Navigation – Plan du site
Livres reçus, revue des revues

Livres reçus

Libros recibidos

Danièle BussyGenevois (ed.), La laicización a debate. Interpretación, prácticas, resistencias (España, Francia, América Latina) siglos XIX-XXI, , Zaragoza, Institución «Fernando el Católico” (CSIC), 2011, 428 p. , ISBN 978-84-9911-139-1

Cet ouvrage collectif est issu des trois années de séminaire consacrées par une dynamique équipe de recherche de l’Université de Paris-viii à la laïcité dans le monde hispanique et latino-américain, lesquelles ont été couronnées par un colloque qui a donné son titre à un volume propice à la réflexion.

L’éditrice, Danièle Bussy Genevois, y expose, en introduction, avec clarté la problématique qui sous-tend un ensemble de 14 études dues à 12 auteurs exerçant en France et à 2 historiennes espagnoles. L’ouvrage s’inscrit dans une durée biséculaire qui s’étend des guerres d’indépendance dans les colonies espagnoles du Cône sud au début du XIXe siècle jusqu’à la transition démocratique en Espagne et aux récents débats sur les racines religieuses de l’Europe pendant la préparation du traité constitutionnel européen.

La laïcisation de nations façonnées par le catholicisme est appréhendée comme « un processus évolutif et irrégulier » entravé par des résistances qui rendent, aujourd’hui encore, aléatoire l’idéal de la laïcité.

Jordi Canal et Eduardo GonzálezCalleja (comp.), Guerras civiles. Una clave para entender la Europa de los siglos XIX y XX, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

La guerre civile, la résistance, la révolution et la contre-révolution sont des questions essentielles pour comprendre l'histoire de l'Europe contemporaine. Jordi Canal et Eduardo González Calleja nous présentent neuf collaborations de différents auteurs autour de ces questions dans une perspective comparatiste ; des approches conceptuels mais aussi des réflexions sur la violence, la représentation de l'ennemi, l'ordre et le désordre public. Cet ouvrage est le résultat du colloque « Guerres civiles dans l'Europe contemporaine » qui eut lieu à la Casa de Velázquez en mai 2009.

Marie-Claude Chaput et Julio PérezSerrano, Civilisation espagnole contemporaine (1868-2011), Paris, Presses Universitaires de France, 2011.

Marie-Claude Chaput y Julio Pérez Serrano nos presentan esta panorámica general sobre la historia contemporánea de España, especialmente dirigido a los estudiantes universitarios de español, pero interesante igualmente para cualquier especialista de la historia de España. El lector encontrará en esta obra algo más que un manual de historia, ya que el trabajo supone ante todo una reflexión sobre el difícil proceso de modernización de España a lo largo de los últimos doscientos años, por poner una cifra redonda. El análisis del proceso de construcción de la democracia y del progreso económico muestra cómo los bloqueos constantes de las oligarquías han jalonado un camino de constantes avances y retrocesos ; conformando de esta manera unos fuertes desequilibrios y unas debilidades estructurales que marcan el devenir de la España contemporánea hasta nuestros días.

Arón Cohen (ed.), El trabajo y sus riesgos en la época contemporánea. Conocimiento, codificación, intervención y gestión, Barcelona, Icaria editorial, 2012, 378 p., ISBN 978-84-9888-410-4

Spécialiste du secteur minier andalou, enquêteur opiniâtre dans les archives de la firme Peñarroya, Aron Cohen propose un ouvrage collectif qui enrichit un chantier ouvert en Espagne depuis une vingtaine d’années, celui des risques professionnels et de leur incidence sur la santé des travailleurs. La difficulté de l’entreprise réside dans le décalage existant entre l’évidence d’un phénomène massif et banal et l’insuffisance des « observatoires » nécessaires pour l’appréhender dans ses diverses manifestations.

En rassemblant autour de lui 14 collègues représentant des approches disciplinaires complémentaires : histoire générale et histoires sectorielles, géographie humaine, sociologie, l’éditeur se donne les moyens d’aborder dans la moyenne durée, du milieu du xixe siècle au premier tiers du xxe, plusieurs secteurs socio-professionnels . L’ouvrage se clôt sur la contribution de Catherine Omnès, chercheuse française qui, avec son groupe de recherche de l’Université Versailles St Quentin-en-Yvelines, a joué un rôle de premier plan dans le renouveau de cette historiographie.

Tony Judt et Timothy Snyder, Pensar el siglo XX, Madrid, Taurus, 2012, 400 p.

Traduction en espagnol du dernier livre de Tony Judt, structuré sous la forme d'une longue discussion avec son ami et collègue historien Timothy Snyder. Comme nous pouvons lire dans l'introduction, Pensar el siglo xx est un livre d'histoire, une biographie et un traité d'éthique, dans lequel Tony Judt présente ses réflexions et conclusions sur des sujets qui ont marqué l'histoire contemporaine et, en même temps, sa vie : sa formation anglaise, l'influence des intellectuels français, le marxisme, le sionisme ou les alternatives économiques construites tout au long de ces années ; ainsi qu'une liste de personnages essentiels pour comprendre l'histoire du dernier siècle et de l'actualité : Keynes, Hayek, Freud, Sartre, Orwell, Churchill, Lénine, Aron, Hobsbawm... Un ouvrage qui nous permet de réfléchir sur l'évolution récente du monde et sur la pensée qui a défini la période contemporaine.

Clara E. Lida, La Mano Negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), 93100 Montreuil, Ed. L’Échappée, 2011. Traduit de l’espagnol par Donato. 126 p. ISBN 978-29158304-8-4

Dans une traduction soignée, Clara Lida republie une étude parue en 1969 en langue anglaise dans International Review of Social History. Elle y mettait en rapport la « découverte » par la Garde civile, dans les campagnes de Cadix, de statuts et de règlements d’une société secrète, la Mano Negra, avec la situation de clandestinité à laquelle s’était trouvé réduit dans les premières années de la Restauración un mouvement anarchiste porte-parole de la petite paysannerie.

Dans cette version française, l’auteur fait suivre le texte initial d’une mise à jour intitulée « la Mano Negra revisitée ». Elle y rappelle les apports ultérieurs d’autres chercheurs tels que Jacques Maurice sur les procès de Jerez de la Frontera et de Demetrio Castro Alfín sur la crise agraire des années 1880, avant de revenir longuement sur la période décisive de la clandestinité pendant laquelle s’organisent des groupes autonomes limités en nombre et se radicalisent discours et pratiques dans un contexte européen extrêmement coercitif. En conclusion, « la Mano Negra n’a pas été un phénomène de 1883, mais un prétexte pour réprimer la grève des journaliers et des paysans préparée pour ce printemps ».

Ces deux études suggestives sont complétées par une chronologie s’échelonnant de 1820 à 1910 ainsi que par une bibliographie incluant quelques films documentaires.

Francisco Morente (ed.), España en la crisis europea de entreguerras, Madrid, Los libros de la Catarata, 2012, 384 p.

Cet ouvrage est une étude sur la guerre d'Espagne dans le contexte de ceux que certains auteurs ont défini comme guerre civile européenne. Le livre est divisé en 17 chapitres organisés sur quatre axes d'analyse : des questions d'ordre international, les effets du conflit sur la population civile, les cultures et les politiques de guerre et, finalement, le financement des armées en guerre. L'analyse globale présente la guerre civile espagnole dans des cadres national et international, pas comme un fait historique exceptionnel, mais comme le résultat de différents éléments d'ordre interne et externe qui expliquent ce processus historique de tensions et conflits, dont leurs origines remontent à la période de la Restauration.

Denis Rodrigues, La Transition en Espagne, les enjeux d'une démocratisation complexe (1975-1986), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 271 p.

Esta obra de Denis Rodrigues analiza el proceso de la transición española de la dictadura franquista a la democracia. La reflexión está abierta a todos los aspectos de este periodo, partiendo la cuestión política e institucional, hasta los aspectos económicos, sociales, culturales y de política internacional.

Manuel SirventRomero, Un militante del anarquismo español (Memorias, 1889-1948), Edición, introducción y notas de Joël Delhom Con la colaboración de Pierre-Luc Abramson y Melodia Sirvent, Madrid, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, 2012, 417 p., ISBN 978-84-86864-84-2

Edition critique des mémoires de Manuel Sirvent, militant anarchiste espagnol qui développa une forte activité de propagande en Espagne dès les années 20. Après un passage par les champs de concentration en France et en Angleterre, il continua sa lutte antifranquiste et son militantisme libertaire dans son exil français en organisant l'activité de la Régional de Bretagne du MLE et de la CNT. Cette édition critique de Joël Delhom, nous permet de situer dans son contexte le parcours vital et militant de Manuel Sirvent, pour faciliter la compréhension de ses mémoires, et contribue également à renforcer la connaissance du mouvement libertaire espagnol et de l'exil anarchiste.

Exilé en France à l’issue de la Guerre civile, Manuel Sirvent écrit sur le tard ses mémoires dans des cahiers mis au jour par sa petite fille. Originaire d’Elda (province d’Alicante), ce cordonnier s’engage très jeune dans le mouvement libertaire, accède à des responsabilités de premier plan à la CNT et à la FAI, partage les vicissitudes des militants sous la Dictature de Primo de Rivera et la Seconde République, participe à l’expérience de collectivisation des Cuirs et Peaux pendant la Guerre civile, subit enfin l’épreuve des camps d’internement des républicains réfugiés en France.

Edition très soignée, minutieusement annotée de ces cahiers, illustrée de documents d’époque et de quelques photographies, précédée d’une longue introduction, à la fois méthodologique et historique, de Joël Delhom, nourrie de sources de première main puisées dans archives et hémérothèques de part et d’autre des Pyrénées et qui repose sur une bibliographie exhaustive rassemblant ouvrages de référence et monographies récentes, historiographie militante et travaux académiques.

Subventionnée par l’Université de Bretagne-Sud (Lorient), cette édition fait honneur à la Fundación Anselmo Lorenzo.

Bibliographie

Ouvrages signalés

Andrade Blanco, Juan Antonio, El PCE y el PSOE en (la) Transición. La evolución ideológica de la izquierda durante el proceso de cambio político, Madrid, Siglo XXI, 2012, 448 p.

Cate-Arries, Francie, Culturas del exilio español entre las alambradas. Literatura y memoria de los campos de concentración en Francia, 1939-1945, Barcelona, Anthropos, 2012, 461 p.

Duroux, Rose ; Sicot, Bernard, Últimos ecos del exilio. Cuentos y relatos hispanomexicanos / Derniers échos de l'exil. Contes et récits hispano-mexicains. Antología bilingüe / Anthologie bilingue. Textos seleccionados, presentados y traducidos por Rose Duroux y Bernard Sicot / Textes sélectionnés, présentés et traduits par Rose Duroux et Bernard Sicot, Exils et migrations ibériques au XXe siècle, CRIIA, Université Paris Ouest, nouvelle série nº 4 , 2012. Commande.

Elorza, Antonio, Urgoiti, Una utopía reformadora. El Sol (1917-1931) y Crisol (1931), Madrid, APM, 2012.

EscobarLaplana, David, Una colección para la Transición. Espejo de España, de la Editorial Planeta (1973-1978), Gijón, Trea S.L., 264 p.

Fisbach Eric ; Mogin-Martin Roselyne ; Dumas Christophe (dir.), Après la dictature, la société civile comme vecteur mémoriel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 243p.

Godicheau, François, No callaron. Las voces de los presos antifascistas de la República (1937-1939), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2012, 288 p.

GonzálezCalleja, Eduardo, Los totalitarismos, Madrid, Síntesis, 2012, 278 p.

LlombartHuesca, Maria (ed.), Identidades y exilios de España en Francia. Un siglo de exilios y migraciones (1880-2000), Granada, Editorial Comares, 2012.

LópezFacal, Ramón y CaboVillaverde, Miguel (ed.), De la idea a la identidad : estudios sobre nacionalismos y procesos de nacionalización, Granada, Editorial Comares, 2012.

Marco, Jorge, Guerrilleros y vecinos en armas. Identidades y culturas de la resistencia antifranquista, Granada, Comares, 2012, 269 p.

MarcosdelOlmo, María Concepción et SerranoGarcía, Rafael, Mujer y política en la España contemporánea (1868-1936), Valladolid, Universidad de Valladolid, 2012.

Purkiss, Richard, Democracy, trade unions ans political violence in Spain. The Valencian anarchist movement, 1918-1936, Brighton & Eastbourne, Sussex Academic Press, 2011.

RamosEspejo, Antonio, Andalucía de vuelta y media (represión, prensa e imagen), Sevilla, Centro Andaluz del Libro, 2012, 696 p.

RamosGarcía, Tano, El caso Casas Viejas. Crónica de una insidia (1933-1936), Barcelona, Tusquets, 2012, 443 p.

Resina, Joan Ramón (ed.), Iberian Modalities. A Relational Approach to the Study of Culture in the Iberian Peninsula, Liverpool University Press – Contemporary Hispanic and Lusophone Cultures, 2012.

Ruiz, Julius, La justicia de Franco. La represión en Madrid tras la Guerra Civil, Barcelona, RBA Libros, 2012, 460 p.

Saz, Ismael y Archilés, Ferran eds., La nación de los españoles. Discursos y prácticas del nacionalismo español en la época contemporánea, València, Universitat de de València, 2012, 519 p.

Viñas, Ángel, En el combate por la historia. La República, la guerra civil, el franquismo, Barcelona, Pasado & Presente, 2012.

VV.AA., El exilio español de 1939 y la segunda generación, Sevilla, Renacimiento, 2012, 1184 p.

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org