Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Represión política, justicia y reparación, la memoria histórica en perspectiva histórica (1936-2008), ouvrage collectif coordonné par Margalida Capellá et David Ginard

Antoine Fraile
Référence(s) :

Represión política, justicia y reparación, la memoria histórica en perspectiva histórica (1936-2008), coordonné par Margalida Capellá et David Ginard. Ediciones Documenta Balear, colección Plural, Palma de Mallorca, 2009, 339 p., ISBN : 978-84-96841-93-2.

Texte intégral

1Represión política, justicia y reparación, la memoria histórica en perspectiva histórica (1936-2008) est un ouvrage collectif coordonné par Margálida Capellá, spécialiste de Droit Public International à l’Université des Baléares et David Ginard, professeur d’Histoire Contemporaine à l’Université d’Alicante. Le titre de l’ouvrage correspond au libellé d’un séminaire qui s’est déroulé à l’Université des Baléares en février 2006 et reprend les six leçons qui y ont été dispensées. L’ouvrage a été structuré en deux grandes parties. La première choisit une perspective historiographique pour analyser la violence politique exercée par les vainqueurs de la Guerre Civile espagnole. Quant à la deuxième partie, elle cherche à délimiter le cadre juridique de l’étude de la répression politique exercée tant pendant les années de guerre que sous la dictature franquiste. L’intérêt de l’ouvrage vient donc, comme le suggère le sous-titre, de la confrontation des regards des historiens et des juristes dans une mise en perspective très riche et convergente.

2L’ouvrage s’ouvre sur la contribution de Pelai Pagés qui propose un rappel historique de ce que fut la répression pendant la guerre civile. Il montre, tout d’abord, comment cette répression qui s’abat sur tous les espagnols favorables à la République est une répression voulue, pensée et programmée pour être une des conditions essentielles de la victoire des rebelles franquistes. Au-delà des exécutions sommaires la répression s’exerce sous diverses formes. Il nous rappelle ce que furent, dès le début, les emprisonnements et les conditions de vie dans des prisons qui vont avoir à accueillir plus de 250000 personnes, alors que les capacités d’accueil ne dépassent pas 20000 places, et que le nombre d’incarcérés à la veille de la guerre, quant à lui, ne dépassait pas 12000 personnes. Pelai Pagés fait également référence à ce qu’il convient d’appeler la répression économique, telle que la saisie des biens des personnes arrêtées, dont on sait qu’encore aujourd’hui, des familles de ces victimes attendent de pouvoir en disposer à nouveau.

3Mais pour certains, cela avait également pris la forme de l’épuration qui a touché l’ensemble de la fonction publique espagnole et tout particulièrement les corps enseignant. Autant de formes d’une répression, qui loin de s’arrêter à la fin de la guerre va se poursuivre pendant la Dictature.

4Dans le deuxième article de Pelai Pagés, ce dernier nous invite à poursuivre la réflexion sur la question de la mémoire individuelle et la mémoire collective et leur articulation avec la mémoire historique. Il est tout particulièrement intéressant de lire l’analyse qu’il propose de ce qui reste aujourd’hui dans la mémoire collective des espagnols.

5David Ginard, qui est également Professeur d’Histoire Contemporaine à l’Université d’Alicante complète les deux articles précédents en nous intéressant à ce que fut la répression prolongée dans l’après-guerre.

6Il utilise l’idée de fracture sociale pour qualifier la violence exercée, non pas de façon circonstancielle mais institutionnelle avec un cadrage légal élaboré dès 1939 et dont certains dispositions ne prendront fin qu’en 1969.

7L’appareil répressif existant, dans lequel la Justice Militaire joue un rôle essentiel est mis au service d’une violence légale. Les prisons déjà évoquées, se vident en partie sous la dictature, et les camps de concentrations et surtout les camps de travail viennent compléter le dispositif. Mettant en évidence ce que l’on a appelé le national catholicisme, le père Del Pulgar, infatigable artisan de cette forme de « rédemption » justifiait ainsi leur existence :

  • 1 David Ginar, p.63, citation tirée de l’ouvrage de José Pérez Del Pulgar, La solución que España da (...)

« il est très juste que les prisonniers contribuent par leur travail à la réparation des dommages auxquels ils ont contribué en coopérant a la rébellion marxiste1 ».

8Souvent ignoré l’emprisonnement des femmes et des enfants était particulièrement difficile ce que David Ginard nous rappelle en montrant à quel point elles étaient abandonnées, exclues même de l’envoi de toute aide venant de l’extérieur.

9On comprendra aisément que cette première partie, sans apporter d’éléments historiques réellement nouveaux, s’avère être fort utile pour l’ensemble de la communauté universitaire et tout particulièrement pour ceux d’entre nous, spécialistes de l’Espagne contemporaine qui trouveront une remarquable synthèse de la problématique de la répression étayée, comme l’ensemble de l’ouvrage, par une impressionnante, voire exhaustive, bibliographie.

10La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux approches juridiques de la question, ce qui signifie, pour nous hispanistes, un apport complémentaire et une ouverture indispensable.

11Le texte d’Alfons Aragoneses, spécialiste de Droit Comparé et du Droit des dictatures nous propose une analyse du droit sous le franquisme et envisage les transformations subies par le système juridique espagnol entre 1936 et 1978.

12Il souligne le fait que, contrairement à la France et à l’Allemagne, la Constitution espagnole de 1978 ignore le passé démocratique de l’Espagne ainsi que la lutte pour la démocratie menée sous le franquisme. Mais il ne limite pas son propos à l’analyse des textes qui régulent la répression ou le fonctionnement de la Dictature, pour envisager le système juridique dans sa globalité.

13Il souligne comment le droit dans une dictature est un instrument de contrôle de l’économie et à ce titre il met en évidence comment le cadrage juridique économique de la dictature du régime s’éloigne des valeurs du fascisme et du nazisme.

14Enfin, s’agissant des hommes Alfons Aragoneses fait remarquer que :

  • 2 Alfons Aragoneses, p. 154.

« les juges et les magistrats étaient porteurs de paramètres culturels et comportementaux dont ils ne se sont pas débarrassés en réintégrant le système judiciaire d’un état démocratique2 »

15Ce qui pose, de fait, la question du contexte dans lequel la démocratie espagnole a dû se construire. A ce titre , nous pouvons observer encore aujourd’hui comment la Justice espagnole paraît être un secteur particulièrement imperméable à toute évolution, comme l’avaient bien montré, il y a quelques mois, les déboires du juge Garzón.

16Margalida Capellá nous propose ensuite un travail très détaillé dans son article : Represíon política y derecho internacional, una perspectiva comparada.

17L’intérêt de sa présentation vient du fait qu’elle procède à une mise en perspective du processus espagnol comparé à des processus similaires qui ont eu lieu dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

18L’Espagne y apparaît comme un modèle d’impunité en la matière et classée, selon les schémas établis par l’Institut Max Planck pour le Droit étranger et international, dans le modèle de l’oubli absolu.

19Margalida Capellá affirme avec beaucoup d’emphase que l’Espagne n’a pas su, ou pas pu, mettre en œuvre le concept de « justice transitionnelle » qui doit permettre à une société d’avancer d’un passé divisé vers un futur partagé.

  • 3 Antoine Fraile, Vers une approche pluridisciplinaire de la récupération de la mémoire historique en (...)

20J’ai eu l’occasion d’analyser plus en détail ce travail3et de souligner à quel point son regard de juriste constitue un apport remarquable pour l’ensemble de la communauté scientifique.

21Enfin le dernier article de Javier Chinchón Alvarez s’intéresse aux processus développés en Amérique latine après le renversement des diverses dictatures sanglantes, notamment au Chili et en Argentine.

22Sa synthèse tire les leçons d’une confrontation entre les processus qui ont eu lieu et le Droit International. De l’impunité à l’amnistie, nous pouvons suivre la complexité des situations et les difficultés partout présentes lorsqu’il s’agit d’appliquer ce Droit.

23Je souligne à nouveau l’importance des bibliographies proposées à la fin de chacun des articles qui permettent ainsi au lecteur de bénéficier d’un outil tout à fait impressionnant. Mais il convient d’insister sur l’intérêt que présente le croisement des regards des historiens et des juristes pour une approche pluridisciplinaire de la question de la mémoire historique espagnole et de sa récupération.

24Soulignons enfin l’importance de porter un regard comparatif sur la façon dont cette question a pu être abordée dans des pays qui ont connu des situations similaires. Il en ressort clairement que l’Espagne n’est pas un modèle en la matière mais bien un contre modèle.

25Et si nous ajoutons aux travaux exposés dans l’ouvrage, ceux menés, par ailleurs, par des psychologues, ou à l’occasion des recherches de fosses communes, par des médecins légistes, nous pouvons voir à quel point la question de la récupération de la mémoire historique implique de nombreux secteurs de la communauté scientifique dont les travaux viennent nourrir ceux de l’historien.

26C’est ainsi qu’il est aisé de mettre en évidence qu’il n’est plus aujourd’hui possible de réduire cette question aux obsessions de quelques familles et aux haines ancestrales attisées par quelques groupuscules activistes, nostalgiques de la République espagnole.

27En ce sens, l’importance et la rigueur des exposés que nous avons souhaité présenter ici, le démontrent clairement.

Haut de page

Notes

1 David Ginar, p.63, citation tirée de l’ouvrage de José Pérez Del Pulgar, La solución que España da al problema de sus presos políticos (Valladolid, 1939).

2 Alfons Aragoneses, p. 154.

3 Antoine Fraile, Vers une approche pluridisciplinaire de la récupération de la mémoire historique en Espagne, in Après les dictatures, la société civile comme vecteur mémoriel, PUR à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fraile, « Represión política, justicia y reparación, la memoria histórica en perspectiva histórica (1936-2008), ouvrage collectif coordonné par Margalida Capellá et David Ginard », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/3799

Haut de page

Auteur

Antoine Fraile

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org