Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Où le lecteur anglophone trouvera réponse à la question « Que doit-on à l'historiographie espagnole ?»

Donde el lector de habla inglesa encontrará respuesta a la pregunta «¿Qué se debe a España en materia historiográfica?»
Manuelle Peloille
Référence(s) :

Gonzalo Pasamar, Apologia and criticism. Historians and the History of Spain 1500-2000, Berne, Peter Lang, 2010, 293 p.

Texte intégral

1Alors qu'au xviiie siècle l'Angleterre et la France poursuivaient leur travail de sape de l'influence espagnole sur ses colonies, Nicolas Masson de Morvilliers, dans son article « Espagne » de l'Encyclopédie méthodique de 1782, publie des propos, qui suscitèrent quatre ans plus tard la réaction virulente de l'abbé Denina et de Forner dans son Oración apologética en defensa de España y su mérito literario. Les voici :

  • 1  Nicolas MassondeMorvilliers, « Espagne », Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières. Géogr (...)

Mais que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis six, qu’a-t-elle fait pour l’Europe ? Elle ressemble aujourd’hui à ces colonies foibles & malheureuses, qui ont besoin sans cesse du bras protecteur de la métropole : il nous faut l’aider de nos arts, de nos découvertes ; encore ressemble-t-elle à ces malades désespérés qui, ne sentant point leur mal, repoussent le bras qui leur apporte la vie ! Cependant, s’il faut une crise politique pour la sortir de cette honteuse léthargie, qu’attend-elle encore ? Les arts sont éteints chez elle ; les sciences, le commerce ! Elle a besoin de nos artistes dans ses manufactures ! Les savans sont obligés de s’instruire en cachette de nos livres1 !

  • 2  Joseph Pérez, La légende noire de l'Espagne, Paris, Fayard, 2009 et Julián Juderías, La leyenda ne (...)

2Mariana défendit l'Espagne catholique contre les attaques des Provinces-Unies ; l'historien dut soutenir la « monarchie universelle » contre le Royaume de France, qui le lui rendit bien ; au xviie et xviiie siècle il fallut tenter de résorber un « retard » économique ; au xixe affirmer l'idée libérale d'une seule nation ; puis « se régénérer » afin de sortir du concert des « nations moribondes » en 1898 ; au xxe siècle, les divergences sur l'histoire nationale ne purent plus être contenues. L'historiographie espagnole se distingue en toutes époques par son utilisation politique selon une orientation défensive, que ce soit pour affirmer le catholicisme contre la Réforme ; la nation, qu'elle soit fondée sur le libéralisme ou le religion ; ou bien pour souligner la nécessité de réformes, notamment au xviiie siècle et lors de la crise de la Restauration, entre 1898 et 1923. La « légende noire », que fustigeait voici peu Joseph Pérez, offrant un écho au livre de Julián Juderías, a la peau dure2.

  • 3  Gonzalo Pasamar est docteur en histoire de l'Université de Saragosse (1986), où il enseigne actuel (...)

3Que doit-on à l'Espagne en matière d'historiographie ? C'est à cette question que répond de manière plus que convaincante l'historien de l'Université de Saragosse Gonzalo Pasamar3 dans un ouvrage qui tire de sa nature première de cours aux étudiants de l'Université Rutgers (New Jersey) une grande clarté dans l'exposition des enjeux. Le livre s'organise en quatre chapitres, suivant un ordre chronologique : « La naissance de l'histoire nationale : de Juan de Mariana à Modesto Lafuente » ; « La voie espagnole vers le métier d'historien : dans l'ombre de la 'régénération nationale' » ; « Comment l'exil espagnol restaure l'image de l'histoire : essai historique et propagande » ; « L'historiographie espagnole depuis 1960 ».

  • 4  L'auteur s'en explique dans une interview à Joaquín Carbonell, «Fuera de aquí les interesa poco la (...)

4On objectera que ce n'est pas là la première histoire de l'historiographie. Certes. Mais ici, le choix de la langue tient à une volonté explicite de toucher un public anglophone ignorant l'état de l'historiographie espagnole et toujours porteur de clichés à propos de l'apport de ce pays à la connaissance scientifique4. Une telle carence, est-il écrit, peut provenir du fait que l'intérêt des Américains pour l'Espagne est toujours indirect : si elle attirait l'attention, c'était en tant que tête d'Empire et non pour elle-même. Et même si, aux yeux de l'auteur, l'hispanisme français souffre moins de ce défaut parce qu'il constitue une discipline à part entière, cette synthèse est à mettre entre toutes les mains, y compris celles du lecteur de notre pays.

5L'objet du livre est double, puisqu'il s'agit de montrer l'articulation entre l'histoire de l'historiographie et la réflexion sur l'identité nationale, de Mariana aux « Nouvelles histoires ».

6L'absence de consensus sur cette identité fait qu'il n'en est pas non plus sur l'histoire de l'Espagne. Au cours de son travail synthétique, Pasamar distingue les visions unitaires de celles que, cédant à la terminologie en vogue, l'on pourrait qualifier de « plurielles ». Les premières reposent sur la religion, comme chez Mariana ou Menéndez y Pelayo ; sur le rôle de la Castille ; ou sur l'idée libérale comme chez Lafuente ou Cánovas. Le second type d'approche relève les apports extérieurs à la chrétienté, à la Castille, au libéralisme : c'est le cas de Gayangos dont les études arabes influencent Lafuente ; puis, dans la seconde moitié du xxe siècle, à la suite de Vilar et Vicens Vives, le signalement de l'importance du fait catalan dans l'histoire de l'Espagne, qui ouvrira la porte à une historiographie proprement catalane. Après la Guerre civile, un autre élément divise l'histoire nationale : l'historiographie franquiste dialogue difficilement avec les historiens en exil, au sein duquel il n'y a pas d'accord non plus sur l'histoire nationale, comme le montre le vif débat entre Américo Castro et Claudio Sánchez Albornoz dans les années cinquante.

7Le livre retrace le développement d'une histoire critique rejetant les mythes et dépassant les chroniques, à partir de Mariana, la constitution progressive d'une science, sur la trace de Mabillon, la professionnalisation des historiens grâce à des institutions comme la Real Academia de la Historia, la Institución Libre de Enseñanza et l'Université, qui au début du xxe siècle prend en charge la science historique. Le développement d'une histoire critique allait de pair avec un intérêt pour la conservation et l'identification des sources, concrétisé au xixe siècle par la création de la Escuela Superior de Diplomática, sur le modèle de l'École des Chartes, qui exista de 1857 à 1900.

8Le Désastre de 1898 est l'occasion d'une prise en main de la formation des élites, dont les historiens en devenir font partie : la création du Ministère de l'Instruction publique en 1900 et surtout de la Junta para Ampliación de Estudios en 1907 en sont la preuve. Grâce à la Junta, « l'historiographie espagnole apparaît sur la carte du monde », nous dit Pasamar. L'ouverture aux interprétations étrangères, bien réelle depuis le xviiie siècle, devient plus systématique et ne se dément que durant les premières années du Franquisme.

9Cependant, si on peut voir grâce à cet ouvrage que l'Espagne ne demeure jamais hors des évolutions de la science historique, il est dit aussi que les débuts de la profession d'historien en Espagne et en France sont fort différents. Sous la iiie République, en France, les historiens jouèrent un rôle de consolidation de la conscience nationale, moyennant l'élaboration d'une histoire faisant alors l'objet d'un accord ; en Espagne par contre, ils évoluent dans un contexte de crise du libéralisme, de crise nationale favorisée par la naissance des nationalismes dans les années 1890, de crise morale induite par la perte des dernières colonies, de faiblesse sur la scène internationale.

10Cet ouvrage est un panorama complet de l'historiographie espagnole dans ses rapports avec l'idée d'Espagne, des débuts jusqu'à l'époque actuelle, destiné à un public anglophone. Souhaitons qu'il nous amène à ne plus nous demander « Que doit-on à l'historiographie espagnole ?

Haut de page

Notes

1  Nicolas MassondeMorvilliers, « Espagne », Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières. Géographie moderne. vol. I. París, Pandoucke, 1782, p. 554-568.

2  Joseph Pérez, La légende noire de l'Espagne, Paris, Fayard, 2009 et Julián Juderías, La leyenda negra y la verdad histórica : contribución al estudio del concepto de España en Europa, de las causas de este concepto y de la tolerancia religiosa y política en los países civilizados, Madrid, Tipográfica de la revista de archivos, bibliotecas y museos, 1914. Réédité de nombreuses fois.

3  Gonzalo Pasamar est docteur en histoire de l'Université de Saragosse (1986), où il enseigne actuellement. Sa thèse de doctorat est publiée sous le titre Historiografía e ideología en la posguerra española: la ruptura de la tradición liberal, Saragosse, Presses Universitaires, 1991. Il a ensuite contribué grandement à la connaissance sur la formation d'un corps d'historiens professionnels en Espagne. Le lecteur dispose de son Diccionario de historiadores españoles contemporáneos (Madrid, Akal, 2002), élaboré en collaboration avec Ignacio Peiró. Il fonde en 2010 la revue Historiografías. Revista de historia y teoría (http://www.unizar.es/historiografias).

4  L'auteur s'en explique dans une interview à Joaquín Carbonell, «Fuera de aquí les interesa poco la historia de España», pour El Periódico de Aragón, 18 janvier 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Où le lecteur anglophone trouvera réponse à la question « Que doit-on à l'historiographie espagnole ?» », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4314

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Maître de conférences hdr, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org