Navigation – Plan du site
Dossier «Anarchisme espagnol»

Les anarchistes espagnols dans les conspirations contre la Dictature et la Monarchie (1923-1930)

Entre mémoires et histoire
Los anarquistas españoles en las conspiraciones contra la Dictadura y la Monarquía (1923-1930)
Joël Delhom

Résumés

Entre 1923 et 1930, la FAI et la CNT ont conclu des alliances tactiques avec les républicains pour ainsi renverser le régime de Miguel Primo de Rivera. Trois membres de la FAI ont été sanctionnés en 1931 et le Comité national de la CNT a été sérieusement remis en question. D'après les mémoires inédits de Manuel Sirvent Romero (1889-1968), l'un des membres sanctionnés, nous évoquons autant les complots ourdis en 1929-1930 que les discussions tenues lors des congrès de 1931, soulignant, de cette manière, la responsabilité collective des deux organisations et une grande part de l'ambiguïté de leurs positions, résultant des contraintes internes.

Haut de page

Texte intégral

Les anarchistes espagnols dans les conspirations contre la Dictature et la Monarchie (1923-1930) : entre mémoires et histoire

1La Dictature de Miguel Primo de Rivera a dû faire face à plusieurs tentatives de renversement à partir de 1924, menées par des anarchistes, des militaires, des républicains ou par une alliance de ces secteurs. On peut citer l’infiltration depuis les Pyrénées-Atlantiques et les Pyrénées-Orientales d’un millier d’anarchistes, les 6-7 novembre 1924, couplée à l’attaque de la caserne des Atarazanas à Barcelone (infiltration connue sous le nom d’opération de Vera de Bidasoa) ; la Sanjuanada du 24 juin 1926 à Valence, organisée avec l’appui des républicains par le colonel Segundo García et les généraux Valeriano Weyler et Francisco Aguilera ; le complot de Buenaventura Durruti et Francisco Ascaso contre le roi Alphonse XIII en visite en France, le 26 juin 1926 ; l’expédition de Francesc Macià, le dirigeant d’Estat Català, depuis Prats-de-Mollo le 4 novembre 1926 ; le débarquement à Valence de l’ancien président du Conseil, le conservateur José Sánchez Guerra, le 29 janvier 1929 ; le soulèvement de la mi-octobre 1930, organisé par des militaires radicaux, des libertaires et des catalanistes, sur lequel portera principalement notre analyse ; et enfin le pronunciamiento du capitaine Fermín Galán, le 12 décembre 1930 à Jaca. Une longue série d’échecs fracassants.

2On sait depuis longtemps que la Confédération nationale du travail (CNT) a apporté un soutien, actif ou passif selon les cas, à la plupart de ces tentatives insurrectionnelles, notamment sous la houlette des modérés Ángel Pestaña et Juan Peiró1. Ce dernier l’a d’ailleurs reconnu en 1931, tout en accusant les anarchistes qui le mettaient en cause d’avoir eux-mêmes entraîné la CNT dans cette direction2. En effet, il est avéré que des groupes anarchistes, tant en Espagne qu’en exil en France, s’engagèrent dans ces alliances tactiques avec les républicains et les militaires, en espérant jouer leurs propres cartes révolutionnaires. En 1931, la Fédération anarchiste ibérique (FAI) a considéré qu’il y avait bien eu des dérives par rapport au principe fondamental d’apolitisme, mais que la responsabilité en incombait à quelques militants qui n’avaient pas tenu compte des orientations adoptées par l’organisation et qu’il fallait sanctionner. Le fait que ces personnes étaient membres du Comité péninsulaire, l’organe directeur de la FAI, fait tout de même question étant donné le niveau de responsabilité. Le contexte, marqué par la publication des manifestes dits de l’Intelligence républicaine en mars 1930 et des Trente en août 19313, permettait de faire passer les syndicalistes modérés pour les seuls et uniques coupables du « déviationnisme » qui menaçait l’intégrité doctrinale de la CNT et contre lequel la FAI s’érigeait en rempart. Un récit à deux voix paru en 19334 montra pourtant que la FAI et la CNT avaient bien agi de manière coordonnée trois ans plus tôt, mais les événements dramatiques qu’allait traverser l’Espagne renvoyèrent ces questions à l’arrière-plan et, plus tard, les polémiques portèrent sur la participation anarcho-syndicaliste au gouvernement de la République en guerre, une entorse aux principes d’une tout autre ampleur. À bien y regarder, on se dit pourtant que la collaboration avec les républicains dans la décennie précédente en avait préparé le terrain et que les historiens devraient donc accorder plus d’attention aux acteurs et aux modalités de ces conspirations5, ainsi qu’aux débats qu’elles ont pu susciter à l’époque.

3Les mémoires inédits de Manuel Sirvent Romero6 (1889-1968 ; rédigés au début des années soixante) apportent sur ce sujet un éclairage précieux, car il fut l’un des trois militants sanctionnés par la FAI en 1931. Leur croisement avec les autres sources disponibles suggère une responsabilité collective de la FAI, ou pour le moins de la Fédération des groupes anarchistes catalans, et de la CNT. En outre, il apparaît qu’au lieu de garantir une ligne anarchiste orthodoxe au sein de la Confédération, la trabazón7 a dans ce cas plutôt favorisé les contacts entre les républicains et les groupes anarchistes. Après avoir rappelé ce que l’on sait de l’implication anarcho-syndicaliste et anarchiste dans ces complots, nous nous intéresserons aux années 1929-1931 en commentant le récit qu’en a livré M. Sirvent dans ses mémoires.

La constance de la CNT et les hésitations des anarchistes

4Dès mars 1923, immédiatement après l’assassinat du célèbre dirigeant de la CNT Salvador Seguí et donc avant le coup d’État de Miguel Primo de Rivera, la Confédération rencontra clandestinement des dirigeants républicains tels que Marcelino Domingo et Alejandro Lerroux pour envisager un mouvement révolutionnaire ; il en résulta la création d’un Comité d’action composé de Juan Peiró, Camilo Piñón, Narciso Marcó et Ángel Pestaña, qui chargea Juan García Oliver d’obtenir par tous les moyens les fonds nécessaires à la lutte armée8. En octobre 1923, suite au plenum de Saragosse, Diego Parra, au nom du Comité national des groupes anarchistes, et Paulino Díez, pour la CNT, rencontrèrent Francisco Macià et des nationalistes basques à Font-Romeu, où fut décidée la création d’un Comité révolutionnaire en résidence à Paris, dont Eusebio Carbó fut le délégué confédéral. Celui-ci, tout comme Mauro Bajatierra pour la Confédération régionale du travail de Catalogne (CRTC), fut en contact étroit avec les catalanistes et les républicains jusqu’en 1925. En février 1924, un Comité révolutionnaire réunissait à Barcelone syndicalistes, anarchistes et catalanistes. Les relations s’intensifièrent en avril, lorsque le Comité régional de la CRTC envoya à Paris son secrétaire Adrián Arnó et Juan Peiró pour traiter directement avec les conspirateurs. À leur retour, un plenum régional catalan puis un plenum national (juillet) ratifièrent la collaboration avec F. Maciá9. Quelques mois plus tard, le plenum tenu à Barcelone en octobre 1924 chargea des groupes d’action mixtes CNT- anarchistes de maintenir le contact avec les conspirateurs politiques et militaires, pour ne pas impliquer directement le Comité national de la CNT, de nouveau établi dans la capitale catalane après être passé de Séville à Saragosse. Après l’échec de l’expédition anarchiste de Vera de Bidasoa, le Comité national alors installé à Gijón et le Comité régional de Catalogne renouèrent les contacts avec les catalanistes. Un Comité d’action de la libre alliance fut ainsi constitué en janvier 1925 à Paris, comprenant des nationalistes basques et catalans ainsi que des anarcho-syndicalistes. Au printemps, Rafael Vidiella fut désigné pour représenter la CNT dans ce Comité d’action, qui préparait une révolution républicaine fédéraliste ; il maintenait aussi informés les anarchistes de Paris10. En février 1926, un plenum national réuni à Madrid approuva cette stratégie de collaboration avec les forces politiques de gauche, y compris les communistes. En mars de la même année, un nouveau plenum à Madrid décida d’appuyer un projet de pronunciamiento militaire et républicain prévu en mai. Après l’échec de la Sanjuanada, le plenum régional catalan d’octobre 1926 refusa de soutenir l’insurrection organisée le mois suivant par Francisco Macià afin de proclamer l’indépendance de la Catalogne ; toutefois, les militants furent laissés libres d’y participer à titre individuel. Un plenum national réuni à Sabadell, probablement à la fin de 1926, décida de créer à Badalona un Comité régional d’action de Catalogne, qui allait prendre plus tard le nom de Comité national d’action révolutionnaire et dont le secrétaire fut Armando Artal11 entre 1926 et 1928. Ce Comité d’action était contrôlé par les anarchistes et fut souvent en conflit avec le Comité national de la CNT situé à Mataró en 1927-192812. Le Comité régional catalan de la CNT, en pointe sur ce terrain, fit avaliser la stratégie insurrectionnelle par le plenum national réuni à Madrid en janvier 1928, auquel participaient déjà des représentants de la FAI13 (la trabazón y fut approuvée). Le Comité national d’action révolutionnaire devint alors un comité mixte CNT-FAI14. Un nouveau plenum national, tenu près de Mataró en juin 1928, confirma la coordination entre le Comité national de la CNT, le Comité d’action révolutionnaire et le Comité péninsulaire de la FAI, approuva les propositions de collaboration avec José Sánchez Guerra et refusa d’associer la CNT au projet de soulèvement de Fermín Galán. Celui-ci était entré en contact en 1928 avec le Comité régional catalan et le Comité d’action révolutionnaire, qui avaient à leur tour informé le Comité national de la CNT, dont le secrétaire était alors Juan Peiró, de la demande de Fermín Galán de déclarer une grève générale. Comme le Comité national n’y fut pas favorable par crainte d’un échec (Fermín Galán manquait d’appuis politiques), il éclata une crise entre ce dernier, d’une part, et le Comité catalan, le Comité d’action révolutionnaire et les groupes anarchistes locaux, d’autre part, qui poursuivirent leurs relations avec Fermín Galán. Passant outre l’opposition du Comité national de la CNT, ils s’engagèrent à appuyer avec huit cents hommes le soulèvement organisé par l’impétueux militaire pour la mi-septembre 1928. Le moment venu, ils ne purent rassembler qu’un peu plus de trois cents militants, ce qui contribua à l’échec du projet. Dans ce contexte, il fut décidé de dissoudre le Comité national d’action révolutionnaire, dont l’existence était considérée incompatible avec le Comité national de la CNT15, qui avait de son côté envoyé un délégué (Bruno Carreras) auprès du Comité révolutionnaire dirigé par José Sánchez Guerra à Paris et tentait ainsi de reprendre le contrôle de la situation16. La CNT soutint donc l’insurrection manquée du 29 janvier 1929. En mars, la Confédération s’engagea à faciliter par la grève générale un soulèvement militaire et catalaniste prévu pour le 19 mai 1929, mais le Comité péninsulaire de la FAI à Séville refusa son appui en raison de la participation d’hommes politiques au complot, ce qui entraîna à la fin du mois de mai la démission du Comité national de la CNT, dont Juan Peiró était le secrétaire depuis janvier 192817. C’est Ángel Pestaña qui lui succéda jusqu’en janvier 1930. Lors du plenum de juin 1929, les anarchistes s’opposèrent à toute collaboration avec les partis politiques, pourtant un Comité révolutionnaire catalan fut reconstitué au début de 1930, dans lequel la CNT était représentée aux côtés des partis catalanistes, républicains, socialistes et communistes. Lluis Companys et Jaume Aiguader en étaient les principaux animateurs. Le Comité national d’action révolutionnaire fut aussi réactivé. Après la démission de Miguel Primo de Rivera et la légalisation de la CNT, les contacts avec les conspirateurs se poursuivirent, sous l’impulsion du Comité régional catalan, dont certains membres exerçaient d’importantes responsabilités dans la FAI18. Le plenum de février 1930 désigna un nouveau Comité national (dont M. Sirvent fit peut-être partie), autorisé à prendre part à des conspirations. À partir de juin, certains membres des comités national et régional catalan s’engagèrent dans les projets révolutionnaires élaborés par les militaires radicaux, mais d’autres, dont Juan Peiró, privilégièrent les relations avec les partis politiques du Comité révolutionnaire national de Madrid, qui ne se montrait pourtant ni très empressé pour passer à l’action ni disposé à réaliser des transformations sociales d’envergure en cas de succès. M. Bajatierra, Salvador Quemades et Rafael Vidiella servaient d’intermédiaires entre le Comité national et le Comité politico-militaire de Madrid19. Le 17 août 1930, les partis républicains et catalanistes signèrent à Saint-Sébastien un pacte prévoyant un soulèvement général, afin d’instaurer une république modérée qui reconnaîtrait l’autonomie de la Catalogne. La CNT avait été informée et avait envoyé Progreso Alfarache et Rafael Vidiella à Saint-Sébastien en tant qu’observateurs. En échange de son appui, la Confédération exigeait, outre la libération des milliers de militants emprisonnés, la distribution d’armes aux travailleurs, ce que refusèrent obstinément les républicains20. Sous la pression des militaires radicaux, le Comité de Madrid se résolut à organiser un soulèvement en octobre et poussa José Sánchez Guerra à négocier avec la CNT. Celle-ci accepta de déclarer la grève générale mais se rallia finalement, de manière inattendue, au projet du Comité d’action de Barcelone21. Ce n’est qu’après l’échec de cette tentative révolutionnaire, contrée efficacement par le général Emilio Mola, que la CNT se prononça en faveur du pacte de Saint-Sébastien. Le 29 octobre, Juan Peiró, Sebastián Clará et Pedro Massoni rencontrèrent Miguel Maura et Ángel Galarza (futurs ministre de l’Intérieur et directeur général de la Sûreté respectivement) avant de convoquer un plenum le 5 novembre 1930, qui décida d’établir une « intelligence » avec les partis républicains.

5Contrairement à la constante stratégie d’alliances de la CNT, la position des anarchistes fut quelque peu fluctuante. En août 1924, les anarchistes espagnols de Paris formèrent une Commission exécutive, dont Buenaventura Durruti, Miguel García Vivancos et les frères Francisco et Alejandro Ascaso étaient membres, chargée de l’action insurrectionnelle en collaboration avec des nationalistes basques et catalans, des républicains et des militaires. Mais ils se plaignirent au Comité national de la CNT des initiatives d’Eusebio Carbó qui, selon eux, se montrait trop conciliant avec les politiciens. Suite à leur intervention, Eusebio Carbó fut déchargé de son mandat et le Comité national fut renouvelé à la fin de l’été22. Le congrès ou plenum de la Fédération nationale des groupes anarchistes, tenu à Barcelone en avril 1925, se prononça en faveur d’alliances avec l’opposition au régime dictatorial afin de le renverser. Deux mois plus tard, en juin 1925 à Lyon, le congrès des anarchistes espagnols exilés en France confirma cette orientation par 110 voix contre 80. Mais le rapport de forces s’inversa l’année suivante : le congrès de Marseille, en mai 1926, rectifia la décision dans le sens d’une collaboration exclusive avec la CNT, c’est pourquoi les anarchistes proposèrent une alternative révolutionnaire au Comité d’action de la libre alliance auquel prenait part la Confédération. Le 26 juin, B. Durruti et F. Ascaso échouèrent dans leur projet d’assassiner le roi Alphonse XIII en visite en France, qui aurait pu déclencher une réaction en chaîne. Le plenum de la Fédération des groupes anarchistes de Catalogne du 20 mars 1927 adopta une résolution assez vague sur les conspirations23. Finalement, la position décidée à Marseille fut ratifiée en juillet 1927 à Valence, lors de la conférence de fondation de la FAI, qui reconnut cependant la nécessité d’intervenir dans tout pronunciamiento à venir pour orienter l’action populaire vers des objectifs libertaires24. Cela explique sans doute pourquoi les anarchistes présents dans les comités d’action révolutionnaire poursuivirent leurs contacts avec les militaires et hommes politiques hostiles au pouvoir, au moins en Catalogne comme nous venons de le voir. On peut donc avancer que le positionnement officiel de la FAI depuis 1927 ne faisait pas l’unanimité et n’était peut-être pas même majoritaire parmi les anarchistes catalans, dont le pragmatisme révolutionnaire sur le terrain l’emportait sur les considérations doctrinales. Cela soulève un certain nombre de questions quant à la cohésion de l’organisation : celle de la capacité des Catalans à imposer leur stratégie, en particulier avant que le Comité péninsulaire ne réside à Barcelone (1930), et celle du degré de tolérance consenti par les autres fédérations à leur égard ou au contraire de l’ignorance, bien improbable, des autres régions quant aux alliances en Catalogne.

Des débats houleux en 1931

6Durant la conférence de la FAI, qui se tint à Madrid les 8 et 9 juin 1931, l’action du Comité péninsulaire fut jugée déviationniste au regard de la ligne apolitique de l’organisation. Des sanctions individuelles furent même prononcées. Nous n’avons pas trouvé de relevé détaillé des débats, cependant nous disposons de la résolution publiée par l’hebdomadaire Tierra y Libertad :

Dictamen sobre el Comité peninsular anterior.

Después de un cambio general de opiniones con arreglo a los antecedentes que tienen relación con el asunto de la equivocada actuación de los componentes del Comité peninsular de la FAI durante la época correspondiente del mes de octubre de 1930 al mes de enero de 193125, venimos a extraer de las mismas las conclusiones siguientes :

Que, habiéndose tomado atribuciones que excedían a las que le[s] fueron asignadas como componentes de la Comisión de preparación revolucionaria, los camaradas Elizalde, Hernández y Sirvent, no habiendo tenido tampoco en cuenta los acuerdos que existían y continúan subsistentes [sic] desde el Pleno celebrado en Valencia26 de no colaborar con políticos de ningún sector.

Entendemos que resultaría excesivamente prolijo el ir enumerando y puntualizando los diversos detalles que han constituido la serie que formaron [sic] el asunto en sí, y, siendo muy suficientes extraer el fondo real del hecho, pasamos a participar las consecuencias apropiadas y convenientes ; entendemos deberá ser el punto inicial de la solución que pretendemos dar a tan enojoso incidente :

Considerar que hay que dejarlo zanjado con la afirmación de que no toleraremos una repetición más que en [sic] las rutas acordadas por la FAI, se tuerza[n] y se incumplan a capricho de cualquiera de sus componentes, sea cual sea su situación en el seno del organismo, para lo cual podemos señalar que cuantos se atreviesen a repetirlo deberán ser residenciados [sic] de los cargos y se hallarán en el caso de tener que esperar a que, con arreglo a su comportamiento en lo sucesivo, se los vuelva por la colectividad la confianza que perdieron.

En cuanto a los compañeros que han incurrido en ese caso, y que ya hemos nombrado, creemos oportuno será conveniente que durante algún tiempo dejen de ocupar cargos en la organización anarquista.

Los detalles anexos a la actuación de contacto íntimo con determinados elementos que sostenido por ellos, reconoceremos que son, aunque censurables, los que naturalmente corresponden a esas colaboraciones que rechazamos y que no podemos aceptar como agravantes del verdadero punto inicial y que significa el error de proceder contra un acuerdo del organismo que representaban y sin medir [sic, ¿pedir o mediar ?], en último extremo, una previa consulta con los organismos anarquistas y que hubiera evitado las consecuencias sensibles de la desfavorable sensación nacional e internacional que ha dado, sin su asentimiento, la colectividad.

Ponemos, por tanto, nuestras apreciaciones a vuestra disposición y discusión para que resolváis con arreglo al espíritu de transigencia que debe ser el guía de todos nuestros actos y determinaciones.

Por la Agrupación Anarquista de Valencia, por el C[omité] P[eninsular] y por la F[ederación] de G[rupos] A[narquistas] de Barcelona27.

7L’hebdomadaire anarchiste El Luchador publia aussi, à la fin du compte rendu de la conférence de la FAI, l’avis suivant (voir annexe) :

Para atajar las desviaciones hacia la política que se notó en algún individuo del Comité de la F.A.I., se acordó el dictamen de una Comisión, nombrada después de un amplio y sereno debate, en el que, entre otras cosas, se propone separar de las actividades de la Federación Anarquista Ibérica a los individuos que habían cometido aquellas desviaciones y que son Elizalde, Sirvent y Hernández.

Firmaban este dictamen Progreso Fernández, por la Agrupación Anarquista de Valencia, y Arturo Parera, por la Federación de Grupos Anarquistas de Barcelona y por el C[omité] P[eninsular].

La Conferencia acordó recomendar a los delegados que lo fueran también del Congreso de la C[onfederación] N[acional] del Trabajo, que procuraran que éste acordara lo mismo, con respecto a las desviaciones de igual índole que se habían notado en algunos individuos de sus comités28.

8Voyons d’abord qui sont les militants incriminés. José Elizalde, anarchiste individualiste et membre fondateur de la FAI, en était le secrétaire péninsulaire en 1929 et probablement encore en 1930. Il avait dirigé les revues barcelonaises Ética puis Iniciales et Tierra y Libertad29.

9M. Sirvent fut aussi un militant reconnu de la CNT et des groupes anarchistes dans les années vingt à Barcelone et dans le Levant. En 1922, il entra pour la première fois au Comité national de la CNT, où il représentait le syndicat unique de l’industrie du cuir ; l’année suivante, il en fut brièvement le secrétaire national par intérim. En 1927, il participa à la création de la FAI et, en 1930, il siégea au Comité péninsulaire. En juin 1930, il fut nommé vice-secrétaire du Comité national de la CNT, Progreso Alfarache étant secrétaire général30. On en sait beaucoup moins sur le troisième homme, Manuel Hernández, qui représentait le Comité péninsulaire de la FAI au sein du Comité révolutionnaire catalan31 en 1930 et appartenait aussi au Comité régional de la CRTC, en tant que délégué du syndicat du Bois32.

10Il est tout aussi important d’identifier les rédacteurs de la résolution, car cela aura une incidence dans nos analyses. Progreso Fernández, de son vrai nom Antonio Fernández, commença à militer en 1913, dut s’exiler plusieurs fois en France et participa à la création de la FAI. Dans les années trente, il représentait la tendance anarchiste individualiste au sein du Comité régional du Levant de la CNT, dont il fut le secrétaire. Progreso Fernández figurait alors parmi les hommes importants de la FAI : il fut l’un des orateurs du grand meeting de clôture du Congrès de 1931 et aussi l’un des militants désignés pour la Commission de propagande. Il abandonna ensuite la FAI en 1934, considérant qu’elle avait connu une évolution autoritaire33. L’autre signataire de la résolution, le barcelonais Arturo Parera, milita dans le syndicat de la Banque (CNT) à Madrid à partir de 1913. Il s’installa ensuite à Saragosse, où il fit partie d’un groupe anarchiste, et entra au Comité national en 1921. Entre 1924 et 1930, son activisme révolutionnaire le conduisit à changer souvent de région et à passer en France. À Barcelone, il assuma le secrétariat du Comité régional de 1930 à 1932. C’est à sa demande que la CRTC invita la FAI à assister au Congrès national de 1931. Arturo Parera combattit ensuite durement la ligne défendue par les signataires du manifeste des Trente34. Progreso Fernández et Arturo Parera participèrent activement au Congrès de la CNT : le premier en tant que délégué du syndicat de la Construction de Valence et le second comme représentant du Comité régional catalan.

11Comme la dernière phrase du communiqué paru dans El Luchador le laissait entendre, la question du rôle joué par le Comité national dans les conspirations républicaines suscita une vive polémique lors des troisième et quatrième sessions du Congrès extraordinaire de la CNT (Madrid, 11-16 juin 1931), consacrées au rapport d’activité du Comité national nommé un an plus tôt. Celui-ci était représenté par Francisco Arín, Progreso Alfarache, Ángel Pestaña, tous trois signataires deux mois plus tard du manifeste des Trente, et quatre autres militants moins connus35. Nous ignorons pourquoi M. Sirvent ne participa ni au congrès de la FAI ni à celui de la CNT36. Solidaridad Obrera publia deux articles synthétiques dans ses numéros 176 et 177 des 12 et 13 juin 1931 (p. 1 et 4), mais ils comportent des erreurs. D’après ce journal, les discussions sur la gestion du Comité national débutèrent le 11 juin à 15 h. Comme le débat était très houleux, la session fut suspendue jusqu’à 22 h 30, heure à laquelle elle reprit jusqu’à 2 h du matin. Le 12 juin, la discussion se poursuivit l’après-midi. L’hebdomadaire El luchador en donna un compte rendu de meilleure qualité dans son édition du 10 juillet 1931 (n° 27, p. 4). Certains délégués anarchistes accusèrent le Comité national de collaboration politique. Francisco Arín, un proche d’Ángel Pestaña, qui avait contribué en février 1931 à la légalisation de la CNT, mais qui allait bientôt être évincé du Comité national pour avoir été l’un des principaux initiateurs du manifeste des Trente, fut conduit, au début de la discussion, à évoquer les orientations antérieures à 1930 et à reconnaître : « Todos los elementos que componemos el Comité Nacional, hemos tenido una intervención más o menos directa en los movimientos de carácter político de antes de Diciembre y del mismo Diciembre [1930]37 ». Il raconta ensuite que le Comité national avait été contacté par les partis républicains de la gauche catalane. Juan Peiró, à la fin du débat, remonta même à 1923, en rappelant que plusieurs plenums avaient donné leur aval aux contacts avec les républicains. Il souligna qu’il était injuste et hypocrite d’accuser le Comité national sortant : « [...] desde el año 1923 ni un solo Comité Nacional, ni un solo Comité Regional ha dejado de estar en contacto con los elementos políticos, no para implantar la República, sino para acabar con el régimen de ignominia que nos ahogaba a todos38 ». Se référant à « la inteligencia establecida con Sánchez Guerra en el año 1928 », il rappela également que des groupes d’action mixtes CNT-FAI avaient été créés en octobre 1924 alors que le Comité national, dont il était le secrétaire, était hostile à une alliance avec les partis politiques : « Y mientras el Comité se guardaba mucho de establecer contacto con los elementos políticos, los Comités de acción mantenían relaciones serias con estos elementos políticos y con elementos militares39 ». Sans dédouaner la CNT, il insista sur l’influence exercée par la FAI, qui censurait maintenant ses propres représentants :

Como decía Arín en esos momentos el Comité Nacional fue forzado a establecer contactos con los elementos políticos llevado por esos individuos [J. Elizalde, M. Sirvent y Manuel Hernández] que se decían representantes de la FAI. Hubo un momento en que yo tuve que llamar a Alfarache y decirle : « si aquí se trata de un movimiento revolucionario nacional vosotros, como el Comité Nacional, no debéis permitir que ningún Comité ni la FAI usurpen la representación de la Confederación, vosotros tenéis que ir allí, haciendo acto de presencia para lo que os convenga ». Y hemos llegado al famoso Pacto de San Sebastián. Cuando los políticos se reunieron en dicha ciudad, era un momento en que la Confederación no tenía ningún trato con los elementos políticos a no ser los individuos que se llamaban representantes de la FAI. Éstos mantenían relación con los elementos militares y nada más. En el pacto de San Sebastián la Confederación no ha tenido ninguna intervención40.

12Cette intervention décisive de Juan Peiró parvint finalement à convaincre l’assemblée que les Comités nationaux ne pouvaient agir autrement dans les circonstances de l’époque et aucune sanction individuelle ne fut prise par la CNT, contrairement aux souhaits émis par la FAI. Mais au cours des débats, M. Sirvent fut nommément mis en cause par Francisco Arín et Juan Peiró, par Progreso Fernández et Juan Rueda, au nom du syndicat de la construction de Valence, par Miguel González Inestal, pour le syndicat des maçons de Madrid, et par un délégué du syndicat de la construction de Barcelone, probablement Santiago Bilbao. Il fut accusé d’avoir outrepassé son mandat confédéral et d’avoir entraîné la CNT dans une collaboration active avec les militaires et les républicains. Les délégués de Valence furent parmi les plus sévères sur l’action du Comité national et tout particulièrement de M. Sirvent. Julio Madrid, délégué de Moncada, exigea des sanctions de la plus grande sévérité :

Este Comité, como el pasado, deben ser descalificados y sus miembros dejar de pertenecer a perpetuidad a Comités. Deben ser descalificados y que no vuelvan a ejercer cargos en el Comité Regional ni Nacional, porque no merecen ninguna confianza. El Comité Nacional es responsable de las persecuciones de la dictadura [...]41.

13Dans ses explications, Francisco Arín, insista sur le rôle de la FAI et du Comité régional catalan, à l’origine des contacts avec les républicains et les militaires, alléguant que le Comité national s’était vu contraint de poursuivre cette relation. Il accusa la FAI, à travers ses militants du Comité régional de la CNT (probablement Jaime Magriñá et Manuel Hernández), d’avoir court-circuité le Comité national en fixant une date pour l’insurrection d’octobre 1930 et reprocha à M. Sirvent d’être parti en mission de préparation révolutionnaire sans y avoir été autorisé par le Comité national. S’ajoutèrent à ces griefs une obscure histoire de désignation d’un délégué à Madrid : il ressort d’échanges entre Francisco Arín et M. González Inestal que M. Sirvent, au nom du Comité national et en accord avec Progreso Alfarache, aurait désigné Miguel Hernández (à ne pas confondre avec Manuel Hernández) pour servir de contact avec les conspirateurs et le tenir informé, tandis que le Comité national, de son côté, aurait nommé M. González Inestal dans le même objectif (il s’agit de deux militants madrilènes). Il faut noter que Progreso Alfarache fut étonnamment silencieux dans ces débats42. On peut se demander si M. Sirvent n’a pas servi de bouc émissaire non seulement pour les modérés dans leurs attaques contre la FAI, mais aussi pour les anarchistes hostiles à toute alliance avec d’autres forces et désireux de faire peser la responsabilité d’une dérive collective sur quelques individus.

L’implication de M. Sirvent dans les conspirations

Manuel Sirvent Romero

14Dans les chapitres xiii et xiv de ses mémoires, M. Sirvent se remémore l’époque des conspirations. Les références à la FAI, à J. Elizalde, Fermín Galán et Ángel Pestaña laissent penser que l’auteur évoque des faits remontant à 1929 et 1930, sans qu’il soit possible d’être plus précis. Nous entrecoupons son texte de commentaires explicatifs et des remarques :

Unos días después, tuvo lugar una importante reunión de grupos anarquistas de Barcelona, para tratar la marcha de la conspiración contra el régimen dictatorial. En la conspiración, sosteníamos estrecha relación con los políticos de izquierdas. Se examinó detenidamente dicha cuestión, pasándose al nombramiento de la comisión de relaciones de la Federación Anarquista Ibérica, recayendo los cargos en Elizalde, Sirvent (y otro que no recuerdo su nombre). Me designaron para secretaría y mantener las relaciones de conspiración con diferentes tendencias políticas y militares. En este cargo, sustituía al compañero Bilbao. Éste me presentó a los políticos conocidos. Desde aquel momento empecé a actuar43.

15Dans leurs récits de la conspiration, Ricardo Sanz et Felipe Díaz Sandino mentionnent eux aussi la participation de la Fédération anarchiste44. Le troisième membre de la commission, dont M. Sirvent a oublié le nom, devait être Manuel Hernández. Santiago Bilbao, était un actif militant du syndicat de la Construction et aussi de la FAI sous la Dictature. Au Congrès de la CNT de 1931, le délégué du syndicat de la Construction de Barcelone, c’est-à-dire probablement S. Bilbao45, fit une déclaration qui semble confirmer les propos de M. Sirvent : « Han existido delegaciones directas del Comité Nacional en el Comité Político revolucionario. Lo afirmo porque las he visto46 ». Cependant, plus avant dans le débat passionné, il mit sévèrement en cause le Comité national et M. Sirvent tout en épargnant la FAI en tant qu’organisation :

El caso del compañero Sirvent no debe volver a ocurrir, y es preciso que nos prevengamos para que en lo sucesivo no ocurran estas cosas. La FAI, ha dicho Arín, impulsó al Comité a realizar algunas gestiones por el precedente establecido, y debiera haber dicho mejor que habían sido algunos compañeros de la FAI y no la FAI. En la FAI hay elementos indeseables. Debe caer la responsabilidad sobre aquellos individuos, pero no sobre la FAI47.

16Si M. Sirvent a effectivement succédé à S. Bilbao comme représentant de la FAI dans les conspirations, ou les propos tenus ici sont d’une grande hypocrisie ou ils ne sont pas de S. Bilbao mais de l’un de ses compagnons de délégation. Il est très important de souligner, d’autre part, que plus loin dans son récit (chapitre xv), M. Sirvent ne parle plus de la FAI mais de la Fédération des groupes anarchistes catalans ; voici ce qu’il écrit exactement :

En representación de la Federación de grupos anarquistas de la región catalana, mediante previa reunión que tuvo lugar, en la cual por unanimidad fui nombrado para tener dichas relaciones que de antemano ya se mantenían. Yo sustituía a Bilbao que desempeñaba dichas relaciones48.

17L’auteur a peut-être confondu deux moments différents, une première période (1929 ?) où il agissait comme délégué des groupes catalans et une seconde où il intervenait au nom de la FAI après être entré au Comité péninsulaire (1930). La confusion elle-même semble révélatrice de la prédominance des Catalans dans la FAI à cette époque. Francisco Arín confirma lors du Congrès qu’il y avait bien des contacts directs avant le plenum du 5 novembre 1930, contacts établis par la FAI et le Comité régional catalan qui firent pression sur le Comité national pour les poursuivre :

Elementos del Comité Nacional [...] ya se encontraron esta relación establecida con los militares y con los políticos de carácter izquierdista. [...] Esta relación, ¿sabéis quién la tenía establecida muy estrechamente ? La representación de la FAI. [...] el Comité acepta muchas veces algunas sugerencias, como una relación impuesta por otros elementos que son de la organización y de los grupos anarquistas. [...] y el Comité de la Confederación Catalana también mantenía esta relación estrechísima con estos elementos, y era la que sirvió de agente de enlace en los momentos en que el Comité Nacional estableció esa concomitancia [...] Hay aquí compañeros que al mismo tiempo que son de la FAI forman parte del Comité Regional de Cataluña. Ellos, pues, como yo decía antes, establecieron esta relación entre los elementos políticos de izquierda y los militares descontentos49 [...].

18Francisco Arín devait faire allusion à Jaime Magriñáet à Manuel Hernández, entre autres. Par ailleurs, M. Sirvent contredit dans ses mémoires la version de Bernardo Pou et Jaime Magriñá sur la question des relations avec les partis politiques ; ces militants, dans Un año de conspiración (1933), un ouvrage qui est probablement une réponse aux sévères critiques émises lors des congrès de la FAI et de la CNT à Madrid en 1931, prétendaient que les partis avaient été écartés et que seuls des groupes sympathisant avec l’idéologie de la CNT prenaient part au complot jusqu’en octobre 193050. Leur livre complète très utilement le témoignage de M. Sirvent, dont voici la suite :

Una entrevista tuvo lugar en el castillo de Montjuich para visitar al amigo Galán, preso en dicho castillo. Difícil era entrar en dicha fortaleza y más ver a un preso y todavía más a Galán. Pero pudimos sobornar a la guardia de aquel domingo y, en calidad de familiares del capitán Galán, pudimos visitarle. Nuestra visita fue larga. Hablamos acerca de la situación política y de la conspiración51. [...]

19Le capitaine républicain Fermín Galán, qui était assez proche des idées anarchistes, avait participé au pronunciamiento manqué du 24 juin 1926, connu sous le nom de Sanjuanada, ce qui lui avait valu d’être condamné à six ans d’enfermement dans la forteresse de Montjuich. Il continua malgré tout de comploter depuis sa prison jusqu’à son amnistie, le 6 février 1930. M. Sirvent continue ainsi :

La conspiración de aquellos días se desenvolvía agitadamente, ya que se notaba el fin del régimen. Quince días más tarde, se efectuó una importante reunión de todas las tendencias políticas para examinar la marcha a seguir. Presidía la reunión Aiguader. Todos los políticos miraban con placer los puestos a ocupar en el nuevo régimen52. [...]

20Le médecin catalaniste J. Aiguader, préoccupé par les questions sociales, était déjà en relation avec les socialistes et les anarchistes vers 1910. Il fonda ensuite le parti Unió Socialista de Catalunya (1923) et fut un dirigeant de Estat Català, qu’il représenta au sein du Comité révolutionnaire de Catalogne dès 1928. En 1930, il participa aussi à l’élaboration du pacte de Saint-Sébastien. Plus loin, dans le récit de M. Sirvent :

No pasaron muchos días sin que tuviéramos una reunión con el amigo Sancho, ingeniero, hombre sincero y de buena fe. Era político del Partido Radical Socialista, con muchos ribetes de federalismo. En dicha reunión, además del mencionado Sancho, estaban presentes los compañeros Peiró, Carbó y el que estas líneas escribe53. [...]

21Le capitaine du génie Alejandro Sancho était un républicain sincère, ami de Marcelino Domingo ; il avait refusé les propositions de Miguel Primo de Rivera et complotait contre le régime. Alejandro Sancho avait mis un groupe d’officiers en relation avec la CNT dans la perspective d’un coup d’État le 19 mai 1929, auquel la FAI avait refusé son appui en dépit de la décision de la Confédération de déclarer la grève générale (voir supra). À partir de juin 1930, Alejandro Sancho, qui était directeur du service d’extraction de sable du Port franc de Barcelone, reprit contact avec le Comité régional catalan ; il représentait les cadres et agents de maîtrise au sein du Comité révolutionnaire, dont il semble avoir été le principal stratège. Bernardo Pou et J. Magriñá, qui y représentaient le Comité régional de la CNT, confirment dans leur ouvrage la présence de M. Sirvent lors de rencontres avec Alejandro Sancho, aux côtés de Progreso Alfarache et de Manuel Hernández entre autres, pour la constitution du Comité révolutionnaire de Catalogne. On ne peut douter de la proximité idéologique d’Alejandro Sancho avec l’anarchosyndicalisme puisqu’en août 1930, il finança la reparution du journal de la CNT, Solidaridad Obrera, où il écrivit sous un pseudonyme des articles économiques. Il collabora aussi à l’hebdomadaire confédéral Acción de Barcelone en 1930. Le directeur général de la Sûreté Emilio Mola le fit arrêter et emprisonner à Montjuich au début de l’automne. Lorsqu’il mourut le 2 mars 1931, Solidaridad Obrera lui rendit un hommage appuyé. Le colonel de l’armée de l’Air F. Díaz Sandino a aussi consacré le premier chapitre de ses mémoires à Alejandro Sancho, un homme qui de toute évidence marqua les esprits54. Eusebio Carbó fut un important militant de la CNT et plus tard de la FAI, qu’il contribua à fonder. Proche des positions de Juan Peiró sous la Dictature, il s’opposa au sein de la CNT, tant au possibilisme tactique d’Ángel Pestaña qu’au radicalisme de B. Durruti. Il dirigea Solidaridad Obrera en 193055. Outre Juan Peiró et Eusebio Carbó, auraient également participé à ces réunions, Ángel Pestaña, J. Elizalde, P. Foix et Francisco Arín, parmi les militants les plus en vue.

22Le 27 juin 1930, un proche d’Ángel Pestaña, Juan López, qui était secrétaire national depuis le mois de janvier, fut remplacé par le tandem Progreso Alfarache, secrétaire, et M. Sirvent, vice-secrétaire, ce qui dénote un certain partage du pouvoir entre « faïstes » et « syndicalistes56 ». Selon Bernardo Pou et R. Magriñá, M. Sirvent était en même temps membre du Comité péninsulaire de la FAI, qui était passé de Séville à Barcelone au printemps57. Progreso Alfarache avait été, vers 1920, le secrétaire de la Confédération régionale d’Andalousie, mais il avait dû s’exiler en France à l’époque de la Dictature. Il s’installa ensuite à Barcelone où il présidait le syndicat des Arts graphiques. Lui aussi proche d’Ángel Pestaña, il allait être, quelques mois plus tard, un des concepteurs et signataires du manifeste des Trente (août 1931) contre l’ingérence de la FAI dans la CNT. On considère généralement que le Comité national était, à cette période, contrôlé par la tendance « syndicaliste » (comme d’ailleurs le Comité régional catalan), mais on voit bien ici que la FAI était parvenue à imposer au moins un de ses militants, M. Sirvent. Ainsi se poursuit son récit :

La conspiración iba ganando terreno, ya que las relaciones con todas las tendencias políticas eran, al parecer, bastante sinceras. El Comité Nacional me nombró miembro representante de la Confederación Nacional del Trabajo en la conspiración con las diferentes tendencias políticas. De esta manera tenía dos representaciones, ya que anteriormente tenía la de la F.A.I.58

23Lors du congrès de la CNT, en juin 1931, Francisco Arín afirma que Progreso Alfarache, M. Sirvent et lui-même avaient été désignés par le Comité national pour remplacer les militants du Comité régional qui étaient en contact avec les conspirateurs, mais que certains délégués mandatés par la FAI et par le Comité régional (il faisait probablement allusion à Jaime Magriñáet à Manuel Hernández) s’étaient malgré tout imposés. Les divisions du Comité national apparaissent aussi dans les propos de Francisco Arín :

Yo decía que en su principio, en su origen, la independencia del Comité Nacional quedaba mediatizada en esta cuestión de relaciones, y el Comité Nacional tuvo en su seno algunos altercados y algunas discusiones por esta mediatización que yo consideraba un asalto a las funciones del Comité. Hasta que por fin se le dijo al Comité Regional de Cataluña, que esta mediatización había que terminarla, y que si se continuaban aquellas relaciones, debía ser el Comité Nacional el que las continuara directamente [...]. Entonces, respetando las funciones del Comité Nacional y sin la intromisión de la Regional Catalana, yo en persona, delegado por el Comité Nacional, junto con Sirvent y el compañero Secretario [Alfarache], fui designado aquella madrugada, pero otra vez a pesar del acuerdo tomado, los camaradas de la Regional Catalana [¿Magriñá y Hernández ?], sin antes haber consultado al Comité Nacional, y representando a la FAI y a la Regional, se atribuyeron nuevamente una representación que el Comité Nacional no les había conferido59.

24Francisco Arín semble ici mettre en cause M. Sirvent et ses compagnons de la FAI. Bernardo Pou et Jaime Magriñáécrivent pour leur part :

Quedó, pues, en principio el Comité Revolucionario de Cataluña, constituido de la siguiente forma : Alejandro Sancho, por los técnicos ; Eduardo Medrano60 por los militares ; Ricardo Escrig61, por los estudiantes ; Manuel Hernández, por la FAI ; Pou y Magriñá, por el Comité Regional. Progreso Alfarache y Manuel Sirvent, ambos secretarios del Comité Nacional de la CNT, se reservaron nombrar el delegado hasta después de informar al Pleno del Comité. […]

Transcurrieron los días sin que el CN mandara su delegado. Ateniéndose a las normas federativas, tampoco le correspondía. No obstante, nosotros seguíamos informándole de todo lo que hacíamos62.

25Les auteurs ne précisent pas si quelqu’un fut finalement désigné. Leur témoignage et celui de M. Sirvent se contredisent quant à l’identité du représentant de la FAI au sein du Comité révolutionnaire : M. Sirvent prétend que c’était lui, tandis que Bernardo Pou et Jaime Magriñáconsidèrent que c’était Manuel Hernández. La version de Bernardo Pou et J. Magriñá, publiée seulement trois ans après les faits, est la plus vraisemblable en raison de la proximité chronologique. On est donc conduit à penser que M. Sirvent a dû se tromper dans le chapitre xiii, en mentionnant la FAI au lieu de la Fédération anarchiste catalane. Il est curieux aussi que M. Sirvent ait complètement oublié jusqu’au nom de Manuel Hernández. Quoi qu’il en soit, on observe que les doubles appartenances, notamment celles qui découlent de la trabazón, ne permettent pas de définir clairement les responsabilités des organisations et sont sources de confusions. M. Sirvent était, en juin 1930, membre du Comité national de la CNT et du Comité péninsulaire de la FAI ; Jaime Magriñá et Manuel Hernández, l’étaient du Comité régional catalan et du Comité péninsulaire. Redonnons la parole à M. Sirvent :

Una reunión particular tuve que efectuar con una representación del sector de Ramón Franco, el aviador, para tratar la marcha de los acontecimientos conspirativos. Me pidieron les informara de la sinceridad de los diferentes grupos políticos que conspiraban contra el régimen. Respondí adecuadamente y quedaron satisfechos. Una nueva reunión tuvo lugar con los políticos, donde se trató de la necesidad de visitar la región levantina y la de Murcia para entrevistarse con el elemento de la tendencia militar y con políticos. Para dichas entrevistas y viaje, me nombraron a mí. Yo, por mi parte, di cuenta a la F.A.I. y al Comité Nacional, y quedaron ambos de acuerdo63.

26Le commandant de l’Armée de l’air Ramón Franco était le frère cadet du futur dictateur. En 1929, en Andalousie, il conspira contre Miguel Primo de Rivera avec le général Gonzalo Queipo de Llano, puis en 1930 contre Alphonse xiii au sein de l’Union militaire républicaine. R. Sanz dit de lui qu’il était « le Chef du mouvement insurrectionnel » à Madrid64. Ramón Franco et F. Díaz Sandino se seraient rendus à Barcelone en juillet 1930, à la demande d’Alejandro Sancho, afin d’y rencontrer le Comité national et le Comité régional de la CNT. P. Massoni, Eusebio Carbó, Ángel Pestaña et d’autres encore auraient participé à la réunion, dont F. Díaz Sandino rend compte dans les termes suivants :

No recuerdo exactamente quién fue el que habló en nombre de los sindicatos ; el hecho real es que aceptaron la colaboración revolucionaria y que se trató de la mutua lealtad, de los contactos a establecer durante el tiempo que durara la conspiración, fijando como compromiso, por parte del futuro Gobierno republicano, el reconocimiento oficial de la organización y el derecho de propaganda, y ellos, en la fecha que se les indicara, colaborarían al movimiento, siempre que se les proporcionasen armas o medios para adquirirlas65.

27Un commandant de l’artillerie qui accompagnait ce jour-là Ramón Franco était, selon F. Díaz Sandino, un espion au service du directeur de la Sûreté, Emilio Mola, ce qui expliquerait les informations de première main dont disposait ce dernier. Ramón Franco fut arrêté à titre préventif le 10 octobre 1930, mais parvint à s’évader en novembre. Après l’échec du pronunciamiento de Fermín Galán à Jaca et l’arrestation de la plupart des conjurés républicains, Ramón Franco et G. Queipo de Llano s’emparèrent de l’aérodrome de Cuatro Vientos à Madrid le 15 décembre, jour qui avait été fixé pour le soulèvement républicain. Faute de soutien populaire, les deux militaires s’enfuirent en avion au Portugal, après avoir lancé des tracts sur la capitale espagnole66. Reprenons le récit de M. Sirvent :

Partí a Valencia, donde tuve una entrevista con oficiales y capitanes de la guarnición de Paterna. Hablamos de la situación política que atravesábamos y se mostraron dispuestos al sacrificio. Acto seguido, partí para Alicante donde tuve una entrevista con un político, el señor Botella, del Partido Radical Socialista. Me hizo varias preguntas con relación a la situación del régimen. Le contesté adecuadamente y quedó de acuerdo con lo que le expuse. Nos despedimos cordialmente y salí con rapidez para la capital de Murcia. Llegando a ésta, visité a la persona que me habían indicado. Este señor era un farmacéutico con el cual conversamos largo rato diferentes cuestiones con relación al régimen. Simpatizaba mucho con las ideas anarquistas y, después de un saludo cordial, nos separamos. Regresé a Barcelona rindiendo cuenta de mi gestión, por ambas partes aprobada67. [...]

28Dans ses mémoires, Emilio Mola confirme que la garnison de Paterna, près de Valence, soutenait la conspiration68. Juan Botella69 allait devenir député d’Alicante en 1931, fonder en 1932 Izquierda Radical Socialista après son expulsion du Parti radical socialiste et enfin être nommé ministre de la Justice en 1933. Ces déplacements démontrent l’importance du rôle joué par M. Sirvent dans la conspiration d’octobre 1930 et, encore une fois, il y est question d’hommes politiques de gauche et de militaires. Notons que l’auteur des mémoires prend soin de préciser qu’il avait rendu compte de ses missions au Comité national de la CNT et au Comité péninsulaire de la FAI.

29Parce qu’ils doutaient de la volonté révolutionnaire des signataires du pacte de Saint-Sébastien70 et peut-être pour ne pas apparaître comme une force d’appoint de la révolution républicaine, la FAI, les militaires les plus radicaux et au moins une fraction des anarcho-syndicalistes décidèrent, en septembre 1930, de prendre de vitesse les partis politiques en déclenchant le mouvement avant le 19 octobre, avec le soutien des nationalistes catalans. Ángel Pestaña considéra peu après que les anarchistes avaient voulu « déborder le mécanisme de conspiration républicain71 », tout en démentant depuis sa prison les rumeurs selon laquelle la CNT aurait participé à un complot révolutionnaire pour instaurer la république. Bernardo Pou et Jaime Magriñá écrivirent aussi que la CNT, par « pureté » doctrinale, avait refusé d’apporter un soutien actif, bien qu’elle considérât le projet d’un œil bienveillant :

El Comité Nacional fue el encargado de someterlo [el plan] a la aprobación de una reunión de militantes, que días después se celebró en el local del Centro Republicano de la Casa del Pueblo del distrito V, por delicadeza, para salvar la prístina pureza de las ideas libertarias de la CNT, por amor sentido a los principios de la organización, no se aceptó colaborar en el sentido expuesto en el aludido documento ; se convino ver con simpatía el plan de los técnicos y militares y mantener con ellos el contacto que se pudiera establecer, siempre con vistas a un movimiento insurreccional72.

30De quels militants parlent-t-ils ici ? Logiquement, n’aurait-il pas fallu réunir un plenum de délégués des Fédérations régionales pour délibérer valablement ? Ces militants furent-ils réellement plus réservés que les membres du Comité national ou bien Bernardo Pou et J. Magriñá, essaient-ils de préserver l’image de la CNT ? Tout cela reste bien flou et il semble évident que la CNT était divisée sur le sujet. Voici ce que relate M. Sirvent :

Entretanto, el Comité Nacional se encontraba algo en decadencia por sus mismos componentes, pues la mayor parte de éstos no acudían a las reuniones. Todavía se agravó más la situación por la razón de que el secretario tuvo que desplazarse a Sevilla por cuestiones, creo, de familia, en donde fue detenido por las autoridades civiles. Por lo que, de momento, tuve que hacerme cargo de la secretaría [del Comité Nacional de la CNT]73.

31Le secrétaire national, Progreso Alfarache, fut arrêté à Jerez de la Frontera, le 26 septembre 1930, après avoir assisté à Séville à la conférence régionale des syndicats andalous et alors qu’il revenait d’Algésiras, ville dont il était originaire. Peu après, Solidaridad Obrera démentit une dépêche de l’agence d’information Fabra, qui affirmait que Progreso Alfarache avait quitté Barcelone le 14 septembre pour préparer une grève générale. Quelques jours plus tard, dans une note intitulée « Para el director general de Seguridad », le journal de la CNT insistait encore sur le double caractère légal et familial de son déplacement74. Cependant, on ne peut douter que Progreso Alfarache mettait à profit son séjour en Andalousie pour préparer l’insurrection révolutionnaire. M. Sirvent poursuit :

En estos días de agobio de trabajo, tuvo lugar una reunión de todas las tendencias políticas comprometidas en la conspiración. Se examinó a fondo la situación que atravesaba la política estatal, por lo que se creyó necesario proceder a la definitiva revolución para darle al régimen el golpe final, mediante consulta a todos los sectores comprometidos. Para estas consultas, se nombraron a dos compañeros para visitar el sector de Madrid, uno para los militares y otro para los civiles. Para los militares, fue nombrado Farrás, comandante del ejército, Sirvent para los civiles. Éste último tenía que entrevistarse con Ramón Franco. En dicha reunión, determinamos que la fecha del movimiento revolucionario se daría en tiempo oportuno en la prensa. Al día siguiente, teníamos que hacer acto de presencia en Madrid. Por mi parte, no tenía autorización para emprender dicho viaje, por lo que tenía que informar al Comité Nacional. Por la F.A.I., de antemano ya estaba autorizado. Al día siguiente, convoqué a una reunión del Comité, acudiendo únicamente el compañero Arín. Puestas las cosas en este lugar, el compañero últimamente señalado se hizo cargo de la secretaría, saliendo yo de viaje75.

32Le commandant de l’artillerie Enrique Pérez Farrás, est souvent mentionné parmi les conspirateurs par F. Díaz Sandino, R. Sanz et Bernardo Pou et J. Magriñá. En 1931, il fut nommé chef du corps des Mossos d’esquadra par Francisco Macià. M. Sirvent omet de préciser que l’annonce de la date aurait été réalisée sous une forme codée. Voici ce qu’en dit Francisco Arín au Congrès de Madrid :

[Los camaradas de la Regional Catalana [¿Magriñá y Hernández ?], representando a la FAI y a la Regional] Se comprometieron para una fecha determinada a hacer un movimiento nacional, y cuando yo pude asistir a las reuniones por haber recobrado nuevamente la libertad, ya se había acordado la fecha. Yo me opuse abiertamente en nombre del Comité Nacional, y entonces quedaron rotas las relaciones. En aquella reunión estaba el compañero Elizalde, representante de la FAI ; estaba el compañero Sirvent, vicesecretario del Comité Nacional y miembro de la FAI, y estaba el compañero Hernández de la FAI y del Comité Regional de Cataluña76.

33Ce qui est un peu contradictoire dans l’argumentation de Francisco Arín (voir aussi supra), c’est que Progreso Alfarache et M. Sirvent étaient, tout comme lui, mandatés par le Comité national et donc que ces derniers pouvaient légitimement négocier une date en son absence. Il s’agit là, sans doute, d’un désaccord entre plusieurs personnes partageant un même mandat de représentation77. En outre, on imagine mal que les délégués de la CRTC aient pu prendre la décision sans en référer au Comité national. Enfin, on ne comprend pas ce que « quedaron rotas las relaciones » signifie ici. Voyons la suite de l’intervention de Francisco Arín, qui met en cause M. Sirvent :

Después de una reunión, después de una entrevista celebrada con elementos militares revolucionarios, con el Comité de la FAI, con el Comité de la Regional Catalana y con el Comité de la Confederación, tenían que salir delegados para dar algunas orientaciones a la Organización Confederal y al mismo tiempo a la FAI. Antes de salir de la entrevista, yo dije a Sirvent y a los demás compañeros del Comité Regional de Cataluña que antes de marchar a provincias teníamos que reunirnos en la Secretaría del Comité Nacional ; pero desatendiendo las normas que deben existir y cumplirse en el Comité, sin esperar esta entrevista entre nosotros, sin antes reunirse con el Comité Nacional, se fueron a sacar el [billete] kilométrico y ellos mismos por sí se nombraron y se fueron a provincias. Hay que hacer la salvedad de que yo había indicado la conveniencia de que para esta misión no fueran designados compañeros conocidos. [...] Entonces el Comité Nacional rechazó a Sirvent y le afeó su procedimiento y su conducta. El Comité Nacional ha procurado evitar estas desviaciones, pero por influencias de compañeros que representaban a la FAI, ha habido más desviaciones de las que pudieran venir del sector político, pues al sector político somos bastantes para tenerlos a raya, pero a los compañeros no nos atrevíamos a poner reparos y cuando nos dábamos cuenta se había caído en el error78.

34Les militants de la FAI sont là durement mis en cause et les témoignages de Francisco Arín et M. Sirvent coïncident, malgré des interprétations divergentes quant à la légitimité de l’action des différents acteurs. En outre, il semble que soit ici posé un problème de concurrence entre les prérogatives du Comité révolutionnaire de Catalogne et celles du Comité national quant à la désignation des délégués devant partir en mission de préparation révolutionnaire. Par conséquent, il ressort des deux témoignages que le Comité national de la CNT n’avait pas dûment autorisé M. Sirvent à partir en mission de préparation révolutionnaire, mais que l’urgence de celle-ci ne permettait peut-être pas de prendre le temps d’une nouvelle convocation. De leur côté, Bernardo Pou et Jaime Magriñá apportent des précisions sur les participants à la réunion (probablement tenue entre le 15 et le 25 septembre) durant laquelle fut fixée une date pour le soulèvement et confirment aussi que M. Sirvent, Progreso Alfarache et Manuel Hernández partirent en mission de coordination, mais ils se gardent bien de prendre parti dans la polémique qui avait opposé le Comité national au Comité régional catalan et la CNT à la FAI lors des congrès deux ans plus tôt :

Otra reunión importante fue celebrada en la clínica del doctor José Quero, situada en la calle de la Cera [en Barcelona]. Asistieron, por el Comité Nacional, los delegados de la Madera y el Textil. Pou, por el Comité Regional, asesorado por Eusebio Carbó [...] ; Peiró, por « Solidaridad Obrera » ; Massoni, por haber intervenido en el anterior Comité Nacional, también fue invitado y asistió ; el comandante E. Pérez Farrás, Arturo Menéndez, otro que se había sublevado al frente de la Artillería en Toledo ; Ramón Franco, Sandino, también de aviación, los capitanes J. Pérez Salas, E. Medrano, José García Miranda y los tenientes José Cabezas, Anselmo Grandes, Sánchez, Barcaiztegui y Bosch (hijo), por haber llegado tarde quedaron en la calle esperando los camaradas Elizalde, J. R. Magriñá y H. Plaja, el inseparable amigo de Carbó79.

En dicha reunión se creyó oportuno señalar una fecha, cosa que se aceptó en principio ; pero, condicionada a que primero se establecieran enlaces en todo el país. Este Comité entregó a la F.A.I. cierta cantidad para que saliera por España para establecer los contactos y enlaces ; de la relación de este organismo, del cual formaba parte Magriñá –nos referimos al Comité Peninsular de la F.A.I.– y dejó de pertenecer y actuar porque se aceptó dinero de los militares para la labor de preparación, la cual se limitaba a la correspondencia que, como secretario del mismo, recibía y despachaba Elizalde, repetimos que de la relación de este organismo con el Comité Nacional, nada queremos saber ni sabemos, con mayor motivo que los camaradas ; [...] supimos que el secretario del C.N., Progreso Alfarache, discrepaba de que tuvieran intervención, como organismo aparte ; creímos y lo creemos, que las discrepancias obedecían más a resquemores hacia las tácticas de la F.A.I., que no al compromiso que se adquiría de ir hacia el movimiento que no hipotecase la independencia revolucionaria de la C.N.T.

Supimos que Manuel Sirvent, Manuel Hernández y el mismo secretario general del Comité Nacional habían salido para establecer los contactos por toda España ; así nos lo comunicó Manuel Hernández, quien era el que más intervino con el C[omité] N[acional], por representar a la F.A.I., la cual desde Barcelona controlaba el movimiento anarquista80.

35Bien que nous ignorions malheureusement qui étaient les deux représentants du Comité national, on constate que la CNT était fort bien représentée par des militants de premier plan, dont certains avaient été membres des Comités nationaux précédents (Juan Peiró, P. Massoni et H. Plaja) et un autre très impliqué dans les conspirations avec les catalanistes (Eusebio Carbó). L’accusation lancée par Francisco Arín contre le Comité régional catalan et la FAI semble donc exagérée. En outre, Bernardo Pou et Jaime Magriñá prétendent que la date fixée n’était pas définitive et dépendait des résultats des missions de préparation. Le 15 octobre, jour où devait officiellement débuter à Madrid une conférence nationale de la CNT, pourrait avoir été la date choisie pour le déclenchement du mouvement insurrectionnel81. Voici la suite du récit de M. Sirvent :

Llegando a Madrid, efectuamos la entrevista en el propio coche de Ramón Franco. Le expliqué detalladamente lo acordado en Barcelona. Quedando éste de acuerdo, me entregó una contraseña para que se la diera a Sandino, el aviador. Tenía que reunirme en Cartagena con dicho amigo para volar con dirección a Sevilla y, en caso de que coincidiera con la fecha de la revolución, partir para Madrid para actuar82.

36F. Díaz Sandino était un proche de Ramón Franco (sur lequel il porte un jugement négatif dans ses mémoires) et de Alejandro Sancho, avec lesquels il conspira contre la Monarchie au sein de l’Union militaire républicaine83. Après le pacte de Saint-Sébastien, il servit de contact entre le Comité central révolutionnaire et les différents groupes d’action sur le terrain. Il fut arrêté le 15 décembre 1930, lors du soulèvement de Cuatro Vientos (Madrid). Ainsi prend fin le récit de M. Sirvent sur le complot :

Por aquellos días, el gobierno procedió a la detención de elementos que actuaban en la conspiración contra el régimen. En Madrid, fueron detenidos Rada84, Ramón Franco y elementos de la C.N.T. y de la F.A.I. Otro tanto ocurrió en Barcelona y otras poblaciones de España. Yo fui detenido al poco de salir de Madrid, cuando me dirigía a Valencia85.

37Avant le 11 octobre 1930, le général Emilio Mola, avait fait arrêter les principaux conspirateurs républicains, militaires et anarcho-syndicalistes86. M. Sirvent fut arrêté dans la région d’Alcázar de San Juan (Ciudad Real), à 150 kilomètres au sud de Madrid, entre Tolède et Albacete (voir illustration).

« En libertad »

« En libertad »

Solidaridad Obrera, n° 106, 24 mars 1931, p. 6.

38Son arrestation semble être antérieure au 5 octobre, date d’une conférence régionale des syndicats de Catalogne qui protesta contre la détention des deux secrétaires nationaux de la CNT87. Le 14 octobre, dans Solidaridad Obrera, le Comité national de la CNT publia la note suivante :

La circunstancia de haber sido detenidos algunos miembros de este Comité, así como varios de los compañeros de diversas regiones designados para asistir como Delegados a la Conferencia Nacional que debía celebrarse en Madrid del 15 al 19 del corriente, nos obliga a aplazar la celebración de tan importante comicio. Se trata, como decimos, de un simple aplazamiento, en ningún caso de una suspensión. Muy en breve señalaremos las fechas en que habrá de celebrarse. El Comité Nacional88.

39L’insistance finale sur le report de cette conférence laisse supposer qu’il est en réalité fait référence au déclenchement de l’insurrection, mais on ne peut en être certain89. Le jour suivant, le quotidien de la CNT donnait une liste de personnes arrêtées à Barcelone, dont il demandait la libération90. Pour compléter cette analyse, il est utile de citer ici un extrait des mémoires d’Emilio Mola, qui relate ce qu’il avait appris par un informateur (peut-être ce commandant de l’artillerie évoqué par F. Diaz Sandino) sur le projet révolutionnaire auquel prit part M. Sirvent et qui en montre bien l’ampleur :

Así se llegó al final de la primera decena de octubre, en que un agente secreto, de absoluta garantía, me dio cuenta de que en Cataluña determinados elementos republicano-separatistas, algunos militares y los directivos de la CNT, faltos de confianza en los acuerdos de la conferencia celebrada en San Sebastián, habían adoptado la resolución de lanzarse por su cuenta al movimiento, con arreglo a un plan de gran « envergadura » –como ahora se dice– concebido por Alejandro Sancho. Para ello se provocarían motines y huelgas en varias poblaciones de importancia y acto seguido estallaría el verdadero movimiento, que se pensaba apoyar en una línea que comprendiera Bilbao, Logroño, Zaragoza, Calatayud, Teruel, Sagunto y Valencia, quedando entregada Andalucía a la exaltación obrera que la explosión revolucionaria habría de producir. Cortadas las comunicaciones, obligado el gobierno a atender a muchos puntos y aislada Cataluña del resto de España, quedaría dueña de sus destinos, y ya no quedaba más trabajo que armar al pueblo, para lo que bastaba asaltar la Maestranza y Parque de Artillería de Barcelona, en donde abundaban los fusiles, municiones y otros artificios de guerra91.

40Le Comité régional catalan de la CNT avait aussi prévu de déclarer la grève générale. Après cet échec, le dernier espoir résidait dans le pacte de Saint-Sébastien, en dépit des défiances réciproques entre les partis républicains et la CNT. F. Díaz Sandino raconte qu’Eusebio Carbó, Juan Peiró et P. Massoni lui rendirent visite à Madrid, probablement peu après le plenum du 5 novembre 1930, qui autorisa une « intelligence » avec les républicains et faisait suite à l’entretien du 29 octobre avec Miguel Maura et Ángel Galarza :

Se lamentaron de la lentitud que demostraban los políticos en el aspecto revolucionario y de la falta de apoyo que observaban, exponiendo lo necesario que para su actuación era el que se les proveyese de armamento, o que se les proporcionasen los medios para comprarlas ellos mismos, según se había convenido92.

41Toutefois, cet activisme révolutionnaire ne faisait pas l’unanimité, comme en témoigne l’opposition que la Fédération du Levant manifesta lors du plenum du 5 novembre 1930 à Barcelone. D’autant qu’il régnait une certaine confusion dans les rangs de la CNT, dont les fédérations reçurent au début du mois d’octobre des consignes contradictoires : préparation d’une grève insurrectionnelle et, en même temps, préparation d’une conférence nationale. De nombreuses délégations n’avaient pas compris les messages codés et, ignorant que la conférence était annulée, arrivèrent dans la capitale. L’ambiguïté de la position de la CNT fut accentuée par les démentis publiés courant octobre par Ángel Pestaña (depuis sa prison) d’une part et conjointement par le Comité national et le Comité régional catalan d’autre part, concernant la participation de la Confédération à un complot révolutionnaire93. Le compte rendu du plenum clandestin du 5 novembre restitue cette confusion et les réticences des Valenciens :

Levante hace preguntas sobre la misión que se le confió al delegado S[irvent] ; pide al C[omité] N[acional] que informe sin reservas y diga todo lo que tramita. El CN, abundando en detalles, alude a la Conferencia Regional Catalana [5-6 de octubre], con sus acuerdos de huelga general. Castilla también aclara el informe de los trámites que se hicieron para evitar las molestias a los delegados que, a pesar de todo llegaron a Madrid. Castilla se adhiere a las manifestaciones del CN. Lo mismo hace Sevilla. Levante censura la relación del CN y dice no estar de acuerdo con su forma de actuar en el aspecto del momento político social de España94.

42Si l’on en croit Bernardo Pou et J. Magriñá95, ce compte rendu à usage interne fut publié par erreur, ce qui est un indice de l’état de désorganisation des instances dirigeantes. L’attitude à adopter dans les semaines suivantes fut aussi âprement discutée lors de ce plenum. Malgré l’opposition de la Fédération du Levant, qui accordait la priorité à la réorganisation et à la lutte sociale, il fut finalement décidé que la CNT soutiendrait le mouvement révolutionnaire républicain, mais sans pactiser : « P[eiró] hace remarcar que no es lo mismo inteligencia que pacto, y si bien no puede la Confederación nacional del Trabajo aceptar los pactos, puede aceptar y estar en inteligencia. Así se acuerda con el voto en contra de Levante96 ».

Des ambiguïtés et des contradictions au-delà des clivages entre modérés et radicaux

43Ces arguties montrent que la CNT s’est trouvée tiraillée entre un objectif et des contraintes contradictoires : le désir d’en finir avec la Dictature et la Monarchie, qui impliquait des alliances avec d’autres forces, sans pour autant renoncer officiellement à l’apolitisme et à l’antimilitarisme qui se trouvent au cœur de sa doctrine. En outre, elle a été naturellement entraînée par la présence du Comité national à Barcelone, le cœur géographique de la conspiration d’octobre 1930, où le Comité régional et le Comité péninsulaire de la FAI étaient très engagés dans les contacts révolutionnaires. La trabazón a aussi grandement facilité cette perméabilité. Ce qui reste obscur, c’est pourquoi le Comité national dirigé par Juan Peiró refusa de suivre le Comité régional et les anarchistes catalans dans leur appui au soulèvement organisé par Fermín Galán en 1928, alors que la stratégie insurrectionnelle, constante depuis 1923, avait été avalisée ; et pourquoi la FAI, qui avait émis un veto au printemps 1929 à la décision du Comité national de déclarer la grève générale, voit l’année suivante trois membres de son Comité péninsulaire engagés dans la conspiration, voire promoteurs de celle-ci. On a le sentiment qu’il s’agit moins d’une question de position doctrinale que de rapports de forces internes différents et d’analyses non convergentes de la situation, de l’opportunité, du degré d’implication des éléments révolutionnaires, des chances de réussite, du rôle principal ou secondaire à jouer, etc. En 1930, les anarchistes et anarcho-syndicalistes semblent avoir davantage misé sur les militaires progressistes que sur les partis politiques. La CNT soutenait les projets révolutionnaires sans pour autant s’engager à limiter le mouvement aux objectifs des conspirateurs de la bourgeoisie. Mais elle a été par moments divisée entre ceux qui souhaitaient une action anarchiste ou anarcho-syndicaliste la plus autonome possible et ceux qui ne voyaient de possibilité de réussite que dans des alliances avec les partis républicains et les militaires. Durant les débats de 1931, José Villaverde, un proche d’Ángel Pestaña délégué des ouvriers des manufactures de tabac de La Corogne, souligna les ambiguïtés des positions de la CNT et surtout de la FAI :

Debemos recordar lo que se aprobó en el Pleno de Mataró97, acerca de esta cuestión revolucionaria. Casi al final del debate, pregunté yo : ¿interesa a la Confederación conocer toda clase de movimientos de tendencia revolucionaria ? Y se contestó unánimemente que sí. Y digo yo ¿cómo la Confederación va a conocer la fecha en que estos movimientos han de producirse para ver si podemos encauzarlos hacia situaciones de más libertad ? Para esto era necesario tener elementos que conozcan detalladamente lo que vaya a ocurrir en España en sentido revolucionario. Este acuerdo lo tomábamos todos. La FAI rechazó esto, y sin embargo, estaba de acuerdo con los militares de Montjuich98.

44Il poursuivit en insistant sur la responsabilité collective et en regrettant la tiédeur de la Confédération dans ses liens avec les conspirateurs, source d’échec :

Todos hemos cometido ligerezas de esas que se llaman concomitancias, porque había un deseo común, que era el de acabar con la Monarquía. Nuestra exigencia era que se armara al pueblo. El Pleno, por unanimidad, acordó que [...] la Confederación [...] vería con simpatía todo movimiento revolucionario y lo que tendiera a una inteligencia para saber lo que iba [a] pasar concretamente en España. Censura para el Comité sí, y ésta consiste en la pasividad que hubo en las relaciones. Y si algún reproche puede hacérsele por esta actuación pasada, fue que a veces la frialdad en esas relaciones nos colocó en situaciones verdaderamente desfavorables99.

45En montrant que ces échanges n’allèrent pas au fond des choses, César Martínez Lorenzo a aussi pointé dans son livre certaines positions individuelles contradictoires :

Les débats du congrès révélèrent, qui plus est, qu’au cours de la lutte contre la Dictature le secteur « radical » de la CNT n’avait pas moins été en contact que le secteur « modéré » avec des éléments politiques. Mais tout ne fut pas éclairci sur ce plan, loin de là ! Ni les négociations initiales de Font-Romeu, d’octobre 1923, que mena avec le colonel Macià et les délégués basques et républicains le très combatif Paulino Díez Martín, secrétaire du C[omité] N[ational] de la CNT à ce moment, appuyé par Diego Parra, représentant de la Fédération des groupes anarchistes d’Espagne. Ni l’opportunisme révolutionnaire de García Oliver et ses amis, à présent drapés dans la toge immaculée d’un intégrisme de façade. Et pas davantage les palinodies du vétéran Eusebio Carbó, reconverti à l’orthodoxie communiste libertaire alors qu’il s’était engagé pleinement aux côtés du chef des séparatistes catalans dans l’aventure de Prats-de-Mollo, avant même de se compromettre à fond dans le complot du dissident monarchiste Sánchez Guerra100.

46On peut donc considérer qu’à partir de 1923, tant les anarchistes les plus portés vers l’insurrection que les dirigeants modérés de la CNT, surtout en Catalogne, ont jugé opportun de s’allier aux républicains afin de renverser la Dictature et la Monarchie. Cependant, dès 1926, les instances anarchistes se sont prononcées en faveur d’une collaboration exclusive avec la CNT, sans que tous les groupes, notamment les catalans, ne respectent cette décision. À partir de 1930, le nombre de groupes fédérés avait fortement augmenté, les délégués (130 à Madrid en 1931) avaient dû être renouvelés et les points de vue avaient dû évoluer dans le sens d’un strict respect des accords existants. D’autant que la stratégie d’alliances révolutionnaires, qui n’avait jamais fait l’unanimité ni à la CNT ni à la FAI, avait échoué. À la faveur du changement de régime, l’antiparlementarisme apolitique redevint prioritaire pour les anarchistes, dans un contexte où l’aile syndicaliste de la CNT semblait bien disposée à l’égard de la République (manifeste de l’Intelligence républicaine en mars 1930, accusations sans doute infondées d’avoir accepté une période de trêve sociale, etc.). Il importait donc à la FAI, qui allait bientôt se lancer sur la voie insurrectionnelle autonome et dans un combat sans merci contre le réformisme et autres déviations idéologiques au sein de la CNT, de remettre en parfaite cohérence ses actions avec son discours radical. Pour cela, il fallait liquider un passé gênant. Impliqué en tant que membre du Comité péninsulaire de la FAI dans les conspirations avec les républicains, membre du Comité national de la CNT aux côtés des modérés, M. Sirvent fut une victime idéale de cette rectification de trajectoire. Trente ans plus tard, il répondrait dans ses mémoires aux critiques qui lui furent adressées lors du congrès de Madrid car, touché dans son honneur, il avait d’abord voulu contester sa mise à l’écart temporaire, mais avait fini par y renoncer, au nom, écrit-il, de l’intérêt collectif lors d’une réunion de la Fédération catalane, présidée par le nouveau secrétaire du Comité péninsulaire de la FAI :

Después de este congreso [1931], tuvo lugar un pleno de la Regional catalana para que las delegaciones del congreso dieran cuenta de los acuerdos. Presidía este pleno Juanel101, hoy escisionista. Cuando informaron de mi condena, yo pedí la palabra, expresándome de la siguiente forma :

—No puedo por lo menos dejar de manifestar no estar de acuerdo con el fallo y condena de que he sido objeto en el congreso celebrado en Madrid. ¿Puede decirme el delegado que asistió a dicho congreso, en representación de la Federación Anarquista de Cataluña, por qué se calló y no hizo público el motivo de mis relaciones con diferentes políticos102 ?

—No lo hice porque lo ignoraba, me respondió.

Proseguí diciendo :

—Eso es falso, por cuanto el día que fui nombrado, para dicha misión, el compañero estaba presente en la reunión mencionada. Hay que tener más memoria o menos mala fe. Pues tengo que declarar en defensa propia que si, por mantener dichas relaciones con los políticos, se me condena, no es a mí a quien compete dicha condena sino a la F.A.I., o, por lo menos, a todos los grupos de Cataluña, por haber sido nombrado para la conspiración en relación con dichos elementos políticos y por sustituir al compañero Bilbao que ya ejercía dichas funciones. Por lo tanto, queda demostrado que, mucho antes que yo, ya se ejercía el antedicho mandato. De aquí lo paradójico, o mala fe, de mi condena. No es que proteste por lo que se refiere a no tener cargo, ya que no he tenido nunca la pretensión de presumir de los mismos, pero estoy obligado a no aceptar dicha condena por la cuestión moral de mi persona. Cualquiera de vosotros colóquese en mi lugar y sacará la conclusión de este enojoso problema. Por lo tanto, pido en justicia que sea revisada dicha condena absurda. Para esta revisión, no creo que tenga que hacerse otro congreso, pero puede hacerse por referéndum.

El presidente de esta reunión, que era Juanel, dijo :

—Si así procedemos, ¿en qué lugar queda la Federación catalana ante el resto de las demás regiones ?

—La pregunta más adecuada es : ¿qué concepto se formará de mí en el aspecto moral ? Seguramente se levante una aureola poco agradable.

La reunión pidió encarecidamente mi sacrificio, ya que era más conveniente que no fuera la Federación anarquista catalana la responsable. Opté por sacrificarme, si es que eso puede llamarse sacrificio. Así quedó solucionado el problema103.

47Le délégué de la Fédération anarchiste de Barcelone, représentant du Comité péninsulaire et secrétaire de la CRTC, Arturo Parera, n’avait pas su, pu ou voulu défendre M. Sirvent lors de la conférence de 1931, probablement pour ne pas laisser penser que les Catalans s’écartaient de l’orthodoxie. Aux éléments d’explication énoncés précédemment ont pu s’ajouter des conflits de personnes ou de fédérations voisines, comme le suggère la remarque faite par l’auteur des mémoires sur les anarchistes valenciens : « Fueron los grupos de Valencia quienes más interesados estuvieron en la intervención con los políticos 104». Par « más interesados », il faut comprendre qu’ils furent les plus critiques dans le débat sur la collaboration avec les républicains. Nous avons déjà dit que lors du plenum clandestin des fédérations régionales de la CNT des 5-6 novembre 1930 à Barcelone, seule la Fédération du Levant s’était prononcée contre tout soutien aux conspirations révolutionnaires et avait demandé des explications sur la mission confiée à M. Sirvent ; la délégation du syndicat de la Construction de Valence avait ensuite sévèrement censuré le Comité national en juin 1931 à Madrid, tandis qu’un autre Valencien, le délégué de Moncada, exigeait une interdiction à perpétuité d’exercer des responsabilités. Et c’est encore le groupe anarchiste de Valence qui signa la résolution de sanction contre M. Sirvent, J. Elizalde et Manuel Hernández lors de la conférence de la FAI. Selon Jason Garner, hormis les fédérations du Levant et de Catalogne, la FAI avait été peu active depuis le second semestre de 1928, son fonctionnement ayant été sérieusement entravé par la répression. Le Comité péninsulaire, qui résidait en Andalousie, fut transféré en Catalogne au début de l’été de 1930, à la demande des militants andalous, mais la Fédération du Levant protesta du fait que les fédérations n’avaient pas été consultées105. La FAI traversait donc une période de réorganisation et les tensions étaient vives entre les principales fédérations, notamment entre Valence et Barcelone. Le Levant, avec à sa tête Progreso Fernández, apparaît donc en 1931 comme le bastion de l’orthodoxie anarchiste en rébellion contre la Catalogne, alors même que cette Fédération va rapidement être considérée comme un fief du « déviationnisme » dans la CNT. Ceci explique peut-être cela… En poussant encore le raisonnement, on peut même se demander si la publication du manifeste des Trente en août 1931 n’est pas aussi une conséquence des règlements de comptes et autres procès d’intention menés lors du congrès de la CNT en juin, où les militants purent enfin s’expliquer sur les divergences apparues sous la Dictature mais sans toutefois parvenir à redéfinir une stratégie consensuelle.

48Comme on a pu le voir, il reste encore des zones d’ombre concernant les revirements au sein des organisations ou sur la conspiration d’octobre 1930 elle-même, et d’autres investigations seraient nécessaires pour valider les hypothèses explicatives émises dans ce travail. Parmi les conclusions ou remarques que nous en tirons, la plus évidente est sans doute qu’en 1930, les problèmes d’efficacité des anarcho-syndicalistes dans les conspirations sont au moins en partie la conséquence des défiances, tensions et inimitiés au niveau du Comité national et du Comité régional catalan entre les représentants des courants faïste et syndicaliste. Les débats du congrès de 1931 en portent témoignage, de même que la stratégie ayant consisté à faire « chaperonner » le secrétaire général Progreso Alfarache par un vice-secrétaire, M. Sirvent. L’un et l’autre devaient parler au nom de la CNT et ne disaient peut-être pas toujours la même chose… L’information ne devait pas circuler de manière fluide entre les deux responsables ni en direction des autres membres du Comité national. Si on ajoute à cela le fait qu’une personne pouvait représenter en même temps plusieurs organisations aux tactiques différentes, que la Confédération était représentée au niveau national et régional catalan, que le Comité national avait mandaté trois délégués (Progreso Alfarache, M. Sirvent et Francisco Arín) pour discuter avec les autres conspirateurs, on imagine à peine le degré de confusion… De ce point de vue, la trabazón n’a pas été une réussite et la responsabilité est toute collective, même si des militants ont pu faillir dans l’exercice de leurs mandats. Une autre piste à explorer est celle de la qualité des liens établis à l’époque entre ces hommes d’horizons différents et leur continuité ou prolongement en des périodes de crise postérieures (1932, 1934, 1936). Lors de ces années de conspiration, du respect, une proximité et une confiance mutuelle, parfois même peut-être de la fascination, avaient pu s’instaurer entre certains militants libertaires d’une part et certains militaires gradés et hommes politiques d’autre part106. Ces rapports noués dans la clandestinité n’ont-ils pas facilité les rapprochements intervenus à partir de juillet 1936 entre ces camps que tout opposait théoriquement hormis un objectif commun, celui d’abattre le régime dans les années vingt et celui d’écraser le fascisme durant la guerre civile ? Évidemment, il faut se garder de toute généralisation car certains acteurs des conspirations, surtout parmi les militaires, rejoignirent le camp franquiste (Ramón Franco, G. Queipo de Llano). Mais il serait intéressant de procéder à quelques études de cas.

 El Luchador, n° 24, 19 juin 1931, p. 4.

Haut de page

Notes

1  José Peirats Valls, La CNT en la Revolución Española, t. I, 2a ed., Calí, Asociación Artística La Cuchilla, 1988 (1re éd. 1978), p. 48-49.

2 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931. Congreso extraordinario de la CNT, Barcelona, Projecció Editorial, [s. d., postérieur à 1983], p. 34-35.

3  Le manifeste barcelonais de l’Intelligence républicaine réclamait l’instauration d’une république fédérale et sociale comme préalable à toute avancée révolutionnaire. Il fut signé par quelques militants importants de la CNT, dont Juan Peiró, Martín Barrera, José Viadiu, Pedro Foix et Francisco Botella. Le manifeste dit des Trente, parce qu’il fut signé par trente militants de premier plan de la CNT (dont J. Peiró, Á. Pestaña, Progreso Alfarache, Juan López), s’élevait contre l’ingérence de la FAI au sein de la Confédération.

4  Bernardo PouRiera et Jaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración (antes de la República), Barcelona, Ed. Rojo y Negro, 1933, 312 p.

5  Eduardo González Calleja en a très bien retracé l’histoire dans El máuser y el sufragio. Orden público, subversión y violencia política en la crisis de la Restauración (1917-1931), Madrid, CSIC, 1999, p. 303 sq.

6  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español [Memorias, 1889-1948], ed., introd. y notas de Joël Delhom, con la colaboración de Pierre-Luc Abramson y Melodía Sirvent, Madrid, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, 2012, lxxxv + 417p.

7  Il s’agit de l’interpénétration de la CNT et de la FAI. Décidée en 1927, inspirée de l’expérience argentine, elle organisait la collaboration fraternelle entre les deux organisations, théoriquement dans le respect de l’indépendance de chacune, et permettait aux militants de la FAI d’entrer dans certains comités de la CNT et inversement. Un plenum de la CNT en avalisa le principe en janvier 1928. Concrètement, il s’agissait de la création d’une série de comités composés d’un nombre égal de délégués des deux organisations pour mener des activités et résoudre des problèmes d’un commun intérêt. C’est sur ce principe que furent constitués le Comité d’action révolutionnaire (dès le plenum de novembre 1927 de la Confédération régionale du travail de Catalogne) et le Comité de soutien aux prisonniers (en janvier 1928). Au début, par décision de la CNT, la trabazón fut strictement limitée à ces deux comités. Voir Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II). Hundimiento y reorganización », in Revista de Trabajo, Madrid, n° 44-45, 1973, p. 347-357.

8  Juan García Oliver, El eco de los pasos. El anarcosindicalismo en la calle, en el Comité de Milicias, en el gobierno, en el exilio, Paris, Ruedo Ibérico, 1978, p. 628-635.

9  Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (iii). Conclusión », in Revista de Trabajo, Madrid, n° 46, 1974, p. 170 ;Paulino Díez, Memorias de un anarcosindicalista de acción, Barcelona, Edicions Bellaterra, 2006 (1re éd. Caracas, 1976), p. 133-134 ; Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 311.

10  Juan García Oliver, El eco de los pasos, op. cit., p. 84-88 ;César M. Lorenzo, Le Mouvement anarchiste en Espagne. Pouvoir et révolution sociale, [St-Georges-d’Oléron], Les Éditions Libertaires, 2006 (éd. enrichie ; 1re éd. Paris, 1969), p. 76-78 ; Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 321 et 324.

11  Pseudonyme de Vicente Martínez López.

12  Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 329, 332 et 336.

13  La FAI fut créée en juillet 1927 à Valence ; le Comité national des groupes anarchistes en avait été l’embryon. Voir Juan Gómez Casas, Historia de la FAI, aproximación a la historia de la organización específica del anarquismo y sus antecedentes de la Alianza de la Democracia Socialista, Bilbao, Zero, 1977, 304 p.

14  Jason Garner, « La búsqueda de la unidad anarquista: la Federación Anarquista Ibérica antes de la II República », in Germinal, Azuqueca de Henares, n° 6, octobre 2008, p. 65-66.

15  Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 317-320. A. Elorza explique ce fait de la manière suivante : « […] se había producido la ruptura entre el Comité Nacional y el Comité de Acción Revolucionaria, por disensiones sobre la urgencia de la insurrección, que el segundo intentaba forzar constantemente, sin duda, para de paso anular la alianza concertada con Sánchez Guerra » (p. 319). Voir aussi du même auteur : « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (III) », art. cit., p. 164-165.

16  PereFoix, Apòstols i mercaders. Seixanta anys de lluita social a Catalunya, Barcelona, Nova Terra, 1976 (1ère éd. Mexico, 1957), p. 228-230 ; Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (I). La génesis de la federación anarquista ibérica », in Revista de Trabajo, Madrid, n° 39-40, 1972, p. 211-212 ; Joan Manent i Pesas, Records d’un sindicalista llibertari català, 1916-1943, Paris, Éditions Catalanes de Paris, 1976, p. 106-136 ; Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 337-342.

17  Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 358.

18  Bernardo Pou Riera et Rosquillas Magriñá, Jaime, Un año de conspiración, op. cit., p. 40-41 ; Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 421-428 et 432-438 ; Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 343.

19  Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 538-540.

20  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 112 ; Elorza, Antonio, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 421-428.

21  Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 542-546.

22 Ibid., p. 311-312.

23  Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (I) », art. cit., p. 160-161, note 49, et p. 195-203 ; Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 323 et 329.

24  Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (I) », art. cit., p. 205-206 et 454.

25  La période prise en considération dans ce texte (octobre 1930 à janvier 1931) est surprenante et pourrait être erronée. En effet, elle ne coïncide pas avec le mandat comme secrétaire du Comité péninsulaire de José Elizalde, qui fut remplacé, d’après Juan Gómez Casas, au début de 1930 par Juan Manuel Molina. En outre, cette période très restreinte ne couvre que les deux dernières conspirations, celle dont M. Sirvent fut l’un des principaux protagonistes et celle de F. Galán à Jaca. Or, M. Sirvent fut arrêté et emprisonné vers le 4 octobre 1930 jusqu’en mars 1931. J. Elizalde étant aussi mentionné, comme nous allons le voir plus loin, dans les débats du congrès de la CNT de juin 1931 et dans le livre de B. Pou et J. Magriñá, on peut aussi émettre l’hypothèse que J. Gómez Casas ait par erreur anticipé d’un an la désignation de J. Manuel Molina. Juan Gómez Casas, Historia de la FAI..., op. cit., p. 132.

26  Nous ignorons à quel plenum de Valence fait référence ce texte.

27  « Los grandes comicios del anarquismo. Magnas resoluciones de la conferencia de Madrid », Tierra y Libertad, Barcelone, n° 18, 20 juin 1931, p. 1.

28  « Conferencia de la Federación Anarquista Ibérica celebrada en Madrid durante los días 8 y 9 de junio », El Luchador, Barcelone, n° 24, 19 juin 1931, p. 4.

29  Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español, Vitoria, Asociación Isaac Puente, 2008, t. I, p. 531bc.

30  Joël Delhom, « Les mémoires inédits de Manuel Sirvent Romero (1889-1968) : le texte et ses dessous », in Chaput, Marie-Claude (éd.), De l’anarchisme aux courants alternatifs (XIX-XXIe siècles), 2006, Paris X-Nanterre-Publidix (Regards, n° 9), p. 281-303.

31  Ce Comité catalan fut constitué en 1930 ; y étaient représentés les militaires, les « techniciens », les étudiants, la FAI, le Comité régional de Catalogne et le Comité national de la CNT.

32  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 40 ; Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 397-401 ; Paz, Abel, Durruti en la Revolución española, Madrid, FAL, 1996, 2e éd., p. 220 et 272 ; Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español,op. cit., t. I, p. 825a.

33  Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español,op. cit., t. I, p. 592c-593a.

34 Ibid., t. II, p. 1276c-1277ab.

35  Manuel Rivas, Rafael Baldó, Manuel Germán et Ramón Artoneda, Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 3.

36  Il écrit dans ses mémoires : « Hay que señalar que el procesado [M. Sirvent] no se hallaba presente ante tal inicuo proceso y condenación. Obraron mucho peor que la justicia histórica, pues ésta permite que el acusado esté presente ante el juicio y se busque un defensor. Ni esto los faístas tuvieron la delicadeza de tener en cuenta.» (Chap. XV).

37 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 25. Il s’agit du relevé des débats.

38  Idem., p. 34.

39  Ibidem.

40  Ibid., p. 35.

41  Ibid., p. 28. Voir aussi, au même endroit, la censure du syndicat de la Construction de Valence.

42  Ibid., p. 25-35.

43  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 187-188.

44  Ricardo Sanz, El sindicalismo y la política. “Los Solidarios” y “Nosotros”, Toulouse, Impr. Dulaurier, 1966, p. 184-190 et Felipe Díaz Sandino, De la conspiración a la revolución, 1929-1937, Madrid, Libertarias, 1990, p. 34.

45  Comme il y avait trois délégués, ce pouvait être aussi Bautista Caudillo ou Modesto Martínez, mais c’est moins probable.

46 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 29.

47 Ibid., p. 32.

48  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 232.

49 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit.,p. 29.

50 Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 94 et 101. C’est aussi la thèse défendue par J. Peiró lors du Congrès (voir supra).

51  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 188-189.

52  Idem., p. 195.

53  Ibidem, p. 195-196.

54  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit.,p. 54-55, 83-89 et p. 92-95 ; Diego Abad de Santillán, Contribución a la historia del movimiento obrero español, t. 2, De 1905 a la proclamación de la Segunda República, Puebla, Cajica, 1965, p. 350-354 ; Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 358, 388-390 et 422 ; Emilio Mola, Memorias, Barcelona, Planeta, 1977, p. 108-113 ; Díaz Sandino, Felipe, De la conspiración a la revolución, op. cit., p. 14-20.

55  Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español, op. cit., t. I, p. 330abc-331a.

56  C’est-à-dire les partisans de la neutralité idéologique de la CNT (syndicalistes) et leurs adversaires (faïstes).

57  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá,  Un año de conspiración, op. cit., p. 99 ; Elorza, Antonio, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 409 et 421 ; Paz, Abel, Durruti en la Revolución española, op. cit., p. 220.

58  Manuel Sirvent Romero, Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 204.

59 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 29-30.

60  Selon F. Díaz Sandino, le capitaine Eduardo Medrano fut emprisonné à Montjuich, comme A. Sancho, en octobre 1930. Il joua plus tard un rôle important sur le front d’Aragon au début de la guerre civile. Díaz Sandino, Felipe, De la conspiración a la revolución, op. cit., p. 11, 19 et passim.

61  L’étudiant Ricardo Escrig était membre de la FAI et employé des Télégraphes. Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 94.

62 Ibid., p. 95 et 97.

63  Sirvent Romero, Manuel, Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 205-206.

64  Ricardo Sanz, El sindicalismo y la política, op. cit., p. 185.

65  Felipe Díaz Sandino, De la conspiración a la revolución, op. cit., p. 31.

66 Ibid., p. 30-32, 49 et 51-59.

67  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 206.

68  Emilio Mola, Memorias, op. cit., p. 162.

69  F. Díaz Sandino rencontra aussi J. Botella, en décembre 1929 semble-t-il, mais en garda un souvenir plutôt négatif : « Otro día fui con Franco a ver a Botella Asensi, entrevista de la que salí bastante desilusionado. De todas las personas con quien había tratado, Botella me pareció el que menos estaba en la realidad. Nos recibió con aire de superioridad […] », Felipe Díaz Sandino, De la conspiración a la revolución, op. cit., p. 24.

70  C’est la thèse du directeur de la Sûreté Emilio Mola. Emilio Mola, Memorias, op. cit., p. 145.

71  Eduardo González Calleja, El máuser y el sufragio..., op. cit., p. 550. Cet historien se réfère à l’article d’Á Pestaña, « Falsos rumores. Saliendo al paso », Solidaridad Obrera, Barcelone, n° 44, 23 octobre 1930, p. 8.

72  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 98.

73  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 212.

74  Solidaridad Obrera, n° 22 du 27 septembre 1930 ; n° 23 du 28 septembre ; n° 29 du 5 octobre 1930.

75  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 212-214.

76 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 29-30.

77  Voir aussi Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 92-101.

78 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 30-31.

79  Arturo Menéndez était un capitaine de l’artillerie affecté à Madrid, membre de l’Union militaire républicaine. Il était proche de Manuel Azaña en 1931. Joaquín Pérez Salas, un autre artilleur, devint général sous la République et fut fusillé à la fin de la guerre. Alors commandant en poste à la caserne de Paterna (Valence), il avait participé en janvier 1929 au soulèvement organisé par J. Sánchez Guerra et fut traduit devant un conseil de guerre. Après avoir été amnistié l’année suivante, il fut le délégué militaire de la conspiration pour la région de Valence et c’est peut-être avec lui que s’entretint M. Sirvent lorsqu’il se rendit à Paterna. José García Miranda, un nationaliste basque, forma plus tard la 142e Brigade mixte (la Vasco-Pirenaica) qui combattit sur le front d’Aragon en 1937. Pedro Massoni, actif militant du syndicat de la Construction, représenta la CNT dans le Comité révolutionnaire de Catalogne en juin 1928. Il était bien membre du Comité national au second semestre de 1929 et joua un rôle important dans la légalisation de la CNT en 1930. Proche d’Á. Pestaña et de J. Peiró, il devint administrateur de Solidaridad Obrera (1930) et signa le Manifeste des Trente (1931). Hermoso Plaja fut un militant reconnu à partir de 1918, lorsqu’il fonda le journal Acracia à Tarragone. Il dirigea aussi Solidaridad Obrera en 1924 à Barcelone, ainsi que plusieurs entreprises éditoriales. En 1928, il fit partie du Comité national dirigé par J. Peiró. Voir María Teresa Suero Roca, « Un general de la República: Joaquín Pérez Salas », in Tiempo de historia, Año VII, n° 74, 1er janvier 1981, p. 104-113, <http://hdl.handle.net/10366/24612> ; Antonio Gascón Ricao, « Unidades vasco catalanas en la Guerra Civil española », in SociedadBenéfica de Historiadores Aficionados y Creadores <http://www.sbhac.net/Republica/Fuerzas/EPR/EprD/VascoCatalanas.htm> ; Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español, op. cit., t. II, p. 1089a et 1358abc.

80  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 98-100.

81  Voir Solidaridad Obrera, n° 36, 14 octobre 1930, p. 1 et « Pleno Nacional celebrado el día 5 de noviembre de 1930 », Solidaridad Obrera, n° 57, 7 décembre 1930, p. 2.

82  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 214-215.

83  Voir Felipe Díaz Sandino, De la conspiración a la revolución, 1929-1937, op. cit., p. 21-64.

84  Pablo Rada, mécanicien de l’Armée de l’air, ami des commandants F. Díaz Sandino et R. Franco (en janvier 1926, il avait traversé l’Atlantique avec ce dernier à bord du « Plus Ultra »), fut comme eux un conspirateur acharné. Plus tard, en mai 1931, il fut accusé d’être à l’origine des incendies de couvents à Madrid, qui firent suite à la proclamation de la République.

85  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 215.

86  Emilio Mola, Memorias, op. cit., p. 150 ; Antonio Elorza, « El anarcosindicalismo español bajo la dictadura (1923-1930) (II) », art. cit., p. 425-427.

87  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 132 et 156.

88  Solidaridad Obrera, n° 36, 14 octobre 1930, p. 1.

89  Une autre coïncidence troublante est que la Conférence fut repoussée au 17 décembre et que la date choisie pour le soulèvement par le Comité central révolutionnaire issu du pacte de Saint-Sébastien était le 15 de ce même mois de 1930. Voir Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 162 et 168.

90  « Doctor Tomás Tussó, Luis Companys, Juan Lluí Vallescá, E. Granier Barrera, Ángel Pestaña, Sebastián Clará, Pedro Foix, Ricardo Escrig, David Rey, Adrián Correa, Jaime Vallverdú, José Lamarcha, Joaquín Bassons, Víctor Font, Gernaro García, Lorenzo García, Joaquín Pijoan. », Solidaridad Obrera, n° 37, 15 octobre 1930, p. 8.

91  Emilio Mola, Memorias, op. cit., p. 145.

92  Felipe Díaz Sandino, De la conspiración a la revolución, op. cit., p. 34 et 41.

93  Ángel Pestaña, « Falsos rumores. Saliendo al paso », Solidaridad Obrera, n° 44, 23 octobre 1930, p. 8 et [Comité Nacional y Comité Regional Catalán], « Las cosas en su lugar. Ni pactos ni compromisos. La actuación clara de la CNT », Solidaridad Obrera, n° 50, 30 octobre 1930, p. 1. Dans ce dernier communiqué (reproduit aussi par Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 90-92), il est écrit, au lendemain de la rencontre avec Miguel Maura et Ángel Galarza : « El Comité Nacional manifiesta clara, concreta y terminantemente, que no se ha comprometido con nadie, absolutamente con nadie, para ninguna acción revolucionaria. [...] Ni se ha comprometido ni se puede comprometer. Cuando intervenga será por su propia cuenta; aun cuando no pueda lograr la conquista de sus finalidades. »

94 Comité Nacional, « Pleno Nacional celebrado el día 5 de noviembre de 1930 », Solidaridad Obrera, n° 57, 7 décembre 1930, p. 2.

95  Bernardo Pou Riera etJaime Rosquillas Magriñá, Un año de conspiración, op. cit., p. 159-163.

96 Comité Nacional, « Pleno Nacional celebrado el día 5 de noviembre de 1930 », art. cit., p. 2.

97  Plenum de fédérations régionales réuni le 29 juin 1928 à Llavaneras, près de Mataró, qui avait avalisé la collaboration avec le Comité révolutionnaire de J. Sánchez Guerra et rejeté les projets insurrectionnels de F. Galán. Voir J. Manent i Pesas, Records d’un sindicalista llibertari català, op. cit., p. 125, 135.

98 Los Congresos del anarcosindicalismo. Madrid, 1931..., op. cit., p. 33.

99  Idem.

100  César M. Lorenzo, Le Mouvement anarchiste en Espagne, op. cit., p. 86-87.

101  Juanel est le pseudonyme de Juan Manuel Molina, qui exerça de hautes responsabilités dans la CNT et dans les groupes anarchistes catalans au début des années 1920. Dans la seconde moitié de la décennie, il s’exila en France, où il fut secrétaire général de la Fédération des groupes anarchistes de langue espagnole, puis en Belgique, où il rejoignit B. Durruti et F. Ascaso. De retour à Barcelone, il remplaça J. Elizalde comme secrétaire du Comité péninsulaire de la FAI jusqu’en 1935. Il fut aussi directeur de Tierra y Libertad sous la République et sous-secrétaire à la Défense de la Généralité en 1936-1937. Miguel Íñiguez, Enciclopedia histórica del anarquismo español, op. cit., t. II, p. 1136abc.

102  On peut remarquer que M. Sirvent ne mentionne pas ici A. Parera, délégué de la Fédération des groupes anarchistes de Barcelone à la Conférence de Madrid et membre du Comité péninsulaire de la FAI, qui fut l’auteur avec P. Fernández de la résolution sanctionnant les « déviations vers la politique » du Comité péninsulaire.

103  Manuel Sirvent Romero,Un militante del anarquismo español, op. cit., p. 227-229.

104  Idem, p. 226.

105  Jason Garner, « La búsqueda de la unidad anarquista... », art. cit., p. 71.

106  On trouve par exemple des marques de ce respect dans les mémoires de F. Díaz Sandino, lorsqu’il écrit : « Sus dirigentes [de los sindicatos de la CNT] pasaban más tiempo en prisión que en libertad, y entre ellos figuraban Carbó, Peiró, Massoni y Pestaña, hombres todos de excelentes condiciones morales, cultos e inteligentes. »,Felipe Díaz Sandino, De la conspiración a la revolución, op. cit., p. 18.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/3938/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre « En libertad »
Légende Solidaridad Obrera, n° 106, 24 mars 1931, p. 6.
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/3938/img-2.png
Fichier image/png, 208k
URL http://ccec.revues.org/docannexe/image/3938/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « Les anarchistes espagnols dans les conspirations contre la Dictature et la Monarchie (1923-1930) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://ccec.revues.org/3938 ; DOI : 10.4000/ccec.3938

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Maître de conférences en études ibériques et ibéro-américaines ; Université de Bretagne-Sud, Lorient ; EA 4249 Héritages et constructions dans le texte et l’image

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC

Haut de page
  • Logo Université Paris Ouest - Nanterre La Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org