Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Les philosophes de l’exil républicain espagnol de 1939. Autour de José Bergamín, Juan David García Bacca et María Zambrano

Salomé Fœhn

Notes de l’auteur

Thèse en co-tutelle internationale dirigée par MM. les Professeurs Serge Salaün et Nigel Dennis. Soutenue le 26 novembre 2011 devant un jury composé de MM. Les Professeurs Manuel Aznar Soler (Universitat Autònoma de Barcelona), Nigel Dennis (University of St Andrews), Ricardo Fernández (University of St Andrews), Marie Franco (Université Sorbonne Nouvelle Paris -iii) et Serge Salaün (Université Sorbonne Nouvelle Paris-iii).

Texte intégral

1L’exil est par nature politique. La langue espagnole a ceci de spécifique que la dimension politique est inséparable de la dimension métaphysique.

La philosophie de l’exil républicain espagnol : une philosophie fantôme ?

2Elle se constitue de trois chapitres, dans lesquels il s’agit de contextualiser et de problématiser la réception de la philosophie de l’exil républicain espagnole avant d’en montrer le double versant métaphysique et stylistique.

Vers une historiographie philosophique de l’exil républicain espagnol

3À partir de la problématique de la réception en philosophie, il s’agit d’aborder la problématique de la non-réception à l’échelle européenne des écrits philosophiques des républicains espagnols à partir de 1939, en raison du statut exilique de leur pensée et de la marginalité de la langue espagnole en philosophie. L’acte même de philosopher se radicalise en exil : l’exilé est celui qui, entièrement nu, comprend qu’on ne philosophe qu’au sein d’une tradition.

4L’exil, néanmoins, n’a que peu constitué chez les philosophes républicains un objet de réflexion à part entière, à l’exception de José Gaos et de María Zambrano. Souvent, la production philosophique écrite est pensée en relation « dialectique » avec l’idée d’Amérique par l’historiographie traditionnelle. En conséquence, l’usage de la notion de « transtierro » est appliqué sans discrimination aucune à l’ensemble des philosophes républicains en exil, jusque dans les années récentes. Du point de vue philosophique, le soutien politique des nations américaines ne serait pas la seule raison de l’arrivée en masse d’intellectuels républicains. Selon José Luis Abellán, la possibilité de l’acte de philosopher découle nécessairement de l’environnement linguistique de l’individu : on ne peut philosopher qu’à partir de la langue maternelle – idée déjà émise par Adorno dans l’entre-deux-guerre. Philosopher en exil, c’est inlassablement redire la dimension irréductiblement spirituelle de l’homme face à la barbarie totalitaire ; c’est réconcilier la raison avec le cœur, avancer parfois à rebours de la raison même pour, dans les mots d’Adorno, faire de la pensée quelque chose de « libre, originaire et éventuellement non-académique ».

1939, Un «moment» philosophique

5Le départ en exil des intellectuels républicains espagnols – symbolisé par l’année 1939 – est ici établi comme « moment » philosophique. L’idée d’ « Espagne pèlerine » est autrement plus évocatrice de la condition des intellectuels républicains en exil que la notion de « transtierro », néologisme inventé par José Gaos. La place du « national » en philosophie, sa signification et les impasses éventuelles dans l’histoire de la philosophie permettent de l’éclairer. Les « philosophies nationales » n’apparaissent que dans les vingt dernières années du xixème siècle. Cette naissance va de pair avec ce qu’Yvon Belaval appelle l’« insularisation linguistique ». A l’instar des penseurs juifs allemands, les intellectuels républicains espagnols en exil entreprennent une forme de Zivilisationskritik. De sorte que la dialectique entre utopie et critique de la civilisation est, à mon sens, inhérente à l’ « Espagne pèlerine » : elle cristallise leur « paysage de désir ».

6Dans la dernière sous-section, à partir d’un article de Cosme Gutiérrez intitulé « La filosofía antropológica  de la filosofía… », j’étudie de manière comparative la thématique « anthropologique » chez José Gaos et Juan David García Bacca, afin de montrer en quoi les divergences permettent de tracer une sensibilité et une orientation philosophiques complémentaires et difficilement réconciliables. Ces bornes épistémiques et conceptuelles sont synthétisées dans un « Tableau récapitulatif des points opposant José Gaos et Juan David García Bacca au sujet de la métaphysique, du philosophe et de l’être » (p. 108-109).

De la logique symbolique au logos poétique

7Il s’agit de retracer le mouvement philosophique intime de l’exil républicain espagnol : la métaphore de la katabase, partout présente chez Bergamín et Zambrano et contrepied évident à la tradition philosophique et religieuse principale, le style « taurin » (l’écriture moqueuse et paradoxale de José Bergamín et de Juan David García Bacca) comme la raison poétique de María Zambrano servent en effet à réhabiliter les sentiments en tant que forme de connaissance du réel historique et du soi passionnel – cet « ordre du cœur » où le rationalisme ne pénètre pas.

8Dans El arte del birlibirloque, Bergamín définit le « toreo » comme un « art géométrique », ce qui reviendrait, quelque part, à en faire le jeu métaphysique par excellence, puisque les forces antagoniques qui sont en jeu sont précisément la vie et la mort, naturelles et symboliques. Le rapprochement entre Jacques et Raïssa Maritain d’un côté et José Bergamín de l’autre vise à éclairer le sens philosophique de ces « frontières poétiques » dans un premier temps et, dans un second temps, à revenir sur la qualité « infernales » des frontières bergaminiennes. Jacques Maritain, à la différence de Bergamín et, surtout, de García Bacca, reste circonspect sur la capacité réelle de l’artiste à atteindre la connaissance spéculative, proprement métaphysique, prétention qui fut celle de ses contemporains – les surréalistes en particulier. Chez Maritain, la « frontière » exclut la poésie des champs métaphysique, moral et religieux ; chez Bergamín (sur fond de catholicisme) et García Bacca en revanche, le poète, « être des frontières », s’apparente explicitement au contrebandier, celui qui outrepasse les frontières et les rend perméables les unes aux autres.

«España peregrina», paysage de désir de l’exil républicain espagnol

9Composée de deux chapitres, cette partie s’ouvre sur un « Tableau des œuvres publiées autour du 'thème espagnol' par décennie et par auteur » (p. 187-189) et sur une « Chronologie des parutions d’ouvrages sur le thème espagnol par auteur (1939-1992) », p. 190. Ces documents me permettent d’établir que l’apogée de la réflexion sur l’Espagne se situe entre la fin des années trente et la première moitié des années soixante. Si elle est continue chez Bergamín et García Bacca, en revanche elle décline entre 1965 et le début des années quatre-vingts chez Zambrano et tout à fait chez Ferrater Mora à partir de 1965. Je remarque en outre (p. 191) d’une part, qu’à partir des années cinquante, le thème espagnol tend à se concentrer autour des grandes figures tutélaires, classiques ou contemporaines et d’autre part, que les philosophes universitaires (García Bacca et Ferrater Mora) tendent à publier des articles alors que les non-universitaires (Bergamín et Zambrano) tendent à publier des livres ; la fréquence de publication est constante.

Philosophie de l’exil et «pérégrination». Homo viator revisité

10Dire que l’Espagne pèlerine est la « métaphore absolue » de l’exil républicain espagnol de 1939, cela revient d’abord à en établir, avec Guillaume Navaud, Paul Ricœur et Jacques Derrida d’un côté et García Bacca de l’autre, la « valeur heuristique ».

11La notion d’« España Peregrina » a le mérite de pointer vers l’existence d’une Espagne non péninsulaire, « immatérielle » pour ainsi dire : à l’heure de s’interroger sur ce en quoi consiste l’être espagnol, le terme géographique de « frontières » s’avérait insuffisant. De sorte qu’on peut parler avec Javier Muguerza de « cosmopolitisme enraciné » : il s’agit moins d’un enracinement géographique ou spatial, c’est-à-dire temporel, que d’un attachement culturel et spirituel, intemporel ; de même, ce cosmopolitisme n’est pas absolu, comme il peut l’être pour le sage stoïcien, mais relatif à une certaine idée politique (au sens de polis) de l’homme qui, elle, en revanche, vaudrait universellement : la mise en place de la démocratie à l’échelle planétaire.

12En somme, pour récapituler les deux points précédents, on peut dire que la position des intellectuels de l’exil républicain espagnol quant à l’usage de la langue maternelle correspond davantage à celui des philosophes allemands Adorno et Arendt sans oublier Thomas Mann, qu’à celui des poètes, Améry et Sachs notamment. Pour eux, contrairement aux premiers, une refonte de la langue allemande est nécessaire après l’expérience du nazisme et de la Shoah. J’illustre ensuite la position théorique face à la traduction philosophique en commentant de près l’avant-propos de García Bacca à sa propre traduction de Hölderlin und das Wesen das Dichtung, de Martin Heidegger.

1939. Les voix/voies d’España Peregrina

13L’expression « España Peregrina » est une invention de Bergamín, qui reconnaît l’avoir emprunté à Lope de Vega. L’une des variantes récurrentes est « Peregrino en su patria ». Le paradoxe titulaire de l’« Étranger dans sa patrie » tient à ce que seul un personnage christique qui est plénitude amoureuse peut être étranger à lui-même au point de faire don de soi. Je pose que c’est à partir d’un paradoxe philosophique que se contruit, dans le contexte de l’exil républicain, une philosophie « existentielle », au sens où l’entend Pierre Hadot : on peut être aussi bien étranger à soi qu’à la terre natale, ou patrie. Dans l’exil absolu du poète, c’est la poésie elle-même qui est sa destination : en filigrane on trouve toujours le thème de l’homo viator. Parmi les auteurs qui ont dirigé la revue España Peregrina se trouvent des noms prestigieux. Imaz et Larrea ont tous deux – du moins initialement– articuler leur réflexion autour de la « vérité historique », qui s’oppose, du fait des circonstances dramatiques de la guerre et de l’exil, à la vérité académique.

14Sénèque est l’une des figures tutélaires de l’exil républicain espagnol, dont la lignée descend jusqu’à Machado, autre emblème de l’Espagne républicaine défaite s’il en est. Le noyau de la réflexion sur la philosophie espagnole et ses principales orientations sont explicites dans le compte rendu d’une table ronde organisée par José Bergamín et paru dans le deuxième numéro de España peregrina, en hommage à l’auteur du Cancionero apócrifo. Parmi les présents se trouvent précisément trois des plus grands amis de García Bacca : Bergamín, Alfonso Reyes et Joaquín Xirau. Reyes part de l’œuvre pour atteindre l’homme. Selon lui, la simplicité de la poésie de Machado ne fait que refléter et prolonger sa forme. Entre autres choses, l’auteur souligne le manque d’intérêt de la critique pour l’aspect philosophique de l’œuvre de Machado, ce qui ne fait que renforcer le naturel modeste de l’homme. José Bergamín rebondit sur cette remarque, affirmant que « l’élan humain vers la vérité a été déterminant dans sa vie et dans sa poésie » et que « c’est à la fois de la philosophie et de l’éthique ». En évoquant la dernière rencontre entre Machado et Unamuno, Bergamín définit le style philosophique espagnol, populaire et poétique, stoïcien et chrétien, que le « toreo » exemplifie. En parallèle, à travers de multiples références, je pose l’humour comme essentiellement philosophique et existentiel et comme caractéristique de la philosophie espagnole en exil, en particulier des écrits de Juan David García Bacca et Ferrater Mora, outre Bergamín, avant d’analyser un article de Ferrater Mora, « Is there a Spanish philosophy ? ».

La raison poétique : une invention de l’exil républicain espagnol de 1939

15Le contexte des années vingt et trente, qui a vu l’avènement et la défaite de la Seconde république, l’internationalisation de la guerre civile, crée les conditions propices à l’invention en exil de la « raison poétique ». Si l’Espagne pèlerine est la métaphore absolue de l’exil républicain espagnol, la raison poétique comme méthode en est également l’aboutissement esthétique. Plutôt que de convoquer les instruments sociologiques ou analytiques en vigueur, les philosophes républicains vont « interroger » les « figures » du passé : Sénèque, par exemple, est une construction de l’exil républicain espagnol, qui cristallise la recherche de l’intériorité.

Sénèque et l’exil. Autour de la raison médiatrice

16À l’instar de Bergamín, García Bacca ou Ferrater Mora, Zambrano place la moquerie au sein même de l’acte de philosopher de celui qu’elle appelle le « bon philosophe », qui procède du peuple. Il se moque, dit subséquemment Zambrano, de la velléité des événements – sitôt venus, sitôt repartis – ce qui s’apparenterait au cynisme, sans toutefois s’y identifier. Le principe de sérénité, qui consiste à se conformer entièrement à la mort, à s’y résoudre, régit toute la morale stoïcienne. Cette morale-là est celle de l’homo viator, indique en substance Zambrano : « morale de voyageur, d’une existence pèlerine sachant ne rien posséder. Celui qui sait ne pas avoir été créé spécialement, sait n’être qu’un ensemble d’éléments qui, au moment où se rompt la fragile unité (que sa vertu renforce), ont un lieu où se réintégrer ». Cette sérénité va jusqu’à la résignation. Le seul acte de liberté, l’ultime acte de dignité, est encore de choisir le moment de sa mort, de se suicider. L’ « âme espagnole », mi-chrétienne, mi-profane, embrasserait cette morale de l’immanence que la littérature, les nouvelles exemplaires notamment, expose. Certes, dans une perspective où la guerre d’Espagne aurait tout du suicide collectif, Sénèque représente la figure explicite du suicide comme l’ultime acte de liberté face à la mort, mais pas seulement. C’est aussi la figure non-explicite de l’exil, conçu dans l’Antiquité comme la condition la plus proche de la mort.

17En vue de reconstituer (au moins partiellement) les réseaux universitaires dans lesquels évoluaient les philosophes de l’exil républicain espagnol tant hispanophones qu’internationaux, j’ai consulté à la Fondation María Zambrano à Vélez-Málaga la correspondance de María Zambrano avec Ferrater Mora. Elle fait mentir bien les lieux communs concernant l’acception de l’exil au sens presque religieux de « vocation » où l’entend la critique, inspirée sans doute par les articles et des propos de la philosophe à son retour en Espagne. Outre le partage des expériences de lecture et des projets philosophiques respectifs, qui non seulement permettent d’éclairer les expériences respectives de l’exil sous un nouveau jour mais également de retracer en filigrane la généalogie de la réflexion sur la place de l’intellectuel républicain en exil dans l’histoire de l’Espagne, cet échange épistolaire indique précisément que le problème semble moins devoir se poser en termes biographiques qu’en termes littéraires et philosophiques.

Spagna. Pensiero, poesia e una citta...

18Il s’agit du livre italien oublié de María Zambrano. Le choix de Zambrano de s’établir à Rome marque la volonté de se distancer définitivement du monde universitaire. Cette volonté est liée à l’installation dans l’exil, qui devient un « style » autant qu’une méthode : il s’agit à la fois d’un exil philosophique et d’un exil « de la philosophie ». L’exil ainsi « transubstantialisé » par l’expérience de la pensée « reconnaît » l’altérité. « María Zambrano est son exil », affirme Francisco José Martín.

19La structure de l’ouvrage a fait l’objet de soins particuliers de la part de l’auteur. Zambrano convoque les figures du poète (Prados), du penseur « religieux » (Unamuno), du philosophe de la raison aurorale et médiatrice (Ortega) enfin. Tous portent en eux l’énigmatique et anonyme personnage de l’idiot du village, sans doute une lointaine réminiscence du prince de Dostoïevski dont on trouve quelques échos dans le titre du second chapitre (« ... L’idiot »). La philosophe n’a pas de terminologie définie, ce qui reflète les diverses époques de rédaction des textes : tantôt elle parle de « figures » dans les années quarante comme par exemple pour Sénèque, tantôt de « guides » ou de « père », autant de « personnages conceptuels » au sens deleuzien du terme : ce sont les « canaux » permettant de renouer avec le logos poétique et philosophique. Chaque « chapitre » de España. Pensamiento, poesía y una ciudad constitue par extrapolation un « lieu » où transite et où s’édifie la raison poétique. La lecture du texte chemine elle-même vers une temporalité non-linéaire : il s’agit d’éprouver la présence radicale de l’être, de la vie. Le lecteur est invité à faire l’expérience de cette temporalité alternative, commune aux êtres à demi-nés, aux rêves, aux espoirs frustrés.

Conclusion : Entre l’esprit et la lettre (morte)

20On ne peut nier qu’elle ait existé historiquement, mais elle n’existe pas encore philosophiquement. Cette aporie finale résulte de l’état même de la philosophie au vingtième siècle. En effet, l’heure est à la critique et à la destruction de la tradition. La tendance la plus saillante apparue à l’aube du vingtième siècle et encore en vigueur aujourd’hui consiste, en somme, à se retourner contre la tradition philosophique elle-même.

21La recherche philosophique de l’exil républicain espagnol répond à une esthétique sui generis dont les réminiscences helléniques sont évidentes : il s’agit d’atteindre un universel subjectif de « vérité belle ». D’où la prédominance du lyrisme sur l’objectivité. De là vient que la question du style soit prépondérante, ce que García Bacca revendique clairement dans ses Confesiones. Carlos Nieto Blanco reconnaît dans cette importance accordée à l’écriture philosophique une spécificité espagnole dont Ortega y Gasset serait la figure de proue. Ce dernier a su « élever » la langue castillane au rang de langue philosophique. De fait, en exil, Ferrater Mora et García Bacca, déçus par l’attitude du maître, tendent à minimiser l’importance philosophique d’Ortega pour vanter les qualités de son style. Si philosopher c’est toréer, c’est parce que les idées les plus respectables doivent être ébranlées pour ne pas se « pétrifier » : une idée se fossilise quand elle se « sépare » du monde ; l’abstraction n’est pas une garantie de son caractère respectable, pour ne pas dire sacré : « dans toutes nos œuvres, on perçoit la lutte avec les idées les plus respectables », affirme García Bacca. Les œuvres des philosophes de l’exil républicain espagnol sont telles des archives en mal de lecteur : elles demeurent lettre morte depuis plus de soixante-dix ans. Cela ne signifie ni que cette production philosophique, immense témoignage de la situation de l’intellectuel en période de crise, ait été vouée à un échec, ni qu’elles ne puissent être exploitées aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salomé Fœhn, « Les philosophes de l’exil républicain espagnol de 1939. Autour de José Bergamín, Juan David García Bacca et María Zambrano », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4098 ; DOI : 10.4000/ccec.4098

Haut de page

Auteur

Salomé Fœhn

Université Paris-iii Sorbonne Nouvelle/University of St Andrews

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org