Navigation – Plan du site
En amont, en aval de la Guerre Civile espagnole
Études présentées par des membres de l'association «Adelante»

Les luttes sociales dans les campagnes andalouses : usages et significations du mot campesino de 1931 à 1936

Las luchas sociales en el campo andaluz : usos y significados de la palabra campesino de 1931 a 1936
Arnaud Dolidier

Résumés

The Spanish and hispanist historiography has produced a great amount of works concerning social struggles in rural Andalusia during the Second Republic. However, most of these historians have been misusing the term « peasant », defining it in an ahistorical manner, therefore assimilating the social to the natural, especially the actors of rural Andalusia. The purpose of this article is to historicize the category « peasant » by analyzing its meanings and uses within the anarchists and socialists political cultures. It aims to highlight the various historicals issues created by the use of a term whose origins take place in the vocabulary of protest. This work's aim will also be to analyse the judiciary discourse, therefore checking whether the word « peasant » was naturalized during this period.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Par exemple, les travaux de José Antonio AlarcónCaballero, El movimiento obrero en Granada en la (...)
  • 2  Sur l'historiographie des mouvements sociaux en Andalousie durant les années 1930, voir Francisco (...)

1Les mouvements sociaux qui se sont déroulés dans les campagnes andalouses pendant les années 1930 ont fait l'objet de nombreux travaux universitaires. Aux monographies rigoureuses produites sur des provinces spécifiques1, s'ajoute une liste d'ouvrages sur différents aspects de la période tels que la réforme agraire et les réticences patronales, l'influence des milieux libertaires et socialistes ou encore l'action des syndicats catholiques2. Ces travaux ont fourni des informations exhaustives quant aux systèmes de répartition des terres, au montant des salaires, au nombre de grèves, aux types de pratiques sociales et d'actions collectives.

  • 3  Le « marxisme agraire » est l'utilisation de la théorie marxiste pour éclairer la question agraire (...)
  • 4  Erich J. Hobsbawn, Les Primitifs de la révolte dans l'Europe moderne, Paris, Fayard, 1966, plus s (...)

2Les études consacrées à l’Andalousie portent principalement sur les conflits liés aux transformations des structures socio-économiques dans les campagnes. Il existe une première série d’ouvrages qui ont abordé la question des luttes sociales, de la possession, de la propriété et de l’accès à la terre. Les mouvements sociaux andalous sont soit interprétés comme les résistances de la « paysannerie » écartée de la propriété privée par la mise sur le marché des terres du Clergé grâce aux desamortizaciones et attachée aux terres communales, héritage du Moyen Âge, soit comme une lutte pour le dépassement du régime en place. L’influence historiographique du « marxisme agraire3 », notamment des travaux d’Eric Hobsbawm4, tient à la mise en évidence un double caractère, archaïsant et modernisateur, de l'anarchisme andalou au xixesiècle. Cette école pose la société et l'économie comme des éléments objectifs, existant indépendamment des sujets.

  • 5  C’est ce que rappel Gonzalez de Molina, art. cit., p. 26.
  • 6  Sur la « naturalisation », voir Pablo SánchezLeón ; Jesús IzquierdoMartín, La guerra que nos ha (...)

3Nous prenons le contre-pied de cette approche et de ce postulat. En effet, l’histoire sociale pose que les actions des individus sont déterminées de manière causale par leurs conditions sociales d’existence. Autrement dit, le présupposé théorique de l’histoire sociale en général et de l’histoire agraire en particulier consiste à appréhender la sphère socio-économique comme une entité objective dotée de significations intrinsèques. Dès lors, la subjectivité des individus est conçue comme représentation du social, déterminée par les conditions matérielles d’existences et par les positions des sujets au sein des relations sociales. Ce dernier aspect est présent dans l’historiographie de la paysannerie andalouse, notamment dans les débats des historiens pour définir la position du « paysan », du « journalier », au sein de rapports de classes eux-mêmes insérés dans une structure objective. Ainsi, selon le paradigme objectiviste, les explications reposent en partie sur l’utilisation atemporelle de la notion de paysan. C’est ce qu’avait déjà signalé en 1979 Théodor Shanin en fustigeant l’utilisation conventionnelle de la notion de « paysannerie » selon une acception universelle, sans prendre en compte son évolution autant dans le temps que dans l’espace5. Bien que l’histoire agraire se soit détachée des postulats fondés sur l’idée de progrès économique, les implications objectivistes de l’histoire sociale et agraire font courir le risque de dés-historiciser, donc de naturaliser le social6 et, en premier lieu, le groupe des « campesinos ».

  • 7  Pablo SánchezLeón, IzquierdoMartín, Jesús (sous la dir.), El fin de los historiadores: pensar h (...)
  • 8  Joan Scott, Théorie critique de l'histoire. Identités, expériences, politiques (trad. Servan Sc (...)
  • 9  William Sewell, Logics of history: social theory and social transformation, Chicago, University of (...)
  • 10  Miguel Ángel Cabrera, Historia, lenguaje y teoría de la sociedad, Madrid, Cátedra, 2001, p. 55.
  • 11  Keith Michael Baker, « El concepto de cultura política en la reciente historiografía sobre la Revo (...)
  • 12  op.cit, p. 94.

4Ce constat appelle à un renouvellement des explications et des représentations dominantes de cet objet d’étude. Selon Miguel Ángel Cabrera, l’analyse des facteurs socio-économiques ou culturels pour comprendre les actions collectives est inopérante si l’on ne tient pas compte de l’évolution du langage. Comme l’ont démontré les travaux de Pablo Sánchez León et de Jesús Izquierdo Martín7, de Joan Scott8 ou encore de William Sewell9, le langage ne doit plus être considéré comme un simple moyen de communication. C’est un outil qui permet de constituer des significations10 qui, insérées dans des cultures politiques spécifiques, transforment et donnent du sens à des pratiques sociales. Selon Keith Michael Baker11, la culture politique se définit comme un ensemble de discours et de pratiques symboliques grâce auxquels les acteurs historiques élaborent leurs actions et construisent une appartenance au groupe. La culture politique est le lieu de formation des termes avec lesquels des requêtes sont énoncées. Ainsi, « elle [la culture politique] détermine la constitution et le pouvoir des actions et des procédures grâce auxquelles on résout les disputes, on arbitre légitimement les demandes et on impose les décisions12 ». A travers cette définition, la notion de culture politique renvoie à la construction, élaboration et reformulation des réseaux de significations par les acteurs historiques.

  • 13  Voir, Jesús IzquierdoMartín, « Modernizar con la palabra antigua. Usos modernos de viejos concept (...)
  • 14 Real Academia Española, Banque de données (Corde) [en ligne]. Corpus diacrónico del español. <http://www.rae.es> [1</http> (...)
  • 15  Francisco de Aldana écrivait déjà du labrador au xvie siècle : «El cauto labrador, para que tenga/ (...)
  • 16  Jesús IzquierdoMartín, « Modernizar con la palabra antigua...», art. cit., p. 8.
  • 17  Sur les rapports entre construction de la citoyenneté moderne et altérité de la figure de la paysa (...)

5Il est possible de déterminer, grâce aux travaux de Jesús Izquierdo Martín, à partir de quand le terme « campesino » s’est inséré dans la culture politique moderne des Espagnols13. Pour cela, il faut remonter à l’époque où le mot s’est transformé en un nouveau concept jusqu’à devenir ensuite, lors de la Seconde République, référent identitaire hégémonique. « Campesino » ne date évidemment pas des années 1930. Une visite sur le Corde (Corpus Diacrónico del Español) nous révèle un premier usage comme adjectif dans la General Estoria d'Alphonse x le Sage (ca 1275), pour désigner celui qui « habite à la campagne 14». Cette signification a prévalu avant d’être actualisée suivant les connotations de plus en plus exclusives d’un autre terme ancien, « labrador ». Au cours du xixe siècle15, celui-ci servait à distinguer ceux qui avaient gagné leurs propriétés à partir de leurs efforts face aux « riches oisifs et aux pauvres relativement oisifs16 ». Les attributs exclusifs du concept de « labrador » surgissent au moment de la construction de la citoyenneté moderne. Le terme a représenté l’indépendance politique du monde rural, concrétisée par l’accession à la propriété privée. Cette dernière était l’une des qualités requises pour appartenir à la communauté citoyenne. Dès lors, la résistance des exclus s’est développée dans les villes à partir d’organisations politiques et syndicales qui ont converti la figure de l’ouvrier en l’incarnation de la valeur sociale légitime, le travail, et l’ont rendu digne d’accéder à la condition de citoyen. Dans les campagnes, le terme de « campesino » a été récupéré et re-sémantisé au cours de ces combats pour revendiquer l’inclusion du monde rural à la communauté citoyenne. Ainsi, les usages et significations des mots de « labrador » et de « campesino », sont liés aux batailles sémantiques entre les valeurs du travail et de la propriété pour définir et faire émerger des sujets politiques ayant le droit d’être inclus dans un nouveau cadre d’appartenance sociale17.

6L’une des brochures les plus diffusées dans le monde rural à la fin du xixe et au début du xxe siècle est celle de l’anarchiste italien Enrico Malatesta. Intitulé « Entre campesinos », le texte emploie le terme de « campesino » non seulement pour parler de celui qui habite à la campagne, mais pour désigner celui qui travaille la terre, celui qui incarne la valeur du travail et de l’effort en dehors du monde urbain. La propriété est déclarée illégitime et facteur d’exclusion alors que la condition d’égalité des travailleurs est mise en évidence pour redéfinir la communauté citoyenne. Ainsi, la re-signification du concept moderne de « campesino » s’est accompagnée de son incorporation au sein de la sphère publique, non pas comme objet mais comme sujet politique inscrit dans la dynamique des organisations démocratiques de l’époque. En effet, partis et syndicats, notamment socialistes et anarchistes, ont formulé des projets politiques au sein desquels le « campesino » a acquis une place en tant qu’acteur. Dès lors, au cours des années 1930, l’hégémonie du terme s’inscrit dans une Espagne définie par la constitution de 1931 comme une « République démocratique de travailleurs de toutes classes ».

  • 18  L’expression « d’indigénisme subalterne » a été utilisée par l’historien Pablo Sánchez León pour d (...)

7La Seconde République est un moment de création politique, autour de conceptions divergentes et parfois opposées de ce que représentent l’avènement et la consolidation du nouveau régime. À une idée républicaine fondée sur la souveraineté du « peuple », s’opposent des visions « révolutionnaires ». Dans ce cadre, le monde rural se voit rejeté tantôt d’un côté ou de l’autre de diverses frontières identitaires. Le terme « campesino » devient l’enjeu de luttes discursives puisqu’il s’est transformé en un référent identitaire capable de mobiliser les habitants du monde rural. Par conséquent, les combats d’ordre sémantique ont pour enjeu la constitution d’un sujet politique, son intégration au sein de l’ordre libéral et républicain ou son exclusion dans un ordre social subalterne et autonome fondé sur des réseaux de solidarité. Dans ce cadre, les ressources mobilisées par les organisations politiques et syndicales consistent à rendre effective l’identification du sujet « campesino » à leurs projets politiques. Ainsi par exemple, pour les socialistes de l’époque, il s’agit d’être en mesure d’organiser et de reconnaître cette classe paysanne non plus comme un objet d’observation, mais comme un sujet capable d’être intégré à la participation politique démocratique républicaine. Pour les organisations libertaires au contraire, il s’agit de guider et d’orienter « l’indigénisme subalterne18 » du monde paysan, exclus de l’ordre libéral, et capable de soutenir une politique révolutionnaire. Ainsi, le terme n'était pas univoque, ni dénué d'ambiguïtés. Défini de manière mouvante, voire contradictoire par ces deux groupes politiques, ses usages permettent de révéler leurs stratégies et leurs idéologies respectives à travers la période.

  • 19  Jesús IzquierdoMartín, « Campesino », in Diccionario político y social del siglo xx español, Ma (...)
  • 20 Idem, p. 166.
  • 21  « También las instituciones del Estado eran ya permeables al vocablo campesino, especialmente en l (...)

8Dans sa notice intitulée « campesino » dans le Diccionario político y social del siglo xx español19, Jesús Izquierdo Martín affirme que pendant la Seconde République, le vocable s’est tellement répandu que les institutions étatiques n'ont pu résister à sa diffusion et ont commencé, elles aussi, à l'employer. Il souligne le fait que dans les débats parlementaires sur la réforme agraire aux Cortès, le mot était utilisé de façon récurrente par plusieurs députés. Il était aussi employé au sein de l'Institut de réforme agraire, dans le but d'identifier tous ceux qui vivaient à la campagne20 sans faire de distinction quant aux métiers ou à leur relation à la propriété. L'auteur suggère que la naturalisation du terme de « campesino » s'est produite durant la Seconde République, pendant laquelle il a été re-signifié en fonction d’objectifs politiques spécifiques. L'État a donc été perméable à la diffusion du mot, et l'a employé dans le sens de « celui qui vit toujours à la campagne21 ». Pourtant, le vocable de « campesino » n'était pas non plus universellement accepté. Son absence du vocabulaire utilisé dans le cadre des litiges judiciaires liés aux luttes sociales rurales, montre que ce terme restait fortement associé à une re-sémantisation antilibérale et restait exclu de la langue officielle du droit, tout au long de la période.

9L’objectif de cet article est de montrer comment dans les journaux militants de l’époque, anarchistes et socialistes utilisent le mot de « campesino », et quelles sont les significations qu’ils lui donnent. En effet, l’emploi de ce terme répond à des objectifs politiques liés aux expériences sociales vécues par les acteurs andalous. L’enjeu est d’observer la manière dont les projets politiques déterminent les usages et les significations du mot. Dans un deuxième temps, sans perdre de vue ce que nous venons de dire, il s’agit de mettre en évidence le fait que le terme de « campesino » ne peut à lui seul mobiliser en vue d’actions collectives. « Campesino » ne devient effectif qu’à condition d’être relié à d’autres mots. Enfin, l’ultime étape de cette démonstration consiste à interroger l’absence du terme dans les langages judiciaires, et voir ce que l’on peut en déduire. Ce travail constitue une piste de recherche pour aider à définir les enjeux historiographiques qui sont liés aux reformulations du terme « campesino », notamment dans sa capacité à faire surgir de nouvelles subjectivités politiques propices à l’émergence de mouvements paysans au cours des années 1930.

  • 22  La Voz del Campesino est un journal anarchiste de Jerez de la Frontera qui existe depuis le début (...)
  • 23  Concernant le périodique El obrero de la Tierra, nous n’avons trouvé, sur le monde rural andalou, (...)
  • 24  Nous avons dépouillé quatre cartons à la Real Chancillería de Grenade, trois du tribunal de premi (...)

10Ce travail de recherche a été mené grâce au dépouillement de plusieurs périodiques, datant de 1931 à 1936, conservés à la Bibliothèque Nationale d'Espagne et à la Bibliothèque Municipale de Madrid. Nous avons analysé les journaux anarchistes Solidaridad Obrera, cnt, La voz del campesino22, La tierra, et des journaux socialistes tels que Renovación, El obrero de la Tierra23, La razón. Cependant, la mauvaise conservation de ces journaux, leurs séries incomplètes, ont constitué un frein majeur face à l’ambition de notre objet d’étude et de notre problématique. Nous avons tout de même choisi de nous centrer sur ces périodiques, non pas parce qu’ils constituent une représentation du discours journalistique de l’époque (pour cela il aurait fallu analyser les journaux à grands tirages de l’époque, mieux conservés et dans des séries complètes), mais parce qu’ils sont conçus par les militants comme un instrument de propagande politique. Dans leur forme, ces documents sont des journaux, mais le langage déployé en leur sein est un langage militant, chargé d’idéologie et donc de terminologies spécifiques. L’analyse aurait pu se centrer sur les actes de congrès des organisations pour mieux saisir le langage politique de l’anarchisme et du socialisme. Notre but, au contraire, n’est pas d’analyser la langue parlée en interne, mais bien de voir comment les instances militantes parlent au monde rural et créent du sens dans l’espace public ; comment leur idéologie est véhiculée, notamment à partir des interprétations des luttes sociales, grèves, piquets ou manifestations. Concernant nos recherches à partir de sources judiciaires, nous avons consulté les archives de deux centres andalous, ceux de la Real Chancillería de Grenade, ainsi que l’Archivo Histórico Provincial de Cadix24. De même, les archives conservées dans ces deux centres sont incomplètes et dans de très mauvais états de conservation. Dès lors, les résultats produits par ce travail ne constituent en soi qu’une série de pistes qu’il s’agit d’explorer par la suite suivant le nouveau parti pris méthodologique exposé au départ.

La Seconde République et l'Andalousie

  • 25  Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas, 1868-1936, Barcelone, Crítica, (...)
  • 26  Antonio María CaleroAmor, Movimientos sociales en Andalucía (1820-1936), Madrid, Siglo XXI, 1976, (...)

11Même si des mouvements de contestation ont lieu un peu partout dans les campagnes espagnoles, l'Andalousie est le territoire rural le plus marqué par les révoltes. Dans la province de Séville par exemple, on recense 48 grèves pour l'année 1931, 75 en 1932 et 60 en 1933. A Cordoue, les grèves agricoles sont elles aussi nombreuses (69, 30, et 95 grèves pour les années 1931, 1932 et 193325). Globalement, on dénombre pas moins de 371 grèves entre 1930 et 1936, dont 178 rien que pour l'année 193326. Les motifs des grèves sont variés : contre le chômage ou contre les lock-out, mais aussi par solidarité. Ce sont cependant le plus souvent des conflits liés aux modalités d'embauche, aux salaires ou bien au temps de travail, les grands propriétaires refusant souvent d'appliquer les nouvelles réformes sociales. Ainsi, la lenteur des réformes agraires et les résistances des propriétaires terriens sont les raisons principales des luttes sociales.

  • 27  Jacques Maurice, El anarquismo andaluz, op. cit., p. 23.
  • 28 Idem, p. 24-26.
  • 29  Pour une présentation de l'anarchisme en Andalousie, voir l'article de José Luis GutiérrezMolina, (...)

12Les grèves organisées par la Confédération Nationale du Travail (cnt) durant la Seconde République sont « révolutionnaires », en marge des règles républicaines. Bien que les effectifs des organisations libertaires aient peu augmenté entre 1931 et 1936, celles-ci n'en constituent pas moins une force de mobilisation importante. La cnt andalouse passe de 110 000 affiliés en 1931 à 150 000 en 193627. Sur 150 000 adhérents recensés en Andalousie en juin 1936, 85 811 appartiennent au monde rural. On recense cette même année plus de 200 organisations locales28. Dans le milieu rural, la pénétration de l'anarcho-syndicalisme s'est effectuée à partir de Séville, Málaga, Jerez de la Frontera, pour s'étendre vers les villages. Les organisations anarchistes sont présentes dans les provinces de Cadix, Séville, Cordoue, mais aussi vers Huelva et Málaga. Cette zone d'implantation de l'anarchisme est connue sous le nom de « basse Andalousie 29».

  • 30 Idem, p. 175.
  • 31  Rafael Cruz, En el nombre del pueblo. República, rebelión y guerra en la España de 1936, Madrid (...)
  • 32  Sur le concept de répertoire d’action, voir Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l'actio (...)
  • 33  Rafael Cruz, En el nombre del pueblo, op. cit., p. 63.
  • 34  Sur l'action directe, voir Walther Bernecker, « “Acción directa” y violencia en el anarquismo espa (...)
  • 35  Le « Trieno Bolchevique » est la dénomination classique donnée par l'historiographie espagnole pou (...)

13Les libertaires sont implantés dans le sud de l’Espagne depuis la fin du xixe siècle. Leurs actions sociales, éducatives et culturelles y ont séduit de nombreux individus30. L’efficacité de cette culture politique a été d'articuler son répertoire de symboles et de représentations aux langages et pratiques des communautés rurales locales31. La diffusion des idées libertaires a aussi permis à la cnt et à la Fédération Anarchiste Ibérique (fai) de reprendre les répertoires d'action traditionnels32 des communautés telles que les occupations de terre, vols, braconnages, incendies de récoltes, etc33. Dans le même temps, la diffusion des discours libertaires a permis de transformer ce répertoire d’action collective, incitant les acteurs à se réunir en assemblées, faire grève, manifester, etc. L’idée de l’action directe34 développée par les secteurs libertaires a permis ces transformations : sous le terme d’action directe, les anarchistes englobaient tout ce qui pouvait s’apparenter à des gestes de dissidence face au pouvoir. Le répertoire d’action collective des communautés rurales a été interprété par les milieux libertaires comme des modalités de l’action directe, favorisant à leur tour la diffusion de nouvelles pratiques. La diversité et la variété des pratiques militantes anarchistes a permis dans les dernières décennies du xixe siècle de renforcer les liens entre les structures anarcho-syndicalistes et les habitants des campagnes andalouses. Ce processus qui culmine, entre 1918 et 1921 pendant le « Trieno Bolchevique35 », se voit freiné par l’avènement de la Seconde République, lorsque les dirigeants politiques élaborent des réformes allant dans l’intérêt des travailleurs du monde rural. Par exemple, le décret du 7 mai 1931 instaure des « Jurados Mixtos » dans chaque province, c’est-à-dire des commissions paritaires composées de travailleurs agricoles et de propriétaires qui fixent les réglementations du travail, les salaires, etc. Ces instances viennent altérer les relations traditionnelles de domination économique en faveur des propriétaires.

14Face aux mesures sociales républicaines, les anarcho-syndicalistes restent orientés vers l’action directe et refusent de suivre la voie d’une nouvelle légalité, rejetant la légitimité des institutions républicaines. Ils rejettent notamment la Réforme Agraire. L’action directe et l’insurrection sont les deux stratégies-clés. L’éducation, la propagande, la diffusion des idées anarchistes dans les assemblées et athénées libertaires expliquent l’importance des conflits sociaux en milieu rural pendant la Seconde République.

  • 36  Edward Malefakis, Reforma agraria y revolución campesina en la España del siglo xx, Barcelone, A (...)
  • 37  Sur les « maisons du peuple » socialistes et leurs pratiques culturelles et éducatives, voir Franc (...)
  • 38  fett qui remplace la fntt pendant le second bienio.

15Même si l'Andalousie reste le plus souvent associée à l'anarchisme, les effectifs de la Fédération Nationale des Travailleurs de la Terre (fntt, fédération paysanne de l'Union Générale des Travailleurs –ugt– dans les zones rurales) étaient loin d'être marginaux : son premier congrès en juin 1930 a accueilli 235 délégués provenant de 157 villages, représentant un total de 27 340 affiliés, pour la plupart d'Andalousie, et dans une moindre mesure du Levant et de Castille. L'organisation n'a fait que croître : en 1932, elle recense plus de 100 00 affiliés en Andalousie, avec 216 comités locaux. Jaén compte 32 663 affiliés, et Malaga 21 120. Des provinces telles que Cordoue ont aussi une grande force numérique, avec un total de 21 003 affiliés. A l'échelle nationale, la fntt devient la première organisation ouvrière rurale, avec un total de 451 337 affiliés en juin 1932 et 3319 comités locaux36. À l’inverse de la cnt, la fntt a développé des stratégies syndicales réformistes, appuyant durant le premier bienio la politique des socialistes au pouvoir. Ses actions et ses revendications portaient sur la concrétisation des législations agraires républicaines et étaient appuyées par les maires qui appartenaient en grande majorité au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (psoe) ou au Parti Radical Socialiste (prs). Dans les Casas del pueblo (maisons du peuple), véritables lieux de sociabilité37créés par ces organisations ouvrières, on parle de droit du travail et des combats contre les grands propriétaires terriens. Dans un second temps, lorsque les droites espagnoles accèdent au pouvoir après les élections législatives de novembre 1933, les grands propriétaires, aidés par le nouveau personnel politique, s’emploient à détruire les avancées sociales réalisées par leurs prédécesseurs. On assiste alors à une radicalisation de la Fédération Espagnole des Travailleurs de la Terre38 tant dans ses actions que dans ses discours. La grève générale de juin 1934 dans les campagnes appelée par la fett est le signe de cette radicalisation.

16Ainsi, ces deux cultures politiques ont acquis une place prépondérante dans les campagnes andalouses durant la Seconde République. Leurs moyens d’action ne sont pas les mêmes. Leurs objectifs et appels à la mobilisation restent distincts, bien qu’ils fassent usage de langages communs. Pour comprendre l'évolution des conflits sociaux dans les campagnes andalouses, il est nécessaire de se pencher sur les évolutions, reformulations et re-significations des vocabulaires de ces deux cultures politiques, en premier lieu les sens attribués au mot « campesino ».

Les sens du mot « campesino »

17Les anarchistes ont été les premiers à impulser la transition terminologique qui a popularisé ce substantif jusqu’à le rendre hégémonique dans les campagnes. Le terme leur permet de dépasser l’hétérogénéité des conditions de vie du monde rural pour façonner un groupe social unique. Dans leurs publications, « campesino » est articulé au langage de l'injustice et de la victimisation, connecté à des mots tels que « pauvreté », « misère », « inégalité », ou encore « désespoir », « tristesse », « morosité » :

Situation du paysan.

  • 39  « Situación del campesino », Solidaridad Obrera, 4 septembre 1932: « Vida poco alentadora, situaci (...)

Une vie peu encourageante, une situation désespérante, des calamités à foison pèsent sur le paysan malheureux, qui jouit seulement sur son passage dans ce triste monde du travail et de la misère39.

  • 40  Le concept d'image sociale a été formulé par Martina Avanza et Gilles Laferté, dans l'article « D (...)

18Ces deux registres discursifs ont favorisé la diffusion d'une image sociale40, celle du paysan exploité. Pourtant, la signification attribuée au terme « campesino » n’est pas homogène : la variété des situations sociales dans le milieu rural favorise sa polysémie. Plusieurs articles montrent qu’à certains moments, les anarchistes excluent de ce vocable tous les paysans qui, de manière distincte, entretiennent un rapport à la propriété :

Grenade. L’agitation paysanne. […]

  • 41  « Granada, la agitación campesina », Solidaridad Obrera, 23 juin 1932: « En el pueblo de Castillej (...)

Dans le village de Castillejar […] des groupes d'ouvriers au chômage se sont présentés en exigeant de ceux qui travaillaient d'abandonner les travaux agricoles. Quand la Garde Civile est arrivée, elle s'est fait tirer dessus par les groupes, un ouvrier ensanglanté est tombé au sol. La Garde Civile est partie à la poursuite des paysans qui ne sont pas revenus au village41.

19Dans cet extrait, « campesino » est synonyme d’ouvrier agricole. Cependant, d’autres textes prouvent que certains anarchistes ont mené un travail constant pour que métayers, fermiers et petits propriétaires puissent s'identifier au terme :

  • 42  « Faltan ideas en el campo », cnt, 26 janvier 1933: « El campesino, tanto el jornalero como el peq (...)

Il manque des idées dans la campagne. Le paysan, autant le journalier que le petit propriétaire, sent d'une certaine manière, peut-être un peu confuse, le poids de l'exploitation dont il est victime42.

  • 43  Isidoro Moreno ; Pablo Palenzuela, « Jornaleros y campesinos como colectivos identitarios en Andal (...)

20Ici, le terme de « campesino » englobe les habitants ayant accès à la propriété avec les travailleurs. Le terme est objet de débats au sein des milieux militants pour savoir si les petits propriétaires peuvent être considérés comme appartenant au « campesinado ». De plus, bien que le vocable fût connu d’une majorité d’habitants, cela ne voulait pas dire qu’il faisait partie de leur langage. Depuis le « Trieno Bolchevique » (1918-1921), être « campesino » signifiait, dans l’imaginaire collectif de beaucoup d’habitants, incarner la valeur travail. Pour les anarchistes, l’enjeu consistait à démontrer que celle-ci était aliénée par la propriété privée. Le terme supposait donc l’organisation des paysans pour défendre leurs intérêts de « classe ». En effet, employer ce vocable revenait à diffuser un vocabulaire de classe importé des villes pour l’utiliser comme outil de reconfiguration sociale, dans le but de construire des mobilisations massives. Pourtant, selon les provinces et même selon les villages, il existait tout un répertoire de termes pour désigner tel ou tel secteur d’activité, tel ou tel métier spécifique : « pelantrínes », « mayetes », « viñistas », « mayetitillos »43, etc. C'est pour cela qu’il est souvent accompagné d'autres adjectifs ou compléments de nom afin que les habitants puissent se reconnaître dans ce terme, abstraction faite de leurs situations sociales spécifiques. Naissent ainsi des expressions comme « jornaleros campesinos » ou « campesinos sin campo », ce dernier terme renvoyant implicitement au fait qu'il existait des « campesinos con campo ». Pour les anarchistes, il s’agit à la fois d’utiliser des catégories re-siginifiées et de nouvelles expressions, sans toutefois rompre avec les mots qui renvoient aux identités communautaires rurales. Les diverses utilisations de « campesino » et son caractère polysémique répondent ainsi à un même objectif : cimenter les diverses réalités sociales du monde rural en stimulant un sentiment d’appartenance à un groupe, afin d'inciter les habitants du monde rural à se mobiliser.

21Pour les syndicalistes de la fntt et pour les socialistes en général, le monde rural des années 1930 n'est pas un terrain privilégié pour diffuser leurs discours et leurs pratiques. Dans la tradition marxiste, le combat des ouvriers industriels et des zones urbaines en général est privilégié au détriment du monde rural. Ils révisent cependant leurs stratégies lorsqu'ils constatent que les campagnes constituent également un foyer de lutte révolutionnaire, comme l'a prouvé l'épisode du « Trieno Bolchevique ». Les socialistes cherchent alors à opérer une jonction entre leurs catégories d'analyse de départ provenant du monde urbain et les campagnes. C'est ainsi que des expressions comme « obrero campesino » ou « proletariado rural » sont employées de manière fréquente durant les années 1930, afin de mettre en évidence que « la classe ouvrière » est aussi présente dans les campagnes. A la différence des organisations libertaires, les socialistes font appel au monde paysan exclusivement via des attributs de la modernité, ceux de la classe, sans activer ni faire référence à des identités préexistantes. Ainsi, contrairement aux anarchistes qui utilisent le terme en l'articulant étroitement au langage de l'injustice, à la mise en évidence des problèmes de subsistance, les socialistes mettent l'accent sur la valeur travail, pour permettre aux travailleurs de s'identifier à « la classe », indistinctement entre villes et campagnes. Cela s'est traduit par une inflation d’expressions telles que « clase campesina » ou « masa obrera campesina ». Le vocable de « campesino » est ainsi connecté au vocabulaire marxiste, en l’adjoignant aux mots « masse », « exploitation » ou « classe ». Cependant, de même que pour les anarchistes, le terme reste polysémique pour les socialistes : « los campesinos » désigne soit les acteurs de la « classe ouvrière » (les journaliers), soit de manière plus vaste les fermiers, métayers, petits propriétaires. « Campesino » devient l'équivalent d'ouvrier, ou englobe les personnes ayant accès à la propriété, comme la notion de « peuple » dont le sens inclut diverses couches sociales. C'est pourquoi l'on trouve des articles où l’on distingue l’« obrero agrícola » du « campesino », entendu dès lors comme l’individu pouvant posséder ou louer une propriété. Selon le contexte politique et l’interprétation des événements, le discours de mobilisation destiné au monde rural subit des variations.

Les expériences de la lutte sociale

  • 44  La notion d'expérience a été l'un des apports fondamentaux de l'historien anglais Edward P. Thomps (...)
  • 45  Rafael Cruz ; Manuel PérezLedesma, (dir.), Cultura y movilización en la España contemporánea, (...)

22Ces écarts discursifs naissent des expériences sociales elles-mêmes. La construction du sujet politique, le « campesino », est indissociable des vocabulaires transformant l’expérience en récit. Car les mots permettant d'identifier les protagonistes sont inutiles s'ils ne sont pas connectés à la « mise en récit » des expériences de la lutte sociale44. En effet, la culture politique des individus est caractérisée par des univers symboliques disponibles pour penser et parler des objets politiques45 ». 

Les petits paysans, accablés de tant d'impôts, dont la majorité souffre des revers d'avoir un bout de terre hypothéqué, abattus par l'usure, nous leur disons que leur place est au côté des gauches […]

  • 46  « El momento actual », Renovación, 1er février 1935:« Los pequeños campesinos que se hayan agobia (...)

Paysans ouvriers, devant la devise classique des droites, nous, nous disons : assez de tyrannies ! Vive le Bloc Populaire Antifasciste, unique défenseur du peuple laborieux46 !

23Cet appel publié dans le journal Renovación montre que le travail terminologique, autour d’expressions comme « campesinos obreros », sert d’abord à mobiliser en vue d’une action collective. Mais cet objectif n’est possible que si ces expressions sont connectées aux mots exprimant l’appartenance et le projet politique, ainsi qu’à ceux qui permettent d’identifier l’ennemi.

24C'est le cas du slogan anarchiste « Tierra y libertad », qui permet de combiner les modes de vie traditionnels des communautés rurales (liés à la terre), à un projet politique précis. En effet, la catégorie de « terre » est définie dans les discours libertaires comme catégorie transcendante, synonyme de fraternité, d'harmonie et de liberté. Elle renvoie à un temps où, n'appartenant à personne, elle était la condition sine qua non du bien-être de l'humanité. Les anarchistes articulent l’image de la « terre » à des symboles renvoyant à la représentation d'un âge d'or communaliste. Le slogan propose également une explication historique, selon laquelle la fin de la prospérité est due à l'émergence de la propriété privée. Ainsi, lorsque des habitants des campagnes s'approprient des terres ou exproprient des grands propriétaires, le slogan de « Tierra y Libertad » leur fournit un cadre discursif et symbolique, ainsi qu’un programme d’action. Les revendications des anarchistes - abolition de la propriété privée et collectivisation des terres - sont entendues comme les objectifs à atteindre pour construire un avenir idéal. Chaque expérience de lutte est décrite par les milieux libertaires comme définissant le devenir des « campesinos » :

Transcendantaux sont les moments par lesquels passe notre organisation, et très important aussi le fait que convergent vers elle tous les foyers locaux de rébellion sentant la nécessité de s'orienter vers le chemin emprunté ; des foyers constitués en majeure partie par des paysans […] guidés par un sens naturel faisant toujours de lui un rebelle à tout joug ; aimer beaucoup la terre, et la soigner [...].

  • 47  « Tácticas para el futuro », La voz del campesino, 10 décembre 1932: « Transcendentales son los mo (...)

25Ainsi le paysan, fatigué déjà des mille humiliations dont il a fait l'objet, fatigué de tant de violations, de faim et de misère, rompt avec des actes de sublimes gestes révolutionnaires les chaînes qui l'oppriment […]. Lui, sait que la possession de la terre, point vital de ses aspirations, sera un fait une fois la révolution sociale triomphante47.

26Chaque geste de la communauté est interprété comme un acte révolutionnaire. « Tierra y Libertad » devient un slogan efficace pour interpréter les rébellions dans les campagnes andalouses et les reprendre au compte des mobilisations anarchistes :

  • 48  « Tierra y libertad », cnt, 10 octobre 1933: « Tierra y Libertad es la conjunción armoniosa de dos (...)

« Terre et liberté » est la conjonction harmonieuse de deux positions formant la base fondamentale d’un nouveau monde. D’un monde libre de toute forme d’oppression et de tyrannie, dans lequel la terre est à tout le monde et dans lequel tous peuvent profiter du produit grâce auquel la terre compense la généreuse irrigation de sueurs reçue par ceux qui la fécondent de leurs efforts. Voilà l’aspiration la plus synthétique autant que le plus ample programme de libération humaine48.

Propageons notre rébellion parmi les paysans.

  • 49  « Propaguemos nuestra rebeldía entre los campesinos », cnt, 23 novembre 1932: « Ahora que los camp (...)

Maintenant que les paysans font table rase du passé, qu'ils ont perdu le respect pour la loi et la propriété. Maintenant qu'ils sont dans une période réceptive, prêts à ce que germe en eux une graine qui les sorte de la misère et de la soumission de tant de siècles, inondons la campagne avec notre propagande49.

  • 50  Sur les épisodes insurrectionnels, voir Julián Casanova, De la calle al frente. El anarcosindicali (...)
  • 51  Voir Jacques Maurice, El anarquismo andaluz, op.cit., p. 352.
  • 52  Campagne de soutien aux militants incarcérés lancées et soutenues par la fai.

27Le slogan est repris par la cnt et la fai50, faisant écho au concept de « révolution ». « Révolution », mais aussi « grève générale » ou « insurrection », donnent du sens aux actions, produisent un diagnostic de la situation et, en fin de compte, replacent chaque expérience au sein d'un réseau de significations. Toutefois, plusieurs appels à la grève générale lancés par la cnt n’ont rencontré que peu d'échos auprès des habitants des campagnes. Ainsi par exemple, les grèves « politiques » menées par la cnt en mai 1933 ont été peu suivies dans le milieu rural : seules neuf localités de la province de Cordoue et quatre de Séville ont suivi l’appel51. Les discours « révolutionnaires » n'ont donc pas toujours été efficaces, notamment pendant les premières années républicaines où les journaliers et les ouvriers agricoles préfèrent suivre les stratégies de la fntt dans la défense de la Réforme Agraire. L'échec des insurrections anarcho-syndicalistes a également contribué à une perte d'influence des organisations libertaires. Pourtant, la répression favorise dans le même temps la diffusion de discours et de pratiques nées de la solidarité. Les journées de protestation contre la loi de Défense de la République, contre la répression et les violences de la Garde Civile, les campagnes « pro-presos52 » lancées par la cnt et la fai contribuent à redynamiser le militantisme et favorisent de nouvelles vagues de mobilisations. Dans les journaux anarchistes, l’expérience de la répression permet d’appeler à la mobilisation et à la solidarité :

  • 53  cnt, 6 mai 1932: « La Confederación Nacional del Trabajo, en respuesta a las persecuciones y trope (...)

La Confédération Nationale du Travail, en réponse aux persécutions et vexations, construira la grève générale de protestation53.

  • 54 cnt, 31 mai 1933: « En las cárceles y presidios de la República hay cerca de nueve mil camaradas; e (...)

Dans les prisons et les cachots de la République il y a environ neuf mille camarades ; il est indispensable de ne pas les oublier ! Travailleurs, solidarité envers les prisonniers !54 

  • 55  Les lectures orales étaient une pratique courante. Voir José Luis GutiérrezMolina, La tiza, la ti (...)

28C'est au cours de luttes sociales réprimées par la Garde Civile que les mots exprimant la solidarité se diffusent et se concrétisent par un soutien matériel aux personnes. Elle s’exprime également dans tous les articles qui rendent compte d’actions collectives réprimées. Les récits, comptes rendus et débats autour de la répression prennent des tournures dynamiques grâce à la solidarité. Le registre émotionnel se diffuse dans les athénées libertaires, écoles rationalistes, par le biais de lectures orales55 et de discussions, de supports visuels tout autant que de rituels comme la célébration de meetings. C'est dans ces espaces que des pratiques discursives prennent forme :

  • 56  cnt, 6 mai 1932, « La represión se extiende. Se impone la necesidad de la revolución social […] Se (...)

La répression s’étend. La nécessaire révolution sociale s'impose […] Elle s'impose avec la même force que les crimes de la politique […] Travailleurs, assez de tant d'infamies policières, assez de tant d'ignominies ! Refusez que l'on attente à la vie de vos frères, de vos camarades56 !

29Les discours exprimant la compassion, l’indignation, construisent de nouvelles vagues de protestation autour du sentiment partagé du phénomène répressif. Ainsi, les organisations anarcho-syndicalistes définissent leurs politiques d’identification à partir de la répression et de la solidarité, permettant dans le même temps d’identifier la figure de l'ennemi.

  • 57  Le terme de « cacique » existe depuis l'époque moderne. Il désigne les notables locaux corrompus q (...)
  • 58  Les dirigeants politiques parlent d'adversaires, leur reconnaissant ainsi une légitimité politique (...)
  • 59  Manuel PérezLedesma, «burguesía», in Diccionario político y social del siglo xx español, op. ci (...)

30Dans les campagnes andalouses, les ennemis sont les grands propriétaires terriens et les notables locaux, appelés « caciques57 ». Pour les anarchistes, ces catégories classiques de la figure de l'ennemi sont elles aussi associées à la République. Même si les dirigeants politiques de la communauté populaire durant le premier bienio désignent leurs adversaires58 comme étant les oligarques, les privilégiés, etc., les discours libertaires ne font pas de distinction entre ces différentes catégories, les englobant toutes sous le terme de « burguesía » (bourgeoisie). « Bourgeoisie » n'apparaît pas de manière artificielle pendant la période républicaine, c'est un concept présent dans le langage du xixe siècle, y compris en Espagne, notamment depuis la parution du Manifeste communiste de Marx et Engels. Le terme désigne autant le capitaliste, que l'usurier ou le grand propriétaire59. Plusieurs mots accompagnent toujours la description de l'ennemi tels que « explotación », « parásito », « injusticia », diffusés au cours des luttes sociales. Dès lors, l'expérience permet également de construire un jeu spéculaire où le « nous » renvoie à « eux ». Dans les journaux anarchistes mais aussi socialistes, la solidarité, la répression, les objectifs politiques à atteindre sont articulés aux vocabulaires permettant d'identifier l'ennemi :

  • 60  « El dilema », Renovación, 6 mars 1933: « Al contrario de los burgueses, nosotros, como proletari (...)

Au contraire des bourgeois, nous autres, en tant que prolétaires, nous ne pouvons pas nous désintéresser des événements actuels. Ceux qui sont attachés aux vieux modèles, incapables de s’adapter au rythme social moderne, ceux qui s’obstinent à soutenir tous les mauvais privilèges que la raison et la justice nient, les parasites, en fin de compte, de la société capitaliste, forment un front de défense et d’attaque contre les travailleurs. [...] La bourgeoisie sème la crainte entre les travailleurs pour annuler leurs efforts. […]60

31Ainsi, les usages et les significations du terme de « campesino » correspondent à un ensemble de signifiants qui permettent de construire des mobilisations sociales et politiques. Le travail de catégorisation sociale, accompli par les organisations ouvrières, est à l’origine d’un processus d’identification collective fournissant aux acteurs historiques un cadre discursif pour appréhender et construire de nouvelles mobilisations. Toutefois, l’analyse des énoncés juridiques nous a permis de constater que le terme de « campesino », issu du langage contestataire, n’est pas hégémonique.

 « Autorité linguistique » dans le milieu rural

  • 61  Jacques Rancière, Les noms de l'histoire : essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, coll. « (...)

Tel est ce nom de prolétaire revendiqué par Blanqui face au juge qui lui demande sa profession et s'indigne de la réponse : prolétaire n'est pas en effet une profession comme il l'entend, c'est-à-dire un métier ; c'est une profession en un sens plus ancien et entièrement nouveau : une déclaration d'appartenance à la communauté qui prend précisément en compte les laissés pour compte. Ces noms de classes qui n'en sont pas se lient eux-mêmes à des noms d'actions qui ne répondent à aucun protocole ni à aucun apprentissage défini (émancipation) mais aménagent l'espace illimité de trajets nouveaux en faisant voyager des sujets de parole et d'histoire dans des intervalles hasardeux entre des lieux matériels et des lieux symboliques, entre des noms et des corps, des conditions et des savoirs61.

  • 62  Pierre Bourdieu, « Les juristes, gardiens de l'hypocrisie collective », in François Chazel ; Jacqu (...)
  • 63 Idem, p. 3.
  • 64 Ibid, p. 3.

32Cette citation de Jacques Rancière dit toute l'importance des combats sémantiques dans la construction d'un sujet politique face au statut social défini par le langage officiel. Dans le contexte des années 1930 en Espagne, se pencher sur la justice permet d'analyser les relations entre différents discours. Car le langage juridique représente le langage du vrai, de l'officiel. C'est un discours performatif, qui « dit » la vérité et permet de la « faire ». Selon Pierre Bourdieu, les juristes sont « les gardiens de l'hypocrisie collective62 ». Ils sont insérés dans un champ63 où le droit, par un travail de rationalité, fonde un système normatif, « une autorité transcendante » à l'aide de règles discursives. Cela génère un effet « d'auto-légitimation par l'universalisation ou mieux, la dés-historicisation64 ».

33Dans le contexte andalou des années 1930, la justice intervient en premier lieu dans des conflits liés au droit de propriété : la propriété des fruits de la terre, mais aussi la propriété de la terre elle-même. Elle intervient également dans des conflits liés aux modalités pratiques d'application des nouvelles législations républicaines. Pendant les instructions judiciaires, les simples journaliers, métayers ou petits propriétaires, mais aussi les représentants du pouvoir local comme les maires socialistes, n'utilisent pas le vocable « campesino ». Les mots utilisés pour catégoriser et désigner les habitants des campagnes sont pourtant multiples : « arriero », « toneleros », « arrumbadores », « arrendatario », « aparcero », « jornalero », « labrador », « agricultor », « propietario ». Tous ceux qui ne possèdent pas la terre mais sont présents dans le milieu rural sont désignés sous le terme de « del campo », qui désigne un ensemble hétérogène de situations sociales. Ce constat amène à reconsidérer l'ampleur de la diffusion et de la naturalisation du mot « campesino ». Il montre que le terme gardait une connotation contestataire forte, associé à des milieux militants qui, bien qu'ils soient parvenus à populariser son utilisation à certains endroits et à certains moments, n'ont pas réussi à l’imposer de manière exclusive. Dans le cadre des litiges judiciaires, ce mot est à la fois omis par la justice, par les propres militants et par les inculpés.

  • 65  Joaquín RomeroMaura, « El anarquismo : el caso español », in Joaquín RomeroMaura, La romana del di (...)

34Dans la grande majorité des cas, les suspects et les accusés sont des journaliers. Ceux-ci ne travaillent que pendant les saisons de récolte, de juin à décembre environ. Durant les périodes où il n'y a plus de travail, où la plupart des travailleurs subissent de plein fouet le chômage, l’aumône et le vol deviennent les seules perspectives possibles pour garantir la subsistance. C'est l’une des raisons pour laquelle de nombreuses instructions dans le milieu rural sont ouvertes à l'encontre de journaliers. Elles concernent des actions liées à des problèmes de subsistance : vols de récoltes, de nourriture, de bétail, de matériel, sabotages et destructions d’outils, braconnages, ports d’armes ou violences envers des propriétaires. Tous ces délits mineurs font l'objet d'une grande sévérité, notamment du fait qu'il ne s'agit jamais d'actes isolés mais bien d'actions collectives. Les milieux libertaires ont toujours accordé beaucoup d’importance à ces gestes de délinquance, d’indiscipline, les interprétants comme des actes « révolutionnaires65 ». Conscients du potentiel subversif de tels actes, ils les ont constamment encouragés. Comme nous l’avons vu, ils se sont réapproprié le répertoire d’action traditionnel, tout en donnant aux personnes qui l’utilisent des grilles de lectures politiques.

  • 66  Rafael Cruz, En el nombre del pueblo, op. cit, p. 63.
  • 67  Nous avons constaté que « extrémiste » est le terme employé par l'ensemble des juristes lorsqu'ils (...)
  • 68  C’est le cas par exemple de cette affaire instruite en 1932 dans la province de Grenade : il s’agi (...)

35Lorsque Rafael Cruz affirme que les organisations ouvrières ont pour objectif de doter le répertoire d'action traditionnel des agents historiques d'une lecture politique66, on s'aperçoit de l'enjeu crucial de la justice. Celle-ci, par le biais de son « autorité linguistique », doit à l’inverse imposer aux suspects et aux accusés une lecture permettant d'exclure les interprétations politiques. La justice, d'une part, doit décourager les coupables de récidiver et, d’autre part, en imposant sa vision des faits, empêcher les habitants des campagnes de rallier des organisations ou groupes « extrémistes67 ». Ainsi, ces actions sont au centre d'un enjeu conséquent : elles sont réprimées par une lecture judiciaire performative dans l’enceinte du tribunal, et re-signifiées par des vocabulaires politiques en dehors. En intervenant juste après le délit, la justice a l'avantage d’imposer son autorité discursive. Les dispositifs judiciaires vident de leurs dimensions subversives des pratiques sociales et politiques. Cette volonté de dépolitiser les affaires instruites passe par la réduction d'un mouvement ou d'une action collective à une somme de cas et de caractères particuliers68. Le nombre important de vols, d'usurpations et d'actions illégales en général prouve bien que le contexte social est pourtant marqué par de fortes tensions.

  • 69  Eduardo GonzálezCalleja, « La dialéctica de las pistolas. La violencia y la fragmentación del pod (...)
  • 70  C'est le cas de Miguel Arias Ruiz, un journalier arrêté pour port d’arme illégal. Dans l’instructi (...)

36Selon l'historien Eduardo González Calleja, la désarticulation des outils syndicaux et des instances de négociation tels que les Jurados Mixtos pendant le bienio negro, a convaincu de nombreux secteurs de journaliers de réactualiser des formes traditionnelles d'action comme les pillages ou les incendies de récoltes. Le mécontentement rural s'est traduit par une augmentation des attaques directes à la propriété telles que les incendies de récoltes, les affrontements entre patrons et ouvriers, les vols de plus ou moins grande quantité, les destructions de machines ou les occupations de terres69. Toutefois, hormis dans quelques dossiers où il apparaît nettement que les acteurs maîtrisent un vocabulaire politique70, dans la plupart des cas l'analyse des instructions judiciaires ne permet pas d’en rendre compte. Pourtant, l'augmentation significative des actions de brigandage peut être interprétée comme la reconfiguration des formes d'action traditionnelles par les organisations ouvrières.

  • 71  Arlette Farge, « Penser et définir l'événement en histoire. Approche des situations et des acteurs (...)

37L'historienne Arlette Farge affirme que « les mots dits, les courts récits rapportés par les greffiers sont des événements. Parce que, même en bribe, ces langages charrient des essais de cohérence voulue par celle ou celui qui a porté réponse71 ». Les dossiers d'instruction imposent une définition exclusive et performative des événements, interprétant les réponses des accusés selon des catégories traditionnelles. La construction de l'événement par la justice repose sur la parole des accusés insérée dans une mise en scène élaborée par les discours judiciaires. Dans la citation de Rancière, Blanqui revendique un langage alternatif. Du fait de sa notoriété, il peut jouer sur les ambiguïtés en termes de mots, chose impossible pour les accusés andalous. Les collectifs politiques auxquels appartiennent les acteurs incriminés sont passés sous silence, les accusés étant désignés à partir de catégories anciennes.

38Deux phénomènes se dégagent dans l'analyse des archives judiciaires : d'une part, l'art du discours judiciaire dans sa capacité à construire des mises en scène, dans lesquelles les acteurs de l'époque « jouent le jeu », comprenant qu'il est inutile de venir perturber la théâtralité de l'espace juridique. D'autre part, le caractère performatif des stratégies discursives judiciaires sur lesquelles se fondent ces mises en scène. La « mise en récit » normative du discours judiciaire impose un cadre qui réglemente les comportements et exclut de facto les langages concurrentiels. Par conséquent, la naturalisation du terme « campesino » doit être remise en question, tout comme sa capacité à effacer et gommer du vocabulaire d'autres mots faisant uniquement référence aux statuts sociaux traditionnels. Si « campesino » se diffuse dans le milieu rural, son absence d'utilisation devant la justice prouve que celle-ci est encore maîtresse dans le choix des mots employés. Elle ne l’utilise pas car celui-ci a subis des transformations sémantiques provenant d’organisations politiques qui remettent en cause l’organisation sociale du monde rural.

Conclusion

  • 72  Miguel Ángel Cabrera, Historia, lenguaje y teoría de la sociedad, op. cit., p. 129.

39Si le langage n’est plus considéré comme un simple réceptacle mais comme un facteur de constitution de la pensée, il est nécessaire de l’historiciser. Comme l'affirme Miguel Ángel Cabrera, « l'action sociale n'est pas un effet de l'ascension du capitalisme, des conditions de vie et de travail, ou de la position dans les relations de production de la classe ouvrière, mais de la signification que ces circonstances acquièrent en étant appliquées à des catégories comme celles de « travail », « propriété », « exploitation », « société », « classe », ou « prolétariat72 ». Cet article cherchait à mettre en évidence le lien entre les mots et l’intensification des actions sociales dans les campagnes andalouses.

40L’analyse du terme de « campesino » montre que ce dernier joue un rôle majeur dans la construction d’un sujet politique dans le milieu rural. Diverses cultures politiques l’emploient selon des objectifs différents, et contribuent à produire un ensemble de significations qui influent sur le déroulement des luttes sociales, leur intensité et leur évolution. Nous avons montré également comment les usages et les significations du mot étaient indissociables des mises en récit de l’expérience. Le terme de « campesino » naît ainsi de la volonté des cultures politiques d’homogénéiser diverses réalités sociales au sein des campagnes andalouses, afin de construire un cadre d’appartenance et d’identification à même de faire aboutir certains projets et objectifs politiques.

41Quant aux caractéristiques du discours judiciaire, notamment dans sa façon de définir les acteurs et d'interpréter les situations dans le milieu rural, celles-ci indiquent que le mot était encore associé aux secteurs de la contestation sociale. Bien qu'il fût employé par certaines institutions, son absence d'utilisation au sein des énoncés juridiques prouve que l'institution en charge de contenir et punir les actions collectives ne voulait pas accorder de crédit aux pratiques discursives de ceux qu'elle avait pour tâche de remettre dans le droit chemin. La naturalisation de ce terme doit donc être recherchée après le déclenchement de la guerre de 1936, lorsque l'on assiste à de nouvelles configurations des identifications politiques et sociales.

Haut de page

Notes

1  Par exemple, les travaux de José Antonio AlarcónCaballero, El movimiento obrero en Granada en la Segunda República (1931-1936), Grenade, Diputación provincial, 1990 ; Diego CaroCancela, La Segunda República en Cádiz. Elecciones y partidos políticos, Cadix, Diputación provincial, 1987 et Violencia política y luchas sociales : la Segunda República en Jerez de la Frontera (1931-1936), Jerez, Ayuntamiento de Jerez, 2001; Luis GarridoGonzalez, Riqueza y tragedia social. Historia de la clase obrera en la provincia de Jaén (1822-1939), Jaén, Diputación Provincial de Jaén, 1990 ; Francisco MorenoGomez, La República y la guerra civil en Córdoba, Cordoue, Ayuntamiento de Córdoba, 1982.

2  Sur l'historiographie des mouvements sociaux en Andalousie durant les années 1930, voir Francisco CoboRomero, «El conflicto campesino en Andalucía durante la crisis de los años treinta (1931-1939). Un intento de revisión historiográfica», in Manuel GonzálezdeMolina (sous la dir.), La historia de Andalucía a debate. I. Campesinos y jornaleros, Barcelone, Anthropos, 2000, p. 103-133.

3  Le « marxisme agraire » est l'utilisation de la théorie marxiste pour éclairer la question agraire. Le dirigeant communiste italien Bordiga a, en 1954, proposé une Codification du marxisme agraire. Manuel González de Molina le critique dans « Siete problemas en la interpretación tradicional sobre el movimiento campesino andaluz », Historia oral, no 8, p. 25-54, p. 27.

4  Erich J. Hobsbawn, Les Primitifs de la révolte dans l'Europe moderne, Paris, Fayard, 1966, plus spécialement le chapitre v « Le millénarisme-ii : les anarchistes andalous», p. 91-110. Traduction de Primitive rebels: studies in archaic forms of social movement in the 19th and 20th centuries, Manchester University Press, 1959.

5  C’est ce que rappel Gonzalez de Molina, art. cit., p. 26.

6  Sur la « naturalisation », voir Pablo SánchezLeón ; Jesús IzquierdoMartín, La guerra que nos han contado. 1936 y nosotros, Madrid, Alianza, 2006, p. 106-118.

7  Pablo SánchezLeón, IzquierdoMartín, Jesús (sous la dir.), El fin de los historiadores: pensar históricamente en el siglo xxi, Madrid, Siglo XXI, 2008.

8  Joan Scott, Théorie critique de l'histoire. Identités, expériences, politiques (trad. Servan Schreiber, Claude), Paris, Fayard, 2009.

9  William Sewell, Logics of history: social theory and social transformation, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

10  Miguel Ángel Cabrera, Historia, lenguaje y teoría de la sociedad, Madrid, Cátedra, 2001, p. 55.

11  Keith Michael Baker, « El concepto de cultura política en la reciente historiografía sobre la Revolución Francesa », in Miguel Ángel Cabrera (dir.), Más allá de la historia social, Ayer, n° 62, Madrid, Marcial Pons, 2006, p. 89-110; et The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture. vol.4, The Terror, Oxford, Pergamon Press, 1994.

12  op.cit, p. 94.

13  Voir, Jesús IzquierdoMartín, « Modernizar con la palabra antigua. Usos modernos de viejos conceptos en el cambio agrario de España (ss. xix-xxi) », Jornadas de investigación del diccionario histórico de la modernidad en España y América Latina, Madrid, 2007.

14 Real Academia Española, Banque de données (Corde) [en ligne]. Corpus diacrónico del español. <http://www.rae.es> [11 décembre 2012]

15  Francisco de Aldana écrivait déjà du labrador au xvie siècle : «El cauto labrador, para que tenga/del campesino afán rico interese,/lanza de sí la rica sementera/para la estéril hambre venidera.», Real Academia Española, Banque de données (Corde) [en ligne]. Corpus diacrónico del español. <http://www.rae.es> [11 décembre 2012]

16  Jesús IzquierdoMartín, « Modernizar con la palabra antigua...», art. cit., p. 8.

17  Sur les rapports entre construction de la citoyenneté moderne et altérité de la figure de la paysannerie, voir Jesús Izquierdo Martín, , « El ciudadano demediado. Campesinos, ciudadanía y alteridad en la España contemporánea », in Manuel PerezLedesma, (coord.), De súbditos a ciudadanos. Una historia de la ciudadanía de España, Madrid, Centros de Estudios Políticos y Constitucionales, 2007, p. 627-656.

18  L’expression « d’indigénisme subalterne » a été utilisée par l’historien Pablo Sánchez León pour désigner les paysans des années 20 et 30, « analphabètes mais cultivés ». Ces expressions permettent de caractériser les cultures subalternes présentes à cette époque et exclues de l’ordre libéral. Pablo SánchezLeón, « El historiador Pablo Sánchez León explica que España no hizo justicia durante la transición porque “perdió a sus indígenas” », http://www.larepublicacultural.es/article2139.html

19  Jesús IzquierdoMartín, « Campesino », in Diccionario político y social del siglo xx español, Madrid, Alianza, 2008.

20 Idem, p. 166.

21  « También las instituciones del Estado eran ya permeables al vocablo campesino, especialmente en la acepción que le dieran socialistas y republicanos, principales fuerzas implicadas en la cuestión agraria. Para determinadas organizaciones, como el Instituto de Reforma Agraria, se había normalizado el hecho de referirse con aquella voz a quienes habitaban el campo, a quienes, por ejemplo, se les exigía inscribirse en 'censos de campesinos' si pretendían beneficiarse de los repartos de tierra instituidos en la Ley de Reforma Agraria de 1932. Fue entonces cuando el término comenzó a aparecer en los debates habidos en las Cortes, así como en los discursos de los principales representantes del Estado ». Idem, p. 166.

22  La Voz del Campesino est un journal anarchiste de Jerez de la Frontera qui existe depuis le début du xxe siècle. Il cesse de paraître pour renaître ensuite à partir de 1915 jusque pendant la Seconde République. Ce travail se base sur la deuxième période du journal, conservé en microfiche à l’université de Cadix.

23  Concernant le périodique El obrero de la Tierra, nous n’avons trouvé, sur le monde rural andalou, que des articles produits après 1936. A la Fondation Largo Caballero, où le journal de la fntt est compilé, les numéros datant de la Seconde République sont incomplets et de mauvaises qualités. Aucun texte référencé ne fait référence au monde rural andalou. Ainsi, cette source a été utilisée dans notre mémoire de deuxième année pour rédiger une partie sur l’année 1936, au tout début de la Guerre Civile espagnole, mais n’est pas cité dans cet article.

24  Nous avons dépouillé quatre cartons à la Real Chancillería de Grenade, trois du tribunal de première instance du district de Salvador, pour l'année 1932 et 1933-1936 et un du tribunal de première instance du district du Sagrario compris entre 1934 et 1935. A Cadix, au sein de l'Archivo histórico Provincial de Cadix, nous avons dépouillé trois cartons du tribunal de première instance du district de Chiclana pour les années 1933 et 1934, un carton du tribunal de première instance de Jerez San Miguel pour l'année 1935, et enfin un carton du tribunal de première instance d'Algésiras pour l'année 1935. Nous n'avons pas sélectionné nos sources par rapport à des questions préalables en ne cherchant que celles qui nous conviendraient le mieux, nous avons simplement analysé celles qui étaient encore exploitables pour l'étudiant et l'historien. Les conditions historiques expliquent la mauvaise qualité de ces archives judiciaires.

25  Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas, 1868-1936, Barcelone, Crítica, 1990, p. 351.

26  Antonio María CaleroAmor, Movimientos sociales en Andalucía (1820-1936), Madrid, Siglo XXI, 1976, p. 142.

27  Jacques Maurice, El anarquismo andaluz, op. cit., p. 23.

28 Idem, p. 24-26.

29  Pour une présentation de l'anarchisme en Andalousie, voir l'article de José Luis GutiérrezMolina, « Andalucía y el anarquismo (1868-1936) », in El anarquismo español, Ayer, n° 45, Madrid, Marcial Pons, 2002, pp. 171-195.

30 Idem, p. 175.

31  Rafael Cruz, En el nombre del pueblo. República, rebelión y guerra en la España de 1936, Madrid, Siglo XXI, 2006, p. 63-64. Voir aussi l'ouvrage de Isidoro MorenoNavarro, Propiedad, clases sociales y hermandades en la Baja Andalucía. La estructura social de un pueblo de Aljarafe, Madrid, Siglo XXI, 1972.

32  Sur le concept de répertoire d’action, voir Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l'action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième siècle. Revue d'histoire, n° 4, octobre 1984, p. 89-108.

33  Rafael Cruz, En el nombre del pueblo, op. cit., p. 63.

34  Sur l'action directe, voir Walther Bernecker, « “Acción directa” y violencia en el anarquismo español », in Violencia y política en España, Ayer, n° 13, Madrid, Marcial Pons, 1994, p. 147-188.

35  Le « Trieno Bolchevique » est la dénomination classique donnée par l'historiographie espagnole pour désigner les trois années de conflits sociaux importants qui se sont déroulés en Espagne entre 1918 et 1921, notamment dans le sud du pays. Ce nom indique la forte influence de la Révolution russe dans le déroulement de ces révoltes.

36  Edward Malefakis, Reforma agraria y revolución campesina en la España del siglo xx, Barcelone, Ariel, 1971, p. 138 cadre 35.

37  Sur les « maisons du peuple » socialistes et leurs pratiques culturelles et éducatives, voir Francisco Luis Martín, « La educación del obrero en las Casas del Pueblo socialista », in Manuel GonzálezdeMolina, Diego CaroCancela (dir.), La utopía racional. Estudios sobre el movimiento obrero andaluz, Grenade, Universidad de Granada, 2001, p. 391-422

38  fett qui remplace la fntt pendant le second bienio.

39  « Situación del campesino », Solidaridad Obrera, 4 septembre 1932: « Vida poco alentadora, situación desesperante, calamidades a granel pesa sobre el infeliz campesino, que solo trabajo y miseria logra disfrutar en su paso por este desdichado mundo ».

40  Le concept d'image sociale a été formulé par Martina Avanza et Gilles Laferté, dans l'article « Dépasser la construction des identités ? Identification, image sociale et appartenance », Genèses, 2005, p. 134-152. Les auteurs parlent « d'image sociale » comme concept pouvant se substituer à celui « d'identité ». Même si le terme reste « obscur », il peut être employé dans « l'étude de la production sociale des discours, de symboles figurants [sic] les groupes et les territoires ». Pour les auteurs, « la construction d'une image sociale n'est bien que la production de discours et de représentations […] aux possibles limités, inscrits dans les registres d'entendements d'une époque » (p. 143-144). Nous pensons que les significations acquises par le terme de « campesino », et les représentations qu'il a diffusées (le paysan exploité par de grands propriétaires), peuvent être entendues comme image sociale figurant un groupe (les travailleurs agricoles) et un territoire (le monde rural). Cette image sociale se construit notamment sur des supports visuels tels que les illustrations et caricatures au sein de la presse écrite.

41  « Granada, la agitación campesina », Solidaridad Obrera, 23 juin 1932: « En el pueblo de Castillejar […] se presentaron grupos de obreros en paro forzoso requiriendo a los que trabajaban a que abandonaran las faenas agrícolas. Al llegar la guardia civil fue tiroteada por los grupos, cayendo al suelo ensangrentado un obrero. La guardia civil salió en persecución de los campesinos que no han vuelto al pueblo. »

42  « Faltan ideas en el campo », cnt, 26 janvier 1933: « El campesino, tanto el jornalero como el pequeño propietario, siente de una manera, tal vez un poco confusa, el peso de la explotación de que es víctima. (souligné par Nous). »

43  Isidoro Moreno ; Pablo Palenzuela, « Jornaleros y campesinos como colectivos identitarios en Andalucía », in La historia de Andalucía a debate, vol.1, Campesinos y jornaleros, Barcelone/Grenade, Anthropos/ Diputación provincial de Granada, 2000, p. 223-238.

44  La notion d'expérience a été l'un des apports fondamentaux de l'historien anglais Edward P. Thompson, permettant de combiner les facteurs structurels aux facteurs psychologiques dans le processus de formation de la classe ouvrière anglaise. Voir Edward PalmerThompson, The making of the English working class, New-York, Pantheon Books, 1964.

45  Rafael Cruz ; Manuel PérezLedesma, (dir.), Cultura y movilización en la España contemporánea, Madrid, Alianza, 1997, p 26.

46  « El momento actual », Renovación, 1er février 1935:« Los pequeños campesinos que se hayan agobiados de impuestos, donde la mayoría sufren los reveses de tener su trozo de terreno hipotecado, hundidos por la usura, les decimos que su puesto está en las izquierdas […] Campesinos obreros, ante lema clásico de las derechas, hemos de decir: basta ya de tiranías! Viva el Bloque Popular Antifascista, único defensor del pueblo laborioso ».

47  « Tácticas para el futuro », La voz del campesino, 10 décembre 1932: « Transcendentales son los momentos porque pasa nuestra organización, y no menos importancia tiene para ella el hacer que converjan en su seno todos los focos locales que con su rebeldía sienten la necesidad de orientarse en el camino emprendido; focos constituidos en su mayor parte por campesinos […] llevados del sentido natural que el campesino le hizo siempre ser rebelde a todo yugo; amar mucho a la tierra y cuidarla con esmero […] Así el campesino, cansado ya de las mil vejaciones que fue objeto, harto de tanto atropello, hambre y miseria, rompe con actos de sublimes gestas revolucionarias las cadenas que le oprimían […] Él sabe que la posesión de la tierra, punto vital de sus aspiraciones, será un hecho una vez triunfante la Revolución Social ».

48  « Tierra y libertad », cnt, 10 octobre 1933: « Tierra y Libertad es la conjunción armoniosa de dos proposiciones que forman la base fundamental de un nuevo mundo. De un mundo libre de toda suerte de opresiones y tiranías, en que la tierra será para todos y en el que todos podrán disfrutar del producto con que la tierra compensa el generoso riego de sudores que recibe de aquellos que la fecundan con su esfuerzo. He ahí la aspiración y he ahí el más sintético a la vez que el más amplio programa de liberación humana ».

49  « Propaguemos nuestra rebeldía entre los campesinos », cnt, 23 novembre 1932: « Ahora que los campesinos hacen tabla rasa del pasado, que perdieron el respeto a la ley y a la propiedad. Ahora que están en el periodo receptivo, dispuestos a que germina en ellos una semilla que les saque de la miseria y el sometimiento de tantos siglos, inundemos el campo con nuestras propagandas. »

50  Sur les épisodes insurrectionnels, voir Julián Casanova, De la calle al frente. El anarcosindicalismo en España, Barcelone, Crítica, 1997, p. 102-131.

51  Voir Jacques Maurice, El anarquismo andaluz, op.cit., p. 352.

52  Campagne de soutien aux militants incarcérés lancées et soutenues par la fai.

53  cnt, 6 mai 1932: « La Confederación Nacional del Trabajo, en respuesta a las persecuciones y tropelías, realizará la huelga general de protesta. »

54 cnt, 31 mai 1933: « En las cárceles y presidios de la República hay cerca de nueve mil camaradas; es preciso no olvidarlos! Trabajadores, solidaridad para los presos! »

55  Les lectures orales étaient une pratique courante. Voir José Luis GutiérrezMolina, La tiza, la tinta y la palabra. José Sánchez Rosa, maestro y anarquista andaluz (1864-1936), Cadix, Treveris/Libre Pensamiento, 2005, p. 28.

56  cnt, 6 mai 1932, « La represión se extiende. Se impone la necesidad de la revolución social […] Se impone por la misma fuerza de los crímenes de la política […] Trabajadores, basta ya de tanta infamia policíaca, basta ya de tanta ignominia! No consistáis que se atente contra la vida de vuestros hermanos, de vuestros compañeros! »

57  Le terme de « cacique » existe depuis l'époque moderne. Il désigne les notables locaux corrompus qui avaient un poids politique important, notamment dans le milieu rural où ils assuraient leur pouvoir par la pratique du clientélisme.

58  Les dirigeants politiques parlent d'adversaires, leur reconnaissant ainsi une légitimité politique en les incluant dans le concept de peuple. La frontière entre adversaire et ennemi est très nette dans le discours anarchiste, mais se déplace constamment dans ceux des dirigeants et des partis politiques institutionnels.

59  Manuel PérezLedesma, «burguesía», in Diccionario político y social del siglo xx español, op. cit., pp.145-158.

60  « El dilema », Renovación, 6 mars 1933: « Al contrario de los burgueses, nosotros, como proletarios que somos, no podemos desentendernos de la marche general de los acontecimientos actuales. Los apegados a los viejos moldes, los incapaces de adaptarse al moderno ritmo social, los empeñados en sostener a todo trance privilegios que la razón y la justicia niegan, los parásitos, en fin, de la sociedad capitalista, forman un frente de defensa y de ataque contra los trabajadores. […] La burguesía siembra recelos entre los trabajadores para anular los esfuerzos de ellos ». (Souligné par nous)

61  Jacques Rancière, Les noms de l'histoire : essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du xxie siècle », 1992, p. 187-188.

62  Pierre Bourdieu, « Les juristes, gardiens de l'hypocrisie collective », in François Chazel ; Jacques Commaille, Normes juridiques et régulation sociale, Paris, Librarie Générale de Droit et de Jurisprudence, coll. « Droit et Société », 1991.

63 Idem, p. 3.

64 Ibid, p. 3.

65  Joaquín RomeroMaura, « El anarquismo : el caso español », in Joaquín RomeroMaura, La romana del diablo. Ensayos sobre la violencia política en España (1900-1950), Madrid, Marcial Pons, 2000, p. 97.

66  Rafael Cruz, En el nombre del pueblo, op. cit, p. 63.

67  Nous avons constaté que « extrémiste » est le terme employé par l'ensemble des juristes lorsqu'ils se réfèrent aux organisations anarchistes.

68  C’est le cas par exemple de cette affaire instruite en 1932 dans la province de Grenade : il s’agit selon les mots de l’instruction, d’un « vol collectif » réalisé par plusieurs journaliers dont certains comparaissent pour rendre compte de leurs actes. Ils ont volé la quasi-intégralité de la récolte d’olives. Nous sommes face à une action collective d’expropriation. Pourtant, la justice a fragmenté le délit de manière à le présenter comme une série d'actes individuels, jugés un par un. Real Chancillería de Granada, tribunal de première instance du district du Salvador, affaire n° 26 du 13/06/1932, carton 23466.

69  Eduardo GonzálezCalleja, « La dialéctica de las pistolas. La violencia y la fragmentación del poder político en la Segunda República », in Rafael Cruz ;Javier MuñozSoro, (sous la dir.), Culturas y políticas de la violencia. España siglo xx, Madrid, Siete Mares, 2005, p. 101-146.

70  C'est le cas de Miguel Arias Ruiz, un journalier arrêté pour port d’arme illégal. Dans l’instruction, le juge écrit « De campo ». Quand l’accusé prend la parole, il affirme être affilié à « la sociedad de campesinos de la cnt ». Archivo Histórico provincial de Cádiz, tribunal de première instance de Jerez San Miguel, affaire 5659573, 26/08/1935, carton 31984.

71  Arlette Farge, « Penser et définir l'événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », in Terrain, n° 38 « Qu'est-ce qu'un événement ? », mars 2002, p. 4.

72  Miguel Ángel Cabrera, Historia, lenguaje y teoría de la sociedad, op. cit., p. 129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Dolidier, « Les luttes sociales dans les campagnes andalouses : usages et significations du mot campesino de 1931 à 1936 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4298 ; DOI : 10.4000/ccec.4298

Haut de page

Auteur

Arnaud Dolidier

Doctorant, histoire contemporaine, sous la direction de François Godicheau, Université Michel de Montaigne Bordeaux-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org