Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Iván López Cabello et Yves Roullière (éd.), José Bergamín et la France. Actes de la journée d’étude réalisée à Nanterre le 23 mai 2008. Suivi de Entretiens avec un fantôme. Les confidences de l’écrivain espagnol José Bergamín recueillies par André Camp

Miguel A. Olmos
Référence(s) :

Iván López Cabello et Yves Roullière (éd.), José Bergamín et la France. Actes de la journée d’étude réalisée à Nanterre le 23 mai 2008. Suivi de Entretiens avec un fantôme. Les confidences de l’écrivain espagnol José Bergamín recueillies par André Camp, Nanterre, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011, 262 p., ISBN 978-2-85901-047-8.

Texte intégral

1 Cet ouvrage (n° 16 de la collection « Regards » du Centre de Recherches Ibériques et Ibéroaméricaines de l’Université Paris Ouest, dirigée par Marie-Claude Chaput) présente un travail rigoureux et très soigné portant sur la présence en France de l’espagnol José Bergamín (1895-1983) et sur la présence de la France dans son œuvre, ample, diverse et toujours surprenante. Écrivain francophile difficile à classifier, Bergamín est l’auteur d’essais à thématique disparate, de la tauromachie au théâtre espagnol classique, de l’imagination des enfers au développement contemporain de l’alphabétisme. Il est également un poète qui néglige la publication de ses vers, à l’image de Juan Ramón Jiménez, de qui il fut le secrétaire pendant un certain temps. Bergamín fut aussi un homme public – dont les actions concrètes, lui ont fait côtoyer les personnalités les plus brillantes de son époque, eurent souvent des conséquences d’une grande portée – et un intellectuel fidèle à ses idées. C’est cet engagement inébranlable à suivre sa pensée (à forte empreinte poétique) qui, dans les circonstances dramatiques de l’Espagne et l’Europe de son temps, a tracé pour lui un parcours idéologique et biographique extrêmement singulier, émaillé de paradoxes : un catholique dissident, un républicain excommunié, un apatride deux fois exilé de l’Espagne, deux fois revenu à elle, qui prend la décision finale, lors de la transition démocratique espagnole, de mourir au Pays Basque et de s’y faire enterrer, à la frontière avec la France, pour mieux signifier un désaccord qu’il voulait, peut-être, définitif.

2 De cette trajectoire, l’ouvrage aborde en premier lieu les deux périodes de son exil français (1955-1958 et 1964-1970), en fonction desquelles se dessine un profil bien plus ample, sinon complet. L’image que ces pages donnent de l’écrivain se veulent proches du témoignage direct, car ce sont des personnes qui l’ont fréquenté qui rendent compte de son travail et de sa vie : la romancière Florence Delay, l’hispaniste Jean Canavaggio, l’éditrice Ginevra Bompiani, la critique d’art Ana Vázquez de Parga, l’écrivaine Roselyne Chenu. C’est tout un contexte franco-espagnol intellectuellement très riche (de Georges Bernanos à André Malraux et à Jacques Maritain ; de Jean Cassou à Luis Buñuel et à Pablo Picasso) qui y est convoqué, souvent sur le mode de l’expérience vécue, sinon toujours directe. Par ailleurs, maints documents inédits, notamment des lettres personnelles, mais aussi de dédicaces, des textes poétiques ou autres, sont cités dans les pages du volume, car les intervenants figurent parmi les meilleurs connaisseurs de la destinée de l’œuvre de Bergamín.

3 Le traducteur Yves Roullière et le professeur Iván López Cabello, éditeurs des textes qui composent le volume, ont également consacré leurs efforts à la diffusion de l’œuvre bergaminienne. S’y ajoutent à présent deux bibliographies, très minutieuses, de l’œuvre de Bergamín traduite en français et des documents sonores et audiovisuels le concernant (p. 265-302) et, surtout, les douze « Entretiens avec un fantôme » qui clôturent le volume (p. 149-231). Il s’agit d’une série de dialogues d’André Camp avec l’écrivain, qui ont été réalisés en 1965 et diffusés cette même année sur France Culture. Dans ces « Entretiens », Bergamín passe en revue l’ensemble de sa trajectoire de vie – enfance, études universitaires, vocation littéraire, engagement politique, activité éditoriale, séjours en exil – ainsi que plusieurs points d’ordre métaphysique – par exemple celui portant sur la physiologie des fantômes – qui peuvent aider à saisir la figure spirituelle, subtile et changeante, d’un homme de lettres d’une rare finesse. Le texte des douze « Entretiens », très soigneusement annoté par les éditeurs, déploie à nouveau un panorama intellectuel, politique et littéraire de la France et de l’Espagne qui a été vécu à la première personne et qui, sans nul doute, ne décevra pas la curiosité du lecteur cultivé, qu’il soit français ou espagnol. L’index de noms propres (p. 253-264) en est une preuve efficace.

4 L’ensemble du volume est ainsi placé sous le signe de l’hommage et du dialogue. La disposition de l’ouvrage suit la structure de la journée d’études qui a été à son origine, en transcrivant par exemple les présentations des différents intervenants et les débats qui ont clôturé les deux séances. Les transcriptions renforcent justement la vivacité et la fraicheur de cette présence française de Bergamín que les éditeurs ont voulu commémorer.

5 On trouve toutefois dans cet ouvrage des contributions strictement scientifiques. Yves Roullière explore les trois sujets où l’on retrace le mieux l’influence de la France sur la pensée de Bergamín, et les résistances que ce dernier lui a opposées : éducation, rationalisme, religion (p. 27-38). Nigel Dennis, l’éditeur récent de ses poésies complètes, expose les difficultés qu’il a rencontrées au cours de son travail. Ce récit ne laissera pas indifférents ceux qui seront curieux de suivre les aventures des textes dont Bergamín – gardien, on le sait, du manuscrit de Poeta en Nueva York – fut dépositaire. Le professeur Dennis éclaire de façon très suggestive la conception particulière que Bergamín se faisait de la poésie comme une production langagière ouverte, inscrite dans l’esprit collectif, suivant les idées de Bécquer et de Machado (p. 41-54). Joaquín Piñeiro Blanca s’intéresse à la période des années vingt où cette conception populaire de la poésie, qui aspirait toutefois à obtenir une valeur supranationale ou universelle, s’est étendue à d’autres domaines artistiques à propos de la pièce « Don Lindo de Almería », dont une version musicale de Rodolfo Halffter fut créée à Paris en 1936 (p. 63-76). Enfin, le professeur Iván López Cabello (p. 83-105) évoque en détail les circonstances politiques espagnoles qui ont fatalement conduit l’écrivain à son deuxième exil français et donc au contexte immédiat des douze « Entretiens » que nous pouvons dorénavant lire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Miguel A. Olmos, « Iván López Cabello et Yves Roullière (éd.), José Bergamín et la France. Actes de la journée d’étude réalisée à Nanterre le 23 mai 2008. Suivi de Entretiens avec un fantôme. Les confidences de l’écrivain espagnol José Bergamín recueillies par André Camp », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 16 mars 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/3803

Haut de page

Auteur

Miguel A. Olmos

Professeur Université de Rouen. Equipe de recherche interdisciplinaire sur les aires culturelles (ERIAC). miguel.olmos@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org