Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Séphardisme et Hispanité. L’Espagne à la recherche de son passé (1920-1936)

David Marcilhacy
Référence(s) :

Eva Touboul Tardieu, Séphardisme et Hispanité. L’Espagne à la recherche de son passé (1920-1936), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2009, 413 p.

Texte intégral

1Depuis 1982, l’Espagne offre la nationalité espagnole aux Sépharades résidant dans le pays depuis au moins deux années. Ce droit, qui fut alors aussi octroyé aux ressortissants des anciennes colonies d’Amérique hispanique, des Philippines et de Guinée Equatoriale,   témoigne d’une reconnaissance officielle des Juifs sépharades comme partie intégrante de l’histoire espagnole.

2Il n’en a pas toujours été ainsi pour cette communauté, dont les membres furent expulsés d’Espagne en 1492 par les Rois Catholiques, selon une disposition officiellement en vigueur jusqu’en 1967. Pourtant, à partir du milieu du xixe siècle, une frange d’intellectuels espagnols libéraux, dont Amador de los Ríos, Adolfo de Castro et Fernando de los Ríos, redécouvre peu à peu ces « enfants perdus » que l’Espagne a rejetés puis ignorés pendant tant de siècles. Ce n’est qu’au tournant du siècle, avec l’effondrement définitif de l’empire colonial espagnol, que prend corps un mouvement visant resserrer les liens avec les descendants des Juifs d’Espagne alors surtout installés dans les Balkans et au Maroc.

3A travers le livre Séphardisme et Hispanité, tiré de sa thèse doctorale soutenue en 2006, Eva Touboul Tardieu étudie la naissance de ce courant, le Séphardisme, ainsi que le processus ayant conduit à la maturation de ce projet culturel, politique et diplomatique pendant la quinzaine d’années qui précède le déclenchement de la Guerre civile espagnole. S’inscrivant dans le regain d’intérêt historiographique pour les relations entre l’Espagne et les Juifs qui s’exprime depuis le cinquième centenaire de l’Edit d’expulsion, en 1992, cette étude ambitieuse s’intéresse également à l’image des Juifs qui a été forgée en Espagne selon un processus de mythification à même de déréaliser la communauté religieuse qui était pourtant l’objet de ce mouvement. La perspective suivie est donc celle d’une histoire sociale et culturelle et d’une histoire des représentations. Se situant dans une période charnière de l’histoire espagnole et européenne, l’ouvrage retrace la poussée de ce mouvement en parallèle au processus de fragilisation des Juifs en Europe et à l’apparition du sionisme.

4La diaspora sépharade prise dans le feu de la Première Guerre mondiale et de l’effondrement des empires russe, austro-hongrois et ottoman, traverse depuis l’orée du xxe siècle une période de crise et de bouleversements. A la montée de l’antisémitisme dans leurs terres d’accueil, s’ajoutent les tensions internes de ces communautés, liées aux options politiques de leurs membres et au choix lancinant entre le maintien de la tradition et l’ouverture à une modernité qui met à l’épreuve leur identité et leurs pratiques religieuses. C’est précisément dans ce contexte difficile que l’Espagne, incarnation aux yeux du monde entier de l’intolérance religieuse comme le rappelle Eva Touboul, déploie une activité intense envers les descendants de ceux qu’elle a expulsés en 1492.

5Dans le sillage du docteur et sénateur libéral Ángel Pulido, plusieurs journalistes et intellectuels comme Américo Castro, Carmen de Burgos ou Rafael Cansinos Assens, s’intéressent à l’héritage culturel judéo-espagnol, mais aussi au symbole que représentent et au rôle que peuvent jouer ces Juifs sépharades sur un plan politique et diplomatique. Alors que, depuis 1898, l’Espagne connaît un processus nationaliste de reconstruction identitaire et qu’elle essaie de relire son passé afin de conjurer les symptômes de sa décadence, une partie de ses élites cherche de nouvelles aires d’influence pour tenter d’exister à nouveau sur la scène internationale. Au-delà de l’Amérique hispanophone, prolongement « naturel » d’un pays qui refuse de renoncer à une vocation universelle, la communauté sépharade représente un double défi.

6Diplomatique, tout d’abord, car les populations sépharades sont réparties dans le bassin méditerranéen et constituent autant de points d’ancrage susceptibles d’offrir à l’Espagne de nouveaux débouchés, économiques et commerciaux notamment. De même, sur un plan culturel, la présence de ce vivier constitue un atout potentiel pour le rayonnement culturel du pays sur les rives orientale et méridionale de la Méditerranée.

7Sur un plan politique, le défi posé par cette redécouverte des Juifs espagnols n’est pas moindre. Par la réinterprétation, voire la conjuration, d’un passé espagnol lourd de sa leyenda negra, le Séphardisme participe de l’entreprise de régénération nationale. D’aucuns y voient certainement l’opportunité pour l’Espagne d’apparaître enfin sous un jour plus tolérant et libéral à l’égard d’une minorité condamnée à un fragile exil, mais c’est aussi l’occasion pour différents secteurs idéologiques de réinterpréter la construction nationale de l’Espagne et « la mission » qui lui est dévolue dans l’histoire, pour reprendre la phraséologie de l’époque.

8Eva Touboul souligne avec justesse le paradoxe de cette Espagne encore très conservatrice et catholique qui « réhabilite, voire réintègre dans la communauté nationale » ces juifs qui en avaient été bannis à travers un processus de sédimentation de l’identité espagnole passant par le rejet de l’Autre, en particulier des Juifs, des athées et des protestants.

9Cette intégration n’est en effet pas sans poser problème. L’influence de l’historien Ramón Menéndez y Pelayo se fait sentir tout au long de la Restauration et façonne la conception conservatrice de la construction nationale. En rupture avec le courant romantique qui, à travers les récits de voyage, revendique, au milieu du xixe siècle, l’ascendance maure de l’Espagne, Menéndez y Pelayo (Historia de los heterodoxos españoles, 1880-82) a très tôt établi un canon du récit historique où « l’essence » de l’Espagne est fondamentalement catholique, rejetant par là même comme hétérodoxes la présence et les apports des Juifs sépharades et des Arabo-Berbères musulmans de l’Espagne du Califat et des Taïfas.

10Parce qu’il remet en cause cette interprétation exclusive en soulevant la question de la tolérance religieuse et parce qu’il révise l’idée d’unité religieuse comme fondement consubstantiel de l’identité nationale, le philosémitisme initial est marqué du sceau du libéralisme. Pourtant, dès les années 1920, ses défenseurs dépassent les milieux du libéralisme progressiste : des conservateurs comme Gabriel Maura ou Pedro Sainz Rodríguez, des entrepreneurs proches de la dictature de Primo de Rivera comme le banquier Ignacio Bauer (par ailleurs président de la communauté israélite de Madrid), s’emparent du séphardisme avec, pour certains, un objectif d’impérialisme culturel, « Ad majorem gloriam Hispaniae » pour reprendre les termes d’Eva Touboul. Dans ce cadre, la présentation des Judéo-espagnols comme un élément constitutif du sentiment national ne peut être interprétée de façon univoque, et la diversité des appartenances politiques des philosépharades illustre bien l’ambivalence de cette démarche de réconciliation. Bien des défenseurs de ce mouvement sont précisément les apôtres de ce qu’Eva Touboul appelle l’« Hispanité », parmi lesquels on retrouve certains des futurs théoriciens de l’impérialisme culturel hispanique, tels que un l’écrivain ibériste et fascisant Ernesto Giménez Caballero.

11A cet égard, on fera remarquer que l’emploi qui est fait du concept politico-culturel d’Hispanité pour la période des premières décennies du xxe siècle est assez discutable. Au-delà d’une question de terminologie, car s’agissant du vaste mouvement (que certains conçoivent comme une véritable croisade) de réhabilitation et de diffusion de la civilisation hispanique qu’entreprirent les intellectuels du premier tiers du xxe siècle, nous aurions préféré parler d’« hispanisme » militant, il convient de conserver le concept d’« Hispanité » comme un projet daté historiquement et marqué idéologiquement : celui né à la toute fin des années 1920 dans les milieux de la droite nationaliste autour de Zacarías de Vizcarra et de Ramiro de Maeztu, alors ambassadeur en Argentine, qui ne devient d’ailleurs un véritable corps de doctrine qu’en 1934 avec la publication de l’essai Defensa de la Hispanidad. Le concept appartient donc bien plus aux années trente et quarante, qu’aux décennies antérieures, où seul le mythe protéiforme de la « Raza Hispana », concept fourre-tout aux contours finalement incertains, s’accompagne de courants idéologiques en cours d’élaboration et encore en discussion.

12Quoi qu’il en soit, on peut aussi considérer l’hispanité (sans majuscule, car le terme n’apparaît pas à l’époque) comme une construction culturelle précédant le projet idéologique de l’Hispanité, et à cet égard, il est tout à fait légitime d’aborder le Séphardisme, au même titre que l’Américanisme ou même qu’à certains égards l’Africanisme, comme un de ses avatars qui a pu un temps séduire un partie des élites espagnoles.

13Très certainement, et comme il ressort nettement de l’analyse d’Eva Touboul, c’est la complexité des motivations internes aux acteurs espagnols du courant séphardiste qui explique son échec postérieur. La persistance de préjugés contre les Juifs dans la culture religieuse et l’inconscient collectif espagnols explique également que le projet séphardiste ait fait long feu. De même que l’Exposition Ibéro-américaine de Séville (1929-30) représente à la fois le couronnement et le chant du cygne de l’hispano-américanisme régénérationniste, la célébration à Cordoue, en 1935, du viiie Centenaire de la naissance de du grand savant judéo-espagnol Maimonide constitue l’apothéose du Séphardisme avant le formidable retour en arrière que représentera la dictature franquiste. Avec le retour de l’exclusivisme religieux, consacré par la doctrine du national-catholicisme, et le rôle joué par l’Espagne pendant la Seconde Guerre mondiale, toute idée de réconciliation de l’Espagne dictatoriale avec ses « fils » juifs est abandonnée.

14Au final, avec Séphardisme et Hispanité, Eva Touboul Tardieu offre une étude approfondie et documentée d’histoire culturelle, fondée sur les agents et manifestations du courant séphardiste et sur les enjeux culturels, politiques et idéologiques de son développement. Ce faisant, elle renoue avec une tradition de l’hispanisme français, ouvert aux différents apports qui ont façonné l’Espagne au cours de son histoire, depuis Marcel Bataillon pour l’influence de l’érasmisme en Espagne jusqu’à Haïm Vidal Sephiha pour l’histoire des Judéo-espagnols.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Marcilhacy, « Séphardisme et Hispanité. L’Espagne à la recherche de son passé (1920-1936) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4138

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org