Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españolas clandestinas (1812-1939)

Marie-Angèle Orobon
Référence(s) :

Jean-Louis Guereña, Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españolas clandestinas (1812-1939), Madrid, Libris (Asociación de Libreros de Viejo), 2011, 382 p.

Texte intégral

1Comme on le sait, l’enfer d’une bibliothèque privée ou publique désigne l’endroit le plus caché et le plus secret où sont conservés les livres licencieux à l’abri des mains et des yeux innocents. Cet « Enfer espagnol », publié lors du xxiiie Salon d’automne du livre ancien de Madrid en octobre 2011, est le fruit de longues et patientes recherches dans les catalogues et fonds de librairies de livres d’occasion menées par Jean-Louis Guereña, professeur de Civilisation contemporaine espagnole à l’Université François Rabelais de Tours.

2Contrairement à la Bibliothèque Nationale de France, détentrice de fonds catalogués de littérature érotique et pornographique qui d’ailleurs firent l’objet en 2007 d’une exposition couronnée d’un grand succès (L’enfer de la Bibliothèque : Eros au secret), il n’existe pas à la Biblioteca Nacional espagnole de catalogues répertoriant ce genre de production. Les répertoires bibliographiques espagnols consacrés à la production érotico-pornographique – le plus récent est l’œuvre de José Antonio Cerezo, auteur d’une thèse sur ce sujet – classent habituellement ces publications par noms d’auteurs (des pseudonymes la plupart du temps) et n’établissent pas de comparaisons entre les différents exemplaires. Deux lacunes comblées par la récente bibliographie élaborée par Jean-Louis Guereña, qui vient enrichir les références fournies par Cerezo, en se fondant exclusivement sur le critère de la clandestinité (absence d’indication d’imprimerie ou fausses indications pour tromper les autorités policières). C’est pourquoi on ne trouvera pas dans ce catalogue les fameuses nouvelles érotiques vendues dans les kiosques au début du xxe siècle. Parmi les nombreuses sources citées tout au long de cet ouvrage, figure en bonne place le nom d’Antonio Astiazarain, grand éditeur espagnol de pornographie dans les années 20 et 30, qui diffusait ses productions depuis Tarbes en France.

3Les 238 références cataloguées s’étendent de 1812, date de la publication du premier imprimé érotique connu dans l’Espagne contemporaine, Teresa la filósofa, version espagnole de l’œuvre attribuée au Français Jean-Baptiste Boyer, jusqu’aux années 30 – outre quelques copies dactylographiées qui circulèrent à l’époque franquiste –, mais la plupart des publications se situent à la fin du xixe siècle.

4Chaque référence, et le cas échéant chaque variante à l’intérieur de la référence (exemplaires différents, rééditions), fait l’objet d’une description bibliographique rigoureuse et détaillée : présence ou absence des différents catalogues existants, citations dans les bibliographies, contenu (résumé, liste des chapitres) ; le tout est complété par d’abondantes notes qui constituent une précieuse source d’informations sur les différents exemplaires, l’origine des écrivains dissimulés derrière des pseudonymes, l’élucidation d’indications d’imprimerie improbables ou fantaisistes (comme par exemple « Nueva York, Imprenta de España », ou « Imprenta de Vénus [sic] en París », ou encore « Vaina », un mystérieux lieu d’édition qui cache en fait Barcelone) et quant aux stratégies de dissimulation.

5C’est justement la variété de ces stratégies – qui paradoxalement servent parfois d’accroche publicitaire – qui retient l’attention tout au long de cet essai bibliographique. Citons quelques exemples : Rome et son imprimerie située sur la Voie lactée (p. 260) et d’autres jeux lexicaux plus explicitement pornographiques comme l’imprimerie « Sacarías Leche » (de Barcelone) ou « Recojones », les faux noms d’auteurs ou les emprunts comme tel Fray Gerundio La-Fuente (Fray Gerundio était, on le sait, le fameux pseudonyme de l’historien Modesto Lafuente). À d’autres occasions, c’est le nom du célèbre confesseur de la reine Isabelle ii, Antonio María Claret, qui sert de couverture pour la publication d’œuvres érotiques. L’inventivité en matière de pseudonymes, l’existence de tel «Establecimiento jodeográfico Ultra-montano» ou encore le récit d’orgies ayant lieu dans des monastères peuplés de curés vicieux et de moines luxurieux mettent l’accent sur la dimension fréquemment anticléricale de cette production érotico-pornographique. Des moines, mais bien peu de nonnes, excepté, entre autres, La religiosa de Diderot (référence 183), traduite en espagnol en 1821 (cette œuvre avait été publiée en 1796, en France, après la mort de Diderot), dont l’édition espagnole s’adresse à une élite cultivée en faisant de Diderot un membre de l’Académie, ce qu’il n’était pas, et en indiquant que le traducteur possède le titre de licencié.

6Il n’est guère étonnant que la France et particulièrement sa capitale servent d’argument publicitaire, ou, si l’on peut dire, de valeur ajoutée, à ces publications : ainsi de nombreux récits se déroulent-ils à Paris ou sont-ils revêtus d’une séduisante touche française en indiquant une imprimerie supposément parisienne ou un prétendu auteur français. Tel est le cas, par exemple, d’un certain Pierre Lacombière, derrière lequel se cache probablement Pedro Massa, avocat, journaliste, essayiste, traducteur et directeur de maisons d’éditions littéraires, mort en 1987.

7Dans cette production qui emprunte souvent les chemins de la parodie, certaines œuvres littéraires sont volontiers pastichées, notamment le Don Juan Tenorio de Zorrilla et El diablo mundo d’Espronceda, ce peut être le cas aussi de zarzuelas célèbres, comme La Verbena de la paloma (référence 224), El nuevo Barberillo de Lavapiés (référence 149) ou La Gran Vía (référence 100), lestement sous-titrée Revista madrileña Cómico-Lírica-Coñístico-Mariconera…

8On notera, en revanche, l’absence de la relation entre sexe et politique, mise à part une curieuse brochure anonyme publiée en 1872, intitulée Las hijas de Apolo o el ministerio-hembra. Cuadros mímico-jódico-plásticos, en un preludio y Nueve posturas de efectos sorprendentes (référence 104) et caractérisée par une plaisante superposition entre caricature politique et production pornographique. Il y est question de plusieurs personnalités politiques du Sexenio Democrático s’adonnant à diverses activités sexuelles. Certaines de ces personnalités politiques sont identifiables, c’est le cas de Manuel Ruiz Zorrilla – président du Conseil entre juillet 1872 et février 1873 – qui apparaît sur l’illustration reproduite chevauchant Clio « Présidente sans portefeuille ». Mais ici, plus que la dénonciation de la dépravation du pouvoir politique (comme le montraient les aquarelles de Los Borbones en pelota), la publication est à considérer comme la variante érotico-pornographique de la grande liberté et inventivité de la caricature politique à l’époque du Sexenio.

9Cet essai bibliographique qui compte plus de cinquante illustrations (en noir et blanc et en couleurs dans un livret hors texte) ajoute un chapitre substantiel à l’histoire de la sexualité en Espagne à laquelle Jean-Louis Guereña a contribué de façon décisive depuis plus de deux décennies avec de nombreux articles sur la pornographie et l’érotisme en Espagne et son ouvrage La prostitución en la España contemporánea, (Madrid, Marcial Pons Historia, 2003). Cette production déjà fort abondante est complétée par la publication de deux autres livres consacrés à ce sujet : l’ouvrage collectif, La sexualidad en la España contemporánea (Cádiz, Universidad de Cádiz, Servicio de Publicaciones, 2011), et un autre en français à paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Angèle Orobon, « Un infierno español. Un ensayo de bibliografía de publicaciones eróticas españolas clandestinas (1812-1939) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4329

Haut de page

Auteur

Marie-Angèle Orobon

Maître de conférences, Université Sorbonne-Nouvelle Paris-iii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org