Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

La patria imaginada de Máximo José Kahn. Vida y obra de un escritor de tres exilios

Eva Touboul Tardieu
Référence(s) :

Mario Martín Gijón, La patria imaginada de Máximo José Kahn. Vida y obra de un escritor de tres exilios, Valencia, Pre-textos/Fundación Amado Alonso, 2012, 348 p.

Texte intégral

1Pour les lecteurs de La Gaceta Literaria d’Ernesto Giménez Caballero, le nom de Máximo José Kahn n’est pas complètement inconnu, puisque c’est une signature que l’on croise souvent au pied de rubriques de critique littéraire, entre 1927 et 1930. C’est de cette figure de second plan du petit monde intellectuel espagnol des années 1920-1930 que Mario Martín Gijón offre une biographie très complète, qui va bien au-delà du simple récit de la vie, pourtant déjà riche, de Máximo José Kahn, en détaillant un parcours singulier mais qui reflète les heurts de l’histoire européenne dans la première moitié du xxe siècle.

2Les trois exils évoqués dans le sous-titre, le premier, volontaire, les deux autres imposés par les circonstances historiques, correspondent à trois étapes du parcours intellectuel et personnel de Máximo José Kahn, et structurent cette étude, récompensée en juin 2011 par le Prix International de Critique Littéraire « Amado Alonso ».

3Né Maximilian Josef Kahn en 1897 à Francfort-sur-le-Main, au sein d’une famille juive assimilée, Máximo José Kahn, passionné par la culture espagnole – tout particulièrement le flamenco – et le passé juif de la Péninsule, décide de s’installer, au début des années 1920, à Tolède, capitale de la mythique Sefarad. Tout au long des quinze années suivantes, il se positionne comme un passeur culturel entre l’Allemagne et l’Espagne, sans choisir entre ses deux patries.

4En Espagne, il fait découvrir la littérature germanophone contemporaine, en particulier dans La Gaceta Literaria, au sein de laquelle il tient les rubriques « Libros alemanes » et « Postales alemanas ». C’est là que, par exemple, il est le premier à publier une recension de Le Château de Kafka, qui n’a pas encore été édité en espagnol. Ce travail de divulgation débouche sur l’organisation en 1927, à Madrid, au Palais du Retiro, d’une exposition consacrée au livre allemand, et dont la Gaceta se fait amplement l’écho. Parallèlement, dans la Literarische Welt berlinoise (qui avait été l’un des modèles de Giménez Caballero au moment de fonder sa revue), les articles de Máximo José Kahn évoquent les derniers ouvrages traduits d’auteurs déjà reconnus comme Ortega y Gasset, Unamuno ou Gómez de la Serna, mais présentent aussi au public allemand de nouvelles figures, qui appartiennent aussi, le plus souvent, à son cercle d’amis : Benjamín Jarnés, Francisco Ayala… Pour leur offrir une plus grande visibilité, il coordonne un numéro monographique de Der Querschnitt, dans lequel il traduit des textes d’Azorín et des Greguerías de Gómez de la Serna. Dans cette même revue, Máximo José Kahn publiera aussi de petits essais sur la société espagnole contemporaine, censément pittoresques, mais surtout remarquables parce qu’ils perpétuent les clichés en vogue en Allemagne à l’époque, donnant même l’impression que l’auteur n’éprouve que mépris pour les habitants du pays dans lequel il vit : « a contracorriente de los esfuerzos de modernización y de los logros artísticos de los autores de la vanguardia española con los que Kahn mantenía amistad, el autor prefiere dar a sus lectores alemanes la imagen de un país fanático e inculto, reafirmando con ello los prejuicios y la confianza en la superioridad cultural de este público » (p.81). Jusqu’alors, Kahn reste visiblement un Allemand qui vit en Espagne, comme le laisse entendre le titre que Martín Gijón donne à cette époque de sa vie : « Un hogar alemán en Toledo ».

5Une des caractéristiques principales de la critique littéraire de Máximo José Kahn, c’est un certain élitisme : même s’il relaie la progressive politisation du monde espagnol des lettres dans ses articles publiés en Allemagne, il ne s’intéresse jamais à la littérature prolétarienne, allemande ou espagnole, car il désire rester au-dessus de la politique. Cette posture le conduit même à occulter volontairement la question nazie et ses répercussions sur le monde culturel allemand, dans les comptes rendus qu’il publie en Espagne, jusqu’à ce que la réalité le rattrape, entre autres lorsque la Literarische Welt est aryanisée en 1934. C’est à cette époque qu’il semble faire un choix, juridique tout au moins, entre patrie d’origine et pays d’adoption, puisqu’il demande sa naturalisation au gouvernement espagnol.

6Dès 1930, Kahn s’engage un chemin de retour vers le judaïsme qu’il ne quittera plus jusqu’à la fin de sa vie. La première étape a donc lieu en Espagne, dans une démarche qui reste celle d’un passeur culturel : sous le pseudonyme de Medina Azara, Máximo José Kahn entreprend de faire connaître aux Espagnols le passé juif de la Péninsule, dans des séries d’articles publiées par La Gaceta Literaria, mais aussi la Revista de Occidente. Électron libre du séphardisme alors à son apogée, il échafaude des théories quelquefois farfelues, destinées à expliquer que le meilleur de l’Espagne et de sa culture sont un héritage de la période médiévale de cohabitation, et que les Sépharades, ces descendants des Juifs expulsés en 1492, n’ont d’autre terre promise que l’Espagne. Il se positionne comme connaisseur des cultures juive et espagnole entre lesquelles il jette des ponts, pour œuvrer à une réconciliation.

7Comme pour tous ses contemporains, le soulèvement de juillet 1936 est une déflagration qui l’oblige, lui, l’apolitique, à prendre parti : de Tolède, il gagne Valence, où il rejoint un certain nombre d’intellectuels républicains, dont sa grande amie Rosa Chacel. En 1937 commence son second exil, qui, bien que subi, est en fait l’occasion d’une révélation : le gouvernement de la République le nomme consul d’Espagne à Salonique, la Jérusalem des Balkans. Là, Máximo José Kahn s’immerge dans l’importante communauté sépharade, dont il devient le chantre au travers d’articles publiés dans Hora de España, entre autres. Après l’exaltation du passé juif de l’Espagne vient celle de la culture sépharade par rapport à la culture ashkénaze, de laquelle il est pourtant issu. Mario Martín Gijón rend compte, dans le détail, du travail réalisé par Kahn à Salonique pour restaurer les liens entre l’Espagne et les Sépharades, multipliant, par exemple, les demandes de gestes du gouvernement républicain en leur faveur, mais on peut s’étonner qu’il n’indique pas à quel point son action se situe dans le prolongement direct de toutes les stratégies développées par le mouvement séphardiste au cours des deux décennies précédentes, quand elle ne les reprend pas complètement. Après un peu plus d’un an de présence à Salonique, Kahn est muté à Athènes, où son action aura des répercussions durant la seconde Guerre mondiale : en effet, si le sauvetage, en 1943, de Sépharades grecs disposant d’un passeport espagnol par l’ambassadeur Sebastián Romero Radigales (déclaré, par la suite, « Juste parmi les Nations ») est un épisode connu, on ignorait jusqu’alors le nom de celui qui, avant la guerre, avait fait en sorte qu’ils obtiennent ces papiers, élément à présent établi par la recherche de Martín Gijón.

8À la chute de la République, Máximo José Kahn doit quitter la Grèce, et trouve refuge au Mexique, où comme bien des intellectuels de l’exil, il entreprend une réflexion sur l’essence de l’Espagne, qui aboutit à la publication en 1942 d’un essai intitulé Apocalipsis hispánica, qui mélange analyses de la situation de l’Espagne, de son être, et reprise des articles qu’il a publiés sur les Sépharades et leur influence sur la culture ibérique. Martín Gijón propose une description chapitre par chapitre de cet ouvrage, de laquelle on retiendra surtout que Kahn conserve, dans l’exil, un point de vue très élitiste sur la culture, qui l’amène à faire du señorito la figure la plus représentative de l’âme de l’Espagne, ce qui lui vaudra les foudres de nombre de ses compagnons d’infortune (p. 156-158). Il ressort de ces textes une image fortement idéalisée de l’Espagne, patrie qui n’existe plus que dans le souvenir : d’une certaine manière, Máximo José Kahn se retrouve dans la même position que ses chers Sépharades, et développe un même amour pour un pays rêvé, une « patrie imaginée », pour reprendre le titre de Martín Gijón.

9C’est cette idéalisation qui renforce encore, à cet époque, l’intérêt ancien de Kahn pour le poète médiéval Juda Halevi, dont il publie, en collaboration avec son ami Juan Gil-Albert, une anthologie traduite en 1944. S’il se sent des affinités avec Halevi en raison des tensions qui traversent son œuvre et son histoire, entre sensualité et religiosité, le poète lui offre aussi une identité qui le comble, à la fois pleinement espagnole, castillane, et résolument juive, « una nacionalidad española medularmente judía » (p. 169).

10Le dernier exil de Kahn le conduit à Buenos Aires à partir de 1944. Là, sa vie intellectuelle et spirituelle prend un tour résolument différent : de critique il devient créateur, publiant deux romans, en 1944 et 1950, mais surtout il abandonne presque complètement la question de l’Espagne pour ne plus s’intéresser qu’au judaïsme, dans son œuvre narrative comme dans ses essais. Cela correspond à la fois à la découverte de la réalité de la Shoah, et à la situation personnelle de Máximo José Kahn. Très fortement inséré dans la communauté juive portègne, il en devient l’une des grandes figures intellectuelles, grâce à son active participation aux revues communautaires, mais aussi à la mythique Sur. Les pages que consacre Mario Martín Gijón à cette dernière partie de la vie de Kahn constituent le point d’orgue d’une biographie déjà passionnante.

11Au sein de l’exil espagnol, Kahn est le pionnier de la réflexion sur la Shoah : dès 1946 il publie un essai, La Contra-Inquisición, dans laquelle il fait le procès du nazisme et, plus généralement, de l’Allemagne, au point de renier complètement sa patrie d’origine, et, dans une forme peu courante de haine de soi, de développer une hostilité systématique à tout ce qui est en rapport avec elle, alors même que les fondements de sa culture s’y trouvent. Dès cet essai, Kahn s’interroge sur l’avenir du judaïsme, dans des termes qui, comme le souligne très justement Mario Martín Gijón, rappellent fortement les analyses de Levinas à la même époque (bien que les essais du philosophe français soient publiés quelques années plus tard).

  • 1 Arte y Torá vient d’être édité en Espagne : Kahn, Máximo José, Arte y Torá. Interior y exterior del (...)

12Les dernières années de la vie de Máximo José Kahn sont consacrées à la mise en forme de ces réflexions dans un volume intitulé Arte y Torá. Interior y exterior del judaísmo1, qui était resté inédit et que l’on croyait perdu jusqu’à ce que Mario Martín Gijón le retrouve au siège de la Sociedad Hebraica de Buenos Aires, où son auteur l’avait déposé quelques mois avant sa mort, en vue d’une publication. Les soixante dernières pages de sa biographie de Kahn portent donc exclusivement sur ce recueil de vingt-quatre essais d’extension variable, que Martín Gijón présente et résume les uns après les autres, faisant ainsi connaître le contenu d’un texte dont l’existence était attestée sans que personne n’y ait jamais eu accès. Le découpage du livre en quatre grandes parties, intitulées « Éxodo », « Diáspora », « Destierro » et « Retorno », reprend l’histoire du peuple juif en Occident depuis la sortie du ghetto au xviiie siècle jusqu’à la tragédie de la Shoah, et la perspective sioniste, en analysant l’évolution du rapport à la religion, à l’Autre, à l’Art… Mais ces titres pourraient s’appliquer à l’histoire de Máximo José Kahn lui-même, depuis son exode volontaire, vers l’Espagne, sa vie en diaspora, à Salonique, son exil en Amérique, et, dans les dernières années, son retour au judaïsme, par le biais d’un questionnement sur l’avenir de la religion et du peuple après la Shoah.

13Le livre de Mario Martín Gijón permet ainsi de découvrir l’œuvre originale d’un intellectuel oublié, une de ces belles figures cosmopolites caractéristiques de l’intelligentsia européenne de la première moitié du xxe siècle, qui a passé sa vie à rechercher une patrie à laquelle s’identifier, et l’a peut-être finalement trouvée dans la culture de ses pères.

Haut de page

Notes

1 Arte y Torá vient d’être édité en Espagne : Kahn, Máximo José, Arte y Torá. Interior y exterior del judaísmo, edición de Mario Martín Gijón y Leonardo Senkman, Sevilla, Editorial Renacimiento, col. «Biblioteca del exilio», 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Touboul Tardieu, « La patria imaginada de Máximo José Kahn. Vida y obra de un escritor de tres exilios », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 16 décembre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/4366

Haut de page

Auteur

Eva Touboul Tardieu

Maître de conférences, Université Lumière Lyon-ii/CREC, Université Paris-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org