Navigation – Plan du site

Passage de témoin

Jacques Maurice
Traduction(s) :
Relevo

Texte intégral

1Les Cahiers de civilisation espagnole contemporaine se portent bien : en cinq années d’existence, le nombre de visites et de visiteurs du site a augmenté régulièrement, leur consultation sur la Toile s’est internationalisée bien au delà des pays hispanophones et, indicateur particulièrement encourageant, la durée des visites atteint maintenant un pourcentage significatif. Pourtant, le pari n’était pas gagné d’avance. Lancé il y a six ans, à la fin du printemps 2006, le projet de revue électronique avait certes reçu un accueil largement favorable, mais, parmi les hispanistes civilisationnistes du contemporain, plus d’un avait exprimé des doutes sur la viabilité de l’entreprise. Avec les huit numéros mis en ligne et une périodicité semestrielle maintenue bon an mal an, le collectif de rédaction a démontré qu’une revue interuniversitaire bilingue était non seulement nécessaire mais possible, dès lors qu’elle s’insérait dans un réseau scientifiquement reconnu et opérationnel comme l’est le CLEO, Centre pour l’édition électronique ouverte.

2Les considérants du projet des Cahiers sur les risques de dissolution disciplinaire contenus en germe dans une politique qui subordonne les centres de recherche universitaire à des appels d’offres conçus par la technostructure ont été, même si nous le déplorons, validés par l’expérience comme l’ont confirmé les récentes journées d’étude de la SHF, Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, sur « Transversalité et visibilité disciplinaire : les nouveaux défis de l’hispanisme » (www.hispanistes.org). Nous sommes déterminés à relever ces défis en droite ligne de ce que nous avons réalisé jusqu’à présent, en valorisant la production scientifique des chercheurs qui, dans l’Hexagone comme hors de ses frontières, travaillent sur l’Espagne contemporaine, ses sociétés et ses cultures, en diffusant des matériaux pour la recherche, en publiant des inédits, en resserrant le dialogue désormais renoué avec les chercheurs de langue espagnole, où qu’ils exercent.

3Le gage de la réussite passée et à venir c’est l’esprit d’équipe : la rédaction forme un collectif solidaire, non un conseil ou un comité, les experts se sont progressivement constitué en un comité qui est à la fois instance de proposition et d’évaluation et non pas un conseil décoratif. C’est cette conception qu’a défendue et illustrée tout au long de sa carrière d’enseignant-chercheur à Paris-viii Vincennes et Saint-Denis, puis à Paris-x Nanterre, celui qui cesse avec ce numéro d’être le directeur des Cahiers pour n’en être plus que le fondateur et qui demeure, parmi ses pairs, membre du collectif de rédaction. L’heure de la relève a sonné : n’est-ce pas ainsi jouer au mieux le rôle de passeur entre générations ?

4Lors de sa réunion annuelle, le 26 mars dernier, le collectif a été unanime à considérer que Manuelle Peloille, cheville ouvrière des Cahiers depuis leur naissance, et Serge Buj, enseignant-chercheur chevronné, ont toutes les qualités requises pour que, sous leur direction, les Cahiers aient une longue vie. C’est désormais à eux de renforcer le collectif, d’enrichir le contenu de la revue, de rendre celle-ci plus interactive encore qu’elle ne l’est, en un mot d’imprimer leur marque. Nos lecteurs jugeront bientôt sur pièces et, à coup sûr, en confirmant leur fidélité aux Cahiers,en accroîtront le rayonnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Maurice, « Passage de témoin », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4152

Haut de page

Auteur

Jacques Maurice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org