Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Mémoires

Les événements de Corral de Almaguer et la Deuxième République espagnole (Tolède, septembre 1931)

Romain Bonnet

Notes de l’auteur

Résumé du mémoire de Master « La revuelta del duro ». Los sucesos de Corral de Almaguer y la Segunda República Española (Toledo, septiembre 1931) réalisé sous la direction du Professeur Oscar Freán auprès de l'Université de Franche-Comté de Besançon (département de Langue, Littérature, Civilisations Étrangères, Espagnol) et soutenu en septembre 2011.

Texte intégral

Introduction

1Le mardi 22 septembre 1931 au matin, cinq journaliers agricoles tombèrent sous les balles de la Garde Civile à Corral de Almaguer. Ayant déclaré la grève deux jours plus tôt, ces derniers étaient réunis sur la place principale du village. Celui-ci, situé au Sud-Est de la province de Tolède, comptait environ cinq mille habitants. Les faits de Corral de Almaguer furent parmi les premiers événements retentissants de violence collective et paroxystique de la Seconde République espagnole (1931-1939). Après ceux de Corral de Almaguer se produisirent, entre autres, les événements de Castilblanco (décembre 1931, Badajoz), d'Arnedo (janvier 1932, Logroño), de Villa de Don Fadrique (juillet 1932, Tolède), de Casas Viejas (janvier 1933, Cadix) puis de Yeste (été 1936, Albacete). La majorité de ces conflits – Arnedo excepté – eurent lieu dans les mondes ruraux de l'Espagne méridionale (entre le Tage et Cadix) et furent liés aux implications de la prédominance de la concentration de la grande propriété agraire.

  • 1  Voir Gérard Brey et Jacques Maurice, Historia y leyenda deCasas Viejas, Madrid, Zero, 1976, Manuel (...)
  • 2  Voir entre autres Stanley Payne, « Political Violence During the Spanish Second Republic », Journa (...)
  • 3  Sur le « mythe de la violence », voir Francisco CoboRomero, Conflicto rural y violencia política. (...)

2Or, à la différence de ces événements, ceux de Corral de Almaguer n'avaient jamais été étudiés1. Pourtant, l'historiographie s'y réfère souvent, en quelques lignes seulement, les confinant la plupart du temps à un « soulèvement communiste » et réduisant leurs formes de violence à un mouvement de foule spasmodique, mécanique et contagieux2. Les événements de Corral de Almaguer sont ainsi enserrés dans un « mythe de la violence », c'est-à-dire une construction historiographique réductionniste du processus de décomposition par la violence du régime républicain espagnol3. Cela justifie l'existence de ce mémoire de Master qui, en dépit de nombreuses zones d'ombre, participe à une meilleure compréhension des événements.

  • 4  La problématique du « micro-centre » s'inspire de Fernando del ReyReguillo, Paisanos en lucha: Exc (...)

3Une double interrogation sous-tend cette recherche : d'une part, que s'est-il passé à Corral de Almaguer le 22 septembre 1931 ? D'autre part, quelles évolutions dans les interactions entre État et sociétés rurales (alors prédominantes) révèle l'étude de ce « petit centre » appartenant à la province agricole latifundiaire et centro-méridionale de Tolède4 ? Ce mémoire de Master s'articule en trois parties : les conditions de possibilité de la violence à Corral de Almaguer ; les événements de Corral de Almaguer et la presse ; enfin, leurs suites au Parlement espagnol, devant les tribunaux et dans les luttes électorales.

Les conditions de possibilité de la violence à Corral de Almaguer

  • 5  Entre autres grâce aux données consacrées au village dans la partie réservée aux monographies prov (...)
  • 6  En s'appuyant entre autres sur Ángel Ramón del ValleCalzado, « Los orígenes del conflicto: el prob (...)

4La première partie de ce travail s'intéresse aux conditions de possibilité de la violence à Corral de Almaguer. On y pose tout d'abord le cadre géographique et démographique du village en s'appuyant, entre autres, sur les informations du Boletín Oficial de la Provincia de Toledo. Ensuite, les sources secondaires permettent l'analyse de la structure locale de la propriété, marquée à la fois par la prédominance de la concentration de la grande propriété agraire et par une très forte diffusion de la toute petite propriété5. On évoque les types d'agriculture dominantes (la « trilogie méditerranéenne » : céréales, vignes, oliviers), en effectuant une mise en perspective provinciale et régionale qui prend également en compte les répercussions de la crise économique contemporaine de la période républicaine6. Les implications locales des réformes sociales de l'époque sont ensuite étudiées, principalement à travers la presse provinciale : application des décrets du travail, tenue d'élections législatives et municipales démocratiques en 1931, etc., y apparaissent entre ruptures et continuités.

  • 7  Grâce au récent Diccionario biográfico del socialismo español (1879-1939), Madrid, Fundación Pablo (...)
  • 8  Tel Ricardo Oliveros, né en 1864, présenté comme le secrétaire du syndicat lors de son arrestation (...)

5Après quoi, on analyse les caractéristiques locales de l'implantation de contre-syndicats corporatistes ayant essaimé dans toute la province de Tolède au cours du premier après-guerre, en réaction aux syndicats de classe à l'ancrage antérieur7. Début 1919, un syndicat représentant les journaliers agricoles de Corral de Almaguer rejoignait la centrale syndicale socialiste Union Générale des Travailleurs (UGT). Il en était exclu en 1921 pour non-paiement des cotisations. Toutefois, grâce à des membres « passeurs » âgés8, l'organisation avait, pu subsister localement et de manière « souterraine » sous la dictature de Primo de Rivera (1923-1930). Au cours des cinq mois s'écoulant entre l'avènement de la République (14 avril 1931) et l'éclatement des événements (22 septembre), la capacité revendicative de l'organisation avait ressurgi dans les cadres démocratiques du régime républicain espagnol. Localement, on relevait l'influence du puissant syndicat à direction communiste de Villa de Don Fadrique, village voisin surnommé « la petite Russie » depuis l'élection des dirigeants syndicaux à la mairie en 1931. Ces changements, qui se manifestaient par la volonté d'émancipation des médiations politiques et du contrôle social à l'échelle locale, représentaient une menace pour les intérêts de la propriété. L'atteinte symbolique était d'autant plus grande et les interactions d'autant plus violentes que la rupture proposée avec le système en place était brusque.

  • 9  Voir Carlos Rodríguez LópezBrea, « Dos claves de la política de Acción Popular durante la II Repúb (...)

6Par ailleurs, il existe une continuité chronologique et scalaire dans la politisation « agrarienne », à travers l'implantation, l'articulation et l'évolution d'organisations défendant les intérêts de la propriété : du positionnement dans les conflits socio-économiques locaux à la lutte politique à l'échelle nationale, de l'existence d'une forte implantation de « syndicats » corporatistes dans les villages de la province de Tolède depuis les années de l'après-guerre (« Trienio bolchevique ») à l'élection, en juin 1931, de deux députés tolédans pour le compte du parti agrarien et social-catholique Action Nationale9. Ces derniers furent membres de la « minorité agraire », c'est-à-dire la vingtaine de députés qui participèrent activement au blocage parlementaire de la réforme agraire. Ce fut notamment le cas du député Dimas de Madariaga y Almendros, originaire et lié aux grands propriétaires de Corral de Almaguer. Ce dernier, en raison de sa verve et de sa ferveur, était surnommé «le clairon de la réaction» (« el cornetín de la reacción ») par la presse socialiste provinciale. Ces données structurelles et conjoncturelles constituaient des facteurs de conflits agraires. Lorsque des violences éclataient, leur utilisation politicienne due à la répercussion médiatique rejaillissait sur les rapports de force locaux et nationaux et, partant, sur le contexte de promulgation et d'application de la politique de réformes sociales républicaine entre 1931 et 1933.

Les événements de Corral de Almaguer et la presse

  • 10  Georges Duby, Le dimanche de Bouvines 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, 2000 (1973), p. 14.

7La deuxième partie du mémoire tente à la fois d'appréhender la réalité des événements tout en « déplaçant le centre de gravité de l'affaire : de la chose aux mots qui l'expriment, de l'événement aux péripéties de sa fabrication10 ». Dans l'après-midi du dimanche 20 septembre 1931, environ deux cents ouvriers agricoles de Corral de Almaguer étaient réunis aux abords du pont Garzón, sur l'une des propriétés jouxtant le village. Les autorités municipales qui se rendaient en voiture à une partie de chasse décidèrent alors de faire un détour pour disperser le rassemblement. Une altercation violente se produisit entre les notables et les ouvriers agricoles, mais il n'y eut ni morts ni blessés. Les ouvriers agricoles obtinrent du maire l'incarcération des autorités municipales, accusés de tentative d'agression et de chasse aux ouvriers (« a la caza del obrero »), car l'un des magistrats aurait chargé son fusil de chasse. Les ouvriers agricoles justifiaient ainsi leur usage de la violence, sans armes ni effusion de sang, défensive et préventive, afin de désarmer les notables et d'éviter une agression meurtrière. De leur côté, les autorités municipales dénoncèrent, a posteriori, les coups d'ouvriers agricoles exaltés par la propagande politique lors d'un acte de violence unilatérale visant gratuitement les représentants politiques locaux. Les documents ne permettent de corroborer aucune de ces versions du déroulement des faits et des responsabilités du premier acte de violence.

  • 11  Sur le concept d' « économie morale », voir Edward Palmer Thompson, « The Moral economy of the Eng (...)

8Néanmoins, il est certain que le propos initial des autorités municipales fut d'emblée trahi aux yeux des ouvriers agricoles par leur tenue vestimentaire et leurs armes : ces derniers se rendaient à une partie de chasse. Il s'agissait d'une occasion de divertissement dans un cadre privé qu'autorisait leur position de grands propriétaires fonciers ou de membres de la clientèle électorale de ces derniers. Leur fonction politique et administrative locale découlait de ce statut de base économique et datait des régimes précédents. Par conséquent, le propos initial des autorités municipales n'était absolument pas le maintien de l'ordre public faisant partie de leurs attributions. Pourtant, c’est bien dans ce cadre que ces derniers prétendirent disperser les ouvriers agricoles, vraisemblablement réunis afin de s'organiser pour négocier au mieux le montant des salaires, face au patronat agricole dont les notables étaient justement issus ou proches. Outre la possible tentative d'agression qu'ils dénoncèrent immédiatement, les journaliers virent un abus de pouvoir. Ce premier événement, dont se détachent des logiques d'économie morale, déclencha un mouvement d'indignation plus large. S'ensuivit une mobilisation et une grève à laquelle prit part l'ensemble des 800 ouvriers agricoles du village11. Par l'intermédiaire du maire, les ouvriers agricoles transmirent aux propriétaires des propositions de contrats collectifs de travail. Et, comme convenu entre les trois parties, les propriétaires devaient donner leur réponse deux jours plus tard, le mardi 22 septembre 1931.

9Au matin, les ouvriers agricoles se trouvaient donc sur la place principale longée par la Mairie, où autorités municipales et propriétaires continuaient à délibérer. Le public guettait la sortie du bâtiment et l'atmosphère se crispait. Aucune réponse ne venait de la part des propriétaires. Bientôt, la rumeur se diffusa selon laquelle le salaire journalier serait de quatre pesetas, et non de cinq, comme l'avait pourtant promis le maire. Par ailleurs, des éléments de la force publique avaient été concentrés à Corral de Almaguer par le gouverneur provincial de Tolède, Luis Fernández de Valderrama y San José. Suite à la déclaration de grève consécutive à l'altercation avec les magistrats municipaux, celui-ci avait reçu la visite d' « autorités et de personnalités » locales qui lui avaient rapporté une version tronquée et fallacieuse du premier épisode, c'est-à-dire l'agression gratuite puis l'incarcération des magistrats municipaux, afin de déclencher une politique répressive immédiate de la part du responsable provincial du pouvoir exécutif.

10Indigné par ce que sa perception de fonctionnaire de police lui fit prendre pour une atteinte à l'autorité de l'État ou se satisfaisant de cette version qu'il fit sienne, et pressé par les impératifs économiques lui ordonnant de faire procéder aux travaux agricoles coûte que coûte, et ce même en l’absence de la mise en place de la nouvelle législation salariale, le gouverneur de Tolède convoqua la presse régionale et nationale. « Le respect de l'ordre et de la propriété n'existe plus dans la province de Tolède » déclarait-il. Et d’ajouter qu'il avait donné des ordres précis pour remédier à cette situation. Ces propos furent tenus la veille du massacre et, bien que l'on en ignore le contenu précis, ils laissent augurer de la teneur drastiquement répressive des ordres donnés aux gardes civils envoyés à Corral de Almaguer. Au matin du mardi 22 septembre 1931, ces derniers effectuaient un « service de vigilance » afin de faire respecter la « liberté de travailler » (des ouvriers « jaunes ») sur les propriétés entourant Corral de Almaguer. Dans le même temps, sur la place principale du village, le premier adjoint était pris à partie par les grévistes alors que se confirmait la rumeur selon laquelle le salaire journalier ne serait finalement pas des cinq pesetas promises.

11Appelés à la rescousse, firent alors irruption, juchés sur leurs chevaux, trois gardes civils armés sous le commandement de José Pascual Barba, lieutenant de cavalerie d'Ocaña. Ils avancèrent sur la place, acculant les ouvriers agricoles contre le mur de l'église qui boucle l'enceinte. Une échauffourée se produisit. Les ouvriers agricoles auraient refusé de se disperser. Préalablement à leur retrait, ils exigeaient une réponse à leur revendication, ainsi que le départ du village des renforts de la Garde Civile. Il s'agissait vraisemblablement de prévenir une répression du mouvement de grève ayant d’ores et déjà atteint un point de non-retour et représentant déjà une atteinte symbolique sans précédent au caciquisme, tout en préservant une chance de succès dans la négociation salariale en éloignant la menace des armes. Le premier adjoint fut alors poussé sous les sabots du cheval du lieutenant Barba. Dans une enceinte fermée, le vacarme, la confusion, l'hostilité redoublaient. Les membres de la force publique prétendirent, à travers plusieurs versions contradictoires, avoir été victimes tantôt d'insultes, tantôt de jets de pierre, tantôt d'un très improbable (tous les gardes furent indemnes) coup de feu à bout portant contre le lieutenant Barba. Ce dernier commença à tirer. Certains grévistes eurent le temps de se réfugier dans l'église dont les portes étaient restées ouvertes. On releva cinq morts et de nombreux blessés. Toutes les victimes étaient des journaliers masculins de Corral de Almaguer, âgés de 17 à 45 ans.

  • 12  Cette grille analytique s'inspire de la deuxième partie de l'ouvrage coordonné par Gérard BREY, y (...)
  • 13  Voir l'ouvrage classique de Manuel Ballbé, Orden público y militarismo en la España constitucional (...)
  • 14  Edward Malefakis, Reforma agraria y revolución campesina en la España del siglo xx, Barcelona, Ari (...)

12Les articles consacrés aux événements de Corral de Almaguer par une quinzaine de journaux, nationaux et provinciaux et de toutes tendances politiques, furent étudiés à travers une grille analytique s'efforçant de dissocier le récit factuel (résumé ci-dessus) des projections idéologiques. Pour les besoins de l'analyse, les journaux furent regroupés en trois tendances idéologiques : à droite, proche ou à gauche du gouvernement de coalition radical-socialiste et/ou du régime républicain12. Les deux premières tendances (à droite et proche du gouvernement et/ou du régime), de loin les plus diffusées, éludèrent le premier épisode de violence, mirent en avant des logiques comploteuses, adoptant des postulats de psychologie des foules (irrationalité, brutalité contagieuse et suivisme aveugle de « chefs-bouc émissaires »). À l'inverse, la conduite jugée « héroïque » de la Garde Civile, « la Benemérita », y était célébrée. Légitimant la violence déployée par un système de maintien de l'ordre public militarisé, ce dernier point reflète la prégnance, dans une partie de la société et des élites espagnoles, d'une idéologie « militariste » soucieuse de préserver l'ordre social en prônant le maintien de l'ordre public13. En outre, les journaux à droite du régime et/ou du gouvernement se saisirent des événements de Corral de Almaguer pour pilonner la politique de réformisme social du premier gouvernement républicain. Ces attaques participèrent à la constitution d'un climat d'opinion renforçant, dans une partie de la société espagnole, la peur et l'hostilité envers le projet de réforme agraire porté par la République et ayant filtré dans la presse à l'été 193114.

13Au total, seul Mundo Proletario, journal du Parti Communiste (à gauche du régime et/ou du gouvernement), dans un article bien documenté (car écrit par Pablo Carpintero du village voisin de Villa de Don Fadrique) faisait le lien – dissimulé dans les autres journaux – entre les deux épisodes de violence (l'altercation avec les magistrats municipaux deux jours avant la charge meurtrière des gardes civiles) et les associait à l'existence d'un conflit de négociation salariale entre les propriétaires et les journaliers agricoles. Par ailleurs, une partie de la presse madrilène (en particulier La Voz), habituée à consacrer ses premières pages à des photos de belles, respectables et mondaines señoritas, faisait s'abattre une calomnie de genre sur les paysannes de Corral de Almaguer. Ces dernières étaient dépeintes aux lecteurs de la capitale comme « propagandistes exaltées », « prédicatrices de l'idée folle de l'amour libre », « laides à la peau tannée et percluses de verrues », « vieilles filles prétendant s'adjuger les plus beaux garçons du village ». Ces répercussions des événements dans la presse s'appuyèrent la plupart du temps sur des versions policières. Ces lectures biaisées influencèrent également les suites judiciaires, parlementaires et électorales des événements de Corral de Almaguer.

Les événements de Corral de Almaguer : de la répression aux tribunaux militaires et au Parlement

14La troisième partie du mémoire revient tout d'abord sur la répression politique consécutive aux événements : fermeture de maisons du Peuple, de sièges des syndicats dans plusieurs villages du canton, destitution par le gouverneur provincial du Conseil municipal de Villa de Don Fadrique jugé « extrémiste », arrestations de militants, et politique « d'ordre » avec concentration massive de gardes civils dans toute la province, à la demande du ministre de l'Intérieur Miguel Maura. La demande du maintien de l'ordre social par le maintien militarisé de l'ordre public est également présente dans le lien qui, aux lendemains des événements de Corral, se noua (ou plutôt qui semble s’être précisé, ce qui ouvre des perspectives de recherche autour d’éventuels réseaux d’influence économico-politique datant des années antérieures), entre l'oligarchie agraire locale et le Général Sanjurjo, premier instigateur d'un « pronunciamiento » manqué contre la Seconde République espagnole moins d'un an plus tard, le 10 août 1932.

15Suite aux événements de Corral de Almaguer, Sanjurjo visita une première fois les villages de la province de Tolède en sa qualité de responsable de la Garde Civile. À Corral de Almaguer, il fut reçu lors d'une collation réunissant oligarchie foncière locale (présentés comme « viejos amigos » du général), autorités municipales et membres de la force publique ayant pris part aux événements (par ailleurs félicités pour leur « héroïsme »), et autorités judiciaires chargées d'enquêter sur les mêmes faits dont étaient en partie responsable leurs compagnons d'agapes. En février 1932, après ses déclarations autoritaires consécutives aux événements de Castilblanco (et le massacre d'Arnedo qui s'ensuivit), et après que Manuel Azaña lui eut annoncé (en privé, annonce rendue publique un mois plus tard) son retrait du commandement de la Garde Civile, Sanjurjo était étrangement invité par les propriétaires de Corral de Almaguer à une chasse suivie d’un banquet en son honneur. Outre les grands propriétaires du canton, y prirent part les officiers locaux de la Garde Civile (dont le lieutenant Barba) ainsi que les autorités municipales.

  • 15  Ce que suggèrent les travaux de Frédéric Chauvaud, « Les violences rurales et l'émiettement des ob (...)

16Par ailleurs, le document de la sentence n'ayant pu être trouvé à ce stade, nous avons suivi à travers la presse le déroulement, ralenti par de nombreux retards et renvois, du procès militaire jugeant les inculpés des événements du 22 septembre 1931. En janvier 1933, alors que les six accusés (sur les 27 arrestations) venaient de passer quinze mois en prison et de mener des grèves de la faim soutenues par le Parti Communiste et le Secours Rouge International pour avoir, enfin, le droit d'être jugés, le conseil de guerre se réunit à Tolède et les condamna à des peines légèrement supérieures à deux ans de prison pour « agression contre la force publique » et « port d'arme illicite ». La judiciarisation de ces violences doit être incluse dans l'étude des violences elles-mêmes15. La faiblesse des peines pour le chef d'« agression armée contre la force publique » interpelle. Il semble s'agir d'un aveu concédant qu'il n'y eut rien de tel. Toutefois, la condamnation demeure comme appui symbolique évitant le désaveu de la Garde civile, qui demeure dans son bon droit d'utiliser abusivement la force au sein d'un système de maintien de l'ordre public conforté par la justice militaire.

17Avec la proclamation de la République et la politique de réforme sociale menée, les pouvoirs oligarchiques locaux des mondes ruraux de prédominance de la concentration de la grande propriété agraire devaient s'ouvrir à des contre-pouvoirs. Cela soulevait d'énormes espoirs collectifs mais également de nombreuses réticences. En outre, les mentalités des garants du maintien de l'ordre public, jusqu'alors réalisé par des moyens militarisés, rétribués en outre par la forte respectabilité dont ils jouissaient dans une partie de la société dont ils garantissaient le statut social, n'évoluaient pas aussi vite que la législation. La mobilisation collective, la grève et la protestation publique défiaient le caciquismo, ses modalités de contrôle social et son ordre militaire. Il requérait donc une réaction armée où chaque acteur joua son rôle.

  • 16  Ce que mettent en avant, dans un ouvrage récent, Francisco Cobo Romero et María Teresa Ortega Lópe (...)

18Par ailleurs, les conflits dans la province de Tolède lors du premier « bienio » doit être étudiée parallèlement aux phénomènes de polarisation et de radicalisation politique qui se manifestèrent lors des élections législatives de décembre 193316. En deux ans, le centre politique provincial s'était effondré et vidé de son électorat. Dans le même temps le parti agrariste et social-catholique Action Populaire quadruplait son score électoral. Fin 1933 il envoyait huit députés au Parlement espagnol. Parmi ceux-ci figuraient Jesús Salvador Madero, médecin-propriétaire de Villa de Don Fadrique et Dimas de Madariaga y Almendros, ce dernier confortablement reconduit. A Corral de Almaguer l'ensemble de la liste d'Action Populaire fut plébiscité par plus de 95 % des votants, selon les résultats officiels.

Conclusions

19Pour conclure, comme le révèlent les silences, contradictions et distorsions de la majorité de la presse et le fait que la mémoire locale se souvienne des événements de septembre 1931 comme la révolte des cinq pesetas (« la revuelta del duro »), un conflit socio-économique et non strictement idéologico-politique était à l'origine des événements. En outre, la généalogie des discours relatant les violences fait apparaître une prédominance des versions officielles émanant de la Garde Civile locale, par ailleurs relayées et amplifiées par le gouverneur provincial de Tolède qui avait donné des consignes répressives préalables aux événements. Ces autorités se montrèrent soucieuses de justifier l'emploi de la violence policière en dénonçant des logiques politiques comploteuses et en éludant et/ou en discréditant l'existence antérieure d'un conflit social ponctué d'épisodes de petites violences. À l'inverse, les versions des protestataires furent presque systématiquement passées sous silence, y compris lors de l'enquête judiciaire. En atteste l'intervention parlementaire du député socialiste de Tolède, Fermín Blázquez, dénonçant, en avril 1932, les pressions effectuées par la Garde Civile de Corral de Almaguer afin de décourager les journaliers de témoigner.

  • 17  Référence au titre de l'ouvrage sur George Rudé édité par Harvey Kaye, The Face of the Crowd. Stud (...)
  • 18  Voir à ce sujet les réflexions de Gérard Lenclud ; Elisabeth Claverie et Jean Jamin, « Une ethnogr (...)
  • 19  Ce que met en avant Eduardo GonzálezCalleja, « Conflictividad sociolaboral y violencia colectiva e (...)

20Dans le cadre de la thèse doctorale en cours poursuivie à l'Institut Universitaire Européen de Florence sous la direction des Professeurs Heinz-Gerhard Haupt, Francisco Cobo Romero et Stephen Smith, ce travail sera complété par l'étude des réseaux ayant permis le contrôle social dans le canton, par une approche plus détaillée des « visages de la foule17 » (protestataires, victimes mais aussi gardes civils) et par une description rigoureuse des violences, si possible à l'aide de nouvelles sources. Si les violences sont la chose la plus attestée de ces événements, qui leur conféra relief politique et historique, paradoxalement leur observation rigoureuse échappe presque systématiquement à l'analyse18. Cela contribue à laisser libre cours au « mythe de la violence » dans l'historiographie. D'autant plus que celle-ci s'est jusqu'alors appuyée sur des facteurs explicatifs de la violence à l'échelle nationale, de nature politique, idéologique et de partis. Une telle approche est particulièrement inopérante à l'heure d'expliquer la part prépondérante des violences lors des conflits du travail dans les campagnes qui, comme à Corral de Almaguer, ensanglantèrent un pays essentiellement agricole lors de la période antérieure à la guerre civile espagnole19.

Haut de page

Notes

1  Voir Gérard Brey et Jacques Maurice, Historia y leyenda deCasas Viejas, Madrid, Zero, 1976, Manuel RequenaGallego, Los sucesos de Yeste, Albacete, Instituto de Estudios Albacetenses, 1983 ; Carlos GilAndres, La República en la plaza: los sucesos de Arnedo de 1932, Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2002 et Brey, Gérard et José Luis GutiérrezMolina (coords.), Los sucesos de Casas Viejas en la historia, la literatura y la prensa (1933-2008), Cadix, Servicio de Publicaciones de la Diputación de Cádiz, 2011.

2  Voir entre autres Stanley Payne, « Political Violence During the Spanish Second Republic », Journal of Contemporary History, vol. 25, n. 2-3, mai-juin 1990, pp. 269-288 et plus récemment BlázquezMiguel, Juan, La Guardia Civil durante la República y el 18 de julio, Madrid, edición de María Dolores Tomás Pérez, 2010, p. 30.

3  Sur le « mythe de la violence », voir Francisco CoboRomero, Conflicto rural y violencia política. El largo camino hacia la dictadura. Jaén, 1917-1950, Jaén, Universidad de Jaén, 1999, pp. 17-24.

4  La problématique du « micro-centre » s'inspire de Fernando del ReyReguillo, Paisanos en lucha: Exclusión política y violencia en la Segunda República española, Madrid, Biblioteca Nueva, 2008. La province de Tolède est par ailleurs plutôt délaissée par l'historiographie, à ce sujet voir entre autres Ángel Torrejón, « Conflictividad social y orden público en Toledo, durante el Primer Bienio republicano (1931-1933) », uned, Espacio, Tiempo y Forma, série v, Historia Contemporánea, t. 20, 2008, p. 208.

5  Entre autres grâce aux données consacrées au village dans la partie réservée aux monographies provinciales (la province de Tolède étant la plus affectée par la diffusion de la petite propriété parmi toutes les provinces méridionales) de l'ouvrage de Pascual Carrión, Los latifundios en España. Su importancia, origen, consecuencias y solución, Madrid, Gráficas reunidas, 1932, p. 125-126.

6  En s'appuyant entre autres sur Ángel Ramón del ValleCalzado, « Los orígenes del conflicto: el problema de la tierra en Castilla-La Mancha », in Francisco Alía Miranda et Angel Ramón del Valle Calzado (coord.), La guerra civil en Castilla-La Mancha, 70 años después, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2008, p. 189-234.

7  Grâce au récent Diccionario biográfico del socialismo español (1879-1939), Madrid, Fundación Pablo Iglesias, 2010, p. 513.

8  Tel Ricardo Oliveros, né en 1864, présenté comme le secrétaire du syndicat lors de son arrestation consécutive aux événements de 1931.

9  Voir Carlos Rodríguez LópezBrea, « Dos claves de la política de Acción Popular durante la II República: agrarismo y catolicismo. El ejemplo de Toledo », in Javier Tusell ; Julio Gil Pecharromán et Feliciano Montero, Estudios sobre la derecha española contemporánea, Madrid, UNED, 1993.

10  Georges Duby, Le dimanche de Bouvines 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, 2000 (1973), p. 14.

11  Sur le concept d' « économie morale », voir Edward Palmer Thompson, « The Moral economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, n. 50, 1971, pp. 76-136, et du même auteur «The moral economy reviewed», Customs in Common, Londres, The Merlin Press, 1991, p. 259-351, et Didier FASSIN, « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, sciences Sociales, 2009, n. 6, pp. 1237-1266. À propos des magistrats municipaux comme éléments du dispositif oligarchique municipal de contrôle social voir l'article de Salvador Cruz Artacho, « La administración de Justicia en Granada durante el primer tercio del siglo XX. La acción de los jueces municipales », Espacio, Tiempo y Forma, Serie V, Historia Contemporánea, t. 3, 1990, p. 173-189.

12  Cette grille analytique s'inspire de la deuxième partie de l'ouvrage coordonné par Gérard BREY, y José Luis Gutiérrez Molina, Los sucesos de Casas Viejas en la historia, la literatura y la prensa (1933-2008), op. cit.

13  Voir l'ouvrage classique de Manuel Ballbé, Orden público y militarismo en la España constitucional (1812-1983), Madrid, Alianza, 1983.

14  Edward Malefakis, Reforma agraria y revolución campesina en la España del siglo xx, Barcelona, Ariel, 1976 (1971), p. 212.

15  Ce que suggèrent les travaux de Frédéric Chauvaud, « Les violences rurales et l'émiettement des objets au xixe siècle. Lectures de la ruralité », Cahiers d'histoire, t. xlii, n°1, 1997, pp. 49-88, p. 11, et Frédéric Chauvaud ; Yves Jean, et Laurent Willemez, Justices et sociétés rurales du xvième siècle à nos jours. Approches pluridisciplinaires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

16  Ce que mettent en avant, dans un ouvrage récent, Francisco Cobo Romero et María Teresa Ortega López, (eds.), La España rural, siglos xix y xx. Aspectos políticos, sociales y culturales, Granada, Comares, 2011, p. xxix de l'introduction.

17  Référence au titre de l'ouvrage sur George Rudé édité par Harvey Kaye, The Face of the Crowd. Studies in Revolution, Ideology and Popular Protest. Selected Essays of George Rudé, Hertfordshire, Harvester, 1988.

18  Voir à ce sujet les réflexions de Gérard Lenclud ; Elisabeth Claverie et Jean Jamin, « Une ethnographie de la violence est-elle possible? », Études rurales, num: 95-96, juillet-décembre 1984, pp. 9-21.

19  Ce que met en avant Eduardo GonzálezCalleja, « Conflictividad sociolaboral y violencia colectiva en la Segunda República », in Julio Aróstegui (coord.), La República de los trabajadores: la Segunda República y el mundo del trabajo, Madrid, Fundación Largo Caballero, 2007, p. 77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « Les événements de Corral de Almaguer et la Deuxième République espagnole (Tolède, septembre 1931) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://ccec.revues.org/4067 ; DOI : 10.4000/ccec.4067

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

Doctorant à l'Institut Universitaire Européen de Florence (EUI), Directeurs de recherche Professeurs Heinz-Gerhard Haupt (EUI), Francisco Cobo Romero (Universidad de Granada), Stephen Smith (EUI)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org