Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Trois moments de la réception espagnole de L’Être et le Néant de Jean-Paul Sartre

Thierry Capmartin

Notes de l’auteur

Thèse dirigée par MM. Les Professeurs Annick Allaigre (l'Université Paris-viii Saint-Denis) et Eduardo Bello (Université de Murcie, Espagne), soutenue le 27 novembre 2009 à l'Université Paris-viii Saint-Denis, ayant obtenu la mention « Très honorable avec félicitations » devant un jury constitué par MM. les Professeurs Christian Boix (Université de Pau Pays de l'Adour); Sadi Lakhdari (Université Paris-iv Sorbonne ; Emmanuel Le Vagueresse (Université de Reims Champagne-Ardenne) ; Frédéric Worms (École Normale Supérieure).

Texte intégral

1L’Espagne pittoresque, que Sartre se plaît à visiter en compagnie de Simone de Beauvoir dans les années 30, représente d’abord les prémices vivantes de ce qui deviendra un intérêt théorique pour la phénoménologie. L’Espagne de Sartre semble en effet avoir cette propriété de se livrer tout entière, sans reste, dans la « série des apparitions qui la manifestent », pour reprendre la formule qui sert de coup d’envoi de L’Être et le Néant. « Humer, respirer, sentir. Se mêler à la foule, […] s’enthousiasm[er] pour la tauromachie – ainsi résume Denis Bertholet le premier voyage estival de Sartre en Espagne dans la biographie qu’il lui a consacrée.  

2Mais l’Espagne représente aussi une première rencontre avec l’Histoire : « De retour à Paris, en septembre, nous plongeâmes dans le drame qui pendant deux ans et demi domina toute notre vie : la guerre d’Espagne – rapporte Simone de Beauvoir dans La Force de l’Âge. » Sartre y pressentira certainement que ne pas s’engager est encore une façon de le faire, dont seule la mauvaise foi peut faire croire que cette décision est suspendue à des mobiles autres que ceux que met en balance la liberté tout entière. Un peu à la manière de Mathieu, sa doublure fictive dans L’Âge de raison, qui répondait ainsi à la question que lui adressait Daniel à la fin du roman : « –Tu as eu envie de partir pour l’Espagne ? – Oui. Pas assez. »

3C’est cette double question, comme retour original aux choses mêmes, inaugurée dans les textes phénoménologiques des années trente et quarante, puis ontologisée dans L’Être et le Néant, mais aussi l’imminence d’un retournement toujours possible de ce mouvement vers l’être des choses sur le plan pratique, caractéristique de L’Existentialisme est un humanisme par exemple, que l’Espagne, à son tour, adressera à Sartre. C’est cette problématique très large que ce travail sur la réception espagnole de l’onto-phénoménologie entend spécifier à chacun de ses « moments ».

4On ne s’en tiendra ici qu’à ce qu’il est convenu d’appeler le « premier Sartre ». C’est-à-dire essentiellement à une période qui concerne ses écrits philosophiques depuis la parution de la Transcendance de l’Ego en 1936 jusqu’à la publication du Saint Genet en 1952.

5Si cette thèse n’a pas d’ambition historiographique à proprement parler, elle s’en tient néanmoins à un ordre d’exposition chronologique, depuis les années quarante – L’Être et le Néant paraît en 1943 – jusqu’à la décennie des années quatre-vingts. On entend ici le terme de réception dans le sens d’une lecture de L’Être et le Néant, sans cesse renouvelée en fonction des moments dans lesquels elle se produit. L’idée d’organiser cette étude en « moments » répond d’abord à un souci de respecter la chronologie des publications sur Sartre en Espagne, mais aussi à une conviction qui s’est imposée face à ce que nous semblait être, au fil de son devenir, cette réception de L’Être et le Néant. D’abord, qu’elle était traversée par des lignes de fracture puissantes qui agissent dès son commencement dans les années quarante aussi bien en Espagne que chez les philosophes de l’exil.

6Il faut mentionner évidemment la censure franquiste sous le coup de laquelle l’œuvre de Sartre tombe irrémédiablement. La philosophie est contrainte de s’exiler le plus souvent, et c’est en Amérique finalement que la lecture de Sartre sera la plus intense et la plus féconde dans cette période. Il s’y annonce très tôt, par exemple à travers la lecture de Sartre par García Bacca, des enjeux qui perdureront dans certaines lectures plus récentes de Sartre en France, notamment autour de la confrontation de Sartre et de Heidegger. Mais il surgit là néanmoins une première discontinuité, profonde, qui interdit pour longtemps la mise en place d’une communauté d’intérêts scientifiques autour de l’œuvre et de la figure de Sartre en Espagne.

7Sa réapparition progressive dans la vie intellectuelle espagnole, à partir du milieu des années cinquante, est suspendue, à cet instant, à des initiatives individuelles, solitaires, et en même temps doublement étrangères à la simple rumination souvent calomnieuse qui les précédait en Espagne, mais aussi aux travaux qui, loin de l’Espagne, continuaient de sonder patiemment les mystères de l’existentialisme. Il y a manifestement là un autre « moment » de la réception de L’Être et le Néant, que l’on a appelé le « moment 1960 », même s’il commence dès les années cinquante, mais qu’il est alors confiné à la clandestinité. Il y a, pour tout dire, un changement de paradigme, au sens où la manière d’interroger le texte sartrien ne répond plus à la même sollicitation. L’interprétation globale de L’Être et le Néant varie peu sur le fond par rapport à la période précédente. Mais ce qui prenait la forme de réquisitoires anti-sartriens en Espagne se résout dans des usages anthropologiques, parfois même cliniques, de l’ontologie sartrienne. Ce « moment 1960 » est par ailleurs marqué par des césures profondes, qui le traversent de l’intérieur, en interdisant que ce qui s’y joue ne puisse jamais être rejoué avant ou après lui. Il a ceci de très spécifique que Sartre y est lu dans une perspective anthropologisante, qui est circonscrite à un champ doublement replié sur lui-même, en ce qui concerne Martín Santos par exemple. En l’occurrence, celui de la psychiatrie sous le franquisme, se recroquevillant lui-même sur un « anti-freudisme viscéral et militant, comme le diagnostique González Duro ».

8Le « moment 1980 » marque précisément la fin de ce qu’on a appelé une sollicitation du texte de L’Être et le Néant. C’est très nettement un souci du texte sartrien pour lui-même qui est le dénominateur commun d’approches et d’interprétations de Sartre parfois très différentes. C’est aussi le moment où on y redécouvre le soubassement phénoménologique de l’ontologie, qui avait été pourtant aperçu très tôt dans la réception de l’Exil. C’est le cas, par exemple, dans l’ouvrage de Joaquín Maristany de 1987 (El círculo imaginario. Ontología irreal de la imagen), qui s’efforce, entre autres choses, de montrer combien l’onto-phénoménologie de 1943 est redevable, alors même qu’elle tend à oblitérer cette dette, des textes phénoménologiques sur l’imagination qui la précèdent.

9Néanmoins, si la notion de « moment sartrien » répondait à un besoin de rendre compte de discontinuités profondes concernant les lectures espagnoles de L’Être et le Néant, il est vrai aussi que contrairement à celle de « période », par exemple, elle ouvrait un champ de possibles plus vaste. Elle pouvait notamment susciter l’idée, à laquelle nous souscrivons, que ces moments peuvent parfois empiéter les uns sur les autres, se répondre même à défaut de débats effectifs entre ses protagonistes, en prenant la chronologie presque à contrepied, puisqu’ils finissent par former une sorte de second texte dont le principe organisateur doit moins à l’histoire des idées qu’à cette « création dirigée » qu’est la lecture selon Sartre, et dont le centre ne coïncide jamais tout à fait ni avec les intentions de l’auteur de L’Être et le Néant ni avec les perceptions de son lectorat. Quant à Borges, qu’il est difficile de contourner dès que l’on vient buter sur ces questions, il n’aurait sans doute pas hésiter à affirmer que le texte que compose cette réception espagnole de L’Être et le Néant n’est pas autre chose que L’Être et le Néant lui-même. Dans une certaine mesure, c’est cela que cette étude entreprend aussi de vérifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Capmartin, « Trois moments de la réception espagnole de L’Être et le Néant de Jean-Paul Sartre », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 27 août 2014. URL : http://ccec.revues.org/4077 ; DOI : 10.4000/ccec.4077

Haut de page

Auteur

Thierry Capmartin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org