Navigation – Plan du site
En amont, en aval de la Guerre Civile espagnole
Études présentées par des membres de l'association «Adelante»

L’exil communiste espagnol en RDA : accueil, intégration, retour

El exilio comunista español en la RDA: acogida, integración, retorno
Aurélie Denoyer

Résumés

L’exil de communistes espagnols en RDA est peu connu des historiens. Suite à l’opération Boléro-Paprika, une centaine d’Espagnols sont accueillis par l’État est-allemand. Dans cet article, nous proposons d’étudier dans un premier temps l’accueil et l’intégration dont bénéficie cette population. Introduisant un biais générationnel, nous nous interrogeons ensuite sur les mécanismes qui poussèrent les Espagnols de la seconde génération à quitter la RDA, pays dans lequel ils avaient grandi, pour rentrer dans les années 1970 dans une Espagne qu’ils connaissaient fort peu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour en savoir plus sur l’opération Boléro-Paprika, voir : Aline Angoustures, « Les réfugiés europ (...)
  • 2  Tandis que le volet « Paprika » concerne des individus provenant des pays de l’Est ainsi que des G (...)

1Le 7 septembre 1950, est lancée sur le territoire français une vaste opération de police (l’opération Boléro-Paprika), visant 397 étrangers d’obédience communiste et aboutissant à l’arrestation de 292 individus de douze nationalités différentes1. Cette opération donne naissance à un exil jusqu’ici peu étudié : celui de communistes espagnols en République démocratique allemande (RDA). En effet, le volet « Boléro » de cette opération concerne au départ 251 individus espagnols, principalement d’anciens guérilleros2 : 75 d’entre eux n’ont pu être appréhendés par les services de police, ayant auparavant fui leur domicile, mais 176 membres du Parti communiste espagnol (PCE) sont arrêtés pour intelligence avec un pays étranger et participation à la préparation d’un coup armé contre la France (il n’y a pourtant jamais eu de procès). Sur ces 176 individus arrêtés, 142 sont placés en résidence surveillée en Algérie et en Corse, un seul bénéficie finalement d’une annulation de son expulsion et 33 sont directement envoyés en RDA via Strasbourg par le ministère de l’Intérieur. Ces arrestations sont suivies de plusieurs mesures d’interdiction des mouvements et des publications communistes. Le PCE est alors placé hors-la-loi en France et ne retrouve d’existence légale qu’en 1977 en Espagne.

2Les arrestations se déroulent de manière expéditive : des policiers français perquisitionnent les domiciles, ordonnent de prendre le strict nécessaire, et séparent les individus de leur famille. Certains sont même arrêtés sur leur lieu de travail. Quelques jours plus tard, ils sont assignés à résidence en Algérie ou en Corse, ou bien expulsés de France vers la RDA.

  • 3  Terme faisant référence à l’expérience vécue par les personnes rentrant dans leur pays d’origine, (...)

3Dans cet article, nous aborderons la qualité de l’accueil de ces personnes en RDA et la question du retour en Espagne en introduisant la dimension générationnelle. En effet, peu d’individus issus de la première génération de cet exil ont eu la possibilité de retourner en Espagne, étant particulièrement âgés, ou même décédés, à la mort de Franco. Or l’étude de deux générations de communistes espagnols exilés en RDA fait apparaître un paradoxe : selon les modèles théoriques classiques de « l’intégration » utilisés dans les études sur les migrations, la première génération d’Espagnols est restée très isolée au sein de la société est-allemande, alors que la seconde s’est relativement bien intégrée. Pourtant, on observe, à partir des années 1970, un important mouvement de « retour » des individus de cette génération dans une patrie qu’ils ont peu, ou pas connue. Le cas des communistes espagnols exilés en RDA permet donc d'interroger les théories classiques de l’intégration. À partir d’une enquête orale portant sur les trajectoires de quatre Espagnols issus de la seconde génération des exilés en RDA, cet article se propose en particulier d’explorer les rapports complexes d’identification de cette population, tant à son pays d’origine qu’à son pays d’accueil. Dans une partie introductive, nous présenterons les conditions de l’arrivée et de l’accueil des Espagnols en RDA tout en interrogeant différents critères d’intégration dans la société est-allemande. Dans un deuxième temps, nous étudierons les motivations au retour et les mettrons en relation avec le degré d’intégration identificatoire en RDA. Enfin, l’expérience du « désexil3 » une fois « rentrés au pays » sera au centre de la réflexion.

Le collectif espagnol en RDA4 : Prise en charge et intégration

L’accueil en RDA

  • 5  Bericht von Kohn (12.09.1950). SAPMO BArch DY 30/IV 2/20/271.

4Les autorités est-allemandes sont surprises par l’arrivée de ces Espagnols et mises devant le fait accompli, comme le signale un rapport du 12 septembre 1950 : « Mardi midi, le 12 septembre 1950, vers midi [sic], nous avons été informé que des individus, expulsés de force par le gouvernement français, avaient été transportés ici et se trouvaient à l’hôtel Waldpark depuis dimanche5 ».

  • 6  Le département des relations internationales du comité central de la SED prenait en charge les rel (...)
  • 7  Pour en savoir plus sur le statut de réfugiés politiques en RDA, voir l’article de Patrice Poutrus(...)

5En effet, les réfugiés sont dans un premier temps accueillis par la police populaire, qui en informe alors le département « relations internationales » du comité central de la SED6 (Sozialistiche Einheitspartei Deutschlands, parti socialiste unifié d’Allemagne). Les premiers recensements réalisés dès le 12 septembre 1950 ne nous apportent que peu d’informations : les expulsés espagnols refusent de donner des informations avant de recevoir des instructions du PCE. À la suite d’une correspondance active entre le PCE et la SED, le statut d’émigré politique (Polit’Migranten)7 est accordé de manière relativement rapide à ces expulsés. Cet accueil de Polit’Migranten fait partie intégrante de la politique extérieure est-allemande et du principe d’« internationalisme prolétarien », qui consiste à soutenir les partis communistes réprimés dans leurs pays. De ce fait, les Espagnols expulsés de France vers la RDA bénéficient d’un traitement privilégié : en effet, les personnes sous la protection du droit d’asile jouissaient d’un permis de séjour illimité dans le temps, étaient avantagées pour l’attribution de logements et se voyaient octroyer des aides financières considérables pour s’installer, comme nous le verrons ultérieurement.

6La décision d’envoyer les communistes espagnols à Dresde est prise en décembre 1950. Le 16 janvier 1951, ils emménagent dans le quartier bourgeois de Dresde, dans la Arndtstrasse. À partir d’avril 1951, suite à la mesure de regroupement familial prononcée par l’État est-allemand, les familles des expulsés (restées en France jusque-là) les y rejoignent. En 1952, les autorités soviétiques réquisitionnent les bâtiments et les Espagnols sont alors relogés dans trois immeubles de la Neustadt, plus près du centre, dans la Hechtstrasse, qui reste jusqu’à la dissolution du collectif en 1978 le centre de l’immigration espagnole en RDA. Jouxtant ces immeubles, une petite maison abrite le Spanienklub où se déroule l’essentiel de la vie sociale de ces émigrés qui ne parlent pas – à deux exceptions près – l’allemand.

7Ils sont par ailleurs rapidement organisés politiquement : tous les hommes sont membres du PCE (ou du Parti socialiste unifié de Catalogne-PSUC), appartenance à l’origine de leur expulsion, et tous sont organisés politiquement au sein d’un collectif. Un responsable politique ainsi qu’un comité sont élus. Quatre groupes de parti sont également créés, chaque cellule étant sous la tutelle d’un responsable. En principe, ils sont astreints à une réunion par semaine, consacrée à l’étude des fondamentaux du mouvement (Marx, Lénine, Staline) et aux questions internes au PCE.

  • 8  Membre du bureau politique du PCE.
  • 9  En effet, au début de l’année 1951, les Espagnols visés par l’opération Boléro-Paprika et assignés (...)

8La SED exerce sur ce collectif une tutelle évidente, exigeant du responsable un rapport mensuel. L’aval de la SED est nécessaire à chaque décision concernant la vie quotidienne et professionnelle de ses membres. En revanche, le collectif est relativement autonome pour tout ce qui relève de la vie partisane interne et endosse les responsabilités relatives aux intégrations, mises à l’écart et réintégrations au sein du PCE. Naturellement, il en informe la SED, mais cette dernière ne fait qu’en prendre acte sans influer sur les décisions prises. En revanche, ces décisions nécessitent l’aval de la direction du PCE. En effet, le collectif de Dresde est en contact permanent avec Prague, où se trouve Enrique Lister8. Ce dernier chapeaute non seulement les Espagnols installés en RDA mais également ceux installés dans les autres pays de l’Est9. Enrique Lister informe alors la direction du PCE à Moscou de l’évolution des différents collectifs espagnols installés dans le bloc de l’Est.

  • 10  Le comité de solidarité populaire est créé en octobre 1945 dans la zone d’occupation soviétique. S (...)
  • 11  Cette association fut créée en 1947 et est directement dépendante du comité central de la SED. Ell (...)

9Les besoins financiers et matériels sont pris en charge dans les premiers temps par le comité de solidarité populaire (Volkssolidarität)10 : il est principalement question d’achat de vêtements et du financement du voyage des familles des expulsés jusqu’en RDA. Par la suite, le comité de solidarité populaire finance l’achat de linge de maison, de meubles, le paiement des loyers et délivre des prêts. À côté de cette aide, les réfugiés espagnols acquièrent dans leur majorité le statut de « persécutés du régime nazi » (VdN)11. Cette reconnaissance leur ouvre droit au versement d’une pension ainsi qu’à d’autres « privilèges » (davantage de congés payés, soins médicaux prioritaires, aides au logement).

10Les réfugiés politiques espagnols bénéficient d’une prise en charge active par la RDA, qui ne se justifie pas uniquement par des raisons humanitaires. En effet, ils sont aussi en partie instrumentalisés par la RDA qui retire de leur présence une certaine légitimation aussi bien au niveau international que par rapport à sa propre population, en accueillant une population persécutée par l’Occident. Il est pourtant nécessaire de se demander si cette instrumentalisation s’accompagne d’une politique d’intégration, du fait de la spécificité de cette migration.

La spécificité de l’exil espagnol en RDA

  • 12 Michel Wieviorka, « L’intégration : un concept en difficulté », Cahiers internationaux de sociologi (...)
  • 13  Où sont déjà installés des communistes espagnols.
  • 14 Javier Rubio, La emigración de la guerra civil de 1936 a 1939 : historia del éxodo que se produce c (...)
  • 15 Florence Guilhelm, L’obsession du retour. Les républicains espagnols (1939-1975),Toulouse, Presses (...)

11Comme le souligne Michel Wieviorka, l’immigré, quand il arrive dans la société dite d’accueil, ne parle en général pas la langue du pays, n’en connaît pas l’histoire, ignore ses valeurs et, dans la perspective de l’intégration et de la socialisation, ne fera partie de cette société d’accueil qu’une fois acquis ce qui est supposé faire culture et société12. Les réfugiés politiques espagnols en RDA ne sont pas des immigrés ordinaires. Tout d’abord, ce sont des exilés. Leur migration n’a pas été souhaitée, mais forcée. De plus, cette migration est un transit : dans un premier temps, les expulsés espagnols ne souhaitent pas séjourner ni même s’attarder en Allemagne de l’Est. Ils perçoivent ce pays comme une étape avant leur transfert en Tchécoslovaquie13, en URSS ou leur retour en France. De plus, tous aspirent à rentrer en Espagne le plus rapidement possible pour continuer la lutte contre le franquisme. Comme le souligne Javier Rubio, « pour le vrai émigré politique, le retour dans la patrie est le point central, la raison de vivre14 ». La nature même de leur émigration est donc un obstacle à l’intégration : « Comme toute émigration politique, l’émigration politique espagnole de 1939 ne peut se définir qu’en marge de la société d’accueil15 ».

12Pourtant, bien que le retour en Espagne soit le but ultime de ces émigrés et ce dont ils rêvent dès le début de leur exil, les premiers retours n’ont lieu qu’à la fin des années 1950 et sont rarement définitifs, les Espagnols étant confrontés à de nombreuses difficultés financières et décidant alors pour la plupart de revenir en RDA. Ce n’est qu’au début et milieu des années 1970 que les retours prennent un caractère définitif.

  • 16 Michel Wieviorka, « L’intégration : un concept en difficulté », art. cit., p. 236.
  • 17 Raymond Aron, L’opium des intellectuels, Paris, Hachette, 2002 [1955]. Dans cet ouvrage, Raymond Ar (...)
  • 18 Marc Lazar, « L’invention et la désagrégation de la culture communiste », Vingtième siècle. Revue d (...)
  • 19 Enrique Lister (fils), « Vorgeschichte und Voraussetzungen der Ansiedlung der spanischen kommunisti (...)

13Dans un second temps, l’installation devient une réalité, mais la configuration de la migration espagnole en RDA conserve un caractère spécifique. En effet, cette dernière s’apparente, plus qu’à une migration politique classique, à une diaspora, « vaste ensemble de phénomènes où une population présentant une unité culturelle, historique, éventuellement religieuse, se répartit dans plusieurs pays, dont, le cas échéant, l’un d’entre eux peut être tenu pour sa patrie16 ». Les membres du PCE dispersés dans les pays de l’Est partagent une même histoire (Guerre civile), une même culture et une même « religion17 », le communisme (si nous voulons pousser la comparaison à son paroxysme). Le réfugié espagnol constitue également un cas à part, car s’il ne connaît pas la culture ou la langue de la société est-allemande, il partage nombre de ses valeurs politiques, du fait de sa culture communiste18. Comme Enrique Lister le souligne « les Espagnols s’identifiaient à la vie de leur pays d’accueil19 ».

Les quatre dimensions de l’intégration

  • 20 Dominique Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.

14Malgré ces particularités, nous avons décidé de nous inspirer d’un modèle plus général, théorisé par Dominique Schnapper20, pour mesurer l’intégration des migrants dans une société d’accueil. Ce modèle distingue quatre dimensions : l’intégration culturelle, structurelle, sociale et identificatoire. L’intégration culturelle des migrants et de leurs descendants se définit par l’adoption des modèles culturels de la société d’installation. Le niveau linguistique et la représentation politique des réfugiés espagnols en semblent les principaux indicateurs. L’intégration structurelle fait, quant à elle, principalement référence à la participation aux différentes instances de la vie collective, en particulier au niveau du marché du travail. Deux critères peuvent être retenus pour juger de l’intégration structurelle des Espagnols en RDA : leur insertion professionnelle ainsi que leur participation aux organisations d’État. L’intégration sociale passe par l’établissement de liens entre les immigrés et la population constituant la société d’accueil : les relations avec les collègues est-allemands, les unions mixtes, les naissances binationales, ou encore la question du changement de nationalité en sont des indicateurs pertinents. Quant à la dimension identificatoire du processus d’intégration, c’est précisément à son étude que nous souhaitons consacrer la suite de cet article, en utilisant les entretiens menés auprès de quatre individus espagnols exilés en RDA.

  • 21  Pour approfondir cette thématique, voir Aurélie Denoyer, « Integration und Identität. Die spanisch (...)

15Pour conclure sur la politique d’intégration mise en place par la RDA, il semble que celle-ci ne suit aucun agenda et se fait de manière pragmatique, comme nous l’avons montré par ailleurs21.

  • 22  Schreiben des Zentralausschusses Volkssolidarität, Hans Kleinert, an das Zentralkomitee der SED, A (...)
  • 23  Übersicht über die Mitarbeit der spanischen Genossen beim Aufbau des Sozialismus in der DDR (15.06 (...)
  • 24  Suite à une décision du bureau politique de la SED prise en 1951, une adhésion à la SED ne pouvait (...)
  • 25  Korrespondenz zwischen Joaquim Rodriguez und dem Zentralkomitee der SED, Abteilung Internationale (...)
  • 26  Voir Michael Uhl, Mythos Spanien. Das Erbe der internationalen Brigaden in der DDR, Bonn, Dietz, 2 (...)

16L’État est-allemand propose par exemple rapidement des cours de langue aux Espagnols présents sur son territoire, s’occupant aussi bien du personnel enseignant que des locaux22. Or, cette mesure ne semble pas rencontrer l’effet escompté. En effet, plus de 10 ans après leur installation, peu d’Espagnols issus de la première génération maîtrise la langue allemande – bien que cette question continue à être au centre des préoccupations de la RDA. Cette mauvaise maîtrise de la langue freine l’évolution professionnelle de ces personnes. Alors que la RDA fait dès 1951 l’effort de trouver un emploi aux Espagnols aptes à travailler, ces derniers sont bloqués à leurs postes, ne pouvant suivre des cours de qualification ou de développement professionnels23. De plus, bien que les réfugiés espagnols soient impliqués au niveau politique, membres du PCE ou du PCUS, ils ne sont en revanche pas membre de la SED24. Ils participent tout de même aux groupes de travail de la SED au sein des entreprises25 ou sont membres de la FDGB (Freier deutscher Gewerkschaftsbund, Confédération syndicale libre allemande) ou encore de la VS (Volkssolidarität, comité de solidarité populaire). Dans les années 1960, les Espagnols s’investissent également de manière plus concrète au sein du comité de solidarité pour le peuple espagnol, créé en 1963 sous la direction de Franz Dahlem26. Ce comité a pour vocation de soutenir les forces antifranquistes et tient la population est-allemande informée de la situation dans la péninsule ibérique. Cependant, cette participation semble se limiter à l’organisation pratique, sans collaboration active au niveau décisionnel. Les raisons qui poussent les Espagnols à s’engager dans ces organisations – conviction politique ou choix calculé – restent obscures, même si nous tendons à penser que, au vu de leur passé militant et de leur engagement politique fort, ces adhésions relèvent de leur culture politique. On peut également douter, du fait de leur mauvaise pratique linguistique, que ces adhésions aient pu être à l’origine de contacts avec la population est-allemande, les Espagnols n’étant pas en mesure de communiquer avec elle. D’ailleurs, ils n’ont de contacts qu’avec leurs collègues de travail ou d’anciens brigadistes. Cela peut s’expliquer par la barrière linguistique ainsi que par la constitution du collectif espagnol comme micro-société qui protège ses membres de l’isolement mais qui, de fait, ne les encourage pas à se rapprocher de la population du pays d’accueil. Il en va différemment de la seconde génération, qui fréquente l’école allemande et bénéficie d’une intégration structurelle, sociale et culturelle. D’ailleurs, les unions mixtes sont plus fréquentes en son sein.

  • 27  Jan C.Behrends ; Thomas Lindenberger ; Patrice Poutrus (dir.), Fremde und Fremd-Sein in der DDR. Z (...)
  • 28  En effet, suite à la condamnation de l’intervention des troupes du pacte de Varsovie en Tchécoslov (...)

17Il faut souligner que, bien que nous ne puissions parler de politique d’accueil, l’État est-allemand fait de nombreux efforts pour faciliter l’insertion de ces émigrés au sein de la société. Cette volonté d’inclusion s’accompagne cependant de pratiques d’exclusion « volontaires », au niveau politique par exemple, et « involontaires », en attribuant par exemple un statut particulier aux Espagnols qui, de ce fait, les transforme en groupe « à la marge » de la société27. À l’échelle individuelle, les personnes issues de la première génération semblent avoir développé des stratégies de résistance identitaire et avoir montré une certaine réticence à toute intégration culturelle. En ce qui concerne la seconde génération, bien que cette dernière soit bien mieux intégrée, les événements de 1968 qui conduisent à une rupture politique entre le PCE – eurocommuniste – et la SED – prosoviétique28 –ont un impact important sur leur volonté de rentrer ou non en Espagne. Cependant, comme nous allons le voir, d’autres mécanismes entrent en jeu pour motiver ces retours.

Seconde génération : quelles motivations au retour ?

18Les enfants des exilés politiques qui décident dans les années 1970 de « rentrer au pays » n’ont souvent que très peu vécu dans leur pays d’origine et n’y sont, dans certains cas, même pas nés. Le terme de retour est donc sémantiquement incorrect pour qualifier leur migration. Cependant, c’est ainsi qu’ils qualifient eux-mêmes ce voyage qui met fin à leur vie en exil.

19Aussi, le modèle d’intégration du groupe d’Espagnols observé ne s’accorde-t-il pas avec les théories classiques de l’intégration. En effet, l’« intégration » n’est pas ici synonyme d’appartenance nationale nouvelle ou d’acceptation de valeurs distinctes. Dans le cas de figure ici présenté, il y a un va-et-vient permanent entre différents espaces et non pas rupture ou rejet d’un espace au détriment d’un autre. Les Espagnols de la deuxième génération vivent un processus de socialisation biculturelle dans lequel interviennent deux sources nationales : le pays d’origine (à travers la famille, le collectif, le Parti) et le pays d’accueil (à travers l’école, l’entreprise, les contacts avec la société est-allemande). Il ne fait aucun doute que les liens intercommunautaires restent très forts tout au long de l’exil, notre population étant définie en RDA selon son appartenance nationale primaire d’« Espagnol » et sa vocation à rentrer au pays. De même, le maintien d’une identité culturelle semble avoir été assuré par le collectif et par le PCE. Les Espagnols, tout en se sentant à l’aise en RDA, continuent à s’y sentir étrangers et les liens avec le pays natal, même s’ils sont quasi inexistants durant les dix premières années de l’exil en RDA, se développent tout au long des années 1960.

  • 29  Mercedes A., née en 1935. Après avoir passé son enfance en Union Soviétique, elle rejoint ses pare (...)
  • 30  Antonio B., né en 1936. Suite à la Retirada, il passe en France avec sa mère. Son père les rejoint (...)
  • 31  Fernando L., né en 1936. Il passe également en France avec sa famille en 1939. Suite à l’expulsion (...)
  • 32  Enrique B., frère d’Antonio B., est né en 1942 en France. Sa mère décède lors de l’accouchement. S (...)

20En nous appuyant sur les entretiens menés avec Mercedes A.29, Antonio B.30, Fernando L.31 et Enrique B.32, nous analyserons les motivations qui ont poussé les réfugiés espagnols issus de la seconde génération à quitter la RDA ou à y rester.

  • 33 Karl Mannheim ; Gérard Mauger (dir.), Le problème des générations, Paris, Nathan, coll. « Essais & (...)

21Cette cohorte d’âge, composée de personnes soumises à des conditions historiques précises, partageant l’expérience de la guerre civile, de l’exil en France et d’un second exil en RDA (dont ils ont des souvenirs d’enfance ou une mémoire « reçue »), constitue sans doute ce que Mannheim appelait « un ensemble générationnel33 ». Sur les quatre personnes interrogées, deux rentrent en Espagne, une opte pour la France et une dernière choisit de rester en RDA. Mais alors que, pour la première génération, le désir de rentrer « au pays » constituait la motivation principale du retour, pour les personnes interrogées appartenant à la seconde génération, d’autres éléments entrent en ligne de compte.

Quitter la RDA : le rejet d’un système ?

22L’impact de 1968 ne peut être négligé et, en ce qui concerne les Espagnols qui décident de partir, cette décision est directement liée à leur positionnement eurocommuniste (d’ailleurs, celui qui décide de rester en RDA, Fernando L., est le seul des quatre interviewés à avoir soutenu la ligne prosoviétique). Mercedes A. souligne cet état des choses en répondant à la question « Qu’est-ce que tu ne supportais plus dans le socialisme, concrètement ? » avouant que le manque de liberté joua un grand rôle ainsi que le traitement qu’elle eut à subir du fait de sa fidélité à la ligne officielle du PCE :

  • 34  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

23« À la fin, dans la dernière période, j’étais pour ainsi dire le contact pour le Comité central de la SED, entre le PCE – donc le collectif de Berlin – et la SED. Et c’était très difficile après 1968 en tant qu’eurocommuniste... Les eurocommunistes vivaient une situation difficile. Moi, par exemple, je recevais chaque jour L’Humanité et une revue russe, Spoutnik. On me les a enlevés. Lorsque je me suis plainte, ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien y faire. Le principal problème pour moi, c’était la liberté34. »

  • 35  Bericht über ein Gespräch des Gen. Guttmann mit Gen.Angel Alvarez (04.03.1974), SAPMO BArch DY 30/ (...)
  • 36  Vertrauliche Information. Zentralkomitee der SED, Internationale Verbindungen (01.04.1969), SAPMO (...)
  • 37  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009

24De plus, elle est confrontée à certaines difficultés professionnelles : alors qu’elle est jusqu’alors souvent envoyée à des conférences comme traductrice, cela lui est refusé à partir de 1974 « pour des raisons de sécurité35 ». Dès 1969, un rapport « confidentiel » du département « relations internationales » indique d’ailleurs que la SED se voit forcée, du fait de leur orientation politique, à ne plus engager ni Mercedes A. ni Antonio B. comme traducteurs lors de conférences nationales et internationales36. Mercedes A. établit un lien direct entre son désir de rentrer en Espagne et la crise politique de l’époque : « Si la réalité du socialisme avait été différente, il est possible que je n’aurais pas ressenti cela de manière aussi forte [la volonté de rentrer en Espagne]37 ».

  • 38  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

25Antonio B., lui, décide de rentrer en Espagne non seulement à cause des problèmes liés aux tensions entre le PCE et les partis communistes du bloc de l’Est mais aussi à cause des conditions de vie en RDA. Voyageant souvent en URSS, il découvre que certains fonctionnaires du parti espagnol y vivent de manière privilégiée, en dehors des collectifs, dans des logements de meilleure qualité, ayant accès à des magasins où l’on paie en devises et où l’on achète des produits ne circulant pas sur le marché officiel. Cela lui fait prendre conscience que le système communiste est également un système de classes, ne se divisant pas entre prolétaires et bourgeois mais entre les fonctionnaires et le reste de la population : « Tout ça, je me disais... Le communisme, le socialisme : c’est ça ? Après quarante ans, c’est un peu difficile à avaler. Avec ça... ça commence à détruire le système, toutes ces choses comme ça. C’est ce que je vois, moi, comme une cause de mon développement38 ».

  • 39  Club de foot est-allemand, situé à Dresde.

26S’ajoute à cette désillusion un revirement de la part de la RDA qui, comme le confie Antonio B., n’accepte plus à partir de 1976 que les réfugiés espagnols rentrent en Espagne puis reviennent en RDA. Antonio B. craint également que ses enfants ne puissent pas faire les études qu’ils désirent. En RDA, le droit d’accès aux études était limité. Un bon niveau scolaire ne garantissait pas à lui seul le passage à l’Erweiterten Oberschule (équivalent des lycées français) ; il fallait faire preuve d’une certaine fiabilité politique et la situation sociale des parents était également prise en compte (venir de la classe ouvrière était alors un avantage). Or, Antonio B. ne vient pas d’un milieu ouvrier. De plus, bien qu’il soit marié à une Allemande de l’Est, ses enfants ne disposent pas de la nationalité allemande avant leur majorité. Pour cette raison, l’accès au club Dynamo39 a été refusé à l’un de ses fils, considéré comme « étranger ».

27Ces éléments – crise politique, rejet du système et peur pour l’avenir de ses enfants – le poussent à quitter le parti, qui accepte alors de le laisser rentrer en Espagne. La RDA délivre alors, à lui et à sa famille, un visa de sortie – sans autorisation de retour.

  • 40  Entretien avec Enrique B., Paris, avril 2009.

28Le retour d’Enrique B. semble l’un des moins problématiques. Il affirme pourtant : « Je n’ai eu des problèmes que lorsque j’ai voulu quitter la RDA, il faut quand même le dire, parce que ça, ils n’aimaient pas trop40 ». Son départ de RDA ne semble pas uniquement lié aux problèmes politiques – bien qu’ils soient également présents – mais plutôt à sa situation conjugale. Il est marié à une Française d’origine espagnole, rencontrée à l’école du PCE en RDA. La famille de cette dernière vit en France et elle exprime dès le début de leur relation son désir d’y retourner. Une fois ses études terminées, le retour à Paris est programmé. D’ailleurs, sa femme avait au préalable accouché de leur fille, intentionnellement en France, l'année 1970, afin que cette dernière acquière automatiquement la nationalité française.

29Malgré le caractère volontaire de ces retours et la satisfaction de se désolidariser d’un système qui les a déçus, tous ont quelques appréhensions face à cette nouvelle vie dans « un pays capitaliste » :

  • 41  Entretien avec Enrique B., Paris, décembre 2008.

Je vous dirai sincèrement que quand mon épouse m’a dit : « Bon, on va rentrer en Espagne », je lui ai dit qu’il n’y avait pas de problème, que c’était prévu, mais j’étais inquiet... Vivant en RDA, ayant subi le matraquage de la propagande – il faut bien le dire : « Tout ce qui vient de l’Ouest, c’est mauvais »... C’est vrai qu’il y avait du chômage, qu’il y avait des injustices et tout ça... Donc quand je suis rentré, en 1972, j’avais 30 ans et j’étais quand même inquiet par rapport à mon avenir41.

30Même Mercedes A., manifestement dans la ligne de mire de l’État est-allemand, comme le montrent les dossiers montés à son encontre par la Stasi, a quelques difficultés à sauter le pas :

  • 42  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

J’ai toujours repoussé le moment à cause du travail et à un moment donné, je me suis dit « maintenant, c’est le moment ». Je me suis d’abord renseignée : comment fait-on ? Comment trouver un appartement ? J’avais aussi mes enfants. Comment sera l’école ? [...] Je suis d’abord partie seule en Espagne et j’ai essayé de m’installer là-bas : de trouver un travail, un appartement etc. En RDA, il n’y avait pas ce problème42.

31Après avoir vécu dans une société où l’État pourvoit au travail, au logement, à la garde des enfants, il semble naturel que ce départ pour l’inconnu soit entouré d’un certain nombre de peurs, particulièrement après « l’endoctrinement » auquel ces personnes ont été soumises non seulement de la part du PCE et de la SED, mais aussi de la part de leurs parents, qui ont fait de mauvaises expériences aussi bien en France qu’en Espagne.

Rester : convictions politiques ou signe d’intégration ?

32Sur les quatre personnes interrogées, une seule a fait le choix de rester en RDA, Fernando L. Dans un premier temps, ce comportement nous semblait motivé par un alignement prosoviétique et des convictions idéologiques profondes. Pourtant, les raisons qu’il avance sont de toute autre nature : le fait que ses enfants, nés d’une première union avec une Allemande de l’Est, résident en RDA sous la garde de leur mère et que sa propre mère ait décidé de rester en RDA après un retour manqué en Espagne, aurait constitué un frein à tout retour.

33Cependant, la préférence donnée à sa famille et, par contrecoup, au territoire est-allemand, ne semble pas constituer sa seule motivation et les aspects socio-économiques jouent un rôle certain : la peur d’un déclassement social en Espagne le dissuade de se rendre dans un pays où il ne dispose d’aucun réseau. De plus, il a une position relativement avantageuse au sein de son entreprise, pour laquelle il fait de fréquents voyages à l’étranger. Il jouit également d’une grande confiance de la part des autorités est-allemandes.

34Si pour des raisons pragmatiques, la famille et l’économique priment, le politique semble néanmoins jouer un rôle sous-jacent. Les différents entretiens menés suggèrent que, pour Fernando L., quitter la RDA constituait une sorte de trahison. S’exprimant sur l’image qu’il avait de la RFA, et par la même occasion, de l’Espagne, ce dernier confie :

  • 43  Entretien avec Fernando L., Berlin, juillet 2009.

Je n’en avais pas une bonne image. Parce que je savais exactement... J’avais aussi cette opinion de la RFA, autrefois, au temps de la RDA... Pareil pour l’Espagne... Et je sais comment la vie était là-bas. Et comment ça se passait... Et je ne peux pas accepter de défendre quelque chose en quoi je ne crois pas. Ce que je veux dire... Je n’étais pas convaincu par la RFA autrefois et je ne suis toujours pas convaincu par l’Allemagne aujourd’hui et par les régimes comme l’Espagne, non plus... Même s’ils sont peut-être plus « démocratiques » que d’autres pays, ce n’est pas une solution pour moi... Je ne veux pas renoncer à mes idéaux et à mes convictions... Je ne suis pas un traître. Je continue à croire en mes idéaux et à la manière dont j’ai vécu depuis que je suis enfant : contre le fascisme43.

35Il semble donc qu’un retour en Espagne avant la mort de Franco et avant la fin du système soviétique était pour lui inconcevable, représentant un abandon de la cause communiste et donc, selon lui, la pire trahison de la part d’un militant. Pourtant, Fernando L. – tout comme Mercedes A., Enrique B. et Antonio B. – ne cesse de revendiquer son sentiment d’appartenance à l’Espagne.

36Ce n’est pas tant le retour au pays qui semble primer que la volonté de quitter la RDA. Aussi est-il nécessaire de nous interroger sur leur identification à la société d’accueil, qui semble être dans bien des cas déficiente.Ces retours, ou non-retours, peuvent-ils être perçus comme une forme d’expression de l’identité des personnes concernées ? Quel rôle joue ici leur intégration identificatoire en RDA ainsi que la perception qu’ils avaient de ce pays ?

Une intégration identificatoire déficiente en RDA ?

« L’Allemand » : figure de l’ennemi

37À leur arrivée, encore enfants, nos quatre interviewés se font de l’« Allemand » une image qui oscille entre celles du « nazi » et du « communiste », cette dernière semblant cependant prendre rapidement le dessus. D’ailleurs, les réfugiés politiques espagnols approuvent le régime instauré par la SED et soutiennent le gouvernement lors de moments charnières, comme 1953 ou 1961. Certes, aujourd’hui, tout en soulignant les bienfaits que la RDA a pu leur apporter, ils condamnent a posteriori la politique plus ou moins dure menée dans ce pays. Ils ne rejettent pas pour autant leurs idéaux.

38Les enfants d’exilés étaient imprégnés, dans leur enfance, d’une certaine image de l’Allemand : le « fasciste » qui avait aidé Franco à détruire la République Espagnole, le « nazi » que leurs parents avaient combattu. Cette figure de l’ennemi était profondément ancrée chez ces enfants baignant dans la culture communiste, et ils perçurent leur nouvel exil vers la RDA en partie négativement. Mercedes A. confie que, selon elle, cette perception négative de l’« Allemand » a provoqué une certaine résistance à toute identification à l’Allemagne, alors que c’est dans ce pays qu’elle a passé la plus grande partie de sa vie :

  • 44  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

Je suis arrivée en Allemagne en 1951 et j’y suis restée jusqu’en 1977, à Dresde et à Berlin. Donc, plus de vingt ans. [...] La plus grande partie de ma vie, c’est ici que je l’ai vécue. Ce que je souligne toujours, c’est que ce qui m’a imprégnée... C’est qu’en principe, je suis contre les Allemands, du fait de mon enfance dans la guerre, aussi bien en Union soviétique qu’en France. En France, c’était le boche, et en URSS, Njemez (немец). Jusqu’à mes dix-sept ans, j’ai été imprégnée de ce sentiment « antiallemand »... C’est pour ça qu’il y a ce conflit en moi. En même temps, je dis toujours aux Espagnols, « Je connais les Allemands comme si je les avais faits »... Je reconnais aussi toutes les bonnes choses chez les Allemands... Mais c’est pour cela que j’ai tendance à toujours minimiser l’importance de l’Allemagne dans ma construction personnelle. Alors que j’ai tendance à faire l’inverse avec la France bien que je n’y aie vécu que de 1946 à 195144.

39En revanche, la génération des parents percevait la RDA comme la « bonne Allemagne », l’Allemagne communiste, et faisait donc la distinction entre « nazis » et « Allemands de l’Est », ce qui encouragea certainement partiellement les enfants à faire de même. Mercedes A. confie par exemple que ses parents ne percevaient pas leur arrivée en Allemagne de la même manière qu’elle, l’attribut « communiste » semblant avoir primé sur le reste :

  • 45  Ibid.

Je crois qu’ils se disaient que c’était l’endroit où on construisait le communisme. Il y avait tout de même des réflexions, à propos des règles et de choses comme ça. Mais comme les dirigeants étaient communistes, c’était accepté. [...] De plus, la RDA soulignait très souvent ce combat antifasciste et la participation des Allemands au combat contre le fascisme. Ils ont vécu cela de manière très positive. Et les gens de la RDA qui les entouraient, c’était des gens qui s’étaient battu contre le nazisme45.

Les communistes espagnols face à l’évolution de l’État est-allemand

  • 46  Korrespondenz zwischen Joaquim Rodriguez und Grete Keilson, Abteilung Internationale Verbindungen (...)
  • 47  Korrespondenz zwischen die Abteilung Außenpolitik und Internationale Verbindungen beim Zentralkomi (...)

40La primauté du communisme sur tout autre facteur s’applique également à la manière dont nos interviewés perçoivent des dates charnières, telles que juin 1953 (répression de l’insurrection ouvrière) ou août 1961 (construction du mur de Berlin). D’ailleurs, nous disposons également d’informations relatives aux réactions de la première génération face à cette question : alors que les citoyens est-allemands étaient parfois divisés quant à l’attitude à adopter lors des crises internes du régime, il semble que les Espagnols ne se posaient que très peu de questions, et se rangeaient automatiquement du côté de la SED. Cette thèse est confirmée par les rapports émis par la direction du collectif de Dresde. Par exemple, la direction du collectif ne mentionne qu’une fois le soulèvement de juin 1953 dans son rapport et ce, pour annoncer que les travaux de la direction du parti en ont été ralentis46. L’attitude positive des Espagnols est également soulignée par le département « relations internationales », qui demande au comité de solidarité populaire une aide supplémentaire à l’attention des émigrés politiques à Dresde : « Il ne s’agit presque que de bons ouvriers travaillant dans la production, et qui ont particulièrement fait preuve de leur bonne attitude durant les journées de juin47. » L’attitude des parents face à de tels événements a probablement influencé les enfants issus de la seconde génération.

  • 48  Entretien avec Fernando L., Berlin, juillet 2009.

41D’ailleurs, aucun d’entre eux ne condamne la répression du soulèvement du 16 juin 1953 : Enrique B. qualifie par exemple cette insurrection ouvrière de « putsch » (l’emploi des guillemets sont de lui), reprenant ainsi le vocabulaire employé à l’époque par les autorités est-allemandes. Fernando L. reprend à son compte les théories du complot annoncées à grand renfort de propagande à l’époque pour justifier cette répression. L’insurrection du 16 juin 1953 aurait été selon lui organisée par le FBI, la CIA et l’Allemagne de l’Ouest : une centaine d’agents secrets travaillant pour ces organisations aurait infiltré les ouvriers et les aurait poussés à se soulever contre l’État est-allemand48.

  • 49  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

42La construction du mur en août 1961 donne lieu à des réactions plus mitigées. Bien qu’a posteriori la majorité d’entre eux la perçoivent comme une erreur (et ce, pour diverses raisons), tous estiment que la RDA devait entreprendre quelque chose contre la fuite de sa population. En effet, selon Antonio B., qui est habituellement plutôt prompt à critiquer la RDA, la construction du mur avait ses raisons : il se souvient par exemple que nombre de ses collègues au sein de l’entreprise de commerce extérieur où il travaillait profitaient de séjours à l’Ouest pour « disparaître49 ». Son frère, Enrique B., souligne quant à lui le fait que ces passages à l’Ouest coûtaient de l’argent à l’État est-allemand, qui se devait d’agir :

  • 50  Entretien avec Enrique B., Paris, décembre 2008.

Il y avait des écoles qui devaient fermer parce qu’il y avait trop de professeurs qui passaient à l’Ouest. C’était quand même... Bon, après coup, on réfléchit, on mûrit, mais c’est vrai que, quand même, ils formaient des ingénieurs, tout ça, et ils partaient tous à l’Ouest... Ils fermaient des écoles. Ça, c’est quand même... Ça coûte de l’argent. C’était quand même une période très particulière50.

43Mercedes A., elle, se rappelle que les membres du collectif approuvaient également la construction du mur, estimant que « l’hémorragie », préjudiciable au « socialisme », devait être stoppée. Cependant, elle-même estime que la construction du mur n’était pas la bonne solution et que l’État est-allemand aurait mieux fait d’accorder la liberté de voyage, persuadée que les citoyens seraient alors revenus d’eux-mêmes en RDA.

44Fernando L. justifie à sa manière la construction du mur, estimant que la RDA n’avait pas le choix, devant se défendre contre la RFA, même s’il est conscient que les conséquences de cette décision furent, sur le long terme, néfastes à l’État est-allemand :

  • 51  Entretien avec Fernando L., Berlin, juin 2009.

C’était bien parce que c’était nécessaire à l’époque, mais les conséquences qui en résultent, c’est autre chose... Mais c’était nécessaire. Parce que ça empirait. L’Ouest, avant le mur, n’arrêtait pas d’attaquer la RDA. Sans cesse. Parce que l’Amérique... Les camarades allemands devaient faire ça pour sauver la RDA. On peut dire ça comme ça. [...] Je n’aurais peut-être pas construit de mur, juste imposé certaines restrictions. Mais ce n’était déjà plus possible parce que les gens n’arrêtaient pas de partir. Ils se sont vu obliger de faire ça. [...] Chaque État, même s’il vient juste d’être créé, a le droit de se défendre, de mettre en place des mesures qu’il juge nécessaire, et c’était le cas51.

45Les enfants d’exilés espagnols ne condamnent donc pas le régime est-allemand aussi durement que la plupart d’entre eux ont pu condamner l’intervention de la RDA lors du printemps de Prague en 1968, et qu’il analysent les mesures prises aussi bien en 1953 qu’en 1961 au prisme de la guerre froide, insérant ces situations – aujourd’hui encore – dans le cadre des combats opposant le bloc de l’Est au bloc de l’Ouest.

  • 52  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

46Encore plus révélatrices sont leurs réactions face à la réunification : tandis que Fernando L. regrette clairement la chute du mur (ce qui n’est pas surprenant si l’on se penche sur son parcours et sur ses convictions idéologiques), Mercedes A., Enrique B. et Antonio B. s’en réjouissent. Ils éprouvent néanmoins une certaine nostalgie pour cet État aujourd’hui disparu, et regrettent que le système pour lequel ils s’étaient engagés et auquel ils avaient cru, ait échoué. Certes, ils critiquent certains aspects de la politique menée par la SED, tel que le manque de liberté dans les déplacements (« Les gens, ils réclamaient la liberté de circuler », Enrique B.), la surveillance de la population (« une oppression horrible de la population, de la part de la Stasi », Antonio B.) ou le manque de démocratie (« En RDA, on disait que si les gens pouvaient réellement voter, les dirigeants trembleraient. Mais comme ils savaient qu’ils allaient être de toutes manières élus, ils n’avaient pas besoin de se donner du mal », Mercedes A.). Cependant, ayant bénéficié d’un statut spécial en RDA en tant qu’émigrés politiques, ils défendent « ce pays qui n’existe plus » et avancent régulièrement les bienfaits que cette terre d’accueil leur a procurés. Antonio B., qui ne peut s’imaginer retourner vivre en Allemagne, confie : « Moi, j’ai bien vécu en RDA. J’avais... Ma femme travaillait, on avait nos deux salaires, on vivait bien, on avait une vie normale, les enfants allaient à l’école... D’ailleurs, ce que je trouve qui était incroyable en RDA, c’était le système éducatif52 ».

47Ils minimisent en outre tous les éléments qui ont contribué à faire de la RDA une dictature (terme que d’ailleurs aucun d’eux ne prononce) et particulièrement, le rôle joué par la police politique – estimant n’avoir « rien vu, rien su ».

48Il semble que ce ne soit pas tant la fin de la RDA qu’ils regrettent, que l’échec du communisme et de la mise en pratique de leurs idéaux :

  • 53  Idem.

Je regrette qu’en RDA, comme ailleurs, comme en Union soviétique, on n’ait pas su faire les réformes nécessaires et tenir les promesses qui avaient été faites – que tout était fait pour les hommes et que, malheureusement, une certaine caste en ait profité, pas le peuple dans son ensemble. Je ne renie pas du tout cette idéologie-là, parce que dans le fond, c’est quand même ça être communiste : c’est être là pour les autres et faire progresser les choses. Même si je ne suis plus au Parti Communiste, ces idéaux-là restent les miens53.

  • 54  Entretien avec Mercedes A., Berlin, décembre 2008.

49La chute de la RDA ne se résume donc pas seulement à la disparition d’un pays dans lequel ils avaient grandi, mais aussi à la disparition de la mise en pratique d’un idéal pour lequel la génération des parents s’était battue, d’une lutte transmise à leurs enfants. Comme le résume si bien Mercedes A., 1989 ne signifiait pas seulement la fin du socialisme, mais également de tous ses idéaux54.

  • 55  Expérience vécue par les personnes rentrées au pays et obligées de (ré)apprendre à vivre dans celu (...)
  • 56 Claudio Bolzman, Sociologie de l’exil : une approche dynamique, op. cit., p. 113.

50Les rapports à l’État est-allemand peuvent donc être qualifiés de complexe. Qu’en est-il des rapports à l’Espagne ? Les interviewés furent-ils eux-aussi confrontés à l’expérience du « désexil55 », étudiée en profondeur par Claudio Bolzman56 ?

Le retour en Espagne : un désexil ?

  • 57  Idem.

51« La volonté de rentrer en Espagne était grande, car en tant qu’enfant d’exilés politiques, tu es élevé avec la valise prête, la valise avec laquelle tu vas rentrer57 » : cette phrase, prononcée par Mercedes A., reflète de manière assez fidèle l’état d’esprit des exilés espagnols en RDA, jugeant leur exil temporaire, persuadés de la chute imminente de Franco et donc d’un retour rapide en Espagne.

52Mercedes A., Fernando L., Antonio B. ou Enrique B. sont les premiers à faire entrer la langue allemande au sein de leur foyer et investissent leur trajectoire individuelle davantage que leurs parents, délaissant les structures communautaires et donnant ainsi le signe d’une installation progressive en exil. Pourtant, dès que cela leur est possible, ils quittent la RDA (à l’exception de Fernando L.), n’hésitant justement pas à repartir avec leurs valises restées ouvertes jusqu’ici. Cependant, ce retour donne lieu à des déceptions. Arrivant en pleine Transition démocratique, dont le leitmotiv était de ne pas rouvrir les blessures du passé, ils souffrent du manque de reconnaissance de leur combat. Aussi, du fait de la durée de leur exil, le pays dans lequel ils « retournent » ne concorde pas avec l’image qu’ils s’en faisaient.

Le conflit mémoriel

53La deuxième génération cultive une relation ambivalente à l’Espagne. D’un côté, il y a ce pays de rêve dont l’image est exacerbée par la nostalgie et le récit magnifié des parents ; de l’autre, un sentiment d’injustice, un conflit mémoriel, lié à la non-reconnaissance officielle des préjudices subis. Enrique B., qui a choisi de rentrer en France, critique la transition et le manque de condamnation du régime franquiste :

  • 58  Entretien avec Enrique B., Paris, décembre 2008.

Alors là, tout ce qui est lié à la mémoire, tout ce qui est en cours aujourd’hui, pour récupérer les corps des républicains assassinés... Attendez ! Il a fallu combien d’années ? […] Alors moi, la Transition, je suis frustré... Un parti, comme le PCE, qui s’est battu contre le franquisme et à l’extérieur et à l’intérieur pendant la présence de Franco et de sa politique, par le fait de la transition, n’a pas récolté les fruits de son engagement par rapport au Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, qui s’était engagé aussi, mais nullement de la même manière58.

  • 59  Idem.

54De même, il trouve que trop d’éléments ont été passés sous silence et regrette que les familles des victimes n’aient pas reçu la reconnaissance qu’elles méritaient du fait du parti pris de ne pas rouvrir les blessures du passé lors de la transition : « Partant du fait que c’était une guerre civile, qu’on ne voulait pas rouvrir des plaies qui avaient eu du mal à cicatriser, [...] on a caché beaucoup de choses qu’on n’aurait pas dû cacher. [...] Moi je pense sincèrement que c’est un devoir de mémoire et que l’on doit au moins ça aux familles59 ».

  • 60  La loi sur la mémoire historique, officiellement appelée « Loi pour que soient reconnus et étendus (...)

55Cette déception face à la Transition est également partagée par son frère Antonio B., qui a cependant décidé de rester vivre en Espagne. Ce dernier reproche au PCE d’avoir été trop souple pendant cette période et d’avoir sacrifié certains de ses idéaux afin d’être légalisé. Il est également déçu par la « Loi sur la mémoire historique »60 et éprouve une haine farouche envers le Parti populaire, dont les membres sont selon lui les successeurs de Franco.

56Fernando L., qui a décidé de rester en RDA, juge quant à lui que le processus de la Transition s’est plutôt bien passé. En revanche, il critique les gouvernements passés et actuel, même s’il est plus clément envers les socialistes qu’envers le Parti populaire, qui sont selon lui à l’origine du déclin de l’Espagne. Il estime en effet que l’Espagne n’a pas su saisir sa chance en 1975 et a pris un mauvais chemin :

  • 61  Entretien avec Fernando L., Berlin, juin 2009.

Quand tu prends 1975... Bon, le processus était pas mal, ça s’est bien passé... Mais quand tu regardes par la suite, quand tu compares avec les autres pays, ils ne sont pas allés très loin en comparaison avec les autres pays européens. L’Espagne, c’est l’un des pires pays de l’Union européenne. Au niveau social, ils ont un taux de chômage de 18 %, le plus élevé d’Europe61.

  • 62  L’expression « enfants de la guerre », désigne les enfants envoyés au début de la guerre civile en (...)

57Mercedes A., abandonnant l'’Espagne en 1990 pour se réinstaller en Allemagne désormais réunifiée, est, à la différence d’Antonio B. et d’Enrique B., moins critique envers la Transition et la «Loi sur la mémoire historique», satisfaite que cette dernière apporte enfin une reconnaissance aux niños de la guerra62. Elle trouve que José Luis Zapatero « fait bien son travail », même si elle avoue se situer plus à gauche de l’échiquier politique que ce dernier.

58Malgré leur trajectoire et leur passé commun, nous voyons donc que nos interviewés perçoivent distinctement la situation en Espagne et le travail du gouvernement espagnol, étant selon les cas plus ou moins critiques. Mais leur point de vue sur le processus de transition, bien qu’il soit à prendre en ligne de compte, ne peut être interprété comme la pierre de touche de leur identification à l’Espagne.

A la recherche d’une identité perdue

  • 63  Ibid.

59Aux problèmes d’identification à l’Espagne liés aux décisions politiques postfranquistes, s’ajoute le fait de ne pas avoir grandi dans un autre pays ni été baigné dans une autre culture, d'avoir vécu non sous la dictature franquiste mais sous une dictature socialiste. Tout cela fait que nos interviewés admettent avoir parfois du mal à comprendre leur société d’origine et avouent avoir eu quelques problèmes à s’y adapter. Fernando L. semble être celui qui a eu le plus de mal à accepter cette différence de culture, de mode de vie. En effet, la vie en Espagne est bien différente de la vie en Allemagne de l’Est, aussi bien au niveau des comportements que de la mentalité et il déclare ne pas s’y sentir à l’aise : « Comme je l’ai dit, je suis allé plusieurs fois en Espagne... au moins une fois par an. Et le contact... Les contacts avec les Espagnols, les discussions que j’ai eues, la manière de vivre... Je préfère ici, la culture allemande que celle des Espagnols... Ils ont une grande gueule et... et... je ne m’y sens pas bien63 ».

60Cette préférence accordée à la culture allemande n’apparaît que dans le cas de Fernando L. (qui réside à Berlin). Bien que les autres interviewés confient eux aussi avoir eu quelques problèmes à s’adapter au style de vie « espagnol », ils ne se sentent pas pour autant plus à l’aise en RDA.

61Antonio B., quant à lui, critique surtout l’individualisme qui selon lui règne dans la péninsule ibérique :

  • 64  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

Les gens, ils sont eux. Eux, les enfants, la famille, et le reste, ils s’en foutent. Le monde est complètement à part. Il n’y a pas de compassion sociale. Et aujourd’hui, encore plus qu’avant. Parce qu’avant, tout le monde était encore le poids de l’oppression franquiste, il n’y avait pas cette liberté de dire «moi»... mais maintenant, surtout ces dernières années, où il y a eu un développement immense de la société de consommation, ça, ça fait que... l’adaptation au prochain, ça n’existe pas. C’est «moi» et puis le reste, on verra [...]. La vie se passe derrière les portes closes, ce qu’il y a au-dehors, ça n'a pas d'intérêt64.

62Cette critique ne semble pas uniquement adressée à la société espagnole, mais à la société moderne dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Antonio B. aurait peut-être un raisonnement différent s’il n’avait vécu dans une société différente, qui lui sert d’outil de comparaison. En effet, lorsque nous lui demandons, quelques instants plus tard, si certains aspects de sa vie en Allemagne lui manquent, sa réponse est immédiate : les contacts avec d’autres personnes, la vie en collectivité. Il tend, dans ce cas précis, à reconstruire une société est-allemande solidaire, communautaire, qu’il oppose à l’Espagne contemporaine.

63Nos interviewés entretiennent une relation ambivalente à l’Espagne : leurs parents leur ont longtemps parlé de ce pays pour lequel ils ont sacrifié leur vie, mais cette image de « terre d’origine » se trouve cependant mise à mal lorsqu’elle est confrontée à la réalité. Mercedes A. l’exprime de manière très claire dans l’extrait qui suit. Interrogée sur son image passée de l’Espagne et la réalité vécue, elle raconte son arrivée en Espagne, en 1975, peu de temps après la mort de Franco. Elle se décrit à la recherche d’une identité perdue, dans un pays qui essaye également de se redéfinir :

  • 65  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

C’était paradoxal. D’un côté, les Espagnols m’étaient étrangers. J’étais toujours étonnée par leur manière d’exagérer, leur manière théâtrale, en Andalousie particulièrement mais à Madrid aussi. D’un autre côté, je trouvais ça agréable cette période... C’était la période de la Transition, où des choses assez fortes se passaient mais de manière progressive. [...] J’étais très enthousiaste de la nouvelle Espagne, bien que je ne sois pas royaliste naturellement, mais au fur et à mesure, il [Juan Carlos] m’a convaincue. Il a fait attention à ce que tout se passe de manière pacifique. Ensuite, le PCE a été légalisé... Avec le temps, je dois dire que... Je suis retournée en Espagne pour devenir espagnole et avec le temps, j’ai compris que je ne le serais jamais. Je penserai toujours différemment65.

  • 66  Entretien avec Mercedes A., Berlin, décembre 2008.

64Ceux qui décident de « rentrer au pays » sont confrontés à la distance qui les sépare de leurs compatriotes restés en Espagne. Mercedes A. l’exprime de manière claire : son retour avait deux objectifs. D’un côté, elle souhaitait mettre un terme à sa vie en exil, de l’autre, elle voulait enfin devenir espagnole et parachever « sa recherche identitaire » : « Je ressentais de plus en plus le besoin de fermer le cercle de l’exil et de devenir enfin – comme je le dis – une “Espagnole normale”, qui vit ou pas en Espagne, mais en l’ayant décidé moi-même, sans que cela soit imposé par les circonstances de l’exil des parents66. »

65Or l’identité elle-même ne peut s’imposer une fois rentrée au pays, et cette recherche se solde par une déception. Dans le cas de Mercedes A., le processus de désexil semble donc avoir échoué.

Conclusion

66L’accueil dont bénéficient les Espagnols refoulés de France vers la RDA peut être qualifié de généreux : l’État est-allemand offre un travail à ces réfugiés, ainsi que des cours de langues et de multiples aides matérielles et financières. Les enfants sont immédiatement scolarisés et la poursuite d’études est encouragée. Cependant, l’intégration reste déficiente pour la première génération, principalement du fait de sa mauvaise maîtrise de la langue allemande. La seconde génération, qui semble avoir bénéficié de toutes les mesures nécessaires pour s’intégrer dans ce nouveau pays, décide cependant dans bien des cas de quitter la RDA afin de « retourner au pays » ou de s’installer dans un pays tiers. Il apparaît que, bien que cette décision ait souvent été liée à un positionnement politique, elle soit aussi liée à des questions d’ordre familial ou économique. Il est également à noter que ce « retour » n’est pas toujours facile, ces exilés de la deuxième génération ayant des difficultés à s’identifier à leur pays d’origine ou, du moins, à s’y installer, du fait du décalage entre l’image qu’ils se faisaient de l’Espagne (transmise à travers les récits de leurs parents) et la réalité vécue. Du fait d’une vie passée en exil, nos interviewés revendiquent une identité multiple, et il semble que, dans certains cas, l’apatridie soit devenue appartenance. Aussi revendiquent-ils leur diversité culturelle, qui paraît donner lieu à ce que Claudio Bolzman qualifie d’« invention d’une nouvelle appartenance » :

  • 67  Claudio Bolzman, Sociologie de l’exil, une approche dynamique, op. cit., p. 258.

L’identité n’est ainsi plus considérée comme quelque chose d’imposé de l’extérieur, mais comme un choix existentiel. La personne peut opérer une sélection critique d’éléments des deux cultures [ici, encore plus nombreuses], en retenant ce qu’elle estime positif et en rejetant ce qu’elle juge négatif ou inadéquat par rapport à son expérience67.

67C’est bien ce processus qui semble à l’œuvre ici. Cependant, une étude sur la manière dont ces personnes se perçoivent serait plus à même de permettre une classification des différentes revendications identitaires.

Haut de page

Notes

1  Pour en savoir plus sur l’opération Boléro-Paprika, voir : Aline Angoustures, « Les réfugiés européens au cœur du statut de réfugiés », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 44, 1996 ; Anne Dulphy, « La politique espagnole de la France », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 68, octobre-décembre 2000 ; Jordi Guixe i Coromines, L’Europa de Franco. L’esquerra antifranquista i « la caça de bruixes » a l’inici de la guerra freda. França (1943-1951), Barcelone, Abadia de Montserrat, 2002 ; Enrique Lister, « L’interdiction du Parti communiste espagnol en France », Beiträge zur Geschichte der Arbeiterbewegung, 3, 2003.

2  Tandis que le volet « Paprika » concerne des individus provenant des pays de l’Est ainsi que des Grecs, des Italiens et des apatrides.

3  Terme faisant référence à l’expérience vécue par les personnes rentrant dans leur pays d’origine, obligées de (ré)apprendre à vivre dans celui-ci. Voir Claudio Bolzman, Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zurich, éditions Séismo, 1996, p. 113.

4  Nous avons déjà traité de cette thématique dans l’article suivant : Aurélie Denoyer, « Les réfugiés politiques espagnols en RDA : Intégration et Identité », Trajectoire, Revue du CIERA, 3, 2009 (http://trajectoires.revues.org/index372.html). Voir aussi Harmut Heine, «El exilio republicano en Alemania oriental (RDA)», in Revista Migraciones y Exilios. Cuadernos de AEMIC, 2, 2001 (www.aemic.org).

5  Bericht von Kohn (12.09.1950). SAPMO BArch DY 30/IV 2/20/271.

6  Le département des relations internationales du comité central de la SED prenait en charge les relations avec les partis communistes étrangers ainsi que l’accueil de communistes étrangers sur le territoire est-allemand.

7  Pour en savoir plus sur le statut de réfugiés politiques en RDA, voir l’article de Patrice Poutrus, « Asyl im Kalten Krieg », Totalitarismus und Demokratie, 2, 2005, p. 273-288.

8  Membre du bureau politique du PCE.

9  En effet, au début de l’année 1951, les Espagnols visés par l’opération Boléro-Paprika et assignés à résidence en Algérie et en Corse demandent à rejoindre les démocraties populaires – ce qui leur sera accordé. De nouveaux collectifs sont alors créés en Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie et, ultérieurement, en Bulgarie et Roumanie. Voir Szilvia Pethö, El exilio de comunistas españoles en los países socialistas de Europa centro-oriental (1946-1955), Szeged, Thèse de doctorat à la faculté de philosophie et de lettre de Szeged, 2008.

10  Le comité de solidarité populaire est créé en octobre 1945 dans la zone d’occupation soviétique. Sous la direction de la SED, cette union prend financièrement et matériellement en charge les personnes âgées, les malades chroniques, les défavorisés mais aussi les émigrés politiques à partir de 1949.

11  Cette association fut créée en 1947 et est directement dépendante du comité central de la SED. Elle reconnaît les personnes ayant activement combattu le fascisme entre 1933 et 1945.

12 Michel Wieviorka, « L’intégration : un concept en difficulté », Cahiers internationaux de sociologie, 125, 2008/2, p. 226.

13  Où sont déjà installés des communistes espagnols.

14 Javier Rubio, La emigración de la guerra civil de 1936 a 1939 : historia del éxodo que se produce con el fin de la secunda República española, vol. 1-3 , Madrid, Ed. San Martin, 1977, p. 751.

15 Florence Guilhelm, L’obsession du retour. Les républicains espagnols (1939-1975),Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2005, p. 51.

16 Michel Wieviorka, « L’intégration : un concept en difficulté », art. cit., p. 236.

17 Raymond Aron, L’opium des intellectuels, Paris, Hachette, 2002 [1955]. Dans cet ouvrage, Raymond Aron démontre les mécanismes de la religion séculière que représenta à l’époque le marxisme.

18 Marc Lazar, « L’invention et la désagrégation de la culture communiste », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 44, 1994, p. 9-18.

19 Enrique Lister (fils), « Vorgeschichte und Voraussetzungen der Ansiedlung der spanischen kommunistischen Emigranten in Osteuropa », Totalitarismus und Demokratie - Fluchtpunkt Realsozialismus - Politische Emigranten in den Warschauer-Pakt-Staaten, 2, 2005, p. 313.

20 Dominique Schnapper, Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Gallimard, 2007.

21  Pour approfondir cette thématique, voir Aurélie Denoyer, « Integration und Identität. Die spanischen politischen Flüchtlinge in der DDR », in Kim Christian Priemel (dir.), Transit. Transfer. Politik und Praxis der Einwanderung in der DDR (1945-1990), Berlin, Be.Bra Verlag, 2011.

22  Schreiben des Zentralausschusses Volkssolidarität, Hans Kleinert, an das Zentralkomitee der SED, Abteilung Internationale Verbindungen (24.05.1951), SAPMO BArch DY 30/IV 2/20/271.

23  Übersicht über die Mitarbeit der spanischen Genossen beim Aufbau des Sozialismus in der DDR (15.06.1961). Sächs. HStA Dresden, 11857/IV/2/18/006.

24  Suite à une décision du bureau politique de la SED prise en 1951, une adhésion à la SED ne pouvait concerner que les citoyens est-allemands. De plus, l’adhésion des Espagnols au sein de la SED n’était par ailleurs probablement pas souhaitée par le PCE, ce dernier revendiquant tout au long de son exil l’autonomie de ses membres ainsi que son caractère national.

25  Korrespondenz zwischen Joaquim Rodriguez und dem Zentralkomitee der SED, Abteilung Internationale Verbindungen (22.02.1954), SAPMO BArch DY 30/IV 2/20/272.

26  Voir Michael Uhl, Mythos Spanien. Das Erbe der internationalen Brigaden in der DDR, Bonn, Dietz, 2004.

27  Jan C.Behrends ; Thomas Lindenberger ; Patrice Poutrus (dir.), Fremde und Fremd-Sein in der DDR. Zu historischen Ursachen der Fremdfeindlichkeit in Ostdeutschland, Berlin, Metropol, 2003.

28  En effet, suite à la condamnation de l’intervention des troupes du pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie, les relations entre le PCE et la SED se détériorent. La distanciation finale aura lieu en 1973, année où la SED établit des relations diplomatiques avec l’Espagne franquiste sans au préalable en discuter avec le PCE. Pour plus d’informations, voir Aurélie Denoyer ; Fajaldo, José M., « “Es war sehr schwer nach 1968 als Eurokommunistin”. Emigration, Opposition und die Beziehungen zwischen der Partido Comunista de España und der SED », in Arnd Bauerkämper ; Francesco Di Palma, (dir.), Bruderparteien jenseits des Eisernen Vorhangs. Die Beziehungen der SED zu den kommunistischen Parteien West- und Südeuropas (1968 - 1989), Berlin, Ch. Links Verlag, 2011.

29  Mercedes A., née en 1935. Après avoir passé son enfance en Union Soviétique, elle rejoint ses parents en France, en 1946. Suite à l’expulsion de son père, elle et sa mère partent en RDA en mai 1951 afin de l’y rejoindre. Mercedes étudie puis travaille en RDA en tant que traductrice. En 1975, elle rentre en Espagne. Elle décide cependant en 1990 de revenir à Berlin, où elle réside depuis lors.

30  Antonio B., né en 1936. Suite à la Retirada, il passe en France avec sa mère. Son père les rejoint quelques mois plus tard. En 1950, son père est expulsé vers la RDA. Antonio B. le rejoint en mai 1951 avec son frère cadet (né en 1942), sa mère étant entre temps décédée. Il étudie puis travaille en RDA dans le commerce extérieur et en tant que traducteur. En 1973, il décide de rentrer en Espagne. Il vit aujourd’hui encore en Catalogne.

31  Fernando L., né en 1936. Il passe également en France avec sa famille en 1939. Suite à l’expulsion de son frère aîné et de son père, il rejoint la RDA en mai 1951 avec le reste de sa famille. Il y étudie et y travaille, également dans le commerce extérieur. Fernando n’est jamais reparti en Espagne et vit aujourd’hui à Berlin.

32  Enrique B., frère d’Antonio B., est né en 1942 en France. Sa mère décède lors de l’accouchement. Suite à l’expulsion de son père, il rejoint également la RDA. Il y est scolarisé, puis y étudie l’ingénierie d’aviation. En 1972, il décide d’aller en France (tout comme son père). Il ne retourne pas en Allemagne et vit aujourd’hui encore à Paris.

33 Karl Mannheim ; Gérard Mauger (dir.), Le problème des générations, Paris, Nathan, coll. « Essais & Recherches », 1990.

34  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

35  Bericht über ein Gespräch des Gen. Guttmann mit Gen.Angel Alvarez (04.03.1974), SAPMO BArch DY 30/IV B 2/20/213 .

36  Vertrauliche Information. Zentralkomitee der SED, Internationale Verbindungen (01.04.1969), SAPMO BArch DY 30/IV A 2/20/534.

37  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009

38  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

39  Club de foot est-allemand, situé à Dresde.

40  Entretien avec Enrique B., Paris, avril 2009.

41  Entretien avec Enrique B., Paris, décembre 2008.

42  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

43  Entretien avec Fernando L., Berlin, juillet 2009.

44  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

45  Ibid.

46  Korrespondenz zwischen Joaquim Rodriguez und Grete Keilson, Abteilung Internationale Verbindungen beim Zentralkomitee der SED (25.08.1953), SAPMO BArch DY 30/IV 2/20/271.

47  Korrespondenz zwischen die Abteilung Außenpolitik und Internationale Verbindungen beim Zentralkomitee der SED und dem Zentralausschuss der Volkssolidarität (15.12.1953), SAPMO BArch DY 30/IV 2/20/272.

48  Entretien avec Fernando L., Berlin, juillet 2009.

49  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

50  Entretien avec Enrique B., Paris, décembre 2008.

51  Entretien avec Fernando L., Berlin, juin 2009.

52  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

53  Idem.

54  Entretien avec Mercedes A., Berlin, décembre 2008.

55  Expérience vécue par les personnes rentrées au pays et obligées de (ré)apprendre à vivre dans celui-ci.

56 Claudio Bolzman, Sociologie de l’exil : une approche dynamique, op. cit., p. 113.

57  Idem.

58  Entretien avec Enrique B., Paris, décembre 2008.

59  Idem.

60  La loi sur la mémoire historique, officiellement appelée « Loi pour que soient reconnus et étendus les droits et que soient établis des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violence durant la Guerre civile et la Dictature », visant à reconnaître les victimes du franquisme, a été adoptée le 31 octobre 2007. Elle inclut la reconnaissance de toutes les victimes de la guerre civile espagnole et de la dictature franquiste, l’ouverture des fosses communes ou encore le retrait des symboles franquistes dans les espaces publics.

61  Entretien avec Fernando L., Berlin, juin 2009.

62  L’expression « enfants de la guerre », désigne les enfants envoyés au début de la guerre civile en URSS. Pour en savoir plus, voir Enrique Zafra ; Rosalia Crego ; Carmen Heredia,Los niños españoles evacuados a la URSS, Madrid, Ed. de la Torre, 1989.

63  Ibid.

64  Entretien avec Antonio B., Barcelone, octobre 2009.

65  Entretien avec Mercedes A., Berlin, avril 2009.

66  Entretien avec Mercedes A., Berlin, décembre 2008.

67  Claudio Bolzman, Sociologie de l’exil, une approche dynamique, op. cit., p. 258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Denoyer, « L’exil communiste espagnol en RDA : accueil, intégration, retour », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4229 ; DOI : 10.4000/ccec.4229

Haut de page

Auteur

Aurélie Denoyer

Docteur en histoire, post-doctorante associée au Centre Marc Bloch (Berlin)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org