Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Emilia Pardo Bazán journaliste : entre littérature et presse (1876-1921)

Emilia Pérez Romero

Résumé

Thèse réalisée sous la direction de Mme Colette Rabaté (Université François Rabelais, Tours) et soutenue devant un jury composé, en outre, de Mesdames et Messieurs Bénédicte Vauthier (Université de Tours), Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau), Jean-René Aymes (Université Paris-iii) et José Manuel González Herrán (Université de Santiago de Compostela).

Haut de page

Texte intégral

1Emilia Pardo Bazán (1851-1921) s’est surtout rendue célèbre par son œuvre romanesque. Et, bien qu’elle elle se soit également consacrée à d’autres activités littéraires telles que la critique, la poésie, le théâtre, le journalisme, sa renommée de créatrice de fictions a laissé dans l’ombre une carrière de journaliste qui s’étend de 1876 à 1921. Pendant ces quarante-cinq ans, doña Emilia occupe diverses fonctions (collaboratrice, directrice, envoyée spéciale, conseillère, correspondante, fondatrice et unique rédactrice du Nuevo Teatro Crítico), dont le résultat dépasse les deux mille textes. Or, en dépit de son envergure, il s’agit encore d’une facette peu étudiée et en instance de récupération, bien que ces dernières années des avancées à ce sujet aient été effectuées aussi bien dans le but de compléter l’inventaire que dans celui de rééditer une partie de ces écrits. Convaincue du grand intérêt que comporte cette production journalistique de la romancière galicienne, notre intention a été de compléter les études menées jusqu’à présent.

2À partir de l’examen de ces activités et des écrits journalistiques, nous examinons dans ce travail la place que la presse occupe dans l’ensemble de son œuvre et, plus largement, le rôle que cette femme joue dans le journalisme espagnol à la charnière des XIXe et XXe siècles. Nous apprécions dans quelle mesure son identité d’écrivaine se construit en relation avec son expérience journalistique, comment son discours se nourrit de ces deux modalités d’écriture et par conséquent, quels sont les rapports entre sa création littéraire et sa production journalistique. Pour cela, nous avons articulé cette étude en trois parties : « Emilia Pardo Bazán et son temps », « Emilia Pardo Bazán et la presse » et « L’écriture journalistique d’Emilia Pardo Bazán ».

Emilia Pardo Bazán et son temps

3À travers la presse, Pardo Bazán entretient un dialogue fécond avec son temps et ses lecteurs, en dévoilant sans détour ses opinions sur la vie politique, sociale et culturelle de son époque : parlementarisme, caciquisme, mouvements sociaux, défaite de 1898, régionalisme. C’est pourquoi il nous a semblé pertinent de commencer par replacer cette production journalistique dans son contexte historique et d’analyser l’engagement de l’écrivaine face à l’histoire événementielle de son temps. Bien que doña Emilia passe sous silence ses sentiments les plus profonds, son sincère et ardent patriotisme l’amène à adopter une attitude active face à la crise de la fin de siècle, à dénoncer les maux de son pays et à dessiner une ébauche de ce que pourrait être une nouvelle Espagne. Adhérant aux idées régénérationnistes, elle soutient qu’une réforme du système éducatif et des infrastructures s’avère nécessaire pour reconstruire le pays. Mais son patriotisme est national, ce qui explique son opposition à tout mouvement régionaliste, malgré son fort attachement à sa région natale, à ses habitants, à sa culture et malgré son travail de récupération et de consolidation des traditions galiciennes. En outre, son statut social et ses convictions politiques et religieuses déterminent sa vision des classes populaires et de leurs revendications, appuyant de ce fait les actions « néo-catholiques » qu’elle a eu l’occasion de connaître pendant un voyage aux Pays-Bas.

4Son patriotisme n’est toutefois pas un frein qui l’empêche de s’ouvrir à l’Europe, car son insatiable curiosité l’incite à dépasser les frontières de son pays et à participer aux débats qui secouent la scène européenne : la question de la femme, la criminalité, l’affaire Dreyfus ou la Première Guerre mondiale. De fait, la presse devient une tribune indispensable pour sa plaidoirie féministe, la plaçant alors au premier rang du débat centré sur la question de l’émancipation féminine, problématique encore à l’état embryonnaire en Espagne. Son cosmopolitisme l’incite également à divulguer, examiner et juger en Espagne les principaux courants culturels, que ces derniers soient scientifiques, littéraires ou artistiques. Il ne faut pas oublier que son retentissant essai La cuestión palpitante a été d’abord publié dans les feuilles littéraires de La Época avant d’être réuni en volume.

Emilia Pardo Bazán et la presse

5Les rapports que l’écrivaine entretient avec la presse sont divers dans la mesure où celle-ci devient une source primordiale d’information et de documentation, une tribune efficace pour exposer ses idées à son fidèle lectorat et même un sujet de réflexion. Cette relation s’inscrit dans le processus d’évolution que connaît ce média en plein essor à la charnière des deux siècles. Il est bien connu que, dès le XIXe siècle, la presse devient un moyen de communication très dynamique qui constitue un maillon essentiel dans le domaine de l’information et de la culture ; ce media occupe par conséquent une place de choix pour de nombreux écrivains, devenant rapidement un moyen nécessaire pour divulguer et promouvoir leurs idées et leurs écrits.

6À partir du corpus réuni, on peut retracer la trajectoire journalistique d’Emilia Pardo Bazán depuis ses premières collaborations en 1876 dans la presse galicienne (La Revista Compostelana, El Heraldo Gallego, Revista de Galicia, La Ilustración Gallega y Asturiana), où se trouvent déjà en germe ses centres d’intérêt, sa participation dans les principales publications nationales (La Época, El Imparcial, La España Moderna, El Liberal, El Heraldo de Madrid, El Día, Blanco y Negro, La Lectura, ABC, La Ilustración Artística), françaises (La Nouvelle Revue Internationale, La Revue de Revues), latino-américaines (La Nación ou El Diario de la Marina), ou encore nord-américaines. L’évolution de ce parcours se traduit par différentes responsabilités comme celle de directrice de la Revista de Galicia ou celle d’envoyée spéciale pour couvrir le jubilé du Pape à Rome en 1887 et l’Exposition de Paris en 1900. Par ailleurs, elle collabore très activement à la revue La España Moderna de son ami Lázaro Galdiano puisqu’elle participe à sa gestation et à sa fondation en qualité de conseillère, coordinatrice et même « d’agent littéraire » ; elle y joue aussi parfois le rôle de secrétaire et traduit des textes d’auteurs étrangers. Cependant, son œuvre journalistique de plus grande envergure est sans aucun doute la revue Nuevo Teatro Crítico, créée, financée et rédigée uniquement par elle-même de 1891 à 1893. Cette publication représente l’apogée de sa carrière journalistique dans la mesure où doña Emilia atteint alors son objectif principal, celui de refléter et divulguer la vie culturelle du pays, comme elle l’avait annoncé dans son programme liminaire. La fatigue physique de l’écrivaine, l’attitude d’une partie de ses collègues de travail et le climat social et politique du moment conditionnent et déterminent la fin de cette entreprise. Cependant, la cessation de cette revue ne met pas fin à la carrière journalistique d’Emilia Pardo Bazán. Tout au contraire, elle abandonne presque complètement l’écriture de romans –seulement trois à partir de 1900–, tandis que ses collaborations journalistiques se comptent par centaines.

7Finalement, en véritable professionnelle, l’écrivaine réfléchit à l’organisation, à la mission, à la puissance et aux transformations que ce média connaît au cours de ces années. Forte de son expérience, elle porte des jugements sur le journalisme en en reconnaissant les qualités mais aussi les excès et, de ce fait, elle participe à la construction identitaire du journaliste ainsi qu’à l’élaboration de son statut professionnel et elle témoigne de l’apparition d’un nouveau lecteur, tout en illustrant son extraordinaire capacité à assimiler toutes les nouveautés.

L’écriture journalistique d’Emilia Pardo Bazán

8Malgré la progressive autonomie qu’acquiert la presse et malgré la professionnalisation du journaliste, il est difficile de faire table rase des relations complexes qu’entretient l’article de presse avec d’autres disciplines, telles que la littérature ou la rhétorique depuis le XVIIIe siècle. Cette ambiguïté traduit en réalité le caractère hybride d’une modalité générique qui n’est pas tout à fait définie à cette époque, et à la caractérisation de laquelle Pardo Bazán contribue d’une manière remarquable. Ces choix stylistiques sont sans aucun doute déterminés par les genres qu’elle cultive et qui n’appartiennent pas au journalisme d’information dans le sens strict du terme, mais à celui d’opinion. Toutefois, force est de constater que la question du genre est en elle-même fort problématique car il s’agit de catégories hétérogènes difficiles à délimiter qui se configurent et évoluent avec la société. À cette époque de surcroît, l’état d’indéfinition dans lequel se trouve le discours de la presse écrite rend difficile une catégorisation taxinomique et une théorisation de ces modalités d’écriture. De fait, Pardo Bazán, comme ses contemporains, publie des textes difficiles à classifier comme les études de mœurs ou ses premiers reportages sur la Galice.

9Sans masquer les amalgames et les confusions qui règnent à l’époque à ce propos et en suivant un critère chronologique, on peut déterminer les caractéristiques et les particularités stylistiques de l’écriture journalistique de Pardo Bazán parallèlement à ses avancées théoriques. Ainsi, on remarque dans les premières années une nette influence des modèles journalistiques et littéraires du XVIIIe siècle, à savoir, une préférence pour les longs essais à caractère divulgateur caractérisés par un langage foncièrement littéraire, ainsi que l’influence des auteurs du début du XIXe siècle et plus particulièrement des études de mœurs, dans lesquelles les frontières entre journalisme et littérature s’estompent. Au fur et à mesure que doña Emilia s’immerge dans le journalisme professionnel, son discours devient de plus en plus référentiel, naturel et dépouillé des procédés littéraires, sans qu’elle renonce pour autant à une prose élégante et en interaction constante avec le discours littéraire.

10Cette interaction entre presse et littérature est également manifeste lorsque la « journaliste-écrivaine » réunit dans des recueils certains de ses articles journalistiques. Elle procède dans ce cas à un travail de sélection, de remaniement, de reconstruction à partir de fragments multiples ainsi qu’à un peaufinage stylistique, recréant alors une nouvelle œuvre foncièrement littéraire. Enfin, les rapports entre presse et littérature chez Pardo Bazán sont multiples et de divers ordres dans la mesure où les nouvelles parues dans la presse deviennent une source de documentation et d’inspiration pour son œuvre de fiction. L’auteur intègre à plusieurs reprises des fragments de textes d’origine journalistique dans sa production romanesque et de ce fait, elle dote la presse d’un rôle de révélateur au service de la narration.

11En conclusion, la presse donc devient un canal et une tribune qui permettent à Pardo Bazán de divulguer ses œuvres et ses idées ; c’est aussi un tremplin pour se faire connaître et conquérir un statut professionnel réservé jusqu’alors aux hommes. La presse est également une sorte de laboratoire où elle apprend son métier d’écrivain dans la mesure où elle y cherche un style personnel et y ébauche certains personnages, ambiances et thèmes. La figure de la journaliste se construit de ce fait parallèlement à celle d’écrivaine de fictions.

12L’exemple d’Emilia Pardo Bazán apporte un témoignage éclairant sur ce qu’a pu être l’implication des écrivains dans la presse au cours du XIXe siècle et au début du XXe. Cela dit, la comtesse jette les bases de la professionnalisation des futures générations de journalistes féminines. Ce journalisme dépasse, de surcroît, les conventions fiction et non-fiction par le biais d’une écriture qui traduit une porosité des frontières entre littérature et presse. La figure de la journaliste se construit de ce fait parallèlement à celle d’écrivaine de fictions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilia Pérez Romero, « Emilia Pardo Bazán journaliste : entre littérature et presse (1876-1921) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3754 ; DOI : 10.4000/ccec.3754

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org