Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Colette Berthès, L’Exil et les barbelés. Essai

Geneviève Dreyfus-Armand
Référence(s) :

Colette Berthès, L’Exil et les barbelés. Essai, Paris, Riveneuve éditions, 2011, 226 p.

Texte intégral

1De prime abord, on peut se sentir intéressé par un ouvrage qui parle d’un camp d’internement largement méconnu, celui de Septfonds, dans le Tarn-et-Garonne. Situé à quelques kilomètres de la ville où est décédé et où est enterré le dernier président de la République espagnole, Montauban, ce camp a été encore peu étudié. Des mémoires de maîtrise, un ou deux articles, rien de plus, jusqu’à présent, sur ce camp. Et l’on aurait justement aimé un véritable « parcours méthodique et documenté », comme le promet un préfacier aussi singulier qu’imprudent…

2 Certes, d’emblée, l’avertissement fait écho au sous-titre – Essai – et précise : « Ce récit ne prétend donc pas – en dehors des documents d’archives – à une totale objectivité ». Mais, à part les références de trois seules cotes des archives départementales citées en fin d’ouvrage, jamais, à aucun moment, l’auteur ne donne d’indication précise sur ses sources. Aucune indication des dites archives consultées, aucune mention des entretiens réalisés, ni de présentation de ces contributeurs sollicités. Des articles de journaux sont parfois datés, parfois non.

3Ainsi, entre autres exemples, on aurait aimé en savoir davantage sur ce jeune dragon originaire du département, Fernand S. (p. 20), qui escorte les réfugiés espagnols de la gare de Borredon au camp de Judes ; est-ce un témoignage oral ou écrit, quand et comment a-t-il été recueilli ? Même questionnement sur Montserrat Castaner entrée clandestinement avec son époux dans le camp (p. 23). Les questions relatives aux sources seraient innombrables et on s’arrêtera là. On aurait également souhaité que Mme Berthès donne les références des archives concernant la construction du camp, même si, personnellement, nous en avons vu un certain nombre, mais ce n’est pas le cas de tous les lecteurs. Et qu’elle cite les origines de ses « informations » sur les tirailleurs sénégalais retrouvés assassinés aux abords du camp, ou qu’elle éclaire le lecteur sur un jeune réfugié tué par balle lors d’une distribution de nourriture ou sur des « hommes tués par des gardiens » (p. 42, 63, 70). L’on sait que nombre de rumeurs couraient dans les camps, que certaines ont été avérées et d’autres non, mais l’auteur ne s’interroge pas sur la nature de ses « informations ». Tout ceci est trop grave pour n’être étayé qu’avec la légèreté d’une simple énonciation.

4Les internés du camp de Septfonds ont eu l’opportunité d’avoir pendant quelques mois l’assistance du psychiatre catalan Francesc Tosquelles, qui avait mis ses compétences au service des combattants républicains, notamment sur le front d’Aragon. Comme on connaît l’importance de son itinéraire ultérieur, puisque Tosquelles a été l’un des fondateurs de la psychothérapie institutionnelle, il conviendrait de le restituer plus exactement ; Tosquelles a quitté Septfonds pour l’hôpital de Saint-Alban, en Lozère, et non en Corrèze. Plus gênant qu’une simple erreur de département, beaucoup de chiffres avancés – sur l’engagement dans la Légion étrangère, les émigrations vers d’autres pays, par exemple – ne sont pas empruntés aux travaux les plus rigoureux.

5Plus fondamental encore, deux aspects importants du camp sont passés sous silence. L’un est spécifique au camp de Septfonds, car l’auteur fait l’impasse sur ce qui caractérise ce camp dans le dispositif de l’internement en 1939-1940. L’autre, commun aux différents camps, concerne les retours en Espagne ; l’auteur en donne une idée incomplète, parce cela entre davantage dans une vision simple, voire simpliste, de la réalité.

  • 1  Archives départementales du Tarn-et-Garonne (ADTG), 2 MI, art. 51-1.

6Organisation, le camp de Septfonds occupe bien une fonction spécifique : il est prévu pour regrouper des ouvriers spécialisés. Le ministère du Travail souhaite notamment s’assurer de la qualification et de la sélection d’ouvriers dans ce que l’Inspection du travail et de la main-d’œuvre définit, le 22 mai 1939, comme « les professions déficitaires en main-d’œuvre de la métallurgie ». Des examens professionnels destinés à recruter des ouvriers qualifiés dans le travail des métaux sont organisés. Avec la déclaration de guerre et les vides creusés dans les entreprises par la mobilisation, la main-d’œuvre espagnole devient en effet recherchée. Si bien qu’il apparaîtra rapidement alors, dans les courriers officiels, que le camp de Septfonds est spécialisé en « main-d’œuvre espagnole au profit de la métallurgie et des Poudreries nationales1 ». Les internés de Septfonds vont être embauchés prioritairement par l’industrie de l’armement, l’aéronautique et les mines. Nombre d’entre eux s’installeront ensuite dans la région après la guerre mondiale.

  • 2  ADTG, 4M6 (Camp de Septfonds, Liste des départs depuis le début jusqu’au 30 septembre 1939).
  • 3  Dossiers individuels de demandes de rapatriements, mai 1941 (Archives des quakers, Mémorial de la (...)

7Enfin, dans le chapitre « Sortir du camp », l’auteur sous-estime le nombre de retours en Espagne ; « bien peu choisissent de rentrer au pays », affirme-t-elle (p. 144). Elle rappelle à juste titre que l’administration exerce de fortes pressions sur les internés pour qu’ils repassent la frontière en sens inverse de façon à économiser leur coût, que des agents franquistes déploient une propagande pour le rapatriement et que ces pressions et cette propagande sont dénoncées par les plus politisés. Mais il est indéniable que de nombreux internés sont repartis. En juillet 1939, 3 326 internés s’inscrivent pour le retour en Espagne ; la Croix-Rouge organise également des convois pour l’Espagne, comme ceux des 23 et 27 juillet où, respectivement, 126 et 330 réfugiés du camp sont inscrits. Certes, les chiffres baissent ensuite : en août, ce sont seulement 730 réfugiés qui sont, comme l’indiquent les registres officiels, « volontaires pour le retour en Espagne », et, en septembre, le nombre est plus faible encore, 2612. On pourrait continuer mais ces chiffres sont proportionnellement importants, plus de 4 700 à l’été 1939, sur un effectif maximum de 16 626 internés. Car il faut faire la part de ceux qui pensent ne rien craindre en rentrant, des réfugiés simplement entraînés dans le grand flux de la Retirada, de la soumission obligée, de la véritable indifférence politique ou du retournement opportun, mais les faits sont là, têtus, qui montrent la complexité de cet exode massif. Les années suivantes, les rapatriements seront davantage individuels ; ainsi, en 1941, des réfugiés habitant la ville voisine de Montauban demandent aux quakers de les aider à rentrer en Espagne et indiquent leur motivation3. La question de la répression franquiste exercée ensuite sur ces rapatriés reste évidemment entière et, encore aujourd’hui, peu étudiée.

  • 4  Odette Martinez-Maler, « Passeur de mémoire et figure du présent : el nieto de republicano », in C (...)

8Il s’agit donc bien d’un « essai », avec quelques descriptifs intéressants, mais aussi avec un certain nombre d’inexactitudes et beaucoup d’approximations. Le propos peut certes faire illusion, on peut se laisser emporter par le récit, même s’il n’est pas très bien écrit, de la vie des républicains espagnols internés dans un camp français. L’ouvrage peut même remporter un certain succès commercial, car il est bien, en définitive, dans l’air du temps mémoriel, ancré dans une concurrence de mémoires, elle-même inscrite sur un fonds de victimisation4. La « démonstration » l’emporte ici sur la restitution et l’explication du passé.

Haut de page

Notes

1  Archives départementales du Tarn-et-Garonne (ADTG), 2 MI, art. 51-1.

2  ADTG, 4M6 (Camp de Septfonds, Liste des départs depuis le début jusqu’au 30 septembre 1939).

3  Dossiers individuels de demandes de rapatriements, mai 1941 (Archives des quakers, Mémorial de la Shoah, box 64, folder 49).

4  Odette Martinez-Maler, « Passeur de mémoire et figure du présent : el nieto de republicano », in Culture et mémoire. Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Palaiseau, Éditions de l’École Polytechnique, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Dreyfus-Armand, « Colette Berthès, L’Exil et les barbelés. Essai », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 09 mars 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/3825

Haut de page

Auteur

Geneviève Dreyfus-Armand

Centre d’Études et de Recherches sur les Migrations Ibériques (CERMI)/Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org