Navigation – Plan du site
Étude

Argent, valeurs et éthique dans le monde entrepreneurial de l’Espagne des années 1980

Dinero, valores y ética en el mundo empresarial de la España de los ochenta
Chantal Chartier

Résumés

The present study deals with the 1980’s changes in mentality occurring in Spain at a time of economic boom following the country’s entry into the European Economic Union, which was characterised by Felipe González’s socialist government’s neo-liberal policies. This paper aims at analysing potential shifts in attitudes towards money and how resulting new values were being accounted for. References to Spain’s history appearing in the then Minister of the economy Carlos Solchaga’s public announcements or in articles taken from the economic press would concur and give grounds for the country’s economic backwardness and the catch-up phase in Spanish capitalism. Such references, by going beyond Spain’s anti-Calvinist dogmas and into a Catholic interpretation of capitalism –as in Ramiro de Maeztu’s work– can be traced back to Max Weber’s ideas on the spirit of Catholicism and the Protestant ethic.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

dinero, empresa, mentalidades, valores
Haut de page

Notes de l’auteur

Communication prononcée le 18 février 2012, à Créteil, lors de la Journée d’Études Argent et valeur/s de FREELEA, groupe transversal d’IMAGER EA 3958 (Université Paris Est).

Texte intégral

1Les historiens distinguent le temps individuel et le temps social, le temps de l’événementiel et du politique et celui, moins rapide, de l’économie, ou celui, encore plus lent, des mentalités et des comportements. L’histoire des mentalités ou des représentations nous permet en effet d’interroger une société et ses valeurs, voire son éthique. Il faut aussi se demander si les transformations économiques modèlent une société et ses valeurs. Ce qui est ancré sur le long terme historique peut-il être bousculé par de nouvelles valeurs surgies d’une accélération de changements dans la sphère économique ?

  • 1  Felipe González (PSOE) fut président du gouvernement de 1982 à 1996.

2Notre intérêt portera sur les années 1980 et de manière plus précise sur la seconde moitié de ces années marquées par une forte expansion économique. Il nous est loisible d’observer l’émergence de nouvelles représentations quant à la place de l’argent. Nous confronterons l’évolution économique et entrepreneuriale de cette Espagne des années de la post-transition et du felipismo1 avec les mentalités et les nouvelles valeurs qui se mettent en place. L’argent semble acquérir certaines lettres de noblesse, dans une société profondément bouleversée et qui s’interroge sur de nouveaux champs et de nouvelles notions : modernité, européanisation, compétition, travail, valorisation sociale, enrichissement.

3L’année 1975, avec la disparition de Franco, a marqué le début de la Transition, et la décennie 1980 voit l’accélération des profondes transformations politiques, économiques et sociales de l’Espagne. L’arrivée au pouvoir du PSOE et les politiques économiques néolibérales de Felipe González marquent l’entrée de l’Espagne dans un marché mondialisé. Cette période est celle de l’entrée dans la CEE, avec la signature du traité d’adhésion en 1985, prélude à l’apparition d’un cycle économique expansif qui durera jusqu’en 1990. Cette période s’illustre par la forte aspiration pro-européenne des Espagnols, mais aussi par l’impatience du monde des affaires. La prospérité économique allait être au rendez-vous et la Bourse s’envoler. La rentabilité des entreprises privées espagnoles se consolidait et la hausse des actifs passerait de 11,1 % en 1985 à 16,5 % en 1987. La presse économique et financière enregistrait un boom spectaculaire. Une revue économique voit le jour sous le nom de Dinero en 1979 et le journal El Mundo de Pedro J. Ramírez lance en 1989 un supplément économique hebdomadaire Su Dinero, adressé à un vaste public grâce à une formule très accessible. Les modèles sont les revues anglo-saxonnes comme Business Week, Money, Fortune.

4L’économie se financiarise, et l’engouement des Espagnols pour les pages financières consacrées au marché des valeurs et aux courbes de la Bourse ne va plus se démentir. Les annonces publicitaires financières sur obligations, bons et actions mettent en évidence une Espagne en mutation vers la marchandisation et adopte de nouveaux codes culturels. Les valeurs vont s’en trouver bousculées. L’Espagne est alors engagée dans un processus de revalorisation de l’entreprise, de l’homme d’affaires et de son corrélat : mener à bien un projet d’entreprise et gagner de l’argent.

  • 2  Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

5Cette évolution est d’autant plus facilement acceptée qu’un certain nombre de citoyens espagnols bénéficient de la prospérité économique engendrée par l’entrée dans l’Europe. L’«éthique protestante» est en marche, si l’on nous permet de rappeler l’ouvrage célèbre de Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme2, sur lequel nous reviendrons.

6Dans ce contexte se nourrissent différents discours sur l’enrichissement : enrichissement collectif, celui du pays et des entreprises, et enrichissement personnel.

Enrichissement collectif

  • 3  Le taux de croissance de l’UE-15 est de 2,5 % en 1985, mais 2,8 % en 1986 et 1987, 4,2 % en 1988, (...)
  • 4  Carlos Solchaga, licencié en économie en 1966 (Universidad Complutense), et diplômé de Cambridge, (...)

7Nous avons déjà fait allusion au caractère expansif de la période 1985-1990. L’une des caractéristiques de ces années est l’élévation continue du taux de croissance du PIB : de 2,3 % en 1985, il devait passer à 3,3 % en 1986 et à 5,5 % en 1987, se situer à 5,1 % en 1988, puis amorcer une baisse régulière, passant de 4,8 % en 1989 à 3,8 % en 1990. L’Europe des quinze suivait également une courbe ascendante, mais l’Espagne était très nettement au-dessus3. Ce contexte expansionniste, à l’heure où le pays entrait dans la Communauté européenne et dans un marché globalisé, était salué par Carlos Solchaga4, ministre de l’Économie et des Finances de 1985 à 1993 :

  • 5  Carlos Solchaga, El final de la edad dorada, Madrid, Taurus, 1997, p. 132-133.

Con la entrada en la CEE, España ascendió al rango de la primera división de los países industrializados abandonando la periferia de los mismos. A partir de entonces nuestra economía entró en un proceso acelerado de globalización y se convirtió en uno de los focos mundiales de atracción de capitales5.

  • 6  Miguel Boyer fut ministre de l’Économie et des Finances de 1982 à 1985.
  • 7  Les années 1980 et 1990 furent celles d’un retour en force du libéralisme, y compris pour les État (...)

8L’arrivée massive de capitaux en Espagne va de pair avec l’influence grandissante des milieux bancaires, engendrant un lobbying qui s’affirme sous le Ministère de Miguel Boyer6 et perdure sous celui de Carlos Solchaga, même si celui-ci s’emploie à en paraître éloigné. C’est une époque de fusions et acquisitions, de hausse de prix, de hausse d’impôts, de hausse de l’immobilier. Cette époque est aussi marquée par les préoccupations monétaires7. La lutte contre l’inflation reste le principal sujet économique et la force de la peseta inquiète les exportateurs, surtout lorsque l’expansion commence à donner des signes de surchauffe.

  • 8  « Para España, el futuro económico se caracterizará, según Beta Capital, por un crecimiento del 3  (...)

9En 1989, tout n’est que finances : bourse modernisée, caisses d’épargne pouvant désormais sortir du cadre de la communauté autonome, vigueur de la monnaie, endettement et achat immobilier devenu prohibitif par la hausse des taux d’intérêts. La financiarisation et le discours sur les marchés financiers avaient envahi l’environnement des Espagnols. Derrière l’évocation de l’entrée en bourse d’entreprises espagnoles publiques et privées pointait le discours sur l’enrichissement des investisseurs espagnols. La financiarisation frappe au cœur de la société espagnole qui se lance dans les fonds de pensions privés et dans le boursicotage. L’information économique adopte le langage de la vulgarisation pour aider le lecteur à s’aventurer sur le terrain mouvant des opérations boursières. L’investisseur d’entreprise comme le particulier espagnol sont devenus des lecteurs habitués de The Wall Street Journal ou de Financial Times et de leurs avatars espagnols. La presse espagnole glorifiait la rentabilité attendue des actifs espagnols8. Telles étaient les perspectives du monde des affaires à la fin de l’année 1989 en Espagne, qualifié de «pays des merveilles» par l’hebdomadaire britannique The Economist, offrant une haute rentabilité aux actionnaires ( mais comptant encore deux millions et demi de chômeurs, dont plus de 40 % de jeunes (15-24 ans) et plus de 60 % de chômeurs de longue durée).

10Le discours présente l’enrichissement des entreprises de manière largement positive puisqu’il est mis fin à leur endettement et que cela ne constitue en aucune manière, selon certains commentateurs économiques de l’époque, un enrichissement personnel. Le discours valorise les politiques économiques menées afin de permettre que les entreprises renouent avec les bénéfices, afin d’engager des investissements nécessaires dans le contexte de l’entrée dans l’Europe. La question des bénéfices des entreprises devient même taboue face aux exigences de meilleurs salaires, car c’est une politique de modération salariale qui est alors prônée pour limiter l’inflation.

  • 9  José Luis Leal, économiste, a travaillé pour l’OCDE, et devient en 1978 secrétaire d’État auprès d (...)
  • 10  José Luis Leal, « La economía en agosto », in El País Negocios, Madrid, 4-IX-1988, p. 2.

11José Luis Leal9, célèbre chroniqueur économiste, ex-ministre de l’Économie sous les gouvernements de la Transition, démontrait, face à la question des bénéfices des entreprises, que les entrepreneurs ne s’enrichissaient pas personnellement, mais réinvestissaient les bénéfices dans l’entreprise : « […] la mejora de los resultados de las empresas ha planteado la cuestión de si los beneficios son o no excesivos, […] como regla general, la mejora de la rentabilidad ha sido destinada a la consolidación de las propias empresas10 ».

Enrichissement personnel

  • 11  Emilio Botín, de la Banque Santander, est déjà un homme d’affaires influent et il vient alors de l (...)
  • 12  Mario Conde est le banquier de Banesto, en pleine ascension, mais qui, plus tard, sera accusé de d (...)
  • 13  Mariano Rubio, gouverneur de la Banque d’Espagne, aura également quelques soucis avec la justice e (...)
  • 14  Albert Montagut, « Champú y dólares », in El País Negocios, Madrid, 11-IV-1987, p. 12.

12Pourtant, c’est la richesse qui s’affiche de plus en plus dans cette Espagne felipista. C’est bien cette image que véhicule la presse de l’époque à travers les annonces publicitaires. Les annonces de voyages haut de gamme (safaris, «safari d’hiver» à Salzbourg, chalets de luxe) fleurissent, tout comme les annonces de mode distillées par les marques internationales de luxe et par les entreprises espagnoles de ce nouveau secteur de la mode en pointe (fourrures Dior, parfum Cacharel, défilés de mode). Les annonces de restaurants gastronomiques, ou vantant caviar et cava à Noël, côtoient les annonces de produits de haute technologie. Les signes de richesse sont bien là et révèlent la qualité de vie d’une nouvelle élite socio-économique hédoniste. Ministres de l’Économie, grands entrepreneurs, banquiers et financiers sont alors à la une de tous les journaux. C’est l’époque de la gente bonita o beautiful people dans les médias. On observe la starisation d’hommes d’affaires et de financiers comme Emilio Botín11, Mario Conde12, Mariano Rubio13. La presse étale la success story de jeunes entrepreneurs du secteur de la mode devenus millionnaires, comme José Barroso, le créateur de l’entreprise Don Algodón, ou Adolfo Domínguez, fondateur de l’entreprise du même nom, dont le slogan la arruga es bella avait fait le tour de l’Espagne et du monde. Le coiffeur Llongueras, qui avait aidé Salvador Dalí à confectionner la perruque de Mae west, était à l’origine d’une chaîne de magasins, et la presse économique encensait son parcours sous le titre « Champú y dólares14 ».

  • 15  Alberto Valverde, « Directivos de 25 millones », in El País Negocios, Madrid, 1-XI-1987, p. 11.
  • 16  « Sueldos millonarios », in El País Negocios, Madrid, 24-IV-1988, p. 8.

13Ces individus enrichis et présentés comme des créateurs de richesse font la une de tous les journaux. La forte demande de cadres de direction avait également provoqué une hausse des salaires des nouveaux managers (« Directivos de 25 millones15 »). L’internationalisation poussait à la comparaison avec les rémunérations des managers des autres pays, en particulier des États-Unis et de ses vedettes du management comme Lee Iacocca (« Sueldos millonarios16 »).

14Le changement de mentalité était palpable avec la publication de la biographie de Lee Iacocca en Espagne qui fut un best-seller, révélant le climat propice aux affaires qui s’était développé dans le pays, et illustrant la reconnaissance de l’enrichissement acquis par l’entrepreneur ou manager. La publication d’ouvrages de ce type s’était accrue à grande vitesse, célébrant les Rockfeller, Onassis, et autres fortunes.

  • 17  Jesús Cacho, « La eclosión Mario Conde », in El País Negocios, Madrid, 4-IV-1987, p. 1.
  • 18 Idem.

15Mario Conde, qui deviendra leader de la banque Banesto, et fondateur de la MBS, Madrid School Business (appelée aussi la Mario School Business), figurait parmi les symboles de cette nouvelle génération et faisait figure de modèle pour tous les Espagnols lorsque la presse titrait : « Todos somos Mario Conde17 ». Certains formulaient même le jugement suivant : « […] todo español que se precie sueña con ser banquero. El hijodalgo ibérico, tan orgulloso de su limpieza de sangre, tan poco calvinista, sólo piensa en cómo sacar a la luz el judío prestamista que lleva dentro18 ».

L’imaginaire espagnol convoqué

16L’imaginaire espagnol est convoqué, mais pour mieux valoriser la quête de l’argent. L’Espagne de Charles Quint et de Philippe II, celle de la lutte contre la Réforme et de la pureté de sang, avait profondément ancré le pays dans une vision anti-calviniste, mais le commentateur réhabilite la figure du converso (juif converti au catholicisme) au travers de la référence au «créancier juif» qui dort en chaque Espagnol.

17Gagner de l’argent, devenir riche et afficher cette richesse, était-ce là le nouveau credo ? La richesse jusqu’alors avait été l’apanage des grandes familles issues de la noblesse ou de la bourgeoisie commerciale et industrielle et il n’était certes pas de bon goût d’étaler sa richesse. L’entrepreneur espagnol était encore réticent à étaler sa fortune de peur d’apparaître comme un exploiteur, selon les propos d’un commentateur économique des années 1980 :

  • 19  Joaquín Estefania, « Los más ricos », in El País Negocios, Madrid, 12-IX-1987, p. 1.

Todavía a estas alturas, la mayor parte de los empresarios españoles, o no tiene pedigrí para que su experiencia sea contada, o huyen de las biografías y de la publicidad como del SIDA ; su temor a ser presentados más como explotadores que como emprendedores puede más que la vanidad –muchas veces legítima– que obtendrían al ser interpretados a través de la letra impresa19.

18L’auteur tentait ensuite d’expliquer le sentiment espagnol, et de justifier le fait qu’il est de la nature humaine de souhaiter s’enrichir, en partant du point du vue du célèbre essai de Max Weber sur l’éthique protestante :

  • 20 Idem.

Los ricos españoles comparten en secreto las palabras de Max Weber, pero no se atreven a defenderlas en público. En La ética protestante y el espíritu del capitalismo, Weber escribe : «Afán de lucro : tendencia a enriquecerse, sobre todo a enriquecerse monetariamente en el mayor grado posible, son cosas que nada tienen que ver con el capitalismo. Son tendencias que se encuentran por igual en los camareros, los médicos, los cocheros, los artistas, las cocottes, los funcionarios corruptibles, los jugadores, los mendigos, los cruzados : en all sorts and conditions of men, en todas las épocas y en todos los lugares de la tierra, en toda circunstancia que ofrezca una posibilidad objetiva de lograr una finalidad de lucro»20.

  • 21 Idem., p. 3.

19Le commentateur économique n’hésitait pas à adopter un ton provocateur et à piquer au vif les entrepreneurs timorés, en comparant ceux-ci à des fonctionnaires fuyant le risque. Il n’y a pas de honte à être riche, puisque c’est un enrichissement fondé naturellement sur la fonction d’entrepreneur : « La alergia de los empresarios españoles que se han enriquecido a enseñar la naturalidad de su función en un sistema de economía de mercado tiene mucho que ver con el miedo al riesgo de muchos ciudadanos que prefieren ser funcionarios21 ».

20Pour comprendre cette mentalité espagnole, le détour par l’histoire religieuse de l’Espagne était nécessaire, mais il fallait dépasser ces blocages :

  • 22  Joaquín Estefanía, « Los más ricos », art. cit., p. 3.

«Ya los españoles sabían», decía Weber a principios de siglo, que la herejía favorecía el espíritu comercial». La herejía fue el calvinismo, perseguido en nuestro país como uno de los grandes anatemas. Siendo España una zona católica por excelencia, el espíritu del capitalismo se alejó de nuestras tradiciones ; al ser considerado el trabajo como la penitencia del pecado original de nuestros primeros padres, su fruto pertenecía al terreno de lo plano, de lo consustancial. En la ética protestante, por el contrario, la riqueza generada por el trabajo es una bendición del cielo22.

  • 23  Joaquín Estefanía, après avoir été responsable de la section économique de Cuadernos para el Diálo (...)
  • 24  Joaquín Estefanía, « Los más ricos », art. cit., p. 1.

21Ce débat traverse l’imaginaire espagnol. Gagner de l’argent commençait à ne plus être considéré comme un péché social, comme l’expliquait très pertinemment Joaquín Estefanía23, qui montrait aussi que l’apparition d’un nouvel entrepreneur espagnol cessait peu à peu d’être un événement, en liant clairement ce phénomène à la période du felipismo :« Sin embargo, la situación está cambiando ; poco a poco, ganar dinero está empezando a dejar de ser un pecado social. Se está quebrando la rotunda sentencia de Balzac de que 'tras cada fortuna hay un crimen'24 ».

La quête de la modernité libérale

22Les romans de Balzac avaient illustré l’enrichissement et l’avidité de la nouvelle bourgeoisie du xixe siècle. Le journaliste économique et directeur de El País rejette cette vision erronée selon laquelle chaque fortune «cache un crime».

  • 25  Joaquín Estefanía ; Félix Monteira, « Yo soy socialdemócrata, que quede claro », in El País Negoci (...)

23L’Espagne des années 1980 est une Espagne qui court après la modernité et le libéralisme du xixe siècle européen. Les hommes politiques et économiques des années 1980 ont le sentiment de parachever un cycle largement interrompu dès les années trente. C’est ce que disait le ministre de l’Économie de Felipe González, Carlos Solchaga : « ¿Qué es ? ¿Es la revolución burguesa del siglo xix traspasada al xx ? Pues es posible. En todo caso, eso es parte del programa de cualquier Gobierno progresista, y de éste lo es25 ».

24Solchaga présentait la politique socialiste comme l’accomplissement, avec retard, du vieux rêve libéral, freiné historiquement par les politiques économiques antérieures, trop fondées sur le protectionnisme et qui avaient empêché la modernisation. Le gouvernement socialiste menait à terme la révolution bourgeoise du xixe siècle avortée, ce qui pour lui était à même de revêtir un caractère progressiste.

  • 26  Cit. in Victoria Prego, Presidentes. Veinticinco años de historia narrada por los cuatro jefes de (...)

25Le même Solchaga affirmait face à un public d’entrepreneurs, le 4 février 1988, lors de l’assemblée de l’APD (Asociación para el Progreso de la Dirección) :« Éste es el país donde se puede ganar más dinero a corto plazo de toda Europa, y quizá uno de los países donde se puede ganar más dinero de todo el mundo26 ».

  • 27  Selon Gabriel de Broglie, biographe de Guizot, les deux mots célèbres proviendraient d'une déclama (...)

26Ces propos semblaient rejoindre le célèbre « Enrichissez-vous27 » de Guizot, protestant et ministre de Louis-Philippe. Les partisans de Guizot en rajoutèrent en transformant ces propos en : « Enrichissez-vous par le travail, par l’épargne et la probité », vision idéalisée de l’enrichissement défendu par la bourgeoisie française du xixe siècle, résultat d’un effort, et non de malversations ou de la spéculation.

27L’Espagne a vu également le courant libéral, certes avec quelques difficultés, s’affirmer dans la seconde moitié du xixe siècle, en particulier par la vente des biens de l’Église, mais tout cela profite à une petite minorité issue de la noblesse et de la bourgeoisie d’affaires. L’Espagne d’Isabelle II voit s’épanouir banquiers, financiers, spéculateurs de tout genre, s’enrichissant grâce à la construction du chemin de fer et des spéculations monétaires, ou encore à l’exploitation des mines, mais ce sont les Français ou les Anglais qui en tirent profit au premier chef. Au début du xxe siècle, la révolution libérale, du point de vue économique, n’a fait que commencer en Espagne. Cette Espagne n’est que l’ombre de l’Europe, ce que comprendront les intellectuels de la Génération de 1898. L’un d’entre eux s’interrogea aussi sur l’argent et sur l’enrichissement : Ramiro de Maeztu, qui fut journaliste économique à ses heures.

Une éthique de l’enrichissement

  • 28  Articles publiés entre 1925 et 1926 dans El Sol, journal d’Ortega y Gasset et d’Urgoiti, La Prensa(...)
  • 29  José Alsina Calvés, « Ramiro de Maeztu y la formulación del capitalismo católico », in La razón hi (...)
  • 30  Werner Sombart (1863-1941), économiste, sociologue et historien allemand. Il enseigna à l’École su (...)
  • 31  Max Weber (1864-1920), sociologue allemand dont les travaux sont à la base de la sociologie modern (...)

28Un certain nombre d’articles de Ramiro de Maeztu, écrits entre 1925 et 192628, ont été regroupés sous le titre El sentido reverencial del dinero. José Alsina Calvés29, qui a analysé ces articles, évoque l’influence de Werner Sombart30 et de Max Weber31. Il montre que le modèle économique prôné par Maeztu, selon le modèle du «capitalisme catholique» tel qu’on l’a appelé, intègre les théories de Sombart et de Weber. On parle à propos de Maeztu d’une lecture catholique de Max Weber.

  • 32  Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, [1905], Paris, Plon, 1964.

29Alsina Calvés rappelle également l’influence exercée par les théories du Nord-américain Thomas N. Carver (1865-1961) sur la pensée de Maeztu. Carver, économiste à Harvard, défend la thèse selon laquelle le capitalisme doit conduire au bien-être humain, si aucun frein politique ne vient déranger cette évolution naturelle. Maeztu croit au bien-être social fondé sur des principes libéraux : initiative dans le travail et répartition juste des bénéfices. L’influence des deux théoriciens allemands Sombart et Weber, en plus de celle de Carver, s’avère décisive pour construire sa lecture catholique du capitalisme. Il fut sans doute leur premier lecteur espagnol et celui qui introduisit cette pensée en Espagne, selon Alsina Calvés. Ces deux auteurs, dans leur étude du capitalisme, ont été amenés à l’aborder du point de vue d’une éthique très influencée par la religion. Maeztu retiendra de Sombart que capitalisme et catholicisme ne s’opposent pas. Mais ce sont surtout les idées de Max Weber qui vont influencer Maeztu, Weber selon lequel l’éthique protestante a favorisé le développement du capitalisme32. Pour le calviniste, plaire à Dieu ne passe pas par l’ascèse hors du bruit mondain, mais par le travail quotidien, par la mission qui permet à chacun de se reconnaître comme l’élu de Dieu et l’enrichissement en est une manifestation. L’austérité du mode de vie puritain et l’épargne engendrent l’accumulation du capital, et cette éthique sociale s’avère de ce fait particulièrement favorable au développement du capitalisme.

  • 33  «Hay un problema moral en la inversión de dinero. No es indiferente que se gaste de un modo u otro (...)

30Maeztu partage cette vision d’une harmonisation entre économie et morale, mais il conteste que cela procède uniquement d’une éthique puritaine. Il pense qu’une telle morale est compatible avec la culture catholique. Il distingue la valeur sensuelle accordée à l’argent (el sentido sensual del dinero), au travers des biens et plaisirs que l’on peut acquérir, et qu’il accepte comme l’expression de l’homme naturel, de la valeur honorable (el sentido reverencial), qui, pour lui, est acceptable pour un catholique, si l’argent est bien employé33. Et lorsqu’on lui reproche de céder à la doctrine protestante, il rétorque que son Pays basque s’est enrichi, comme la Catalogne ou le Pays valencien, ou comme Gênes, qui n’en sont pas moins des régions très pieuses. L’argent est le produit du travail et il est honorable si son emploi est conforme à une certaine éthique. Au fond, du côté du protestant, le travail et l’enrichissement sont le signe de la grâce de Dieu, et du côté du catholique, c’est une bonne œuvre. Dans les deux cas, chacun gagne le salut de son âme et l’on participe au développement capitaliste supposé apporter le bien-être. Finalement les idées de Weber ont fait leur chemin à leur manière en Espagne. Et le monde de l’entreprise doit s’enrichir en respectant une certaine éthique qui, pour les entrepreneurs, doit se traduire par responsabilité sociale et réinvestissement des bénéfices pour augmenter le capital.

  • 34  « ¿Cómo actúan económicamente con respecto al Opus Dei estos miembros que montan su propia empresa (...)

31La lecture catholique de l’enrichissement a traversé aussi les penseurs de l’Opus Dei, pour qui l’on peut atteindre la spiritualité tout en restant dans le monde et en accomplissant ses devoirs familiaux et sociaux. L’on sait le rôle économique qu’ont joué les technocrates de l’Opus Dei pour sortir l’Espagne de l’autarcie franquiste et libéraliser peu à peu le pays à la fin des années cinquante, et l’Œuvre n’a pas échappé non plus à quelques scandales financiers. Et même si un membre de l'Opus prononce un vœu de pauvreté, l’enrichissement par le travail et la création d’une entreprise est chose naturelle. Le membre de l’Opus Dei reverse une partie de ses gains à l’Œuvre, et garde le reste pour ses besoins personnels, mais aussi pour l’épargne et le réinvestissement dans l’entreprise ou dans d’autres projets34.

Argent et travail

32L’argent est honorable s’il est issu du travail personnel, de l’effort, de l’initiative individuelle, et si on le réinvestit avec conscience dans le bien-être collectif. Cette valorisation du travail et de la conscience est valable autant pour l’entrepreneur que pour le travailleur. L’enrichissement n’est pas condamnable, mais l’affirmation d’une éthique s’impose.

33Ainsi s’enrichir est respectable, mais pas par le trafic d’influence, la malversation ou la corruption. Les scandales financiers de la fin de l’ère felipista montrèrent que certains avaient dépassé les limites au point d’avoir maille à partir avec la justice. Ce que l’on dénoncera comme la cultura del pelotazo, l’enrichissement facile, ne correspondait pas au discours fondé sur le travail, l’effort, ou l’initiative privée, surtout quand les difficultés sociales commenceraient à toucher de plus en plus d’Espagnols. Des entrepreneurs vedettes comme Mario Conde ou Javier de la Rosa redescendirent alors de leur piédestal. La culture de l’enrichissement facile, après une phase de fascination de l’opinion publique, heurta l’éthique collective espagnole et fut condamnée. La trop grande complaisance du pouvoir socialiste face à certains comportements entrepreneuriaux, tout comme l’acceptation trop passive de l’économie souterraine et d’un chômage élevé, devenait problématique. Le gouvernement socialiste fut directement mis en cause par ses adversaires comme l’instigateur d’une telle culture, ce qui fut un des facteurs de sa chute en 1996. La journaliste Victoria Prego rappelle que les propos tenus par Solchaga le 4 février 1988, dans sa conférence prononcée lors de l’assemblée des entrepreneurs de l’APD (Asociación para el Progreso de la Dirección) et évoquée plus haut, lui seront reprochés plus tard :

  • 35  Victoria Prego, Presidentes. Veinticinco años de historia narrada por los cuatro jefes de Gobierno (...)

Esta intervención de Solchaga le será reprochada porque en opinión de los críticos al gobierno, cuyo número crece imparablemente, sus palabras han estimulado la búsqueda de dinero fácil y del negocio rápido y la falta de escrúpulos. El clima económico financiero, y empresarial que, efectivamente, se instala en el país en los años siguientes, junto con la aparición de la « gente guapa » o beautiful people », que se mezcla y relaciona con los más importantes dirigentes del PSOE, va a acabar dibujando un panorama nacional propiciado por el gobierno socialista que envolverá a éste y acabará sumiendo a los dirigentes de su partido en el descrédito bajo la sospecha de alta corrupción35.

  • 36  Joan Martínez-alier ; Jordi Roca Jusmet, « Economía política del corporativismo en el Estado españ (...)
  • 37  Le Monde Economie, Paris, 24-I-2012, p. 4.

34Le sociologue espagnol Víctor Pérez-Díaz pointait l’absence d’une éthique protestante comme cause du retard économique espagnol : « La cultura española careció de dos importantes procesos históricos : la reforma protestante y la ciencia empírica, los cuales en gran medida habían forjado el espíritu de Gran Bretaña y el continente europeo en los tiempos modernos36 ».Pourtant, peu à peu, la lecture catholique de l’enrichissement s’est aussi frayé une voie dans une Espagne en quête d’une européanisation libérale. Les mentalités ont évolué et les Espagnols, qu’ils soient catholiques (et ils le sont majoritairement) ou non, se sont désinhibés dans leur rapport à l’argent. La réussite sociale et l’enrichissement individuel font partie des valeurs reconnues en Espagne. Gagner de l’argent est fort honorable. L’imaginaire collectif espagnol a dépassé les blocages dus à des siècles d’éthique catholique. Afficher de hauts salaires fait partie de la nouvelle valorisation sociale. Du point de vue des valeurs, de récentes enquêtes internationales sur le travail soulignent l’importance accordée par les Espagnols au travail et à l’argent. Selon le résultat des enquêtes « European Values Surveys » (EVS) de 2008 et « International Social Survey Programme » (ISSP) de 200537, au niveau européen, les Espagnols arrivent en seconde position, derrière les Français, pour l’importance accordée au travail et 61,1 % des Espagnols jugent très important d’avoir un revenu élevé, face à seulement 22,4 % pour les Français, 15,9 % pour les Anglais et 15,4 % pour les Allemands. C’est un écart considérable qui révèle à quel point gagner de l’argent par le travail est devenu une valeur essentielle pour l’Espagnol du xxie siècle, loin de l’image, éreintée par Cadalso dans ses Cartas marruecas, puis Larra au début du xixe siècle, de l’Espagnol revendiquant la noblesse et méprisant le travail.

  • 38  Anselm Jappe, « L’argent est-il devenu obsolète ? Un fétiche en voie de dévalorisation », in Le Mo (...)

35Sans doute l’argent existe-t-il depuis l’aube des temps, mais il a envahi le quotidien des Espagnols comme celui des autres Européens. « Ce n’est que dans les dernières décennies que nous sommes arrivés au point que presque chaque manifestation de la vie passe par l’argent et que l’argent se soit infiltré dans les moindres recoins de l’existence individuelle et collective38 », écrit le philosophe Anselm Jappe, théoricien de la valeur. Pourtant face à la crise financière que traversent les pays européens, celui-ci s’interroge sur « un fétiche en voie de dévalorisation » : « Un écroulement partiel du système financier nous confrontera avec les conséquences du fait que nous nous sommes consignés, mains et poings liés, à l’argent, en lui confiant la tâche exclusive d’assurer le fonctionnement de la société. » Pour l’heure cependant, nous semble-t-il, l’argent dans nos sociétés est loin d’être une valeur en déshérence et les Espagnols, en 2012, paient chèrement leur mimétisme européen. Mais ceci est un autre débat.

Haut de page

Notes

1  Felipe González (PSOE) fut président du gouvernement de 1982 à 1996.

2  Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

3  Le taux de croissance de l’UE-15 est de 2,5 % en 1985, mais 2,8 % en 1986 et 1987, 4,2 % en 1988, 3,5 % en 1989 et 3 % en 1990. Source :Sonia Piedrafita ; Federico Steinberg ; Ignacio Torreblanca, Veinte años de España en la Unión Europea, Madrid, Real Instituto Elcano y Parlamento Europeo, 2006, p. 19.

4  Carlos Solchaga, licencié en économie en 1966 (Universidad Complutense), et diplômé de Cambridge, travailla comme économiste au service des études de la Banque d’Espagne (1967-1974 et 1975-1976). Il obtint son premier siège de député du PSOE en 1980. Avant de devenir ministre de l’Économie et des Finances en 1985, il fut ministre de l’Industrie et de l’Énergie et mena la reconversion des secteurs industriels.

5  Carlos Solchaga, El final de la edad dorada, Madrid, Taurus, 1997, p. 132-133.

6  Miguel Boyer fut ministre de l’Économie et des Finances de 1982 à 1985.

7  Les années 1980 et 1990 furent celles d’un retour en force du libéralisme, y compris pour les États partisans du maintien d’une certaine politique sociale et du modèle de l’État providence. Les idées monétaristes inspirées de Milton Friedman étaient prégnantes. Les politiques économiques dites de droite ou dites de gauche tendaient à se ressembler, qu’elles soient néolibérales ou néo-corporatistes. L’Espagne de Felipe González cherchait à se rapprocher du modèle des socialistes allemands alors que celui-ci se modifiait et s’adaptait aux marchés.

8  « Para España, el futuro económico se caracterizará, según Beta Capital, por un crecimiento del 3 % en 1990, 3,3 % en 1991 y 3,5 % en 1992. La inflación no será inferior en los tres años al 6 %. Los beneficios medios por acción serán en los mismos años del 15 %, 13 %, y 12 % », in« Más y mejor », in El País Negocios, Madrid,19-XI-1989, p. 28.

9  José Luis Leal, économiste, a travaillé pour l’OCDE, et devient en 1978 secrétaire d’État auprès de Martorell, alors ministre des Affaires économiques. Il devient lui-même ministre entre 1979 et 1980.

10  José Luis Leal, « La economía en agosto », in El País Negocios, Madrid, 4-IX-1988, p. 2.

11  Emilio Botín, de la Banque Santander, est déjà un homme d’affaires influent et il vient alors de lancer les comptes rémunérés, qui vont lui apporter célébrité et rentabilité. Il est le futur président de BSCH (Banco Santander Central Hispano), une des deux plus grandes banques espagnoles de renommée internationale (actuellement connue sous le nom de Santander).

12  Mario Conde est le banquier de Banesto, en pleine ascension, mais qui, plus tard, sera accusé de détournement de fonds et condamné.

13  Mariano Rubio, gouverneur de la Banque d’Espagne, aura également quelques soucis avec la justice et sera accusé d’enrichissement illégal et suspecté de fraude fiscale et de délit d’initié dans l’affaire Ibercop.

14  Albert Montagut, « Champú y dólares », in El País Negocios, Madrid, 11-IV-1987, p. 12.

15  Alberto Valverde, « Directivos de 25 millones », in El País Negocios, Madrid, 1-XI-1987, p. 11.

16  « Sueldos millonarios », in El País Negocios, Madrid, 24-IV-1988, p. 8.

17  Jesús Cacho, « La eclosión Mario Conde », in El País Negocios, Madrid, 4-IV-1987, p. 1.

18 Idem.

19  Joaquín Estefania, « Los más ricos », in El País Negocios, Madrid, 12-IX-1987, p. 1.

20 Idem.

21 Idem., p. 3.

22  Joaquín Estefanía, « Los más ricos », art. cit., p. 3.

23  Joaquín Estefanía, après avoir été responsable de la section économique de Cuadernos para el Diálogo et rédacteur en chef du quotidien économique Cinco Días, entre à El País à partir de mai 1981. Il est rédacteur en chef de la section «Économie et Travail» du journal et sous-directeur de l’édition dominicale à partir de 1987. Il dirige El País de 1988 à 1993. En 1993, il devient directeur des publications du groupe PRISA.

24  Joaquín Estefanía, « Los más ricos », art. cit., p. 1.

25  Joaquín Estefanía ; Félix Monteira, « Yo soy socialdemócrata, que quede claro », in El País Negocios, Madrid, 28-XII-1985, p. 4.

26  Cit. in Victoria Prego, Presidentes. Veinticinco años de historia narrada por los cuatro jefes de Gobierno de la democracia, Barcelona, Plaza & Janés, 2000, p. 270.

27  Selon Gabriel de Broglie, biographe de Guizot, les deux mots célèbres proviendraient d'une déclamation devant la Chambre des députés, le 1er mars 1843 : « affermissez vos institutions, éclairez-vous, enrichissez-vous, améliorez la condition morale et matérielle de notre France ».

[http://www.herodote.net/citations/citations.php?nom=Guizot] [consulté le 11/2/2012]

28  Articles publiés entre 1925 et 1926 dans El Sol, journal d’Ortega y Gasset et d’Urgoiti, La Prensa de Buenos Aires, et dans El País et El Mundo, journaux de La Havane de la même époque.

29  José Alsina Calvés, « Ramiro de Maeztu y la formulación del capitalismo católico », in La razón histórica, n°16, 2011 [10-26], Instituto de Estudios Históricos y Sociales.

[http://www.revistalarazonhistorica.com/16-3/#_ftn1] [consulté le 9/2/2012]

30  Werner Sombart (1863-1941), économiste, sociologue et historien allemand. Il enseigna à l’École supérieure de commerce de Berlin (à partir de 1906), puis à l’Université de Berlin (à partir de 1917).

31  Max Weber (1864-1920), sociologue allemand dont les travaux sont à la base de la sociologie moderne (importance des facteurs culturels et des mentalités collectives) et auteur de l’œuvre fondamentale L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme (1905).

32  Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, [1905], Paris, Plon, 1964.

33  «Hay un problema moral en la inversión de dinero. No es indiferente que se gaste de un modo u otro. No es lo mismo comprarse caramelos de limón que poner la peseta en una Caja de Ahorros o darla de limosna a un pobre (XV, 13). », cit. in José Alsina Calvés, « Ramiro de Maeztu y la formulación del capitalismo católico », op. cit., p. 19.

34  « ¿Cómo actúan económicamente con respecto al Opus Dei estos miembros que montan su propia empresa? Crean esa empresa –que es suya, no del Opus Dei– resolviendo los mismos problemas que todos. Conozco a varios empresarios jóvenes y he podido constatar que la suya es una profesión realmente difícil y arriesgada en los tiempos que corren. Pensemos por ejemplo, en una mujer joven, numeraria del Opus Dei, que ha terminado sus estudios de Empresariales en la Universidad y desea montar una empresa. Hará lo que tantos jóvenes del mundo: pedir créditos comerciales, préstamos familiares, buscar inversores, socios, etc. entre sus amigos y conocidos, entre personas de su personal confianza, evitando siempre cualquier manifestación de favoritismo (como la que denotaría emplear a una persona del Opus Dei, por el simple hecho de serlo: si la contrata debe ser por razones estrictamente profesionales). Si esa joven empresaria triunfa, es un triunfo estrictamente suyo, lógicamente; si fracasa en su empresa, es un fracaso suyo; si tiene problemas de cualquier tipo, es ella la única responsable. (Todo esto es bastante obvio, pero en la vida hay que recordar muchas veces lo obvio). En el caso de los miembros numerarios, cuando tienen una empresa personal, suelen asignarse un sueldo acorde al negocio que tengan y ésa es la cantidad de dinero que entregan a la Obra (una vez deducidos sus gastos personales, etc.). Con el resto del dinero hacen lo que quieran: constituyen reservas, invierten en nuevos productos, etc. »,

[http://www.conelpapa.com/quepersigue/opusdei/pobreza.htm] [consulté le 12/2/2012]

Cet extrait est tiré du site http://www.conelpapa.com/, créé en 2003 à l’occasion de la venue du pape Benoît XVI en Espagne, et géré par José Miguel Cejas, ancien professeur des Sciences de l’information (pour en savoir plus, voir http://www.conelpapa.com/quienes.htm). Ce site est en lien avec le site catholic.net (voir http://www.catholic.net/index.php?option=aboutus).

35  Victoria Prego, Presidentes. Veinticinco años de historia narrada por los cuatro jefes de Gobierno de la democracia, Barcelona, Plaza & Janés, 2000, p. 270.

36  Joan Martínez-alier ; Jordi Roca Jusmet, « Economía política del corporativismo en el Estado español », in Revista española de investigaciones sociológicas, n° 41, C.I.S., Madrid, 1988, p. 27.

37  Le Monde Economie, Paris, 24-I-2012, p. 4.

38  Anselm Jappe, « L’argent est-il devenu obsolète ? Un fétiche en voie de dévalorisation », in Le Monde, Paris, 1-XI-2011, p. 17. Anselm Jappe est spécialiste de l’œuvre de Guy Debord. Il est l’auteur de Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur (Denoël, 2003) et Crédit à mort (Lignes, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Chartier, « Argent, valeurs et éthique dans le monde entrepreneurial de l’Espagne des années 1980 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4277 ; DOI : 10.4000/ccec.4277

Haut de page

Auteur

Chantal Chartier

Maître de conférences, civilisation espagnole contemporaine, Université Paris Est Créteil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org