Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

J'ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner

Manuelle Peloille
Référence(s) :

J'ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner. Ouvrage coordonné par Rose Duroux et Catherine Milkovitch-Rioux, préface d'Irina Bokova, Clermont-Ferrand, Presses de l'Université Blaise Pascal, 2011, 159 p.

Texte intégral

1Ce livre, richement illustré et soigneusement mis en page, est le catalogue d'une exposition qui s'est tenue à l'UNESCO du 7 au 9 décembre 2011. Il exploite le fonds de dessins d'enfants recueillis par les époux Brauner, dont une partie, réalisés par des petits Espagnols en 1937 et 1938, avaient été exposés à Guadalajara (Espagne) en 2006 et réunis dans un catalogue qui a fait l'objet d'une note dans un numéro précédent des Cahiers.

2Les réalisations sont disposées dans ce catalogue selon un ordre chronologique, de la seconde Guerre des Boers (1899-1902) jusqu'au premier conflit tchétchène (1994-1996), avec les commentaires de l'adulte Alfred Brauner en regard, qui, même s'ils doivent être envisagés avec précaution, offrent des pistes pour des interprétations. Chaque conflit fait l'objet d'une note historique s'efforçant d'associer rigueur à concision.

3L'introduction de Rose Duroux et de Catherine Milkovitch-Rioux indique le double rôle des dessins d'enfant. Ils peuvent d'abord, au même titre qu'un récit oral ou des notes écrites, avoir une valeur de témoignage. Pour l'enfant, ils peuvent permettre une reconstruction, de retrouver ce qui est perdu, d'avoir prise sur un monde qui se dérobe sous leurs pieds. Cependant, le dessin peut aussi incorporer des éléments de propagande, qu'elle soit officielle ou véhiculée par l'entourage. L'enfant peut ainsi faire sienne la dénonciation du fasciste ou du soldat russe.

  • 1  Manon Pignot, La Guerre des crayons. Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre, Pari (...)

4La postface est d'une spécialiste du  dessin d'enfants durant la Première Guerre mondiale1, Manon Pignot. Elle souligne l'intérêt d'une telle source pour l'appréhension de l'expérience enfantine, de la vision subjective, à mettre en regard des archives officielles sur la prise en charge de l'enfance usuellement étudiées. Nous sommes invités non pas à une lecture psychologique, qualifiée de «fausse route», mais historique. En dépit de la dimension universelle des dessins, dominante de ce catalogue, cette sélection ne saurait être interprétée sans un travail consistant à « re-historiciser ce fonds et chacun des dessins qui le composent en réinterrogeant les spécificités propres à chaque conflit, qui sont autant chronologiques que culturelles – autrement dit historiques ».

Haut de page

Notes

1  Manon Pignot, La Guerre des crayons. Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre, Paris, Parigramme, 2004 ; Allons enfants de la Patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « J'ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4342

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Maître de conférences hdr, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org