Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

El PSUC, l’antifranquisme i la política d’aliances a Catalunya

Serge Buj
Référence(s) :

Giaime Pala, El psuc, l’antifranquisme i la política d’aliances a Catalunya

(1956-1977), Editorial Base, 2011, 246 p.

Texte intégral

1Il ne s’agit pas là de l’un des premiers ouvrages consacrés à l’histoire du Parti Socialiste Unifié de Catalogne, d’autres écrits bien antérieurs ont déjà exploré cette dernière sous la forme d’ouvrages généraux, celui de Carme Cebrián, Estimat psuc, publié en 1997, qui en constituait l’emblème jusqu’ici, ou encore l’ouvrage collectif publié sous l’égide du psuc lui-même, Nuestra Utopía, psuc, cincuenta años de historia de Cataluña (Planeta,1986). Soulignons également que la plupart des ouvrages consacrés à l’histoire du pce font référence au psuc (y compris ce monument encore incontournable publié en 1986 par Gregorio Morán, Miseria y grandeza del Partido Comunista de España, 1939-1985).

2Par ailleurs, de nombreux articles qu’il est impossible de citer ici ont été consacrés au cours de ces trois dernières décennies à toute ou partie de cette histoire, sous des signatures qui font autorité en matière d’histoire politique : Josep Fontana, Carme Molinero, Pere Ysás ou Pere Gabriel, pour ne citer que les plus connus. Le lien étant fort, d’autres aussi nombreux évoquent cette histoire, ceux qui ont été consacrés à l’histoire des conc (Commissions Ouvrières de Catalogne) ou aux politiques des entités et groupes politiques avec lesquels ce parti tentera, avec des fortunes diverses, de faire un bout de chemin pendant la période que cet ouvrage nouveau examine.

Le psuc, un parti communiste qui fait exception

3La naissance et l’existence même de ce parti sont originales. Voici un parti politique qui naît au début de la guerre civile (le 23 juillet 1936). Il est le fruit de la mise en route d’une politique de fusion des deux courants séparés par la création de la iiie Internationale, fusion à l'échelle espagnole que la guerre rendra caduque. L'objectif était de réunir les militants de deux partis aux forces disparates : le psoe -dans ce cas, sa fédération catalaneet des groupes enfantés par la scission léniniste (le pce). La fusion à l’échelle espagnole sera coupée net dans son élan, à cause de la guerre essentiellement, seules les organisations de jeunesse espagnoles liées au pce ou au psoe et les fédérations catalanes de ces partis la mèneront à bien.

4L’objectif de ses créateurs étaient de s’affirmer comme parti communiste national catalan, alliant ainsi deux aspirations : la conquête sociale, le combat révolutionnaire et l’union d’un nationalisme de gauche alors résiduel (représenté essentiellement par l’Unió Socialista de Catalunya). Cette création se fera sous l’impulsion de quelques figures que nous retrouverons tout au long de ce demi-siècle d’histoire : pour les Jeunesses Socialistes Unifiées (jsu), Santiago Carrillo, dirigeant des Jeunesses Socialistes, Fernando Claudín, jeune dirigeant du groupusculaire pc et pour la Catalogne, les figures tutélaires de Joan Comorera, Josep Moix et Pere Ardiaca.

5Comme le titre de l’ouvrage auquel nous nous intéressons l’indique, l’auteur ne revient pas sur les origines du psuc, ni sur les périodes sombres qu’il a vécu par l’effet de la clandestinité, de la répression ni de sa bolchévisation à marche forcée. Il tente de faire le point sur la période la plus faste de l’histoire de ce parti, celle qui court pendant les vingt années qui lui verront développer une large politique de rassemblement, développer aussi un approfondissement de son critère original, combinant son affirmation comme parti ouvrier et son attachement à la Catalogne, deux lignes de conduite qui lui confèreront un prestige historique certain pendant la période de la transition avant son éclatement et sa marginalisation au début des années quatre-vingts.

6Si les politiques ne sont plus les mêmes, depuis le début des années cinquante les acteurs ne le sont plus tout à fait non plus. Des figures centrales apparaissent, celles de Gregorio López Raimundo, Josep Serradell (Román), Margarita Abril, Miquel Nuñez, Cipriano Garcia, issues pour la plupart des rangs des jsu du temps de guerre. Plus tard, d’autres cadres émergeront, en général plus nettement liés aux classes moyennes, au christianisme social ou au catalanisme théorique, l’avocat Josep Solé Barberá, et de plus jeunes, le médecin Antoni Gutiérrez, le philosophe Manuel Sacristán, le sociologue Alfonso Carlos Comín, le juriste Jordi Solé Tura, le sociologue Joaquim Sempere et l’éditeur Xavier Folch i Recasens, les syndicalistes Josep Lluis Bulla et Francisco Frutos, ou tous ces « curés-rebelles », prêtres et communistes parmi lesquels se détache la figure de Lluís Hernández, qui fut maire communiste de Santa Coloma de Gramenet. Et beaucoup d’autres.

Giaime Pala

7L’auteur de cet ouvrage mérite toute notre attention. Docteur en histoire diplômé de l’Institut Universitari d’Història Jaume Vicens i Vives de l’Université Pompeu Fabra, depuis 20101, il est italien de nationalité et s’est retrouvé en Espagne après avoir suivi un cycle d’étude universitaires à Cagliari en Lettres et Philosophie. Ce trait biographique ne serait pas signifiant en soi s’il n’apportait une dimension intéressante à ses travaux, celle d’une vision de l’histoire politique catalane fondée sur des critères culturels externes, fourmillant de références qui peuvent souvent faire défaut à ceux qui traitent de celle-ci dans un contexte personnel « catalano-centré ». Le deuxième critère personnel sur lequel nous pensons devoir insister c’est la jeunesse de l’auteur. Né en 1976, il appartient à ces jeunes générations qui examinent, avec toute la maîtrise requise et une habitude de la recherche archivistique éprouvée, cette période troublée et passionnante à la fois dont une histoire globale approfondie fait défaut aujourd’hui.

8Nous pensons que c’est cette génération qui pourra mener à bien un jour l’étude connectée des années de plomb italiennes, allemandes ou françaises, des années des dictatures finissantes de l’Europe du Sud (Espagne, Grèce, Portugal), des mouvements de libération en Amérique Latine, années marquées par une intense circulation des idées politiques, sociales et sociétales.

Le contexte

9Il s’agit d’une période où ressurgit une forte sensibilité au marxisme en tant que théorie sociale critique. Ce sont des années pendant lesquelles on relit Marx et Engels, mais aussi Kautsky et Bernstein, Gramsci, Mao Zedong et, bien entendu Trotski et Lénine dont les écrits sont sans cesse réédités. La sociologie comme science du tout social est en vogue dans les universités faisant entrer aussi dans cette circulation des idées de nouveaux concepts également enfantés par une lecture moderne du marxisme, concepts portés par quelques figures : Herbert Marcuse, Pierre Bourdieu ou Nicos Poulantzas, et, à la marge de la philosophie politique, par d’autres plus proches de l’orthodoxie philosophique, Georg Lukács ou Louis Althusser.

10L’explosion du cadre social qui se traduit par le développement du travail industriel, l’accès à la consommation pour des groupes sociaux qui en étaient jusque-là écartés, l’exode rural devenu massif, et l’urbanisation effrénée qui en découle, le développement d’un habitat par zones de revenus, tous ces faits témoignant de l’accélération de tous les processus sociaux deviennent des objets d’analyse pour de nouvelles générations qui ont le sentiment de pouvoir disposer d’instruments nouveaux pour agir sur le présent et révolutionner le monde. En toile de fond, quelques points de conflit – une sorte de lutte des classes à l’échelle mondiale – symbolisés par la révolution cubaine, la guerre du Vietnam, les luttes pour les droits civiques aux USA servent de catalyseurs à une forme globalisée d’anticapitalisme épique.

En Espagne

11Dans ces années d’effervescence mondiale, l’Espagne prépare l’après-franquisme. Je n’insisterai pas sur la coïncidence et le lien existant entre ces faits (la question a été souvent traitée) mais il est clair qu’ils infléchiront l’analyse des situations « concrètes » effectuée par les partis marxistes ou marxisants. La même boulimie théorico-pratique atteint les jeunes générations d’intellectuels, un très grand nombre rejoindra le parti communiste ou fera un bout de chemin à ses côtés, tout en avançant un discours de « critique-dépassement » qui influera sur la qualité des analyses des situations et des stratégies de ces mêmes partis. Le psuc n’échappera pas à ces influences. Elles auront un effet pratique, concret, dans sa quête d’élargissement politique et idéologique du combat antifranquiste.

12Si Giaime Pala propose comme période d’étude de la politique d’alliances du psuc les années 56/77, il est clair que l’essentiel de son analyse porte sur les années 67/77, les premières années étant traitées dans le premier chapitre dont le titre résume bien la substance: «De com el psuc va sortir del gueto». Une période de « sur-place » qui ne fut pas vraiment stérile puisque sa proposition de passer d’un anti-franquisme de témoignage à un anti-franquisme d’action commencera à prendre corps après son deuxième congrès tenu en août 1965 :

Per damunt de tot, l’antifranquisme va ser acciò, i la seva validesa teòrica tenia un sentit en la mesura que l’acompanyaven fets reals i visibles contra la dictadura (p. 31)

13Pour Giaime Pala, l’explication mécanique du développement de la politique unitaire (l’idée que depuis le début des années soixante, de façon constante, les alliances s’élargissaient en cercles concentriques de plus en plus amples) est critiquable pour peu que l’on se penche avec minutie sur les archives et que l’on examine les étapes franchies au jour le jour (punts d’inflexió) de cette politique et de ses effets « réels et visibles ». C’est ce qu’il nous propose avec grand talent, s’appuyant sur son excellente connaissance des archives communistes mais disposant également d’un « moteur principal » qui apporte à ses analyses et propositions une intelligence du détail et du croisement de données et un authentique sens critique qui représentent une réelle avancée dans cet exercice monographique assez souvent périlleux. Il le propose à travers l’examen de quatre grandes étapes :

14La formation de la Comissió Coordinadora de Forces Politíques de Catalunya (CCFPC) entre 1967 et 1970 ; la formation de l’Assemblea de Catalunya pendant les années 1970-1971 ; sa consolidation et son élargissement jusqu’en 1975 ; les années de la Transition (76-77) que l’on pourrait appeler les années Tarradellas.

15Cette dernière période fut marquée par cette figure historique, « catalanista auténtic », selon une formule relevée par l’auteur dans un écrit de Jordi Pujol que ce dernier s’appliquait à lui-même. Josep Tarradellas sut user avec grande habilité de son talent politique pour obtenir l’adoubement du pouvoir central et maintenir à distance puis réduire à néant les alliances contractées loin de Saint-Martin-le-Beau, son lieu de résidence en Touraine, « on tenia una fabriqua de botons » disent les plus méprisants de ses détracteurs. À son retour, sa politique d’exercice solitaire du pouvoir, son anti-espagnolisme forcené mais aussi les soutiens qu’il avait patiemment négociés à Madrid, et, pour finir, son anticommunisme de « botiguer » auront raison de ces alliances. Pour reprendre l’une des expressions lapidaires mais tellement justes de Pala, celui qui ne se pliait pas à se décisions serait durablement isolé : «Qui es movia no sortiria a la foto que volia el President» (p. 173).

La politique d’alliances du psuc

16Nous avons donné les étapes principales du développement de cette politique, en insistant sur le fait que l’auteur nous indique que ce n’est qu’en 1967 qu’elle commencera à prendre corps. L’utilité du premier chapitre est de situer celle-ci dans le droit fil de la politique de réconciliation nationale promue par les communistes espagnols à partir de 1956: « Fins ben avançats els anys cinquanta, els communistes van estar sols amb les seves circunstàncies » (p. 15).

17Pour l’auteur, cet isolement n’était pas simplement le fruit d’échecs antérieurs (il évoque une sorte de repliement sur soi des communistes dans la période qui précède et suit le xxe Congrès du pcus), mais aussi celui de la nécessité prioritaire de reconstruire le parti au plus près de la classe ouvrière, dans son milieu « naturel », les grandes concentrations industrielles de Barcelone et de sa périphérie, dans des circonstances difficiles, celles de la clandestinité, ne l’oublions jamais.

18On peut dire d’une certaine façon que les seules prémices de cette politique d’alliances, prémices de taille tout de même, sont d’avoir su accompagner puis donné tout leur appui à la création des Commissions Ouvrières, mais il s’agissait d’alliances sur un terrain « concret et visible », celui des luttes sociales dont nous savons qu’elles furent d’une grande efficacité, mais également qu’elle correspondaient clairement à cette volonté impérative d’enracinement comme parti de classe. Giaime Pala souligne que dans la reprise de la politique de Réconciliation Nationale, il s’agissait pour le psuc d’affirmer son rôle de parti interclassiste, unificateur, à partir de son identité communiste et non de revenir au pluralisme de circonstance de l’année de sa fondation, thèse défendue par Carme Cebrián dans son ouvrage Estimat psuc (p. 21). Il était donc bien question de passer d’une étape d’enracinement ouvrier à une étape plus politicienne, celle des alliances avec les maigres forces politiques qui commençaient à apparaître à la fin des années cinquante (le msc, Moviment Socialista de Catalunya, de Joan Reventós fut le premier groupe avec lequel cette politique prit corps). Pour trouver des alliés, encore fallait-il qu’ils existent alors qu’ils n’étaient le plus souvent que des petits groupes d’affinités coagulés autour d’une personnalité, d’un nom et, en tout état de cause, jamais voués à l’action mais plutôt à une forme de « cenocracia 2» semi-confidentielle.

19Ce n’est qu’au début des années soixante, plus décisivement en 1962, que ces groupes vont commencer à articuler une politique de présence sur le terrain. Les grèves ouvrières des bassins miniers du nord et celles des ouvriers d’industrie des grandes entreprises de la région de Barcelone servirent de révélateur de l’état de la société. Pour leur part, les entreprises de recherche de solutions alternatives espagnoles sans les communistes (le Congrès du Mouvement Européen tenu à Munich en juin 1962, par exemple) ouvraient, malgré tout, des espaces de recherche de convergence qui ne supposaient paradoxalement plus leur mise à l’écart systématique (p. 32).

20Un autre acte servit de révélateur, un acte spécifiquement catalan, cette fois, il s’agit de la « Caputxinada » de mars 1966. Non pas comme acte fondateur, puisque cet acte réunissait une fraction réduite mais historiquement significative de la société, les étudiants de l’Université de Barcelone et certains de leurs professeurs, parmi lesquels un certain nombre de communistes ou de proches du psuc, mais comme acte « pédagogique » de la pratique d’alliances sur un accord minimal mais décisif.

1967 : création de la CCFPC

21Le premier espace de dialogue ouvert, assez semblable, mais avec moins de moyens que ceux qui se multipliaient à Madrid fut la Taula Rodona, rassemblement hétéroclite de forces disparates, pour la plupart systématiquement hostiles aux propositions communistes, à l’image de José Maria Gil Roblès ou de Joaquin Satrústegui en Espagne. Au moins avait-il le mérite d’exister, même si, comme le souligne Giaime Pala, les discussions ne débouchaient sur aucune décision d'action : «A la Taula, es parlava, es discutia i hom s’hi barallava, però no en sortia res que pogués representar un desafiament al règim» (p. 35).

22Au mois d’août de cette année 1967, à l’initiative de l’un des membres de cette table ronde, surgit l’idée de l’organisation d’une manifestation pour commémorer le 11 septembre. Cette manifestation fut un demi-échec, mais eut tout de même lieu. D’une part, elle avait donné un coup de pouce à l’idée d’ouverture unitaire et, à l’échelle du psuc lui-même, pour des motifs matériels – capacité de mouvement, aptitude à la mobilisation et à la prise de risque – autant que sociaux, elle avait révélé une génération de nouveaux dirigeants, parmi lesquels il faut distinguer Antoni Gutiérrez, médecin de profession, communiste « semi-légal », qui avait une bonne connaissance des usages langagiers de la classe moyenne urbaine catalane et avait révélé ses qualités de négociateur politique.

23Giaime Pala, partant des archives du psuc, décrit dans le détail ce que furent à la fois les débats internes et les points de divergence, les périodes d’avancée ou, au contraire, de découragement, à travers les rapports et les échanges entretenus entre les négociateurs de terrain (Josep Solé Barbera, Antoni Gutiérrez, Joan Pagès) et la direction du psuc installée à Paris et incarnée par deux figures opposées par leur rôle, leur aura au sein du parti mais formant un tout complémentaire remarquable : le secrétaire général Gregorio López Raimundo et le secrétaire à l’organisation Josep Román Serradell. Tous les deux sont des « fondateurs », même si leur rapport à la catalanité est différent. López Raimundo est aragonais de naissance et l’emploi systématique du castillan dans ses rapports en dérange plus d’un. Román est une figure inséparable de celle de son alter ego, sa compagne Margarita Abril, image du dévouement total au parti et de l’acceptation du sacrifice de toute vie personnelle. Stature imposante, calvitie précoce en permanence dissimulée sous un béret, originaire de Canals (Valence), il est celui qui a œuvré pour renouer les fils avec le terrain à la fin des années quarante. Souvent considéré comme l’homme de l’appareil, il est l’incarnation du mal nécessaire, celui qui resserre les boulons et assumes les tâches les plus rebutantes, alors que López Raimundo présente une figure plus lumineuse, plus ouverte et souriante. Ce dernier bénéficie aussi d’une image de victime puisqu’il a été emprisonné pendant quelques années par le régime.

24Naturellement, ces deux figures sont complémentaires et les désaccords, s’il y en a eu, ou les différences d’appréciation, ne sont jamais sorties du cercle très fermé du secrétariat du parti (en particulier au moment de l’entrée des troupes soviétiques en Tchécoslovaquie). Il n’en sera plus de même à partir de la fin des années soixante-dix puisque Román sera l’artisan de la scission d’une partie des militants du psuc sur une ligne plus prosoviétique au moment de l’entrée des troupes de l’urss en Afghanistan (1979). Les deux dirigeants incarnent également le lien organique avec le pce et son secrétaire général, Santiago Carrillo, toujours attentif aux évolutions politiques en Catalogne.

25Le propos de Giaime Pala n’est pas de mettre en relief ces deux figures, bien au contraire, les échanges de courrier, les rapports produits par l’un ou l’autre des deux dirigeants du psuc ne sont là que pour montrer comment fonctionne ce parti. Des négociateurs libres de leurs mouvements, mais avec un mandat précis, connaissant bien le tissu des groupes et sensibilités de l’anti-franquisme barcelonais rendent compte à une direction qui n’a pas le monopole de la synthèse des orientations mais, considérable nouveauté, qui la partage avec ses hommes de terrain.

26L’élaboration d’une commission de coordination des forces antifranquistes catalanes se déroulera au cours de l’année 1967 pour déboucher en février 1968 à la mise en place d’un protocole de gestion de cette coordination puis à sa mise en place effective. Dans les rapports qu’adressent à la direction du psuc, aussi bien les négociateurs que Romàn, le souci est de préserver un lieu d’élaboration d’analyses politiques mais aussi d’en faire un organisme capable de proposer des initiatives concrètes, de ne jamais séparer la réflexion de l’action. Un autre souci se fait jour, donner des limites à cette politique : réflexion et coordination, bien sûr, mais pas de création d’un « super-parti » antifranquiste, chacun conservant sa propre personnalité dans la perspective d’une alliance plus solide quand la nécessité s’en ferait sentir : « Tot havia de ser obert i poc definit, perquè la Comissió Coordinadora, am el seu programa mínim, només havia de ser el primer pas organitzatiu amb vista a la creació d’una futura plataforma vàlida per a tot Espanya… » (p. 55)

27Cette préoccupation pour l’extension à toute l'Espagne de ces modalités d’alliances sur des objectifs minimaux et dans une perspective plus large fut l’une des constantes du psuc, alors que le plus souvent, elle n’intéressait pas ses alliés ou interlocuteurs du moment qui, eux, se posaient la question à la seule échelle catalane. De la même façon, le maintien de la perspective socialiste et de l’originalité de chacun au sein de ces alliances négociées comme l’assurance de disposer d’une efficacité organisationnelle bien supérieure aux autres forces, lui conféraient une certaine autorité mais l’obligeaient aussi à ne certaine prudence.

28La déclaration d’existence de la Commission Coordinatrice se fera dans la douleur : blocages des uns, atermoiements des autres, finalement le psuc la publiera en janvier 1969. Elle énumère sept points d’accord : rétablissement des libertés démocratiques ; amnistie générale ; liberté syndicale; reconnaissance du droit de grève ; mesures sociales immédiates en faveur des travailleurs ; rétablissement du Statut d’autonomie de la Catalogne de 1932 ; convocation d’une Assemblée constituante élue au suffrage universel libre.

29Cette plate-forme correspondait en tout point aux vœux du psuc sauf, remarque Giaime Pala, en matière de droit à l’autodétermination comme droit universel des peuples.

30Cependant, l’histoire ira plus vite que la politique et, assez vite, compte-tenu des difficultés objectives – la répression policière, la difficulté de trouver un accord ménageant toutes les susceptibilités, les visées tactiques des uns et des autres –, tout en ayant eu le mérite d’exister la Commission Coordinatrice passera à un autre niveau d’accord, celui qui prendra la forme de l’Assemblea de Catalunya.

L’Assemblea de Catalunya

31Pour situer ce qui fut une initiative majeure de l’antifranquisme catalan, il faut comprendre que son idée n’est pas née du génie stratégique de l’un ou l’autre, mais plutôt de deux faits que nous avons évoqués : le choix de stratégies de protestation non-violentes prenant la forme d’assemblées plus ou moins spontanées dans des lieux disposant d’une certaine franchise politique (la Caputxinada en fut un exemple éclatant) ; la liaison qui se fera plus nettement quelques années plus tard avec les institutions de la Generalitat en exil.

32En cette année 1970, cette nécessité émergea plus que qu’elle naquit des tentatives ratées de manifestations publiques promues par la ccfpc. Giaime Pala cite longuement un rapport de Miquel Nuñez qui, évaluant les résultats d’une semaine d’action prévue pour la mi-septembre (p. 103), faisait part du découragement des autres membres de la ccfpc et de la proposition d’organiser un « acto cerrado » pour présenter collectivement le programme en sept points que nous citons plus haut. A deux reprises, pour définir les contours de cette initiative, il emploie l’expression Asamblea Catalana.

33En décembre, une deuxième caputxinada réunit dans l’enceinte de l’Abbaye de Montserrat une petite centaine d’intellectuels et d’étudiants. Giaime Pala insiste sur le fait que cette assemblée ne fut pas à l’origine de la création de l’Assemblea de Catalunya, mais, par l’écho qu’elle avait obtenu, un acte encourageant « noves persones i nous sectors » à se joindre à l’antifranquisme structuré. De nouveaux atermoiements en retardèrent la mise en place, hésitations qu’Antoni Gutiérrez attribuait à la peur des membres de la ccfpc d’organiser un acte de grande dimension et des conséquences que sa répression pourrait avoir pour leur propre personne. Comme le souligne justement Giaime Pala, cette peur était étrangère aux communistes qui avaient appris à trouver les solutions pour poursuivre leur activité, malgré la dureté de la répression qu’ils subissaient depuis longtemps: « Per a un partit colpejat durament per la policia des de feia dècades, la repressió no representava un problema impossible de superar…» (p. 120)

34Après avoir espéré que la réunion de fondation de l’AC soit célébrée en février, puis au printemps 1970, la date choisie fut celle du 7 novembre de la même année. Les réticences venaient pour l’essentiel de l’attitude d’Unió Democràtica représentée par Antón Canyellas et MariáVila d’Abadal. La réunion se tiendra finalement à la date prévue, trois-cent personnes se retrouvèrent dans l’église Sant Agusti del Raval. Réunion présidée par une figure du catalanisme antifranquiste « semi-légal », Josep Andreu i Abelló. La résolution finale comportait quatre points dont les trois premiers étaient attendus : revendication d’une amnistie générale, le recouvrement des libertés fondamentales, le rétablissement des institutions légitimes de la Catalogne telles que les spécifiait le Statut d’autonomie de 1932, « com a via per arribar al ple exercici del dret d’autodeterminació. ».

35Le quatrième représentait une nouveauté, liée aux circonstances, mais aussi correspondant à une demande ancienne du psuc, puisqu'il prévoyait d'encourager l'extension de cette démarche à toute l'Espagne, demande qui provoquait les réticences des nationalistes de centre droit : « La coordinació de l’acció de tots el pobles peninsulars en la lluita democràtica ».

36Le triomphe des positions communistes était net, la qualité de la réunion, les objectifs fixés et la reconnaissance de la nécessaire extension de cette politique à l’Espagne correspondaient parfaitement à ses objectifs premiers. Il fallait cependant convaincre « le parti » du bien-fondé de cette initiative. Ce travail était dévolu à Josep Serradell qui notait la réception positive de cette création par la base, même si s’était exprimée une certaine crainte de voir les objectifs fondamentaux du psuc dilués dans cette stratégie de pactes politiques. Cette critique « de gauche » ne touchait pas que les militants ouvriers, ou les sections du parti en exil, mais aussi certains intellectuels (en particuliers ceux qui animaient la revue théorique du psuc, Nous Horitzons, parmi lesquels Manuel Sacristán ou Josep Fontana). Le réalisme politique de la direction et de ses hommes de terrain ne cadrait pas exactement avec l’atmosphère générale dont Giaime Pala souligne qu’elle était marquée depuis quelques années par de nombreuses formes de radicalisme ouvriériste et de gauchisme intellectuel. Ce danger obligeait les dirigeants à plus de transparence et à plus de démocratie interne pour éviter de revivre ce qu’ils avaient déjà vécu au moment des scissions maoïstes du milieu des années soixante ou au moment des vifs débats liés à l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie et à la position officielle du parti.

37La remarque intéressante de Giaime Pala porte précisément sur le mode de fonctionnement du psuc. Cette question est effleurée, on pourrait regretter que son traitement ne soit pas plus explicite même si l’ensemble de l’ouvrage le montre de façon assez spectaculaire. Pourrait en constituer une définition la phrase suivante: « El psuc era un partit les decisions del qual li suposaven sempre una quantitat significativa de treball intern. » (p. 128). Il fallait discuter, convaincre, entendre sans cesse ce que disait le parti, ce que pensait les militants, les cadres locaux. En quelque sorte, même si la ligne politique finissait par s’imposer, ce n’était jamais par décret mais par un long travail de persuasion et d’écoute. Le risque encouru était toujours le même, que ceux qui ne se reconnaissaient pas dans la stratégie du moment quittent le parti ou se tiennent à l’écart. Giaime Pala nous dit que cette tâche de conviction interne avait été pour le Comité Exécutif aussi complexe et épuisante que la négociation du pacte constitutif de l’ac.

L’ac et les politiques d’alliances en Espagne

38Le dernier chapitre du livre de Giaime Pala nous montre comment de façon nette, la stratégie des communistes catalans inspirera dans une certaine mesure la politique des pactes en Espagne. Il le souligne lui-même, cette politique ne prendra corps qu’après la mort de Carrero Blanco, fin 1973, pour aboutir en juillet 1974 à la création de la Junta Democrática de España, construite sur un modèle assez identique à celui d’ac.

39Le modèle était vaguement imité mais avec des failles considérables : l’absence volontaire du psoe qui venait de se rénover, la non consultation de l’Assemblea de Catalunya sur les points de programme qui pouvaient la mobiliser. Dernière critique, sa création « par le haut » et son article 9, la formulation subtile du droit à la personnalité politique des peuples basque, catalan et galicien placé « bajo la unidad del Estado español » en hypothéquaient d’ores et déjà l’avenir.

40Ajoutons que la tâche du psuc en devint singulièrement compliquée. Comment ne pas nourrir le soupçon de voir ce dernier s’aligner sur la stratégie du moment du pce et tenter une sorte d’opération d’absorption de l’ac dans cette Junta qui, en réalité, à l’échelle de l’État espagnol, pesait de peu de poids, celui du seul pce, pratiquement? Disons, pour être complets, qu’on assistait au même moment à une danse de séduction du psoe de Felipe González auprès de l’ac qui rendait la position du msc de Reventós aussi compliquée.

41Lorsque fut créée la Plataforma de convergencia democrática, en juin 1975, sorte de réponse du berger socialiste à la bergère communiste, il devint évident qu’une coordination unique de l’opposition antifranquiste en Espagne serait seule susceptible de s’attirer l’adhésion de l’ac. Son expérience, sa force de représentation et sa cohésion devenaient nécessaires pour que la Catalogne ne se retrouve pas seule à pratiquer l’unité d’action contre la dictature. Son absence aurait eu une double conséquence : affaiblir l’opposition espagnole au régime finissant mais aussi éloigner encore plus la Catalogne unie de l’Espagne divisée. La création de Convergència Democràtica en 1976 règlera le problème. L’apparition de ce nouveau contexte, le fait que le dictateur était mort et qu’une transition était désormais concrètement envisageable, permit la création du Consell de Forçes Politiques de Catalunya, structure conçue pour limiter l’influence de l’ac, pour essayer « par le haut », sous le regard lointain et attentif de l’Honorable Josep Tarradellas, d’orienter la capacité de mobilisation de l’ac vers un soutien à son retour.

42Le retour de Josep Tarradellas sera l’aboutissement de la mise en échec relatif de la politique unitaire des communistes. Ni la force des mouvements sociaux des années de la transition, ni la cohésion de l’Assemblea de Catalunya, ni la solide implantation du psuc ne pourront éviter que le fameux « Ja soc aqui » lancé par Josep Tarradellas à son retour en 1977 ne soit le prélude à une droitisation des politiques nationales catalanes et à une marginalisation des seules forces qui avaient lutté contre le franquisme sur le terrain, dans ce cas précis, les communistes. Le discours du dépositaire de la légalité catalane (certainement pas de sa légitimité) reposait sur un argument principal : la défense du catalanisme. Il persistait depuis toujours à considérer le psuc comme un parti trop lié au pce, « al espanyolisme », mal suprême systématiquement condamné dans ses discours. Il considérait également que toute politique d’alliances souffrait du même mal (p 168-170). C’est donc pour son propre compte qu’il négocia directement son retour avec Adolfo Suárez, couvrant ainsi d’un voile de pudeur pragmatique son anti-espagnolisme de fond. Cette manœuvre fut dénoncée par le psuc dès septembre 1976 (p. 196) mais on peut dire que la bataille pour l’hégémonie en Catalogne était gagnée pour Tarradellas. On pourrait très bien appliquer à cet épisode décisif le jugement que Machiavel porte sur Romulus dans ses Discours sur la Première Décade de Tite-Live : « Pour instituer une république il ne faut qu'un seul homme,[…] Romulus, loin de mériter le blâme, doit être absous de la mort de Remus et de Tatius3».

43Malgré un résultat électoral encourageant aux élections législatives de 1977 (18,6 %), la politique d’unité engagée par la psuc une dizaine d’années plutôt se retrouvait dans l’impasse. La dictature était terminée, le temps n’était plus à la solidarité mais au réalisme stratégique et à la lutte pour l’hégémonie politique.

Un ouvrage essentiel

44Pour conclure, je voudrais souligner l’importance de l’ouvrage de Giaime Pala. La première des raisons que l’on peut avancer c’est sa puissance d’analyse. Bien évidemment, de temps à autre on sent affleurer une certaine sympathie pour ce psuc des années soixante et soixante-dix sympathie qui n’est pas sans rappeler, à l’instar de ce qu’évoque le titre du livre de Carme Cebrián, Estimat psuc, combien le crédit-sympathie de ce parti était haut en Catalogne au milieu des années soixante-dix. Cependant cette analyse n’est pas exempte de recul ou même d’approche critique, ce qui lui confère solidité et pertinence. La deuxième raison que j’avance est justifiée par l’abondance des matériaux archivistiques analysés et leur mise au premier plan, qui met de nombreux points sur les I et fait un sort aux analyses hâtives – en particulier à celles de Gregorio Morán.

45Enfin, pour terminer, je suis convaincu qu’il s’agit là d’une approche des stratégies politiques de premier ordre qui met la lumière sur les caractéristiques même de ce long et complexe processus politique, ou même sur l’ingratitude en matière d’action politique, ce ne sont jamais les hommes de terrain qui gagnent mais d’autres. On peut regretter cependant que seul un chapitre d’une thèse d’un aussi grand apport ait été publié. Certains blocages ou l’accumulation d’idées reçues devenues histoire officielle de la Transition y sont certainement pour quelque chose.

Quelques titres publiés par Giaime Pala

Ouvrages édités

Giaime Pala (ed.), El PSU de Catalunya. 70 anys de lluita pel socialisme. Materials per a la història, Barcelone, Ediciones de Intervención Cultural, 2008, 243 p. ISBN: 978-84-96831-78-0.

Giaime Pala y Tommaso Nencioni (eds.), El fin del mito soviético. Los comunistas occidentales ante la Primavera de Praga, Barcelone, El Viejo Topo, 2008, 203 p. ISBN: 978-84-96831-71-1.

Giaime Pala, Manuel Moreno, Quim Cornelles (eds.), Pere Ardiaca. Materials per a una biografia, Barcelone, De Barris, 2009, 128 p. ISBN: 978-84-937314-4-1.

Articles scientifiques

«El psuc y la crisis de Checoslovaquia», en Utopías/Nuestra Bandera, n° 200, vol. II/2004, p. 67-78.

«Contra el ruido de sables. La política militar del psuc en la etapa final franquismo», Actas del Congreso «La transición de la dictadura franquista a la democracia», Barcelone, Centre d’Estudis sobre les Èpoques Franquista i Democrática, 2005, p. 194-202.

«Sobre el camarada Ricardo. El psuc y la dimisión de Manuel Sacristán (1969-1970)», Mientras tanto, n° 96, 2005, p. 47-75.

«La nueva orientación de 1968. El pce/ psuc ante la Primavera de Praga», en Giaime Pala y Tommaso Nencioni (editores), El fin del mito soviético. Los comunistas occidentales ante la Primavera de Praga, Barcelone, El Viejo Topo, 2008, p. 139-201.

«El psuc hacia dentro. La estructura del partido, los militantes y el significado de la política (1970-1981)”, en Giaime Pala (editor), El PSU de Catalunya. Materials per a la història, ACIM-Ediciones de Intervención Cultural, Barcelone, 2008, p. 183-206.

(avec Tommaso Nencioni), «I comunisti spagnoli e il Sessantotto cecoslovacco. Tra fedeltà sovietica ed eurocomunismo», Italia contemporanea, n° 251, 2008, p. 205-226.

«Els dubtes de l’intel·lectual. La crisi Claudín-Semprún al psuc (1964-1965)», Afers. Full de recerca i pensament, n° 66, 2010, p. 463-478.

«El frente cultural. Sobre la trayectoria de la revista Nous Horitzons», Spagna contemporanea, n° 38, 2010, p. 85-107.

«De la militante parcial a la militante total. La militancia comunista de la mujer española durante el franquismo», Storia delle donne, n° 6, 2010, p. 157-176.

«Marxisme i cultura catalana. Nota sobre els Quaderns de cultura catalana», Els Marges, n° 93, 2011, p. 32-46.

«La sombra de Zdanov. Notas sobre la revista cultural del psuc Cultura Nacional (1954-1955)», Cercles. Revista d’història cultural, n° 14, 2011, p. 201-228.

«Una semilla de discordia. La entrada de Bandera Roja en el psuc», Revista HMiC: Història Moderna i Contemporània, n° 9, 2011, p. 140-162.

(avec Gianluca Scroccu), «El fascismo como ‘autobiografía de la nación’. Pensamiento y acción antifascista de Piero Gobetti», Ferrán Gallego y Francisco Morente (eds.), Rebeldes y reaccionarios. Intelectuales, fascismo y derecha radical en Europa, Mataró, El Viejo Topo, 2011, p. 53-77.

«Madrid-Barcelona-Roma-Moscou. El pce, l’eurocomunisme i la crisi del psuc (1968-1978)», Recerques, n. 61, 2011.

Quelques titres d’ouvrages sur ou autour du psuc

Manuel Bueno, José Hinojosa, Carmen García (dir.), Historia del pce, ier Congreso, 1920-1977 (collectif), vol ii, 794 p.

Ramón Casterás, Las jsuc; ante la guerra y la revolución (1936-1939), Barcelone Nova Terra, 1977, 367 p.

Carme Cebrián, Estimat psuc, Barcelone, Ed. Empùries, 1997, 452 p.

Josep Maria Colomer, La ideologia de l’antifranquisme, Edicions 62, Barcelone, 1985, 158 p.

Gregorio LópezRaimundo, Primera clandestinidad, Memorias, Empùries, Antártida, Barcelone, 1993, 296 p.

Gregorio LópezRaimundo, Primera clandestinidad, Segunda parte, Empùries, Antártida, Barcelone, 1993, 438 p.

Gregorio LópezRaimundo, Para la historia del psuc, Barcelone, Península, 2006, 286 p.

Isidre Molas, (coord.) Diccionari dels partits polítics de Catalunya, segle XX, Barcelone, Enciclopèdia catalana, 2000, 383 p.

Jordi SoléTura, Una historia optimista, memorias, El País-Aguilar, Madrid, 1998, 287 p.

Quelques articles

46Jaume Botey Vallès, «Ètica i política, passat i present del psuc», Mientras Tanto, n°115, automne 2011. http://mientrastanto.org

47Pere Meroño i Cadena, «'Román', l'home que va organitzar el psuc», Fundació Pere Ardiaca, 2004, http://comunistes.cat/​pdf/​llibreroman.pdf

48Carme Molinero Díaz, «La política de reconciliación nacional. Su contenido durante el franquismo, su lectura en la Transición», Ayer n°66, 2007, p. 201-225.

49Pere Ysàs, «Democracia y autonomía en la transición española», Ayer, n° 15, 1994, p. 77-107.

50Pere Ysàs, «Huelga laboral y huelga política, España 1939-1975», Ayer n°4, 1991, p. 193-211.

511  Cet ouvrage, comme certains autres écrits de Giaime Pala, provient du traitement éditorial de l’un des chapitres de sa thèse : Teoría, práctica militante y cultura política del Partit Socialista Unificat de Catalunya (1968-1977), thèse dirigée par le philosophe et anthropologue Fernando Fernandez Buey et soutenue à l’Université Pompeu Fabra en janvier 2010 (mention « excel.lent cum laude »).

52Le directeur des recherches de Giaime Pala est connu pour avoir contribué à « penser » ces années soixante et soixante-dix espagnoles dans une perspective marxiste non-dogmatique, relevons pour mémoire ce qu’il en disait dans un article publié en 2002 : «Marcuse tenía razón en lo que decía: los años sesenta han representado realmente el final de la utopía socialista marxista. Pero puesto que en los treinta y tantos años transcurridos desde entonces no ha triunfado la consciencia excedente sino más bien el cinismo excedente, y puesto que la mutación antropológica realmente producida se acerca más a una combinación entre nuevas formas de esclavización de la fuerza de trabajo humana y la aparición del “hombre mecánico” que a la realización del hombre nuevo, libre y desalienado, se puede concluir también: … fue el principio de otras utopías surgidas precisamente de la nueva insatisfacción del hombre, de la conciencia del empeoramiento progresivo del metabolismo con la naturaleza, de la protesta contra el cinismo excedente.» Francisco Fernández Buey, Sobre la utopía socialista, ∆αίμων, Revista de filosofía, n° 27, 2002, pages 98/99.

532  Dîner entre personnes réunies par affinités multiples.

543  Nicolas Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, « Solitude du fondateur et du réformateur », Livre I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « El PSUC, l’antifranquisme i la política d’aliances a Catalunya », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4130

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Professeur des Universités, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org