Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Habilitation à diriger des recherches

Sortie de crises. L'Espagne à la charnière du xxe siècle

Salir de la crisis. España a la encrucijada del siglo xx
Manuelle Peloille

Notes de l’auteur

Habilitation à diriger des recherches préparée sous le tutorat de Madame le Professeur Marie-Claude Chaput (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et soutenue le 2 décembre 2011 en cette université devant un jury composé de MM. les Professeurs Florence Belmonte (Université Paul Valéry Montpellier-iii ; Serge Buj (Université de Rouen) ; Jean-Michel Desvois (émérite, Université Michel de Montaigne Bordeaux-iii) ; Pilar Martínez-Vasseur (Université de Nantes) ; Jacques Maurice (émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) ; Julio Pérez Serrano (Université de Cadix, Espagne).

Texte intégral

1Les travaux présentés comportent : une étude inédite, En sont-ils revenus ? Le livre de voyage espagnol en URSS 1917-1936 ; une sélection de quinze articles et collaborations parmi un total de trente-deux publications ; une synthèse retraçant mon parcours individuel.

Sélection de travaux

2La ligne directrice du dossier contenant les articles présentés vient d'un intérêt pour les voies envisagées comme résolution de la crise de la Première Guerre mondiale, à laquelle l'Espagne n'échappe pas, même si l'importance de la question agraire d'une part et la fulgurante accumulation suivie d'une contraction brutale de la demande d'autre part lui confèrent, entre autres choses, une spécificité certaine. En Espagne comme ailleurs, on entrevoit une sortie «par le bas», le fascisme ; une issue «par le haut», le socialisme soviétique. La représentation de ces deux perspectives, avec leur infinité de variantes respectives, et leur adaptation ou rejet a été au centre de mes recherches.

3Le matériel inutilisé lors de la rédaction de la thèse consacrée à la réception du fascisme italien dans la presse d'opinion espagnole (2001) a fait l'objet d'une série de contributions regroupées sous le titre « Fascisme : regards croisés », abordant notamment la spécificité de la réception barcelonaise du fascisme, l'humour, les notions de «caractère national» et de «jeunesse». Mais à cette époque se profile aussi une «troisième voie», démocratique, qui a été étudiée dans quatre articles du dossier soumis au jury sous le fil « L'équidistance n'existe pas ». C'est alors l'image du socialisme soviétique ou cubain qui a fait l'objet d'un examen, notamment chez l'écrivain Max Aub.

4Une formation initialement littéraire ne s'oubliant pas, les nouvelles et le roman de Juan Eduardo Zúñiga, El coral y las aguas (1962), ont permis d'explorer dans plusieurs travaux les questions de la mémoire, de la résistance, de la crise des personnages d'une ville assiégée, écho sublimé de la crise individuelle du jeune Zúñiga, surpris par la guerre en pleine insouciance.

5Notre dernier axe tourne autour de la sortie d'une autre crise: celle de la postguerra, durant laquelle une fraction de ceux qui sont aux commandes de l'économie cherchent à donner corps au mythe impérial par un recentrage sur l'ancienne métropole, supposant une accumulation de capitaux. Le discours impérial cherche dans les années quarante un corps à vêtir, qu'en d'autres temps on aurait appelé une « base économique ».

Inédit : En sont-ils revenus ?...

6L'inédit développe un aspect particulier de cette sortie de crise : l'intérêt pour la voie socialiste. Au départ, il y avait un projet de réaliser une collection bibliographique ainsi qu'une synthèse sur le livre de voyage espagnol en Russie soviétique (URSS à compter de 1922). Le travail présenté à soutenance est un premier point de l'avancement des recherches, destiné à être développé au sein d'une synthèse qui se voudra la plus complète possible. La majeure partie des publications autour du livre de voyage au pays des Soviets se centre sur des ouvrages précis, comme celui de Fernando de los Ríos, Mi viaje a la Rusia sovietista (1921). Or, de la même manière que la thèse se fondait sur des auteurs et éditorialistes oubliés de la postérité – sans omettre les figures majeures –, l'inédit repose sur les auteurs connus (de los Ríos, Casanova, Hidalgo, Llopis, Alberti...) et sur des textes plus confidentiels, de qualité inégale, mais révélateurs d'un état de l'opinion que notre regard aurait du mal à appréhender sans eux.

7Des cinq chapitres de En sont-ils revenus ? Le livre de voyage espagnol en URSS 1917-1936, le premier est consacré aux modalités pratiques du voyage, qui évoluent : du périple clandestin de militants comme Pestaña, on passe dans les années trente au séjour organisé, pris en charge par les autorités soviétiques. Ensuite, nous appuyant sur Augustin revu par Koselleck dans Le futur passé (1979), nous examinons les «champs d'expérience» et «horizons d'attente» de nos voyageurs. Un troisième chapitre traite du pacte de lecture systématiquement passé entre auteur et lecteur. Se rendre en Russie soviétique, c'est aussi, avant tout, le passage d'une frontière qui est bien plus qu'une ligne de démarcation entre deux nations : c'est entre deux mondes économiques et sociaux, entre deux façons de concevoir l'individu, que se situe la frontière inédite entre capitalisme et socialisme. La subversion est telle que le passage de la ligne, au retour, inspira à Manuel Chaves Nogales, journaliste et écrivain en plein retour de postérité, les mots suivants :

  • 1  Manuel ChavesNogales, La vuelta a Europa en avión. Un pequeño burgués en la Rusia roja, Madrid, Mu (...)

La verdad es que, apenas he salido de Rusia y he puesto el pie en una ciudad alemana, he tenido una clara sensación de alivio ; he sentido que se me ensanchaban los pulmones y que respiraba otra vez con plena libertad. La Dictadura del Proletariado se me representa ahora como un estado patológico, como una obsesión o una pesadilla. No quiero escamotear esta sensación física que refleja exactamente la reacción del espíritu burgués frente a la opresión proletaria1.

  • 2  Sofía Casanova, De la Revolución rusa en 1917, Madrid, Renacimiento, 1917 ; La revolución bolchevi (...)

8J'ai enfin présenté un choix de récits de voyage sur les quarante-huit références dont je disposais : Sofía Casanova, parce qu'elle est la seule à se trouver par les hasards de la vie sur les lieux de la Révolution entre 1917 et 1919, parce qu'elle assume un regard de femme, et parce que sa vision des événements surprend qui s'arrêterait à ses idées plutôt conservatrices ; les rapports de militants socialistes et anarchistes comme de los Ríos, Acevedo et Pestaña destinés à décider de l'adhésion à l'Internationale ; les voyageurs catalans comme José Plá ; Diego Hidalgo, car il offre en 1929 à la maison d'édition marxiste Cénit une caution bourgeoise ; Ramón Sender pour son talent de conteur ; enfin, Daniel Tapia, remarquable par son art de la formule2.

Haut de page

Notes

1  Manuel ChavesNogales, La vuelta a Europa en avión. Un pequeño burgués en la Rusia roja, Madrid, Mundo Latino, 1929, p. 326.

2  Sofía Casanova, De la Revolución rusa en 1917, Madrid, Renacimiento, 1917 ; La revolución bolchevista. Diario de un testigo, Madrid, Biblioteca Nueva, 1920 (rééditions: Madrid Castalia, 1989 et Astorga, Akron, 2008) ; Ángel Pestaña, Memoria que al Comité de la C.N. del T. presenta de su gestión en el II Congreso de la tercera Internacional el delegado Ángel Pestaña, recogido en Trayectoria sindicalista, Madrid, Tebas, 1974, p. 441-493 ; Fernando delosRíos, Mi viaje a la Rusia sovietista, Madrid, Caro Raggio, 1921 ; Isidoro Acevedo, Impresiones de un viaje a Rusia, Oviedo, Imprenta Hijo de A. P. Santamarina, 1923 ; Ángel Pestaña, Setenta días en Rusia. Lo que yo vi, Barcelone, Cosmos, 1924 ; Setenta días en Rusia. Lo que yo pienso, Barcelone, Antonio López, 1924 ; Josep Pla, Rússia. Notícies de la U. R. S. S. (Una enquesta periodística), Barcelone, Diana, 1925 ; Diego HidalgoDurán, Un notario español en Rusia, Madrid, Cenit, 1929 ; Ramón J.Sender, Madrid-Moscú. Notas de un viaje (1933-1934), Madrid, Pueyo, 1934 ; Daniel TapiaBolívar, Ha llovido un dedito, Madrid, Espasa-Calpe, 1935, p. 35-100 «Un viajecito a Rusia», daté de novembre 1933.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Sortie de crises. L'Espagne à la charnière du xxe siècle », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4333 ; DOI : 10.4000/ccec.4333

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Maître de conférences hdr, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org