Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Vincent Parello, Des réfugiés espagnols de la guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939)

Rose Duroux
Référence(s) :

Vincent Parello, Des réfugiés espagnols de la guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939), Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2010, 214 p.

Texte intégral

1L’arrivée des Espagnols en France de 1937 à 1939 s’est souvent soldée par un enfermement plus ou moins strict, que l’on a appelé « accueil », « refuge », « hébergement », « internement », « concentration ». L’internement qu’on connaît le mieux c’est celui des camps du Midi. En revanche, les centres d’hébergement pour « femmes, enfants, vieillards », répartis sur tout le territoire français, ont été peu étudiés jusqu’à présent. L’ouvrage de Vincent Parello a le mérite d’éclairer ces deux facettes et de saisir, très concrètement, identités à l’appui, les modalités de distribution des réfugiés espagnols au niveau d’un département, ici l’Hérault. On est loin d’avoir un tel outil pour tous les départements français, qu’ils soient départements d’accueil ou non. Les raisons en sont multiples.

2Cette note se veut un petit état de la question en amont de l’ouvrage de Vincent Parello sur les centres d’hébergement.

3La raison première de certains vides historiographiques est d’ordre géographique : on distribue « femmes, enfants, vieillards » dans quelque soixante-dix-sept départements (voire plus, les estimations varient). Il n’existe pas de carte de France des « centres d’hébergement ». Les listes les plus élaborées n’en présentent même pas la moitié. Chaque département d’accueil reçoit entre 2 000 y 5 000 réfugiés et les redistribue, à son tour, entre trente et quarante localités. Cette atomisation induit l’atomisation des archives, ce qui – c’est bien connu – décourage le chercheur. De plus, comme il s’agit de « campos de concentración atenuados » (Andújar), ils éveillent un intérêt lui aussi « atténué ». Même dans les entrevues avec les familles, on a longtemps considéré que le mari passé par les camps avait des choses plus « mémorables » à dire. Les femmes ont laissé moins de « traces » : moins de manuscrits, pas de bulletins, très peu de chroniques à chaud (comme le Diario de Silvia Mistral réfugiée dans le Gard). Dans les centres d’hébergement, qui étaient très majoritairement occupés par des femmes avec des enfants, primait l’urgence matérielle. Aujourd’hui affleurent quelques rares journaux inédits et des mémoires. Cette méconnaissance des « refuges » qui ont émaillé l’Hexagone est également liée à leur instabilité du fait des départs continuels, par déplacement et par rapatriement (zélé) des femmes et enfants. Quant à « l’enfance internée » – des dizaines de milliers d’enfants –, elle était un quasi-friche scientifique encore récemment (quelques thèses prometteuses en cours).

4L’ouvrage de Parello sur les Réfugiés espagnols de la guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939) est donc le bienvenu. D’autant plus que, sur le sujet de l’exode des réfugiés espagnols dans l’Hérault, il n’existait jusqu’à présent aucune monographie. Si le département de l’Hérault, fait observer V. Parello, ne fut pas un département d’accueil, ni même un département de première ou de deuxième urgence, il accueillit cependant, dès le début de la Retirada et après l’ouverture du camp d’Agde au mois de mars 1939, un nombre important de réfugiés espagnols (30 000 en mai 39) : « L’Hérault joua le rôle d’un département de ‘désenclavement’ vis-à-vis du département des Pyrénées-Orientales voisin arrivé à son seuil de saturation démographique, et d’un ‘département-hôpital’ pour des malades et blessés en provenance de Perpignan et de Marseille » (p. 127).

5À la demande du préfet Antoine Monis – nous dit l’auteur –, le chef d’escadron Pignet, commandant la 16e Légion de gendarmerie de l’Hérault, fut chargé, en étroite collaboration avec les commissaires centraux, divisionnaires, spéciaux et les maires du département, de collecter des données démographiques et de dresser des états statistiques des réfugiés espagnols qui étaient transmis ensuite au ministère de l’Intérieur.

6On sait que le même repérage systématique fut fait dans tous les départements et que la documentation administrative qui en découla, conservée aux Archives départementales dans le fonds Police des étrangers, constitue une source précieuse pour l’historien dans la mesure où elle permet de reconstituer en détail l’exode des réfugiés espagnols (et des autres étrangers).

7L’ouvrage se divise en quatre sections. Le premier chapitre présente un questionnement et une réflexion sur l’internement administratif : quelle est la logique de l’internement administratif ; comment la politique d’internement à l’égard des réfugiés espagnols s’inscrit dans ce cadre juridico‑légal. Le deuxième chapitre aborde l’exode espagnol dans l’Hérault en combinant la « chronique d’une Retirada annoncée », le rappel des précédents et une radiographie de l’internement d’abord au niveau départemental puis par « sections de gendarmerie » : Montpellier, Sète, Béziers, Lodève. Le troisième chapitre dresse plus particulièrement le panorama du camp d’Agde à travers ses aspects matériels, démographiques, économiques, politiques et idéologiques. Le dernier chapitre décrit l’aide aux réfugiés espagnols dans l’Hérault, qu’elle soit publique (État français, SERE, JARE...) ou privée, nationale ou internationale.

8Outre une bibliographie raisonnée, l’ouvrage met à la disposition du chercheur un outil statistique de qualité, constitué par douze « Annexes », fondamentales pour la plupart, qui constituent à elles seules près de la moitié de l’ouvrage (p. 129-214). Elles apportent des listes nominatives qui permettent une histoire et une géographie de « l’accueil-internement ». Citons : 1/ Un courrier très éclairant daté du 7 février 1939 du commissaire central de Béziers au préfet. 2/ Des tableaux statistiques sur les réfugiés espagnols du département. 3/ La répartition (dûment chiffrée), en 1939, des réfugiés espagnols hébergés chez des particuliers dans les différentes communes de l’Hérault. 4/ La classification de la première vague (janvier‑février 1939), par lieu d’arrivée (plus des trois quarts à Sète), par lieu d’origine, par activité professionnelle, etc. 5/ La composition de « l’élite sociale » républicaine logée en 1939 à Montpellier (souvent d’ex-hauts responsables). 6/ Les listes nominatives des réfugiés du camp de Saint-Bauzille-de-Putois (mars-avril 1939). 7/ Les différentes arrivées de réfugiés espagnols par bateau à Sète et sur le littoral languedocien. 8/ La liste des enfants espagnols orphelins hébergés à la colonie de Sète, « villa Teddy ». 9/ La liste nominative des enfants espagnols internés au Camp d’Agde (mai 1939). 10/ La liste nominative des réfugiés du refuge basque de Pézenas (mai 1939). 11/ Les pathologies des malades et blessés réfugiés de l’Hôpital auxiliaire Maraussan de Béziers (mars-mai 1939). L’annexe 12 est d’un caractère tout différent : « Chronologie de l’aide à la République espagnole dans l’Hérault (1936-1938) ».

9Si l’on disposait, pour tous les départements français, de tels tableaux, avec toutes les données mises en perspective, on pourrait avancer de manière plus assurée vers l’histoire de l’hébergement/internement en France avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, non seulement celui des camps mais aussi celui, beaucoup plus éclaté, des femmes et des enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Duroux, « Vincent Parello, Des réfugiés espagnols de la guerre civile dans le département de l’Hérault (1937-1939) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3798

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org