Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Le patriotisme en Espagne de 1931 à 2004

Vianney Martin

Résumé

Résumé de la thèse soutenue le 10 juin 2010 à l'université de Lille-iii, devant un jury composé de Victor Bergasa, de l'Université de Cergy-Pontoise (président), Jesús Ignacio Martínez Paricio de l'Université Complutense de Madrid (rapporteur), Jean-Claude Rabaté de l'Université de Paris-iii Sorbonne Nouvelle (rapporteur) et Guy-Alain Dugast de l'Université de Lille-iii (directeur de thèse).

Haut de page

Texte intégral

1Au cœur des débats fondamentaux de l'Espagne contemporaine, le sentiment patriotique apparaît comme particulièrement problématique. Dans quelle mesure, en effet, les « patriotismes en Espagne » peuvent-ils être considérés comme des « patriotismes espagnols » ? Concurrents, exclusifs ou complémentaires, les patriotismes nationaux et régionaux sont à l'image de la complexité d'un pays en quête d'unité dans la diversité depuis les temps troublés de la Seconde République jusqu’aux attentats de Madrid du 11 mars 2004. Directement lié au sentiment d’appartenance et à l’existence de « hiérarchies affectives », le patriotisme est un phénomène en constante évolution qu’il convient d’aborder dans ses dimensions synchronique et diachronique. À travers l’étude des statistiques, de la symbolique et des mythes, ainsi que des multiples vecteurs du sentiment patriotique en Espagne, c’est un pays tourmenté que l’on découvre, une Espagne tiraillée entre les sollicitations de ses multiples composantes, marquée par le caractère dramatique de son histoire récente et dans l’attente de la synthèse nationale d’une « transition patriotique ».

2À la lumière des statistiques, apparaît une première image de l’état de la question du sentiment d’appartenance et du patriotisme en Espagne à la charnière du xxie siècle. Si la majorité des citoyens s’identifie encore prioritairement à l’Espagne et si 80 % d’entre eux se disent fiers d’être Espagnols, les hiérarchies affectives varient considérablement selon des critères géographiques et générationnels et l’affirmation de la volonté de défense des Espagnols apparaît très en retrait par rapport à la proclamation de leur fierté nationale. Il existe, par ailleurs, de grandes différences d’appréciation de ce que recouvrent les termes « nation » et « région ». L’émotion patriotique, enfin, est très diversement ressentie chez les Espagnols, d’autant plus qu’il existe une véritable concurrence entre les symboles nationaux et régionaux susceptibles à la fois de représenter cette émotion et de la susciter.

3Depuis la mort de Franco, l’évolution des symboles patriotiques espagnols (drapeau, hymne, fête nationale) ne s’est pas faite sans peine. À certains égards, le processus n’en est pas totalement achevé et, c’est sur un terrain miné par les crises politiques et la Guerre Civile que s’élaborent les signes d’un attachement commun à la patrie de tous. Mais ce n’est là qu’un aspect de la symbolique patriotique en Espagne : tout aussi foisonnante s’avère être la symbolique patriotique des régions, souvent appelées « petites patries » par rapport à la « grande patrie ». On ne saurait l’ignorer dans le cadre de cette étude qui s’intéresse non pas seulement au « patriotisme espagnol » mais au « patriotisme en Espagne ».

  • 1  Ainsi s’intitule l’un de ses ouvrages : Gustavo Bueno, España no es un mito, Madrid, Temas de Hoy, (...)

4En ce qui concerne les mythes nationaux, l’Espagne ne semble pas non plus avoir surmonté l’épreuve de la guerre civile et de la division fratricide des « deux Espagne » : l’histoire officielle franquiste, en s’imposant, a fait disparaître l’histoire officielle républicaine et la transition a rejeté avec scepticisme toute la mythologie nationale espagnole laissant se développer, sans méfiance, de multiples mythologies particularistes, ce qui n’est sans doute pas sans danger pour la survie de l’idée nationale espagnole. Dans cette guerre des mythes, la confusion est telle que d’aucuns en viendraient même à douter de l’existence d’une nation espagnole, ce qui amène le philosophe Gustavo Bueno à en réfuter l’idée en s’exclamant avec véhémence : ¡España no es un mito !1

5Développant, à travers les commémorations officielles, les discours politiques, le service militaire et l’école, une mystique patriotique particulière et étroitement mêlée à son idéologie, le régime franquiste a voulu fonder sa légitimité sur les valeurs considérées comme supérieures de l’amour de la patrie. Une telle politique, qui aboutit à l’identification d’un régime au patriotisme qu’il professe, est une arme à double tranchant car elle peut soit bénéficier au régime par réflexe patriotique, soit porter préjudice au patriotisme espagnol par rejet de ce même régime qui l’utilise de la sorte.

6Ainsi, à des moments difficiles de son histoire, le franquisme menacé par les pressions extérieures est parvenu à rassembler derrière lui des Espagnols de sensibilités diverses au nom de la « patrie en danger », mais, lorsque l’Espagne post-franquiste a résolument tourné le dos au régime du 18 juillet et aux valeurs qu’il représentait, ce rejet s’est exercé en grande partie, et sans discernement, au détriment de l’idée même de patrie espagnole.

7Ce phénomène de diabolisation a alors naturellement bénéficié aux patriotismes régionaux et locaux, vers lesquels se sont trouvées canalisées les « pulsions » patriotiques du pays. De plus, la généralisation à l’ensemble du territoire des statuts d’autonomie prévus dans la Constitution de 1978, loin d’apaiser une fois pour toutes les revendications identitaires des « communautés historiques », a déclenché, dans les autres régions, un processus de « désir mimétique » généralisé qui a fait convoiter la qualité de « nationalité », voire de « nation », à des régions qui n’avaient jusqu’alors jamais exprimé la moindre velléité particulariste, mais qui n’en brûlaient pas moins de ferveur patriotique envers leur « petite patrie ».

8En 1982, l’Espagne a abandonné la trilogie Una, Grande, Libre qui surmontait ses armoiries depuis l’époque de Franco parce que cette devise ne reconnaissait pas la dimension plurielle du pays. Cependant, la Constitution de 1978 ne se contente pas de reconnaître la diversité d’une Espagne constituée de « nationalités et de régions », elle en affirme aussi la nécessaire unité en tant que « patrie commune de tous les Espagnols ».

  • 2  Il s’agit, on le sait, de la devise figurant sur le Grand Sceau des Etats-Unis d’Amérique.

9La réalisation d’un tel idéal d’unité dans la diversité exigerait du pays une véritable « transition patriotique » qui donnerait naissance à un patriotisme espagnol libéré, apaisé et désormais réconcilié avec les autres « patriotismes en Espagne ». La nouvelle devise de l’Espagne, si ce n’était pas déjà celle d’une grande nation étrangère, pourrait alors devenir, en toute logique constitutionnelle, E Pluribus Unum2. On peut cependant se demander si l’Espagne d’aujourd’hui est vraiment prête à prendre un tel chemin.

Haut de page

Notes

1  Ainsi s’intitule l’un de ses ouvrages : Gustavo Bueno, España no es un mito, Madrid, Temas de Hoy, 2005, 302 p.

2  Il s’agit, on le sait, de la devise figurant sur le Grand Sceau des Etats-Unis d’Amérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vianney Martin, « Le patriotisme en Espagne de 1931 à 2004 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 17 mars 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/3751 ; DOI : 10.4000/ccec.3751

Haut de page

Auteur

Vianney Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org