispersion./ Rome contre Babel./ L’Empire, se dressant sur la crise des nations. / […]./ Les figures contre les courants./ La loi de la constance, contre les lois de l’évolution./ L’autorité contre l’anarchie./ […] », Eugenio D’Ors, Gnómica, Madrid, Euro, 1941, p. 132. D’Ors définit le noucentisme ainsi, en 1941, mais l’expose, dès le début du xxe siècle, dans la presse.

65  « C’était le temps du décadentisme et de la sensualité malade… […]. Voici Verlaine, celui qui vit en mourant dans les prisons et dans les hôpitaux, en composant des odelettes obsènes ou des litanies à Marie. […]. Voici Ibsen, qui prétend dissoudre la famille et la société ; Voici Tolstoï […]. Voici Huysmans et les catholiques équivoques […] et ceux des petites religions de Paris. Voici les idéalistes, esthètes livides, préraphaélites ou mystiques maeterlinckiens, qui reviennent de la raison à la lâche folie et reculent du langage au balbutiement. Voici une grande vague de musique déferlant à travers tout cela, le noyant ; et cette vague est le chant de Tristan et Yseult, qui entraînent esprits et consciences vers l’abîme de l’amour et de la mort, sans leur laisser d’autre force, avant qu’il ne disparaisse pour toujours, que celle de soupirer un mot, qui est comme le testament de l’époque : Rien », Guillermo Díaz-Plaja, El Combate por la luz. La hazaña intelectual de E. d’Ors, Madrid, Espasa-Calpe, 1981, p. 64. L’accusation, à cette époque, contre l’apparition des « petites religions » de chacun, en bref du relativisme, est très fréquente. On le voit, dans le livre de Teodoro Rodríguez, La civilización moderna: su valor social, Madrid, Universidad de El Escorial, 1916.

66  Eugenio D’Ors, Nuevo Glosario (1920-1943), vol. 1, Madrid, Aguilar, 1947. Le Nuevo Glosario de D’Ors est publié dans ABC, à partir de 1923.

67  « En réaction aux notes de ses derniers moments, de l’époque qu’on appela par antonomase “ Fin-de-siècle ” […]. Celle-ci fut l’époque durant laquelle cent ans d’aberrations romantiques se consumèrent en une expiation capitale… Cent ans d’efforts de restauration classique sont désormais nécessaires pour corriger ses défauts ».

68  « Mais le trajet de Descartes à Bergson, pour lequel la génération philosophique antérieure a pris un aller simple, nous, avec de nouveaux moyens, avec des raisons nouvelles, sans doute, mais, en définitive, dans un itinéraire de réaction très décidé, nous sommes en train de faire en sens inverse… Nous revenons à l’intuitivisme romantique vers l’intellectualisme classique, même si l’intellectualisme auquel nous aspirons doit dorénavant être élargi et enrichi par le butin que nous avons conquis lors de l’aventure antérieure », Eugenio D’Ors, El signo sutil, Diálogo con Luis Bello [1925], idem.

69  Eugenio D’Ors, El Molino de viento [1923], idem.

70  Idem, p. 634.

71  « Le simple fait d’avoir visé juste en donnant le nom négatif d’obscurantisme à l’ensemble des tendances philosophiques, esthétiques et morales, très influentes et puissantes sur le Noucentisme qui s’en détache avec peine, mérite notre plus grande gratitude » (Idem.).

72  « Obscurantiste, dans ce sens nouveau et précis, la métaphysique de Bergson l’est. Obscurantiste, la science psychologique de William James. Obscurantistes, également la critique de Tyrrell, la mystique de Crawley, la sociologie de Sorel, la peinture de Hermen Anglada et la poésie de Rabindranath Tagore. Sera obscurantiste tout jugement de valeurs explicite ou implicite qui dessinera une préférence pour l’inconscient sur le conscient, pour le biologique sur le logique, pour la vie sur la raison… ».

73  Les références à l’« obscurantisme » de Bergson dans les gloses de D’Ors sont fréquentes. Cf. « Las vidas paralelas », inCuando ya esté tranquilo [1927], Nuevo Glosario, vol. 2, Madrid, Aguilar, 1947, p.160.

74  L’antithèse n’est pas une figure opposée à la dialectique ; elle lui est, au contraire, inhérente.

75  « Xenius ne trouva pas dans l’Europe de son temps, l’Europe de Bergson, du libéralime et de l’anarchisme, de l’impressionnisme, du culte du sentiment et du moi, de la musique de Strauss et du symbolisme de Maeterlinck, de doctrines auxquelles adhérer, mais de doctrines à vaincre », José Luis Aranguren, La Filosofía de Eugenio d’Ors, Madrid, Espasa, Filosofía, selección Austral, 1981, p. 271. Xenius est le pseudonyme de D’Ors.

76  D’Ors fut, en effet, un élève de Bergson, dès 1906.

77  Dans la compilation de gloses que constitue le livre de D’OrsEl hombre que juega y que trabaja (Antología filosófica de Eugenio D’Ors por R. Rucabado y J. Farrán, con una introducción de Manuel García Morente. Estudios de Miguel de Unamuno « x », Diego Ruiz, J. Farrán y Mayoral y R. Rucabado, Barcelone, Antonio López Librero, 1914), dans une partie intitulée « Dos glosas de año nuevo (1912) », Diego Ruiz rend compte avec d’autres mots de ce qu’aurait dit Bergson à D’Ors : « “Yo creo que mi filosofía es más fiel a la realidad […].” » « Je crois que ma philosophie est plus fidèle à la réalité ».

78  « Obscur étudiant espagnol ». « Je vois bien que nos points de vue sont irréductibles. Et dans cette opposition, moi qui, en soutenant une attitude anti-intellectualiste, me crois en possession de la vérité, je considère comme une erreur l’attitude néo-intellectualiste, dans laquelle je vois que vous vous placez », « Bergson », in La sombra de Guillermo Tell [1941], Nuevo Glosario, vol. 3, Madrid, Aguilar, 1949.

79  La dialectique est, en effet, constituée d’une thèse que dépasse une antithèse, dépassée, enfin, par la synthèse.

80 Eugenio D’Ors, El hombre que juega y que trabaja, op. cit., p. 48-50. La glose paraît d’abord dans la revue La Cataluña, en 1911.

81  « Pour notre part, nous devons dire que la direction philosophique dans laquelle nous travaillons, loin d’être pragmatiste, mène droit à une restauration de l’intellectualisme, qui est le nerf des traditions idéales de l’Occident. L’intellectualisme auquel nous aspirons est post-pragmatiste et prend en compte le pragmatisme » (Idem., p. 49).

82  « Cette philosophie du libre arbitre, cet arbitrarisme, comme nous l’avons appelé, représente un idéal moral d’intervention et non d’abstention, c’est-à-dire une éthique et une politique impérialiste […] un idéal scientifique où l’action est la preuve de la vérité, c’est-à-dire une philosophie pragmatiste, en relation étroite avec celle qui, enseignée par un Pierce, un William James, un Schiller, agite actuellement la conscience du monde saxon et qui a déjà sa représentation latine dans les efforts isolés de quelques penseurs français contemporains, comme mon maître Bergson, et dans le petit groupe intellectuel, Leonardo, de Florence ».

83  « Notre Logique ne nie pas le biologique pur, la réalité irrationnelle ; mais elle la condamne ».

84  « On doit à la nouvelle Méthode des résultats aussi définitifs que la découverte de la formule biologique de la logique et de l’ouverture d’un chemin pour la résolution du dualisme entre la “Critique de la Raison pure” et la “Critique de la Raison pratique”, et, donc, entre l’Intellectualisme et le Romantisme, romantisme qui a dans ses manifestations les plus récentes la Philosophie de l’Intuition de Bergson et le Pragmatisme, La philosophie de l’homme qui travaille et qui joue profite des résultats de ces orientations philosophiques et les dépasse ».

85  « La possibilité d’une troisième attitude semble s’insinuer », Eugenio D’Ors, « Doce glosas de filosofía », in La filosofía del hombre que juega y que trabaja, op. cit., p. 128-129.

86  « Notez que cette attitude est la continuité de l’intellectualisme, nerf de la tradition occidentale européenne, en tenant compte des derniers résultats de la philosophie romantique et en les dépassant. L’intellectualisme traditionnel exaltait la Science en croyant que la science pourrait comprendre toute la vie. Le romantisme, surtout dans sa manifestation la plus prononcée, le pragmatisme, rabaisse la Science, en la considérant incapable de comprendre la vie. L’intellectualisme restauré, qui apparaît dans la Philosophie de l’Homme qui Travaille et qui Joue, exalte nouvellement la Science, sans cesser de reconnaître qu’elle ne comprend pas toute la vie ; mais en affirmant que la Science elle-même est vie. Pour cela, celui qui penserait selon le “ Seny ”, sans cesser de profiter des résultats critiques du pragmatisme, nie pour toujours être pragmatiste, affirmant au contraire qu’il poursuit la tradition intellectualiste du Classicisme, qui, depuis Socrate, dota l’Europe du culte de la Science ».

87  José Luis Aranguren, La Filosofía de Eugenio d’Ors, op. cit., p. 278.

88  « Lutte pour les lumières ».

89  « Mysticismes enivrants et irrationalismes romantiques » (José Luis Aranguren, La Filosofía de Eugenio d’Ors, op. cit., p. 279).

90  Il évoque aussi cela dans un article paru dans le journal Cataluña, le 8 février 1909.

91  Cf. Vicente CachoViu, Revisión de Eugenio d’Ors (1902-1930). Seguida de un epistolario inédito, Barcelone, Publicaciones de la Residencia de Estudiantes, Quadern Crema, 1997, lettre de D’Ors à Joan Maragall, du 22 juin 1909, p. 197 ; lettre du 4 juillet 1909 ; p. 202 ; lettre de D’Ors à Unamuno, du 3 septembre 1909, p. 208 et du 27 septembre 1909, p. 211.

92  Cf. Camille Lacau St Guily, « Des lézardes bergsoniennes dans la première phase romanesque de Martínez Ruiz (1901-1904) ? », inLe socle et la lézarde, « Les travaux du CREC en ligne », n°3, http://crec.univ-paris3.fr/articlesenligne.php, p. 287-339. Nous y montrons en quoi, au tout début du siècle, Azorín hispanise le bergsonisme dans une métabolisation littéraire, romanesque, après avoir découvert sa pensée lors des conférences de Clarín sur le sujet, à l’Athénée de Madrid, en 1897.

93  Pedro Carlos GonzálezCuevas, El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx..., op. cit., p. 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lacau Saint-Guily, « Henri Bergson et les conservateurs espagnols (1907-1940)/I », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/4395 ; DOI : 10.4000/ccec.4395

Haut de page

Auteur

Camille Lacau Saint-Guily

Maître de conférences, Université Paris-iv Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org