Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Raquel Macciuci y María Teresa Pochat (dir.), Entre la memoria propia y la ajena. Tendencias y debates en la narrativa española actual

Rose Duroux
Référence(s) :

Raquel Macciuci y María Teresa Pochat (dir.), Entre la memoria propia y la ajena. Tendencias y debates en la narrativa española actual, Juan Antonio Ennis (coord.), La Plata, Ediciones del lado de acá, 340 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’attache à montrer comment s’articulent la littérature et la mémoire de la Guerre d’Espagne et de la dictature. La longueur de la période envisagée permet la mise en évidence de clivages générationnels entre auteurs. Il n’en reste pas moins que l’éclairage le plus intense est celui qui porte sur les décennies 1990-2010. Notons qu’il n’est pas indifférent – comme on verra – que l’ouvrage soit signé par des universitaires argentins, à l’exception de deux articles.

2Après la présentation d’ensemble, viennent deux chapitres à caractère général. Le premier (32 pages denses) est, à mon sens, fondamental. Raquel Macciuci présente une périodisation du « roman de la mémoire », puis elle justifie les différentes séquences de façon à la fois historique et esthétique. Enfin, elle s’attarde sur la dernière étape où le roman fait feu de tout bois et brouille les frontières entre genres et disciplines :

El mestizaje con los géneros del yo –dietarios, memorias, autobiografia, autoficción– como con los discursos filohistóricos –crónica, novela histórica, documento, testimonio– tiene una alta incidencia en este proceso. El relato resultante es poroso a los saberes y discursos de la historia, el derecho, la filosofia, el periodismo y, muy especialmente, a los debates y reflexiones que dan cuenta del modo en que una sociedad elabora y resuelve la herencia de recuerdos acumulados que son tamizados por las inquietudes del presente » (p. 20)

3Elle émet l’hypothèse d’une internationalisation de la mémoire et d’une influence de cette internationalisation sur l’approche « en termes traumatiques » de l’histoire et sur la recherche multiforme de la « réparation ». Avec cette mise en garde : une guerre civile de trois ans et une dictature de quarante – où l’on voit s’abattre et perdurer la violence et la censure sur vencidos et desafectos – offrent un cadre bien différent de celui que peuvent livrer l’Allemagne, la France ou, plus tard, le Chili ou l’Argentine. Les problèmes théoriques et méthodologiques que posent aux chercheurs les différentes « histoires traumatiques » sont spécifiques. Ainsi les modèles qui ont pu guider les recherches sur l’« histoire-mémoire » de la guerre et de l’après-guerre d’Espagne diffèrent des modèles applicables à l’Holocauste, au collaborationnisme de Vichy, aux dictatures sud-américaines.

4Dans le deuxième chapitre, Javier Lluch-Prats démontre que la théorie des générations est opératoire – en dépit des immanquables chevauchements – pour saisir les différentes attitudes face au passé chez des écrivains nés à des époques différentes et qui, par conséquent, ont de la guerre et du franquisme des expériences distinctes. L’auteur nous fournit un solide état de la question sur l’histoire littéraire, notamment en ce qui concerne l’art narratif le plus contemporain.

5Suit une série d’études consacrées à une question, à une œuvre ou à un auteur déterminé, qui toutes soulignent que le regard des romanciers sur le passé et la voie esthétique choisie par eux ont à voir avec les débats de la société englobante. Les trois romans choisis par Virginia Bonatto parus, successivement, sous le franquisme, la transition et la démocratie – La Plaça del Diamant (1962) de Mercé Rodoreda, L'hora violeta (1980) de Montserrat Roig et Luna lunera (1999) de Rosa Regás –, présentent, à l’analyse, un lien discursif : une écriture au féminin et, pour les deux premiers, le choix du catalan. Dans le chapitre suivant, María Contreras étudie une autre carte du passé au féminin : celle que dresse Josefina Aldecoa dans sa trilogie Historia de una maestra, Mujeres de negro et La fuerza del destino ; elle montre comment ce cycle narratif – qui retrace la vie d’une institutrice républicaine – se tisse à mi-chemin entre le roman, le récit autobiographique et l’autofiction. Natalia Corbellini démêle, pour sa part, l’entrelacs des traces de l’histoire dans El jinete polaco d’Antonio Muñoz Molina, afin d’embrasser, dans toute sa dimension, le dialogue que l’auteur noue avec le passé, un dialogue où s’interpénètrent arts et médias, avec une focalisation toute spéciale sur la photographie, garante silencieuse du non-oubli.

6Puis un chapitre-charnière convoque des schémas narratifs nouveaux et met en scène une nouvelle façon d’interroger le passé. Mariela Sánchez part du cadre conceptuel de l’oralité et du témoignage pour analyser El lápiz del carpintero de Manuel Rivas, Las esquinas del aire de Juan Manuel de Prada et Soldados de Salamina de Javier Cercas – des romans qui, malgré de grandes différences, se rejoignent par l’importance accordée à la transmission orale dans la réappropriation des événements du passé (par l’interpolation, entre autres, du micro-récit). C’est dans Los girasoles ciegos d’Alberto Méndez que puise Juan Ennis pour interroger le rôle et la portée de la voix des vaincus face à la version de l’histoire imposée par ceux qui ont tout pouvoir pour contrôler, unilatéralement, la mémoire et l’oubli ; ce “roman” singulier – appelons-le ainsi par commodité –, lui offre un matériau de choix pour explorer la bataille inégale que livrent les victimes sur le terrain du langage où ce qui est balbutié, non dit, insinué, finit par tisser un contre-récit essentiel.

7On enchaîne avec un chapitre qui revient sur Soldados de Salamina, sous un tout autre angle il est vrai. En effet, Federico Gerhardt s’attache à démonter les mécanismes de fictionnalisation qui firent le succès du roman, les débats idéologiques et esthétiques qu’il suscita, et le jeu hypertextuel que l’auteur lui-même anima dans les médias.

8Les deux contributions suivantes gravitent autour de El vano ayer d’Isaac Rosa qui plonge, non dans la guerre civile, mais dans les agissements policiers du franquisme des années soixante. Evelyn Hafter sonde les procédés narratifs qu’utilise Isaac Rosa pour déconstruire les conventions génériques – condition sine qua non d’une projection authentiquement critique dans le présent. À sa suite, Raquel Macciuci démontre comment, à partir des stratégies mêmes de la fiction, El vano ayer dialogue avec les « politiques de la mémoire » actuelles (pas seulement espagnoles) ; selon elle, c’est par la structure « ouverte et métisse » du roman – une sorte de collage insolite de matériaux et documents historiques composites – que l’auteur élabore un discours critique, dérangeant, sur le présent.

9Les deux derniers chapitres s’intéressent à d’autres discours que ceux véhiculés par la littérature – sans tourner toutefois le dos à celle-ci. C’est par le biais de l’oralité, déjà mentionné, que Néstor Bórquez et Juan Ennis interrogent l’expérience de vie des informateurs, protagonistes, témoins – ou témoins de témoins [celui qui écoute un témoin devient témoin, Elie Wiesel] – qui se sont donné pour mission de garantir la véracité d’événements à préserver de l’oubli. Ils mettent sur la sellette la réputation de rigueur historique et d’objectivité qu’on prête au témoignage et au genre documentaire.

10Pour finir, Mónica Musci observe avec minutie la place faite dans les colonnes de El País à l’ouverture des fosses communes qui gardent les restes des milliers de fusillés du franquisme ; elle analyse la politique mémorielle menée par ce journal et voit un lien discursif – une « unité du discours » – entre les chroniques, leur projection dans les débats publics et les processus anamnésiques d’ordre individuel ou collectif. Puis elle en vient à la plus célèbre des fosses : celle de García Lorca.

11Le dernier chapitre reprend un article de Francisco Espinosa Maestre sur le concept de desaparecido – un concept appliqué au passé traumatique de l’Espagne mais dont on sait l’importance qu’il peut revêtir dans une publication argentine. Il s’agit donc d’un chapitre tout à fait à part – et présenté comme tel – puisqu’il ne se rattache pas du tout  à la littérature mais à l’histoire et au droit. Il constitue, néanmoins, de par sa matière étroitement liée aux contenus du livre, un apport vigoureux sur une question qui intéresse aujourd’hui les sciences humaines et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Duroux, « Raquel Macciuci y María Teresa Pochat (dir.), Entre la memoria propia y la ajena. Tendencias y debates en la narrativa española actual », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3843

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org