Navigation – Plan du site
En amont, en aval de la Guerre Civile espagnole
Études présentées par des membres de l'association «Adelante»

Introduction

Introducción
Célia Keren

« Adelante » est une association de jeunes chercheurs non titulaires inscrits en master, doctorat et post-doctorat de lettres et sciences humaines et sociales, travaillant autour de la guerre civile espagnole et ses effets sur le monde au xxe siècle. L’association s’est constituée en 2009 autour d’un double constat. Tout d’abord, les études sur cette thématique sont éparpillées et trop souvent cloisonnées selon les lignes disciplinaires. Alors qu’elle constitue, en France, un objet d’étude classique pour les hispanistes, ceux qui s’y intéressent dans les départements d’histoire, sociologie, anthropologie, philosophie, sciences politiques ou encore musicologie se trouvent bien souvent isolés. De même, alors que la guerre civile est un thème omniprésent, voir obsédant dans les départements d’histoire espagnols, il reste assez marginal hors de l’Espagne. Un partage des savoirs semblait donc scientifiquement profitable à tous. Ensuite, comme son nom l’indique, cette association parie sur l’idée que l’échange et l’entraide entre pairs peuvent être des atouts puissants pour « aller de l’avant », dans un monde universitaire fortement compétitif et dont tous ne connaissent pas les codes. Un espace de l’entre soi permettrait une solidarité et une liberté absolue et sans complexe dans le dialogue.

Très tôt, les Cahiers de Civilisation Espagnole Contemporaine nous ont fait confiance. Dans le n° 6 du printemps 2010, ils acceptaient d’annoncer notre création dans leur rubrique « vie scientifique ». Ils ont également publié de nombreux comptes rendus de mémoires de master de nos membres. L’élaboration d’un dossier spécial composé d’articles de recherche est un projet que nous avons porté dès les premiers jours de cette collaboration. Sa publication dans cette nouvelle livraison des CCEC est le signe du soutien de cette revue à la jeune recherche sur l’Espagne contemporaine. Les cinq articles de ce dossier constituent un échantillon représentatif de la diversité des thématiques, des disciplines et des approches théoriques représentées dans l’association « Adelante ».

Ouverture thématique

Alors que la guerre d’Espagne est le point d’ancrage de notre communauté de jeunes chercheurs, aucun article ne traite spécifiquement du conflit. Du point de vue chronologique d’abord, seule la contribution d’Allison Taillot porte, partiellement d’ailleurs, sur la période 1936-1939 – elle propose en fait un arrêt sur images sur les années 1932, 1934 et 1937. La période de la Seconde République est également traitée par Arnaud Dolidier, tandis que les trois autres auteurs s’intéressent à l’après-guerre : l’année 1939 pour Bárbara Ortuño Martínez, la Seconde Guerre mondiale pour Diego Gaspar Celaya et le second xxe siècle à partir de 1950 pour Aurélie Denoyer.

Du point de vue thématique ensuite, si la guerre civile est toujours présente, de biais, comme point de départ ou horizon, aucun article n’aborde les questions les plus classiques soulevées par le conflit – l’aide militaire aux deux parties en présence, les relations diplomatiques et la non-intervention, les luttes politiques internes à la République, la violence et la répression dans les deux camps, la mobilisation idéologique ou les transformations socio-économiques dans le camp républicain. Seul Arnaud Dolidier aborde deux questions classiques de l’historiographie espagnole – le mouvement social paysan andalou et les rivalités entre socialistes et anarchistes – mais à travers un point d’entrée original. S’éloignant de l’étude des relations socioéconomiques en soi, il observe le monde social à travers les usages et les appropriations politiques de la catégorie « campesino ». À partir de ce poste d’observation, il montre que la conceptualisation des relations sociales (en termes de classes, par exemple) et les identités collectives sont au cœur de luttes de pouvoir entre instances normatives (par exemple, les institutions judiciaires) et groupes contestataires (syndicats et partis de gauche). Le politique est également l’objet principal de l’article d’Allison Taillot sur l’engagement des intellectuels. À travers la trajectoire du couple formé par Rafael Alberti et María Teresa León et leurs voyages en URSS, elle analyse les manifestations institutionnelles de l’engagement (associations, revues, congrès d’artistes et d’intellectuels), les circulations des hommes, des femmes et des idées dans une Europe artistique et culturelle globalisée, et enfin les rapports entre culture et diplomatie. La question de l’exil d’après-guerre est bien représentée dans les trois autres contributions. L’article de Bárbara Ortuño Martínez s’intéresse à l’exil de 1939 en Argentine – un cas dont l’importance est souvent sous-estimée par rapport à la France et au Mexique. À travers l’étude pointue de la traversée d’un bateau, le Massilia, à la fin de l’année 1939, elle cherche à tirer tous les fils du processus migratoire. Dans un article en forme de kaléidoscope, elle noue ensemble l’expérience subjective et physique d’une traversée non exempte de dangers, les réglementations migratoires du pays d’accueil, les échos de la guerre d’Espagne en Argentine, et les stratégies des individus exilés. Pour autant, la raison historique laisse toujours de l’espace à la part de hasard de toute histoire, plus encore en ce moment troublé qu’est le début de la Seconde Guerre mondiale. Les années 1939-1945 sont également au cœur de l’article de Diego Gaspar Celaya, qui présente un panorama et une discussion de l’historiographie sur la participation des Espagnols réfugiés à la Résistance intérieure française. Outre un état des lieux dans les règles de l’art, il propose également une réflexion sur les relations entre histoire et mémoire dans l’élaboration historiographique d’un objet. En effet, la participation espagnole dans la Résistance française a longtemps été victime d’une double occultation : celle de la mémoire républicaine dans l’Espagne franquiste, et celle de la participation étrangère à la lutte de libération nationale dans une France éprise du mythe résistentialiste. La question mémorielle, enfin, est aussi au centre de l’article d’Aurélie Denoyer sur les exilés politiques espagnols en RDA, de 1950 à nos jours. L’étude de cette migration fort peu connue, et qui présente des spécificités très fortes (contrôle politique des Partis Communistes espagnol et est-allemand dans un contexte de dictature communiste) lui permet de poser à nouveaux frais des thèmes classiques des études migratoires que sont l’intégration, les processus de construction identitaire et les différences entre générations d’immigrés. Enfin, prenant acte de l’intérêt historiographique croissant pour la question du retour, et non plus seulement du départ, elle interroge tant ses conditions politiques et économiques que familiales et subjectives, s’intéressant aussi, après l’exil, au « désexil ».

Cet ensemble de cinq articles démontre – s’il en était encore besoin – que le temps de l’étude en vase clos de l’histoire espagnole (et plus encore de la guerre civile) est terminé. Les réflexions sur « l’essence » de l’Espagne ou sur sa « différence » sont bel et bien derrière nous. La jeune recherche, d’où qu’elle vienne, s’intéresse à l’Espagne soit vue d’ailleurs, soit dans ses relations et interconnexions avec d’autres espaces – à travers les voyages de Rafael Alberti et María Teresa León, les exils et les retours, et les effets de représentation de l’Espagne vue à travers la presse argentine ou les souvenirs des exilés en RDA. En ce sens, la diversité des ancrages géographiques de nos auteurs – entre la France, l’Espagne, l’Argentine et l’Allemagne – ne peut qu’enrichir les études sur l’Espagne.

Diversité disciplinaire, méthodologique et théorique

Les cinq articles de ce dossier sont également la preuve de l’ampleur de la «boîte à outils» méthodologique et théorique du chercheur en sciences humaines et sociales au xxie siècle.

Les cinq auteurs, doctorants ou docteurs, sont issus d’université de trois pays différents (Espagne, France et Allemagne) et de départements d’histoire ou de littératures et civilisations espagnoles. Mais l’éventail des approches et des outils dépasse et transcende ces divisions institutionnelles.

Plusieurs auteurs s’inscrivent clairement dans une perspective transdisciplinaire. Ainsi, Allison Taillot mêle, dans son travail sur les voyages de Rafael Alberti et María Teresa León, analyse littéraire, approche biographique et histoire des intellectuels. Ses sources vont des œuvres littéraires et des articles de journaux aux sources d’archives. L’approche de Bárbara Ortuño Martínez, malgré un thème d’étude (et une appartenance disciplinaire) autre, n’est pas si différente. Son travail sur la traversée du Massilia s’appuie sur l’une des rares sources contemporaines des faits, inédite qui plus est. Or, l’étude de cette source qui se situe à équidistance du reportage, du témoignage et de la fiction, débouche sur une étude de migration clairement historique, qui s’inspire des cadres théoriques sur la migration mis en place notamment par Xosé Manoel Núñez Seixas pour le cas galicien. Allant de l’administratif au subjectif, elle étudie ensemble les cadres institutionnels et bureaucratiques de la migration, les stratégies migrantes individuelles et l’élaboration d’une subjectivité d’exilé.

Avec les articles d’Aurélie Denoyer, Arnaud Dolidier et Diego Gaspar Celaya, on entre de plain-pied dans le domaine de l’histoire – pour en sortir immédiatement et faire des incursions répétées dans le domaine plus vaste des sciences sociales. Dans son étude d’une population immigrée sur deux générations, Aurélie Denoyer mêle les questionnements sociologiques classiques autour de la migration (processus d’intégration, effets générationnels, question du retour) à une interrogation sur la mémoire et la construction identitaire, à partir à la fois d’archives écrites allemandes et d’entretiens semi-directifs. Arnaud Dolidier, quant à lui, reprend une question d’histoire socioéconomique classique et lui fait prendre le tournant linguistique. S’éloignant ainsi d’une conception « objectiviste » ou matérialiste des relations sociales, il restitue la dimension culturelle, subjective, linguistique, et finalement processuelle des rapports sociaux de pouvoir. Au final, le choix le plus audacieux est peut-être celui de Diego Gaspar Celaya, qui se prête à l’exercice historique classique entre tous – l’exploration raisonnée d’un champ historiographique – en y intégrant les questions de mémoire collective.

Avec ce dossier, nous espérons démontrer que les recherches sur le xxe siècle espagnol ont encore de nombreux champs à explorer.

  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org